L’amanite phalloïde (Amanita phalloïdes)

Amanite phalloïde[Photos] [Présentation] [Classification] [Noms] [Étymologie] [Identification] [Mycélium] [Pied] [Chapeau] [Spores] [Chair] [Cycle] [Habitats] [Distribution] [Utilisations] [Constituants] [Statut] [Autres sujets]

[Taxon précédant] [Page d'accueil] [Taxon ascendant] [Taxon suivant] [Via Gallica]

Page éditée

PhotosPhotos

Amanite phalloïde. Cliquer pour agrandir l'image.Amanite phalloïde. Cliquer pour agrandir l'image.Amanite phalloïde. Cliquer pour agrandir l'image.Amanite phalloïde. Cliquer pour agrandir l'image.Amanite phalloïde. Cliquer pour agrandir l'image.
Amanite phalloïde. Cliquer pour agrandir l'image.Amanite phalloïde. Cliquer pour agrandir l'image.Amanite phalloïde. Cliquer pour agrandir l'image.Amanite phalloïde. Cliquer pour agrandir l'image.

PrésentationPrésentation

GénéralitésGénéralités
Amanite phalloïde. Cliquer pour agrandir l'image.

ClassificationClassification

Règne : fonges (Fungi)Sous-règne : champignons (Mycota)
Division : (Amastigomycota)Sous-division : basidiomycètes (Basidiomycotina)
Classe : homobasidiomycètes (Homobasidiomycetes)Sous-classe : agaricomycètes (Agaricomycetideae)
Ordre : agaricales (Agaricales)Sous-ordre :
Famille : amanitacées (Amanitaceae)Sous-famille :
Genre : amanites (Amanita)Sous-genre :
Espèce : Amanita phalloïdes [(Vaillant ex Fr. : Fr.) Link], Agaricus bulbosus [Bull.], Agaricus phalloïdes [Fries]Sous-espèce :
Nom commun : amanite phalloïde (SMF)Nom populaire : oronge ciguë verte

Noms européensNoms européens

AlbanieAllemagnegruener Knollenblaetterpilz, grüner Giftwulstling, grüner MörderAngleterredeath capArménie
Pays basquehiltzaile berdeaBiélorussieBrezhonegBulgarie
CatalogneChyprioteCorsuovu di ciga, buletru murtale, buletru falloiduCroatie
Danemarkgrøn fluesvampGaeidhligEspagneEstonie
FøroysktFinlandekavalakärpässieniFrançaisamanite phalloïdeFrysk
GalicePays de GallesGéorgieGrèceαμανίτης ο φαλλοειδής
HongrieIrlandeIslandeItalietignosa verdognola, tignosa velenosa, fungi di cerza, falloide
LettonieLithuanieLëtzebuergëschMacédoine
MalteMoldovenesteNorvègegrønn fluesoppOccitan
Pays-Basgroene knolamanietPolognemuchomor sromotnikowyPortugalRoumanie
RussieБледная поганкаSerbieSlovaquieSlovéniezelena mušnica
Suèdelömsk flugsvampTchéquiemuchomùrka zelenáUkraïneEmpire romainAmanita phalloïdes

ÉtymologieOrigine du nom

Étymologie latineÉtymologie latine
Amanite phalloïde. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.Amanite phalloïde. Cliquer pour agrandir l'image.Amanita provient du grec a)mani/thj-ou, qui pourrait provenir du mont Amenos où abondaient les espèces de ce genre.

phalloides, du grec fallo/j « pénis » : semblable au phallus. Pour la forme prise dans le premier stade de développement.

Amanite phalloïde. Planche d'identification Bulliard. Cliquer pour agrandir l'image.

IdentificationIdentification

ConnaissancesGénéralités
L’amanite phalloïde est un champignon vénéneux mortel, nommé également oronge ciguë verte ; l’amanite phalloïde (Amanita phalloïdes) pousse près des feuillus et parfois sous les conifères.

