AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.
Recherche personnalisée

Le verdier d'Europe (Carduelis chloris)

Taxon précédent ] [ Taxon supérieur ] [Animaux] [Via Gallica]
Espèce[Photos] [Présentation] [Classification] [Sous-classification] [Noms] [Étymologie] [Identification] [Chant] [Fientes] [Empreinte] [Vol] [Habitudes] [Cycle de vie] [Nourriture] [Habitats] [Répartition] [Migration] [Histoire] [Statut] [Vidéos]Page en cours d'édition

PhotosPhotos

Verdier d'Europe. Mâle dans un arbre. Cliquer pour agrandir l'image.Verdier d'Europe. Cliquer pour agrandir l'image.Verdier d'Europe. Cliquer pour agrandir l'image.
Verdier d'Europe. Cliquer pour agrandir l'image.Verdier d'Europe, Gros-plan. Cliquer pour agrandir l'image.Verdier d'Europe. Cliquer pour agrandir l'image.
Verdier d'Europe. Cliquer pour agrandir l'image.Verdier d'Europe. Cliquer pour agrandir l'image.Verdier d'Europe. Cliquer pour agrandir l'image.

PrésentationPrésentation

Présentation généraleGénéralités

ClassificationClassification

Règne : animaux (Animalia)Sous-règne : métazoaires (Metazoa)Division : triploblastiques (Bilateralia)Sous-division : deutérostomes (Deuterostomia)
Super-embranchement : chordés (Chordata)Embranchement : vertébrés (Vertebrata)Sous-embranchement : vertébrés à mâchoires (Gnathostomata)
Classe : oiseaux (Aves)Sous-classe : néornithes (Neornithes)Super-ordre : néognathes (Neognathae)
Groupe : passereauxSous-groupe :Ordre : passériformes (Passeriformes)Sous-ordre :
Famille : fringillidés (Fringillidae)Sous-famille :Genre : chardonnerets (Carduelis)Sous-genre :
Espèce : Carduelis chloris [Linné, 1758]Sous-espèce :Nom commun : verdier d'EuropeNom populaire :

Noms européensNoms européens

AlbanieAllemagneGrünling, GrünfinkAngleterregreenfinchArménie
Pays basquetxorru arruntaBiélorussieBrezhonegmelenegBulgarieзелениката
Catalogneverdum, verderol comúChyprioteCorsuvirdulina, virdoneCroatiezelendur
DanemarkgrøniriskGaeidhligEspagneverderón común, pinzón verdeEstonierohevint
FøroysktFinlandeviherpeippoFrançaisverdier d'EuropeFrysk
Galiceverdorolo comúnPays de Gallesllinos werddGéorgieGrèceφλώρος
HongriezöldikeIrlandeIslandegrænfinkaItalieverdone
LettoniezalžubiteLithuaniežaliukėLëtzebuergëschMacédoine
MalteMoldovenesteNorvègegrønnfinkOccitan
Pays-BasgroenlingPolognedzwoniecPortugalverdilhão-comumRoumanieflorinte
Russieобыкновенная зеленушкаSerbieSlovaquiezelienka obyčajná, stehlík zelenýSlovéniezelenec
SuèdegrönfinkTchéquie
zvonek zelený
UkraïneзеленякEmpire romainCarduelis chloris

ÉtymologieOrigine du nom

Étymologie latineÉtymologie latine
Étymologie françaiseÉtymologie française

IdentificationIdentification

Identification généraleGénéralités
Verdier d'Europe. Dessin d'identification du verdier d'Europe (Naumann). Cliquer pour agrandir l'image.
Verdier d'Europe. Cliquer pour agrandir l'image.Verdier d'Europe. Cliquer pour agrandir l'image.
MorphologieMorphologie
Verdier d'Europe. Cliquer pour agrandir l'image.
Verdier d'Europe. Cliquer pour agrandir l'image.
MâleFemelle
MâleVerdier d'Europe. Mâle du verdier d'Europe. Cliquer pour agrandir l'image.Le verdier mâle doit son nom à son plumage vert olive-verdâtre relevé de gris et de jaune, avec le croupion vert jaune, du jaune aux ailes et à la queue. Fringille de couleur vert olive au croupion vert-jaune, de la taille d'un moineau. Le jaune vif des barres alaires et des bords de la queue tranchant sur le plumage verdâtre du mâle, plus gris chez la femelle, permettent, même en vol, une identification aisée du Verdier.
Verdier d'Europe. Femelle. Cliquer pour agrandir l'image.FemelleVerdier d'Europe. Femelle du verdier d'Europe. Cliquer pour agrandir l'image.La femelle est plus uniformément gris-vert avec barre alaire d'un jaune plus pâle et moins large. Elle est plus terne et moins jaune que le mâle mais présente cependant assez de vert et de jaune dans le plumage pour être facilement identifié. Les marques alaires jaunes la distinguent de la femelle d'un moineau.

