AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.
Recherche personnalisée

La ville de Kos, île de Kos - La ville ottomane

[Sujet précédant] [Sujet ascendant] [Sujet suivant] [Page d’accueil] [Grèce] [Via Gallica]
Rubriques[Photos] [Présentation] [Situation] [Visites] [Culture] [Informations pratiques] [Autres sujets]Page éditée

PrésentationPrésentation

Présentation généraleGénéralités
Le 5 janvier 1523, après la chute de Rhodes, les Chevaliers de Saint-Jean durent remettre l’île de Kos aux forces du sultan Soliman le Magnifique ; commença alors une longue occupation ottomane de 390 années. Kos devint une province (kaymakamlığı) de la Rhodes ottomane. Comme Rhodes, et contrairement à d’autres îles du Dodécanèse, Kos souffrit de lourds impôts sous le joug ottoman. La domination turque sur Kos prit fin en 1912 à l’issue de la guerre italo-turque, où l’Italie envahit l’Afrique du Nord ottomane et les îles du Dodécanèse.

Durant les 390 ans d’occupation turque, l’île subit une immigration musulmane dont il reste de nos jours une importante population d’un millier de personnes ; en effet après le passage sous la domination italienne, l’île de Kos ne fut pas concernée par les « transferts de population » entre la Grèce et la Turquie prévus par le traité de Lausanne de 1923.

ÉtymologieÉtymologie et toponymie
Sous l’occupation ottomane, l’île et la ville de Kos se nommaient Istanköy en turc ; les Européens transcrivaient le nom en Stankou.

VisitesVisites

Pendant l’occupation ottomane la ville de Kos avait toutes les caractéristiques typiques des villes dites villes-bazars : le tsarsi (place du marché) était situé au centre ville, sur la Place du Platane. À l’extérieur des murs médiévaux, la ville fut divisée en quartiers (mahalle), avec plusieurs quartiers musulmans, un quartier juif et un quartier chrétien.

Aujourd’hui les traces de la domination ottomane sur Kos sont encore très visibles ; parmi les monuments les plus importants du passé musulman de Kos on remarque : la mosquée du Defterdar sur la place principale de la ville (Place Eleftherias), la mosquée du Pacha Gâzi Hassan et une fontaine du XVIIIe siècle, toutes deux situées sur la Place du Platane, le hammam Anatolie et la vieille ville ottomane de Haluvazia.

La Place du Platane (πλατεία του πλατάνου)
La Place du Platane (Platia tou Platanou) doit son nom au « Platane d’Hippocrate », certes vieux de plusieurs siècles, mais pas assez vieux pour que le célèbre médecin ait enseigné à ses disciples sous son ombre.

Une fontaine comportant des inscriptions en langue arabe a été placée à côté de l’arbre par l’ancien gouverneur turc Gazi Hassan ; ces inscriptions indiquent que l’eau de cette fontaine est l’« Eau d’Hippocrate ».

Ce platane, très apprécié par les touristes, fut le théâtre d’évènements tragiques : le 25 mars 1821, le peuple grec se souleva contre l’occupant turc ; les habitants de Kos se rallièrent au soulèvement autour de leur archevêque, qui officiait sous l’autorité directe du Patriarcat œcuménique de Constantinople. Les habitants de Kos payèrent très cher leur ralliement : le 11 juillet 1821, les Turcs pendirent, en représailles, 90 patriotes, dont un grand nombre de popes, sous le platane d’Hippocrate. Selon un témoignage écrit du voyageur français Pouqueville les Turcs décapitèrent au total 900 chrétiens de Kos.

Le Patriarche Grégoire V de Constantinople fut également pendu, à Istamboul, et son corps jeté dans le Bosphore ; une rue de Kos perpétue son souvenir, l’avenue du Patriarche Grégoire V (Λεωφόρος Πατριάρχου Γρηγορίου Πέμπτου), communément nommée avenue Grigoriou.

