Menu de ce site

Le village d’Assomatos, les gorges Kourtaliotiko, le fleuve Megalopotamos et les monastères de Preveli en Crète

Page éditée
Rubriques[Photos] [Présentation] [Situation] [Visites] [Culture] [Informations pratiques] [Autres sujets]

[Grèce] [Sujet ascendant] [Sujet suivant] [Via Gallica]

PrésentationPrésentation

Présentation généralePrésentation générale

VisitesVisites

Navigateur par satelliteSur la route de Spili à Prévéli
La partie orientale du canton de Finikas a pendant longtemps été l’une des contrées crétoises les plus difficiles d’accès ; cette contrée est située entre une cordillère de montagnes et la côte, elle-même escarpée ; à l’ouest s’étire les derniers contreforts orientaux des Montagnes Blanches, avec le mont Kryonéritis (βουνό Κρυονερίτης) (1 310 m) ; au nord-ouest se dresse le mont Kouroupa (βουνό Κουρούπα) (1 001 m) ; au nord-est, le mont Xiron (Ξηρό όρος) (665 m) ; à l’est, le mont Assidérotas (όρος Ασιδέρωτας) qui culmine à 1 177 m.

Le village d’Assomatos en Crète. La route de Spili à Prévéli dans les gorges de la Kourtaliotis. Cliquer pour agrandir l'image.Depuis le nord de l’île, l’accès à la contrée se fait par de profondes gorges : à l’ouest, les gorges de Kotsifos ; au nord, les gorges Kourtaliotiko ; à l’est, les gorges de Frati. Depuis le chef-lieu de la province, Réthymnon, ou depuis le chef-lieu de la commune, Spili, la route traverse les gorges de la Kourtaliotis et porte le nom de « route provinciale de Koxaré à Moni Prévéli » (Επαρχιακή Οδός Κοξαρων - Μονή Πρέβελη) ; la route n’a été revêtue qu’au début des années 1960 ; auparavant c’était une étroite piste de terre.

En raison de son enclavement, cette contrée a toujours été un refuge pour les rebelles, sous l'occupation ottomane comme sous l'occupation allemande.

FleuveLe fleuve Mégalopotamos (Μεγαλοπόταμος / Megalopótamos)
Le village d’Assomatos en Crète. Le bassin du fleuve Mégalopotamos (auteur Pitichinaccio). Cliquer pour agrandir l'image.Le fleuve Mégalopotamos se trouve dans le centre-ouest de la côte sud de la Crète, à peu près sur le même méridien que la ville de Réthymnon, et se jette dans la mer de Libye près du monastère de Prévéli, irriguant une palmeraie. Comme son nom l’indique, le Mégalopotamos, c’est-à-dire la « Grande Rivière », est l’une des plus grandes rivières de Crète, qui coule normalement durant toute l’année, même si son débit est très réduit par des prélèvements effectués, près d’Assomatos (Ασώματος), pour l’irrigation de la plaine du Finikas, située entre le mont Kouroupa et la côte. Le Mégalopotamos a une quinzaine de kilomètres de longueur.

Ce cours d’eau est également nommé Mégas Potamos (Μέγας Ποταμός) et, dans ses cours supérieur et moyen, la rivière Kourtaliotis (Κουρταλιώτης).

Dans son cours supérieur la rivière collecte les eaux de nombreux ruisseaux qui drainent le versant nord du mont Kouroupa (Κουρούπα), autour des villages d’Agios Ioannis (Άγιος Ιωάννης), Kanévos (Κάνεβος) et de Koxaré (Κοξαρέ), ainsi que la plaine d’Agios Vassilios (Άγιος Βασίλειος).

La ville de Spili en Crète. Le fleuve Megalopotamos dans les gorges Kourtaliotiko. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Après Koxaré le cours moyen de la rivière s’oriente plus franchement vers le sud et pénètre dans les gorges Kourtaliotiko, entre le versant oriental du mont Kouroupa et le versant occidental du mont Xiron (Ξηρό Όρος).

À la sortie des gorges de la Kourtaliotis, le débit du fleuve s’est enrichi de l’apport de plusieurs sources abondantes situées dans la partie inférieure des gorges, après la chapelle Saint-Nicolas ; le cours d’eau prend le nom de Mégalopotamos dans son cours inférieur.

La ville de Spili en Crète. Le vieux pont sur le Megalopotamos à Kato Preveli. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).À environ 1,5 km après la sortie des gorges, le Mégalopotamos reçoit, sur sa gauche, son plus important affluent, la rivière de Kissos (Κισσανό ποταμός) ou rivière Bourtzoukos (Μπουρτζούκος), à sa sortie des gorges de Frati. C’est près de ce confluent qu’a été fondé l’ancien monastère de Prévéli ; pour permettre l’accès au monastère depuis la partie orientale de l’île, deux ponts furent construits par les moines en amont du confluent, le pont du Bourtzoukos (γέφυρα του Μπουρτζούκου), sur la rivière de Kissos, et le Grand pont, sur le fleuve Mégas Potamos (γέφυρα του Μέγα Ποταμού).

La ville de Spili en Crète. La vallée du Megalopotamos près de Kato Preveli. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).En aval du confluent avec le Bourtzoukos, l’abondance de l’eau et des alluvions a créé une petite plaine très fertile qui était cultivée par les moines du monastère de Prévéli.

Le village d’Assomatos en Crète. Les gorges de Preveli obstruées par des rochers (auteur Olaf Tausch). Cliquer pour agrandir l'image.Après la traversée de cette petite plaine de seulement 2 km de largeur, le fleuve s’engage dans d’autres gorges, les gorges de Prévéli (Φαράγγι Πρέβελης) ; dans ces gorges, d’abord étroites et dépourvues de végétation, le cours d’eau est obstrué par de gros rochers et forme quelques cascades, qui rendent difficile la traversée de ces gorges, mais avec quelques bassins propices à la baignade.

Le village d’Assomatos en Crète. Le lac du Megalopotamos près de Preveli. Cliquer pour agrandir l'image.Plus loin les gorges de Prévéli s’élargissent progressivement et le fleuve devient bordé par une végétation luxuriante où apparaissent les premiers palmiers. À environ 400 m de son embouchure, le Mégalopotamos forme une sorte de lac, dit « lac de Prévéli » (Λίμνη Πρέβελη), causé par une barre de sables et de graviers déposés par le fleuve ; ce lac n’est ni une lagune, ni une ria, mais une étendue d’eau douce qui fait la joie des baigneurs car l’eau est réchauffée par le soleil, mais est également renouvelée par le courant du fleuve. Ce bassin est bordé par une roselière et, par endroits, couvert de végétation aquatique, notamment du potamot noueux (Potamogeton nodosus).

La ville de Spili en Crète. Vue aérienne par drone du cours inférieur du fleuve Megalopotamos (auteur Strakhov). Cliquer pour agrandir l'image.Le Mégalopotamos se jette dans la mer de Libye sur le côté ouest de la barre de sable ; au fil du temps le fleuve a créé une vaste plage de sable très appréciée par les vacanciers, la plage de Prévéli.

GorgesLes gorges de la Kourtaliotis (Κουρταλιώτικο Φαράγγι / Kourtaliótiko Farángi)
Le village d’Assomatos en Crète. Les gorges de la rivière Kourtaliotis. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Les gorges dites Kourtaliotiko sont parmi les gorges les plus spectaculaires de la Crète ; elles sont cependant suffisamment vastes pour être traversées par une route, la route qui relie Réthymnon ou Spili à Moni Prévéli sur la côte sud de l’île.

