L’églantier commun (Rosa canina)

Espèce[Photos] [Présentation] [Classification] [Noms] [Étymologie] [Identification] [Racines] [Tiges] [Feuilles] [Fleurs] [Fruits] [Cycle] [Habitats] [Origine] [Distribution] [Bois] [Utilisations] [Constituants] [Culture] [Statut] [Autres sujets]

[Taxon précédant] [Page d'accueil] [Taxon ascendant] [Taxon suivant] [Via Gallica]

Page éditée

PhotosPhotos

Églantier commun. Fleur. Cliquer pour agrandir l'image.Églantier commun. Fleur. Cliquer pour agrandir l'image.Églantier commun. Cliquer pour agrandir l'image.Églantier commun. Fleur avec abeille. Cliquer pour agrandir l'image.Églantier commun. Fleurs. Cliquer pour agrandir l'image.
Églantier commun. Fruits. Cliquer pour agrandir l'image.Églantier commun. Fruits. Cliquer pour agrandir l'image.Églantier commun. Arbuste. Cliquer pour agrandir l'image.Églantier commun. Arbuste. Cliquer pour agrandir l'image.

ClassificationClassification

Règne : plantes (Plantae)Sous-règne : plantes vasculaires (Tracheobionta)
Division : plantes à graines (Spermatophyta)Sous-division :
Classe : plantes à fleurs (Angiospermae)Sous-classe : dicotylédones (Dicotyledonae)
Super-ordre : rosidés (Rosidae)Ordre : rosales (Rosales)
Famille : rosacées (Rosaceae)Sous-famille :
Genre : roses (Rosa)Sous-genre :
Espèce : Rosa canina [Linné]Variété :
Nom commun : églantier communNom populaire : rosier des chiens, rosier sauvage, églantier, cynorrhodon, gratte-cul

Noms européensNoms européens

AlbanieAllemagneHundroseAngleterredog roseArménie
Pays basqueBiélorussieBrezhonegBulgarieшипка
CatalogneChyprioteCorsuCroatie
DanemarkGaeidhligEspagneEstonie
FøroysktFinlandeFrançaiséglantier communFrysk
GalicePays de GallesGéorgieGrèceροδή η κυνοροδή
Hongrievadrózsa vagy gyepürózsa, csipkerózsaIrlandeIslandeItalie
LettonieLithuanieLëtzebuergëschhondroosMacédoine
MalteMoldovenesteNorvègeOccitan
Pays-BasPolognePortugalRoumanie
RussieSerbieSlovaquieSlovénie
SuèdeTchéquierůže šípkováUkraïneEmpire romainRosa canina

ÉtymologieOrigine du nom

Étymologie latineÉtymologie latine
Il doit son nom, Rosa canina, aux vertus qu’on attribuait à ses racines pour lutter contre la rage.

Rosa vient possiblement d’un mot sanscrit qui signifierait « flexible », sans qu’on sache de la flexibilité de quoi au juste il s’agit. Ce qu’on sait, c’est que, à quelques variantes orthographiques près, le mot est le même dans toutes les langues européennes, ce qui serait une indication de sa très grande ancienneté.

« Cynorrhodon », ce mot détestable qu’on n’arrive jamais ni à écrire ni à prononcer correctement, vient du grec kunorodon, qui signifie littéralement « rose de chien », par allusion à ses propriétés alléguées de protéger contre les morsures de chiens enragés. Le nom de l’espèce Rosa canina (rose de chien) renvoie lui aussi à cet usage médicinal tellement ancien qu’on n’en retrouve aucune trace dans les matières médicales des derniers siècles.

À noter que « cynorrhodon » désigne tout particulièrement le réceptacle rouge renfermant les fruits (qu’on appelle à tort « graines ») du rosier et de l’églantier, soit la partie utilisée en cuisine ou en médecine.

Étymologie françaiseÉtymologie française
Églantier commun. Planche d'identification. Cliquer pour agrandir l'image.On a également appelé la plante « gratte-cul » à cause des poils attachés aux graines - aux fruits, pardon - et que les enfants utilisaient autrefois comme poil à gratter. Cette tradition s’est également retrouvée chez les Amérindiens qui affirmaient que ceux qui consommaient les poils se trouvaient affligés de pénibles démangeaisons au postérieur.

