Le pissenlit dent-de-lion (Taraxacum officinale)

Espèce[Photos] [Présentation] [Classification] [Noms] [Étymologie] [Identification] [Racines] [Tiges] [Feuilles] [Fleurs] [Fruits] [Cycle] [Habitats] [Origine] [Distribution] [Bois] [Utilisations] [Constituants] [Histoire] [Statut]

[Taxon précédant] [Page d'accueil] [Taxon ascendant] [Taxon suivant] [Via Gallica]

Page éditée

PhotosPhotos

Pissenlit dent-de-lion, Plante. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion, Fleurs. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion, Fleur. Cliquer pour agrandir l'image.
Pissenlit dent-de-lion, Fleurs. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion, Capitule. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion, Fleur. Cliquer pour agrandir l'image.
Pissenlit dent-de-lion, Fruit. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion, Aigrettes. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion, Fruit. Cliquer pour agrandir l'image.
Pissenlit dent-de-lion, Plantes. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion, Fleur. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion, Fleur. Cliquer pour agrandir l'image.

PrésentationPrésentation

GénéralitésGénéralités
Pissenlit dent-de-lion. Planche d'identification Koehler. Cliquer pour agrandir l'image.Le Pissenlit fleurit presque partout depuis le premier printemps jusqu’à la fin de l’automne. À la fleur composée, succèdent de petits fruits qui se groupent en boule et étalent leurs élégantes aigrettes de poils portées chacune sur une partie effilée.

Pissenlit dent-de-lion, Fleurs. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion, Cypsele. Cliquer pour agrandir l'image.

ClassificationClassification

Règne : plantes (Plantae)Sous-règne : plantes vasculaires (Tracheobionta)
Division : plantes à graines (Spermatophyta)Sous-division :
Classe : plantes à fleurs (Angiospermae)Sous-classe : dicotylédones (Dicotyledonae)
Super-ordre : astéridés (Asteridae)Ordre : astérales (Asterales)
Famille : astéracées (Asteraceae), chicoriacées (Cichoriaceae [Juss.])Sous-famille : cichorioïdées (Cichorioideae)
Genre : pissenlits (Taraxacum [Weber])Sous-genre :
Espèce : Taraxacum officinale [G. H. Weber ex. F. H. Wiggers], Taraxacum dens-leonis [Desfontaines], Leontodon taraxacum [Linné], Taraxacum retroflexum [Lindb.], Leontodon vulgare [Lamarck], Taraxacum vulgare [(Lamarck) Schrank], Taraxacum latilobum, Leontodon latilobaVariété :
Nom commun : pissenlit dent-de-lionNom populaire : chopine, cochet, couronne de moine, dent-de-lion, florin d’or, florion d’or, horloge du berger, laitue de chien, pichaulit, pissenlit, pissenlit officinal, pissenlit vulgaire, pisse au lit, salade de taupe, tête de moine, tête de moineau

Noms européensNoms européens

AlbanieAllemagnegemeiner Löwenzahn, Ackerzichorie, Butterblume, Kettenblume, Kuhblume, Maiblume, Pfaffendistel, Pfaffenöhrlein, Pferdeblume, Pusteblume, Ringelblume, Sonnenwirbel, WiesenlattichAngleterrecommon dandelion, dandelion, lion’s tooth, priest’s crown, swine’s snoutArménie
Pays basqueaitañi lilia, aitañi-lili, galkidea, gardanbera, lumabelar, orikatxa, sorgin-belarBiélorussieBrezhonegBulgarieглухарче
Catalognebufallums, camarroja, dent de lleóChyprioteCorsuCroatieljekoviti maslačak
Danemarkmælkebotte, fandens mælkebøtte, løvetandGaeidhligEspagnediente de león, achicoria amarga, achicoria amarilla, calceta, cardeña, flor de macho, relojes, taxacónEstonieharilik võilill
FøroysktFinlandevoikukkaFrançaispissenlit dent-de-lionFrysk
Galiceleitaruga, meixacán, taráxaco, dente de leao, coroa de monge, frango, quartilho, amor-dos-homens, bufas-de-loboPays de Gallesdant y llewGéorgieGrèceπικραλίδα
HongriegyermekláncfűIrlandeIslandeItalietarassaco comune
LettonieLithuanieLëtzebuergëschMacédoineглуварче
MalteMoldovenestepăpădie medicinalăNorvègeløvetannOccitan
Pays-Basgewone paardebloemPolognemniszek pospolityPortugaldente-de-leaoRoumaniepapadia
Russieодуванчик лекарственныйSerbieSlovaquiepúpava lekárskaSlovénie
SuèdemaskrosTchéquiesmetanka (pampeliška) lékařskáUkraïneEmpire romainTaraxacum officinale

ÉtymologieOrigine du nom

Étymologie latineÉtymologie latine
Taraxacum dens-leonis :
  • le nom générique du pissenlit dent-de-lion dériverait du grec taraxis, qui désignait une inflammation de l’œil : le latex du pissenlit passait en effet pour calmer les irritations oculaires, et d’akeomai : guérir. Ce nom exprime les qualités médicinales du pissenlit confirmées par l’emploi du terme officinale.
  • le nom spécifique provient du latin (dens leonis), du grec (leontodon), faisant référence à la forme profondément dentelée des feuilles.