Le village d’Assomatos en Crète. Les gorges de la rivière Kourtaliotis. Cliquer pour agrandir l'image.Le nom des gorges signifie « gorges kourtaliotiques », c’est-à-dire les gorges de la rivière Kourtaliotis (Κουρταλιώτης) ; Kourtaliotis est le nom du fleuve Mégalopotamos dans son cours supérieur. Le nom de la rivière Kourtaliotis provient du mot « kourtala » (κούρταλα), une déformation crétoise du mot grec « κρόταλο, au pluriel κρόταλα » qui désigne les crotales, des instruments de musique à percussion, en bois ou en métal, des sortes de castagnettes antiques, utilisées pour rythmer les danses, comme lorsqu’on tape dans ses mains. Ce nom a été donné à la rivière parce que, à une vingtaine de mètres après l’entrée nord des gorges, le vent du nord pénètre dans des cavités en forme d’entonnoir où l’air est accéléré et franchit le mur du son, provoquant des claquements semblables au son des crotales ; ces claquements sont ensuite renvoyés en écho par la paroi opposée des gorges. Le nom du serpent crotale a la même origine car il produit des bruits de percussion en frappant les unes contre les autres les écailles de sa queue. Ces gorges pourraient être nommées « gorges des Crotales », mais il n’y a pas ce genre de serpents dans ces gorges, seulement d’inoffensives couleuvres.

Le village d’Assomatos en Crète. Les gorges de la rivière Kourtaliotis. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Les gorges sont également nommées « gorges de Koxaré » (Κοξαρέ), du nom de la localité qui se trouve à l’entrée des gorges, ou « gorges d’Assomatos » (Ασώματος), du nom de la localité qui se trouve à leur sortie. Les gorges sont parfois aussi nommées « gorges de Saint-Nicolas » en référence à la chapelle Saint-Nicolas qui se trouve dans ces gorges près de sources qui grossissent la rivière Kourtaliotis ; ce saint Nicolas le Kourtaliotis, originaire de la région, est crédité pour avoir fait jaillir ces sources en frappant les roches de sa houlette de berger …

Le village d’Assomatos en Crète. Les gorges de la rivière Kourtaliotis. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Dans leur plus grande partie, les gorges de la Kourtaliotis ont été creusées par la rivière dans les roches de l’unité tectonique des calcaires de Tripoli, entre le mont Kouroupa, à l’ouest, et le mont Xiron, à l’est. Les sources attribuées à saint Nicolas se trouvent à l’endroit où les calcaires de Tripoli entrent en contact avec la couche de phyllites et de quartzites.

L’entrée des gorges se trouve à environ 2 km au sud du village de Koxaré et à une dizaine de kilomètres à l’ouest de Spili. Depuis Plakias, on peut rejoindre la sortie des gorges, près d’Assomatos, en longeant le piedmont sud du mont Kouroupa, via Myrthios (Μύρθιος) et Mariou (Μαριού), en 8 km environ.

Les gorges Kourtaliotiko ont environ 3 km de longueur ; les escarpements rocheux des versants s’élèvent jusqu’à 300 m au-dessus du lit de la rivière ; la route a été construite en corniche sur la rive droite, jusqu’à 100 m au-dessus de la rivière.

Le village d’Assomatos en Crète. La cataracte de la Kourtaliotis près de Preveli (auteur Fotis Kokotos). Cliquer pour agrandir l'image dans Panoramio (nouvel onglet).À environ 1,4 km de l’entrée des gorges se trouve une chute d’eau de 40 m de hauteur (Καταρράκτης Πρέβελη) ; au pied de la cataracte s’est formé un bassin d’eau douce dans lequel se jettent plusieurs sources jaillissant des parois rocheuses entre deux nappes géologiques ; il est possible de se baigner dans ce bassin ombragé par quelques arbustes, notamment des lauriers roses, accrochés aux parois : une oasis de fraîcheur dans la chaleur torride de l’été crétois.

Au-dessus de la cataracte a été construite une petite chapelle dédiée à saint Nicolas. Depuis la route, un sentier, aménagé en escalier de 200 marches, d’une cinquantaine de mètres de dénivelé, permet de descendre jusqu’à la chapelle.

Aller à la chapelle Saint-Nicolas avec Google Maps (35.195350, 24.464478).

En aval de ces sources le débit de la rivière est beaucoup plus gros jusqu’à la sortie sud des gorges, où les eaux sont, en partie, captées.

Les gorges de la Kourtaliotis constituent un important habitat pour les gypaètes barbus (Gypaetus barbatus) et d’autres espèces de rapaces qui nidifient dans les cavités des parois des gorges.

Le village d’Assomatos en Crète. Les gorges de la rivière Kourtaliotis. Cliquer pour agrandir l'image.Le village d’Assomatos en Crète. Les gorges de la rivière Kourtaliotis. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Le village d’Assomatos en Crète. Les gorges de la rivière Kourtaliotis. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Le village d’Assomatos en Crète. Les gorges de la rivière Kourtaliotis. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Le village d’Assomatos en Crète. Les gorges de la rivière Kourtaliotis. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Le village d’Assomatos en Crète. Les gorges de la rivière Kourtaliotis. Cliquer pour agrandir l'image.
Village grecLe village d’Assomatos (Ασώματος / Asómatos)
Le village d’Assomatos est un petit village agricole situé au pied du versant sud du mont Kouroupa, près du débouché des gorges de la rivière Kourtaliotis ; le village se trouve à environ 226 m d’altitude. Assomatos est à environ 8 km à l’est de la station balnéaire de Plakias, via Lefkogia, et à 26 km au sud de Réthymnon.

Le village d’Assomatos en Crète. Le musée Oriseum (auteur Olaf Tausch). Cliquer pour agrandir l'image.La localité compte un peu plus de 200 habitants qui vivent primairement de la culture de l’olivier ; elle est le chef-lieu de la communauté locale d’Assomatos (Κοινότητα Ασωμάτου) qui comprend également l’ancien monastère de Kato Moni Prévéli (Κάτω Μονή Πρέβελη), qui n’a plus d’habitants, et du monastère de Pisso Moni Prévéli (Πίσω Μονή Πρέβελη), qui compte encore quelques moines. La célèbre plage de Prévéli fait aussi partie du territoire de la communauté locale.

Le toponyme de la localité, « ασώματος », désigne un être désincarné, sans corps (σώμα), c’est-à-dire un ange, en référence à une église du village consacré à l’archange Michel.

La principale attraction culturelle d’Assomatos est un petit musée privé des arts et traditions populaires dénommé « Oriseum » (Μουσείο Oriseum) ; ce musée a été créé par un pope du village, Michalis Georgoulakis (Μιχάλης Γεωργουλάκης), et est continué par sa famille. Le musée présente des objets de la vie quotidienne et des objets liturgiques, ainsi que des documents historiques. Le musée est abrité dans une belle maison familiale typique ; il est ouvert en semaine, de 10 h à 15 h ; l’entrée est payante.

ValléeLa vallée du Mégalopotamos (Μεγαλοπόταμος / Megalopótamos)
Le village d’Assomatos en Crète. La vallée du Megalopotamos près de Kato Preveli. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).À la sortie des gorges Kourtaliotiko, la rivière Kourtaliotis, renforcée par les abondantes sources Saint-Nicolas, prend le nom de fleuve Mégalopotamos et s’écoule jusqu’à la mer, de façon à peu près rectiligne, à travers le territoire de la communauté locale d’Assomatos (Κοινότητα Ασωμάτου), qui comprend aussi l’ancien monastère de Kato Moni Prévéli et du monastère, encore en activité, de Pisso Moni Prévéli.

Le village d’Assomatos en Crète. Le vieux pont sur le Megalopotamos près de Kato Preveli. Cliquer pour agrandir l'image.Près de Kato Moni Prévéli se trouve un pont qui permet de franchir le Mégalopotamos, le pont de Prévéli (γέφυρα Πρέβελης), nommé aussi le Vieux Pont (παλαία γέφυρα) ou le Grand Pont (μεγάλη γέφυρα) ; le pont de Prévéli est une reconstruction, entre 1850 et 1852, sous l’occupation ottomane, d’un pont plus ancien datant de l’époque vénitienne, construit par les moines du monastère ; son arche unique mesure 13,3 m de longueur, 7,6 m de hauteur et 4,5 m de largeur ; c’est l’un des plus grands ponts de pierre de Crète.