« Églantier » vient du latin populaire aquilentum, « qui a des piquants », de acus, « pointe, aiguille ».

Contrairement à ce que l’on entend dire parfois, « églantine » ne désigne pas le fruit mais la fleur.

Au Québec, on a parfois désigné l’églantier sous le nom de « cébreur », par déformation du nom populaire anglais sweetbrier. Toutefois, le brier de sweetbrier serait, lui, une déformation du français « bruyère », arbuste que ce nom désigne, lequel nom, par parenté de forme, les anglophones ont aussi attribué au rosier sauvage.

Identification du végétalIdentification

Identification généraleGénéralités
Arbuste à feuillage caduc.

Buisson épineux pouvant dépasser les 2 mètres de hauteur.

Les branches armées d’aiguillons, s’entrelacent pour former des haies impénétrables.

Églantier commun. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.Au printemps l’arbuste se couvre d’une nuée de jolies roses simples à 5 pétales : les églantines, de couleur roses ou blanches dans un écrin de petites feuilles ovales dentées. À l’automne les fleurs laissent la place aux fruits rouges ovoïdes et allongés : les cynorrhodons.

Un églantier très commun dans les haies. Il peut dépasser trois mètres de hauteur. Les tiges sont robustes et les aiguillons forts et crochus.

Églantier commun. Planche d'identification Saint-hilaire. Cliquer pour agrandir l'image.Églantier commun. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.
Catégorie de planteCatégorie de plante
Arbuste.
PortPort de la plante
Buissonnant.
HauteurHauteur de la plante
Jusqu’à 5 mètres.
Espèces semblablesEspèces semblables

ÉcorceTige / Écorce

Description de la tige
Églantier commun. Épine. Cliquer pour agrandir l'image.Tiges vertes puis brunes recouvertes de piquants recourbés.

Épineuses, avec de larges épines crochues.

FeuilleFeuilles

Description des feuilles
Feuilles alternes, composées. Limbe imparipenné à 5 ou 7 folioles ovales, pointues, dentées.
Églantier commun. Planche d'identification Jacquin. Cliquer pour agrandir l'image.Églantier commun. Feuilles. Cliquer pour agrandir l'image.
Couleur des feuillesCouleurs des feuilles
VégétationVégétation
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Végétation

FleurFleurs

Description des fleurs
Espèce hermaphrodite.

Fleurs (appelée églantine) variant du blanc au rose, de 3 à 7 cm, parfumées ; 5 pétales rosâtres insérés dans un réceptacle ; sépales tombant avant la maturité du fruit ; styles libres, non soudés entre eux.

Églantier commun. Fleur, Côtes de Clermont. Cliquer pour agrandir l'image.Églantier commun. Fleurs, Côtes de Clermont. Cliquer pour agrandir l'image.Églantier commun. Fleur. Cliquer pour agrandir l'image.
Couleurs des fleursCouleurs des fleurs
Blanc à rose, parfumées.
Fleur odoranteParfum des fleurs
PollenPollen
FloraisonFloraison
De mai à juillet.
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Floraison

FruitFruits

Description des fruits
Églantier commun. Cynorrhodon, Villars. Cliquer pour agrandir l'image.Églantier commun. fruit.Églantier commun. Fruits. Cliquer pour agrandir l'image.L’églantier, comme tous les rosiers, possède un fruit complexe : le cynorrhodon. C’est un fruit constitué par le réceptacle creux (conceptacle) de la fleur. À l’intérieur se trouvent les fruits secs et non déhiscents, contenant une seule graine : les akènes. C’est en quelque sorte l’inverse d’une fraise.

Fruit charnu (cynorrhodon ou gratte-cul) rouge vif sphérique ou ovoïde, lisse ou poilu, avec les sépales persistant au sommet, renfermant des graines pubescentes.

Lorsqu’il est bien mûr, à la fin de l’automne, le cynorrhodon devenu rouge-vif contient une sorte de « compote » de fruit orangée délicieuse et légèrement acidulée.

Églantier commun. Intérieur du fruit. Cliquer pour agrandir l'image.On peut le consommer nature en prenant soin de ne pas avaler les graines (sortes d’akènes poilus) contenues dans le fruit et en retirant aussi le pédoncule qui reste accroché à l’extrémité du cynorrhodon.

