AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.
Recherche personnalisée

Les Chevaliers de Rhodes

[Sujet ascendant] [Page d’accueil] [Grèce] [Via Gallica]
Rubriques[Photos] [Présentation] [Situation] [Visites] [Culture] [Informations pratiques] [Autres sujets]Page éditée

PhotosPhotos

Chevaliers de Rhodes - Franciabigio, portrait d'un chevalier de Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.

PrésentationPrésentation

Présentation généraleGénéralités
Statut
Chevaliers de Rhodes - Ordre souverain de Malte. Cliquer pour agrandir l'image.Chevaliers de Rhodes - Chevaliers de Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Chevaliers de Rhodes - Armoiries de l'ordre de Saint-Jean
L’Ordre Souverain Militaire et Hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte bénéficie depuis l’origine de l’indépendance par rapport aux autres États, en vertu des actes pontifes, ainsi que du droit universellement reconnu d’entretenir et d’engager des forces armées, ce qui constitue la base de la souveraineté internationale de l’Ordre. L’Ordre était assimilable à une république marine à l’égal de Gênes ou Venise.

Les membres de l’ordre étaient divisés en trois classes :

  • les chevaliers, portant l’habit rouge à croix blanche ; parmi les chevaliers figuraient les chevaliers de justice (titre acquis par la présentation d’au moins 16 quartiers de noblesse) et les chevaliers de grâce (titre obtenu par le seul mérite). Par nécessité, l’ordre hospitalier devint aussi un ordre militaire et ses chevaliers armés étaient de noble naissance, issus de nobles familles catholiques.
  • les frères servants d’armes, aides-soignants des Chevaliers Hospitaliers ; d’origine roturière, les servants d’armes étaient chargés tout à la fois des travaux de la guerre et des soins à l’infirmerie.
  • les frères d’obédience (aumôniers), qui étaient les prêtres de l’Ordre.

Les membres de l’Ordre formaient une communauté soumise à la Règle de saint Augustin. Les frères prêtaient serment de pauvreté, d’obédience et de chasteté, et juraient d’aider à la défense de Jérusalem.

Chevaliers de Rhodes - Fra' Pierre Gérard. Cliquer pour agrandir l'image.Fra’ Pierre Gérard, leur premier chef, était appelé recteur ; plus tard, les dirigeants de l’ordre prirent le titre de Grands Maîtres, élus à vie.

À partir du chapitre de Montpellier, tenu en 1327 par le grand maître Hélion de Villeneuve, et de l’installation à Rhodes, les chevaliers furent répartis en sept nations ou « langues  » : la Provence, l’Auvergne, la France, l’Aragon-Navarre, l’Italie, l’Angleterre (incluant l’Écosse et l’Irlande) et l’Allemagne, cette dernière englobant tous les états d’Europe centrale. À partir de 1492, une huitième langue naquit de la séparation entre l’Aragon-Navarre et la Castille-Leon-Portugal.

Chaque langue comprenait les Prieurés et les Grands Prieurés, les Bailliages et les Commanderies. L’ensemble se subdivise en vingt-deux grands-prieurés et en dix-neuf bailliages, le tout comprenant quelque six cents commanderies.

Ces commanderies étaient constituées de terres offertes ou léguées à l’Ordre par de généreux donateurs, et confiées en commande à des Commandeurs qui avaient l’obligation d’accueillir et de soigner les pèlerins et malades nécessiteux dans des dépendances aménagées en auberges et dispensaires. Les revenus produits par les exploitations assuraient l’entretien des domaines, les bénéfices sont collectés pour le trésor général de l’Ordre.

La Provence, la plus ancienne des Langues, possède deux grands prieurés, Saint-Gilles et Toulouse, qui regroupent plus de soixante commanderies à la fin du XVIIIe siècle. L’Auvergne possède le grand prieuré de Bourganeuf qui compte soixante commanderies. La Langue de France comprend les grands prieurés de France, d’Aquitaine et de Champagne, dont l’ensemble réunit une centaine de commanderies. Hors de France, on recense la Langue d’Italie, avec les grands prieurés de Rome, Lombardie, Vénétie, Pise, Messine, Capoue et Milan ; la Langue d’Aragon, avec les grands prieurés de Catalogne et Navarre ; la Langue d’Angleterre, avec les grands prieurés d’Écosse et d’Irlande ; la Langue d’Allemagne avec les grands prieurés de Hongrie, Bohême, Pologne, Danemark et Suède ; la Langue de Castille avec les grands prieurés de Castille, Léon, Portugal, Galice et Andalousie.

