La région de l’île de Crète (Kríti) en Grèce

Rubriques[Photos] [Présentation] [Situation] [Visites] [Culture] [Informations pratiques] [Autres sujets]

[Sujet précédant] [Grèce] [Sujet ascendant] [Via Gallica]

Page non éditée

PrésentationPrésentation

Présentation généralePrésentation générale
ÉtymologieÉtymologie et toponymie

SituationSituation

La région de la Crète en Grèce. Carte de la Crète (auteur Éric Gaba). Cliquer pour agrandir l'image.

VisitesVisites

ÎleL’île de Crète
La région de la Crète en Grèce. Municipalités de la Crète (auteur Pitichinaccio). Cliquer pour agrandir l'image.Les dèmes de l’île de Crète :

1 : Département de La Canée.

1 1 : La Canée. 1 2 : Vryssès (dème d’Apokoronas). 1 3 : Sfakia. 1 4 : Kandanos. 1 5 : Kissamos. 1 6 : Platanias. 1 7 : Île de Gavdos.

2 : Département de Réthymnon.

2 1 : Réthymnon. 2 2 : Pérama (dème de Mylopotamos). 2 3 : Anogia. 2 4 : Agia Fotini (dème d’Amari). 2 5 : Spili (dème d’Agios Vassilios).

3 : Département d’Héraklion.

3 1 : Héraklion. 3 2 : Hersonnissos. 3 3 : Évangélismos (dème de Minoa Pédiada). 3 4 : Ano Viannos (dème de Viannos). 3 5 : Archanès. 3 6 : Agioi Déka (dème de Gortyne). 3 7 : Mirès (dème de Phaistos). 3 8 : Gazi (dème de Malévizi).

4 : Département du Lassithi.

4 1 : Agios Nikolaos (dème de Mirambello). 4 2 : Sitia. 4 3 : Iérapétra. 4 4 : Tzermiado (dème du plateau de Lassithi).

La région de la Crète en Grèce. Les sites archéologiques de la Crète (auteur Éric Gaba). Cliquer pour agrandir l'image.La région de la Crète en Grèce. Carte de l'ouest de la Crète (US Army, 1948). Cliquer pour agrandir l'image.La région de la Crète en Grèce. Carte de l'est de la Crète (US Army, 1948). Cliquer pour agrandir l'image.La région de la Crète en Grèce. Carte de la Crète. Cliquer pour agrandir l'image.
RégionLe département de La Canée (Περιφερειακή ενότητα Χανίων / Periferiakí enótita Chaníon)
La région de la Crète en Grèce. Carte du département de La Canée. Cliquer pour agrandir l'image.
La région de la Crète en Grèce. Les cantons du département de La Canée (auteur Pitichinaccio). Cliquer pour agrandir l'image.Liste des cantons du département de La Canée (Χανιά / Chaniá) :

1 : Chania (Δήμος Χανίων). 2 : Akrotiri (Δήμος Ακρωτηρίου). 3 : Anatoliko Selino (Δήμος Ανατολικού Σελίνου). 4 : Armeni (Δήμος Αρμένων). 5 : Vamos (Δήμος Βάμου). 6 : Voukolies (Δήμος Βουκολίων). 7 : Georgioupoli (Δήμος Γεωργιούπολης). 8 : Eleftherios Venizelos (Δήμος Ελευθερίου Βενιζέλου). 9 : Theriso (Δήμος Θερίσου). 10 : Innachori (Δήμος Ινναχωρίου). 11 : Kandanos (Δήμος Καντάνου). 12 : Keramia (Δήμος Κεραμιών). 13 : Kissamos (Δήμος Κισσάμου). 14 : Kolymvari (Δήμος Κολυμβαρίου). 15 : Kryonerida (Δήμος Κρυονερίδας). 16 : Mousouri (Δήμος Μουσούρων). 17 : Mythimna (Δήμος Μυθήμνης). 18 : Nea Kydonia (Δήμος Νέας Κυδωνίας). 19 : Pelekanos (Δήμος Πελεκάνου). 20 : Platanias (Δήμος Πλατανιά). 21 : Souda (Δήμος Σούδας). 22 : Sfakia (Δήμος Σφακίων). 23 : Fres (Δήμος Φρε). 24 : Asi Gonia (Κοινότητα Ασή Γωνιάς). 25 : Gavdos (Κοινότητα Γαύδου).

Point d’intérêtLes attractions touristiques du département de La Canée
La région de la Crète en Grèce. Carte du département de La Canée. Cliquer pour agrandir l'image.Le département de La Canée (Χανιά / Chaniá) :
  • La ville de La Canée.
    • La vieille ville de La Canée où se mêlent les influences vénitienne et turque.
      • Le vieux port vénitien.
      • Le musée nautique de Crète avec de belles maquettes de navires.
    • Le musée archéologique qui présente notamment des découvertes archéologiques de la cité antique minoenne de Kydonia (Κυδωνία).
  • La presqu’île d’Akrotiri (Ακρωτήρι).

    La presqu’île se trouve au nord-est de La Canée.

    • Le monastère de la Sainte-Trinité (Μονή Αγίας Τριάδας / Moní Agías Triádas), du XVIIe siècle.
    • La colline du prophète Élie où se trouve la tombe de Venizélos.
  • La ville de Souda (Σούδα).

    À 6 km à l’est de La Canée.

    • Le site archéologique d’Aptéra (Απτέρα).

      La cité antique d’Aptéra, fondée au Ve siècle avant JC, surveillait l’entrée de la baie de Souda ; on peut y voir d’énormes citernes romaines.

