L’aubépine à deux styles (Crataegus oxyacantha)

Espèce[Photos] [Présentation] [Classification] [Noms] [Étymologie] [Identification] [Racines] [Tiges] [Feuilles] [Fleurs] [Fruits] [Cycle] [Habitats] [Origine] [Distribution] [Bois] [Utilisations] [Constituants] [Culture] [Statut] [Autres sujets]

[Taxon précédant] [Page d'accueil] [Taxon ascendant] [Taxon suivant] [Via Gallica]

Page en cours d'édition

PhotosPhotos

Aubépine à deux styles. Fleurs. Cliquer pour agrandir l'image.Aubépine à deux styles. Plante en fleurs. Cliquer pour agrandir l'image.

PrésentationPrésentation

GénéralitésGénéralités
Aubépine à deux styles. Planche d'identification. Cliquer pour agrandir l'image.

ClassificationClassification

Règne : plantes (Plantae)Sous-règne : plantes vasculaires (Tracheobionta)
Division : plantes à graines (Spermatophyta)Sous-division :
Classe : plantes à fleurs (Angiospermae)Sous-classe : dicotylédones (Dicotyledonae)
Super-ordre : rosidés (Rosidae)Ordre : rosales (Rosales)
Famille : rosacées (Rosaceae)Sous-famille :
Genre : aubépines (Crataegus)Sous-genre :
Espèce : Crataegus oxyacantha [Linné, 1753], Crataegus laevigata [(Poiret) A. P. de Candolle, 1825], Crataegus oxyacanthoides [Thuill.]Variété :
Nom commun : aubépine commune, aubépine à deux stylesNom populaire : aubépine lisse, aubépine épineuse, mai, blanche épine, épine-blanche, poire-d’oiseau, senelles

Noms européensNoms européens

AlbanieAllemagnegemeiner Weißdorn, (Zweigriffliger) Weissdorn, Rotdorn, HagedornAngleterretwo styled thorn, red hawthornArménie
Pays basquehegoaldeko elorri zuriaBiélorussieBrezhonegBulgarie
CatalogneChyprioteCorsuCroatieglog crveni
Danemark(almindelig) hvidtjørnGaeidhligsgitheach gealEspagnemajuelo navarro, espino blanco, espino ardienteEstonie
FøroysktFinlandepyöröliuskaorapihlajaFrançaisaubépine lisseFrysk
GalicePays de GallesGéorgieGrèceσχετικά βότανα, κράταιγος ο οξυάκανθος
HongriecseregalagonyaIrlandeIslandeItaliebiancospino selvatico, biancospino dei boschi
LettonieLithuanieLëtzebuergëschMacédoine
MalteMoldovenesteNorvègeparkhagtornOccitan
Pays-Bas(tweestijlige) meidoornPolognegłóg dwuszyjkowyPortugalRoumanie
RussieбоярышникSerbieSlovaquieSlovénie
SuèderundhagtornTchéquiehloh obecnýUkraïneEmpire romainCrataegus oxyacantha

ÉtymologieOrigine du nom

Étymologie latineÉtymologie latine
Spina alba : épine blanche.

Crataegus : kratos, force, allusion à la dureté de son bois ; c’est dans le bois d’Aubépine qu’étaient taillés les billots des supplices. Ou des mots grecs cratos, aigòn, force des chèvres ; donne de la force aux chèvres qui le broutent.

Oxyacantha : épine aiguë, végétal agressif.

Identification du végétalIdentification

Identification généraleGénéralités
L’aubépine est un arbuste épineux, dont les fleurs odorantes apparaissent en avril et en mai ; ses fruits rouges mûrissent à la fin de l’été ; on trouve l’aubépine dans les bois, sur les coteaux ou dans les haies.

Aubépine à deux styles. Plante en hiver, Villars. Cliquer pour agrandir l'image.C’est l’aubépine épineuse dont les fleurs ont 2 à 3 styles et dont les feuilles sont faiblement lobées-dentées.

