La picride fausse-vipérine (Picris echioides)

Espèce[Photos] [Présentation] [Classification] [Noms] [Étymologie] [Identification] [Racines] [Tiges] [Feuilles] [Fleurs] [Fruits] [Cycle] [Habitats] [Origine] [Distribution] [Bois] [Utilisations] [Constituants] [Culture] [Statut] [Autres sujets]

[Taxon précédant] [Page d'accueil] [Taxon ascendant] [Taxon suivant] [Via Gallica]

Page éditée

ClassificationClassification

Règne : plantes (Plantae)Sous-règne : plantes vasculaires (Tracheobionta)
Division : plantes à graines (Spermatophyta)Sous-division :
Classe : plantes à fleurs (Angiospermae)Sous-classe : dicotylédones (Dicotyledonae)
Super-ordre : astéridés (Asteridae)Ordre : astérales (Asterales)
Famille : astéracées (Asteraceae), chicoriacées (Cichoriaceae [Juss.])Sous-famille : cichorioïdées (Cichorioideae)
Genre : picrides (Picris [Linné])Sous-genre :
Espèce : Picris echioides [Linné, 1753], Helminthia echioides [(L.) Gaertner, 1791], Helminthotheca echioides [(L.) Holub, 1973]Variété :
Nom commun : picride fausse-vipérine, picride vipérine, picris fausse-vipérine, helminthie fausse-vipérineNom populaire : langue-de-bœuf

Noms européensNoms européens

AlbanieAllemagneNatternkopf-Bitterkraut, WurmlattichAngleterrebristly oxtongueArménie
Pays basqueBiélorussieBrezhonegBulgarie
CatalognearpellChyprioteCorsuCroatie
DanemarkGaeidhligboglusEspagneraspasayasEstonie
FøroysktFinlandeFrançaispicride fausse-vipérineFryskdûbeltsjelk
GalicePays de GallesGéorgieGrèceπικρίς η εχιοειδής
HongrieIrlandeIslandeItalieaspraggine volgare, spraggine
LettoniezalkšpieneLithuaniešiurkštusis kirmiusLëtzebuergëschMacédoine
MalteMoldovenesteNorvègeOccitan
Pays-BasdubbelkelkPolognePortugalrepassage, raspa-saiasRoumanie
Russieгорлюха рюмянковиднаяSerbieSlovaquieSlovénie
SuèdelyktfibblaTchéquiehořčíkUkraïneEmpire romainPicris echioides

ÉtymologieOrigine du nom

Étymologie latineÉtymologie latine
Le nom de genre, Picris, vient de l’adjectif grec pikros (πικρός), qui signifie « amer » : la picride est une plante amère.

Le nom spécifique echioides provient de la ressemblance des feuilles de cette espèce à celles de l’Echium vulgare (vipérine commune).

Le nouveau nom de genre Helminthia vient du mot grec helmins (έλμινς), ver : le fruit de la picride est aplati et strié en travers comme certains vers intestinaux, les helminthes, et la plante fut traditionnellement utilisée contre ces vers.

Étymologie françaiseÉtymologie française
Le nom de fausse-vipérine vient de sa ressemblance de ses feuilles avec celles de la vipérine commune (Echium vulgare).

Identification du végétalIdentification

Identification généraleGénéralités
La picride est une plante dite hispide, c’est-à-dire couverte de poils raides et espacés : toute la plante (tige, branches, feuilles et bractées) est hérissée de poils, raides et épais, à deux crochets, sortant d’une sorte de tubercule.

La Picris echioides se reconnaît aussi à ses bractées de deux formes : les bractées internes étroites, les bractées externes écartées du capitule et très larges.

Catégorie de planteCatégorie de plantePlante herbacée
La picride fausse-vipérine est une plante herbacée annuelle ou bisannuelle.
PortPort de la plante
Picride fausse-vipérine, Picride fausse-vipérine (auteur Amapreporter). Cliquer pour agrandir l'image.La picride est une plante à tige florifère dressée et rameuse, avec des rameaux étalés.
HauteurHauteur de la plante
La hauteur de la picride est généralement de 30 cm à 80 cm, voire près de 90 cm dans certaines régions.
Espèces semblablesEspèces semblables
La picride fausse-épervière (Picris hieracioides).

Un certain nombre de taxons infra-spécifiques sont reconnus, variant dans la forme de leurs feuilles.

