La ligulaire de Sibérie (Ligularia sibirica)

Espèce[Photos] [Présentation] [Classification] [Noms] [Étymologie] [Identification] [Racines] [Tiges] [Feuilles] [Fleurs] [Fruits] [Cycle] [Habitats] [Origine] [Distribution] [Bois] [Utilisations] [Constituants] [Culture] [Statut] [Autres sujets]

[Taxon précédant] [Page d'accueil] [Taxon ascendant] [Taxon suivant] [Via Gallica]

Page en cours d'édition

PhotosPhotos

Ligulaire de Sibérie. Cliquer pour agrandir l'image.Ligulaire de Sibérie. Cliquer pour agrandir l'image.Ligulaire de Sibérie.

ClassificationClassification

Règne : plantes (Plantae)Sous-règne : plantes vasculaires (Tracheobionta)
Division : plantes à graines (Spermatophyta)Sous-division :
Classe : plantes à fleurs (Angiospermae)Sous-classe : dicotylédones (Dicotyledonae)
Super-ordre : astéridés (Asteridae)Ordre : astérales (Asterales)
Famille : astéracées (Asteraceae)Sous-famille :
Genre : ligulaires (Ligurica)Sous-genre :
Espèce : Ligularia sibirica [(Linné) Cass.], Ligularia longipes [Pojark]Variété :
Nom commun : ligulaire de SibérieNom populaire : séneçon de Sibérie

Noms européensNoms européens

AlbanieAllemagneSibirischer GoldkolbenAngleterreArménie
Pays basqueBiélorussieBrezhonegBulgarie
CatalogneChyprioteCorsuCroatiejedna od njih
DanemarkGaeidhligEspagneEstonieharilik kobarpea
FøroysktFinlandesiperian nauhusFrançaisligulaire de SibérieFrysk
GalicePays de GallesGéorgieGrèce
Hongrieszibériai hamuvirágIrlandeIslandeItalie
Lettoniemēlziede, sibīrijasLithuaniesibirinė liguliarijaLëtzebuergëschMacédoine
MalteMoldovenesteNorvègeOccitan
Pays-BasPolognejęzyczka syberyjskaPortugalRoumanieszibériai hamuvirág
Russieбузульник сибирскийSerbieSlovaquiejazyčník sibírskySlovénie
SuèdeTchéquiepopelivka sibiřská, jazyčník sibírskyUkraïneEmpire romainLigularia sibirica

Identification du végétalIdentification

Identification généraleGénéralités
Ligulaire de Sibérie.La ligulaire de Sibérie ne passe pas inaperçue dans les zones humides qu’elle fréquente : cette grande plante robuste atteint 40 à 150 cm de hauteur.

Ligulaire de Sibérie. Plantes, narse d'Espinasse. Cliquer pour agrandir l'image.Au-dessus d’une forte souche fibreuse, la tige dressée porte de grandes feuilles vertes dessus et blanchâtres dessous, plus ou moins en forme de cœur, sinuées ou dentées. Elle se termine par une grappe assez lâche de capitules de fleurs jaunes, développées de juillet à septembre et pollinisées par les insectes. Les graines sont dispersées par le vent.

Plante robuste de 40 à 150 cm de hauteur, à forte souche fibreuse. Tige dressée généralement simple, plus ou moins glabre à velue, sillonnée, teintée de pourpre dans sa partie inférieure.

PortPort de la plante
HauteurHauteur de la plante
RemarquesRemarques
La Ligulaire de Sibérie est une plante vivace hémicryptophyte. Le développement et la longévité des individus sont mal connus. La variabilité du nombre de pieds est faible dans le temps, mais importante d’une station à l’autre (de moins de 10 à plus de 10 000).
Espèces semblablesEspèces semblables

FeuilleFeuilles

Description des feuilles
Feuilles larges.

Feuilles vertes sinuées ou dentées, glabres en dessus, plus ou moins pubescentes en dessous, obtuses au sommet, engainantes à la base ; les inférieures profondément cordées, ovales sub-réniformes ou presque sagittées (10 à 25 cm de longueur sur 7 à 20 cm de largeur), longuement pétiolées (pétiole généralement plusieurs fois aussi long que le limbe), les supérieures plus petites à pétiole élargi engainant la tige.