  • La ville de Vryssès (Βρύσες).
    • À Gavalochori (Γαβαλοχώρι), au nord de Vryssès, le Musée historique et ethnographique présente les artisanats crétois.
    • À Alikambos (Αλίκαμπος), au sud de Vryssès, l’église Notre-Dame recèle de belles fresques.
    • À Alikampos, les chais Dourakis où l’on peut goûter d’excellents vins.
    • À Kyriakossellia (Κυριακοσέλλια / Kyriakoséllia), au nord-ouest de Vryssès, l’église Saint-Nicolas, une des plus belles églises byzantines de l’île, datant de la fin du XIe siècle.
  • Le lac de Kournas (Λίμνη Κουρνά).

    Le seul lac naturel de Crète ; on peut y faire du canoë et déjeuner au bord du lac.

  • Les gorges d’Imbros (Φαράγγι Ίμπρου).

    Depuis un restaurant, au sud du village, on peut descendre les gorges jusqu’à la côte sur 8 km, en 3 heures de marche pas trop difficile.

  • Le château de Frangokastello (Φραγκοκαστελλο).

    Château bâti par les Vénitiens à la fin du XIVe siècle pour protéger la région contre les incursions de pirates ; le château est nommé « château franc », car les Vénitiens étaient assimilés à des Francs par la population locale.

  • La ville de Sfakia (Σφακιά).

    Sfakia, ou Chora Sfakion (Χώρα Σφακίων), est un joli port dans une région rebelle, dont la population s’opposa à tous les occupants. On peut s’y embarquer pour visiter les gorges de Samaria ou pour l’île de Gavdos.

  • Le village d’Anopoli (Ανώπολη).

    Le village d’Anopoli se trouve sur un plateau, à 600 m d’altitude, au pied du mont Pachnès, le point culminant des Montagnes Blanches. Depuis Chora Sfakion, on accède à Anopoli par une route en lacets vertigineuse.

  • Les gorges d’Aradéna (Φαράγγι Αράδαινας).

    En continuant la route après Anopoli on atteint les gorges d’Aradena que l’on franchit par un viaduc métallique spectaculaire ; juste après le pont on découvre le village abandonné d’Aradaina (Αράδαινα) ; la petite route se termine à Agios Ioannis. Il est possible de descendre les gorges d’Aradéna jusqu’à la côte, sur 7 km en environ 3 h.

  • Le village de Loutro (Λουτρό).

    Loutro n’est accessible qu’à pied ou par les transbordeurs qui relient ce petit port naturel à Chora Sfakion ou à Agia Rouméli.

  • L’île de Gavdos (Γαύδος).

    L’île de Gavdos est le lieu le plus méridional du continent européen ; on peut s’y rendre en transbordeur depuis Chora Sfakion ou depuis Palaiochora. Cette île sauvage dispose de quelques plages et de quelques hébergements rustiques.

  • Les gorges de Samaria (Φαράγγι της Σαμαριάς).

    Les gorges de Samaria sont les deuxièmes gorges les plus longues d’Europe ; les gorges forment un profond sillon de 16 km de longueur dans le flanc sud du massif des Montagnes Blanches ; les falaises atteignent jusqu’à 600 m de hauteur. On peut descendre les gorges de Samaria depuis le village d’Omalos, sur 18 km de longueur et 1 000 m de dénivelé, en 5 à 6 heures de marche, jusqu’au hameau côtier d’Agia Rouméli ; depuis Agia Rouméli des bateaux font la liaison avec Chora Sfakion ou Palaiochora.

  • Les gorges d’Agia Irini (Αγία Ειρήνη).

    Moins connues, mais presqu’aussi spectaculaires que les gorges de Samaria, les gorges d’Agia Irini (Φαράγγι της Αγίας Ειρήνης) conduisent à la petite plage de Sougia en 7,5 km de marche ; on peut voir dans ces gorges une riche végétation d’arbres et de plantes aromatiques.

  • Le village de Sougia (Σούγια).

    Petite station balnéaire située au débouché d’une autre gorge, accessible par la route ou en bateau depuis Palaiochora. Sougia possède une longue plage de sable grossier et de cailloux.

    • Le site antique de Lissos (Λισός / Lisós).

      Belles ruines minoennes situées à 1 h 30 de marche à l’ouest de Sougia, sur le sentier de randonnée E4.

      Le site archéologique de Lissos (Αρχαία Πόλη Λισσός).
  • Les gorges d’Anidri (Άνυδροι / Ánydroi).

    L’arrière-pays de Palaiochora est propice à de belles randonnées dans la vallée d’Azogyrès (Αζογυρές) et les villages des coteaux environnants : Spaniakos (Σπανιάκος), Asfendilès (Ασφενδιλές) et Anydri. Tous ces villages ont de belles églises byzantines ; près d’Azogyrès le monastère des quatre-vingt-dix-neuf Saints Pères mérite une visite. Depuis Anydri on peut descendre les gorges jusqu’à une plage.

  • La ville de Paléochora (Παλαιόχωρα).

    Agréable station balnéaire située au fond d’une baie protégée par un promontoire ; sur ce promontoire on peut voir de maigres vestiges d’une forteresse vénitienne du XIIIe siècle d’où l’on a de belles vues. Dans la plaine côtière voisine, à l’ouest de Paléohora, des serres maraîchères gâchent un peu le paysage.

  • La plage d’Élafonissi (Ελαφονήσι).

    À une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Palaiochora, au coin sud-ouest de la Crète, se trouve une des plus belles plages de l’île, la plage d’Élafonissi (« l’île au cerf ») ; on accède à Élafonissi depuis le village de Topolia (Τοπόλια). La plage de sable rose est adossée à un isthme qui relie l’îlot d’Élafonissi à l’île de Crète, formant une sorte de lagon aux eaux cristallines ; il est facile de rejoindre l’îlot à pied. En haute saison, la plage est généralement bondée.