Aubépine à deux styles. Dessin d'identification. Cliquer pour agrandir l'image.Plant d'aubépine sur le chemin des Côtes à Villars
Catégorie de planteCatégorie de plante
Arbuste.
PortPort de la plante
HauteurHauteur de la plante
6 m.
RemarquesRemarques
Aubépine à deux styles. Aubépine à deux styles Coccinea plena. Cliquer pour agrandir l'image.Nombreuses variétés cultivées avec par exemple :

« Coccinea Plena », fleur double rose

« Crimson Cloud », fleur rouge à centre blanc

« Paul’s Scarlet », fleur double rose foncé

« Plena », fleur double blanche

« Rosea Flore Pleno », fleur double rose

Espèces semblablesEspèces semblables
L’aubépine monogyne ou aubépine à un style.

ÉcorceTige / Écorce

Description de la tige
Écorce lisse et gris clair quand elle est jeune, puis fendillée et brune ensuite, tronc qui se divise en nombreux rameaux hérissés de fortes épines pouvant atteindre jusqu’à 7,5 cm.

Les rameaux d’un an sont brun olive, puis virent au gris.

FeuilleFeuilles

Description des feuilles
Aubépine à deux styles. Feuille.Feuilles petites (longues de 2 à 5 cm), alternes, pétiolées, vert grisâtre en dessous, ovales, en forme de coin à la base, entières ou 3 à 5 fois légèrement lobées, avec des lobes peu profonds aux bords dentés, à nervures secondaires courbées en dedans. À la base du pétiole poussent deux stipules caduques.
Couleur des feuillesCouleurs des feuilles
Vert luisant dessus, plus pâles dessous.
VégétationVégétation
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Végétation

FleurFleurs

Description des fleurs
Aubépine à deux styles. Fleurs. Cliquer pour agrandir l'image.Dyalipétale. Plante à pétales séparés.

L’aubépine est la voisine botanique du poirier, du pommier et du cognassier (rosacées).

Aubépine à deux styles. Fleurs. Cliquer pour agrandir l'image.Les fleurs, blanches (rouges ou roses pour les cultivars), à 2 styles et hermaphrodites, sont réunies en corymbes terminaux avec des pédoncules glabres, et partent à l’aisselle des feuilles.

Le calice a 5 divisions triangulaires. La corolle a 5 pétales arrondis et presque dépourvus d’onglet. Il y a 20 étamines avec des anthères rougeâtres et 2 ou 3 styles.

Panicule d’ombelles dressé (corymbes) ; fleurs très odorantes. Inflorescences de 5 à 10 fleurs pentamères aux pétales blancs ; nombreuses étamines surmontées d’anthères rouges.

Couleurs des fleursCouleurs des fleurs
Les fleurs sont blanches ou rosées.
Fleur odoranteParfum des fleurs
Fleurs à odeur désagréable. Les fleurs de l’aubépine, lorsqu’on vient de les cueillir, ont encore, comme sur l’arbrisseau, un parfum qui rappelle celui des amandes amères, mais lorsqu’elles sont mises dans l’eau et conservées pendant quelque temps dans les appartements, elles exhalent une odeur peu agréable.
PollenPollen
FloraisonFloraison
En mai-juin. Plus précoce que chez l’aubépine monogyne.
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Floraison

FruitFruits

Description des fruits
Aubépine monogyne. Fruits. Cliquer pour agrandir l'image.Le fruit est une petite drupe ronde et rouge à maturité, avec à l’extrémité une petite région circulaire et déprimée, entourée par les divisions persistantes du calice.

Fruits dénommés « cenelles », acides, comestibles mais peu savoureux, de 8 à 10 mm de longueur, en forme de tonnelets : ils sont rouge sombre, globuleux, à pépins, et présentent les restes du calice persistant.

Couleurs des fruitsCouleurs des fruits
GrainesGraines
Le fruit charnu renferme 2 ou 3 graines de section triangulaire.
FructificationFructification
Maturité en septembre-octobre.
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Fructification

Cycle de vieCycle de vie

PérennitéPérennité
PlantationPlantation
MultiplicationMultiplication
EntretienEntretien
Supportant bien la taille, elle sert à confectionner des haies, et comme porte-greffe pour les poiriers.
CroissanceCroissance
Rapide.
RécolteRécolte
Ennemis de la planteEnnemisInsectesChampignons
LongévitéLongévité
L’aubépine, extrêmement robuste, peut vivre jusqu’à 500 ans.