La ville de Kos, île de Kos - La ville ottomane - La place du platane à Kos. Cliquer pour agrandir l'image.La ville de Kos, île de Kos - La ville ottomane - La place du platane à Kos. Cliquer pour agrandir l'image.La ville de Kos, île de Kos - La ville ottomane - La place du platane à Kos. Cliquer pour agrandir l'image.
La Mosquée du Pacha Gâzi Hassan
La ville de Kos, île de Kos - La ville ottomane - La mosquée du Pacha Gâzi Hassan à Kos. Cliquer pour agrandir l'image.La ville de Kos, île de Kos - La ville ottomane - La mosquée du pacha Gâzi Hassan (auteur bazylek100). Cliquer pour agrandir l'image dans Flickr (nouvel onglet).La mosquée de la Loggia (Τζαμί της Λότζιας), également nommée mosquée du Pacha Gâzi Hassan (Τζαμί του Γαζή Χασάν Πασά) se dresse près de la Place du Platane. Cette mosquée du XVIIIe siècle fut bâtie, en 1786, avec le soutien du pacha (amiral) Gâzi Hassan (Gazi Hasan Paşa), gouverneur de Kos. Elle est également nommée mosquée de la Loggia en raison de la galerie couverte visible sur le côté nord.

Des matériaux provenant de vestiges romains furent utilisés dans la construction de cette imposante mosquée ; on pense que la mosquée fut bâtie sur les vestiges de la basilique byzantine Saint-Georges. La mosquée a deux étages et un impressionnant minaret ; elle a un caractère monumental, et une de ses caractéristiques remarquables est le double ligne de fenêtres typiques de l’art islamique.

La ville de Kos, île de Kos - La ville ottomane - La mosquée Pacha Gâzi Hassan à Kos (auteur Marcel Louwes). Cliquer pour agrandir l'image dans Flickr (nouvel onglet).La mosquée de la Loggia est fermée et inutilisée ; elle porte encore les marques des bombardements pendant la guerre, en particulier dans l’entrelacs des fenêtres supérieures. Le rez-de-chaussée est occupé par plusieurs boutiques.

La ville de Kos, île de Kos - La ville ottomane - La fontaine de la mosquée du pacha Gâzi Hassan à Kos (auteur Waldviertler). Cliquer pour agrandir l'image.La ville de Kos, île de Kos - La ville ottomane - Fontaine de la mosquée du pacha Gâzi Hassan à Kos (auteur Elisa Triolo). Cliquer pour agrandir l'image.Près de la mosquée se trouve un parc, où il y avait un cimetière musulman, comme en témoignent deux tombes qui subsistent, datant du XVIIIe siècle. À côté du platane d’Hippocrate se trouve la fontaine de la mosquée, une fontaine ottomane, de forme hexagonale et couverte, construite en marbre blanc provenant de matériaux antiques en réemploi, tel un sarcophage servant de bassin et des chapiteaux d’ordre corinthien. Jusqu’au tremblement de terre de 1933, se trouvait, près de la mosquée de la Loggia, le tribunal canonique (Mahkemey-i Şeriye).

La ville de Kos, île de Kos - La ville ottomane - La mosquée du pacha Gâzi Hassan vue depuis le bastion Carretto. Cliquer pour agrandir l'image.La ville de Kos, île de Kos - La ville ottomane - Le minaret de la mosquée du pacha Gâzi Hassan à Kos (auteur JD554). Cliquer pour agrandir l'image.La ville de Kos, île de Kos - La ville ottomane - La mosquée du pacha Gâzi Hassan à Kos (auteur Karelj). Cliquer pour agrandir l'image.
La Mosquée du Defterdar
La ville de Kos, île de Kos - La ville ottomane - La mosquée du Defterdar à Kos. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La mosquée du Grand Trésorier, ou mosquée du Defterdar, se trouve sur la grande place Eleftherias.

La ville de Kos, île de Kos - La ville ottomane - La fontaine de la mosquée du Defterdar à Kos. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).C’est une mosquée de deux étages construites à la fin du XVIIIe siècle par le Grand Trésorier Ibrahim Efendi (Defterdar Hacı İbrahim Efendi). La mosquée du defterdar est une mosquée imposante mais élégante, aux proportions harmonieuses ; elle est du même style et approximativement de la même période que la mosquée du pacha Gâzi Hassan. À côté se trouve la traditionnelle fontaine utilisée pour les ablutions rituelles.

