AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.
Recherche personnalisée

Le roitelet huppé (Regulus regulus)

Taxon supérieur ] [ Taxon suivant ] [Animaux] [Via Gallica]
Espèce[Photos] [Présentation] [Classification] [Sous-classification] [Noms] [Étymologie] [Identification] [Chant] [Fientes] [Empreinte] [Vol] [Habitudes] [Cycle de vie] [Nourriture] [Habitats] [Répartition] [Migration] [Histoire] [Statut] [Vidéos]Page éditée

PhotosPhotos

Roitelet huppé. Cliquer pour agrandir l'image.Roitelet huppé. Cliquer pour agrandir l'image.Roitelet huppé. Cliquer pour agrandir l'image.
Roitelet huppé. Cliquer pour agrandir l'image.Roitelet huppé. Cliquer pour agrandir l'image.Roitelet huppé. Cliquer pour agrandir l'image.
Roitelet huppé. Cliquer pour agrandir l'image.Roitelet huppé

PrésentationPrésentation

Présentation généraleGénéralités

ClassificationClassification

Règne : animaux (Animalia)Sous-règne : métazoaires (Metazoa)Division : triploblastiques (Bilateralia)Sous-division : deutérostomes (Deuterostomia)
Super-embranchement : chordés (Chordata)Embranchement : vertébrés (Vertebrata)Sous-embranchement : vertébrés à mâchoires (Gnathostomata)
Classe : oiseaux (Aves)Sous-classe : néornithes (Neornithes)Super-ordre : néognathes (Neognathae)
Groupe :Sous-groupe :Ordre : passériformes (Passeriformes)Sous-ordre :
Famille : régulidés (Regulidae)Sous-famille : régulinés (Regulinae)Genre : roitelets (Regulus)Sous-genre :
Espèce : Regulus regulus [Linné, 1758]Sous-espèce :Nom commun : roitelet huppéNom populaire :

Noms européensNoms européens

AlbaniembretëthiAllemagneWintergoldhähnchenAngleterregoldcrestArménie
Pays basquemendi-erregetxoBiélorussieжоўтагаловы каралёкBrezhoneglaouenanig, laouenanig gwenn, laouitenn, laouiteuz, drewennig, laouenan-gwennBulgarieжълтоглаво кралче
CatalognereietóChyprioteCorsuCroatiezlatoglavi kraljić
DanemarkfuglekongeGaeidhligcrionag bhuidheEspagnereyezuelo sencilloEstoniepöialpoiss
FøroyskttítlingskongurFinlandehippiäinenFrançaisroitelet huppéFryskgoudtûfke
GalicePays de Gallesdryw eurben, dryw bach y coed, dryw ben aur, dryw ben felenGéorgieGrèceχρυσοβασιλίσκος
Hongriesárgafeju királykaIrlandecíobhuí, caipín dhearg, dreoilín ceannbhuí, dreoilín easpoigIslandeglókollurItalieregolo
LettoniezeltgalvītisLithuanienykštukasLëtzebuergëschMacédoineжолтоглаво кралче
Maltebufula tal-qamarMoldovenesteNorvègefuglekongeOccitan
Pays-BasgoudhaantjePolognemysikrólikPortugalestrelinha-de-poupa, águia-realRoumanie
Russieжълтоглаво кралче (zheltogolovy korolyok), желтоголовый королекSerbieобичан краљић (običan kraljić)Slovaquiekrálik zlatohlavý, králik zlatýSlovénierumenoglavi kraljiček
SuèdekungsfågelTchéquiekrálíèek obecnýUkraïneзолотомушка жовточубаEmpire romainRegulus regulus

ÉtymologieOrigine du nom

Étymologie latineÉtymologie latine
Étymologie françaiseÉtymologie française
Le roitelet huppé doit son nom au dessin de sa tête : un cimier orange ou doré, bordé de chaque côté d'une bande noire.

IdentificationIdentification

Identification généraleGénéralités
Roitelet huppé. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.
Roitelet huppé. Cliquer pour agrandir l'image.Les roitelets sont les plus petits oiseaux de la faune européenne, pesant à peine 5 grammes.

Ils sont d'une teinte générale verdâtre, avec les ailes sombres.

Le roitelet huppé a une raie jaune ou orange sur la tête.

Roitelet huppé. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.Le roitelet huppé se reconnaît à sa teinte verdâtre dessus, plus grisâtre dessous, à la tache pâle dans l'aile et surtout à cette barre jaune orange sur le sommet de la tête.

MorphologieMorphologie
Roitelet huppé. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.
Roitelet huppé. Cliquer pour agrandir l'image.Les roitelets sont minuscules.

Il est petit et dodu, avec un plumage à dominante verdâtre.