Selon d’autres sources, le nom de genre Taraxacum pourrait être le dérivé du nom arabe d’une autre composée (tharakhchakon).

Étymologie françaiseÉtymologie française
Le nom populaire du pissenlit, attesté au XVe siècle de la fin du Moyen Âge, est évidemment lié aux propriétés diurétiques de la plante. Le pissenlit officinal est aussi connu sous le nom de « dent-de-lion », faisant référence à la bordure fortement dentée des feuilles du pissenlit.

Son nom français fait vraisemblablement allusion aux propriétés diurétiques des feuilles.

Étymologie anglaiseÉtymologie anglaise
Cette expression a été empruntée par la langue anglaise, du moins phonétiquement, puisqu’en anglais le pissenlit s’appelle dandelion.

L’italien utilise la même image (dente di leone), tout comme le castillan (diente de león), le portugais (dente-de-leão), le gallois (dant y llew), ou encore l’allemand (Löwenzahn).

Dans certaines régions françaises, le pissenlit est aussi nommé « laitue de chien » ou « salade de taupe ».

Identification du végétalIdentification

Identification généraleGénéralités
Catégorie de planteCatégorie de plantePlante herbacée
Le pissenlit est une plante vivace à feuillage persistant.
PortPort de la plante
Pissenlit dent-de-lion, Plante. Cliquer pour agrandir l'image.Port dressé.
HauteurHauteur de la plante
La tige, qui porte une fleur composée, a de 10 à 40 centimètres de hauteur.
CroissanceCroissance
RemarquesRemarques
Dans la famille des Composées, les pissenlits appartiennent à la sous-famille des Lactucoideae, à cause du latex qu’ils contiennent. On les classe aussi dans la tribu des Liguliflores en raison de leurs fleurs ligulées (dont les extrémités forment des languettes).

Le genre Taraxacum comprend une quinzaine d’espèces.

L’espèce pissenlit ne compte pas moins de 1200 sous-espèces en Europe, qui n’ont souvent qu’une valeur locale.

Espèces semblablesEspèces semblables
Pissenlit dent-de-lion. Planche d'identification Hoffmann. Cliquer pour agrandir l'image.Le pissenlit dent de lion a de nombreux cousins, environ 150, que seuls les experts peuvent différencier les uns des autres.

La fleur est distinctive mais est cependant souvent confondue avec le tussilage et l’épervière.

RacineRacines

Description de la racine
Pissenlit dent-de-lion. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion, Racine. Cliquer pour agrandir l'image.La racine pivotante et charnue du pissenlit contient des réserves de nourriture.

Pissenlit dent-de-lion, Racine. Cliquer pour agrandir l'image.Cette racine très forte, s’enfonce verticalement dans le sol, jusqu’à des profondeurs pouvant atteindre 2 mètres.

ÉcorceTige / Écorce

Description de la tige
Pissenlit dent-de-lion. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion, Plante. Cliquer pour agrandir l'image.Plusieurs pédoncules floraux partent de la rosette. Ces tiges florifères sont dressées ou ascendantes, monocéphales.

Pissenlit dent-de-lion, Tige. Cliquer pour agrandir l'image.La tige ou hampe florale du pissenlit est glabre ou un peu duveteuse ; elle est creuse et à forte sécrétion laiteuse : cassée elle laisse échapper une sève donnant des taches brunes sur la peau, qui est un latex blanc (pour cette raison elle fût employée pour la fabrication du caoutchouc).

La base des feuilles reste au niveau du sol et les tiges n’en portent pas.

Pissenlit dent-de-lion, Plante. Cliquer pour agrandir l'image.

Couleur de l'écorceCouleur de la tige

FeuilleFeuilles

Description des feuilles
Pissenlit dent-de-lion. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion. Planche d'identification. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.
Pissenlit dent-de-lion, Plante. Cliquer pour agrandir l'image.Les feuilles du pissenlit sont des feuilles disposées en rosette basilaire.

Pissenlit dent-de-lion, Feuille. Cliquer pour agrandir l'image.Les feuilles sont glabres ou glabrescentes, oblongues, atténuées à la base, roncinées, pennatifides ou pennatipartites à segments triangulaires lancéolés.