HabitatHabitats

MilieuxMilieuxPrés
Buissons, broussailles, haies vives, pâturages abandonnés, décombres, plateaux rocailleux, bordure de forêts, forêts de feuillus ou à essences mixtes.
SolsSols
Aime les sols calcaires et les substrats argileux, plutôt lourds.
ClimatsClimatsClimat ensoleilléClimat ombré
AltitudesAltitudes
Altitude basses et chaudes (jusqu’à 1 500 m).

Origine géographiqueOrigine

Native d’Europe et d’Asie occidentale avec une faible aire de distribution en Afrique du nord-ouest.

RépartitionDistribution géographique

Distribution globale
S’arrête à 60° de latitude nord (en Suède et en Norvège) et s’étend jusqu’à Saint-Pétersbourg et à la mer Caspienne.
Présent en auvergneAuvergne
Aubépine à deux styles. Fruits d'aubépine givrés à Ternant. Cliquer pour agrandir l'image.Aubépine à deux styles. Fruits d'aubépine givrés à Ternant. Cliquer pour agrandir l'image.Aubépine à deux styles. En fruits, montjuzet. Cliquer pour agrandir l'image.Aubépine à deux styles. En fruits, montjuzet. Cliquer pour agrandir l'image.Aubépine à deux styles. Fruits d'aubépine givrés à Ternant. Cliquer pour agrandir l'image.

BoisBois

Description du bois
Propriétés du boisPropriétés du bois
BoisAspect du bois
Coupe longitudinale
Aubépine à deux styles. Bois en coupe tangentielle. Cliquer pour agrandir l'image.
Coupe tangentielle
Coupe radiale
Densité du boisDensité du bois
Travail du boisTravail du bois
Utilisation du boisUtilisation

Utilisation médicinaleUtilisations

Utilisations médicinalesUtilisations médicinales
Aubépine à deux styles. Planche d'identification Bulliard. Cliquer pour agrandir l'image.Les fleurs sont employées comme toniques du cœur et contre les maux de gorge simples ; infusion (10 grammes par litre d’eau).

Dans les écrits de Dioscoride, au début de notre ère, le sirop préparé à partir des fruits de l’aubépine est censé lutter contre la vieillesse. Vers l’an 1000, c’est un breuvage réservé aux rois francs.

Malgré les recherches mises en évidence par un texte anonyme de 1695, l’aubépine était très peu utilisée autrefois pour ses propriétés médicinales : seuls l’écorce des jeunes rameaux était utilisée comme fébrifuge et les fruits comme astringent.

C’est à la fin du XIXe siècle que l’aubépine a trouvé ses lettres de noblesse grâce aux recherches des médecins américains Jennings (1896) et Clement (1898), et du médecin français Leclerc, qui, en 1897, étudia l’usage populaire de l’aubépine en Lorraine où elle était utilisée dans les soins contre l’insomnie et les palpitations.

L’aubépine est amie du cœur. Son action est calmante sur le système nerveux et cardio-vasculaire. C’est un tranquillisant, un antispasmodique, un tonicardiaque ; elle régularise la tension, supprime l’arythmie, la tachycardie. L’aubépine a une action dilatatrice sur les coronaires et aide ainsi à prévenir les crises d’angor. Elle diminue la tension artérielle chez les hypertendus.

Bénéfique à ceux qui souffrent de troubles nerveux, vertiges, angoisses, insomnie, mauvaise circulation du sang. Elle réduit la nervosité et l’anxiété des adultes et des enfants, soigne les troubles du sommeil et améliore les troubles du rythme cardiaque chez le spasmophile.

Par son pouvoir astringent dû à la présence de tanin, la décoction de fruits rouges de l’aubépine est un antidiarrhétique excellent qui est aussi réputé pour expulser les calculs des reins.

Les feuilles de l’aubépine contiennent des acides organiques qui sont utilisés en médecine contre l’artériosclérose (action vasodilatatrice sur les artères coronaires, diminution de la pression artérielle) et la faiblesse du cœur (améliore la circulation sanguine et oxygène le sang). Action bénéfique sur le rythme cardiaque des patients âgés présentant un cœur faible et des extrasystoles. Elle est excellente pour l’angine de poitrine, les menaces ou les suites d’infarctus (en association avec le tilleul), les troubles de la ménopause.

Utilisations culinairesUtilisations culinaires
En Europe centrale et orientale, la cenelle de l’aubépine a été largement réduite en farine et utilisée pour la fabrication d’un pain de disette. Cette particularité a souvent été mise en évidence par les archéologues qui ont découvert ces graines en grande quantité dans les cités lacustres. Le nom allemand de l’aubépine est Mehlbeere, « baie à farine ».

