AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.
Recherche personnalisée

La quinta das Cruzes à Madère

[Sujet ascendant] [Page d’accueil] [Madère] [Via Gallica]
Rubriques[Photos] [Présentation] [Situation] [Visites] [Culture] [Informations pratiques] [Autres sujets]Page éditée

PrésentationPrésentation

Présentation généraleGénéralités
Portail. Cliquer pour agrandir l'image.. Cliquer pour agrandir l'image.La plus célèbre quinta de Funchal, la Quinta das Cruzes, est un manoir historique de style baroque, qui aurait jadis été la résidence officielle de João Gonçalves Zarco, le premier maître de l’île de Madère, durant sa carrière de gouverneur.

La Quinta fut érigée au XVe siècle, mais reconstruite à la fin du XVIIIe siècle après le tremblement de terre de 1748, puis agrandie au XIXe siècle.

. Cliquer pour agrandir l'image.. Cliquer pour agrandir l'image.
ÉtymologieÉtymologie et toponymie
La Quinta das Cruzes : le « Domaine des Croix ».

VisitesVisites

Musée des Arts Décoratifs
Le bâtiment principal de la Quinta est aujourd’hui devenu un musée comptant une grande collection d’art décoratif et d’antiquités du XVIIe et du XVIIIe siècle :
  • Au rez-de-chaussée, dans les salles basses, anciens celliers, le musée des Arts décoratifs abrite des meubles de la Renaissance portugaise qui renferment une grande variété de pièces rapportées par les marins aux XVIe et XVIIe siècles.
  • Les grands coffres cloutés en acajou proviennent des navires dans lesquels on transportait du sucre du Brésil (caixa de açúcar, « caisse à sucre »). Fauteuils, statuettes, cabinets incrustés d’ivoire, chaise à porteur gainée de cuir, grand triptyque en cèdre évoquent également les fastes de l’époque des Découvertes.
  • Le fond de la dernière salle est occupé par un retable flamand de la deuxième moitié du XVe siècle représentant une Nativité. Une vitrine contient une partie du trésor trouvé dans l’épave d’un galion hollandais de la Compagnie des Indes orientales qui s’échoua à Porto Santo en 1724.
  • Les collections de l’étage sont d’origine européenne : les meubles anglais des XVIIe et XVIIIe siècle y dominent, mais on y voit aussi des porcelaines de Saxe, des ivoires, des vases de Sèvres, une tapisserie des Gobelins, ainsi que des statuettes portugaises en terre cuite.
Bâtisse. Cliquer pour agrandir l'image.Bâtisse. Cliquer pour agrandir l'image.. Cliquer pour agrandir l'image.
. Cliquer pour agrandir l'image.. Cliquer pour agrandir l'image.
Salle des Arts décoratifs portugais et européens des XVe-XVIIe siècles.

Mobilier dit « boîte-à-sucre ».

Dans cet espace, se trouvent les ensembles les plus anciens de l’exposition permanente du Musée, liés à l’importance du cycle économique du sucre, initialement produit à Madère entre le XVe siècle et le premier quart du XVIe siècle, et importé par la suite vers l’île à partir d’autres colonies.

Le commerce initialement établi à partir de Madère a donné lieu à un réseau de contacts entre intendants royaux et agents de commerce portugais dans les ports flamands, qui n’ont pas seulement servi d’intermédiaires dans le traité commercial mais également pour l’achat d’art sur la demande de monarchies, de la cour, du clergé et de particuliers. La grande collection d’art flamand qui se trouve sur l’île de Madère, avec la particulière importance des ensembles de sculptures et de peintures, est une des faces les plus visibles des relations établies avec ce centre économique.

De l’ensemble sculptural de production flamande du Musée, se distingue le Retable de la Nativité produit à Bruxelles dans la seconde moitié du XVe siècle, attribué à l’atelier du Maître du Retable de Rieden (actuellement à Stuttgart, Allemagne). Cette pièce comporte trois scènes faisant allusion à la vie de la Vierge et à l’enfance du Christ : « Les Fiançailles de la Vierge » (côté gauche), « La Nativité » (au centre) et « L’Adoration des Rois Mages » (côté droit), encadrés par un ciborium avec une délicate décoration de dentelles du gothique final.

