L’alisier blanc (Sorbus aria)

Espèce[Photos] [Présentation] [Classification] [Noms] [Étymologie] [Identification] [Racines] [Tiges] [Feuilles] [Fleurs] [Fruits] [Cycle] [Habitats] [Origine] [Distribution] [Bois] [Utilisations] [Constituants] [Culture] [Statut] [Autres sujets]

[Page d'accueil] [Taxon ascendant] [Taxon suivant] [Via Gallica]

Page en cours d'édition

ClassificationClassification

Règne : plantes (Plantae)Sous-règne : plantes vasculaires (Tracheobionta)
Division : plantes à graines (Spermatophyta)Sous-division :
Classe : plantes à fleurs (Angiospermae)Sous-classe : dicotylédones (Dicotyledonae)
Super-ordre : rosidés (Rosidae)Ordre : rosales (Rosales)
Famille : rosacées (Rosaceae)Sous-famille : malacées (Malaceae)
Genre : sorbiers et alisiers (Sorbus)Sous-genre :
Espèce : Sorbus aria [(Linné) Crantz], Crataegus aria [Linné], Pyrus aria [(Linné) Ehrh.], Mespilus aria [Scop.], Aria nivea [Host]Nom commun : alisier blanc
Nom populaire : allouchier, alouchier, allier

Noms européensNoms européens

AlbanieAllemagneMehlbeerbaum, Weisslaub, Silbverbaum, Mehlbaum, echte Mehlbeere, gewöhnliche MehlbeereAngleterrecommon white beamArménie
Pays basquehostazuriaBiélorussieBrezhonegBulgarie
Catalognemoixera, pomera bordaChyprioteCorsuCroatiemukinja
Danemarkaksel-rønGaeidhligEspagneserbal blanco, mostajoEstonievalge pihlakas
FøroysktFinlandevalkopihlaja, saksanpihlajaFrançaisalisier blancFrysk
GalicePays de GallesGéorgieGrèceσόρβος η αρία
Hongrielisztes berkenyeIrlandefionnchollIslandeItaliesorbo montano, farinaccio, sorbo farinaccio
LettonieLithuaniešermukšnis miltingasisLëtzebuergëschMacédoine
MalteMoldovenesteNorvègesølvasalOccitan
Pays-BasmeelbesPolognejarząb mącznyPortugalRoumanie
Russieрябина арияSerbieSlovaquiejarabina mukyňová (mukyňa)Slovéniemokovec
SuèdevitoxelTchéquiejeřáb mukUkraïneEmpire romainSorbus aria

Identification du végétalIdentification

Identification généraleGénéralités
L’Alisier blanc est un arbre bas, à croissance arbustive, ou un grand arbuste, haut de 5 à 8 m. C’est une essence ligneuse européenne qui aime la chaleur. Elle est très répandue surtout dans les milieux secs et chauds, notamment sur les sols calcaires. Comme beaucoup d’autres essences ligneuses à feuilles tomenteuses, elle tolère assez bien l’atmosphère polluée des villes, tant qu’il ne s’agit pas d’emplacements froids. Son système de feuillage est très ornemental, surtout dans le vent qui soulève ses feuilles, faisant apparaître leur face blanchâtre.

Arbre de la famille des Rosacées, sous-famille des Malacées (Alisier, Amélanchier, Aubépine, Cognassier, Néflier, Poirier, Pommier, Sorbier).

Cette famille se caractérise par des fruits charnus, à peau et à « mouche » (reste du calice de la fleur), contenant des pépins (qui sont les graines).

Les espèces les plus proches sont Sorbus cretica, aux feuilles largement elliptiques comportant moins de vaisseaux, qui sont légèrement feutrées en dessous, et l’espèce Sorbus austriaca dont les feuilles ovoïdo-elliptiques sont lobées seulement jusqu’au premier quart. Leur face inférieure est feutrée et blanchâtre.

Catégorie de planteCatégorie de planteArbuste
Arbuste.
PortPort de la plante
Colonne large, couronne arrondie.
HauteurHauteur de la plante
10-20 m.
RemarquesRemarques
Il est réintroduit par les bûcherons en raison de son haut pouvoir calorifique (115 % du hêtre).

Plantation : automne

Multiplication : semis

Utilisation : Il convient très bien pour les parcs et pour l’aménagement de toutes sortes de terrains.