Des recueils culinaires datés des XIIIe et XIVe siècles ont également mis en évidence l’usage fréquent de la fleur d’aubépine dans des recettes à base de fleurs où le sureau et la rose constituaient également les ingrédients principaux.

Des fruits de l’aubépine, souvent dénommés « poires d’oiseau » ou « poires à Bon Dieu », on tirait également une boisson fermentée très enivrante et agréable différant peu du poiré.
L’azerolier (Crataegus azarolus L.), une variété voisine originaire de Crète, est cultivée pour ses fruits comestibles, les azeroles, de couleur rouge orangé ou jaune, assez gros et de 2 à 2,5 cm. de longueur. Ces fruits sont consommés frais ou en confiture.

Les bourgeons de l’aubépine sont utilisés non encore éclos en raison de leur goût de noisette : ils sont incorporés frais et finement hachés dans les macédoines de légumes, dans les salades de laitues et les pâtes à tartiner à base de fromage blanc.
Les fruits sont cueillis bien mûrs, en automne, après les premiers gels, car son goût acide et amers s’améliore lorsque le fruit a gelé. On en prépare des sirops ou on les fait sécher pour les tisanes.

Utilisations économiquesRecherchée par les abeilles
Les abeilles apprécient son nectar dont la fleur abonde et c’est par nuées qu’elles viennent en mai s’y approvisionner.

Dans les marais poitevins, les épines d’aubépine servaient à agrafer la spire d’écorce de châtaignier ou de saule servant à la fabrication de la « tontarde », trompe d’écorce d’un mètre de longueur environ, servant notamment à s’appeler dans le marais.

Utilisations ornementalesUtilisations ornementales
On cultive diverses variétés d’aubépine, à fleurs simples ou à fleurs doubles, comme arbustes d’ornement.

Les deux variétés initiales et d’autres variétés d’aubépines ornementales à fleurs roses sont souvent plantées dans les parcs, les rues, les allées et dans les haies épineuses. À la campagne, l’aubépine était utilisée pour la formation des haies denses, alliées des agriculteurs et des jardiniers.

Étant donné que la levée de la graine est très lente (parfois plus d’un an), on préférait souvent le bouturage effectué en septembre dans un sol léger au semis des fruits entiers à la fin de l’automne.

CultureHistoire, géographie, arts, traditions, flore …

TraditionsTraditions
Aubépine à deux styles. Planche Granville. Cliquer pour agrandir l'image.Dans la Grèce et la Rome anciennes, on retrouve l’aubépine aux mariages et dans les suites nuptiales, pour assurer bonheur, prospérité et fertilité au nouveau couple.

Aux repas de noces qui se déroulent à Athènes, chaque convive porte une branche d’aubépine, gage de bonheur et de prospérité pour l’avenir des époux.

À Rome, c’est le marié lui-même qui en agite un rameau en conduisant sa femme vers la chambre nuptiale, et on attache de l’aubépine au berceau des nouveau-nés pour les mettre à l’abri des mauvais sorts et des maladies.

Dans de nombreuses régions, on tresse au printemps des couronnes d’aubépine pour que les fées ou les anges qui viennent danser la nuit autour des buissons embaumés puissent s’en coiffer et témoignent leur reconnaissance en répandant leurs bienfaits sur ceux qui ont eu cette attention à leur égard. Elle servait autrefois à borner les terrains et les propriétés.

En Bourgogne, les mères portent leur enfant malade devant les haies fleuries car elles pensent que leurs prières monteront mieux au ciel en même temps que le parfum des fleurs. En Normandie, encore aujourd’hui, on affirme que la foudre épargne l’aubépine (ou la maison qui en est ornée) parce que la foudre est l’œuvre du Diable et qu’elle ne peut frapper une plante qui a touché le front du fils de Dieu, croyance partagée par la Bretagne qui la complète par une vénération particulière pour le rouge-gorge, car, dit-on, c’est en cassant avec son bec une épine de la couronne de Jésus qu’un peu de sang a taché sa poitrine.

En Bretagne : arbre des sorcières car il n’est pas touché par la foudre.

