La ronce des bois (Rubus fruticosus)

Espèce[Photos] [Présentation] [Classification] [Noms] [Étymologie] [Identification] [Racines] [Tiges] [Feuilles] [Fleurs] [Fruits] [Cycle] [Habitats] [Origine] [Distribution] [Bois] [Utilisations] [Constituants] [Culture] [Statut] [Autres sujets]

[Taxon précédant] [Page d'accueil] [Taxon ascendant] [Taxon suivant] [Via Gallica]

Page en cours d'édition

PhotosPhotos

Ronce des bois. Plante. Cliquer pour agrandir l'image.Ronce des bois. Fleurs. Cliquer pour agrandir l'image.Ronce des bois. Fleurs. Cliquer pour agrandir l'image.Ronce des bois. Fleur. Cliquer pour agrandir l'image.Ronce des bois. Fleurs. Cliquer pour agrandir l'image.Ronce des bois. Fleur en gros plan. Cliquer pour agrandir l'image.
Ronce des bois. Fleurs et fruits. Cliquer pour agrandir l'image.Ronce des bois. Fruits. Cliquer pour agrandir l'image.Ronce des bois. Cliquer pour agrandir l'image.

ClassificationClassification

Règne : plantes (Plantae)Sous-règne : plantes vasculaires (Tracheobionta)
Division : plantes à graines (Spermatophyta)Sous-division :
Classe : plantes à fleurs (Angiospermae)Sous-classe : dicotylédones (Dicotyledonae)
Super-ordre : rosidés (Rosidae)Ordre : rosales (Rosales)
Famille : rosacées (Rosaceae)Sous-famille :
Genre : ronces (Rubus [Linné, 1753])Sous-genre :
Espèce : Rubus fruticosus [Linné, 1753], Rubus plicatus [Whe. & Ness], Rubus suberectus [Anders]Variété :
Nom commun : ronce des boisNom populaire : mûrier, mûre, ronce à mûres, ronce frutescente, mûrier-des-haies

Noms européensNoms européens

AlbanieAllemagneBrombeerstrauch, echte Brombeere, Falten-Brombeere, Schwarze Haubeeren, Rahmbeere, Moren, Kroatzbeere, Hundsbeere, Hirschbollen, Frimbeere, FeldschwarzbereAngleterreblackberry, brambleArménie
Pays basqueBiélorussieBrezhonegBulgarie
Catalognemóra, esbarzer, abatzer, romaguer, romagueraChyprioteCorsusepalu, lamaCroatieobična kupina
Danemarkbrombær,
almindelig brombær, klynger
Gaeidhligmuir, dreas, drisEspagnezarza, zarzamora, mora, espino negroEstonie
FøroysktFinlandekarhunvattu, oimuvatukkaFrançaisronce des boisFrysk
GalicePays de GallesmwyarGéorgieGrèce
Hongrieföldi szederIrlandeIslandebrómberItalierovo, mora di rovo
LettonieLithuaniegervuogėsLëtzebuergëschPäerdsbier, SchwaarzbierMacédoine
MalteMoldovenesteNorvègebjørnebær, bjønnbær, søtbjønnbærOccitan
Pays-Basgewone braam, braam, bosbraam, braam soortPolognejerzyna, jezyna, jezyna faldowana, jezyna krzewiastaPortugalamora-silvestreRoumaniemurul
Russieежевика, ежевика сизаяSerbieSlovaquieostružina krovitáSlovénienavadna robida
Suèdebjörnbä, sötbjörnbärTchéquieostružiník obecnýUkraïneEmpire romainRubus fruticosus

ÉtymologieOrigine du nom

Étymologie latineÉtymologie latine
Du mot latin ruber, rouge ; les fruits, avant d’être complètement mûrs, sont de couleur rouge.
Étymologie françaiseÉtymologie française
La ronce des bois se nommait autrefois, en ancien français, la « meure », du latin morum.

Identification du végétalIdentification

Identification généraleGénéralités
La ronce est une plante ligneuse et vigoureuse, de la famille des Rosacées ; elle est sarmenteuse épineuse, et peut dépasser les 4 m d’envergure.

Elle pousse à lisière des bois d’Europe ou dans les jardins, souvent considérée comme une mauvaise herbe envahissante.

Les feuilles caduques de 8 à 12 cm de longueur, sont divisées en cinq à sept folioles dentées, épineuses au revers.

En été, apparaissent des petites fleurs blanches ou rosées qui s’épanouissent en corymbes. Elles sont suivies par des baies multiples, d’abord rouges, puis noires à maturité.