Cette organisation de l’implantation de l’Ordre par les Langues entraîne une nouvelle hiérarchie des charges et des fonctions :

  • le grand commandeur, également appelé grand précepteur, vient après le grand maître, qu’il remplace en cas d’absence ou de maladie. Ce titre est attribué après la création des Langues, au pilier de la Langue de Provence.
  • le grand maréchal se charge des affaires militaires. Cette fonction revient au pilier de la Langue d’Auvergne.
  • le grand hospitalier est le surintendant des soins à donner aux malades. Cette charge est confiée au pilier de la Langue de France.
  • le drapier, chargé de l’habillement, voit son titre aller au pilier de la Langue d’Espagne.
  • le titre d’amiral surintendant de la marine de guerre de l’Ordre va au pilier de la Langue d’Italie.
  • le titre de turcoplier, commandant les troupes auxiliaires de cavalerie légère, est attribué au pilier de la Langue d’Angleterre.
  • la charge de grand bailli, qui a juridiction sur les fortifications, revient à la Langue d’Allemagne.
  • le titre de grand chancelier, qui signe les actes du Conseil, est attribué au pilier de la Langue de Castille.

L’Ordre compte également d’autres officiers civils et militaires, comme le grand écuyer, chargé de faire régner la loi au sein des hospitaliers. Le bouteiller perçoit les impôts. Vient ensuite le commandeur des chevaliers et des châtelains. De cette hiérarchie complexe, il subsiste encore aujourd’hui les principales charges qui administrent l’Ordre (grand commandeur, grand chancelier, grand hospitalier et receveur du commun Trésor) et forment le souverain Conseil »

Langue de ProvenceLangue d’AuvergneLangue de FranceLangue d’Aragon
Chevaliers de Rhodes - Écusson de la Langue de ProvenceChevaliers de Rhodes - Écusson de la Langue d'AuvergneChevaliers de Rhodes - Écusson de la Langue de FranceChevaliers de Rhodes - Écusson de la Langue d'Aragon
Langue d’ItalieLangue d’AngleterreLangue d’AllemagneLangue de Castille
Chevaliers de Rhodes - Écusson de la Langue d'ItalieChevaliers de Rhodes - Écusson de la Langue d'AngleterreChevaliers de Rhodes - Écusson de la Langue d'AllemagneChevaliers de Rhodes - Écusson de la Langue de Castille
L’Ordre reste aujourd’hui très hiérarchisé ; un Grand Maître élu à vie est assisté par un Souverain Conseil. L’organisation en « langues » ayant disparu, les membres ont constitué des associations nationales dès 1864. L’Ordre est organisé en cinq grands prieurés et de nombreuses associations nationales ; il entretient des relations diplomatiques avec le Vatican et différents pays.
Habits
Chevaliers de Rhodes - Habit de chevaliers de Saint-Jean. Cliquer pour agrandir l'image.Chevaliers de Rhodes - Croix des Chevaliers. Cliquer pour agrandir l'image.Les Chevaliers portent une grande cape noire sur laquelle est appliquée une croix de Malte. Le Grand Maître porte le titre de prince et occupe un rang ecclésiastique équivalent à celui de cardinal.