Le village d’Assomatos en Crète. Plaque commémorative du vieux pont sur le Megalopotamos près de Kato Preveli. Cliquer pour agrandir l'image.Le Vieux Pont est, de nos jours, doublé par un pont rudimentaire en béton qui permet de traverser la rivière en automobile pendant l’été, mais qui peut être inondé en hiver ; de l’autre côté de la rivière se trouve une agréable taverne, justement nommée « Taverne du Pont » (ταβέρνα Γέφυρα), avec une terrasse ombragée par de grands arbres : cyprès, platanes et mûriers. De ce côté du fleuve, des pistes de terres carrossables permettent de rejoindre Drimiskos (Δρίμισκος) ou Kéramès (Κεραμές), dans le canton oriental de la commune, Lampi, et aussi la plage d’Ammoudi de Drymiskos (Δρυμισκιανό Αμμούδι), en longeant les gorges des Hirondelles (Φαράγγι Χελιδονιών) qui abritent des hirondelles de rochers (Ptyonoprogne rupestris) ; cette petite plage se trouve un peu à l’est de la plage de Prévéli, célèbre sous le nom de plage des Palmiers.

Il est possible de traverser la basse vallée du Mégalopotamos en randonnée pédestre, en suivant le lit du fleuve. Le départ peut se faire depuis la sortie des gorges de la Kourtaliotis ou depuis le Vieux Pont de Prévéli ; dans le premier cas le trajet est de 5 km ; dans le second cas, de seulement 3 km. On peut suivre le lit du fleuve ou emprunter le chemin de terre qui longe la rive droite du cours d’eau. La randonnée aboutit à l’embouchure du fleuve, sur la plage des Palmiers. Si l’on suit le lit du fleuve, la principale difficulté se trouve à l’entrée des gorges de Prévéli, à environ 2,5 km après le pont et 500 m avant la plage ; de gros rochers obstruent les gorges et créent des cascades avec des bassins.

La basse vallée du Mégalopotamos est une contrée riche en patrimoine, notamment religieux, comprenant des petites églises datées du XIIIe siècle au XIXe siècle, qui servent de métoques au monastère de Prévéli. De nombreuses icônes et objets religieux ont été transférés au monastère, tandis que certains d’entre eux sont exposés dans le musée actuel.

Légende de la carte :

Le village d’Assomatos en Crète. Carte des gorges de Kourtaliotiko. Cliquer pour agrandir l'image.1 : Église Saint-Georges à Xylomachairi (Ναός Αγίου Γεωργίου στο Ξυλομαχαίρι). C’est la plus ancienne église de la région, avec une première phase de construction au milieu du XIIIe siècle, et qui conserve deux couches de fresques, datées du XIIIe siècle et de la fin du XIVe siècle.

2 : Église Saint-Jean le Précurseur (Ναός Αγίου Ιωάννου Προδρόμου). Église à nef unique avec des fresques de grande qualité, datées du XVe siècle et représentant des scènes de la vie du saint.

3 : Église Sainte-Photine ou d’Agia Fotini (Ναός Αγίας Φωτεινής). Église à nef unique avec des fresques de bonne qualité, datées de la fin du XIVe siècle ou du début du XVe siècle. Une caractéristique est la représentation de la sainte patronne, sainte Photine la Samaritaine, placée sous un arc gothique.

4 : Église Sainte-Parascève ou Agia Paraskévi (Ναός Αγίας Παρασκευής). Église à nef unique de la fin de l’époque vénitienne. Quelques bâtiments voûtés, conservés à côté de l’église, servaient aux activités agricoles des moines.

5 : Église de la Transfiguration du Christ à Taliérado (Ναός Μεταμόρφωσης του Χριστού στο Ταλιεράδω). Église à dôme de plan en croix libre, datant de 1896. Juste à côté de l’église sont conservées, à l’état de ruine, les étables du monastère.

6 : Église Saint-Nicolas (Ναός Αγίου Νικολάου), datant de 1841.

7 : Église Saint-Sabas (Ναός Αγίου Σάββα). Petite église à une seule nef datant de 1884, située à côté de l’embouchure du Mégalos Potamos.

8 : Église Saint-Onuphre (Ναός Αγίου Ονουφρίου). Église à une seule nef datant de 1875. Juste à côté de l’église est conservée la dénommée « Maison de Prévélis » (το σπίτι του Πρέβελη), qui se rapporte probablement à Acace Prévélis (Ακάκιος Πρέβελης), l’un des premiers abbés, qui a fait don d’une partie des biens de sa famille au monastère.

9 : Église Saint-Luc de Steiris (Ναός Αγίου Λουκά του εν Στειρίω). C’est l’ancienne église rupestre Saint-Onuphre d’avant 1875.

10 : Église Saint-Arsène le Cappadocien (Ναός Αγίου Αρσενίου του Καππαδόκου). C’est l’ancienne église rupestre Saint-Nicolas d’avant 1841.

11 : Église de la Présentation de la Vierge « Paradis » (Ναός Εισοδίων της Θεοτόκου « Παραδείσι »), à moitié en ruine.

12 : Église de de la Dormition de la Vierge « Xirroritisa » (Ναός Κοιμήσεως της Θεοτόκου « Ξηρρορείτισα »), à moitié en ruine.

13 : Église Saint-Païssios de la Grande Grotte (Ναός Αγίου Παϊσίου του Μεγάλου σπηλαιώδης).

14 : Église de la Sainte Trinité (Ναός Αγίας Τριάδας) - cimetière, datant de 1854.

15 : Parmi les monuments de la région pourraient également être répertoriés les deux ponts en arc, le pont de la Grande Rivière (γέφυρα του Μεγάλου Ποταμού) et le pont de Bourtzoukos (γέφυρα του Μπουρτζούκου), construits entre 1850-1852.

Monastère orthodoxeL’ancien monastère de Prévéli d’en Bas (Κάτω Μονή Πρέβελη / Káto Moní Préveli)
Le village d’Assomatos en Crète. Le monastère Moni Preveli d'En bas vu du sud-est avec le mont Kouroupas en arrière-plan. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Le monastère de Prévéli était originellement situé près de la sortie des gorges de la rivière Kourtaliotis et des gorges de la rivière Bourtzoukos, au droit du confluent de ces deux rivières, sur la rive droite du fleuve Mégalopotamos, à environ 500 m en aval du Grand Pont et à environ 2,5 km de l’embouchure du fleuve. Les vestiges de l’ancien monastère de Prévéli se trouvent à environ 80 m d’altitude, sur les coteaux nord-est d’une colline qui domine de 40 m la vallée du fleuve, là où les alluvions du Mégalopotamos ont créé une petite vallée très fertile. De nos jours l’ancien monastère se trouve à gauche de la route de Réthymnon à Prévéli, à 30 km au sud de Réthymnon, et de la route de Plakias à Prévéli, à 8,5 km à l’est de Plakias.

Le nom précis de l’ancien monastère était « Monastère Saint-Jean le Précurseur » (Μονή του Αγίου Ιωάννη του Προδρόμου), l’église du monastère étant dédiée à saint Jean le Baptiste (Άγιος Ιωάννης ο Πρόδρομος). Le monastère était également nommé « Monastère du Grand Fleuve » (Μονή Του Μεγάλου Ποταμού). Après la création d’un nouveau monastère de Prévéli, l’ancien monastère a été désigné comme le monastère de Prévéli d’en Bas, ou Kato Moni Prévéli.

Le monastère Saint-Jean a vraisemblablement été fondé durant la seconde époque byzantine de la Crète, à la fin du Xe siècle ou au début du XIe siècle, époque à laquelle de nombreux monastères furent fondés sur la côte sud de l’île. Le monastère Saint-Jean connut un renouveau à la fin du XVIe siècle, pendant la domination vénitienne, grâce à des donations faites par une puissante famille féodale de Réthymnon, les Prévélis (Πρέβελης) ; cette famille donna aussi plusieurs hiéromoines qui dirigèrent le monastère, notamment Jacques Prévélis (Ιάκωβος Πρέβελης) et Acace Prévélis (Ακάκιος Πρέβελης) ; c’est à cette époque que le monastère Saint-Jean prit le nom de monastère de Prévéli et que fut construit le nouveau monastère.