Amanite phalloïde. Chapeau. Cliquer pour agrandir l'image.Le chapeau est large de 5 à 15 cm, d’abord parabolique, puis étalé, à peau séparable, cireux lorsqu’il est sec, vert jaunâtre, vert olive, à fines fibrilles radiales, nu ou portant un lambeau de voile blanc, avec une marge non striée. Ses lamelles blanches sont libres, plutôt épaisses et hautes.

Amanite phalloïde. Volve. Cliquer pour agrandir l'image.Atteignant 20 cm de hauteur, le pied est élancé, à base renflée en un bulbe engainé par la volve membraneuse blanche et semi-libre, blanc ou teinté de vert olive, zébré de fibrilles, sous l’anneau pendant, membraneux, mince, souvent adhérent, blanc ou tacheté de jaune verdâtre. Les spores sont blanches.

Amanite phalloïde. Vue de côté. Cliquer pour agrandir l'image.Amanite phalloïde. Dessin de Rolland. Cliquer pour agrandir l'image.
RemarquesRemarques
Amanite phalloïde. Dessin d'identification. Cliquer pour agrandir l'image.Il est impératif de savoir bien reconnaître ce champignon. Si un accident survient, prévenir le centre antipoison le plus proche.

Sa réputation d’ennemi public numéro un n’est pas usurpée. L’ Amanite phalloïde est en effet responsable de 9 % des cas d’empoisonnements graves en France (plusieurs dizaines d’intoxiqués par an). Cette espèce très commune, mortelle, doit être impérativement reconnue. Elle possède les caractères spécifiques des Amanites : une volve à la base du pied (pour le vérifier, il faut bien déterrer le champignon sans quoi la volve peut rester incluse dans le sol), un anneau membraneux dans la partie supérieure, et des lames blanches et libres.

Le genre Amanita, qui rassemble environ soixante-cinq espèces en Europe, compte aussi d’excellents comestibles, comme l’Amanite des Césars (Amanita caesare) ou la Golmotte dite aussi Amanite rougissante (Amanita rubescens).

Espèces semblablesEspèces semblables
Amanite phalloïde. Planche d'identification. Cliquer pour agrandir l'image.L’amanite citrine Amanita citrina, longtemps jugée mortelle par confusion avec l’Amanite phalloïde, en diffère par son odeur prononcée de rave et par son bulbe globuleux, nettement marginé. Sa cuticule, parsemée d’écaillés membraneuses, est typiquement jaune citrin. Parfois verdâtre, mais jamais olivâtre, elle peut apparaître d’un blanc pur. Médiocre comestible, cette espèce ne mérite pas qu’on prenne le risque de la consommer.

Amanite phalloïde. Amanite phalloïde (forme alba). Cliquer pour agrandir l'image.La forme blanche de l’Amanite phalloïde ressemble aux deux autres amanites immaculées, mortelles :

  • L’amanite printanière Amanita verna, assez rare, qui fructifie jusqu’en automne, ne montre pas de fibrilles sur la cuticule et l’anneau apparaît peu strié.
  • L’amanite vireuse Amanita virosa,parfois abondante, présente un chapeau non fibrilleux, un anneau fugace et un pied typiquement hérissé de méchules laineuses.
  • L’amanite phalloïde sous sa forme albinos (toute blanche) peut être confondue avec certains Agarics.

La volvaire remarquable Volvariella speciosa a longtemps été considérée comme mortelle, à l’instar de l’amanite citrine Amanita citrina, avant d’être réhabilitée. Il s’agit pourtant d’un bon comestible qui vient en dehors des bois, dans les champs et les jardins notamment. Sa couleur blanche tire sur le gris et le brun dans l’âge. Elle se distingue de l’Amanite phalloïde par l’absence d’anneau, des lames rosissantes et une faible odeur de rave.

Les tricholomes, à pied sans anneau ni volve, sont parfois mélangés dans le panier du ramasseur avec la sinistre Amanite phalloïde qui peut se trouver sur leur territoire privilégié : les forêts à aiguilles. Cette confusion est patente si la lame aveugle du couteau coupe le pied au ras du chapeau, car la volve et l’anneau de la Phalloïde restent sur place. Il peut aussi arriver que ces ornementations, ayant été la proie des limaces, aient partiellement ou totalement disparu. Alors : Le tricholome équestre (Tricholoma flavouirens) n’en diffère nettement que par ses lames jaunes.

