L’épiaire officinale (Stachys officinalis)

Espèce[Photos] [Présentation] [Classification] [Noms] [Étymologie] [Identification] [Racines] [Tiges] [Feuilles] [Fleurs] [Fruits] [Cycle] [Habitats] [Origine] [Distribution] [Bois] [Utilisations] [Constituants] [Histoire] [Statut]

[Taxon précédant] [Page d'accueil] [Taxon ascendant] [Taxon suivant] [Via Gallica]

Page non éditée

PhotosPhotos

Épiaire officinale. Pulvérières. Cliquer pour agrandir l'image.

ClassificationClassification

Règne : plantes (Plantae)Sous-règne : plantes vasculaires (Tracheobionta)
Division : plantes à graines (Spermatophyta)Sous-division :
Classe : plantes à fleurs (Angiospermae)Sous-classe : dicotylédones (Dicotyledonae)
Super-ordre : astéridés (Asteridae)Ordre : lamiales (Lamiales)
Famille : lamiacées (Lamiaceae)Sous-famille :
Genre :Sous-genre :
Espèce : Stachys officinalis [(Linné) Travis.], Stachys betonica [Benth.], Betonica officinalis [Linné]Variété :
Nom commun : épiaire officinale, bétoine officinaleNom populaire : bétoine, bétoine pourpre, épiaire vulgaire, tabac des gardes

Noms européensNoms européens

AlbanieAllemagneBetonienkraut, echter ZiestAngleterrewood betonyArménie
Pays basqueBiélorussieBrezhonegBulgarie
CatalogneChyprioteCorsuCroatie
DanemarkGaeidhliglus bheathagEspagneEstonieharilik tõnnike
FøroysktFinlandeFrançaisépiaire officinaleFrysk
GalicePays de GallesGéorgieGrèceστάχυς ο φαρμακευτικός
HongrietisztesfûIrlandeIslandeItalie
LettonieLithuanieLëtzebuergëschWëll BrenndëschtelMacédoine
MalteMoldovenesteNorvègeOccitan
Pays-BasPolognePortugalRoumanie
RussieSerbieSlovaquieSlovénienavadni čistec
SuèdeTchéquieUkraïneEmpire romainStachys officinalis

ÉtymologieOrigine du nom

Étymologie latineÉtymologie latine
Son ancien nom botanique de genre, Betonica, vient de l’expression latine « vere tonica », vraiment tonique.

Son nom botanique de genre, Stachys, vient du grec « stachus » : épi, disposition des fleurs.

Identification du végétalIdentification

Identification généraleGénéralités
Plante assez variable.
Catégorie de planteCatégorie de plantePlante herbacée
Plante herbacée vivace.
PortPort de la plante
HauteurHauteur de la plante
Petite à grande, de 20 à 60 (70) cm de hauteur.
Espèces semblablesEspèces semblables

ÉcorceTige / Écorce

Description de la tige
L’été, l’épiaire officinale développe des tiges dressées, peu feuillées (une ou deux paires de feuilles), à poils doux ou glabre.

Tiges à quatre angles, ligneuse à la base.

Couleur de l'écorceCouleur de la tige

FeuilleFeuilles

Description des feuilles
Épiaire officinale. Planche d'identification Linnemand. Cliquer pour agrandir l'image.Épiaire officinale. Feuille, Pulvérières. Cliquer pour agrandir l'image.L’épiaire officinale possède une rosette de feuilles à la base.

Feuilles opposées.

Le pétiole, très long dans les feuilles de la base, devient de plus en plus court vers le sommet de la plante, jusqu’à devenir absent.

Feuilles oblongues à étroitement ovales, avec une base en cœur.

Les feuilles sont grossièrement dentées, comme festonnées (dents arrondies), et présentent des nervures en réseau très apparentes.

Dimension des feuillesDimension des feuilles
Feuilles longues de 3 à 10 cm.
Couleur des feuillesCouleurs des feuilles
Feuilles vert foncé.
VégétationVégétation
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Végétation

FleurFleurs

Description des fleurs
Épiaire officinale. Planche d'identification Flora danica. Cliquer pour agrandir l'image.Épiaire officinale. Fleur, Pulvérières. Cliquer pour agrandir l'image.Fleurs groupées en verticillés, en haut des hampes florales, formant un épi cylindrique serré, obtus, souvent interrompu à la base.