  • Le monastère de Chrissoskalitissa (Μόνη Χρυσοσκαλιτίσσης / Moní Chrysoskalítissis).

    Monastère fortifié, édifié au XIIe siècle sur un promontoire rocheux dominant une crique.

  • La presqu’île de Gramvoussa (Γραμβούσα).

    La presqu’île de Gramvoussa occupe le coin nord-ouest de l’île de Crète.

    • La plage de Falassarna (Φαλάσαρνα).

      Le hameau de Falassarna et sa plage sont situés du côté ouest de l’isthme de la presqu’île de Gramvoussa. La plage est une plage de sable fin, de grande longueur et de bonne largeur ; au nord de la plage se trouvent les vestiges d’un port antique, qui sont de nos jours à 8 m au-dessus du niveau de la mer par suite du basculement de l’île de Crète de l’ouest vers l’est.

    • La plage de Balos (Παραλία Μπάλος).

      La magnifique plage de Balos se trouve près de la pointe de la presqu’île de Gramvoussa, sur un cordon de sable blanc qui relie la presqu’île à une petite presqu’île nommée Tigani (Τηγάνι) ; comme à Élafonissi le lieu est semblable à un lagon corallien. Balos est accessible en véhicule tout terrain par une piste puis un sentier, mais la plupart des visiteurs y viennent en bateau depuis le port de Kissamos.

    • L’île d’Iméri Gramvoussa (Ήμερη Γραμβούσα).

      À 3 km au nord de Balos se trouve l’île d’Iméri Gramvoussa où subsiste les ruines d’une forteresse vénitienne édifiée au XVIe siècle. On peut y venir en excursion maritime depuis Kissamos.

  • La ville de Kissamos (Κίσαμος).

    Kissamos s’étend au fond d’une vaste baie protégée par les presqu’îles de Gramvoussa et de Rodopos. Depuis le port de Kastelli il existe des liaisons de transbordeurs vers l’île de Cythère. La localité possède un musée archéologique présentant les découvertes faites dans le canton.

  • Les ruines de Polyrrinia (Πολυρρηνία / Polyrrinía).

    À environ 5 km au sud de Kissamos, Polyrrinia présente les ruines, surtout romaines, de cette cité antique.

  • Les gorges de Topolia (Τοπόλια).

    À 3 km à l’est de Kissamos une route prend sur la droite de la route côtière en direction de Topolia, Élos et Élafonissi ; cette route panoramique suit les gorges de Topolia où se trouvent de nombreuses grottes dont la plus connue est la grotte d’Agia Sophia.

  • La presqu’île de Rodopos (Ροδωπός).

    Après Kissamos la route côtière atteint la presqu’île de Rodopos où le monastère de Gonia (Μονή Γωνιάς) recèle une intéressante collection d’icônes.

  • La ville de Kolymvari (Κολυμβάρι).

    Agréable petite station balnéaire.

  • Le cimetière militaire allemand de Malémé (Μάλεμε / Máleme).

    Impressionnant cimetière de plusieurs milliers de tombes, notamment celles des parachutistes allemands tués lors de la prise de l’aéroport de Malémé le 20 mai 1941.

  • Le village d’Omalos (Ομαλός).

    Depuis Platanias on peut se diriger vers l’intérieur des terres en direction du village d’Omalos qui est le point de départ de randonnées en montagne et aussi de la descente des gorges de Samaria. Avant d’arriver à Omalos on peut visiter le Parc botanique de Crète à Fournès (Φουρνές).

RégionLe département de Réthymnon (Περιφερειακή ενότητα Ρεθύμνου / Periferiakí enótita Rethýmnou)
La région de la Crète en Grèce. Carte du département de Réthymnon. Cliquer pour agrandir l'image.
La région de la Crète en Grèce. Liste des cantons du département de Réthymnon (auteur Pitichinaccio). Cliquer pour agrandir l'image.Liste des cantons du département de Réthymnon (Ρέθυμνο / Réthymno) :

1 : Rethymno (Δήμος Ρεθύμνου). 2 : Anogia (Δήμος Ανωγείων). 3 : Arkadi (Δήμος Αρκαδίου). 4 : Geropotamos (Δήμος Γεροποτάμου). 5 : Kouloukonas (Δήμος Κουλούκωνα). 6 : Kourites (Δήμος Κουρήτων). 7 : Lambi (Δήμος Λάμπης). 8 : Lappa (Δήμος Λαππαίων). 9 : Nikiforos Fokas (Δήμος Νικηφόρου Φωκά). 10 : Sivritos (Δήμος Σιβρίτου). 11 : Finikas (Δήμος Φοίνικα). 12 : Zoniana (Κοινότητα Ζωνιανών).

Point d’intérêtLes attractions touristiques du département de Réthymnon
La région de la Crète en Grèce. Carte du département de Réthymnon. Cliquer pour agrandir l'image.Le département de Réthymnon (Ρέθυμνο / Réthymno) :
  • La ville de Réthymnon.
    • Le quartier vénitien.
      • La Grande Porte, de la fin du XVIe siècle.
      • Le musée archéologique.
      • Le musée historique et ethnographique.
      • La mosquée Nératzé.
      • La fontaine vénitienne ou fontaine Rimondi, de 1629.
      • La loge vénitienne, transformée en mosquée par les Turcs.
    • Le port vénitien (Ενετικό Λιμάνι / Enetikó Limáni).
    • La forteresse vénitienne de Fortétza (Ενετικό Κάστρο Φορτέτζα).
  • La nécropole d’Arméni (Νεκροταφείο Αρμένων / Nekrotapheío Arménon).