RacineRacines

Description de la racine
La racine principale de la picride est développée et allongée.

ÉcorceTige / Écorce

Description de la tige
Picride fausse-vipérine, Tige de la picride fausse-vipérine (auteur Thomas Meyer). Cliquer pour agrandir l'image.La tige de la picride est dressée, souvent divariquée à partir de la base, et irrégulièrement ramifiée.

La surface de cette tige est cannelée et hispide, avec des poils très raides qui s’accrochent. Sa section est ronde et pleine, avec une consistance plutôt coriace ; la plante sécrète à la coupe une sève laiteuse.

Couleur de l'écorceCouleur de la tige
La tige est de couleur verte.

FeuilleFeuilles

Description des feuilles
Les cotylédons, c’est-à-dire les feuilles de la graine germée, sont glabres et en forme de cuillère : ovales avec un long pétiole.

Les premières vraies feuilles sont plus nettement en forme d’œuf et sont couvertes de poils grossiers, barbus et hérissés, qui émergent de petits tubercules.

Jusqu’à ce que la tige florale se développe, la picride se limite à une rosette basale.

Les feuilles basales sont en rosette ; elles sont ovales à oblongues, obtuses à aiguës à leur extrémité, simples et entières, ou sinuées-dentées sur le bord, atténuées en un court pétiole ailé vers la tige.

Sur la tige, les feuilles caulinaires sont alternes le long de la tige.

Les feuilles caulinaires inférieures sont semblables aux feuilles basales, avec un pétiole ailé.

Les feuilles caulinaires supérieures sont sessiles, engainant la tige à leur base cordée, comme par deux oreillettes obtuses. Elles sont lancéolées à ovales, avec un bord ondulé et entier, ou légèrement dentelé.

Picride fausse-vipérine, Feuille de picride fausse-vipérine (auteur Thomas Meyer). Cliquer pour agrandir l'image.Picride fausse-vipérine, Feuilles supérieures de picride fausse-vipérine. Cliquer pour agrandir l'image.
Dimension des feuillesDimension des feuilles
Les feuilles basales ont de 3,5 à 25 cm de longueur et de 1,5 à 10 cm de largeur.

Les feuilles de la tige ont de 10 à 20 cm de longueur.

Couleur des feuillesCouleurs des feuilles
Les feuilles de la picride vipérine sont de couleur vert clair.

Le limbe un peu gaufré est uniformément couvert, sur la face supérieure, de petits coussinets blanchâtres et espacés qui portent des poils raides assez inégaux ; les plus longs sont semblables à de petites épines terminées par de petits crochets.

VégétationVégétation
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Végétation

FleurFleurs

Description des fleurs
Picride fausse-vipérine, Fleur de picride fausse-vipérine. Cliquer pour agrandir l'image.La picride fausse-vipérine fleurit en nombreux capitules de fleurons jaunes tous ligulés ; les capitules sont disposés en corymbe sur de courts pédoncules terminaux à l’extrémité des tiges florales. Ces capitules jaunes ressemblent à ceux des pissenlits.

Fruits de picride fausse-vipérine (auteur Montse Poch). Cliquer pour agrandir l'image dans Flickr (nouvel onglet).L’involucre se compose de deux rangées de bractées dressées, disposées irrégulièrement ; ces bractées sont d’abord appliquées contre les fleurs, puis sont écartées à maturité ; elles ont une marge pectinée-ciliée. Le réceptacle de l’involucre présente des poils et de petites écailles en forme de fibres, entre les fleurons.

Les bractées intérieures (supérieures) sont au nombre de 8. Elles sont étroites, lancéolées et acuminées (terminées en une longue pointe effilée), dentées et ciliées sur les bords. Elles sont presque dissimulées derrière les bractées extérieures.

Picride fausse-vipérine, Fleur de picride fausse-vipérine (auteur Stemonitis). Cliquer pour agrandir l'image.Les bractées extérieures (inférieures) sont au nombre de 3 à 5, formant une involucelle. Ces bractées extérieures sont largement ovales et à pointe épineuse, et, le plus souvent, en cœur renversé à leur base. Elles sont plus larges et plus longues que les bractées intérieures, les dépassant de beaucoup. Elles sont très écartées, formant une sorte de grand calicule entourant le capitule.

