AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.
Recherche personnalisée

Le moiré fascié (Erebia ligea)

Taxon précédent ] [ Taxon supérieur ] [ Taxon suivant ] [Animaux] [Via Gallica]
Espèce[Photos] [Présentation] [Classification] [Sous-classification] [Noms] [Étymologie] [Identification] [Chant] [Vol] [Habitudes] [Cycle de vie] [Nourriture] [Habitats] [Répartition] [Migration] [Histoire] [Statut] [Vidéos]Page non éditée

PhotosPhotos

Moiré fascié. Cliquer pour agrandir l'image.Moiré fascié. Cliquer pour agrandir l'image.

PrésentationPrésentation

Présentation généraleGénéralités

ClassificationClassification

Règne : animaux (Animalia)Sous-règne : métazoaires (Metazoa)Division : triploblastiques (Bilateralia)Sous-division : deutérostomes (Deuterostomia)
Super-embranchement : arthropodes (Arthropoda)Embranchement : mandibulates (Mandibulata)
Super-classe : héxapodes (Hexapoda)Classe : insectes (Insecta)Sous-classe : insectes ailés (Pterygota)Infra-classe : endoptérygotes (Endopterygota)
Ordre : lépidoptères (Lepidoptera)Sous-ordre : glossiens (Glossata)Infra-ordre : hétéroneures (Heteroneura)
Groupe : ditrysiens (Ditrysia)Sous-groupe : papillons de jour (Rhopalocera)
Super-famille : papilionoïdés (Papilionoidea)Famille : nymphalidés (Nymphalidae)Sous-famille : satyrinés (Satyrinae)Tribu : (Erebiini [Tutt, 1896])
Genre : moirés (Erebia)Sous-genre :
Espèce : Erebia ligea [Linné, 1758]Sous-espèce :Nom commun : moiré fasciéNom populaire :

Noms européensNoms européens

AlbanieAllemagneMilchfleckAngleterrearran brown, arran argusArménie
Pays basqueBiélorussieBrezhonegBulgarie
CatalogneChyprioteCorsuCroatie
DanemarkGaeidhligEspagneEstonie
FøroysktFinlandemetsänokiperhonenFrançaismoiré fasciéFrysk
GalicePays de GallesGéorgieGrèce
HongrieIrlandeIslandeItalie
LettonieLithuanieLëtzebuergëschMacédoine
MalteMoldovenesteNorvègeOccitan
Pays-BasPolognegórówka borutaPortugalRoumanie
Russieчернушка лигеяSerbieSlovaquieSlovénie
SuèdeskogsgräsfjärilTchéquieUkraïneEmpire romainErebia ligea

ÉtymologieOrigine du nom

Étymologie latineÉtymologie latine
Étymologie françaiseÉtymologie française

Identification papillonIdentification

Identification généraleGénéralités
Le dessus est brun foncé avec une bande fauve sur chaque aile. Ces bandes sont ornées de plusieurs ocelles noirs généralement pupillés de blanc. Les ailes sont frangées de blanc entrecoupé de brun-noir et le dessous des ailes postérieures est brun terne avec une bande blanche parfois réduite à une seule tache, critère efficace pour le différencier du moiré sylvicole (Erebia aethiops).
MorphologieMorphologie
Moiré fascié. Planche d'identification Morris. Cliquer pour agrandir l'image.
MâleFemelle
LongueurEnvergureDe 24 à 27 mm.
ColorisColoris
ChenilleChenille
RemarquesRemarques
Espèces semblablesEspèces semblables

VolVol

Description

HabitudesHabitudes

Description

Cycle de vieCycle de vie

Système reproductif
Les individus de cette espèce passent un premier hiver sous forme d'œuf (qui éclôt en mai) et les chenilles du 4° stade hivernent une seconde année.
TerritorialitéTerritorialité
Parade nuptiale
Site de ponte
NidNid
Ponte
Nombre de pontes
Œufs
Éclosion
LarveLarve
Chrysalide
Cycle annuel
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Œuf
Chenille
Chrysalide
Imago
Phase d'hibernation
LongévitéLongévité

RégimeNourriture

Description

HabitatHabitats

MilieuxMilieux
Erebia ligea est typique des forêts subalpines clairiérées. Chez nous, il vole dans les vallées « sauvages », dans des forêts claires à sous-bois riche en graminées. En Wallonie, toutes les stations de l'espèce possèdent, en sous-bois, le Calamagrostis faux-roseau (Calamagrostis arundinacea), dont le genre appartient aux plantes-hôtes des chenilles dans d'autres régions d'Europe. Des plantes nourricières potentielles comme Deschampsia cespitosa et Molinia caerulea sont également présentes en Wallonie, en abondance moindre, mais leur consommation par les chenilles n'a jamais été observée.

Ces forêts doivent être juxtaposées à des prés semi-naturels humides ou secs (sur les versants). Les imagos y puisent leurs ressources énergétiques sur diverses plantes telles que le cirse des marais (Cirsium palustre), la crépide des marais (Crepis paludosa), la centaurée des bois (Centaurea nigra), le seneçon ovale (Senecio fuchsii), le seneçon de Harz (Senecio hercynicus) ou la Knautie des champs (Knautia arvensis).

En forêt, elle affectionne essentiellement les vieilles pessières et plus rarement les chênaies pédonculées montagnardes à bouleau. Les lisières sont patrouillées par les mâles, en quête de femelles pour l'accouplement.

AltitudesAltitudes
Étage de plaineÉtage collinéen (de 0 à 800 m)Étage montagnard (de 800 à 1700 m)Étage subalpin (de 1700 à 2200 m)

RépartitionRépartition

Répartition globale
L'espèce est présente dans l'est de l'Europe, du massif central au Nord de la Scandinavie et de la France au Japon.
Présent en auvergneAuvergne

MigrationMigration

StatutStatut

Autres sujetsAutres sujets

Sujets proches
Le moiré de la canche (Erebia epiphron)
Le moiré fascié (Erebia ligea)
Le moiré des fétuques (Erebia meolans)
Le moiré franconien (Erebia medusa)
Le moiré frange pie (Erebia euryale)
Le moiré des luzules (Erebia oeme)
Le moiré printanier (Erebia triaria)
Le moiré sylvicole (Erebia aethiops)
Sujets plus larges
Racine
L'agreste (Hipparchia semele)
L'amaryllis (Pyronia tithonus)
L'amaryllis de Vallantin (Pyronia cecilia)
Le céphale (Coenonympha arcania)
Le demi-deuil (Melanargia galathea)
Le faune (Hipparchia statilinus)
La gorgone (Lasiommata petropolitana)
Les moirés  (Erebia)
Le myrtil (Maniola jurtina)
Le grand nègre des bois (Minois dryas)
Le némusien et l'ariane (Lasiommata maera)
Le procris (Coenonympha pamphilus)
Le satyre et la mégère (Lasiommata megera)
Le silène (Brintesia circe)
Le sylvandre (Hipparchia fagi)
Le petit sylvandre (Hipparchia alcyone)
Le tircis (Pararge aegeria)
Le tristan (Aphantopus hyperantus)
Taxon précédent ] [ Taxon supérieur ] [ Taxon suivant ]
Recommander cette page :
Recommander ce site :
Recherche personnalisée
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.