    À environ 5 km au sud de Réthymnon cette nécropole, de l’époque minoenne tardive (XIIe-XIe siècle avant JC), contient plus de 200 tombes creusées dans la roche.

  • Le village de Panormos (Πάνορμος).

    Charmant petit port, à l’histoire très ancienne, à une vingtaine de kilomètres à l’est de Réthymnon. Panormos tend à devenir une station balnéaire de plus en plus importante. On peut y voir les ruines d’une basilique du Ve siècle.

  • Les grottes de Mélidoni (Μελιδόνι / Melidóni).

    En 1823 les Turcs y assassinèrent près de 400 personnes, surtout des femmes et des enfants, qui s’étaient réfugiées dans la grotte, en fermant l’entrée de la grotte et les en enfumant.

  • Le village d’Anogia (Ανώγεια).

    La région d’Anogia est célèbre pour son artisanat, ses musiciens et ses chanteurs, mais aussi pour son esprit rebelle : au cours de la Seconde Guerre mondiale le village fut en grande partie détruit et la population massacrée par l’armée allemande après l’enlèvement d’un général. Anogia est la base de départ pour les excursions dans le massif montagneux de l’Ida et le mont Psiloritis.

  • Le mont Psiloritis (Ψηλορείτης / Psiloreítis).

    Le sommet du mont Psiloritis, ou mont Ida, est le point culminant de l’île de Crète, à 2 456 m d’altitude. Son ascension nécessite environ 4 h de marche.

    • Le plateau de Nida (Οροπέδιο Νίδας / Oropédio Nídas).

      Depuis Anogia la route qui monte au mont Ida longe le vaste plateau de Nida, traditionnellement dédié à l’élevage du mouton ; le plateau est parsemé de pittoresques cahutes de pierres sèches où se faisait la fabrication du fromage de brebis.

    • L’antre de l’Ida (Ιδαίον Άντρο / Idaíon Ándro).

      La grotte où Zeus aurait été élevé se trouve sur le flanc oriental du mont Ida, à 1 450 m d’altitude. Depuis l’aire de stationnement de la taverne du Nida une demi-heure suffit pour atteindre la grotte. L’entrée de la grotte est obstruée par la neige jusqu’assez tard dans l’année.

  • Le village côtier d’Agia Galini (Αγία Γαλήνη / Agía Galíni).

    Jolie, mais très escarpée, petite station balnéaire avec un port pittoresque.

  • Le hameau de Saint-Paul (Άγιος Παύλος / Ágios Paúlos).

    Saint-Paul de Réthymnon est une hameau situé au bord d’une magnifique petite crique où se niche une plage ; une plus grande plage se trouve de l’autre côté du cap Mélissa qui protège la crique à l’ouest. D’autres belles plages se succèdent à l’ouest jusqu’à la plage de Prévéli. Agios Pavlos est accessible par un petite route qui prend sur la route d’Agia Galini à Spili.

  • Le monastère de Prévéli (Κάτω Μονή Πρέβελη / Káto Moní Préveli).

    Le monastère de Prévéli est l’un des plus beaux monastères de Crète et il jouit d’une situation exceptionnelle, situé sur une corniche surplombant le mer de Lybie. De plus il recèle une vrai morceau de la Vraie Croix …

    • L’ancien monastère, Prévéli d’en Bas, situé quelques kilomètres plus bas, se visite également.
  • La plage de Prévéli (Παραλία Πρέβελη / Paralía Préveli).

    Magnifique plage située à l’embouchure du fleuve côtier Mégalopotamos, elle est adossée à une palmeraie qui se reconstitue après un incendie en 2011.

  • Le village de Spili (Σπήλι).

    Une halte rafraîchissante avec une fontaine vénitienne à dix-neuf têtes de lions.

  • La grotte de Patsos (Σπήλαιο του Πατσού / Spílaio tou Patsoú).

    Patsos est situé au nord-est de Spili, sur le flanc ouest du massif de l’Ida. On peut y visiter de magnifiques gorges où se trouve une grotte dédiée dans l’Antiquité au culte d’Hermès et dans laquelle a été bâtie une église, l’église Saint-Antoine (Εκκλησία Άγιος Αντώνιος).

  • La vallée d’Amari (Κοιλάδα του Αμαρίου / Koiláda tou Amaríou).

    Une région bucolique que l’on peut parcourir à pied depuis Agia Fotini jusqu’au lac de barrage qui ferme la vallée.

  • Le monastère d’Arkadi (Μονή Αρκαδίου / Moní Arkadíou).

    Situé au nord de la vallée d’Amari et à 20 km au sud-est de Réthymnon, le monastère d’Arkadi est l’un des plus riches monastères de Crète. Son église, édifiée au XVe siècle, possède une étonnante façade de style Renaissance. Arkadi est un monastère fortifié ; en 1866 un millier de Crétois, notamment des femmes et des enfants, s’y réfugièrent pour échapper à l’armée turque et préférèrent périr en faisant sauter les poudrières que de se rendre. Le monastère est devenu un haut-lieu du patriotisme crétois.