Espèces semblablesEspèces semblables

Autres espèces

  • Alisier torminal : il se distingue de l’Alisier blanc par ses feuilles au bord denté et plus ou moins incisé,
  • Alisier de Fontainebleau (Sorbus latifolia), hybride naturel de l’Alisier blanc et de l’Alisier torminal, fréquent dans la région de Fontainebleau ; ses feuilles sont dentées et moins incisées que le précédent ; elles foncent dans le courant de l’été, mais le dessous reste clair ; haut de 15 m à port colonnaire.
  • Alisier de Mougeot, autre hybride des mêmes parents ; ses feuilles sont doublement dentées.

Particularités d’autres espèces

  • Sorbier à feuille d’aulne (Sorbus alnifolia) feuillage orange puis rouge en automne ;
  • Sorbier d’Amérique (Sorbus americana), hauteur de 10 m ;
  • Sorbier des oiseleurs (Sorbus aucuparia), hauteur de 15 m, feuillage jaune ou rouge en automne ;
  • Sorbus cashmiriana, hauteur de 8 m, à port étalé ;
  • Sorbus commixta, hauteur de 10 m, feuillage jaune puis rouge en automne ;
  • Sorbus decora, hauteur de 8 m, feuillage orange en automne ;
  • Sorbus prattii, hauteur de 6 m, à port étalé ;
  • Sorbus reducta, hauteur de 1,5 m, feuillage rouge en automne, baies blanches ;
  • Sorbus sargentiana, hauteur de 10 m, feuillage orange puis rouge en automne, bourgeons rouges en hiver ;
  • Sorbus x thuringiaca, hauteur de 15 m, à port conique, feuillage doré en automne ;
  • Sorbus vilmorinii, hauteur de 5 m, à port retombant.

ÉcorceTige / Écorce

Description de la tige
Tronc souvent courbe.

Écorce gris à brun foncé avec écailles plus claires, se fissurant longitudinalement.

Les rameaux sont d’abord blancs et feutrés puis plus tard dénudés et gris-brun.

Couleur de l'écorceCouleur de la tige

FeuilleFeuilles

Description des feuilles
ImageFeuillage caduc.

Feuilles simples, alternes. Limbe de 6 à 14 cm, ovale, doublement denté, pubescent et blanchâtre dessous.

Ses feuilles cunéiformes et ovales sont presque sphériques (9 x 14 cm). La face supérieure est vert foncé ;leur face inférieure est très feutrée et blanchâtre. Elles sont doublement dentelées sur l’ensemble de leur circonférence, coupées à la base, pétiolées, légèrement lobées et leurs limbes ont plusieurs paires de vaisseaux latéraux.

Dimension des feuillesDimension des feuilles
Couleur des feuillesCouleurs des feuilles
VégétationVégétation
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Végétation

FleurFleurs

Description des fleurs
Alisier blanc, Fleurs d'alisier blanc sur le chemin des Côtes à Villars en mai 2003. Cliquer pour agrandir l'image.L’Alisier blanc fleurit de mai à juin. Espèce hermaphrodite.

Il forme de petites fleurs, organisées en corymbes. Cinq pétales blancs longs de 3 à 4 mm. Les calices sont feutrés et blanchâtres.

Dimension des fleursDimension des fleurs
Couleurs des fleursCouleurs des fleurs
Fleur odoranteParfum des fleurs
PollenPollen
FloraisonFloraison
Mai-juin.
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Floraison

FruitFruits

Description des fruits
Alisier blanc. Fruit.Alisier blanc. Fruit. Cliquer pour agrandir l'image.Fruits charnus (allouche ou arise) globuleux, de 15 mm de diamètre, rouges orangés à bruns, suivant les espèces, regroupés en grappes et couverts de petites verrues. Fruit persistant.

Les bords des calices persistent sur les fruits.

Pulpe jaune, fade et farineuse, douceâtre mais comestible après la première gelée. On en tire une boisson distillée.

Dimension des fruitsDimension des fruits
Couleurs des fruitsCouleurs des fruits
GrainesGraines
Alisier blanc. Graines.
FructificationFructification
De septembre à octobre.
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Fructification

Cycle de vieCycle de vie

PérennitéPérennitéPlante annuellePlante pérenne
PlantationPlantation
MultiplicationMultiplicationPollinisation
EntretienEntretienTaille
CroissanceCroissance
Assez rapide.
RécolteRécolte
Ennemis de la planteEnnemisVersInsectesChampignonsMicrobes
Alisier blanc. Infecte par feu bacterien. Cliquer pour agrandir l'image.L’alisier blanc est sujet au feu bactérien : les inflorescences et les jeunes pousses dépérissent et deviennent brun-noir. L’écorce des branches s’affaisse (chancres) et des colorations brun rougeâtre apparaissent au-dessous. Par temps humide, un suc visqueux, blanchâtre à rouge-brun, contenant des bactéries, suinte à la surface des parties infectées. La maladie peut se propager très rapidement. Les plantes contaminées semblent avoir été brûlées par le feu. Elles risquent de dépérir en l’espace d’une seule période de végétation.
LongévitéLongévité
250 ans.