Pissenlit dent-de-lion, Feuille. Cliquer pour agrandir l'image.Les feuilles peuvent prendre des tailles et des formes assez variables. Elles ont un limbe en général profondément divisé, dentées, lobées ou découpées, à lobes aigus plus ou moins étroits, en dents de scie (d’où le nom de dent-de-lion), avec en général un pétiole très ailé. Le lobe terminal est généralement plus grand que les autres.

Elle contiennent un latex blanchâtre.

Pissenlit dent-de-lion, Feuilles. Cliquer pour agrandir l'image.C’est de l’aisselle de ces feuilles que sortent successivement des hampes verticales allongées et creuses, portant chacune un seul capitule.

Pissenlit dent-de-lion, Plante. Cliquer pour agrandir l'image.Les feuilles commencent leur développement sous terre, percent le sol, verdissent et s’étalent en rosettes.

Pissenlit dent-de-lion, Jeune plant. Cliquer pour agrandir l'image.La plantule a des cotylédons elliptiques à ovales, à sommet arrondi, plus ou moins pétiolés, et des feuilles simples, ovales à triangulaires, irrégulièrement dentées.

Dimension des feuillesDimension des feuilles
Ses feuilles, situées à la base de la tige, sont allongées (jusqu’à 20 cm de longueur).
Couleur des feuillesCouleurs des feuilles
Feuilles vert foncé.
VégétationVégétation
La rosette de feuilles se développe avant les fleurs.
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Végétation

FleurFleurs

Description des fleurs
Pissenlit dent-de-lion. Planche d'identification Thomé. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion. Planche d'identification Linnemand. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion. Planche d'identification Koehler. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion. Planche d'identification. Cliquer pour agrandir l'image.
Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la tige du pissenlit ne porte pas une fleur mais des centaines, rassemblées dans le réceptacle. Ces grands capitules isolés sont portés par des tiges creuses, portant chacune un seul capitule.

Pissenlit dent-de-lion, coupe du capitule.Les pissenlits sont en effet des plantes dicotylédones appartenant à la vaste famille des Astéracées, ou Composées (plantes qui regroupent plusieurs fleurs dans un seul réceptacle), dont ce qu’on appelle couramment la fleur est en fait un capitule, inflorescence dans laquelle les fleurs individuelles, les fleurons en tube (gamopétales) ligulé, sont insérés les uns à côté des autres sur un réceptacle commun, les fleurons extérieurs portant souvent un ligule, languette qui simule le pétale d’une fleur simple. Il y a généralement plus de 30 fleurons.

Ces fleurons sont à corolle ligulée, étroite (fleurs ligulées : fleurs à plusieurs pétales soudés en une languette qui fait penser à un grand pétale unique).

Pissenlit dent-de-lion, Fleur. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion, Fleur. Cliquer pour agrandir l'image.Le réceptacle des capitules, dépourvu de sépales, possède un involucre formé de plusieurs rangs de bractées (petites feuilles qui entourent la base du capitule, et qui le protègent comme des sépales). Ces bractées sont nombreuses, non appendiculées, à folioles entières ou denticulées, au sommet pourvu ou non de callosité, les extérieures sont étalées ou réfléchies et dépourvues de bord membraneux.
Pissenlit dent-de-lion, fleur.Sur les ligulées, les organes mâles, sont les étamines (il y en a 5 soudées entres elles par leurs extrémités). L’extrémité des étamines s’appelle l’anthère, c’est la partie dans laquelle se forment les grains de pollen (spermatozoïde de la fleur). Les organes femelles sont le pistil (qui contient les cellules sexuelles de la femelle), le stigmate et l’ovaire. Sur le pissenlit, c’est le pistil qui, en grandissant, va séparer les étamines et ainsi permettre aux insectes butineurs de prélever le pollen.
La fleur de pissenlit s’épanouit le matin et se referme le soir (le pissenlit est parfois appelé « horloge du berger »).

Pissenlit dent-de-lion, Fleur. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion, Fleur. Cliquer pour agrandir l'image.

Dimension des fleursDimension des fleurs
Capitule de 3 à 5 cm de diamètre.

Fleurs en languette de 1,5 cm.

Couleurs des fleursCouleurs des fleurs
Pissenlit dent-de-lion, Fleur. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion, Fleur. Cliquer pour agrandir l'image.Les fleurs sont jaune vif à orangé, rayé de brun, et sont disposées en un grand capitule.

Involucres gris verdâtre.

Fleur odoranteParfum des fleurs
PollenPollen
Pissenlit dent-de-lion, Capitule. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion, Capitule. Cliquer pour agrandir l'image.
Pissenlit dent-de-lion, coupe de la fleur.Le pissenlit est une plante dite hermaphrodite, elle a des organes mâles et femelles. Grâce à eux et à ses multiples fleurs dans son réceptacle, un insecte (abeille ou autre) peut lui permettre de s’autoféconder et ainsi de se multiplier.