Chevaliers de Rhodes - Écusson de l'Ordre de Saint-Jean

Devise
Chevaliers de Rhodes - Blason. Cliquer pour agrandir l'image.« Tuitio Fidei et Obsequium Pauperum », « Défense de la Foi et Assistance aux Pauvres ».
La langue d’Auvergne
Chevaliers de Rhodes - Écusson de la Langue d'AuvergneChevaliers de Rhodes - Portrait de Jean Bonpart de Lastic par Alexandre Genêt. Cliquer pour agrandir l'image.De la fin du XIVe siècle au début du XVIe siècle, quatre grands maîtres de l’Hôpital furent, directement ou indirectement, issus de la « langue d’Auvergne », l’une des huit « langues » (ou « provinces ») composant l’Ordre. Ce furent Philibert de Naillac (né à Bridiers ou au Blanc, on ne sait pas trop) de 1396 à 1421 ; Jean de Lastic, de 1437 à 1454 ; Pierre d’Aubusson, de 1476 à 1503 ; et, enfin, Guy de Blanchefort, neveu du précédent, en 1512-1513.
Chevaliers de Rhodes - Armoiries de Pierre d'Aubusson. Cliquer pour agrandir l'image.Le plus grand d’entre eux, sans conteste possible, fut Pierre d’Aubusson. Il n’est pas une fortification de Rhodes ou des autres îles du Dodécanèse où l’on ne retrouve ses innombrables « signatures », matérialisées par l’apposition des ses armoiries.

Chevaliers de Rhodes - Armoiries de Pierre d'Aubusson. Cliquer pour agrandir l'image.

L’Ordre à Jérusalem
(de 1099 à 1187)
L’Ordre catholique de Saint-Jean, fondé en 1070 à Jérusalem avait une vocation hospitalière, voué à recevoir les pèlerins, à pourvoir à leurs besoins et à les soigner dans leurs maladies. Il était historiquement protecteur d’un hôpital construit à Jérusalem avant la première croisade.

La conquête de Jérusalem, en 1099, lors de la croisade des barons dirigée par Godefroy de Bouillon conduisit à la fondation du royaume latin de Jérusalem, qui garantit l’accès au tombeau du Christ.

L’ordre des Hospitaliers, ou Chevaliers de l’Hôpital, de Saint-Jean-de-Jérusalem, à proprement parler, voit le jour en 1113, approuvé par le pape Pascal II.

L’afflux de pèlerins devient tel, que pour assurer leur sécurité une partie des frères hospitaliers deviennent des moines soldats, chargés de les défendre par les armes contre les attaques des Musulmans. En 1121, sur la proposition de Raymond du Puy, deuxième Grand Maître, l’Ordre devint un ordre à la fois hospitalier et militaire.

Entre 1142 et 1144, l’Ordre acquit cinq forteresses dans le comté de Tripoli, dont le fameux Krak des Chevaliers, qui devint un symbole de sa puissance.

L’Ordre à Acre
(de 1187 à 1291)
Chevaliers de Rhodes - Siège d'acre, mathieu de clermont defendant les murs en 1291. Cliquer pour agrandir l'image.Après la chute de Jérusalem devant Saladin en 1187, l’Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem s’installa à Saint-Jean d’Acre.

En 1291, Jean de Villiers qui est alors Grand Maître de l’Ordre est blessé durant la chute de Saint-Jean d’Acre : il se retire avec les Hospitaliers à Limassol (Chypre) et y installe l’Ordre ; il y mourra en 1293.

L’Ordre à Chypre
(de 1291 à 1306)
Pendant quelques années, les Chevaliers sont réfugiés à Chypre sous la protection des Lusignan.
L’Ordre à Rhodes
(de 1306 à 1522)
Chevaliers de Rhodes - ImageChevaliers de Rhodes - Timbre Italie. Cliquer pour agrandir l'image.Chevaliers de Rhodes - Convocation des Chevaliers à Rhodes par le Grand Maître Fabrizio del Carretto. Cliquer pour agrandir l'image.
Chevaliers de Rhodes - Portrait de Foulques de Villaret. Cliquer pour agrandir l'image.Profitant de la décomposition de l’empire byzantin, Foulques de Villiers, neveu de Guillaume de Villaret poursuivit le projet de son oncle et gagna Rhodes en 1308.

Les chevaliers rachetèrent l’île aux Génois et s’y établirent.

L’Ordre y installe sa souveraineté et organise l’administration de ses biens en Europe, par le groupement des commanderies et prieurés, en sept, puis huit, régions dénommées nations ou « langues ».