Pour en faire des confitures on peut les ramasser plus tôt, dès qu’il sont bien mûrs mais encore fermes et il faut supprimer les poils qui sont à l’intérieur.

Le cynorrhodon peut servir à de nombreuses préparations culinaires : purée, confiture, sirop, sauce pour le gibier, vin, tisane, jus, concentrés … sachant que la vitamine C de ce fruit se conserve même après la cuisson.

Couleurs des fruitsCouleurs des fruits
GrainesGraines
Coupe longitudinale d’un cynorrhodon mûr :

La paroi rouge de ce fruit est en fait la paroi du réceptacle creux (le conceptacle). Les restes des pièces florales sont observables en haut, à l’opposé du pédoncule. À l’intérieur, on observe les nombreux akènes libres entre eux et poilus (poil à gratter).

Églantier commun. graines.60 000 graines par kg.

Églantier commun. Coupe du fruit. Cliquer pour agrandir l'image.Églantier commun. Dessin du fruit. Cliquer pour agrandir l'image.
FructificationFructification
D’octobre à novembre.
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Fructification

Cycle de vieCycle de vie

PérennitéPérennité
CroissanceCroissance
Ennemis de la planteEnnemisVersInsectesChampignons
Églantier commun. Bédégar. Cliquer pour agrandir l'image.

Galles

Églantier commun. Galle. Cliquer pour agrandir l'image.Ceci n’est pas un parasite mais bien une galle provoquée par un insecte de l’ordre des Hyménoptères, famille des Cynipidae, qui s’appelle Diplolepis rosae [Linné]. Elle est typique de la ronce et de l’églantier commun, et cela s’ appelle communément un bédégar … Les nombreux filaments lui donnent l’aspect d’une chevelure crépue et dense.

Églantier commun. Galle. Cliquer pour agrandir l'image.Autre aspect d’un bédégar ! Les mâles de cette espèce sont extrêmement rares, et la reproduction se fait quasi exclusivement par parthénogenèse. Il semblerait que la présence de la larve provoque dans les tissus de la plante un développement bien déterminé, qui procure à l’animalcule une nourriture abondante.

LongévitéLongévité

HabitatHabitats

MilieuxMilieuxForêts de conifèresFôrets de feuillusHaies
Haies, fourrés, bois.
SolsSols
Sols à pH basique à légèrement acide.
ClimatsClimatsClimat ensoleilléClimat ombré
AltitudesAltitudesÉtage de plaineÉtage collinéen (de 0 à 800 m)Étage montagnard (de 800 à 1 700 m)
Jusqu’à 1 600 m.

RépartitionDistribution géographique

Présent en auvergneAuvergne
Églantier commun. Galle, narse d'Espinasse. Cliquer pour agrandir l'image.Églantier commun. Galle, narse d'Espinasse. Cliquer pour agrandir l'image.Églantier commun. Fruit, Côtes de Clermont. Cliquer pour agrandir l'image.

BoisBois

Généralités
Propriétés du boisPropriétés du bois
Le bois de couleur clair est dense et dur.
BoisAspect du bois
Coupe longitudinale
Coupe tangentielle
Coupe radiale
Densité du boisDensité du bois
Travail du boisTravail du bois
Utilisation du boisUtilisation

Utilisation médicinaleUtilisations

Utilisations médicinalesUtilisations médicinales
Fruits (cynorrhodons) astringents, diurétiques et antiscorbutiques.

Le cynorrhodon est un fruit très précieux pour la santé grâce aux vitamines et aux tanins contenus en assez grande quantité.

Diurétique, légèrement laxatif, tonique, défatigant, vitaminique, améliore les défenses de l’organisme.

Les fleurs sont toniques-amères, laxatives et antiseptiques ; les fruits très riches en vitamine C (cinq fois plus que le citron !) et en sels minéraux sont astringents, antianémiques et dépuratifs.

Les pétales des fleurs sont laxatifs.

Utilisations culinairesUtilisations culinaires
Cynorrhodons à VillarsPulpe des fruits comestible (confitures).

Les cynorhodons sont utilisés en confitures ou en liqueurs. Les fleurs décorent les salades et les desserts.

La pulpe de ses fruits riches en vitamines C, B, E, K et P, appelés cynorrhodons (plus connus sous le nom de « gratte-culs » !), est utilisée pour confectionner des gelées, des confitures, des vins de fruits, des tisanes et du sirop.