Pissenlit dent-de-lion, Abeille. Cliquer pour agrandir l'image.La maturation des sexes dans une fleur de type ligulée est décalée, l’organe mâle est mûr avant la femelle.

Le pollen est recueilli par les insectes butineurs, à l’extrémité des étamines, qui arrivent à maturité avant le pistil. Ensuite le stigmate s’écarte pour laisser la ligulée devenir femelle et être fécondée par le pollen d’une autre ligulée ou même d’un autre pied de pissenlit.

Pissenlit dent-de-lion, Capitule. Cliquer pour agrandir l'image.La fécondation donne naissance à un fruit, l’akène, muni du fameux parachute duveteux. Ces fruits sont disséminés par le vent, sur des distances pouvant atteindre 10 km.

Pissenlit dent-de-lion, Abeille. Cliquer pour agrandir l'image.

FloraisonFloraison
Pissenlit dent-de-lion, Plantes. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion, Abeille. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion, Fleur. Cliquer pour agrandir l'image.
Pissenlit dent-de-lion, Champ. Cliquer pour agrandir l'image.Les pissenlits fleurissent pendant de longs mois, surtout au printemps (de mars à mai) où elle est très abondante, mais on peut voir des fleurs sur toute la période allant de mars à novembre et, dans certains cas, même en hiver.

Tous les matins, vers cinq heures, si le ciel est découvert, l’involucre s’ouvre et laisse épanouir une couronne de fleurs ligulées ; tous les soirs, il se ferme de bonne heure pour s’ouvrir encore, et ainsi de suite, tant que la sérénité du ciel le permet, et tant qu’il reste des fleurs ligulées à épanouir. Comme ces fleurs sont très nombreuses, il est rare que l’involucre attende le développement des dernières qui sont au centre, et qui d’ailleurs sont presque toujours stériles ; il se ferme peu à peu, serrant ces fleurs stériles, les forçant à se détacher et à sortir en une masse qui est ainsi chassée par le développement des aigrettes.

Pissenlit dent-de-lion, Bouton. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion, Fleur en bouton. Cliquer pour agrandir l'image.La maturité arrive de très bonne heure, et alors les bractées se rabattent sur les pédoncules, le réceptacle se renverse, et l’on voit apparaître une boule d’achaines aigrettes qui seront bientôt dispersés aux quatre vents. Les phénomènes qui se passent dans le capitule sont accompagnés de mouvements périodiques et concomitants de la hampe. Après l’anthèse, celle-ci m effet se couche sur le sol, relève un peu son capitule ; pendant ce temps, une autre hampe s’est dressée verticalement pour une nouvelle anthèse, après quoi elle se couchera à son tour, et ainsi de suite. Chacune de ces hampes se relève pour étaler sa boule d’aigrettes. Ce double mouvement, pendant lequel la hampe accomplit deux fois le trajet dont les positions extrêmes forment un angle de 90°, demande plus ou moins de temps suivant la température, mais il est général.

La croissance de la portion florifère du pissenlit subit trois phases distinctes : une période de croissance accélérée (7-10 jours), depuis l’apparition de la hampe jusqu’au milieu de la période de floraison ; une période de croissance ralentie (6-8 jours), comprenant la dernière moitié de la floraison et le développement des graines ; une seconde période de croissance accélérée (7-10 jours), atteignant son maximum 1-2 jours avant la dissémination des graines.

MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Floraison

FruitFruits

Description des fruits
Pissenlit dent-de-lion, Fruit. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion, Aigrettes. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion, Cypsele. Cliquer pour agrandir l'image.Les fruits du pissenlit sont des akènes côtelés de type samare, surmontés d’une aigrette de soies denticulées.

Après la formation des fruits, le réceptacle du capitule prend la forme d’une boule plumeuse, une sphère très caractéristique d’akènes à duvet que les enfants prennent plaisir à disperser.

C’est une plante parthénogénétique, c’est à dire qu’elle peut faire ses graines sans intervention extérieure.

Dimension des fruitsDimension des fruits
0,8-1,2 par 3 à 4 mm (+ le bec).
Couleurs des fruitsCouleurs des fruits
Pissenlit dent-de-lion, Graines. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion, Fruit. Cliquer pour agrandir l'image.Akènes grisâtres, épineux au sommet, égalant le bec ou plus court.

Aigrette blanche plus rarement roussâtre.

Ornementation : paroi à côtes épineuses.

Pissenlit dent-de-lion, Cypsele. Cliquer pour agrandir l'image.

GrainesGraines
Pissenlit dent-de-lion, Dispersion des graines. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion, Fruit. Cliquer pour agrandir l'image.
Pissenlit dent-de-lion, Cypsele. Cliquer pour agrandir l'image.Les fruits sont des akènes ovales avec denticules sur deux lignes, surmontés d’un pappus blanc, disposés en boule duveteuse.

