L’amidonnier (Triticum dicoccum)

Espèce[Photos] [Présentation] [Classification] [Noms] [Étymologie] [Identification] [Racines] [Tiges] [Feuilles] [Fleurs] [Fruits] [Cycle] [Habitats] [Origine] [Distribution] [Bois] [Utilisations] [Constituants] [Culture] [Statut] [Autres sujets]

[Page d'accueil] [Taxon ascendant] [Taxon suivant] [Via Gallica]

Page éditée

PhotosPhotos

Amidonnier. Plantes. Cliquer pour agrandir l'image.

ClassificationClassification

Règne : plantes (Plantae)Sous-règne : plantes vasculaires (Tracheobionta)
Division : plantes à graines (Spermatophyta)Sous-division :
Classe : plantes à fleurs (Angiospermae)Sous-classe : monocotylédones (Monocotyledonae)
Super-ordre : commélinidés (Commelinidae)Ordre : poales (Poales)
Famille : poacées (Poaceae)Sous-famille :
Genre : blés (Triticum)Sous-genre : blés durs (Triticum turgidum)
Espèce : Triticum dicoccum [Schübler], Triticum turgidum [Linné] ssp. dicoccum [(Schrank) Thell.], Triticum dicoccon [Schrank]Variété :
Nom commun : amidonnierNom populaire : emmer, moyen épeautre, épeautre de Tartarie

Noms européensNoms européens

AlbanieAllemagneEmmer, ammer, ammelkornAngleterremedium spelt, emmerArménie
Pays basqueBiélorussieBrezhonegBulgarieдвузърнестият лимец
CatalogneChyprioteCorsuCroatie
DanemarkemmerGaeidhligEspagneescaña, escanda, trigo almidoneroEstoniepolbnisu
FøroysktFinlandeviljelty emmervehnäFrançaisamidonnierFrysk
GalicePays de GallesGéorgieGrèce
HongrieIrlandeIslandeItaliefarro comune
LettonieLithuanieLëtzebuergëschMacédoine
MalteMoldovenesteNorvègeOccitan
Pays-Basgrote spelt, tweekoorn, emerkorenPolognepszenica płaskurkaPortugaltrigo brancoRoumanie
RussieSerbieSlovaquieSlovénie
SuèdeTchéquiepšenice dvouzrnkaUkraïneEmpire romainTriticum dicoccum

ÉtymologieOrigine du nom

Étymologie germaniqueÉtymologie française
Le nom germanique emmer pourrait venir du latin amylum, et se réfèrerait ainsi comme le nom français amidonnier à l’usage de ce blé pour la production d’amidon.

Identification du végétalIdentification

Identification généraleGénéralités
Catégorie de planteCatégorie de plantePlante herbacée
PortPort de la plante
HauteurHauteur de la plante
RemarquesRemarques
L’amidonnier représente le deuxième stade d’évolution vers le blé actuel. Il est issu du croisement de l’engrain et de diverses plantes lui étant apparentées. C’en en fait, l’ancêtre direct du blé dur qui donnera après de multiples mutations naturelles le blé tendre.

En grec, zeia ou zea désignait soit l’amidonnier, soit l’ensemble des blés vêtus. C’est dans ce dernier sens que les botanistes pré-linnéens ont adopté Zea, par opposition à Triticum pour les blés nus, avant que Linné n’en fasse le nom scientifique du maïs. Il s’agit d’un nom indo-européen que l’on retrouve dans le sanscrit yava, qui désigne l’orge. Un autre nom grec, olyra, a pu désigner un type d’amidonnier, mais aussi le sorgho que les Grecs ont connu en Égypte.

Espèces semblablesEspèces semblables
Il a toujours existé durant l’histoire une confusion entre les différentes espèces d’épeautres (petit, moyen et grand). Le mot « épeautre » est devenu un terme générique qui désignaient tous les blés dit « vêtus », comme le mot « blé » détermine toutes les céréales sans distinction.

ÉcorceTige / Écorce

Description de la tige
L’amidonnier a une tige pleine.
Couleur de l'écorceCouleur de la tige

FeuilleFeuilles

Description des feuilles
Feuilles pubescentes.
Dimension des feuillesDimension des feuilles
Couleur des feuillesCouleurs des feuilles
VégétationVégétation
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Végétation

FleurFleurs

Description des fleurs
Amidonnier. Epi. Cliquer pour agrandir l'image.L’épi de l’amidonnier est serré et large.
Dimension des fleursDimension des fleurs
Couleurs des fleursCouleurs des fleurs
Fleur odoranteParfum des fleurs
PollenPollen
FloraisonFloraison
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Floraison

FruitFruits

Description des fruits
Amidonnier. Epi. Cliquer pour agrandir l'image.Amidonnier. Epi. Cliquer pour agrandir l'image.
Dimension des fruitsDimension des fruits
Couleurs des fruitsCouleurs des fruits
GrainesGraines
FructificationFructification
Amidonnier. Plantes. Cliquer pour agrandir l'image.
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Fructification