Les jeunes sont plus ternes, brunâtres avec des rayures foncées sur le dessous.

Plumage
Verdier d'Europe, Gros-plan de la tête. Cliquer pour agrandir l'image.Forme de becLe verdier est pourvu d'un bec puissant rosé, typique des oiseaux se nourrissant de graines.
PattePattes roses.
LongueurDe 13 à 14 cm.EnvergureDe 25 à 27 cm.
HauteurPoidsDe 25 à 34 g.
ColorisColoris
Verdier d'Europe. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.
Capacités physiologiquesCapacités physiologiques
RemarquesRemarques
Espèces semblablesEspèces semblables
Verdiers. Naumann. Cliquer pour agrandir l'image.

Chant ou criCri et chant

Cri d'oiseauCri
Les cris, monotones « suiiii », trahissent la présence du verdier dans les feuillages. Le chant ressemble au bruit d'une sonnette électrique. En vol, il émet des « tchitchitchi » répétés.
Chant d'oiseauChant
Les verdiers commencent à chanter dès le mois de février : il s'agit d'une suite de notes sonnantes et de trilles rappelant le canari, entrecoupés de sons sifflants et prolongés. Les verdiers chantent souvent en vol. Le verdier mâle lance son chant clair riche en trilles, juché sur le sommet d'un arbre.
Chant d'oiseauChant
Il émet un « gick gick gick » clair. Son chant est composé de divers sons aigus : « kling kling girr tchu tchu ».
Chant d'oiseau

VolVol

HabitudesHabitudes

Verdier d'Europe. Dessin du mâle. Cliquer pour agrandir l'image.
Le Verdier est devenu relativement récemment une des espèces les plus communes.

Verdier d'Europe. Verdier avec des chardonnerets. Cliquer pour agrandir l'image.De mœurs grégaires, il forme des troupes importantes qui se mêlent en particulier aux pinsons (Fringilla coelebs), et moineaux (Passer domesticus). Ces bandes, constituées en automne, errent pendant tout l'hiver dans les champs cultivés en quête de nourriture. Ils se perchent sur les tiges des plantes herbacées dont ils recherchent les graines. Il leur arrive de commettre de notables dommages dans certaines cultures, colzas et tournesols notamment. Routiniers, ils ne changent guère de terrain tant qu'ils y trouvent de quoi se nourrir. Ces bandes se dispersent en avril et le Verdier devient alors arboricole.

Verdier d'Europe. Groupe perché. Cliquer pour agrandir l'image.Le verdier a peu à peu colonisé les villes au XXe siècle. Oiseau des lisières et des forêts claires à l'origine, il s'est fort bien adapté au voisinage des habitations au point d'être devenu surabondant dans certains quartiers de villas. Il préfère souvent nicher et percher dans des arbres tels que le cyprès, dont le feuillage dense procure un couvert excellent. Ce changement d'habitude est dû en partie à la raréfaction des graines de plantes sauvages, conséquence de l'industrialisation de l'agriculture.

Verdier d'Europe. Cliquer pour agrandir l'image.De plus, le verdier sait profiter des aliments qui lui sont offerts (cacahuètes, graines de tournesol) ; l'hiver, ils fréquentent en bande les mangeoires, se montrant souvent agressifs pour maintenir leur position. Certains peuvent même s'établir à proximité pour nicher si la nourriture est régulièrement fournie tout au long de l'été. Leur vol, à grands coups d'aile lents, est papillonnant à la manière des chauve-souris.

Verdier d'Europe. Aquarelle. Cliquer pour agrandir l'image.Les verdiers sont, avec les merles et les mésanges, les visiteurs les plus assidus de la mangeoire. Ils ont bon appétit et en groupe, ils sont capables de dévaliser tout le contenu d'une mangeoire en peu de temps, Ils s'y posent allégrement au milieu de la nourriture et s'empiffrent jusqu'à ce qu'ils soient rassasiés. Ce faisant, ils agissent très différemment des autres espèces qui viennent s'emparer d'une ou de deux graines, avant de disparaître aussitôt. En outre, le tempérament querelleur des verdiers à l'encontre des autres hôtes de la mangeoire fait que ces oiseaux ne sont pas toujours bien vus d'un très bon œil; lorsqu'un verdier est dérangé en plein repas par un autre oiseau, il adopte une posture d'intimidation très typique: ses ailes sont soulevées et légèrement ouvertes, sa queue est légèrement écartée et son bec largement ouvert. Dans cette posture, les bandes jaunes de ses ailes et de sa queue sont très visibles et constituent vraisemblablement un signal optique de menace. Face à un congénère, cette posture menaçante n'est employée que si l'intrus s'approche trop près, mais souvent plusieurs verdiers se nourrissent côte à côte en toute harmonie. Les verdiers ne sont généralement pas très farouches et, après avoir été dérangés, ils reviennent très vite autour de la mangeoire.