Confiture d’églantine

Gastronomie

2,5 kg d’églantines bien mûres et rouges.

Elles doivent être rouges foncées et assez molles au toucher.

2 litre d’eau, 800 g de sucre pour 1 kg de fruits.

Églantier commun. Confiture. Cliquer pour agrandir l'image.

Versez les fruits lavés, équeutés et bardés dans 2 litres d’eau bouillante.

Laissez cuire 15 min.

Passez-les au moulin à légumes à grosse grille avec le jus de cuisson.

Repassez-les une seconde fois avec la grille fine puis passez-les au chinois.

Vous obtenez une purée de fruits que vous versez dans une casserole.

Ajoutez-y le sucre et laissez cuire 15 minutes en tournant sans arrêt.

Versez dans des bocaux.

Vin de baies d’églantier

Gastronomie

Cueillir 3.5 kg de baies d’églantier pour 7 litres d’eau et 4 kg de sucre.Pour supprimer un peu d’amertume, détacher l’extrémité des fruits.

Passer les baies au hachoir jusqu’à l’obtention d’une purée.

L’introduire ensuite dans une bonbonne et ajouter dessus 1.5 litre d’eau.

Laisser reposer 48 heures.

Rajouter 5,5 litres d’eau et 4 kg de sucre.

Remuer tous les jours au début pour bien faire fondre le sucre et laisser macérer un an.

Le soutirage se fait par temps clair (c’est une règle générale).

Filtrer et mettre en bouteilles.

Utilisations économiquesRecherchée par les abeilles
Rosa canina est très employé comme porte-greffe pour la multiplication de variétés horticoles.

Constituants chimiquesConstituants chimiques

Des tanins, de la vitamine C (10 à 50 fois plus que le citron !), des vitamines A et B, des sucres, de l’acide citrique et malique …fer, magnésium, potassium, phosphore et calcium.

CultureHistoire, traditions, légendes, mythes, littérature …

LittératureLittérature
Églantier commun. Planche Granville. Cliquer pour agrandir l'image.Dans le langage des fleurs c’est le symbole de l’amour et la poésie.

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Sujets plus détaillés
Sujets proches
L'alchémille vulgaire (Alchemilla vulgaris)
L'amandier commun (Amygdalus communis)
L'aubépine à deux styles (Crataegus oxyacantha)
L'aubépine monogyne (Crataegus monogyna)
L'églantier commun (Rosa canina)
Le fraisier des bois (Fragaria vesca)
Le framboisier (Rubus idaeus)
Le poirier commun (Pyrus communis)
Le pommier domestique (Malus sativa)
Le pommier sauvage (Pyrus malus)
La potentille printanière (Potentilla verna)
La potentille rampante (Potentilla repans)
Les pruniers (Prunus)
La reine des près (Filipendula ulmaria)
La ronce des bois (Rubus fruticosus)
La sanguisorbe officinale (Sanguisorba officinalis)
Les sorbiers (Sorbus)
Sujets plus larges
Page d'accueil
Les acéracées (Aceraceae)
Les apiacées (Apiaceae)
Les aquifoliacées (Aquifoliaceae)
Les araliacées (Araliaceae)
Les balsaminacées (Balsaminaceae)
Les buxacées (Buxaceae)
Les celastracées (Celastraceae)
Les cornacées (Cornaceae)
Les crassulacées (Crassulaceae)
Les euphorbiacées (Euphorbiaceae)
Les géraniacées (Geraniaceae)
Les grossulariacées (Grossulariaceae)
Les hippocastanacées (Hippocastanaceae)
Les juglandacées (Juglandaceae)
Les loranthacées (Loranthaceae)
Les onagracées (Onagraceae)
Les oxalidacées (Oxalidaceae)
Les papilionacées (Papilionaceae)
Les rhamnacées (Rhamnaceae)
Les rosacées (Rosaceae)
Les saxifragales (Saxifragales)
Les thyméléacées (Thymelaeaceae)
Les vitacées (Vitaceae)
Taxon précédant ] [ Taxon ascendant ] [ Taxon suivant ] [Page d’accueil] [Végétaux] [Via Gallica]
Chercher sur ce Site :
Chercher sur la Toile :
Recommander cette page :
Recommander ce site :
AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.