HabitatHabitats

MilieuxMilieuxBois de conifèresBois de feuillusPrés
L’alisier blanc croît surtout dans les milieux plutôt secs et calcaires, voire rocailleux, où il fait chaud en été. On le trouve fréquemment aussi sur les pentes rocheuses et instables.
SolsSols
De nature peu exigeant, l’alisier blanc n’est guère présent sur les sols acides. Il en est de même pour l’alisier torminal (Sorbus torminalis), une essence beaucoup plus rare. Tout comme ce dernier, l’alisier blanc ne colonise pratiquement que les pentes et les crêtes.
ClimatsClimatsClimat ensoleilléClimat ombré
AltitudesAltitudesÉtage collinéen (de 0 à 800 m)Étage montagnard (de 800 à 1 700 m)Étage subalpin (de 1 700 à 2 200 m)
Les trois quarts des alisiers blancs croissent entre 600 et 1 200 m d’altitude. Sous forme buissonnante, l’alisier blanc accède à des zones supérieures à 1 900 m.

Origine géographiqueOrigine

Europe.

RépartitionDistribution géographique

Distribution globale
Europe, Afrique du Nord.

BoisBois

Généralités
Le plus souvent, cette essence se commercialise sous la dénomination de poirier.
Propriétés du boisPropriétés du bois
L’alisier blanc, ainsi que l’alisier torminal, présentent des qualités de bois dur avec un beau poli en surface. Ils représentent des essences de remplacement du mérisier mais principalement pour le placage.

Bois très dur et dense, fabrication d’outils, manches de haches, bois de tour.

BoisAspect du bois
Alisier blanc. Bois.Aubier bien distinct pour l’alisier blanc et indistinct pour l’alisier torminal, bois rougeâtre.
Coupe longitudinale
Alisier blanc. Bois en coupe longitudinale. Cliquer pour agrandir l'image.Alisier blanc. Bois en coupe longitudinale. Cliquer pour agrandir l'image.
Coupe tangentielle
Alisier blanc. Bois en coupe tangentielle. Cliquer pour agrandir l'image.
Coupe radiale
Alisier blanc. Bois en coupe radiale. Cliquer pour agrandir l'image.
Densité du boisDensité du bois
De 0,70 à 0,80 kg/dm3.
Travail du boisTravail du bois
Ce bois dense et très homogène se prête à merveille aux découpes fines, à l’ombrage et même à la teinture. Ce qui le fit employer pour la teinture noire au Campêche, en imitation de l’ébène.
Utilisation du boisUtilisation
L’alisier est utilisé depuis très longtemps en ébénisterie, on en trouve trace dès le XVIIe siècle dans les marqueterie de fleurs.

Placage pour la marqueterie et la tabletterie, tournerie, petite ébénisterie.

À eu son heure de gloire dans les années 1990 comme bois de décoration « minimaliste ».

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Sujets plus détaillés
Sujets proches
L'alisier blanc (Sorbus aria)
L'alisier torminal (Sorbus torminalis)
Le sorbier des oiseleurs (Sorbus aucuparia)
Sujets plus larges
Page d'accueil
L'alchémille vulgaire (Alchemilla vulgaris)
L'amandier commun (Amygdalus communis)
L'aubépine à deux styles (Crataegus oxyacantha)
L'aubépine monogyne (Crataegus monogyna)
L'églantier commun (Rosa canina)
Le fraisier des bois (Fragaria vesca)
Le framboisier (Rubus idaeus)
Le poirier commun (Pyrus communis)
Le pommier domestique (Malus sativa)
Le pommier sauvage (Pyrus malus)
La potentille printanière (Potentilla verna)
La potentille rampante (Potentilla repans)
Les pruniers (Prunus)
La reine des près (Filipendula ulmaria)
La ronce des bois (Rubus fruticosus)
La sanguisorbe officinale (Sanguisorba officinalis)
Les sorbiers (Sorbus)
Taxon ascendant ] [ Taxon suivant ] [Page d’accueil] [Végétaux] [Via Gallica]
Chercher sur ce Site :
Chercher sur la Toile :
Recommander cette page :
Recommander ce site :
AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.