Pissenlit dent-de-lion, Graines. Cliquer pour agrandir l'image.Fusoïde-conoïde, élargie au sommet ; aplani et arqué.

Bec filiforme (10-15 mm) avec soies lisses.

Pissenlit dent-de-lion, Fruit. Cliquer pour agrandir l'image.Les graines sont portées par une aigrette, sorte de petits parachutes à l’envers, qui leur permet d’être dispersées par le vent sur des kilomètres. Par temps sec, un vent horizontal léger peut transporter le fruit à n’importe quelle distance ; quand l’air devient humide, il se ferme, et tombe sur le sol.

Pissenlit dent-de-lion. Cypsèle fanée. Cliquer pour agrandir l'image.

FructificationFructification
Pissenlit dent-de-lion, Fruits. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion, Cypseles. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion, Fleur. Cliquer pour agrandir l'image.
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Fructification

Cycle de vieCycle de vie

PérennitéPérennitéPlante pérenne
Plante parthénogénétique, vivace, qui se conserve par une longue racine pivotante.
PlantationPlantation
Rempotage au printemps.
MultiplicationMultiplicationMultiplicationPollinisation
Les pissenlits se propagent à l’aide de leurs graines éoliennes.

Multiplication par semis. On sème le pissenlit avant ou après l’hiver, dans un endroit bien ensoleillé.

EntretienEntretienTaille
CroissanceCroissance
RécolteRécolte
Ennemis de la planteEnnemisVersInsectes
LongévitéLongévité
Une fois la plante adulte elle vit jusqu’à cinq ans.

HabitatHabitats

MilieuxMilieuxFôrets de feuillusPelouses de montagnePrésPrairiesChampsPâturagesRivièresBords de chemin
Pissenlit dent-de-lion, Population. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion, Plante. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion, Champ. Cliquer pour agrandir l'image.Le pissenlit est une plante très commune que l’on rencontre de préférence dans les prairies, prés, pâturages, bords des chemins, des ruisseaux et des rivières, talus, terrains incultes, décombres, bois clairs, clairières.

Pissenlit dent-de-lion, Champ. Cliquer pour agrandir l'image.

Pissenlit dent-de-lion, Plantes. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion, Plante. Cliquer pour agrandir l'image.
SolsSols
Pissenlit dent-de-lion, Plante en fleur. Cliquer pour agrandir l'image.
Pissenlit dent-de-lion. Cliquer pour agrandir l'image.Sols riches mais à humus doux.

Acidité du sol neutre.

Le pissenlit apprécie l’azote.

Humidité du sol normal.

Il a une préférence pour les sols limoneux. Le pissenlit est un indicateur d’un sol lourd argileux.

Pissenlit dent-de-lion, Plantes. Cliquer pour agrandir l'image.

ClimatsClimatsClimat ensoleilléClimat ombré
Plein soleil.
AltitudesAltitudesÉtage de plaineÉtage collinéen (de 0 à 800 m)Étage montagnard (de 800 à 1700 m)Étage subalpin (de 1700 à 2200 m)
Le pissenlit, très commun jusqu’à 2 000 m, s’élève jusqu’à 2 200 m.
Espèce associéeEspèce associée

Origine géographiqueOrigine

Le pissenlit est originaire d’Eurasie.

RépartitionDistribution géographique

Distribution globale
Pissenlit dent-de-lion, Fruit. Cliquer pour agrandir l'image.Probablement originaire de l’Europe de l’Ouest, le pissenlit s’est depuis longtemps installé un peu partout dans le monde.

Il pousse à l’état sauvage sous les climats tempérés et on le cultive sur une base commerciale en Europe, en Amérique et en Chine (les Chinois cultivent l’espèce voisine Taraxacum mongolicum).

Il est plus rare en région méditerranéenne.

Présent en auvergneAuvergne
Pissenlit dent-de-lion, Colonie, Côtes de Clermont. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion, Fleurs et fruit, Côtes de Clermont. Cliquer pour agrandir l'image.

Utilisation médicinaleUtilisations

Utilisations médicinalesUtilisations médicinales
Pissenlit dent-de-lion, Insectes. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion. Planche d'identification Losch. Cliquer pour agrandir l'image.Toute la plante a des vertus stomachiques, cholagogues, dépuratives, légèrement laxatives, toniques, diurétiques, cholestériques, stimulant de la sécrétion biliaire.
  • stomachiques : le pissenlit nous aide à digérer. La racine du Pissenlit régularise le transit intestinal : on le recommande contre la constipation.
  • cholagogues : le pissenlit permet l’élimination des toxines, permettant l’élimination de la bile par le foie. Depuis bien longtemps on lui reconnaît la vertu de stimuler la fonction hépatique. Cette propriété lui a été reconnue par des savants insignes tels que Rutherford et Vignal.
  • cholestériques : il semblerait diminuer le cholestérol et atténuer les varices.
  • diurétiques : le pissenlit est utilisée dans le traitement de certaines maladies chroniques (l’arthrite, la goutte…). Elle est aussi employée pour faciliter l’élimination rénale. C’est un diurétique puissant qui permet de réduire les éventuels œdèmes. Les effets diurétiques du pissenlit, qui lui ont donné son nom, sont réels.
  • certaines dermatoses en rapport avec une insuffisance hépatique, du type dartres, eczéma, acné, etc.