Au stade végétatif, les feuilles ne doivent pas être confondues avec celles du Populage (Caltha palustris L.), qui sont totalement glabres dessous.

Dimension des feuillesDimension des feuilles
Couleur des feuillesCouleurs des feuilles
VégétationVégétation
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Végétation

FleurFleurs

Description des fleurs
Ligulaire de Sibérie. Hampes florales, narse d'Espinasse. Cliquer pour agrandir l'image.Fleurs jaunes réunies en capitules assez nombreux disposés en une grappe terminale assez lâche. Chaque capitule est courtement pédonculé et muni à la base de deux bractées opposées. L’involucre, campanulé et glabre, entoure les fleurs tubulaires disposées au centre, et 7 à 9 fleurs ligulées (de 15 à 20 mm de longueur) disposées sur le pourtour.

Ligulaire de Sibérie. Fleur, narse d'Espinasse. Cliquer pour agrandir l'image.Les fleurs, nombreuses, en épis, ressemblent à de petites marguerites jaunes. Mais la plante fleurie est très caractéristique et ne peut être confondue.

Dimension des fleursDimension des fleurs
Couleurs des fleursCouleurs des fleurs
Fleur odoranteParfum des fleurs
PollenPollen
FloraisonFloraison
Floraison en juillet et août.
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Floraison

FruitFruits

Description des fruits
Akènes de 4 à 7 mm de longueur, surmontés d’une aigrette de soies blanchâtres.
Couleurs des fruitsCouleurs des fruits
GrainesGraines
FructificationFructification
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Fructification

Cycle de vieCycle de vie

PérennitéPérennité
Plante vivace.

La floraison a lieu de juillet à septembre. La pollinisation est mal connue ; on note toutefois la présence de nombreux insectes sur les fleurs. La dissémination des akènes est assurée par le vent (anémochorie). Aspect des populations, sociabilité Les populations peuvent être organisées en placages denses, avec des densités allant jusqu’à quelques touffes par mètre carré, ou bien être réparties par petites zones où l’on observe des touffes plus ou moins proches les unes des autres. Dans les stations françaises actuelles, l’espèce est généralement localisée sur des surfaces de l’ordre de 1 à 10 ha.

PlantationPlantation
MultiplicationMultiplication
EntretienEntretien
CroissanceCroissance
RécolteRécolte
Ennemis de la planteEnnemisInsectesChampignons
LongévitéLongévité

HabitatHabitats

MilieuxMilieuxPrés
Narse d'EspinasseLa ligulaire occupe plusieurs types d’habitats tourbeux ou marécageux : hautes herbes et prairies de bord de tourbières, saulaies claires.

La Ligulaire de Sibérie se rencontre dans des stations humides et froides présentant une topographie généralement plane ou concave et un éclairement variable (pleine lumière à ombre modérée). Ces stations sont généralement situées à des altitudes de l’ordre de 900 à 1 400 m et sont caractérisées par une ambiance humide et froide. Le substrat est cristallin ou basaltique et le pH légèrement acide à neutre. On la rencontre principalement en périphérie (et dans les stades jeunes) de tourbières ou lac-tourbières (y compris dans d’anciennes fosses de tourbage).

SolsSols
ClimatsClimatsClimat ensoleilléClimat ombréClimat pluvieuxClimat humideClimat froid
AltitudesAltitudesÉtage de plaineÉtage collinéen (de 0 à 800 m)Étage montagnard (de 800 à 1 700 m)Étage subalpin (de 1 700 à 2 200 m)Étage alpin (de 2 200 à 3 000 m)
Espèce associéeEspèce associée

RépartitionDistribution géographique

Distribution globale
Espèce eurosibérienne subarctique d’origine asiatique, la Ligulaire de Sibérie est présente en Europe surtout centrale et Angiospermes orientale (Autriche, Roumanie, Bulgarie, ex-Tchécoslovaquie, Hongrie, Pologne, ex-URSS) et en Asie (Sibérie).