PlumageRoitelet huppé. Cliquer pour agrandir l'image.Le plumage est verdâtre.

Chaque aile est traversée par deux barres alaires blanches.

Les couvertures alaires sont terminées de blanc, les rectrices brunâtres.

L'occiput jaune vif (orangé chez le mâle), bordé d'un bandeau noir unique tranche avec le reste du plumage gris vert.

Le dessus est vert olive, avec la gorge et le ventre gris blanc.

Roitelet huppé. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.Le front est brun foncé, la huppé jaune avec une tache orange à l'arrière chez le mâle, sans cette tache pour la femelle, encadrée de deux traits noirs. Le reste de la tête est gris-olive pâle, les rémiges brunâtres avec liserés blancs verdâtres et tache noire médiane.

MâleLe dessus de la tête est teinté d'orange chez le mâle ; raie jaune bordée de noir sur la tête avec centre orange.

FemelleLa femelle porte une crête jaune alors que celle du mâle est orange.

Les jeunes ne présentent pas le cimier de tête.

Roitelet huppé. Cliquer pour agrandir l'image.Le roitelet huppé n'a pas de trait noir sur l'œil ni de sourcils, contrairement au roitelet triple bandeau.

Forme de becRoitelet huppé. Tête. Cliquer pour agrandir l'image.Il a un bec très fin et pointu, pour capturer les plus petits insectes.

Le bec est brun noir.

PatteLes pattes sont gris brun pâle.
Longueur± 9 cm.Envergure15 cm.
HauteurPoidsDe 5 à 6 g seulement.
ColorisColoris
Capacités physiologiquesCapacités physiologiques
RemarquesRemarques
Les roitelets sont tellement petits qu'on a pu signaler que certains d'entre eux avaient pu s'empêtrer dans des toiles d'araignée !
Espèces semblablesEspèces semblables
Roitelet huppé. Planche d'identification. Cliquer pour agrandir l'image.Distingué du roitelet triple-bandeau par son absence de sourcil blanc entre les deux bandeaux noirs.

Les deux espèces ont parfois l'allure de pouillots mais ils s'en distinguent par une double barre ailaire, et sont nettement plus petits qu'un pouillot.

Ajoutons enfin qu'on attribue souvent par erreur le nom de roitelet au troglodyte, petit oiseau brun à la queue toujours redressée, au chant puissant, mais vivant surtout au ras du sol.

FienteFientes

Description

EmpreinteEmpreinte

Description

Chant ou criCri et chant

Ses cris et son chant très aigu permettent de déceler sa présence dans les jardins.

Il chante souvent dès le milieu de l'hiver.

Cri d'oiseauCri
La voix du roitelet huppé est en rapport avec sa taille : petits cris simples, ténus et très aigus :

un « si si si » ténu ou un « whit », « si » ou « sri » plus sonore qui, amalgamés, résonnent parfois comme ceci : « dzihdzihdzih srisrisri ».

Cri d'oiseauCri
Les cris légers, liés en séries, sont souvent à peine perceptibles : « sihsihsih…, sisisrisrisri… »
Cri d'oiseauCri
Les cris comprennent un « tsih-tsih-tsih » très fin et répété et un « tsît-tsît-tsît » légèrement plus puissant quand il se déplace, souvent émis en vol.
ChantChant
Le chant est une petite ritournelle à finale marquée, elle aussi très aiguë.

Trilles composées des mêmes notes.

Appel d'oiseauAppel

VolVol

Description

ComportementHabitudes

Description
Roitelet huppé. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.
Le roitelet huppé est minuscule et très remuant, et assez peu farouche, mais il se tient souvent à l'intérieur du feuillage et est difficile à voir.

Roitelet huppé. Cliquer pour agrandir l'image.Constamment en mouvement, il volette autour des rameaux, à la recherche de ses proies et se perche parfois la tête en bas. À la recherche de nourriture, les roitelets font des acrobaties sans relâche autour des branches et se nourrissent de petits insectes, de larves et d'araignées. Le roitelet utilise ses griffes pointues pour s'accrocher la tête en bas aux branches et aux feuilles, lui permettant ainsi de se nourrir de petits insectes et d'araignées.

C'est dire que le roitelet huppé est particulièrement abondant en fin d'été mais ses mœurs arboricoles le rendent difficile à observer.

Roitelet huppé. Cliquer pour agrandir l'image.Les chances de voir le roitelet huppé ne sont pas fréquentes : il quitte peu le couvert des résineux qu'il affectionne, si ce n'est l'hiver durant lequel on peut le voir plus facilement.

Il recherche l'essentiel de sa nourriture dans les branches et les rameaux élevés, souvent en voletant sur place. Il arrive qu'on le voie descendre chasser jusque sur le sol.