RégionLe département d’Héraklion (Περιφερειακή ενότητα Ηρακλείου / Periferiakí enótita Irakleíou)
La région de la Crète en Grèce. Carte du département d'Héraklion. Cliquer pour agrandir l'image.
La région de la Crète en Grèce. Les cantons du département d’Héraklion (auteur Pitichinaccio). Cliquer pour agrandir l'image.Liste des cantons du département d’Héraklion (Ηράκλειο / Irákleio) :

1 : Iraklio (Δήμος Ηρακλείου). 2. Agia Varvara (Δήμος Αγίας Βαρβάρας). 3 : Arkalochori (Δήμος Αρκαλοχωρίου) 4 : Archanes (Δήμος Αρχανών). 5 : Asterousia (Δήμος Αστερουσίων). 6 : Viannos (Δήμος Βιάννου). 7 : Gazi (Δήμος Γαζίου). 8 : Gorgolainis (Δήμος Γοργολαΐνη). 9 : Gortyna (Δήμος Γόρτυνας). 10 : Gouves (Δήμος Γουβών). 11 : Episkopi (Δήμος Επισκοπής). 12 : Zaros (Δήμος Ζαρού). 13 : Thrapsano (Δήμος Θραψανού). 14 : Kastelli (Δήμος Καστελλίου). 15 : Kofinas (Δήμος Κόφινα). 16 : Krousonas (Δήμος Κρουσώνα). 17 : Malia (Δήμος Μαλίων). 18 : Mires (Δήμος Μοιρών). 19 : Nea Alikarnassos (Δήμος Νέας Αλικαρνασσού). 20 : Nikos Kazantzakis (Δήμος Νίκου Καζαντζάκη). 21 : Paliani (Δήμος Παλιανής). 22 : Rouvas (Δήμος Ρούβα). 23 : Temenos (Δήμος Τεμένους). 24 : Tylisos (Δήμος Τυλίσου). 25 : Tymbaki (Δήμος Τυμπακίου). 26 : Chersonisos (Δήμος Χερσονήσου).

Point d’intérêtLes attractions touristiques du département d’Héraklion
La région de la Crète en Grèce. Le département d’Héraklion. Carte du département. Cliquer pour agrandir l'image.Le département d’Héraklion (Ηράκλειο / Irákleio) :
  • La ville d’Héraklion.
    • Le vieux port vénitien.

    • L’arsenal vénitien (Ενετικό Οπλοστάσιο / Enetikó Oplostásio).

    • Le fort vénitien de Koulès (Ενετικό Φρούριο / Enetikó Froúrio).
    • Le musée historique de Crète (Ιστορικό Μουσείο Κρήτης / Istorikó Mouseío Krítis).
    • L’église byzantine Saint-Tite (Agios Titos).

    • La loggia vénitienne (Ενετική Λότζια / Enetikí Lótzia) devenue la mairie.

    • La fontaine Morosini (Κρήνη Μοροζίνι / Kríni Morozíni).
    • L’église Sainte-Catherine (Musée des icônes).

    • Le musée archéologique présente les découvertes faites sur les sites minoens de la Crète et des maquettes de reconstitution des principaux palais.
    • Les murailles vénitiennes (Ενετικά τείχη / Enetiká Teíchi).
  • Le site archéologique de Cnossos (Κνωσός / Knosós).

    À 5 km au sud d’Héraklion.

    • Le palais du roi Minos est le plus important des palais minoens, datant d’environ 1900 avant JC.
      • Les appartements royaux dont le mégaron du roi et le mégaron de la reine.
      • Les dépendances, notamment le magasin des jarres.
  • Le village d’Archanès (Αρχάνες / Archánes).

    La région d’Archanès, dominée par le mont Giouchtas, possède de nombreux sites archéologiques de l’époque minoenne ; le village possède un musée archéologique.

    • La région est une région viticole et on y trouve d’excellents vins que l’on peut goûter dans les tavernes et les caves d’Archanès.
    • Le mont Giouchtas (Όρος Γιούχτας / Óros Gioúchtas).

      Cette montagne serait le tombeau de Zeus et le profil de la montagne, tel qu’on la voit depuis Héraklion, serait le visage du Père des Dieux ; du sommet, à 811 m d’altitude, on a une belle vue sur la capitale de la Crète.

    • La nécropole de Fourni (Φουρνί / Phourní).

      Cimetière minoen, remontant à 2500 avant JC, où étaient inhumées des personnes de haut rang. Le site est actuellement fermé au public.

    • Les ruines d’Anémospilia (Ανεμόσπηλια / Anemóspilia).

      Ruines d’un temple détruit au moment où se déroulait un sacrifice humain. Le site, situé sur le flanc oriental de la montagne, est actuellement fermé au public.

    • Les ruines de Vathypétro (Βαθύπετρο / Vathýpetro).

      Ce sont les ruines d’une exploitation agricole et viticole de l’époque minoenne, située sur le flanc sud de la montagne.

  • La ville d’Hersonissos (Χερσόνησος / Chersónisos).

    Le charmant port de pêche est devenu une grosse station balnéaire très animée, mais sans beaucoup de charme.

    • Le musée ethnographique Lychnostatis (Μουσείο Λυχνοστάτης), situé en bord de mer à l’est d’Hersonissos, présente de nombreux aspects de la vie crétoise.
  • La vallée d’Avdou (Αβδού / Avdoú).

    Depuis Hersonissos une route monte vers le plateau de Lassithi par la vallée d’Avdou et traverse quelques villages pittoresques : Potamiés (Ποταμιές / Potamiés), Avdou et Kéra (Κερά / Kerá). La vallée est barrée par un barrage de retenue.

  • Le village de Malia (Μάλια).

    Le village de Malia se trouve à 10 km à l’est de la ville d’Hersonissos (Χερσόνησος) ; Malia est une station balnéaire assez comparable à Hersonissos avec d’assez belles plages, mais elle possède une site archéologique.

    • Le palais minoen de Malia.