La ville de Kos, île de Kos - La ville ottomane - Le minaret de la mosquée du Defterdar à Kos (auteur bazylek100). Cliquer pour agrandir l'image dans Flickr (nouvel onglet).L’efendi Hacı Ibrahim fut defterdar de l’Empire Ottoman à plusieurs reprises sous les règnes de Mourad III et de Mehmed III. Le defterdar (littéralement teneur du rôle des impôts) était l’équivalent du surintendant des finances sous la royauté française. Le qualificatif Hacı dans son nom signifie qu’il avait fait le pèlerinage de La Mecque (l’équivalent du hadji en langue arabe).

Les Quartiers Turcs
À l’ouest du quartier chrétien d’Aspa se trouvait le quartier de Kontopodi, le plus grand quartier musulman, qui s’étendait entre le port de Mandraki et l’angle sud-ouest de la ville, la Place Constantin Paléologue (Platia Palaiologou Konstantinou / Πλατεία Παλαιολόγου Κωνσταντίνου). Le quartier s’étend de part et d’autre d’une étroite rue piétonne qui va depuis l’arrière du marché couvert situé sur la place de la Liberté (Platia Eleftherias / Πλατεία Ελευθερίας) jusqu’à la Place Diagoras (Platia Diagóras / Πλατεία Διαγόρα). Cette rue piétonne se nomme d’abord la Rue Ifestou, pour devenir ensuite la Rue Apellou.

La ville de Kos, île de Kos - La ville ottomane - Minaret sur Platia Diagoras (auteur bazylek100). Cliquer pour agrandir l'image dans Flickr (nouvel onglet).Ce quartier musulman comprenait la mosquée du Port (détruite par le tremblement de terre de 1933), la mosquée Atik, qui était une ancienne mosquée rénovée au XIXe siècle située Avenue Elefthérios Vénizélos (Leoforos Eleftheriou Venizelou, Λεωφόρος Ελευθέριος Βενιζέλου), et une vieille mosquée, datant du XVIIIe siècle, située Place Diagoras, dont il ne reste qu’un minaret qui surplombe la zone archéologique de l’ouest.

En remontant la rue piétonne vers Diagoras on peut voir une fontaine ottomane asséchée avec une inscription ; elle est située au croisement de la rue piétonne et de l’avenue Vénizélos, mais elle est souvent masquée par des étals de bibelots. Une autre fontaine fait saillie sur le mur d’un salon de coiffure à l’angle de la rue Christodoulou (Οδός Χριστοδούλου) et de la rue Passanikolaki, située à côté de la mosquée Atik, une mosquée sans minaret, mais encore en service.

Le quartier de Kontopodi fut longtemps considéré comme mal famé, mais alors que toutes les maisons branlantes de ville s’effondrèrent lors du tremblement de terre de 1933, les maisons robustes de Kontopodi, construites en pierre, survécurent. Aujourd’hui, la zone regorge de boutiques pour touristes et de cafés, mais en regardant vers le haut on peut voir des inscriptions turques et arabes sur les pierres.

Un autre quartier musulman était le petit quartier des orfèvres, Haluvazià, situé à l’ouest du quartier de Kontopodi, et entre la Rue Hérodote (οδός Ηροδότου) et l’extrémité sud-ouest du port. Le long de la côte se trouvaient les exohes, de hautes maisons carrées entourées de jardins, habitées par les résidents fortunés de l’île au milieu du XIXe siècle. L’ambition de tous les riches habitants de la Kos du XIXe siècle était d’acquérir une boutique dans le tsarsi et une exohe sur cette côte.

Le petit quartier de Stavrou était une extension de la Chora, côté sud. Un mausolée carré en pierre, surmonté du sarcophage en pierre du Pacha Gâzi Hassan subsiste au croisement du boulevard Hippocrate (Leoforos Ippokratous / Λεωφόρος Ιπποκράτους) et de la rue Métropole (Odos Mitropoleos / Οδός Μητροπόλεως). On pense qu’une tekke (monastère de derviches tourneurs) se trouvait également à cet endroit. Enfin, à l’intérieur du site archéologique de l’ouest, à l’emplacement des thermes du nord se trouvait un bain turc abandonné qui remontait à la seconde moitié du XIXe siècle.