Des risques de confusion sont toujours possibles avec des champignons de même couleur jaune verdâtre (Tricholomes jeunes, Agarics jeunes, Russules vertes …), bien que ceux-ci n’aient ni volve ni anneaux :

PiedPied

Hauteur du piedHauteur du pied
12,0 ± 4,0 (20) cm.
Diamètre du piedDiamètre du pied
1,75 ± 0,75 cm.
Forme du piedForme du pied
Élancé, déboîtable, renflé à la base, clavé à la base par un bulbe ovoïde. Le pied s’étire à partir de l’œuf, comme pour le phallus impudique.
Amanite phalloïde. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.Amanite phalloïde. Cliquer pour agrandir l'image.
Couleur du piedCouleur du pied
De couleur blanche souvent marbré de gris ou de verdâtre.
Revêtement du piedRevêtement du pied
Moiré, satiné, marbré de zébrures verdâtres ou grisâtres satinées.
Coupe du piedCoupe du pied
Plein puis creux.
Anneau du champignonAnneau, collerette, cortine
Amanite phalloïde. Anneau. Cliquer pour agrandir l'image.Enserré d’un anneau apical (dans la partie supérieure), persistant, large, membraneux, flasque, pendant, souvent apprimé, en forme de jupe, fragile et strié. De couleur blanc sale ou citrin verdoyant, strié sur la partie supérieure.
Voile du champignonVoile provisoire
Base du champignonBase du pied
Portant une volve blanche volumineuse à sa base, en forme de sac ample, membraneuse et épaisse, adnée à la base, lobée.
Amanite phalloïde. Volve. Cliquer pour agrandir l'image.Amanite phalloïde. Planche d'identification Thomé 135b. Cliquer pour agrandir l'image.

ChapeauChapeau

Diamètre du chapeauDiamètre du chapeau
9,5 ± 3,5 (15) cm.

Chapeau.

Amanite phalloïde. Cliquer pour agrandir l'image.Amanite phalloïde. Cliquer pour agrandir l'image.
Forme du chapeau du champignonForme du chapeau
Le chapeau, charnu, ovoïde au sortir de l’œuf, devient convexe, en forme de parapluie, s’étalant avec l’âge (parfois légèrement déprimé).

Amanite phalloïde. Chapeau vu de côté. Cliquer pour agrandir l'image.

Amanite phalloïde. Cliquer pour agrandir l'image.Amanite phalloïde. Cliquer pour agrandir l'image.
Couleur du chapeau du champignonCouleur du chapeau
Amanite phalloïde. Chapeau. Cliquer pour agrandir l'image.D’un beau jaune verdâtre (vert olive) brillant, mais variable (brun olive, jaune olivâtre, …), strié de fibrilles grises (parfois jaunâtre ou blanc finement rayé), il peut prendre une teinte vert olivâtre. Rayé de fines fibrilles sombres rayonnantes brunes (la pruine). Mais elle n’a pas toujours une teinte uniforme et se lave souvent, par plages, de jaunâtre.

Dans sa forme alba l’amanite phalloïde est entièrement blanche.

Surface du chapeau du champignonSurface du chapeau
Amanite phalloïde. Surface. Cliquer pour agrandir l'image.Soyeux au toucher, généralement sans trace de volve. La cuticule, dépourvue de verrues ou de flocons, est vergetée de fibrilles brunes grisâtres rayonnantes, de manière très caractéristique. Cuticule facilement séparable, mince et translucide.

Luisante, satinée, sur le sec, faiblement visqueuse à l’humidité.