      C’était un palais plus modeste que celui de Cnossos, mais ses vestiges n’ont pas été « reconstitués » comme ceux de Cnossos ; il reste les fondations du palais et de la cité qui l’entourait tels qu’ils étaient lorsqu’ils furent détruits, sans doute par l’éruption du cratère de Santorin.

  • Le site archéologique de Gortyne (Αρχαιολογικός Χώρος Γόρτυνας).

    Gortyne fut la capitale de la Crète sous la domination romaine ; on y trouve les ruines des monuments traditionnels d’une cité romaine. Les ruines de Gortyne se trouvent à l’ouest du village d’Agioi Déka (Άγιοι Δέκα / Ágioi Déka), au sud-sud-ouest d’Héraklion.

    • L’odéon, du début du IIe siècle, où furent découvertes les « Lois de Gortyne ».
    • Le prétoire, palais du préteur romain.
    • Le nymphée.
    • La basilique Saint-Tite, du VIIe siècle, dédiée à Titus qui fut désigné comme évêque de la Crète par l’apôtre Paul.
  • Le site archéologique de Phaestos (Φαιστός / Faistós).

    Faistos est le deuxième site minoen le plus important après Cnossos. Il se trouve près de la ville de Mirès (Μοίρες / Moíres), dominant la plaine de la Messara.

    • Les grands propylées.
    • La cour centrale du palais.
    • Les appartements royaux comprenant la mégaron du roi et le mégaron de la reine, dont le dallage subsiste.
    • Le théâtre.
    • Les magasins où l’on peut admirer d’énormes jarres.
  • Les plages de Matala (Μάταλα).

    Au sud du site de Faistos, au bord du golfe de la Messara, se trouve la belle plage de Matala, longtemps fréquentée par les hippies ; la plage est dominée par une falaise où sont creusées des cavernes ; le plus célèbre homme des cavernes ayant vécu dans ces lieux aurait été Robert Zimmerman. Au sud, de l’autre côté du cap de Matala se trouve une autre plage, plus tranquille, la plage Rouge.

  • Le village de Pitsidia (Πιτσίδια).

    Pittoresque village, plus calme et plus authentique que Matala, avec une longue plage, la plage de Kommos, fréquentée, elle, par des tortues de mer caouannes. Près de la plage se trouve un site archéologique.

  • Le site archéologique d’Agia Triada (Αγία Τριάδα / Agía Triáda).

    Ce site présente les ruines d’une « villa » minoenne, sans doute le palais d’été d’un notable de Faistos. La villa d’Agia Triada se trouve au sud-est du village de Tymbaki (Τυμπάκι).

  • Le musée d’ethnologie crétoise.

    Ce musée se trouve dans le village de Vori (Βώροι / Vóroi), au nord de Faistos.

  • Le monastère de Valsamonéro (Μονή Βαλσαμόνερου / Moní Valsamónerou).

    L’église de ce monastère du XIVe siècle, de nos jours abandonné, recèle de belles fresques de la fin de l’époque byzantine.

  • Le village de Zaros (Ζαρός).

    Un village de moyenne montagne à l’atmosphère très rafraichissante en période de grande chaleur ; le village est situé sur la pente sud du massif de l’Ida, près du lac de Votomos au bord duquel se trouvent d’agréables tavernes ; depuis le village on peut faire une randonnée dans la gorge de Rouvas (Φαράγγια του Ρούβα / Farángia tou Roúva). L’eau de source de Zaros est embouteillée et largement consommée en Crète.

  • Le village de Fodélé (Φόδελε).

    Charmant village qui serait le lieu de naissance du peintre « El Greco », né Dominikos Théotokopoulos (Δομήνικος Θεοτοκόπουλος). Fodélé se trouve à une trentaine de kilomètres à l’ouest d’Héraklion.

  • La plage d’Agia Pelagia (Αγία Πελαγία).

    Avant de revenir, par l’ouest, à Héraklion on peut se relaxer sur cette plage qui est la plus belle plage située à proximité de la capitale de la Crète.

RégionLe département du Lassithi (Περιφερειακή ενότητα Λασιθίου / Periferiakí enótita Lasithíou)
La région de la Crète en Grèce. Carte du département de Lassithi. Cliquer pour agrandir l'image.
La région de la Crète en Grèce. Les cantons du département du Lassithi (auteur Pitichinaccio). Cliquer pour agrandir l'image.Liste des cantons du département du Lassithi (Λασίθι / Lasíthi) :

1 : Agios Nikolaos (Δήμος Αγίου Νικολάου). 2 : Ierapetra (Δήμος Ιεράπετρας). 3 : Itanos (Δήμος Ιτάνου). 4 : Lefki (Δήμος Λεύκης). 5 : Makrys Gialos (Δήμος Μακρύ Γιαλού). 6 : Neapolis Lasithiou (Δήμος Νεάπολης Λασιθίου). 7 : Oropedio Lasithiou (Δήμος Οροπεδίου Λασιθίου). 8 : Sitia (Δήμος Σητείας). 9 : Vrachasi (Κοινότητα Βραχασίου).

Point d’intérêtLes attractions touristiques du département du Lassithi
La région de la Crète en Grèce. Carte du département du Lassithi. Cliquer pour agrandir l'image.Le département du Lassithi (Λασίθι / Lasíthi) :
  • L’île de Spinalonga (Νήσος Σπιναλόνγκα / Nísos Spinalónga).

    L’île de Spinalonga se trouve dans le coin nord-ouest du département, au nord d’Agios Nikolaos ; on peut y accéder depuis le port de Plaka (Πλάκα / Pláka) ou celui celui d’Élounda. On peut y visiter une forteresse vénitienne du XVIe siècle qui fut la dernière forteresse de Crète à résister à l’invasion turque. La forteresse devint plus tard une léproserie. À proximité se trouve le cap Saint-Jean (Άκρα Άγιος Ιωάννης) où l’on peut se rendre en randonnée.