Cycle de vieCycle de vie

PérennitéPérennité
PlantationPlantation
MultiplicationMultiplication
EntretienEntretien
CroissanceCroissance
RécolteRécolte
Amidonnier. Grains. Cliquer pour agrandir l'image.
Ennemis de la planteEnnemisInsectesChampignons
LongévitéLongévité

HabitatHabitats

MilieuxMilieux
Amidonnier. Culture. Cliquer pour agrandir l'image.
SolsSols
ClimatsClimatsClimat ensoleilléClimat ombréClimat froid
L’amidonnier est un blé adapté plutôt à un climat semi-aride. Sa principale qualité est donc la résistance à la sécheresse.
AltitudesAltitudesÉtage de plaineÉtage collinéen (de 0 à 800 m)
Espèce associéeEspèce associée

RépartitionDistribution géographique

Amidonnier. Culture. Cliquer pour agrandir l'image.L’amidonnier est cultivé en République tatare, en Transcaucasie, dans les Pyrénées espagnoles, en Suisse et en Yougoslavie. Il l’a jadis été en Autriche, en Thuringe, dans le sud-ouest de l’Allemagne et en Tchécoslovaquie. Il l’est encore un peu au Maroc, en Arabie, en Irak, en Iran, en Inde, en Sibérie, en Asie centrale et aux États-Unis. En Éthiopie, il forme plus de 7 % de la production de blé. Sa culture est en forte régression.

Utilisation médicinaleUtilisations

Utilisations économiques
L’amidonnier est utilisé en remplacement de l’avoine pour l’alimentation animale.

CultureHistoire, géographie, arts, traditions, flore …

HistoireHistoire
Amidonnier. Planche d'identification Thomé. Cliquer pour agrandir l'image.L’amidonnier sauvage a longtemps été récolté avant l’agriculture. Des restes en ont été retrouvés au sud de la Mer Morte, datant de 17000 avant JC. Les plus anciens restes d’amidonnier cultivé datent de 7800-7600 avant JC à Tell Aswad (Syrie), puis de 7500 avant JC à Jéricho. L’amidonnier devient alors la céréale la plus importante des premières communautés agricoles du Proche-Orient, et arrive en Mésopotamie au 6e millénaire avant JC.

Vers l’est, l’amidonnier et l’orge ont permis l’introduction de l’agriculture dans le Caucase, au Pakistan et dans le nord de l’Inde (civilisation de l’Indus). Vers le sud, l’amidonnier arrive en Égypte au 5e millénaire, et en Éthiopie vers 3000 avant JC. Dans cette région, il est resté une céréale importante et diversifiée.

C’est aussi la principale céréale des débuts de l’agriculture dans les Balkans et la région danubienne (5000 avant JC.). En Europe centrale et du nord, il reste dominant pendant tout l’Âge du Bronze. Par contre, au Proche-Orient, il sera vite remplacé par des blés à grains nus. De même après les débuts de l’agriculture dans l’ouest de la Méditerranée.

Pendant des siècles, les Romains n’ont connu que ce type de blé, sous des formes sans barbes (far, ador) ou des formes barbues (zea). L’importance de l’amidonnier transparaît dans le mot farina, qui désignait au départ la farine d’amidonnier.

Dans le théâtre de Plaute, les Romains étaient surnommés par les Grecs les « mangeurs de bouillie ». Celle-ci (puls) se faisait surtout à partir de farine ou de gruau d’amidonnier, et pouvait être mangée ou bue, suivant sa consistance. Le latin far survit dans l’italien farro, qui désigne tous les blés vêtus, mais principalement l’épeautre.

Pendant le préhistoire et l’Antiquité, l’amidonnier était utilisé comme aliment (surtout en bouillie) et pour la fabrication d’une bière très estimée.

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Sujets plus détaillés
Sujets proches
L'amidonnier (Triticum dicoccum)
Le blé dur (Triticum turgidum subsp. durum)
Le blé de Colchide (Triticum turgidum ssp. paleocolchicum)
Le blé de Galice (Triticum turgidum polonicum)
Le blé du Khorasan (Triticum turgidum ssp. turanicum)
Le blé de Perse (Triticum turgidum ssp. carthlicum)
Le blé poulard (Triticum turgidum subsp. turgidum)
L'engrain (Triticum monococcum)
L'épeautre (Triticum spelta)
Le froment cultivé (Triticum sativum)
Sujets plus larges
Page d'accueil
L'avoine cultivée (Avena sativa)
Les blés (Triticum)
Le brachypode penné (Brachypodium pinnatum)
La canche flexueuse (Deschampsia flexuosa)
La canche gazonnante (Deschampsia cespitosa)
La canche moyenne (Deschampsia media)
Le chiendent rampant (Agropyron repens)
La fétuque des moutons (Festuca ovina)
Le millet commun (Panicum miliaceum)
Le nard raide (Nardus stricta)
L'orge (Hordeum vulgare)
Le seigle (Secale cereale)
Taxon ascendant ] [ Taxon suivant ] [Page d’accueil] [Végétaux] [Via Gallica]
Chercher sur ce Site :
Chercher sur la Toile :
Recommander cette page :
Recommander ce site :
AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.