Marge du chapeau du champignonMarge du chapeau
Amanite phalloïde. Marge. Cliquer pour agrandir l'image.La marge, d’abord enroulée, puis sinueuse, est lisse, non striée.
DessousFace inférieure
Lames.
Taille des lames ou pores
Larges inégales d’environ 15 mm, moyennement épaisses.
Forme des lames ou pores
Amanite phalloïde. Lames et anneau. Cliquer pour agrandir l'image.Les lames libres, ventrues, molles, inégales par des lamelles et des lamellules.

Arête des lames : assez aiguë, un peu fimbriée, concolore aux lames.

Couleur des lames ou pores
Toujours blanches, quelquefois à reflets verdâtre (notamment vers la marge).
Espacement des lames ou pores
Serrées.

SporesSpores

Dimension des sporesDimension des spores
De 8 à 10,5 par 7 à 8 µm.
Forme des spores
Lisses, hyalines, amyloïdes, largement elliptiques à subglobuleuses.
Couleur de la sporée
Blanches.

ChairChair

Aspect de la chair
Chair épaisse.
Consistance de la chair
Chair tendre.
Colorations
Blanche.
Couleur à la coupe
La chair est immuable.
LaitLait ou latex
OdeurOdeur
L’amanite phalloïde exhale une odeur faible caractéristique de rose fanée, de foin, subtile et agréable puis nauséabonde sur les sujets âgés.
SaveurGoût
Saveur nulle puis écœurante. (Attention, cracher !)

Cycle de vieCycle de vie

CueilletteSaison de fructification
Amanite phalloïde. Cliquer pour agrandir l'image.L’amanite phalloïde fructifie en été et surtout en automne, de juillet jusqu’aux premières gelées.
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Fructification
Champignon mycorhiziqueForme de fructification
Elle apparaît lors des années pluvieuses, en troupes parfois tellement importantes qu’elle semble être le seul champignon des sous-bois.
Amanite phalloïde. Cliquer pour agrandir l'image.Amanite phalloïde. Cliquer pour agrandir l'image.

HabitatHabitats

MilieuxMilieuxBois de feuillusBois de conifères
L’amanite phalloïde pousse habituellement sous feuillus (hêtre, noisetier, chêne), surtout dans les chênaies, mais elle n’est pas toujours étrangère aux bois de conifères. Souvent sur les terrains pauvres et talus de route.

Amanite phalloïde. Cliquer pour agrandir l'image.Sa répartition géographique est très large, puisqu’elle vient indifféremment en plaine, en montagne ou sous les pins maritimes du littoral.

Amanite phalloïde. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.Amanite phalloïde. Cliquer pour agrandir l'image.
SolsSols
Terrains variés, sur sol argileux comme sur sol sablonneux, pas trop acide.
ClimatsClimats
AltitudesAltitudesÉtage de plaineÉtage collinéen (de 0 à 800 m)Étage montagnard (de 800 à 1 700 m)
Jusqu’à 1 200 m d’altitude.
Espèce associéeEspèce associée
Elle voisine souvent avec les myrtilliers.

RépartitionDistribution géographique

Distribution globale
Commune dans tout l’hémisphère Nord tempérée.

Europe, États-Unis, Mexique, Chili, Malaisie, Inde, Afrique du sud, Australie.

Utilisation médicinaleUtilisations

Utilisations culinairesMortel
L’amanite phalloïde, plutôt attirante, n’en est que plus redoutable.

Il suffit d’à peine 30 grammes, ou de la moitié d’un chapeau de champignon, pour causer la MORT d’une personne adulte en bonne santé.

Le poison est habituellement FATAL. Il n’y a pas d’antidote connu et la victime souffre terriblement des effets progressifs de la toxine.

On peut distinguer les amanites mortelles de tous les autres champignons par les caractéristiques suivantes :

  • des lamelles blanches ou couleur crème avec des spores blanches et des empreintes de spores blanches ;
  • des lamelles attachées au chapeau mais pas à la tige ;
  • une volve, comme une coupe permanente à la base de la tige, vestige du voile universel qui couvre le champignon durant son stade initial de bouton ;
  • un anneau ou une jupe sur la tige, également un vestige du voile. Ce ne sont pas toutes les amanites qui ont cette dernière caractéristique.