Le latex guérit les verrues, les cors (coricide) et papillomes, mais il peut causer des allergies cutanées chez certaines personnes sensibles ; il peut provoquer des taches brunes sur la peau (contient du chicotin qui serait légèrement vénéneux).

Le pissenlit aurait aussi une action antibactérienne.

Utilisations culinairesUtilisations culinairesUtilisation en saladeUtilisation en vin blancUtilisation en soupe
Pissenlit dent-de-lion. Planche d'identification Sturm. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion, Fleur en bouton. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion, Fleur. Cliquer pour agrandir l'image.
Au niveau gustatif, toutes les parties du pissenlit sont utilisées : racines, feuilles, fleurs. Ainsi tout peut se ramasser, les tiges se récoltent avant la floraison, les feuilles et les fleurs au printemps. Les racines sont lavées, coupées dans le sens de la longueur et mises à sécher :
  • Les racines grillées et écrasées peuvent être un bon substitut du café : on consommait autrefois la racine torréfiée, pour un usage similaire à celui de la chicorée.
    Au Japon, la racine est mangée, sautée dans un peu d’huile avec de la sauce de soja, ou en beignets.
    Les racines peuvent être grillées avec un oignon et de l’ail ou ajoutées à un potage ou être dégustées revenues à la poêle ou en purée.
    On cueille les racines, de l’été à la fin de l’automne.
    Faire sécher les racines au soleil et les conserver à l’abri de l’humidité et de la poussière.

Les feuilles se mangent crues ou cuites.

Cru, le pissenlit est d’habitude d’être servis avec une vinaigrette chaude ou un filet d’huile de noix, souvent accompagnés d’œufs durs, de lardons, de croûtons frottés à l’ail, de morceaux de fromage.… On peut remplacer ces lardons par des petits ails grillés dans une huile végétale.

Le pissenlit doit être servi en salade après blanchiment. Si le blanchiment lui fait perdre de son amertume et le rend plus savoureux en salade, il faut savoir qu’il perd aussi bon nombre de ses éléments qui le rendent intéressant pour la santé.

Cuites, les feuilles de pissenlit peuvent remplacer les épinards, ou compléter certaines soupes.

On peut aussi cuire le pissenlit à la vapeur et le servir avec quelques pommes de terre nouvelles, ou cuit et relevé de beurre ou de jus de viande.

Il faut ramasser les rosettes qui n’ont pas encore de fleurs, elles sont moins amères. On peut les couper avec un vieux couteau sous la surface du sol.

L’omelette de pissenlit est savoureuse en particulier avec l’achillée millefeuilles.

Les boutons floraux peuvent être ajoutés crûs aux salades ou conservés confits dans le vinaigre à la façon des câpres. Ils sont également utilisés en remplacement des pointes d’asperges.

Pissenlit dent-de-lion, Capitule. Cliquer pour agrandir l'image.On confectionne avec ses fleurs une gelée (la « cramaillotte ») onctueuse qui ressemble à un miel (recette traditionnelle de Franche Comté) mais aussi un apéritif très prisé et même un vin pétillant de qualité qu’on disait fortifiant et qu’on servait volontiers aux malades et aux convalescents. On peut également employer ces fleurs pour faire un thé très agréable. Les recettes à base de pissenlits sont nombreuses et reviennent en force dans les ouvrages culinaires.

Les capitules sont aussi utilisés pour faire de la confiture.

Vin de pissenlit « Dandelion wine »

Gastronomie

Laisser macérer pendant 10 jours 50 g de racines desséchées et concassées dans un litre de bon vin généreux.

Prendre 3 ou 4 petits verres par jour.

Miel de pissenlit

Gastronomie

Porter 2 litres de fleurs à ébullition dans 2 litres d’eau.

Laisser reposer 12 heures, filtrer, ajouter 2 kg de sucre et le jus de 2 citrons, cuire à feu doux.

Ajouter 4 feuilles de gélatine et cuire quelques minutes.

Gelée de fleurs de pissenlit

Gastronomie

Cueillir 50 fleurs (sans la queue), les jeter dans 1 litre d’eau en ébullition, laisser infuser 10 à 15mn puis récupérer le jus, le peser et ajouter le même poids de sucre.

Procéder ensuite comme pour une autre gelée.