France : En France, on la rencontre principalement dans le Massif central (Cézallier et environs, Aubrac, monts du Cantal, Vivarais), puis dans les Pyrénées (Capcir) et en Bourgogne (une seule station). Elle occupe principalement l’étage montagnard entre 900 et 1 400 m d’altitude (beaucoup plus rarement le collinéen), une majorité des stations étant située entre 1000 et 1 200 m.

Présent en auvergneAuvergne
Auvergne : Cézallier, monts Dore, monts Dômes, Aubrac, Mézenc, monts du Cantal.

Narse d’Espinasse ; Environs du Pavin

StatutStatut

Rareté
Venue du nord de l’Europe avec les glaciations quaternaires, la ligulaire de Sibérie s’est réfugiée depuis dans des zones isolées particulièrement froides et humides (plante relicte glaciaire). Elle est donc liée à un milieu très particulier, ce qui fait son originalité mais aussi sa fragilité. Elle figure à ce titre dans le livre rouge de la flore menacée de France, tome 1.

Bien que la ligulaire soit présente en France dans environ 35 stations (réparties sur 8 départements français), la majorité des populations est située dans le Puy-de-Dôme.

Le maintien de l’espèce est strictement lié au maintien de ses habitats (complexes tourbeux principalement).

Protection
L’espèce est protégée au niveau européen et national. Par ailleurs, 4 sites du Puy-de-Dôme abritant la ligulaire sont protégés réglementairement.

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Sujets plus détaillés
Sujets proches
Les achillées (Achillea)
L'adénostyle (Adenostyles alliariae)
Les armoises (Artemisia)
L'arnica des montagnes (Arnica montana)
L'aster amelle (Aster amellus)
L'aster à feuilles d'osyris (Aster linosyris)
La grande bardane (Arctium lappa)
La camomille matricaire (Matricaria recutita)
Les carduoïdés (Carduoideae)
Les centaurées (Centaurea)
La carline à feuilles d'acanthe (Carlina acanthifolia)
Le doronic d'Autriche (Doronicum austriacum)
Le doronic à feuilles cordées (Doronicum pardalianches)
L'eupatoire chanvrine (Eupatorium cannabinum)
La grande marguerite (Leucanthemum vulgare)
La laitue des Alpes (Cicerbita alpina)
La laitue des murailles (Mycelis muralis)
La laitue vivace (Lactuca perennis)
La lampsane commune (Lapsana communis)
La ligulaire de Sibérie (Ligurica sibirica)
Le léontodon d'automne (Leontodon autumnalis)
La mulgédie de Plumier (Cicerbita plumieri)
La pâquerette vivace (Bellis perennis)
Le pétasite blanc (Petasites albus)
La picride fausse-vipérine (Picris echioides)
Le pissenlit dent-de-lion (Taraxacum officinale)
La porcelle enracinée (Hypochoeris radicata)
La prénanthe pourpre (Prenanthes purpurea)
Le salsifis des prés (Tragopogon pratensis)
La scorsonère des prés (Scorzonera humilis)
Le séneçon à feuilles d'adonis (Senecio adonidifolius)
Le séneçon à feuilles de roquette (Senecio erucifolius)
Le séneçon jacobée (Senecio jacobaea)
Le solidage du Canada (Solidago canadensis)
Le solidage verge d'or (Solidago virgaurea)
La tanaisie vulgaire (Tanacetum vulgare)
Sujets plus larges
Page d'accueil
Les apocynacées (Apocynaceae)
Les astéracées (Asteraceae)
Les boraginacées (Boraginaceae)
Les campanulacées (Campanulaceae)
Les caprifoliacées (Caprifoliaceae)
Les dipsacacées (Dipsacaceae)
Les gentianacées (Gentianaceae)
Les lamiacées (Lamiaceae)
Le liseron des champs (Convolvulus arvensis)
Les oléacées (Oleaceae)
Les plantaginacées (Plantaginaceae)
Les rubiacées (Rubiaceae)
Les scrofulariacées (Scrophulariaceae)
Les solanacées (Solanaceae)
Les valérianacées (Valerianaceae)
Les verbénacées (Verbenaceae)
Taxon précédant ] [ Taxon ascendant ] [ Taxon suivant ] [Page d’accueil] [Végétaux] [Via Gallica]
Chercher sur ce Site :
Chercher sur la Toile :
Recommander cette page :
Recommander ce site :
AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.