L’intoxication phalloïdienne :

Largement décrite par le docteur Pierre Bastien, celle-ci se déroule en quatre phases :

1. Pendant 6 à 24 heures (12 en moyenne), le patient ne ressent aucune douleur : c’est le classique « syndrome tardif », la phase la plus tragique.

2. Surviennent ensuite une forte gastro-entérite, des nausées, des vomissements et une intense sudation. C’est la phase de la déshydratation.

3. Quelque 36 à 72 heures après la consommation, survient l’hépatite toxique.

4. Trois à cinq jours plus tard, l’intoxication évolue très rapidement jusqu’au terme final.

Dans un intoxication phalloïdienne, l’important réside dans la justesse du diagnostic initial et dans la rapidité du traitement appliqué.

L’admission dans un centre antipoison est indispensable, quel que soit le protocole thérapeutique à suivre.

La médecine a fait de grands progrès dans ce domaine. Les greffes de foie se pratiquent avec succès et depuis 1989, un seul cas de mortalité a été enregistré au Centre antipoison de l’hôpital Fernand-Widal à Paris.

Scénario d’empoisonnement typique :

Amanite phalloïde. Cliquer pour agrandir l'image.Étant donné que le stade de bouton de l’amanite phalloïde ressemble beaucoup à celui d’autres types de champignons comestibles, l’empoisonnement survient habituellement chez des amateurs inexpérimentés qui cueillent des amanites avec d’autres champignons pour les consommer. Malheureusement, parce que la chimie des peptides cycliques retarde leurs effets, l’empoisonnement est souvent découvert trop tard pour qu’on puisse donner un traitement efficace à la victime.

L’empoisonnement à l’amanitine N’EST PAS UNE EXPÉRIENCE AGRÉABLE.

Amanite phalloïde. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.Amanite phalloïde. Cliquer pour agrandir l'image.

Constituants chimiquesConstituants chimiques

L’amanite phalloïde renferme trois types de toxines : la phalline ou phallolysine, détruite généralement à une température de 70 °C, donc pendant la cuisson ; les anatoxines et les phallotoxines qui se fixent très vite après la consommation sur le foie, provoquant une dégénérescence avec nécrose hémorragique. Ces lésions sont visibles au microscope électronique à transmission, vingt minutes après l’ingestion. En outre, ces toxines déséquilibrent la perméabilité membranaire, favorisant la fuite du potassium et provoquant une forte déshydratation.
Amanite phalloïde. Molécule de phalloïdineAmanite phalloïde. Amanitine. Cliquer pour agrandir l'image.

StatutStatut

Rareté
L’amanite phalloïde est très commune.

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Sujets plus détaillés
Sujets proches
L'oronge ou amanite des césars (Amanita caesarea)
L'amanite citrine (Amanita citrina)
L'amanite épaisse (Amanita spissa)
L'amanite épineuse (Amanita echinocephala)
L'amanite fauve (Amanita fulva)
L'amanite jonquille (Amanita gemmata)
L'amanite ovoïde (Amanita ovoidea)
L'amanite panthère (Amanita pantherina)
L'amanite phalloïde (Amanita phalloides)
L'amanite porphyre (Amanita porphyria)
L'amanite printanière (Amanita verna)
L'amanite des rois (Amanita regalis)
L'amanite rougissante (Amanita rubescens)
L'amanite safran (Amanita crocea)
L'amanite solitaire (Amanita strobiliformis)
L'amanite tue mouche ou fausse oronge (Amanita muscaria)
L'amanite vaginée (Amanita vaginata)
L'amanite vireuse (Amanita virosa)
L'amanite à voile jaune (Amanita franchetii)
L'amanite à volve rousse (Amanita proxima)
Sujets plus larges
Page d'accueil
Les amanites (Amanita)
Taxon précédant ] [ Taxon ascendant ] [ Taxon suivant ] [Page d’accueil] [Fonges] [Via Gallica]
Chercher sur ce Site :
Chercher sur la Toile :
Recommander cette page :
Recommander ce site :
AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.