Le village d’Assomatos en Crète. Le monastère Moni Preveli d'En bas vu du sud avec les gorges de Frati en arrière-plan. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Pendant la conquête de la Crète par les Ottomans, les Turcs occupèrent le sud de l’île vers 1649 et détruisirent la plupart des monastères, parmi lesquels le monastère de Prévéli ; le monastère fut reconstruit à la fin du XVIIe siècle ou au début du XVIIIe siècle. Pendant toute la durée de l’occupation ottomane, le monastère de Prévéli fut un centre de résistance et de refuge pour les rebelles.

En 1770, l’higoumène Ephraïm Prévélis (Εφραίμ Πρέβελης) participa à la révolte de Daskalogiannis (Δασκαλογιάννης), un riche armateur de Sfakia qui mena l’une des célèbres révoltes crétoises contre les Turcs ; l’higoumène fut plus tard condamné à mort par les Turcs pour l’assassinat d’un janissaire, mais il fut finalement gracié ; Ephraïm Prévélis mourut en 1803, après un des plus longs abbatiats du monastère de Prévéli, de 1769 à 1803.

Le 25 mai 1821, l’higoumène Melchissédek Tsoudéros (Ηγούμενος Μελχισεδέκ Τσουδερός) et un groupe de rebelles hissèrent le drapeau grec sur les collines surplombant le village de Rodakino ; l’higoumène devint membre de l’organisation révolutionnaire secrète Filiki Étéria (Φιλική Εταιρεία) et fut le principal dirigeant du soulèvement de 1821 en Crète, qui débuta au monastère de Prévéli. En représailles, les Turcs détruisirent le monastère de Prévéli ; cependant, l’abbé réussit à sauver les moines à temps. Les troupes de Melchissédek, composées de moines du monastère et de civils, participèrent aux différentes batailles se déroulant dans l’ouest de la Crète. Melchissédek fut finalement blessé lors d’une bataille malheureuse près du village de Polémarchi (Πολεμάρχι) de Kissamos, le 5 février 1823, et mourut lors de son transfert au village de Platanias (Πλατανιάς) où il fut enterré. Le monastère de Prévéli fut à nouveau détruit pas les Turcs, mais se releva.

Le monastère de Kato Prévéli fut encore une fois détruit pendant le soulèvement crétois de 1866 à 1869 ; le monastère, dirigé par l’higoumène Agathangélos Papavassiliou (Αγαθάγγελος Παπαβασιλείου), abritait 200 rebelles ; le 7 juillet 1867, le pacha ottoman Réchid (Reşid Paşa) et 8 000 soldats turcs envahirent la contrée et incendièrent le monastère d’en Bas et les fermes du monastère dans les villages voisins. Le monastère de Pisso Prévéli fut sauvé de justesse. L’église Saint-Jean-Baptiste de Kato Moni Prévéli fut rénovée et les installations agricoles et les cellules des moines furent reconstruites sous l’abbatiat de l’higoumène Kallinikos Spitadakis (Καλλίνικος Σπιταδάκης), entre 1870 et 1892. Pendant les trois siècles où les deux monastères de Prévéli coexistèrent, le monastère de Kato Prévéli était plutôt dédié aux activités économiques et à l’hébergement des moines les plus jeunes et des personnels agricoles civils.

Le village d’Assomatos en Crète. La façade nord du monastère Moni Preveli d'En bas. Cliquer pour agrandir l'image.Le monastère d’en Bas se présente comme un ensemble irrégulier de bâtiments construits sur un terrain accidenté, situé à flanc de colline. L’entrée principale se trouvait sur la façade nord du monastère ; sur la gauche de l’aile nord du monastère se trouvait la cuisine, reconnaissable à une haute cheminée impressionnante portant la date de 1816.

Le village d’Assomatos en Crète. Fontaine du monastère de Kato Preveli. Cliquer pour agrandir l'image.Dans l’aile nord se trouvaient des bâtiments de deux étages comprenant de grandes salles voûtées, chacune mesurant 26 m de longueur, 11 m de hauteur et de largeur ; l’une des salles avait des ouvertures sur les murs qui servaient à nourrir le bétail ; la seconde salle était destinée à abriter un pressoir à huile d’olive. Dans l’angle ouest de la façade se trouve la fontaine.

Dans l’aile ouest du monastère, sur deux étages, se trouvaient les appartements de l’higoumène, ainsi que cinq cellules pour l’hébergement des invités officiels ; au rez-de-chaussée il y avait des caves et de petites cellules pour l’hébergement des moines.

Le village d’Assomatos en Crète. Le monastère Moni Preveli d'En bas vu du sud-est avec le mont Kouroupas en arrière-plan. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Dans l’aile sud il y avait d’autres cellules de moines, ainsi que des entrepôts au rez-de-chaussée, pour le stockage des marchandises, et des dortoirs pour le logement du personnel agricole civil. Près de l’entrée sud se trouvaient les ateliers d’artisanat des moines ; il s’agissait notamment d’un atelier de sellier, d’un atelier de menuiserie, d’un atelier de cordonnier, d’un atelier de vannerie et d’un atelier de réparation d’outils agricoles.

En face des ateliers se trouvait la longue salle à manger du réfectoire ; on peut encore y voir une inscription de la date de construction dans le calendrier byzantin ΑΩΔ, c’est-à-dire 1804.

Le village d’Assomatos en Crète. Le monastère Moni Preveli d'En bas. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Au centre de l’ensemble monastique se trouvait une cour où se dressait le catholicon du monastère, dédié à saint Jean le Baptiste. L’église est le seul bâtiment à avoir été restauré ; il s’agit d’une petite église, d’une dizaine de mètres de longueur, dont la nef unique est couverte d’un toit voûté. La façade principale de l’église, à l’ouest, est surmontée d’un clocher à deux cloches ; la date la plus ancienne liée au monastère est la date de 1594, qui est gravée sur une des cloches.

Les icônes du catholicon, les reliques, ainsi que tous les objets liturgiques ont été transférés dans le musée d’art sacré du monastère de Pisso Prévéli.

Hormis l’église la plupart des bâtiments sont en ruines mais ont été sécurisés pour permettre la visite. Le monastère de Kato Prévéli a été ouvert aux visiteurs en 2015 afin de témoigner du passé glorieux du monastère.

Le village d’Assomatos en Crète. L'église du monastère de Kato Preveli. Cliquer pour agrandir l'image.Le village d’Assomatos en Crète. Le monastère Moni Preveli d'En bas. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Le village d’Assomatos en Crète. Le monastère Moni Preveli d'En bas. Cliquer pour agrandir l'image.
Monastère orthodoxeLe monastère de Prévéli de l’Arrière (Πίσω Μονή Πρέβελη / Píso Moní Préveli)
Le village d’Assomatos en Crète. Le monastère de Preveli. Cliquer pour agrandir l'image.Le monastère de Prévéli se trouve à moins de 2 km au sud-ouest de l’ancien monastère de Kato Prévéli ; le monastère est situé à une altitude d’environ 180 m, à moins d’un kilomètre de la côte, dans une sorte de vallon placé entre deux basses collines rocheuses et débouchant sur la mer de Libye par une côte rocheuse escarpée ; du côté nord du monastère, un chemin de terre conduit jusqu’au village de Gianniou (Γιαννιού), à moins de 2 km. Le monastère de Pisso Prévéli se trouve à 9,3 km au sud-est de Plakias, par Giannou et Lefkogia, et à 33 km au sud de Réthymnon ; Piso Prévéli n’est qu’à 5 km, à vol d’oiseau, au sud-ouest de Drimiskos, mais à 33 km, en automobile, par les routes revêtues.

Contrairement au monastère de Kato Prévéli, le nouveau monastère est dans une zone aride éloignée des zones cultivables de la vallée du fleuve Mégalopotamos, qui se jette dans la mer de Libye à environ 1,5 km au sud-est du monastère ; seules quelques oliveraies entourent le monastère. L’emplacement est un lieu magnifique, dominant la mer, plus propice à la méditation qu’aux activités agricoles qui étaient réservées au monastère d’en Bas.