Ronce des bois. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.Ronce des bois. Plante. Cliquer pour agrandir l'image.
Catégorie de planteCatégorie de plante
PortPort de la plante
De 1 à 3 mètres de diamètre.
HauteurHauteur de la plante
De 1 à 2 m.
RemarquesRemarques
Ronce des bois, Le mûrier (Morus Sp). Cliquer pour agrandir l'image.Il ne faut pas confondre le fruit de la ronce avec la mûre, fruit du mûrier (Morus spp.), ni avec le fruit du framboisier noir (Rubus occidentalis).
Espèces semblablesEspèces semblables
Ronces. Planche d'identification. Cliquer pour agrandir l'image.

RacineRacines

Description de la racine
Ce sont des stolons arqués et rampant s’enracinant au contact du sol.

Le pied de Ronce produit des turions (pousses qui ont l’aspect d’une jeune asperge). Ceux-ci grandissent rapidement et se transforment en longs rameaux sarmenteux couverts d’épines. La fructification se produit (sauf cas particulier d’espèces à tiges annuelles) sur les rameaux de 2 ans. Après cette fructification, les tiges meurent et se dessèchent, laissant la place aux jeunes rameaux. Le renouvellement est constant, ce qui explique la densité extrême des ronciers et leur «  impénétrabilité ».

ÉcorceTige / Écorce

Description de la tige
Ronce des bois. Branche en fleurs. Cliquer pour agrandir l'image.Les tiges de la ronce ont des épines acérées : elles s’accrochent sur tout support et peuvent s’enraciner à leur extrémité.

Elles sont épineuses, arquées, anguleuses. Elles s’enracinent souvent au bout des rameaux et forment ainsi un dense fourré très ramifié.

Dans le cas de la Ronce, la présence d’épines semble répondre a deux préoccupations : la protection et la conquête de l’espace. La défense est assurées avec succès, car même si certains herbivores gourmands (chèvres, ânes, cervidés) se régalent des jeunes poussent et des feuilles de ronces, ils ne touchent pas aux tiges adultes ni aux vielles feuilles dont les nervures sont elles-mêmes garnies d’aiguillons acérés. La conquête de l’espace est, elle, facilitée par tous ces appendices recourbés, qui sont d’autant de crochets solides permettant à la plante de s’élever à plusieurs mètres du sol à la recherche de la lumière. Du coup elle ne se fatigue pas à fabriquer du bois et passe toute son énergie dans la production de rejets démesurément longs qui iront marcotter à plusieurs mètres du pied mère.

Couleur de l'écorceCouleur de la tige

FeuilleFeuilles

Description des feuilles
Ronce des bois. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.La ronce a des feuilles alternes.

Leur pétiole est épineux et elles sont composées, avec en général 3 à 5 folioles ovales à elliptiques et dentées, épineuses sous la nervure médiane.

Dimension des feuillesDimension des feuilles
Couleur des feuillesCouleurs des feuilles
Les feuilles de ronce possèdent une couleur verte ou gris vert et sont souvent grises ou blanchâtres dessous.
VégétationVégétation
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Végétation

FleurFleurs

Description des fleurs
Les fleurs de ronce possèdent 5 sépales et 5 pétales, de nombreuses étamines et forment de grandes inflorescences épineuses.

Les fleurs mesurent 20 à 30 mm de diamètre.

Ronce des bois. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.Ronce des bois. Fleur de ronce à Sauterre. Cliquer pour agrandir l'image.Ronce des bois. Fleur. Cliquer pour agrandir l'image.
Couleurs des fleursCouleurs des fleurs
Blanches, roses ou pourpres.
Fleur odoranteParfum des fleurs
PollenPollen
FloraisonFloraison
De juin à août.
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Floraison

FruitFruits

Description des fruits
Ronce des bois. Dessin.Ronce des bois. Evolution. Cliquer pour agrandir l'image.Ronce des bois. Fruits. Cliquer pour agrandir l'image.La fleur de la ronce des bois produit ensuite un fruit (mûre), ou plutôt ce que nous croyons être un fruit, car en réalité il s’agit d’un agglomérat (polydrupe) de nombreux fruits qui portent le joli nom de drupes (ou drupéoles). Celles-ci se sont développées sur le réceptacle à partir d’un ovaire à carpelles libres.

Le gynécée de la fleur de ronce est formé de plusieurs carpelles libres portés par le réceptacle floral. Après fécondation des ovules, chaque carpelle se transforme en une drupe (fruit charnu dont l’endocarpe est lignifié). L’ensemble constitue donc une polydrupe dont les éléments sont portés par le réceptacle resté sec.

Celles-ci sont charnues et disposées sur un réceptacle.

La mûre se distingue de la framboise par le fait que le réceptacle adhère à la mûre quand elle est cueillie, mais qu’il reste accroché au rameau dans le cas de la framboise, laissant le centre du fruit creux.