Mâle
Femelle
Dimension des fleursDimension des fleurs
Les capitules ont un diamètre de 2 à 3,5 cm ; l’involucre a 1,2 à 2 cm de diamètre sur 1 à 1,5 cm de hauteur.
Couleurs des fleursCouleurs des fleursFleurs jaunesFleurs jaune vif
Picride fausse-vipérine, Fleur de picride fausse-vipérine. Cliquer pour agrandir l'image.Les fleurons de la picride sont d’une couleur jaune doré ; les fleurons extérieurs peuvent avoir du rouge en dessous.

Fleur de picride fausse-vipérine (auteur Howard Clark). Cliquer pour agrandir l'image dans Flickr (nouvel onglet).

Fleur odoranteParfum des fleurs
PollenPollen
FloraisonFloraison
La picride fausse-vipérine fleurit de juin/juillet à septembre/octobre.
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Floraison

FruitFruits

Description des fruits
Le fruit de la picride fausse-vipérine est un akène oblong brusquement prolongé par un bec filiforme, mince et lisse, fragile, aussi long ou plus long que la graine elle-même, et portant une aigrette, généralement un peu plus longue que ce bec.

L’aigrette est un pappus dont les soies blanches sont plumeuses, disposées en éventail sur une seule rangée et libres entre elles jusqu’à leur base.

Fruits de picride fausse-vipérine (auteur Peter Greenwoods). Cliquer pour agrandir l'image dans Flickr (nouvel onglet).Picride fausse-vipérine, Graines de picride fausse-vipérine (auteur Mbz1). Cliquer pour agrandir l'image.
Dimension des fruitsDimension des fruits
Les akènes mesurent de 5 à 7 mm de longueur ; le bec capillaire est aussi long que la graine.
Couleurs du fruitCouleurs des fruits
Les graines extérieures sont jaunâtres, les graines intérieures brun rougeâtre.
GrainesGraines
Les graines sont de forme ovale à fusiforme, un peu aplatie ; les graines de l’intérieur sont droites, celles de l’extérieur sont courbes. Elles ont de 0,9 à 1 mm de diamètre sur 2,5 à 3 mm de longueur.

Elles sont lisses, sans côtes longitudinales, mais finement ridées transversalement (muriculées) près du bec.

FructificationFructification
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Fructification

Cycle de vieCycle de vie

PérennitéPérennitéPlante annuelle
La picride fausse-vipérine est une plante annuelle ou bisannuelle.
PlantationPlantation
MultiplicationMultiplication
Elle se reproduit par graines.
EntretienEntretienTaille
CroissanceCroissance
RécolteRécolte
Ennemis de la planteEnnemis
LongévitéLongévité

HabitatHabitats

MilieuxMilieuxPrairiesChampsPâturagesHaiesRuisseauxBords de cheminBords de routeRemblais de chemin de ferTerrains vaguesVergersJardins
Picride fausse-vipérine, Habitat de la picride fausse-vipérine (auteur Thomas Meyer). Cliquer pour agrandir l'image.La picris fausse-vipérine se rencontre dans un grand nombre de lieux incultes ou cultivés : friches, jachères, terrains vagues, décombres, chantiers, terres remuées, bords des chemins et des routes, fossés, bords des ruisseaux, digues, prés rocailleux, abords des cultures, champs cultivés, prairies artificielles, jardins, vergers, vignobles.
SolsSolsSols drainés
La fausse-vipérine préfère les sols secs et lourds, argileux et calcaires ; espèce nitrophile qui apprécie les sols riches en bases.
ExpositionsPlante de zone aride
Exposition au soleil.
ClimatsClimatsClimat ensoleilléClimat ombré
La picride est une espèce thermophile.
AltitudesAltitudesÉtage de plaineÉtage collinéen (de 0 à 800 m)
La picride ne s’élève guère au-dessus de 500 m d’altitude.
Espèce associéeEspèce associée

RépartitionDistribution géographique

Distribution globale
La picride vipérine est originaire du bassin méditerranéen (Europe méridionale, Asie Mineure, Afrique du Nord) mais est devenue largement acclimatée en dehors de cette zone.

Elle s’est répandue — mélangée aux graines de luzerne, d’avoine, et autres semences — en Europe occidentale et centrale, en Macaronésie (Îles Canaries et Madère) et en Amérique du Nord, où on la rencontre maintenant de la Nouvelle-Écosse jusqu’en Colombie britannique et en Californie.