Le village d’Assomatos en Crète. L'entrée du monastère de Preveli. Cliquer pour agrandir l'image.Le monastère de Prévéli de l’Arrière est dédié à saint Jean l’Évangéliste (Άγιος Ιωάννης ο Ευαγγελιστής), nommé par les Grecs saint Jean le Théologien (Άγιος Ιωάννης ο Θεολόγος). Le nom habituel de Piso Moni Prévéli (Πίσω Μοναστήρι του Θεολόγου) signifie que le nouveau monastère se trouve derrière (πίσω), ou à l’arrière du monastère originel, par rapport à la vallée du « Grand Fleuve ».

Le nouveau monastère de l’arrière aurait été fondé vers le XVIe siècle ou le XVIIe siècle, à la même époque où le monastère d’en Bas, Kato Moni Prévéli, était rénové à l’initiative de la famille Prevelis (Πρέβελης) de Réthymnon. À partir de 1878, date à laquelle la Crète a obtenu son autonomie, et surtout après 1898, puis après le rattachement de la Crète à la Grèce, en 1913, le monastère de Prévéli a pu se consacrer pleinement à sa vocation religieuse.

Le village d’Assomatos en Crète. Le mémorial des combats contre les occupants du monastère Moni Preveli. Cliquer pour agrandir l'image.Le monastère de Prévéli joua à nouveau un rôle important pendant l’occupation allemande, lors de la Seconde Guerre mondiale : après la prise de la Crète par les Allemands en mai 1941, de nombreux soldats des dominions britanniques trouvèrent refuge au monastère et furent aidés à s’échapper de Crète par les moines du monastère. Peu après l’entrée du monastère, on peut voir, sur la droite, un mémorial rappelant tous les combats menés par le monastère de Prévéli contre les occupants turcs et allemands. Ce mémorial comprend une fontaine qui a été offerte au monastère, en reconnaissance, par des rescapés australiens et néo-zélandais. Sur la route menant au monastère, à 1 km avant l’entrée, se trouve un autre mémorial dédié à la Résistance des moines de Prévéli pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le village d’Assomatos en Crète. Plan du monastère de Pisso Preveli. Cliquer pour agrandir l'image.Le plan au sol du monastère de Prévéli présente la forme d’une lettre « Π » irrégulière, avec des bâtiments sur les côtés ouest et nord et sur une partie du côté est ; au milieu se trouve plusieurs terrasses qui ont été aménagées par le remblaiement du terrain naturel accidenté avec de la terre, vers 1731 ; au centre de la terrasse supérieure, située à l’ouest, se trouve le catholicon du monastère (n° VI sur le plan).

Le village d’Assomatos en Crète. Le fronton de l'entrée du monastère de Prévéli (auteur Dietmar Rabich). Cliquer pour agrandir l'image.L’entrée dans le monastère se fait par le côté oriental (n° I sur le plan) ; sur le fronton placé au-dessus du portail d’entrée se trouve une mosaïque représentant une effigie de saint Jean l’Évangéliste, avec son aigle emblématique perché sur son épaule, symbole qui lui vaut le surnom d’« Aigle de Patmos » (Αετός της Πάτμου). Le nom officiel du monastère est inscrit en mosaïque sur le fronton « Ιερά Πατριαρχική και Σταυροπηγιακή Μονή Αγίου Ιωάννου του Θεολόγου Πρέβελη » (« saint monastère patriarcal et stavropégique de saint Jean le Théologien de Prévéli »). Dans la cour intérieure, le monastère arbore également le drapeau des églises orthodoxes grecques, orné de l’aigle à deux têtes de l’Empire byzantin sur fond jaune.

L’entrée principale donne accès à la terrasse inférieure du monastère ; sur la droite de cette terrasse se trouve le mémorial ; sur la gauche de la terrasse inférieure, au sud, a été construit le nouveau bâtiment du musée de Prévéli (n° V sur le plan).

On accède à la terrasse intermédiaire par un escalier ; sur la droite de la terrasse intermédiaire se trouve la fontaine du monastère (n° VII sur le plan) ; les besoins en eau du monastère étaient couverts par cette fontaine simplement sculptée, toujours en usage, qui porte la date de ΑΨΑ du calendrier byzantin, c’est-à-dire 1701, surmontée d’une inscription en grec priant : « Lavez vos péchés, pas seulement votre visage » (ΝΙΨΟΝ ΑΝΟΜΗΜΑΤΑ ΜΗ ΜΟΝΑΝ ΟΨΙΝ) ; cette inscription en lettres majuscules forme un palindrome, lisible de gauche à droite et de droite à gauche, mais aussi un ambigramme, c’est-à-dire également lisible dans un miroir.

Le village d’Assomatos en Crète. Le monastère Moni Preveli. Cliquer pour agrandir l'image.Le village d’Assomatos en Crète. La fontaine du monastère Moni Preveli. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Le village d’Assomatos en Crète. Fontaine au monastère de Preveli. Cliquer pour agrandir l'image.Le village d’Assomatos en Crète. Euphorbe au monastère de Preveli. Cliquer pour agrandir l'image.
Le village d’Assomatos en Crète. Le monastère de Preveli. Cliquer pour agrandir l'image.Presque en face de la fontaine se trouve l’entrée d’une longue pièce fermée, autrefois utilisée comme écurie (n° IIX, c’est-à-dire VIII, sur le plan) ; cette salle a abrité le musée du monastère avant la construction du nouveau bâtiment du musée.

Le village d’Assomatos en Crète. Le monastère de Preveli en 1919 (auteur Frédéric Boissonnas). Cliquer pour agrandir l'image.Sur la gauche de l’ancien musée, un escalier permet d’accéder à la terrasse supérieure. Du côté sud cette terrasse offre un splendide panorama sur la côte sud et sur la mer de Libye ; la terrasse est ombragée par un magnifique pin de Calabre où il est de tradition de jeter des pièces de monnaie dans le cœur de l’arbre pour voir ses vœux se réaliser ; dans les branches du pin deux cloches sont suspendues.

Le village d’Assomatos en Crète. Le monastère. Cliquer pour agrandir l'image.Le village d’Assomatos en Crète. Le monastère Moni Preveli. Cliquer pour agrandir l'image.Le village d’Assomatos en Crète. Le monastère Moni Preveli. Cliquer pour agrandir l'image.
Le village d’Assomatos en Crète. Les cellules des moines en 1919 (auteur Frédéric Boissonnas). Cliquer pour agrandir l'image.Sur la droite de la terrasse supérieure, se trouve l’aile nord du monastère qui abrite les cellules des moines, construites sur deux étages (n° II sur le plan), au pied d’une colline rocheuse ; ces bâtiments n’ont pas été rénovés et sont dans un état plutôt médiocre. À son apogée, le monastère de Prévéli a compté plus de quatre-vingt moines.
Le village d’Assomatos en Crète. Cellules du monastère Moni Preveli. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Le village d’Assomatos en Crète. Les cellules du monastère Moni Preveli. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Le village d’Assomatos en Crète. Le monastère Moni Preveli. Cliquer pour agrandir l'image.Le village d’Assomatos en Crète. Le monastère Moni Preveli. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Le village d’Assomatos en Crète. Euphorbe (Euphorbia milii) au monastère Moni Preveli. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).
Le village d’Assomatos en Crète. Monastère de Preveli. Cliquer pour agrandir l'image.À l’extrémité sud de l’aile ouest se dresse le bâtiment qui sert aux réceptions officielles et qui abritait auparavant le musée (n° IV sur le plan). A côté se trouve un grand bâtiment de deux étages (n° III sur le plan), face à l’église, qui abrite au rez-de-chaussée l’ancienne salle de réception, la salle à manger, la cuisine et les celliers à nourriture. Le magasin supérieur, intégrant des éléments néoclassiques simples, comprend une salle spacieuse pour les réunions officielles et des salles plus petites pour accueillir les invités d’honneur.