Couleurs des fruitsCouleurs des fruits
Fruit d’abord vert, puis rouge, puis bleu noir ou noir violacé en mûrissant.
GrainesGraines
Chaque drupe ne contient qu’une seule graine.
FructificationFructification
Les mûres se cueillent en septembre, dès qu’elles sont bien noires.
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Fructification

Cycle de vieCycle de vie

PérennitéPérennité
PlantationPlantation
MultiplicationMultiplication
La multiplication des ronces s’effectue par bouturage à bois sec en hiver ou marcottage par couchage au printemps, voire division de la souche ligneuse.
CroissanceCroissance
Leurs tiges forment des arceaux qui vivent chacun pendant deux saisons : dans leur première année, ils ne produisent que des feuilles ; dans la seconde année, ils donnent des fleurs et des fruits.
LongévitéLongévité

HabitatHabitats

MilieuxMilieuxBois de conifèresBois de feuillusPrésCoteaux
Ronce des bois. Cliquer pour agrandir l'image.La ronce est présente dans les forêts, broussailles, haies, talus, bord des chemins et landes.
SolsSols
Compact (argile, limon).

Sol sain filtrant (bonne terre de jardin).

Très poreux (sableux).

Acide (pH inférieur à 5,5), légèrement acide, alcalin (pH supérieur à 7).

ClimatsClimatsClimat ensoleilléClimat ombréClimat pluvieuxClimat froid
Espèce héliophile, supporte l’ombre, mais ne fructifie abondamment qu’en plein découvert.
AltitudesAltitudesÉtage de plaineÉtage collinéen (de 0 à 800 m)Étage montagnard (de 800 à 1 700 m)
On rencontre la ronce jusqu’à 1 500 m.
Espèce associéeEspèce associée
Ronce des bois. Planche d'identification. Cliquer pour agrandir l'image.La Ronce joue si bien son rôle qu’elle revêt une importance écologique de premier ordre. Outre le fait qu’elle répare souvent nos excès, c’est aussi grâce à elle que la vie sauvage retrouve ses droits élémentaires dans les sites sinistrés, et que le retour à l’équilibre originel (le climax des biologistes) est possible.

Elle répare nos excès en procurant rapidement un couvert végétal de bonne qualité à des sols mis à nu trop rapidement : c’est le cas lors de coupes rases en forêt. Elle redonne aussi au sol agricole où elle s’installe des qualités de structure et de texture correctes : les terrains abandonnés par l’agriculteur à la friche retrouvent ainsi un potentiel biologique perdu, le retour vers le stade forestier est alors possible. L’apparition du roncier permet aussi l’installation d’une faune riche et variée dans des milieux appauvris par la surexploitation agricole et la suppression systématique des haies. Alors qu’il faut une bonne dizaine d’années pour reconstituer une haie vive, le roncier se forme en deux ans à peine et déjà il offre le gîte à un lièvre qui dort paresseusement juste au-dessous du nid du muscardin, ce petit rat d’or ; ou bien c’est un couple de bruants jaunes qui profite de sa protection et nourrit sa nichée de quelques-uns des milliers d’insectes qu’elle accueille ; à moins que ce soit une pie-grièche qui vienne y larder ses proies sur ses épines vigoureuses … La tige creuse de la Ronce est elle aussi une aubaine pour de nombreux insectes qui viennent y accomplir une partie de leur métamorphose, se nourrissant de la moelle tendre de leur hôte.

À l’abri de la frondaison dense du roncier les graines d’arbres vont pouvoir se développer en toute sérénité. D’abord parce que la Ronce rend le sol léger et meuble (la germination des glands, châtaignes, noisettes, s’en trouve facilitée) ; ensuite parce qu’elle soustrait les plantules de la vue et de la dent des prédateurs, enfin parce qu’elle oblige les tiges nouvelles à monter fièrement vers le ciel à la recherche de la lumière. Les forestiers connaissent si bien ses effets bienfaisant qu’ils l’ont nommée « la mère des Chênes ». Si l’homme n’intervient pas, le roncier va très vite se transformer en taillis avant de devenir, au bout d’une longue et lente évolution, une forêt vraie.

Origine géographiqueOrigine

Europe.

Utilisation médicinaleUtilisations

Utilisations médicinalesUtilisations médicinales
Les feuilles de ronce, desséchées, sont astringentes et toniques, légèrement antibactériennes et hypoglycémiantes. Elles s’emploient en gargarismes sous forme d’infusion (20 grammes par litre d’eau).

Les fruits en grande quantité sont laxatifs et leur jus est astringent et dépuratif. Elle est traditionnellement utilisée pour les diarrhées légères et pour le soulagement temporaire de maux de gorge et des enrouements passagers, ainsi que pour le nettoyage des petites plaies, après un lavage abondant.