En Europe, elle est présente dans le sud et l’est des îles britanniques, en France, un peu en Belgique et en Suisse.

En France elle n’est indigène que dans le Midi et le littoral ouest, mais en expansion vers le nord depuis le XIXe siècle : on la rencontre à peu près partout mais de façon assez inégale.

Présent en auvergneAuvergne
La picride fausse-vipérine est très commune dans la Limagne.

Utilisation médicinaleUtilisations

Utilisations médicinalesUtilisations médicinales
La picride fausse-vipérine est une plante médicinale qui était considérée autrefois comme vermifuge (traitement contre les vers helminthes) ; le nom allemand, Wurmlattich (laitue à ver), fait référence à cette propriété.

Ses feuilles, qui sont amères, sont aussi utilisées en infusion pour contrôler la diarrhée.

Sa racine, qui est douce et mucilagineuse, est employée comme résolutif.

Utilisations culinairesUtilisations culinairesUtilisation en infusionsUtilisation en légumeUtilisation en racine
Les feuilles sont parfois encore consommées dans la zone méditerranéenne comme légume sauvage pour ses vertus vermifuges.

StatutStatut

Rareté
La picride fausse-vipérine est une plante assez commune qui est en extension, devenant localement abondante.
MenacesMenaces
La picride est souvent considérée comme une mauvaise herbe envahissante.
Protection
Picris echioides n’est pas une espèce protégée.

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Sujets plus détaillés
Sujets proches
Les achillées (Achillea)
L'adénostyle (Adenostyles alliariae)
Les armoises (Artemisia)
L'arnica des montagnes (Arnica montana)
L'aster amelle (Aster amellus)
L'aster à feuilles d'osyris (Aster linosyris)
La grande bardane (Arctium lappa)
La camomille matricaire (Matricaria recutita)
Les carduoïdés (Carduoideae)
Les centaurées (Centaurea)
La carline à feuilles d'acanthe (Carlina acanthifolia)
Le doronic d'Autriche (Doronicum austriacum)
Le doronic à feuilles cordées (Doronicum pardalianches)
L'eupatoire chanvrine (Eupatorium cannabinum)
La grande marguerite (Leucanthemum vulgare)
La laitue des Alpes (Cicerbita alpina)
La laitue des murailles (Mycelis muralis)
La laitue vivace (Lactuca perennis)
La lampsane commune (Lapsana communis)
La ligulaire de Sibérie (Ligurica sibirica)
Le léontodon d'automne (Leontodon autumnalis)
La mulgédie de Plumier (Cicerbita plumieri)
La pâquerette vivace (Bellis perennis)
Le pétasite blanc (Petasites albus)
La picride fausse-vipérine (Picris echioides)
Le pissenlit dent-de-lion (Taraxacum officinale)
La porcelle enracinée (Hypochoeris radicata)
La prénanthe pourpre (Prenanthes purpurea)
Le salsifis des prés (Tragopogon pratensis)
La scorsonère des prés (Scorzonera humilis)
Le séneçon à feuilles d'adonis (Senecio adonidifolius)
Le séneçon à feuilles de roquette (Senecio erucifolius)
Le séneçon jacobée (Senecio jacobaea)
Le solidage du Canada (Solidago canadensis)
Le solidage verge d'or (Solidago virgaurea)
La tanaisie vulgaire (Tanacetum vulgare)
Sujets plus larges
Page d'accueil
Les apocynacées (Apocynaceae)
Les astéracées (Asteraceae)
Les boraginacées (Boraginaceae)
Les campanulacées (Campanulaceae)
Les caprifoliacées (Caprifoliaceae)
Les dipsacacées (Dipsacaceae)
Les gentianacées (Gentianaceae)
Les lamiacées (Lamiaceae)
Le liseron des champs (Convolvulus arvensis)
Les oléacées (Oleaceae)
Les plantaginacées (Plantaginaceae)
Les rubiacées (Rubiaceae)
Les scrofulariacées (Scrophulariaceae)
Les solanacées (Solanaceae)
Les valérianacées (Valerianaceae)
Les verbénacées (Verbenaceae)
Taxon précédant ] [ Taxon ascendant ] [ Taxon suivant ] [Page d’accueil] [Végétaux] [Via Gallica]
Chercher sur ce Site :
Chercher sur la Toile :
Recommander cette page :
Recommander ce site :
AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.