Le village d’Assomatos en Crète. Église du monastère de Preveli. Cliquer pour agrandir l'image.Il y a une salle à manger officielle, qui est une longue salle au plafond plat, orientée d’est en ouest, avec une croix sur son entrée voûtée donnant la date byzantine de ΑΩΔ (1804). À côté de la salle à manger se trouve l’ancienne auberge du monastère avec des issues sur les montagnes pour faciliter l’évasion des fugitifs en visite.

À côté de cette pièce se trouve la cuisine et la boulangerie, avec des fours à pains, divisée en sections plus petites par trois arcs en ogive hauts. Dans la partie du bâtiment la plus ancienne du monastère, il y a une cuisinière et des caisses en bois pour stocker la farine. Près de l’angle nord-ouest de l’ensemble monastique se trouve un groupe de bâtiments en ruine ; ces bâtiments abritaient les cellules des religieuses, dans lesquelles vivaient autrefois des religieuses qui étaient généralement des parentes des moines (n° IX sur le plan).

Au centre de la cour supérieure se trouve le catholicon du monastère (n° VI sur le plan), construit à côté de l’emplacement d’une église plus ancienne, probablement ornée de fresques, démolie en 1835. La construction de la nouvelle église fut retardée par les Turcs et fut finalement achevée en 1837 ; le catholicon fut consacré cette même année. L’église, comme l’ensemble du monastère, a été détruite pour la dernière fois en 1867 et restaurée en 1911.
Le village d’Assomatos en Crète. Église du monastère de Preveli. Cliquer pour agrandir l'image.Le village d’Assomatos en Crète. Église du monastère de Preveli. Cliquer pour agrandir l'image.Le village d’Assomatos en Crète. L'église du monastère Moni Preveli. Cliquer pour agrandir l'image.
L’église Saint-Jean l’Évangéliste est de grandes dimensions, avec 13,8 m de longueur, 10,8 m de largeur et 7,8 m de hauteur ; l’édifice comprend deux nefs ; la nef de droite est dédiée à saint Jean le Théologien (Άγιος Ιωάννης ο Θεολόγος) et la nef de gauche à l’Annonciation de la Vierge (Ευαγγελισμός της Θεοτόκου). Les murs latéraux des nefs, épais de 1,5 m à leur base, sont percés chacun de deux fenêtres surmontées d’un arc en ogive ; au-dessus se trouvent des frontons, également en forme d’arcs brisés. Dans le mur latéral de la nef de droite une porte a été percée plus tard, qui donne accès à la sacristie de l’église.
Le village d’Assomatos en Crète. L'église du monastère Moni Preveli. Cliquer pour agrandir l'image.Le village d’Assomatos en Crète. Église du monastère de Preveli. Cliquer pour agrandir l'image.Le village d’Assomatos en Crète. L'église du monastère Moni Preveli. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Le village d’Assomatos en Crète. L'église du monastère Moni Preveli. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Le village d’Assomatos en Crète. Église du monastère de Preveli. Cliquer pour agrandir l'image.Le village d’Assomatos en Crète. Église du monastère de Preveli. Cliquer pour agrandir l'image.
La façade principale, qui se trouve à l’ouest, réunit les deux nefs ; cette façade est seulement percée de deux portes, une porte pour chacune des nefs, et de deux oculi ajourés, placés en haut des nefs pour assurer l’aération de l’édifice. Les seules décorations de la façade sont les encadrements de porte en marbre ; ces encadrements ont été construits en 1911, pendant l’abbatiat de l’higoumène Neilos Volanakis (Νείλος Βολανάκης), en remplacement des encadrements de portes beaucoup plus rudimentaires datant de 1835. Au-dessus du linteau de chacune des portes, se trouve une frise à méandres, décorée de motifs végétaux de vignes, et une croix grecque avec l’acronyme ΙΝΒΙ (Ιησούς Ναζωραίος Βασιλεύς των Ιουδαίων) (« Jésus de Nazareth Roi des Juifs » ; au-dessus de la frise un bas-relief montre l’aigle byzantin à deux têtes, emblème de l’église orthodoxe. Le haut de la façade est surmonté d’une corniche sculptée ; au-dessus de la corniche se dresse un clocher à trois cloches qui est le clocher de l’église d’origine, datant de 1629.
Le village d’Assomatos en Crète. L'église Saint-Jean de Moni Prévéli. Cliquer pour agrandir l'image.Le village d’Assomatos en Crète. Église du monastère de Preveli. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Le village d’Assomatos en Crète. Église du monastère de Preveli. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Le village d’Assomatos en Crète. Église du monastère de Preveli. Cliquer pour agrandir l'image.Le village d’Assomatos en Crète. L'église du monastère Moni Preveli. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Le village d’Assomatos en Crète. Église du monastère de Preveli. Cliquer pour agrandir l'image.Le village d’Assomatos en Crète. L'église Saint-Jean de Moni Prévéli. Cliquer pour agrandir l'image.
Le village d’Assomatos en Crète. L'église du monastère Moni Preveli. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).L’intérieur du catholicon présente une magnifique décoration, restée inchangée depuis le XIXe siècle, à l’exception des carreaux de faïence recouvrant le sol. Les deux nefs de l’édifice communiquent par une arcade de trois arcs en plein cintre soutenus par de solides piliers aux chapiteaux et aux bases simples ; au milieu des arcs sont sculptés des fleurons ; à l’arc du milieu est suspendu un lustre d’argent portant des bougeoirs ; ce lustre, qui pèse 30 kg, provient de Constantinople et a été installé dans l’église Saint-Jean en 1845.

Près du premier pilier de l’arcade se trouve la chaire, dont l’escalier s’enroule autour du pilier. Cette chaire, richement décorée, est en bois sculpté et doré ; sa base est formée par trois panneaux de bois triangulaires sur lesquels sont peintes des images des apôtres. Adossé au mur sud de la nef de saint Jean se trouve un magnifique trône patriarcal.

Près du deuxième pilier se dresse la châsse à cinq côtés en bois sculpté ; dans la châsse se trouve une icône de saint Jean l’Évangéliste et, au-dessus de la châsse, sur le chapiteau du pilier, une icône de saint Charalampe (Άγιος Χαράλαμπος / Ágios Charálampos), avec des scènes de sa vie. Ces deux icônes sont des œuvres d’un artiste, qui n’est connu que sous le nom de « Peintre de Sfakia », qui a travaillé vers 1830, un représentant de la fin de l’école crétoise.

Le village d’Assomatos en Crète. Église du monastère de Preveli. Cliquer pour agrandir l'image.L’objet le plus précieux de l’église Saint-Jean est une croix reliquaire de vermeil, c’est-à-dire d’argent plaqué d’or ; elle mesure 56 cm de hauteur et 25 cm de largeur. Cette croix a été acquise par le monastère sous l’abbatiat d’Ephraïm Prévélis (Εφραίμ Πρέβελης), dans la seconde moitié du XVIIIe siècle ; la croix est surnommée « Croix miraculeuse d’Ephraïm Prévélis » (Ο θαυματουργός Σταυρός του Ευφραίμ Πρέβελη). Dans un globe de cristal serti dans le pied de la croix se trouve en effet un morceau de bois réputé être un fragment de la Sainte Croix de la crucifixion du Christ. On attribue à cette croix des pouvoirs miraculeux pour le traitement de maladies graves, notamment pour guérir les aveugles. La croix est portée en procession lors de la fête des Quatre Évangélistes, le 8 mai. La fête du monastère a lieu le 14 septembre, jour de l’exaltation de la Sainte Croix.

Le catholicon du monastère recèle une belle iconostase en bois de cyprès ; cette iconostase date de 1836 et a été peinte dans les années 1840 - 1841 par de bons peintres locaux, mais elle comprend aussi quelques icônes provenant de la première église du monastère. La porte de l’iconostase date aussi de 1750. Pendant le soulèvement crétois de 1866, l’iconostase et les icônes furent démontées et cachées dans des grottes voisines pour éviter leur destruction ou leur vol par les Turcs, de même que les objets précieux.