Utilisations économiquesRecherchée par les abeilles
Pissenlit dent-de-lion, Abeille. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion, Fleur. Cliquer pour agrandir l'image.Les fleurs de pissenlit au nectar abondant sont recherchées par les abeilles.

Pissenlit dent-de-lion, Abeille. Cliquer pour agrandir l'image.C’est le pissenlit qui donne, vers le commencement de mai, la première miellée notable du printemps, fournissant abondamment aux abeilles, que l’on peut cesser de nourrir à ce moment, nectar et pollen.

On utilisait aussi les fleurs pour la couleur jaune qu’elles apportaient au beurre.

Le pissenlit a de tous temps également été utilisé pour l’alimentation animale (volailles, lapins, cochons, …).

Les racines séchées donnent un colorant magenta et brun utile aux teintures.

Il existe un Pissenlit cultivé en Russie, nommé « pissenlit gommeux » qui servait à fabriquer des pneus (La racine de « notre » pissenlit contient aussi du caoutchouc).

Constituants chimiquesConstituants chimiques

Les herboristes attribuent les effets bénéfiques du pissenlit sur les systèmes digestif et hépato-biliaire aux principes amers qu’il contient. De plus, ses feuilles et sa racine renferment une étonnante variété de minéraux, de vitamines et d’autres composés qui pourraient expliquer certaines des propriétés qu’on lui prête traditionnellement. Outre sa grande richesse en potassium, il contient de bonnes quantités de fer, de calcium, de cuivre, de silice et de manganèse. Quant à la racine, elle renferme, en plus des principes amers, de l’inuline, une substance qui favorise la multiplication de bactéries intestinales bénéfiques3. Le pissenlit renferme aussi des acides gras, de la choline (un nutriment important pour le foie), des vitamines du complexe B, des vitamines C, D et K ainsi que des flavonoïdes et des caroténoïdes.

Composition pour 100 g: Eau 85,60 g, Protéines 2,70 g, Lipides 0,70 g, Glucides 9,20 g, Fibres 3,50 g, Minéraux 1,80 g, Apport énergétique 45 kcal / 188 kj, Calcium 187 mg (le pissenlit est plus riche en calcium que le lait), Fer 3,10 mg, Magnesium 36 mg, Phosphore 66 mg, Potassium 397 mg, Sodium 76 mg, Cuivre 0,17 mg, Manganèse 0,34 mg, Sélénium 0,50 mg, Vitamine A ou rétinol 14000 UI (très élevée), Vitamine B1 ou thiamine 0,19 mg, Vitamine B2 ou riboflavine 0,26 mg, Vitamine B3 ou PP ou niacine 0,81 mg, Vitamine B5 ou acide pantothénique 0,084 mg, Vitamine B6 ou pyridoxine 0,251 mg, Vitamine B8 ou H ou biotine, Vitamine B9 ou acide folique 0, Vitamine B12 ou cobalamine 0, Vitamine C ou acide ascorbique 35 mg (presque autant que le citron), Vitamine E ou tocophérol 2,5 mg

(Source : USDA Nutrient Database for Standard Reference, Release 13 (November 1999) )

Histoire et traditionsHistoire, littérature, traditions, légendes, religions, magie, mythes, symboles …

HistoireHistoire
Pissenlit dent-de-lion, Parchemin XVIe siècle. Cliquer pour agrandir l'image.Le pissenlit était déjà utilisé dans l’Antiquité par les médecins grecs.

On suppose qu’il a été introduit au cours des invasions barbares qui ont mis fin à l’empire romain.

Historiquement, on n’en trouve la trace qu’à partir du XIIIe siècle et il ne devient important qu’au XVe ; sa mention n’apparait qu’en 1485 dans l’« Ortus sanitatis ».

Au XVIe siècle il était appelé « herba urinaria » et utilisé dans les maladies des reins.

La plante a principalement été utilisée par la médecine traditionnelle pour traiter les troubles du foie et de la vésicule biliaire, mais aussi en cas d’anémie, de fièvre, de rétention d’eau, de rhumatisme, de problèmes rénaux et cutanés.

Plus tard, le Dr Leclerc dira du pissenlit qu’il possède les propriétés de favoriser le cours de la bile d’où son utilisation essentiellement dans les affections du foie et des voies biliaires. On mentionne comme mode d’emploi l’infusion ou la décoction* de feuilles ou de racines ; le nom de « Clystère de Kæpf » est retrouvé pour une décoction de la plante sèche très réputée au XVIIIe siècle pour traiter les maladies du foie.

En Chine, on emploie la variété Taraxacum mongolicum depuis très longtemps pour traiter l’hépatite, le cancer, diverses affections de la glande mammaire (inflammation, mauvais écoulement du lait maternel, cancer du sein) ainsi que pour améliorer la résistance immunitaire aux infections des voies respiratoires.

