AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.
Recherche personnalisée

La ville de Kos, ou Cos, île de Kos

[Sujet précédant] [Sujet ascendant] [Sujet suivant] [Page d’accueil] [Grèce] [Via Gallica]
Rubriques[Photos] [Présentation] [Situation] [Visites] [Culture] [Informations pratiques] [Autres sujets]Page éditée

PrésentationPrésentation

Présentation généraleGénéralités
La ville de Kos (πόλη της Κω), ou Cos, est la capitale, le centre touristique et culturel, et le port principal de l’île de Kos dans le Dodécanèse. Sa population résidente est de 18000 habitants.
ÉtymologieÉtymologie et toponymie
Kos, ou Cos, porta de nombreux noms différents au cours de son histoire compliquée : les Grecs anciens la nommaient déjà Kos (Κως), mais les Romains lui donnèrent le nom de Coos ou Cous ; à la fin du Moyen Âge, pour les Vénitiens, les Génois, puis les Chevaliers de Saint-Jean, elle était Lango (peut-être en raison de la forme allongée de l’île). Les Turcs ottomans, qui l’occupèrent pendant près de quatre siècles, la nommaient İstanköy (que les Européens retranscrivaient Stankou). Pendant leur domination de l’île, les Italiens la nommèrent Coo.

SituationSituation

La ville de Kos vue depuis le ferry de Bodrum. Cliquer pour agrandir l'image.La ville de Cos se trouve à l’extrémité nord-est de l’île de Kos.

Le port de Kos se trouve à 119 km de la ville de Rhodes, et à 370 km du Pirée, le port d’Athènes, mais à seulement 21 km de la ville de Bodrum en Anatolie turque.

VisitesVisites

Plan de la ville de Kos. Cliquer pour agrandir l'image.Lorsque l’on arrive à Kos par la mer, la ville offre un spectacle enchanteur avec la majestueuse forteresse des Chevaliers qui s’impose au premier plan, alors qu’à l’arrière-plan se dressent les montagnes du centre de l’île. L’imposant château de Cos (le Kástro dans la langue locale) protège le chenal du port de Mandraki qui s’ouvre sur la droite : Mandraki est une rade presque circulaire qu’entoure la promenade maritime Akti Kountouriotou (Ακτή Κουντουριώτου) bordées de palmiers et de terrasses de cafés ; à gauche du château, c’est la promenade maritime Akti Miaouli (Ακτή Μιαούλη) qui commence ; elle se prolonge par les avenues Vasileos Georgiou (Λεωφόρος Βασιλέως Γεωργίου) et Georgiou Papandreou (Λεωφόρος Γεωργίου Παπανδρέου), qui mènent jusqu’aux plages de Psalidi, d’Agios Fokas et de Therma Loutra.

Derrière le château, et reliée à lui par un pont, se cache la Place du Platane (Platía tou Platánou / πλατεία του πλατάνου) qui doit son nom au platane d’Hippocrate sous lequel le célèbre médecin aurait enseigné à ses disciples.

Un bougainvillée, boulevard Hippocrate à Kos. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).Une bignone grimpant sur un palmier, boulevard Hippocrate à Kos. Cliquer pour agrandir l'image.Un séisme dévastateur en 1933 a permis une refonte de l’urbanisme de Cos qui est devenue une ville moderne et aérée, sillonnée par de larges artères ombragées de pins ou de palmiers et ornées de bougainvillées, de lauriers roses et d’hibiscus rouges, tel le boulevard des Palmiers (Λεωφόρος των Φοινίκων) qui sépare le château de la ville médiévale ou le boulevard Hippocrate (Λεωφόρος Ιπποκράτους) qui borde le site archéologique de l’ancienne agora. Ces boulevards mènent à la grande place centrale, la Place de la Liberté (Platia Eleftherias / πλατεία Ελευθερίας), où s’élève l’une des deux plus belles mosquées de la ville avec son haut minaret, rappelant le passé ottoman de l’île où vit encore une importante minorité musulmane.

Le tremblement de terre a révélé en plein centre de la ville des îlots entiers de ruines hellénistiques et romaines, dont les pierres blanches s’intègrent à merveille au paysage urbain ; mais ce séisme a épargné une partie de la vieille ville de Kos centrée autour des rues piétonnes Ifestou et Apellou : c’est le quartier animé où l’on aime se promener, avec des magasins branchés, des restaurants et des bars. La rue piétonne conduit jusqu’au site archéologique de l’ouest, vaste zone comprenant, entre autres vestiges, ceux de maisons ornées de mosaïques et de fresques.

L’Église Sainte-Parascève (Agia Paraskevi)
L'église Agia Paraskevi à Kos. Cliquer pour agrandir l'image.L’église Agia Paraskevi (Αγία Παρασκευή) fut édifiée pendant les années 1932 et 1933 non loin de la Place Eleftherias ; c’est une église de grande taille qui se trouve sur une terrasse située au bout de la rue Ipsilandou, et qui domine le marché couvert de Kos. Paraskevi (Parascève en français) signifie « préparation », c’est-à-dire préparation du sabbat. L’église est le siège du métropole de Kos, l’équivalent d’un évêché.