Le village d’Assomatos en Crète. Icône de l'Apocalypse par Michalis Prevelis vers 1750. Cliquer pour agrandir l'image.Un grand nombre d’autres icônes sont présentées dans le musée du monastère de Prévéli (Μουσείο Μονής Πρέβελης) ; ce musée se trouve dans la cour inférieure, immédiatement sur la gauche après l’entrée (n° V sur le plan) ; auparavant le musée se trouvait sous la terrasse supérieure, dans une salle voûtée allongée et basse qui était les anciennes étables ou écuries (n° IIX sur le plan). Le musée présente également des objets liturgiques, tels que des calices, des croix dorées et des ex-voto de pèlerins, et des retables des XVIIe et XVIIIe siècles, ainsi que des habits sacerdotaux richement brodés.

Le village d’Assomatos en Crète. Icône de la Création de l'Homme par Michalis Prevelis vers 1750. Cliquer pour agrandir l'image.Une centaine d’icônes portatives anciennes sont exposées, datant de la première moitié du XVIIe siècle à la fin du XIXe siècle ; beaucoup de ces icônes proviennent de l’ancien monastère de Kato Prévéli, d’où elles ont été transférées pour être mises à l’abri ; la plupart de ces icônes ont été peintes par des moines du monastère. On peut voir notamment des icônes peintes par le moine Michalis Prevelis (Μιχαήλ Πρέβελης) vers le milieu du XVIIIe siècle ; Michalis Prevelis ne faisait pas partie de la famille des Prevelis mais avait pris ce nom d’artiste en référence à son appartenance au monastère de Prévéli ; cinq icônes de Michalis Prevelis sont présentées, notamment une « Apocalypse » et une « Création de l’Homme ».

On peut aussi voir deux candélabres d’argent offerts par des soldats, en marque de reconnaissance pour leur sauvetage pendant la Seconde Guerre mondiale.

La visite du musée est comprise dans le prix d’entrée du monastère ; les photographies sont strictement interdites.

Le village d’Assomatos en Crète. Basse-cour du monastère Moni Preveli. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).En contrebas des terrasses du monastère, du côté sud, jouxtant l’oliveraie, se trouve la basse-cour où on peut observer des canards, des dindons et des paons, mais aussi des chèvres sauvages de Crète, dénommées kri-kris, et même des daims dont des bois décorent une croix (n° XI sur le plan).

Le village d’Assomatos en Crète. Ferme du monastère de Preveli. Cliquer pour agrandir l'image.

Le village d’Assomatos en Crète. La chapelle du cimetière du monastère de Preveli. Cliquer pour agrandir l'image.À l’extérieur de l’enceinte du monastère, à gauche de l’entrée principale et accessible depuis le parc de stationnement, se trouve un petit cimetière pittoresque, avec sa chapelle de la Sainte-Trinité et un ossuaire en forme d’église (n° X sur le plan).

Visite du monastère de Prévéli :

Horaires : tous les jours, de 9 h à 18 h (17 h en hiver) ; fermé de 13 h 30 à 15 h 30. Les horaires sont souvent modifiés ; se renseigner avant de venir.

Téléphone : 00 30 28320 31246.

Prix d’entrée : 3 €. Pour contribuer à la restauration du monastère.

Site sur la Toile : www.preveli.org.

Tenue décente exigée. Photographies interdites en intérieur.

MémorialLe mémorial de la Résistance de Prévéli
Dans la continuation de son rôle de centre de résistance pendant l’occupation ottomane de la Crète, le monastère de Prévéli joua un rôle important dans la résistance aux occupants allemands pendant la Seconde Guerre mondiale. Le 20 mai 1941, les Allemands avaient lancé une audacieuse invasion aéroportée de la Crète, en s’emparant de l’aérodrome de Malémé, près de La Canée. L’île était défendue par environ 42 000 hommes : 32 000 soldats britanniques ou du Commonwealth britannique, principalement des Australiens et des Néo-zélandais, ainsi qu’environ 10 000 Grecs.

Le 1er juin, en seulement une douzaine de jours, la Wehrmacht avait conquis l’ile. Sur la trentaine de milliers de soldats britanniques, 3 600 furent tués, 12 000 furent faits prisonniers et environ 16 000 purent être évacués par la Royal Navy à partir du 28 mai 1941, principalement depuis le port de Chora Sfakion, après avoir traversé l’île du nord au sud.

Le village d’Assomatos en Crète. Le sous-marin Torbay à Plymouth en 1943 (auteur Imperial War Museum). Cliquer pour agrandir l'image.Cependant, environ 200 soldats, dispersés par les combats, ne purent pas être évacués ; ces soldats furent secourus par la population crétoise, cachés dans des grottes connues seulement de la population locale, et acheminés vers le monastère de Prévéli. Le 26 juillet 1941 un groupe de soldats australiens réussit à signaler leur présence à un sous-marin britannique, le « Thrasher », au moyen de signaux lumineux. Le « Thrasher » put embarquer 78 soldats depuis la plage de Prévéli, mais dut laisser une centaine d’hommes sur l’île. Ces hommes furent évacués près d’un mois plus tard, le 18 et le 19 août, par un autre sous-marin, le « Torbay » ; un des sous-mariniers, le Néo-zélandais Philipp Le Gros, surnommé « Froggy » pour ses origines françaises, nagea jusqu’à l’embouchure du fleuve Mégalopotamos et tendit un filin entre le sous-marin et la plage ; 130 hommes purent suivre le filin pour s’embarquer sur le sous-marin. Le « Torbay », un sous-marin de la classe « Triton », qui avait normalement un équipage de 59 marins et officiers, navigua avec près de 200 hommes à son bord jusqu’au port d’Alexandrie, en Égypte, distant de près de 400 milles nautiques.

Les Allemands furent informés de cette seconde évacuation et du rôle joué par les moines du monastère de Prévéli, qui était dirigé depuis 1936 par l’higoumène Agathangélos Lagouvardos (Αγαθάγγελος Λαγουβάρδος). Le 25 août les troupes allemandes arrivèrent au monastère de Prévéli ; l’higoumène avait déjà quitté le monastère par précaution ; les moines du monastère de Kato Prévéli virent arriver les Allemands et purent quitter les lieux rapidement ; les soldats confisquèrent toutes les marchandises et le bétail qu’ils pouvaient emporter, détruisirent le reste des biens et endommagèrent le monastère d’en Bas. Une partie des soldats se dirigea vers le monastère de Pisso Prévéli ; ils interrogèrent brutalement les moines et les emmenèrent comme prisonniers à la forteresse de Firkas à La Canée. Grâce à l’intervention du métropolite de Kydonia et de l’Apokoronas (Ιερά Μητρόπολη Κυδωνίας και Αποκορώνου), Agathangelos Xirouchakis (Αγαθάγγελος Ξηρουχάκης), les moines furent rapidement libérés et purent retourner dans leur monastère. L’higoumène Lagouvardos se cacha dans les montagnes, d’où il dirigea son monastère ; en 1942, pour des raisons de santé, il quitta la Crète pour le Proche-Orient où il devint aumônier des troupes grecques. Il mourut le 25 octobre 1944 à Alexandrie, en Égypte, deux jours avant de revenir en Grèce, dans des circonstances peu claires ; les relations de l’higoumène avec les Britanniques s’étaient dégradées et ceux-ci ne souhaitaient pas le voir rentrer en Grèce, ce qui suscita des rumeurs.

Le village d’Assomatos en Crète. Le mémorial de la Résistance de Moni Preveli (auteur Harald Kellner). Cliquer pour agrandir l'image dans Panoramio (nouvel onglet).Après la Seconde Guerre mondiale, le rôle du monastère de Prévéli et de l’higoumène Lagouvardos dans la lutte contre l’occupant allemand a été largement reconnu ; au début des années 2000 un mémorial a été édifié sur la gauche de la route conduisant au monastère, à peu près 1 km avant d’arriver au monastère. Ce mémorial présente deux statues en bronze, grandeur nature : une statue de l’higoumène, armé d’un fusil, et une statue d’un combattant anonyme du Commonwealth britannique.