Dans la direction d’Asclépiéion, le quartier de Kermedé, habité en grande partie par des musulmans d’origine turque, a gardé sa physionomie propre avec les maisons en bois typiques.

Les Bains Turcs
En poursuivant sur la rue Appelou jusqu’à la Place Diagoras, on trouve, à l’ouest de la place, la rue Nissirou. Au numéro 3 de la rue se trouve le hammam Anatolie ; au cours de la période ottomane, ce bâtiment fut la demeure d’un pacha local, dont les descendants émigrèrent à Izmir en 1950. Un petit bain turc à l’intérieur de la maison fut utilisé comme hammam du quartier jusqu’en 1970. Après quoi il devint un bordel avant de tomber complètement en ruine. Depuis 1992, les nouveaux locataires ont restauré les planchers d’origine en cèdre et les plafonds peints et ont fait du petit hammam un bar-restaurant chic et cher.
Le Quartier Juif
D’après l’historien juif Flavius Josèphe, une communauté juive florissante existait à Kos, depuis la destruction du Second Temple par les légions romaines de Titus et la dispersion des juifs de Palestine.

Lorsque les Chevaliers Hospitaliers de Saint-Jean conquirent Kos en 1315, ils expulsèrent les juifs de l’île, en application du décret promulgué par le Grand Maître Pierre d’Aubusson en 1502. Les juifs revinrent à Kos après 1522, à la suite de l’occupant ottoman. Les juifs de Kos prospérèrent alors dans le commerce des tissus et l’exportation de raisins secs.

En 1747, Eliezer Tarsia pris en charge la construction d’une petite synagogue qui fut détruite lors du tremblement de terre de 1933. Immédiatement après le séisme, une nouvelle synagogue, de style moderniste, fut construite tout près du port, pour les besoins religieux des 140 membres de la communauté juive.

Pendant la Seconde Guerre mondiale les troupes allemandes prirent le contrôle de l’île en octobre 1943 ; les socialistes nationaux allemands déportèrent ces quelques dizaines de juifs de Kos vers les camps d’extermination.

Aujourd’hui, le bâtiment de la synagogue abrite le Centre culturel de la municipalité de Kos (4 Rue Alexandrou Diakou).

Le Quartier Chrétien
Le quartier chrétien, nommé Aspa, était situé là où se trouve aujourd’hui la paroisse d’Agia Paraskevi.

Histoire et traditionsHistoire, géographie, arts, traditions, flore …

HistoireHistoire
Aller à la page L’histoire de Kos sous le joug ottoman.

InformationsInformations pratiques

Information généraleInformation générale
RestaurantsRestaurants
Arap
La restaurant Arap se trouve à 2 km au sud de la ville de Kos, après le quartier de Kermetes, sur la route de l’Asclépiéion.

Cuisine gréco-turque à des prix modérés (environ 10 €).

Téléphone : 00 30 224 202 8442

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Sujets plus détaillés
Sujets proches
La ville de Kos, île de Kos - Plan interactif
La ville de Kos, île de Kos - La ville gréco-romaine
La ville de Kos, île de Kos - La ville byzantine
La ville de Kos, île de Kos - La ville médiévale
La ville de Kos, île de Kos - Le château de Neratzia
La ville de Kos, île de Kos - La ville ottomane
La ville de Kos, île de Kos - La ville italienne
Le village de Platani, île de Kos
Le village et la source thermale d'Empros, île de Kos
Sujets plus larges
Page d'accueil
L'île de Kos - Carte interactive
La ville de Kos, ou Cos, île de Kos
Le site de l'Asclépiéion de Kos, île de Kos
La ville d'Asfendiou, île de Kos
La ville de Pyli, île de Kos
La ville d'Andimahia, ou Antimachia, île de Kos
La ville de Kardamena, île de Kos
La ville de Kéfalos, île de Kos
L'île de Kos en mer Égée - L'histoire de l'île
Sujet précédant ] [ Sujet ascendant ] [ Sujet suivant ]
Recommander cette page :
Recommander ce site :
Recherche personnalisée
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.