Utilisations culinairesUtilisations culinaires
Fruits comestibles (mûres sauvages).

La mûre est très riche en vitamines C, en fibres, en potassium, elle apporte 54 kcal/100 g.

On l’emploie fraîche, en tartes, en gelées ou en confitures très parfumées, en sorbet, et en sirop.

Plante également très appréciée des cervidés.

Les feuilles sont riches en tanin galliques, en catéchiques, en vitamine C et en acides organiques. Les fruits sont riches en sucres, en pectiné, en tanins, en acides organiques, en vitamines A et C et en sels minéraux. Les graines sont riches en huiles grasses.

Les jeunes pousses légèrement fermentées, sont infusées et donnent un thé, semblable au thé noir, dont l’arôme est très développé. Elle peut être ajoutée aux salades de légumes ou de fruits comme décoration. La mûre, qui constitue le fruit composé, est utilisée crue, nature, sucré, en salades de fruits ou en yaourts ou cuites en confitures, en gelées, tartes, sirops, sorbets, et cetera. Leur fermentation peut aussi donner un vin de mûres. Elles parfument aussi les liqueurs et les vinaigres.

Sirop de mûres

Gastronomie

Presser des mûres lavées à plusieurs eaux pour les écraser au travers d’un tamis de crin (ou d’un torchon).

Mettre on bassine le jus extrait avec 700 g de sucre pour 500 g de mûre.

Faire Fondre le sucre et, dès que le sirop entre en ébullition, le Filtrer.

Faire alors bouillir le sirop jusqu’à ce qu’il marque 31 au pèse-sirop.

Le mettre chaud dans des bouteilles aseptisées, laisser reposer 24 heures et ne boucher qu’ensuite.

Liqueur de mûre

Gastronomie

Recueillir le jus d’un kg de mûres, 1 bol de framboises, et 1 de groseilles rouges en pressant les fruits dans un torchon.

Pour 1 litre de ce jus, ajouter 700 g de sucre en poudre.

Laisser fondre un peu et ajouter 1 litre 1/2 à 2 litres d’eau de vie à 50°.

Laisser macérer pendant 3 semaines en remuant de temps en temps pour finir de fondre le sucre.

Ce temps écoulé, filtrer pour mettre en bouteilles.

On peut aussi la même liqueur avec des framboises mélangées d’un tiers de groseilles rouges.

Utilisations économiquesRecherchée par les abeilles
Les fleurs sont recherchées par les abeilles.

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Sujets plus détaillés
Sujets proches
L'alchémille vulgaire (Alchemilla vulgaris)
L'amandier commun (Amygdalus communis)
L'aubépine à deux styles (Crataegus oxyacantha)
L'aubépine monogyne (Crataegus monogyna)
L'églantier commun (Rosa canina)
Le fraisier des bois (Fragaria vesca)
Le framboisier (Rubus idaeus)
Le poirier commun (Pyrus communis)
Le pommier domestique (Malus sativa)
Le pommier sauvage (Pyrus malus)
La potentille printanière (Potentilla verna)
La potentille rampante (Potentilla repans)
Les pruniers (Prunus)
La reine des près (Filipendula ulmaria)
La ronce des bois (Rubus fruticosus)
La sanguisorbe officinale (Sanguisorba officinalis)
Les sorbiers (Sorbus)
Sujets plus larges
Page d'accueil
Les acéracées (Aceraceae)
Les apiacées (Apiaceae)
Les aquifoliacées (Aquifoliaceae)
Les araliacées (Araliaceae)
Les balsaminacées (Balsaminaceae)
Les buxacées (Buxaceae)
Les celastracées (Celastraceae)
Les cornacées (Cornaceae)
Les crassulacées (Crassulaceae)
Les euphorbiacées (Euphorbiaceae)
Les géraniacées (Geraniaceae)
Les grossulariacées (Grossulariaceae)
Les hippocastanacées (Hippocastanaceae)
Les juglandacées (Juglandaceae)
Les loranthacées (Loranthaceae)
Les onagracées (Onagraceae)
Les oxalidacées (Oxalidaceae)
Les papilionacées (Papilionaceae)
Les rhamnacées (Rhamnaceae)
Les rosacées (Rosaceae)
Les saxifragales (Saxifragales)
Les thyméléacées (Thymelaeaceae)
Les vitacées (Vitaceae)
Taxon précédant ] [ Taxon ascendant ] [ Taxon suivant ] [Page d’accueil] [Végétaux] [Via Gallica]
Chercher sur ce Site :
Chercher sur la Toile :
Recommander cette page :
Recommander ce site :
AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.