Cycle de vieCycle de vie

Système reproductif
TerritorialitéTerritorialité
Première nidificationPremière nidification
Période de nidificationPériode de nidification
Avril à août.
ReproductionParade nuptiale
Couple de verdiers d'EuropeDès mars, le mâle choisit un territoire, sans pour autant rompre les liens communautaires: en effet, ces oiseaux se reproduisent en petites colonies lâches de 5 à 6 couples dans les broussailles. Cette prise de possession, qui n'entraîne pas de conflits entre les oiseaux, se marque surtout par un répertoire de chants plus variés qu'en hiver, où le Verdier se limite au cri de vol, un « tchi tchitchit » tremblé. Le mâle parade en vol circulaire tout en émettant un chant qu'on a pu comparer à une sonnerie électrique.

Le mâle, dissimulé dans le feuillage d'un arbre, pousse un cri monotone entremêlé de roulades aiguës. Ce chant primitif est l'un des bruits caractéristiques des villages et des jardins de banlieue. Le Verdier est en effet fortement lié aux agglomérations humaines, et le spectacle du mâle en vol nuptial, zigzaguant entre les arbres, les ailes battant mollement comme celles d'une chauve-souris, est courant dans les avenues de nos villes aux approches du mois d'avril.

ReproductionAccouplement
Site de nidificationSite de nidification
Le verdier niche dans les haies et dans des arbres et arbustes à feuilles persistantes - ou touffu : des taillis de sureau, des épicéas, des thuyas ou des arbres fruitiers. La femelle construit un nid soigneusement camouflé dans un buisson ou dans un arbuste, de préférence un conifère en début de saison. Elle se montre plus éclectique une fois la feuillaison avancée en choisissant aussi des feuillus.
NidNid
Nid à ciel ouvert fait de mousse entrelacé de branchettes et garni de racines, de crins et parfois de plumes. La femelle bâtit un nid avec des herbes et de la mousse, et le tapisse avec des poils et des racines.
NichoirNichoir
Le verdier n'utilise pas les nichoirs.
Nombre de couvéesNombre de couvées
2 à 3. Le Verdier niche généralement une seconde fois en juillet ou en août.
PontePonte
Une 1ère ponte a lieu en avril-début mai ( 4 à 5 œufs) et une 2e en juin-juillet.
ŒufsŒufs
De 4 à 6 œufs (20 * 14 mm) blanc sale à bleu-vert pâle, parfois tachetés de roux-brun et de mauve.
IncubationIncubation
La femelle couve seule pendant 13 ou 14 jours, tandis que le mâle la nourrit au nid.
ÉclosionÉclosion
L'élevage des petits est assuré par les deux parents, qui les nourrissent principalement de graines décortiquées, ainsi que de chenilles ou d'araignées.
EnvolEnvol
De 13 à 16 jours. Quatorze jours après leur éclosion, les poussins, encore incapables de voler, quittent le nid et se tiennent quelques jours encore sur des branches proches où leurs parents viennent les nourrir.
SevrageSevrage
Émancipation
2 semaines après.
Plumage juvénilePlumage juvénile
Période de muePériode de mue
Prédateurs
MaladiesMaladies
Survie des adultes
LongévitéLongévité
13 ans.

RégimeNourriture

Verdier d'Europe. Cliquer pour agrandir l'image.
Dégâts du verdier d'Europe sur une fleur de tournesolLe régime naturel du verdier est fait de graines et de semences (de pissenlit, d'ortie, d'if, d'orme, de ronce, de sureau, d'aubépine et de bardane), mais il ne dédaigne pas les insectes en été (coléoptères, fourmis et pucerons) et les noisettes et les fruits en hiver.

Les oisillons ouvrent le bec à l'arrivée des adultes ; ils reçoivent des chenilles, des pucerons.

Verdier d'Europe. Mâle. Cliquer pour agrandir l'image.Très sociable, il se nourrit au sol, cueille les graines ou dévore les bourgeons sur leur support.

MangeoireMangeoires
Verdier d'Europe. Cliquer pour agrandir l'image.Durant les mois d'hiver, les verdiers forment de grandes troupes qui visitent régulièrement les distributeurs de graines et les mangeoires où ils apprécient les cacahuètes et les graines de tournesol et de chanvre, les céréales concassées, les noix hachées, les baies séchées.

Le verdier fera son apparition dans des endroits où il n'a jamais été aperçu dès que les filets à cacahuètes seront exposés. Le verdier accepte les fragments de graines tombés à terre sous les perchoirs d'autres oiseaux. Les verdiers feront souvent la loi sur la mangeoire, chassant les autres oiseaux !