À Rhodes même, dès le début du XIVe siècle, les Chevaliers sont regroupés en « langues ». Les membres de l’Ordre qui rejoignaient Rhodes de toutes les parties de l’Europe et les institutions de l’Ordre se regroupèrent jusqu’au début du XIVe siècle selon leurs langues d’origine. Chaque « langue » se réunissait dans une maison ou « Auberge » réservée à son groupe.

Chaque « nation » était constituée de Chevaliers, de frères servants et de clercs rattachés aux églises et hôpitaux de l’Ordre.

Chevaliers de Rhodes - Écussons des grands maîtres a rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.L’Ordre était gouverné par le Grand Maître (prince de Rhodes) et par le Conseil, il battait monnaie et entretenait des rapports diplomatiques avec les autres états. Les autres charges de l’Ordre étaient attribuées aux représentants des différentes langues : le siège de l’Ordre, le Couvent, était composé de religieux de plusieurs nationalités.

L’ordre dispose d’un pouvoir jamais atteint dans l’ordre religieux : posséder un territoire propre et rester souverains.

Aux premiers temps de la présence de l’Ordre à Rhodes, les Français étant les plus nombreux, la langue écrite était le français ; vers la première moitié du XVe siècle, il y eu un déplacement vers le latin, et, après 1454, également vers l’italien. La langue parlée au XVe siècle était vraisemblablement une « lingua franca » comportant des apports d’italo-vénitien.

Chevaliers de Rhodes - Palais des grands maîtres a rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Durant les deux siècles de la période rhodienne, les Hospitaliers peuvent, grâce à leurs importantes ressources, poursuivre sans relâche leur mission originelle, à la fois au sein des Langues, où hôpitaux, dispensaires et lazarets sont créés et se développent, et dans l’île où l’immensité des bâtiments, encore visibles aujourd’hui, témoigne de l’importance de leurs installations de médecine, de chirurgie et de pharmacie.

Chevaliers de Rhodes - Cour intérieure du palais des grands maîtres. Cliquer pour agrandir l'image.Si Rhodes est incontestablement le lieu privilégié pour admirer les vestiges laissés par l’Ordre de Saint-Jean, d’autres constructions demeurent encore sur la majorité des îles du Dodécanèse. Des forteresses et citadelles ont en effet été construites ou simplement restaurées le plus souvent dans le but d’opposer un premier barrage aux Ottomans sur les îles de Nisyros, Tilos, Kalymnos, Kastellorizo ou Kos. À Naxos également, la plus grande île des Cyclades, se trouve l’Église Saint-Antoine-Ermite construite au XVe siècle par les Chevaliers.

Les Chevaliers abandonnèrent Rhodes le 1er janvier 1523, à l’issue d’un siège mémorable de six mois conduit par Soliman le Magnifique en personne, chef des Turcs ottomans. Fait presque unique dans les annales de l’empire ottoman, le sultan, étonné par le courage et le mode de vie austère des Hospitaliers, leur laissa la veuve et les autorisa à quitter l’île en emportant ce qu’ils voudraient…

Les Grands Maîtres de l’Ordre à Rhodes
Foulques de Villaret

(1305-1319)

Chevaliers de Rhodes - Timbre, Foulques de Villaret. Cliquer pour agrandir l'image.Armes de Foulques de VillaretChevaliers de Rhodes - Timbre, armes de foulques de villaret. Cliquer pour agrandir l'image.
Hélion de Villeneuve

(1319-1346)

Chevaliers de Rhodes - Timbre, Hélion de Villeneuve. Cliquer pour agrandir l'image.Armes d’Hélion de VilleneuveChevaliers de Rhodes - Timbre, armes de helion de villeneuve. Cliquer pour agrandir l'image.
Dieudonné de Gozon

(1346-1353)

Chevaliers de Rhodes - Timbre, Dieudonné de Gozon. Cliquer pour agrandir l'image.Armes de Dieudonné de GozonChevaliers de Rhodes - Timbre, armes de dieudonne de gozon. Cliquer pour agrandir l'image.
Pierre de Corneillan

(1353-1355)

Chevaliers de Rhodes - Timbre, Pierre de Corneillan. Cliquer pour agrandir l'image.Armes de Pierre de CorneillanChevaliers de Rhodes - Timbre, armes de pierre de corneillan. Cliquer pour agrandir l'image.
Roger de Pins