L’usage du pissenlit est reconnu dans de nombreuses pharmacopées officielles (Inde, Autriche, Tchéquie, Grande-Bretagne, Allemagne) et il a déjà fait partie de la pharmacopée américaine.

TraditionsTraditions
Pissenlit dent-de-lion. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.Au printemps, à la campagne, il était de tradition de consommer chaque jour une bonne portion de pissenlits cuits ou crus, cette cure « purifiait le sang ».

On connaît l’expression « manger les pissenlits par la racine ».

LégendesLégendes
Pissenlit dent-de-lion, Fruit au crépuscule. Cliquer pour agrandir l'image.Pissenlit dent-de-lion, Fleur. Cliquer pour agrandir l'image.On dit le pissenlit né de la poussière soulevée par le char du Soleil d’où sa forme, sa couleur et le comportement de ses fleurs qui s’ouvrent au lever du jour et se ferment à l’approche du crépuscule.

Pissenlit dent-de-lion, Fruit. Cliquer pour agrandir l'image.Une tradition ancienne voulait que le pissenlit en fruit servit de présage aux jeunes filles à marier : les jeunes filles d’autrefois soufflaient sur la tête du pissenlit pour faire s’envoler toutes ses graines. Autant de fois, elles devaient souffler, autant d’années elles attendront un époux…

MagieMagie
Les magiciens se frottent le corps de décoction de pissenlit afin d’être bien accueilli partout et d’obtenir tout ce qu’ils désirent.
SymbolesSymboles
Pissenlit dent-de-lion, Dispersion. Cliquer pour agrandir l'image.Le pissenlit est le symbole des éditions Larousse dont la devise est « je sème à tous vents ».

StatutStatut

Rareté
Très répandue dans toute l’Europe.
MenacesMenaces
Mauvaise herbe, notamment dans les pelouses (il existe un outil spécial pour arracher les racines pivotantes sans faire trop de dégâts).

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Sujets plus détaillés
Sujets proches
Les achillées (Achillea)
L'adénostyle (Adenostyles alliariae)
Les armoises (Artemisia)
L'arnica des montagnes (Arnica montana)
L'aster amelle (Aster amellus)
L'aster à feuilles d'osyris (Aster linosyris)
La grande bardane (Arctium lappa)
La camomille matricaire (Matricaria recutita)
Les carduoïdés (Carduoideae)
Les centaurées (Centaurea)
La carline à feuilles d'acanthe (Carlina acanthifolia)
Le doronic d'Autriche (Doronicum austriacum)
Le doronic à feuilles cordées (Doronicum pardalianches)
L'eupatoire chanvrine (Eupatorium cannabinum)
La grande marguerite (Leucanthemum vulgare)
La laitue des Alpes (Cicerbita alpina)
La laitue des murailles (Mycelis muralis)
La laitue vivace (Lactuca perennis)
La lampsane commune (Lapsana communis)
La ligulaire de Sibérie (Ligurica sibirica)
Le léontodon d'automne (Leontodon autumnalis)
La mulgédie de Plumier (Cicerbita plumieri)
La pâquerette vivace (Bellis perennis)
Le pétasite blanc (Petasites albus)
La picride fausse-vipérine (Picris echioides)
Le pissenlit dent-de-lion (Taraxacum officinale)
La porcelle enracinée (Hypochoeris radicata)
La prénanthe pourpre (Prenanthes purpurea)
Le salsifis des prés (Tragopogon pratensis)
La scorsonère des prés (Scorzonera humilis)
Le séneçon à feuilles d'adonis (Senecio adonidifolius)
Le séneçon à feuilles de roquette (Senecio erucifolius)
Le séneçon jacobée (Senecio jacobaea)
Le solidage du Canada (Solidago canadensis)
Le solidage verge d'or (Solidago virgaurea)
La tanaisie vulgaire (Tanacetum vulgare)
Sujets plus larges
Page d'accueil
Les apocynacées (Apocynaceae)
Les astéracées (Asteraceae)
Les boraginacées (Boraginaceae)
Les campanulacées (Campanulaceae)
Les caprifoliacées (Caprifoliaceae)
Les dipsacacées (Dipsacaceae)
Les gentianacées (Gentianaceae)
Les lamiacées (Lamiaceae)
Le liseron des champs (Convolvulus arvensis)
Les oléacées (Oleaceae)
Les plantaginacées (Plantaginaceae)
Les rubiacées (Rubiaceae)
Les scrofulariacées (Scrophulariaceae)
Les solanacées (Solanaceae)
Les valérianacées (Valerianaceae)
Les verbénacées (Verbenaceae)
Taxon précédant ] [ Taxon ascendant ] [ Taxon suivant ] [Page d’accueil] [Végétaux] [Via Gallica]
Chercher sur ce Site :
Chercher sur la Toile :
Recommander cette page :
Recommander ce site :
AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.