Inscrite dans cette vague d’importation d’art flamand, on remarque également la sculpture de l’Immaculée Conception et un Petit Jésus Sauveur du Monde, qui représentent la spiritualité renouvelée de la Devotio Moderna, inclue dans les valeurs dévotionnelles en vogue au cours du XVIe siècle.

Dans l’ensemble sculptural, nous remarquons également la Sainte Isabelle de Hongrie, production italienne, en argile vitrifié, contemporaine du reste de l’ensemble.

Dans l’ensemble de peintures flamandes, les représentations religieuses dominent également, en particulier L’Adoration des Rois Mages de la fin du XVIe siècle, la peinture faisant allusion à l’Ecce Homo et l’intéressante représentation de Verónica secando a face de Cristo a caminho do Calvário.

Au regard du mobilier exposé dans cette salle, la production nationale prédomine, en particulier avec le bahut en genévrier avec sgraffites, datée du XVIe siècle.

Les plateaux à offrandes de Nuremberg, datés du XVIe siècle, complètent cet ensemble.

Retable flamand. Cliquer pour agrandir l'image.Sculpture flamande. Cliquer pour agrandir l'image.Peinture flamande. Cliquer pour agrandir l'image.
Salle des Arts décoratifs mudéjares ou hispano-mauresques : mobilier, céramique et azulejos des XVIe et XVIIe siècles.

L’utilisation des carreaux arabisants, et d’esthétique mudéjare, s’est généralisée à l’ensemble du territoire portugais depuis le début du XVIe siècle, pas tant à cause de l’influence directe de relations portugaises avec le monde islamique, ni à cause de la présence espagnole ultérieure (1580-1640) (qui avait de fortes ramifications arabes dans le sud de l’Espagne), mais plutôt à cause de son caractère esthétique, importé par les précédents gouvernants portugais et utilisé dans la décoration des bâtiments.

C’est cette esthétique qui est patente dans l’ensemble des carreaux hispano-mauresques exposés sur les murs, et dans lesquels prédominent les motifs étoilés et végétalistes, mais également les combinaisons métriques, si présentes dans l’architecture et l’art textile, une pure révélation de l’art islamique. Les azulejos exposés datent du premier quart du XVIe siècle et une partie provient probablement du Couvent, aujourd’hui disparu, de Notre-Dame de la Pitié, à Santa Cruz.

L’art de la céramique d’influence islamique a également été diffusé par les fameuses assiettes de Manises, où les éléments décoratifs sont mis en valeur par le biais de reflets métalliques.

Les bureaux dits Vargaños, dont deux exemplaires sont présentés dans cette salle, représentent une autre facette de l’art hispano-arabe très diffusée dans le monde ibérique. On peut déceler dans ces pièces de mobilier, datées principalement des XVIe et XVIIe siècles, l’influence arabe, notamment dans les schémas géométriques perfectionnés de la composition décorative, qui ont également influencé les ferrures.

Armoire. Cliquer pour agrandir l'image.Vitrine. Cliquer pour agrandir l'image.
Jardins
La Quinta das Cruzes se trouve en plein cœur de splendides jardins remplis de sculptures, de fleurs tropicales et subtropicales, et d’arbres. Ces jardins abritent les espèces les plus variées de plantes et de fleurs.

Ce véritable jardin botanique possède des kapokiers, des dragonniers, des araucarias, des cèdres, et des fougères arborescentes. Une serre abrite une belle collection d’orchidées et une multitude d’autres fleurs.

Dans le jardin se trouvent deux belles fenêtres manuélines. Elles appartenaient au couvent Notre-Dame de la Pitié (Nossa Senhora da Piedade) à Santa Cruz.

Du jardin, une vue magnifique embrasse Funchal, les collines et montagnes voisines et les yachts et autres bateaux de croisière se balançant dans la baie.