  • Le village d’Élounda (Ελούντα / Eloúnta).

    Élounda est une station balnéaire agréable et plutôt chic.

    • Les anciennes salines d’Élounda.
    • Les ruines de l’antique cité d’Olonte (Όλοϋς / Óloús), en partie submergée car l’île de Crète a basculé de l’ouest vers l’est.
  • La presqu’île de Spinalonga, de son vrai nom presqu’île de Kolokitha (Κολοκύθα / Kolokýtha).

    Depuis Élounda on accède à la presqu’île par un isthme, de nos jours remplacé par un pont, sur lequel se trouvent d’anciens moulins à vents. La presqu’île comporte de belles plages nichée au fond de criques, notamment la plage de Kolokitha, ainsi que quelques chapelles.

  • La ville de Saint-Nicolas (Άγιος Νικόλαος / Ágios Nikólaos).

    Le chef-lieu du département du Lassithi est bâti autour d’un lac plutôt profond pour son étendue, environ 48 m de profondeur, le lac de Voulisméni (Λίμνη Βουλισμένη / Límni Voulisméni), dont l’origine est due à des phénomènes géologiques assez complexes ; de nos jour le lac communique avec la mer par un canal creusé au XIXe siècle. On peut savourer quelques meze dans les mezedopoleia (μεζεδοπωλεία) installés au bord du lac ou au bord de la baie de Mirabello.

  • D’Agios Nikolaos à Mochlos la côte du golfe de Mirabello (Κόλπος Μιραμπέλου / Kólpos Mirampélou) présente de multiples criques abritant de jolies plages.
  • Le monastère de Fanéroméni (Μονή Φανερωμένης / Moní Faneroménis).

    Monastère du Xe siècle bâti au pied d’une falaise, reconstruit après sa destruction par les Turcs. Belles icônes des XVIIe et XVIIIe siècles.

  • Les ruines de Gournia (Γουρνιά / Gourniá).

    Gournia était une cité de l’âge d’or minoen édifiée au XVIe siècle avant JC et détruite par le cataclysme de 1450 avant JC. Les ruines sont assez évocatrices de ce qu’était cette cité. Ce site minoen est moins fréquenté que d’autres ; il offre de magnifiques vues sur le golfe de Mirabello.

  • Le village de Mochlos (Μοχλός).

    Mochlos est un paisible petit port du golfe de Mirabello, situé à l’opposé d’Agios Nikolaos ; depuis la route départementale on y accède par une petite route sinueuse de 4,5 km de longueur.

      • Face au port se trouve un îlot, du même nom de Mochlos, où ont été découverts les vestiges d’une cité de l’époque minoenne.
    • Le village de Sitia (Σητεία).

      Sitia est une agréable station balnéaire dominée par les ruines de la forteresse vénitienne Kazarma (Καζάρμα / Kazárma) (Casa di Arma). Dans la musée archéologique on peu voir des découvertes des nombreux sites archéologiques de la commune.

    • La nécropole d’Agia Fotia (Αγιά Φωτιά / Agía Fotiá).

      Cette nécropole minoenne se trouve à une dizaine de kilomètres à l’est de Sitia ; c’est l’une des plus grandes nécropoles de Grèce.

    • Le monastère de Toplos (Μονή Τοπλού / Moní Toploú).

      Ce monastère du XIVe siècle, à l’élégante architecture de style vénitien, se trouve à l’entrée de la presqu’île de Sidéros, le coin nord-est de l’île de Crète. Ce monastère fortifié fut un centre de résistance contre l’occupant à différentes époques. Son musée recèle de remarquables icônes.

    • La palmeraie de Vaï (Φοινικόδασος του Βάι / Foinikódasos tou Vái) et la plage de Vaï (Παραλία Βάι).

      La palmeraie de Vaï est la seule palmeraie naturelle en Europe, classée Natura 2000 ; elle se trouve près du cap de Sidéros (Άκρα Σίδερος), la pointe nord-est de la Crète. Au bout de la palmeraie se trouve la plage de Vaï, souvent bondée malgré l’éloignement de cette plage.

      • Un peu au nord de la palmeraie, sur un promontoire, se trouve le site archéologique minoen d’Itanos.
    • Le village de Kato Zakros (Κάτω Ζάκρος).

      C’est la partie basse du village de Zakros, une petite station balnéaire qui reprend vie en été, tout en restant très calme.

        • Les gorges des Morts (Φαράγγι Νεκρών / Farángi Nekrón).

          Une randonnée pédestre, pas trop difficile dans le sens de la descente, permet de découvrir ces gorges depuis le village de Zakros d’en Haut jusqu’à Zakros d’en Bas ; cette vallée encaissée se nomme ainsi parce que des grottes situées dans les falaises servirent de tombes à différentes époques depuis l’époque minoenne.

        • Le palais minoen.

          Le palais minoen de Zakros est assez semblable à ceux de Cnossos, de Phaestos et de Malia, mais c’est le seul qui n’avait pas été pillé avant sa mise au jour par les archéologues ; ses trésors sont exposés au musée archéologique d’Héraklion.

      • Le village de Xérokambos (Ξερόκαμπος / Xerókampos).

        Xérokambos se trouve dans le coin sud-est de la Crète, au milieu d’un décor sauvage. Un peu au sud du village se trouve une des plus belles plages de Crète, la plage d’Ambélos (Παραλία του Αμπέλου / Paralía tou Ampélou), la « Plage de la Vigne ».

      • L’île de Koufonissi (Κουφονήσι).