Par les nuits froides, les roitelets peuvent se blottir les uns contre les autres au creux de la végétation.

En automne et en hiver, le roitelet se mêle souvent aux rondes de mésanges, sittelles et grimpereaux et fréquente occasionnellement les mangeoires situées à proximité des bois de conifères.

Cycle de vieCycle de vie

Système reproductif
TerritorialitéTerritorialité
Première nidificationPremière nidification
Période de nidificationPériode de nidification
Le nid est construit en avril.
ReproductionParade nuptiale
Le mâle redresse sa huppé jaune, orange et noire pendant les parades nuptiales.
ReproductionAccouplement
Site de nidificationSite de nidification
Le nid est établi dans un arbre à l'enfourchure terminale d'un rameau horizontal, ou posé sur une branche d'un résineux situés, à bonne hauteur, entre 10 et 20 m au-dessus du sol.

Les deux sexes travaillent à la construction du nid.

Il niche aussi dans le lierre et les ajoncs.

NidNid
Roitelet huppé. Nid. Cliquer pour agrandir l'image.Le nid des roitelets est une ravissante coupe minuscule faite de brindilles de bois, de brins de paille, de mousse, de lichens, de poils, intérieurement garni de plumes, maintenue par des toiles d'araignée et suspendue à à l'extrémité d'une branche.

Leur nid est sphérique, rétréci vers le haut, et soigneusement camouflé entre les branches touffues des conifères. Le Roitelet huppé se cache devant ses ennemis, comme les geais, les rapaces, les écureuils et les loirs qui saccagent parfois un nid.

La très petite taille du nid le rend très difficile à repérer.

Il sera rarement utilisé pour une seconde ponte.

NichoirNichoir
N'utilise pas les nichoirs.
Nombre de couvéesNombre de couvées
Deux couvées entre avril et juin.
PontePonte
À la fin d'avril ou en mai, 8 à 10 œufs sont pondus.
ŒufsŒufs
Œufs minuscules blancs ou jaunâtres, blanc-ivoire, tachetés de brun, surtout en couronne au gros bout.

De 12,1 à 14,6 x 9,2 - 11,0 mm.

IncubationIncubation
La femelle couve seule pendant 16 jours en moyenne (de 14 à 17 jours).
ÉclosionÉclosion
NourrissageNourrissage
Les jeunes sont nourris par les deux parents. Les adultes leur apportent des pucerons, de petites chenilles, des araignées… récoltés dans le feuillage environnant.
EnvolEnvol
Les jeunes quittent le nid entre 14 et 18 jours, mais ils passent les nuits avec leurs parents, et une seconde nichée est entreprise aussitôt après.
SevrageSevrage
ÉmancipationÉmancipation
Les jeunes quittent le nid à l'âge de 35 à 42 jours, et sont aussitôt capables de voler.

Ils resteront aux alentours, même si une autre nichée a lieu.

Plumage juvénilePlumage juvénile
Les jeunes sont vêtus d'un duvet gris-brun, court et clairsemé.
Période de muePériode de mue
Prédateurs
BelettesÉcureuils
MaladiesMaladies
Tuberculose aviaire, coccidiose.
LongévitéLongévité
7 ans.

RégimeNourriture

Description
MouchesAraignéesInsectesTipulesPapillons de nuitMille-pattesGrainsVers
Roitelet huppé. Cliquer pour agrandir l'image.
Roitelet huppé. Cliquer pour agrandir l'image.Le roitelet huppé nourrit de toute sorte de petits arthropodes.

Le bec, plutôt fin, est adapté au régime alimentaire composé surtout d'insectes souvent attrapés au vol dans les hautes frondaisons.

Mouches, moucherons, araignées qu'il chasse souvent sur les plus hautes branches ; des pucerons, des coléoptères et leurs larves récoltés sur les branches d'arbre ; petits mollusques et mille-pattes ; il lui arrive de capturer des papillons de nuit.

Roitelet huppé. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.Chassant à l'abri du feuillage des végétaux sempervirent, le roitelet trouve encore à manger même après une forte chute de neige.

Il se nourrit aussi de graines et du pollen des résineux.

En hiver, le Roitelet se nourrit d'œufs ou de nymphes d'insectes.

Il passe 95% de la journée à se nourrir (à peu près son poids quotidien, soit 6 à 7 grammes) !

MangeoireMangeoires
Roitelet huppé. Cliquer pour agrandir l'image.Visiteur rare des mangeoires pour des miettes, de la graisse et du fromage râpé. On peut nourrir les roitelets avec des mélanges spéciaux pour insectivores vendus dans le commerce.