(1355-1365)

Chevaliers de Rhodes - Timbre, Roger de Pins. Cliquer pour agrandir l'image.Armes de Roger de PinsChevaliers de Rhodes - Timbre, armes de roger de pins. Cliquer pour agrandir l'image.
Raymond Bérenger

(1365-1374)

Chevaliers de Rhodes - Timbre, Raymond Bérenger. Cliquer pour agrandir l'image.Armes de Raymond BérengerChevaliers de Rhodes - Timbre, armes de raymond berenger. Cliquer pour agrandir l'image.
Robert de Juillac

(1374-1376)

Chevaliers de Rhodes - Timbre, Robert de Juillac. Cliquer pour agrandir l'image.Armes de Robert de JuillacChevaliers de Rhodes - Timbre, armes de robert de juillac. Cliquer pour agrandir l'image.
Jean Fernandez de Hérédia

(1376-1396)

Chevaliers de Rhodes - Timbre, Jean Fernandez de Hérédia. Cliquer pour agrandir l'image.Armes de Jean Fernandez de HérédiaChevaliers de Rhodes - Timbre, armes de jean fernandez de heredia. Cliquer pour agrandir l'image.
Philibert de Naillac

(1396-1421)

Chevaliers de Rhodes - Timbre, Philibert de Naillac. Cliquer pour agrandir l'image.Armes de Philibert de NaillacChevaliers de Rhodes - Timbre, armes de philibert de naillac. Cliquer pour agrandir l'image.
Antoine Fluvian de la Rivière

(1421-1437)

Chevaliers de Rhodes - Timbre, Antoine Fluvian de la Rivière. Cliquer pour agrandir l'image.Armes d’Antoine Fluvian de la RivièreChevaliers de Rhodes - Timbre, armes de antoine fluvian de la rivière. Cliquer pour agrandir l'image.
Jean de Lastic

(1437-1454)

Chevaliers de Rhodes - Timbre, Jean de Lastic. Cliquer pour agrandir l'image.Armes de Jean de LasticChevaliers de Rhodes - Timbre, armes de jean de lastic. Cliquer pour agrandir l'image.
Jacques de Milly

(1454-1461)

Chevaliers de Rhodes - Timbre, Jacques de Milly. Cliquer pour agrandir l'image.Armes de Jacques de MillyChevaliers de Rhodes - Timbre, armes de jacques de milly. Cliquer pour agrandir l'image.
Raimondo Zacosta

(1464-1467)

Chevaliers de Rhodes - Timbre, Raimondo Zacosta. Cliquer pour agrandir l'image.Armes de Raimondo ZacostaChevaliers de Rhodes - Timbre, armes de raimondo zacosta. Cliquer pour agrandir l'image.
Giovanni Battista Orsini

(1467-1476)

Chevaliers de Rhodes - Timbre, Giovanni Battista Orsini. Cliquer pour agrandir l'image.Armes de Giovanni Battista OrsiniChevaliers de Rhodes - Timbre, armes de giovanni battista orsini. Cliquer pour agrandir l'image.
Pierre d’Aubusson

(1476-1503)

Chevaliers de Rhodes - Timbre, Pierre d'Aubusson. Cliquer pour agrandir l'image.Armes de Pierre d’AubussonChevaliers de Rhodes - Timbre, armes de Pierre d'Aubusson. Cliquer pour agrandir l'image.
Émery d’Amboise

(1503-1512)

Chevaliers de Rhodes - Timbre, Émery d'Amboise. Cliquer pour agrandir l'image.Armes d’Émery d’AmboiseChevaliers de Rhodes - Timbre, armes d'emery d'Amboise. Cliquer pour agrandir l'image.
Guy de Blanchefort

(1512-1513)

Chevaliers de Rhodes - Timbre, Guy de Blanchefort. Cliquer pour agrandir l'image.Armes de Guy de BlanchefortChevaliers de Rhodes - Timbre, armes de guy de blanchefort. Cliquer pour agrandir l'image.
Fabrizio del Carretto

(1513-1521)