HabitatHabitats

MilieuxMilieux
PrésVilles
Verdier d'Europe. Cliquer pour agrandir l'image.
Verdier d'Europe. Habitat. Cliquer pour agrandir l'image.Le verdier est un oiseau de jardin familier et commun, se reproduisant dans le feuillage épais des arbres à feuillage persistant.

L'espèce exige des espaces ouverts pour se nourrir, mais avec des abris disponibles bien cachés au cœur du couvert végétal ; les jardins, les parcs, les lisières forestières et le bocage offrent les meilleures possibilités. Les villages et les villes sont bien fréquentés. En revanche, le centre des massifs forestiers est déserté.

Verdier d'Europe. Dans un houx. Cliquer pour agrandir l'image.Fréquent partout dans les régions agricoles riches en haies, les forêts de feuillus et mixtes pas trop touffues, dans les villages, parcs et jardins, mais aussi au milieu des villes, lorsqu'ils peuvent trouver quelques arbres et buissons.

GîteGîte
AltitudesAltitudes
Étage de plaineÉtage collinéen (de 0 à 800 m)Étage montagnard (de 800 à 1700 m)Étage subalpin (de 1700 à 2200 m)

RépartitionRépartition

Répartition globale
Verdier d'Europe. Répartition du verdier d'Europe. Cliquer pour agrandir l'image.
Légende de la carte de répartition
Verdier d'Europe. Gravure Gould. Cliquer pour agrandir l'image.Commun partout en Europe. Jardins, bosquets, terres agricoles.
Présent en auvergneAuvergne
Verdier d'Europe. Verdier d'Europe à Chamalières. Cliquer pour agrandir l'image.

MigrationMigration

Migrateur partiel, le verdier est généralement sédentaire chez nous.

Le verdier se joint en hiver à d'autres granivores. En juillet, on peut en rencontrer de fortes concentrations, en compagnie de linottes mélodieuses dans les champs de colza. Dès septembre, on l'observe ainsi à la recherche de nourriture dans les éteules et les terres labourées.

StatutStatut

Dégâts et nuisances
Les dégâts du verdier sont dus à la consommation de graines : crucifères, graminées, céréales, riz, tournesol. Des dégâts peuvent également être commis en vergers (cerisier) ou sur la vigne.
Menaces
Rareté
Verdier d'Europe. Cliquer pour agrandir l'image.
Le verdier est tout à fait commun, bien que ses densités puissent varier d'une année à l'autre.
Chasse interditeProtection
Espèce protégée en France.

VidéoVidéos

Autres sujetsAutres sujets

Sujets proches
Le bec-croisé des sapins (Loxia curvirostra)
Le bouvreuil pivoine (Pyrrhula pyrrhula)
Le chardonneret élégant (Carduelis carduelis)
Le gros-bec casse-noyaux (Coccothraustes coccothraustes)
La linotte mélodieuse (Carduelis cannabina)
Le pinson des arbres (Fringilla coelebs)
Le pinson du nord (Fringilla montifringilla)
Le serin cini (Serinus serinus)
Le sizerin flammé (Carduelis flammea)
Le tarin des aulnes (Carduelis spinus)
Le venturon montagnard (Serinus citrinella)
Le verdier d'Europe (Carduelis chloris)
Sujets plus larges
Racine
Les aegithalidés (Aegithalidae)
Les alaudidés (Alaudidae)
Le cincle plongeur (Cinclus cinclus)
Les corvidés (Corvidae)
Le diamant mandarin (Taeniopygia guttata)
Les embérizidés (Emberizidae)
L'engoulevent d'Europe (Caprimulgus europaeus)
Les fringillidés (Fringillidae)
Le grimpereau des bois (Certhia familiaris)
Le grimpereau des jardins (Certhia brachydactyla)
Les hirundinidés (Hirundinidae)
Les laniidés (Laniidae)
Le loriot d'Europe (Oriolus oriolus)
La mésange à moustache (Panurus biarmicus)
Le moineau domestique (Passer domesticus)
Le moineau friquet (Passer montanus)
Le moineau soulcie (Petronia petronia)
Les motacillidés (Motacillideae)
Les muscicapidés (Muscicapidae)
La niverolle alpine (Montifringilla nivalis)
Les paridés (Paridae)
Les roitelets (Regulus)
La sittelle torchepot (Sitta europaea)
Les sturnidés (Sturnidae)
Les sylviidés (Sylviidae)
Le tichodrome échelette (Tichodroma muraria)
Le troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes)
Les turdidés (Turdidae)
Taxon précédent ] [ Taxon supérieur ]
Recommander cette page :
Recommander ce site :
Recherche personnalisée
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.