Jardin. Cliquer pour agrandir l'image.Jardin. Cliquer pour agrandir l'image.Jardin. Cliquer pour agrandir l'image.
. Cliquer pour agrandir l'image.Jardin. Cliquer pour agrandir l'image.
Arbre bouteille( Ceiba speciosa). Cliquer pour agrandir l'image.Arbre bouteille (Ceiba speciosa). Cliquer pour agrandir l'image.Arbre bouteille (Ceiba speciosa). Cliquer pour agrandir l'image.
Vacoa (Pandanus utilis). Cliquer pour agrandir l'image.
Hibiscus, fleur. Cliquer pour agrandir l'image.Hibiscus, fleur. Cliquer pour agrandir l'image.
Trompette des anges. Cliquer pour agrandir l'image.Trompette des anges. Cliquer pour agrandir l'image.
Musée lapidaire
Sur la gauche du pavillon aux grandes fenêtres vitrées, le petit Musée lapidaire, insolite au milieu de la végétation exotique, présente en plein air des vestiges de maisons de maîtres et de monastères provenant des sites les plus anciens de l’île : quelques éléments de sculptures provenant des églises de Funchal, des pierres tombales, deux beaux encadrements de fenêtre de style manuélin et un fragment du pilori (pelourinho) de Funchal, élevé à la fin du XVe siècle et démoli en 1835.
Musée lapidaire. Cliquer pour agrandir l'image.. Cliquer pour agrandir l'image.
. Cliquer pour agrandir l'image.Armoiries de pierre. Cliquer pour agrandir l'image.
Fenêtre manuéline. Cliquer pour agrandir l'image.Fenêtre manuéline. Cliquer pour agrandir l'image.
Fenêtre manuéline. Cliquer pour agrandir l'image.Fenêtre manuéline. Cliquer pour agrandir l'image.

Histoire et traditionsHistoire, littérature, arts, traditions, légendes, religions, mythes, symboles …

HistoireHistoire
Vue sur Santa Clara. Cliquer pour agrandir l'image.La construction de la Quinta das Cruzes fut menée par les premiers capitaines donataires de Funchal, João Gonçalves Zarco et son fils João Gonçalves de Câmara à la fin du XVe siècle, début du XVIe siècle. Durant le XVIIe siècle, ce domaine a subi des changements, devenant au début du XVIIIe siècle une Quinta Madereinse (Domaine madérien), comprenant la bâtisse principale, la Chapelle, les Casinhas de Prazer (maisonnettes de plaisance) et le parc arboré. Le domaine fut acquis par l’État en 1946 et ouvert au public en tant que musée le 28 mai 1953.

InformationsInformations pratiques

Information généraleInformation générale
Adresse : Calçada do Pico nº1 9000-206 Funchal

Heures d’ouverture : du mardi au samedi de 10 h à 12 h 30 et de 14 h à 17 h 30, le dimanche de 10 h à 13 h

Fermeture : lundi et jours fériés.

Entrée payante.

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Sujets plus détaillés
Sujets proches
Sujets plus larges
Page d'accueil
Carte interactive de la ville de Funchal à Madère
La ville de Funchal à Madère - Le quartier de la Sé
La ville de Funchal à Madère - Le quartier São Pedro
La ville de Funchal à Madère - Le quartier Santa Maria
La ville de Funchal à Madère - Le quartier Santa Luzia
La ville de Funchal à Madère - Le quartier Santa Catalina
La ville de Funchal à Madère - Le quartier du Lido
Le village de Monte à Madère
Le site de Terreiro da Luta à Madère
Le jardin botanique de Funchal à Madère
Le jardin des perroquets de Funchal à Madère
La quinta do Palheiro à Madère
Le village de Caniço à Madère
Le village de São Gonçalo à Madère
Le village de São Martinho à Madère
Le village de Santo António à Madère
Sujet ascendant ]
Recommander cette page :
Recommander ce site :
Recherche personnalisée
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.