En hommage au monastère de Prévéli, une ville nouvelle, fondée sur la côte sud-ouest de l’Australie, a été nommée Prevelly ; ce nom a été donné par un soldat australien rescapé de Crète, avec l’aide des moines du monastère, Geoff Edwards, qui construisit, en 1979, une chapelle dédiée à saint Jean le Baptiste, en l’honneur du monastère.

Le site du mémorial offre, en outre, de belles vues sur la mer de Libye.

Jardin de palmiersLa palmeraie de Prévéli (Φοινικόδασος Πρέβελη / Foinikódasos Préveli)
Le village d’Assomatos en Crète. La palmeraie de Prévéli (auteur Olaf Tausch). Cliquer pour agrandir l'image.Au sortir de la partie la plus encaissée des gorges de Prévéli (Φαράγγι Πρέβελης), le fleuve Mégalopotamos s’écoule dans une vallée aux versants escarpés dans laquelle se trouve l’une des quelques palmeraies naturelles de l’île, la palmeraie de Prévéli (Φοινικόδασος Πρέβελη). Cette palmeraie est constituée non de palmiers-dattiers communs (Phoenix dactylifera), mais de palmiers autochtones de l’île, des palmiers de Crète, ou palmiers de Théophraste (Phoenix theophrasti). La palmeraie de Prévéli est la deuxième plus grande palmeraie de Crète après la palmeraie de Vaï, située sur la côte orientale de l’île. C’est la palmeraie de Prévéli qui a donné son nom au canton de Finikas (Δημοτική ενότητα Φοίνικα) dont Plakias est le chef-lieu.

Le 21 et le 22 août 2010, la partie inférieure de la palmeraie de Prévéli, située à l’arrière de la plage, a été presque entièrement détruite par un incendie ; la forêt de palmiers s’est en partie reconstituée, mais il faudra 30 ans pour qu’elle se reconstitue entièrement. Le nom du palmier en grec « φοίνικας » a la même étymologie que le nom de l’oiseau mythique, le phénix (φοίνιξ), qui avait le pouvoir de renaître de ses cendres.

Il est strictement interdit de camper dans la palmeraie, comme beaucoup en avaient l’habitude.

PlageLa plage de Prévéli (Παραλία Πρέβελη / Paralía Préveli)
Le village d’Assomatos en Crète. La plage de Preveli et la plage d'Ammoudi de Drimiskos (auteur Uoaei1). Cliquer pour agrandir l'image.Par son cadre pittoresque, la plage de Prévéli est sans doute une des plus belles plages, sinon la plus belle plage de Crète ; la plage est située à l’embouchure du fleuve Mégalopotamos (Μεγαλοπόταμος), qui coule tout au long de l’année, adossée à une palmeraie naturelle, au sortir de gorges spectaculaires ; l’embouchure du fleuve est barrée par une barre de sable qui crée une sorte de ria longue de plus de 300 m ; il est ainsi possible de se baigner aussi bien dans l’eau de la mer de Libye, que dans l’eau douce, et beaucoup plus fraîche, du fleuve.

L’attrait de cette plage est tel que cette plage est très fréquentée, malgré sa difficulté d’accès :

  • Le village d’Assomatos en Crète. Le chemin d'accès à la plage de Preveli (auteur Olaf Tausch). Cliquer pour agrandir l'image.l’accès le plus utilisé se fait par un sentier escarpé qui descend vers la plage depuis un parc de stationnement dédié à la plage de Prévéli, situé au sommet d’un promontoire qui domine la plage au nord-ouest. Ce parc de stationnement est le terminus de la route qui traverse l’île du nord au sud depuis Réthymnon, à travers les gorges de la Kourtaliotis, environ 600 m après la bifurcation vers le monastère de Prévéli ; le stationnement est payant, mais d’un prix modéré. Le sentier débute au sud du parc de stationnement et conduit en 20 ou 30 min de marche jusqu’à la plage, avec une distance d’environ 500 m et un dénivelé de 120 m, soit une pente moyenne de plus de 20 % ; au retour, la remontée est plutôt pénible, exposée plein sud ; il est recommandé de se protéger du soleil. À peu près à mi-chemin un belvédère permet d’admirer la plage de Prévéli, mais aussi la plage d’Ammoudi de Drimiskos et la côte jusqu’au cap Mélissa. Arrivé au niveau de la plage il faut marcher dans l’eau pour traverser le lit peu profond du fleuve, car il n’y a pas de pont.
  • il est possible d’accéder à la plage de Prévéli par le côté oriental, depuis la plage d’Ammoudi de Drimiskos (Δρυμισκιανό Αμμούδι) qui est accessible en automobile par une piste de terre ; près de l’ancien monastère de Kato Prévéli, il faut passer sur la rive gauche du fleuve par la passerelle construite en aval du Grand Pont et suivre la route d’Assomatos à Drimiskos ; après environ 3 km, bifurquer à droite vers le sud en empruntant la piste, carrossable mais tortueuse, qui conduit à la plage d’Ammoudi en longeant les gorges des Hirondelles. On peut se garer gratuitement près de la plage d’Ammoudi, où se trouvent une taverne et une auberge ; du côté ouest de la plage, un sentier, de 250 m de longueur, permet de franchir le promontoire qui sépare la plage d’Ammoudi de la plage de Prévéli.
  • il est également possible de venir à la plage de Prévéli par des bateaux-taxis partant du port de Plakias (Aller au port de Plakias avec Google Maps (35.193724, 24.379762)), à 7 milles nautiques, ou du port d’Agia Galini (Aller au port d’Agia Galini avec Google Maps (35.095857, 24.689037)), à 13 milles nautiques ; c’est moins fatigant mais c’est plus cher.

Le village d’Assomatos en Crète. La plage de Preveli (auteur Olaf Tausch). Cliquer pour agrandir l'image.La plage de Prévéli est une plage de dimensions plutôt modestes, avec environ 200 m de longueur. La plage est une plage de sable et de fins graviers, charriés par le fleuve Mégalopotamos ; l’embouchure du fleuve est barrée par une sorte de banc de sable, comme le « Lido » de Venise, sans doute d’origine naturelle, mais qui est soigneusement entretenue par les exploitants de la plage ; ce cordon littoral forme en effet une sorte de lagune dans l’estuaire du fleuve, à l’arrière de la plage, ce qui ajoute à l’attrait de la plage. Un gros rocher, en forme de champignon pour les uns, en forme de cœur pour d’autres, plus romantiques, se dresse à quelques mètres du rivage.

La plage de Prévéli n’est pas une plage surveillée et, en raison de sa difficulté d’accès, n’est pas très bien nettoyée ; en haute saison la plage de Prévéli peut être très fréquentée. À l’extrémité occidentale de la plage, près du débouché du chemin d’accès, se trouve un petit café qu’il est préférable d’éviter ; les tavernes de la plage d’Ammoudi, à seulement 5 min de là, sont plus recommandables.

Du côté oriental de la plage se trouve une petite chapelle dédiée à saint Sabas (Παρεκκλήσι Αγίου Σάββα), datant du XIVe siècle ou du XVe siècle.

Informations pratiquesInformations pratiques

MétéorologieMétéo et prévisions

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Via Gallica > Grèce > Mer Égée > Île de Crète > Département de Réthymnon > Spili > Assomatos
Sujets plus détaillés
Sujets proches
Le village d’Assomatos en Crète
Le village de Plakias en Crète
Sujets plus larges
Grèce
Le massif du Psiloritis en Crète
La ville de Réthymnon en Crète
La ville de Pérama en Crète
La ville d’Anogia en Crète
La ville d’Agia Fotini en Crète
La ville de Spili en Crète
Naviguer sur ce Site
[Sujet ascendant] [Sujet suivant] [Page d’accueil] [Grèce] [Via Gallica]
Chercher sur ce Site
Chercher sur la Toile
Recommander cette page
Recommander ce site
Traduire cette page
AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.