Chevaliers de Rhodes - Timbre, Fabrizio del Carretto. Cliquer pour agrandir l'image.Armes de Fabrizio del CarrettoChevaliers de Rhodes - Timbre, armes de fabrizio del carretto. Cliquer pour agrandir l'image.
Philippe Villiers de l’Isle-Adam

(1521-1534)

Chevaliers de Rhodes - Timbre, Philippe Villiers de l'Isle-Adam. Cliquer pour agrandir l'image.Armes de Philippe Villiers de l’Isle-AdamChevaliers de Rhodes - Timbre, armes de philippe villiers de l'isle-adam. Cliquer pour agrandir l'image.
L’Ordre à Malte
(de 1530 à 1798)
Chevaliers de Rhodes - Timbre, bataille navale de lepante. Cliquer pour agrandir l'image.Les Chevaliers de l’Ordre vont errer sur les mers pendant sept ans, se réfugiant en Crète, puis en Sicile, et ne retrouvèrent pas de quartiers généraux avant 1530, lorsque l’île de Malte leur fut donnée par Charles-Quint, en fief de son royaume des Deux-Siciles.

Chevaliers de Rhodes - ImageLes Chevaliers seront dès lors connus sous le nom usuel de Chevaliers de Malte.

Rendus maîtres de l’île, les chevaliers de Malte dirigèrent une fantastique défense de l’île contre la flotte d’invasion ottomane en 1565, qu’ils repoussèrent après des mois de lutte acharnée ; La Valette s’y illustra.

L’Ordre fut alors fêté dans toute l’Europe en tant que sauveur de la Chrétienté. Cependant, s’attendant à un retour imminent des Turcs, les Chevaliers bâtirent la ville fortifiée de La Valette, nommée en l’honneur du Grand Maître de l’époque, Jean Parisot de La Valette. Plus tard, les Chevaliers de Malte s’illustrèrent à nouveau à la victoire de Lépante en 1571.

L’Ordre tentera de se maintenir à Malte jusqu’à la Révolution Française.

L’Ordre à l’époque moderne
Les Chevaliers conservèrent l’île de Malte jusqu’en 1798, époque à laquelle Bonaparte, allant en Égypte, leur enleva l’île, obtint l’abdication du dernier grand maître (Hompesch) et mit ainsi fin à l’existence politique de l’ordre.

Le tsar de Russie Paul Ier, qui s’en était déclaré le protecteur en fut élu grand maître, quoique n’étant pas catholique.

L’ordre figura dans l’histoire européenne jusqu’au XIXe siècle. Le siège fut transféré à Trieste en 1798, à Catane en 1801, à Ferrare en 1826, et à Rome en 1834.

Il y eut en 1850 une tentative pour reconstituer l’Ordre sous la protection du pape : il devait résider en Terre-Sainte, et se vouer, comme à l’origine, à l’hospitalité, mais ces projets sont restés sans réalisation, jusqu’en 1878, date à laquelle il a retrouvé sa vocation humanitaire initiale.

De nos jours, l’Ordre est revenu à sa vocation hospitalière première, et ses œuvres humanitaires témoignent de son intense activité auprès des pauvres et des malades. Il dispose d’hôpitaux, de centres de premiers secours et d’équipements destinés aux soins des blessés et des réfugiés. Il apporte une aide d’urgence lors de conflits ou de catastrophes naturelles (par exemple lors du tsunami de 2004 en Asie du sud-est) et dispose d’hôpitaux dans le monde entier qui s’investissent également dans des travaux de recherche.

L’Ordre de Malte est aujourd’hui une ONG, reconnue par les Nations Unies, auprès desquelles il dispose d’un siège d’observateur permanent.

Liens
Un article de Philippe Conrad sur l’histoire des Chevaliers de Saint-Jean.

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Sujets plus détaillés
Sujets proches
Sujets plus larges
Page d'accueil
L'histoire de Rhodes dans l'Antiquité
L'histoire de Rhodes dans l'Empire byzantin
L'histoire de Rhodes au temps des Chevaliers
L'histoire de Rhodes sous le joug ottoman
L'histoire moderne de Rhodes
Rhodes dans la littérature
Sujet ascendant ]
Recommander cette page :
Recommander ce site :
Recherche personnalisée
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.