        Autrefois presqu’île rattachée à la Crète, Koufonissi possédait un théâtre romain dont on peut voir les ruines près d’une belle plage. On peut se rendre sur l’île depuis le port de Makry Gialos.

      • Le monastère de Kapsa (Μόνη Κάψα).

        Ce très beau monastère se trouve entre le village de Goudouras (Γούδουρας / Goúdouras) et celui de Makry-Gialos (Μακρύ-Γιαλός / Makrý-Gialós). Il s’agit d’un monastère du XVe siècle, aux allures de forteresse, qui recèle une très belle iconostase. Au-dessus du monastère se trouve une grotte où vécut un ermite vénéré.

      • La ville d’Iérapétra (Ιεράπετρα).

        Iérapétra est une ville agricole sans beaucoup d’attraits ; on peut cependant y visiter les vestiges de l’ancienne forteresse vénitienne de Kalès. Les paysages aux alentours de la localité sont défigurés par des serres maraîchères innombrables ; un énorme barrage de retenue, le barrage de Bramiana (Φράγμα των Μπραμιανών / Frágma ton Bramianón) a été construit pour irriguer ces cultures.

      • L’île de Chrissi (Χρυσή).

        Depuis Iérapétra on peut se rendre en une heure sur cette île très plate qui comporte de nombreuses belles plages très fréquentées.

        • Le village de Myrtos (Μύρτος).

          Myrtos est un charmant village situé à l’embouchure d’un fleuve côtier dont les alluvions ont créé de grandes plages de sable grisâtre ; le village possède quelques tavernes agréables.

          • À l’est de Myrtos on peut visiter les sites archéologiques minoens de Fournou Koryfi (Φούρνου Κορυφή / Foúrnou Koryfí) et de Pyrgos (Πύργος / Pýrgos).
          • En amont de Myrtos, sur la rivière de Myrtos, se trouve la gorge de Sarakina (Φαράγγι Σαρακίνας / Farángi Sarakínas) que l’on peut parcourir à pied entre les villages de Malès (Μάλες) et de Mithi (Μύθοι / Mýtoi).
        • Le village de Kritsa (Κριτσά).

          En remontant d’Iérapétra vers Agios Nikolaos on rencontre le village de Kritsa. Kritsa est un gros bourg agricole situé au sud-est d’Agios Nikolaos, à une quinzaine de kilomètres de la côte et dominant la mer. C’est un village très pittoresque mais devenu très touristique, qui retrouve son calme en fin de journée.

          • Un peu avant d’arriver au village, depuis Agios Nikolaos, on peut visiter une belle petite église byzantine des XIIIe et XIVe siècles, l’église Notre-Dame de Kéra, qui recèle de belles fresques.
          • À 4 km au nord-est du village se trouvent les ruines de la cité antique de Lato (Λατώ / Lató), une cité dorienne fondée au VIIe siècle avant JC. On peut voir les vestiges de l’agora, du prytanée, d’un théâtre et d’un temple d’Apollon.
        • Le plateau du Lassithi (Οροπέδιο Λασιθίου / Oropédio Lasithíou).

          Le plateau du Lassithi se trouve dans l’ouest du département du Lassithi ; c’est une plaine d’altitude, entourée de montagne, qui se consacre à la culture des céréales, des légumes et des arbres fruitiers. Ce paysage bucolique est entouré d’une couronne de villages très pittoresques. La route la plus spectaculaire pour accéder au plateau est la route du nord depuis Malia ; elle offre des vues splendides sur le golfe de Malia et débouche sur le plateau entre les ruines de moulins à vent.

          • Le village de Tzermiado (Τζερμιάδο / Tzermiádo).

            À l’entrée du village, qui est le chef-lieu du canton, un chemin conduit à la grotte de Trapéza (Σπήλαιο Τράπεζας / Spílaio Trápezas) qui est le gisement archéologique le plus ancien de Crète ; on y a découvert des artefacts datant de l’époque néolithique.

          • Le village d’Agios Giorgos (Άγιος Γεώργιος / Ágios Geórgios).

            Un charmant village où il est agréable de séjourner ; on peut y visiter un musée ethnographique.

        • Le mont Dicté (Δίκτη / Díkti).

          Depuis le village de Psychro (Ψυχρό / Psychró), situé dans le sud du plateau du Lassithi, un chemin grimpe jusqu’à la grotte où Zeus, le maître des Dieux et de l’Univers, serait né, l’antre du Dicté (Δικταίον Άνδρον / Diktaíon Ándron).

        Informations pratiquesInformations pratiques

        MétéorologieMétéo et prévisions

        Autres sujetsAutres sujets

        Filiation du sujet
        Via Gallica > Grèce > Mer Égée > Île de Crète
        Sujets plus détaillés
        Carte interactive de l'île de Crète
        La ville d’Héraklion (Irákleio) en Crète
        Sujets proches
        L’archipel du Dodécanèse en mer Égée
        La région de l’île de Crète (Kríti) en Grèce
        Sujets plus larges
        Grèce
        La région de l'Attique (Attikí) en Grèce
        La région du Péloponnèse (Pelopónnisos) en Grèce
        La région de la Grèce occidentale (Dytikí Elláda)
        La région de la Grèce centrale (Stereá Elláda)
        La région de la Thessalie (Thessalía) en Grèce
        La région de l’Épire (Ípiros) en Grèce
        Les îles Ioniennes en Grèce
        La mer Égée en Grèce
        [Sujet précédant] [Sujet ascendant] [Page d’accueil] [Grèce] [Via Gallica]
        Chercher sur ce Site
        Chercher sur la Toile 
        Recommander cette page 
        Recommander ce site 
        AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
        Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.