HabitatHabitats

MilieuxMilieux
Forêts de conifèresForêt de montagneJardinsVillagesVilles
Roitelet huppé. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.
Roitelet huppé. Cliquer pour agrandir l'image.Le roitelet huppé est inféodé aux forêts de conifères, notamment celles d'épicéas.

Sa préférence va aux feuillages les plus denses : sapin, douglas, épicéa et, à un degré moindre, les pins.

Un exemplaire de ses essences de prédilection peut suffire pour héberger le Roitelet huppé. C'est ainsi qu'il est l'hôte fréquent des parcs et même de certains jardins de vieux conifères, y compris en ville. Mais ses mœurs discrètes et sa petite taille le rendent difficile à trouver.

Roitelet huppé. Cliquer pour agrandir l'image.Il niche souvent dans de grandes forêts de conifères.

Il est plus commun dans les jardins pendant les mois d'hiver.

Les feuillus sont généralement délaissés.

Territoire
À la bonne saison, les oiseaux nicheurs peuvent atteindre une densité de 2 à 3 couples à l'hectare dans les vieilles pessières.
GîteGîte
AltitudesAltitudes
Étage de plaineÉtage collinéen (de 0 à 800 m)Étage montagnard (de 800 à 1700 m)Étage subalpin (de 1700 à 2200 m)
On rencontre le roitelet huppé dans les bois de sapins et de pins qui vont en remontant de la plaine, jusqu'à la limite des forêts dans la montagne.

RépartitionRépartition

Répartition globale
Roitelet huppé. Repartition
En dehors de l'extrême nord (l'Islande et des régions les plus au nord de la Scandinavie) et des régions méditerranéennes, le Roitelet huppé habite toute l'Europe.

Roitelet huppé. TimbreMalgré sa taille minuscule, il réussit à résider en Europe même pendant les hivers les plus rudes, trouvant nourriture et abri dans les régions où dominent les forêts de conifères.

Présent en auvergneAuvergne
Roitelet huppé. Puy des Gouttes. Cliquer pour agrandir l'image.

MigrationMigration

Le roitelet huppé est plus ou moins migrateur.

Les hivernants provenant d'Europe du Nord sont fréquents. Le mois d'octobre voit une migration partielle, ce qui augmente encore les effectifs à cette époque car les apports d'oiseaux nordiques sont beaucoup plus importants à cette saison que les départs des oiseaux indigènes.

Histoire et traditionsHistoire, littérature, traditions, légendes, religions, mythes, symboles …

HistoireHistoire

StatutStatut

Rareté
Menaces
L'hiver provoque une très forte mortalité : ces oiseaux minuscules, de métabolisme très élevé, doivent se nourrir en permanence; chaque nuit, ils perdent en effet jusqu'à 20 % de leur poids, perte qui doit être très rapidement compensée pendant la journée. Néanmoins, une très grande partie des effectifs hiverne chez nous. Le maintien des effectifs d'une année à l'autre n'est possible que par une reproduction très importante.

Certains individus migrent vers le sud de l'Europe ou vers l'Europe orientale ou occidentale ; d'autres sont sédentaires.

Chasse interditeProtection
Protégé.

VidéosVidéos

Autres sujetsAutres sujets

Sujets proches
Le roitelet huppé (Regulus regulus)
Le roitelet à triple bandeau (Regulus ignicapilla)
Sujets plus larges
Racine
Les aegithalidés (Aegithalidae)
Les alaudidés (Alaudidae)
Le cincle plongeur (Cinclus cinclus)
Les corvidés (Corvidae)
Le diamant mandarin (Taeniopygia guttata)
Les embérizidés (Emberizidae)
L'engoulevent d'Europe (Caprimulgus europaeus)
Les fringillidés (Fringillidae)
Le grimpereau des bois (Certhia familiaris)
Le grimpereau des jardins (Certhia brachydactyla)
Les hirundinidés (Hirundinidae)
Les laniidés (Laniidae)
Le loriot d'Europe (Oriolus oriolus)
La mésange à moustache (Panurus biarmicus)
Le moineau domestique (Passer domesticus)
Le moineau friquet (Passer montanus)
Le moineau soulcie (Petronia petronia)
Les motacillidés (Motacillideae)
Les muscicapidés (Muscicapidae)
La niverolle alpine (Montifringilla nivalis)
Les paridés (Paridae)
Les roitelets (Regulus)
La sittelle torchepot (Sitta europaea)
Les sturnidés (Sturnidae)
Les sylviidés (Sylviidae)
Le tichodrome échelette (Tichodroma muraria)
Le troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes)
Les turdidés (Turdidae)
Taxon supérieur ] [ Taxon suivant ]
Recommander cette page :
Recommander ce site :
Recherche personnalisée
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.