L’intérieur de l’église est entièrement décoré de magnifiques peintures murales dans le style byzantin traditionnel. Chaque peinture fut parrainée par une famille de Cos dont on peut lire le nom en bas de l’image. Sur la voûte, on peut voir : à droite, entre le dôme et le portail ouest : « La Naissance de Jésus », « La Présentation de Jésus au Temple » et « Le Baptême de Jésus ». Sur la gauche, on peut voir, d’ouest en est : « Le Christ devant Pilate », « La Crucifixion de Jésus-Christ » et « La Descente du Christ aux Enfers ». Dans la scène de la crucifixion, on remarque que le sang coule des plaies des pieds du Christ sur un crâne placé sous la croix. Il s’agit du crâne d’Adam, le premier homme. Cela symbolise que le sacrifice du sang de Jésus apporte aux hommes la vie éternelle. La « Descente aux enfers du Christ » est un thème du nouveau testament auquel les églises occidentales portent moins d’attention que les églises orientales. Après sa mort sur la croix et avant sa résurrection, Jésus descend aux Enfers et sauve de la damnation Adam et Eve, représentant de tous les défunts.

Visite tous les jours, de 7 h à 12 h et de 17 h à 20 h.

L'église Agia Paraskevi à Kos. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).L'église Agia Paraskevi à Kos. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).L'église Agia Paraskevi à Kos. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).
Le Marché Municipal
Le marché municipal de Kos. Cliquer pour agrandir l'image.
Le marché municipal couvert de Kos. Cliquer pour agrandir l'image.Le marché municipal couvert de Kos. Cliquer pour agrandir l'image.Le marché municipal couvert de Kos. Cliquer pour agrandir l'image.
Les Ports de Kos
Le port de MandrakiLe terminal des ferriesLe port de plaisance (marina)
Le port de Mandraki vu depuis le bastion Carretto. Cliquer pour agrandir l'image.Le terminal des ferries à Kos vu depuis le château de Neratzia. Cliquer pour agrandir l'image.La marina de Kos vue depuis le château de Neratzia. Cliquer pour agrandir l'image.
Les Plages
La plage de Psalidi à Kos (auteur losangeles1947). Cliquer pour agrandir l'image dans Flickr (nouvel onglet).La source thermale d'Embros à Kos (auteur Karelj). Cliquer pour agrandir l'image.Les plages les plus proches de la ville de Kos sont bondées en été : la plage la plus proche est la plage de Lambi, à 2 km au nord-ouest.

On retrouve un peu de tranquillité en allant vers les plages de Psalidi (à 3 km), à proximité du camping, Agios Fokas (à 8 km) et Embros Therma (à 12 km), également connue comme Therma Loutra, et sa source thermale d’eau sulfureuse qui élève un peu la température de l’eau de mer.

InformationsInformations pratiques

MétéorologieMétéo et prévisions
L’Office de Tourisme de Kos
Adresse : 1 rue Vasileos Georgiou. Sur le quai, à gauche du débarcadère des hydroptères (Flying Dolphins), dans l’ancienne auberge Gelsomino.

Téléphone : 00 30 22420 24 460

Horaires d’été (du 1er juin au 15 octobre) : du lundi au vendredi, de 8 h à 20 h, le samedi, de 9 h à 14 h.

Horaires d’hiver (du 16 octobre au 31 mai) : du lundi au vendredi, de 8 h 14 h 30.

Site web : www.kos.gr (en grec!)

Les Excursions à Bodrum
Le terminal des ferries à Kos vu depuis le château de Neratzia. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).L’île de Kos est reliée au port turc de Bodrum (l’ancienne Halicarnasse) une fois par jour en ferry (50 minutes) ou en hydroglisseur (20 minutes). Se munir des documents nécessaires pour passer la frontière turque.

Le port de ferry de l’île se trouve à l’extrémité nord de la péninsule où se trouve le château de Neratzia.

HôtelsHôtels
RestaurantsRestaurants

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Sujets plus détaillés
La ville de Kos, île de Kos - Plan interactif
La ville de Kos, île de Kos - La ville gréco-romaine
La ville de Kos, île de Kos - La ville byzantine
La ville de Kos, île de Kos - La ville médiévale
La ville de Kos, île de Kos - Le château de Neratzia
La ville de Kos, île de Kos - La ville ottomane
La ville de Kos, île de Kos - La ville italienne
Le village de Platani, île de Kos
Le village et la source thermale d'Empros, île de Kos
Sujets proches
L'île de Kos - Carte interactive
La ville de Kos, ou Cos, île de Kos
Le site de l'Asclépiéion de Kos, île de Kos
La ville d'Asfendiou, île de Kos
La ville de Pyli, île de Kos
La ville d'Andimahia, ou Antimachia, île de Kos
La ville de Kardamena, île de Kos
La ville de Kéfalos, île de Kos
L'île de Kos en mer Égée - L'histoire de l'île
Sujets plus larges
Page d'accueil
L'île de Kos, ou Cos, en mer Égée
L'île de Symi en mer Égée
L'île de Rhodes en mer Égée
Sujet précédant ] [ Sujet ascendant ] [ Sujet suivant ]
Recommander cette page :
Recommander ce site :
Recherche personnalisée
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.