ReligionsReligions
L’aubépine est l’un des 13 arbres sacrés des Druides. Il est au centre du rituel du premier de mai, communément appelé Beltaine. C’est un rituel typique dans l’hémisphère nord ; il porte sur le renouveau de la vie, le printemps, la fertilité. Une perche représente l’axis mundi, autour duquel l’univers tourne. Le tronc sans feuille, dont est faite la perche, représente le centre qui ne change pas. La perche est symboliquement plantée dans le sol, tel un phallus qui cherche à ensemencer la Terre, et les rubans de couleur, tressés tout autour, représentent le principe féminin qui l’enrobe. Les deux mis ensemble représentent la fertilité. Au cours de la plupart des rituels de Beltaine est élue une Reine de Mai - elle devient la représentante de la Déesse Maia, à qui tout le rituel est consacré.

Elle fut l’arbre préféré de Merlin durant la période Celtique et ce juste avant que les sorciers et sorcières y accordent leurs faveurs. Scientifiquement démontré en 1986, l’aubépine a des effets régulateurs sur les battements du cœur. Tout désigné pour le traitement dans les troubles de palpitations cardiaques, nervosité et troubles du sommeil.

MagieMagie
Les branches d’aubépine peuvent être attachées au berceau d’un jeune bébé pour le protéger de la maladie et des influences malveillantes. En la portant sur soi, l’aubépine apporte protection psychique, elle allège les esprits troublés, elle bannie la mélancolie. Il est, par contre, malchanceux de l’amener à l’intérieur.
MythesMythes
Dans la mythologie romaine, l’aubépine est dédiée à Maïa, mère d’Hermès, fêtée en Mai (de « Maïa »). C’est en mai que fleurissent en général les aubépines. Mai est devenu le mois de Marie, la Vierge, par identification. Mai est le mois du renouveau.
SymbolesSymboles
Les catholiques, ne pouvant briser les liens sacrés entre le peuple et l’arbre, ont dédié l’aubépine à la Vierge Marie. De plus, on sait que le Christ a été couronné d’aubépine, ce qui en fait d’autant plus un arbre sacré pour l’église. On a longtemps prétendu que jamais la foudre, acte du démon, ne pourrait frapper un arbre aussi sacré, un arbre ayant touché le front du Christ …

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Sujets plus détaillés
Sujets proches
L'alchémille vulgaire (Alchemilla vulgaris)
L'amandier commun (Amygdalus communis)
L'aubépine à deux styles (Crataegus oxyacantha)
L'aubépine monogyne (Crataegus monogyna)
L'églantier commun (Rosa canina)
Le fraisier des bois (Fragaria vesca)
Le framboisier (Rubus idaeus)
Le poirier commun (Pyrus communis)
Le pommier domestique (Malus sativa)
Le pommier sauvage (Pyrus malus)
La potentille printanière (Potentilla verna)
La potentille rampante (Potentilla repans)
Les pruniers (Prunus)
La reine des près (Filipendula ulmaria)
La ronce des bois (Rubus fruticosus)
La sanguisorbe officinale (Sanguisorba officinalis)
Les sorbiers (Sorbus)
Sujets plus larges
Page d'accueil
Les acéracées (Aceraceae)
Les apiacées (Apiaceae)
Les aquifoliacées (Aquifoliaceae)
Les araliacées (Araliaceae)
Les balsaminacées (Balsaminaceae)
Les buxacées (Buxaceae)
Les celastracées (Celastraceae)
Les cornacées (Cornaceae)
Les crassulacées (Crassulaceae)
Les euphorbiacées (Euphorbiaceae)
Les géraniacées (Geraniaceae)
Les grossulariacées (Grossulariaceae)
Les hippocastanacées (Hippocastanaceae)
Les juglandacées (Juglandaceae)
Les loranthacées (Loranthaceae)
Les onagracées (Onagraceae)
Les oxalidacées (Oxalidaceae)
Les papilionacées (Papilionaceae)
Les rhamnacées (Rhamnaceae)
Les rosacées (Rosaceae)
Les saxifragales (Saxifragales)
Les thyméléacées (Thymelaeaceae)
Les vitacées (Vitaceae)
Taxon précédant ] [ Taxon ascendant ] [ Taxon suivant ] [Page d’accueil] [Végétaux] [Via Gallica]
Chercher sur ce Site :
Chercher sur la Toile :
Recommander cette page :
Recommander ce site :
AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.