Fleur à lèvre supérieure droite.

Mâle
Femelle
Dimension des fleursDimension des fleurs
Fleurs de 1,5 cm de longueur.
Couleurs des fleursCouleurs des fleursFleurs rougeâtresFleurs rose vif
Fleurs rose vif - pourpre rougeâtre.
Fleur odoranteParfum des fleurs
Parfum peu prononcé.
PollenPollen
FloraisonFloraison
Floraison de juin à septembre.
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Floraison

Cycle de vieCycle de vie

PérennitéPérennitéPlante pérenne
Plante vivace.
PlantationPlantation
MultiplicationMultiplicationPollinisation
EntretienEntretienTaille
CroissanceCroissance
RécolteRécolte
Ennemis de la planteEnnemisVersInsectesChampignonsMicrobes
LongévitéLongévité

HabitatHabitats

MilieuxMilieuxBois clairsPelouses de montagnePâturagesLandesMarécages
La bétoine se rencontre dans les prairies marécageuses, les landes, les pelouses maigres de montagne, les bois clairs de feuillus, les lieux herbeux, sur les talus.
SolsSolsSols drainésSols humides
Aime les sols argileux ou sablonneux.
ExpositionsPlante de lumièrePlante d'ombre
À découvert ou à mi-ombre.
ClimatsClimatsClimat ensoleilléClimat ombréClimat pluvieuxClimat humideClimat froid
AltitudesAltitudesÉtage de plaineÉtage collinéen (de 0 à 800 m)Étage montagnard (de 800 à 1700 m)
Jusqu’à 1700 m d’altitude.
Espèce associéeEspèce associée

RépartitionDistribution géographique

Distribution globale
Europe jusqu’au sud de la Scandinavie et Caucase.

En France, répandue partout, mais plus rare dans le Sus-Est ; absente de Corse.

Utilisation médicinaleUtilisations

Utilisations médicinalesUtilisations médicinales
La bétoine est légèrement dépurative et expectorante.

La poudre des feuilles de bétoine, prisée, servait de sternutatoire pour libérer les sinus en cas de rhume.

L’infusion des feuilles et des fleurs servait de substitut du thé, tonique des nerfs, bénéfique contre les maux de tête, l’irritabilité, l’ivresse.

La racine peut provoquer des vomissements.

Utilisations économiquesUtilisation en teinturerie
Plante tinctoriale.

Constituants chimiquesConstituants chimiques

La bétoine contient des tanins, des bétaïnes, des acides-phénols, glucoside, saponoside.

Histoire et traditionsHistoire, littérature, traditions, légendes, religions, magie, mythes, symboles …

HistoireHistoire
La bétoine avait, chez les Grecs anciens, la réputation d’être une panacée.
TraditionsTraditions
Les paysans fumaient ses feuilles, associées à celle du tussilage, en guise de tabac.

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Sujets plus détaillés
Sujets proches
La brunelle vulgaire (Prunella vulgaris)
La bugle de Genève (Ajuga genevensis)
La bugle rampante (Ajuga reptans)
Le calament à grandes fleurs (Calamintha grandiflora)
L'épiaire officinale (Stachys officinalis)
Le lamier blanc (Lamium album)
Le lamier jaune (Lamium galeobdolon)
Le lamier pourpre (Lamium purpureum)
La mélisse-citronnelle (Melissa officinalis)
La menthe des bois (Mentha silvestris)
L'origan commun (Origanum vulgare)
Le pas-de-poule (Lamium amplexicaule)
La sauge des prés (Salvia pratensis)
Le thym serpolet (Thymus serpyllum)
Le thym vulgaire (Thymus vulgaris)
Sujets plus larges
Page d'accueil
Les apocynacées (Apocynaceae)
Les astéracées (Asteraceae)
Les boraginacées (Boraginaceae)
Les campanulacées (Campanulaceae)
Les caprifoliacées (Caprifoliaceae)
Les dipsacacées (Dipsacaceae)
Les gentianacées (Gentianaceae)
Les lamiacées (Lamiaceae)
Le liseron des champs (Convolvulus arvensis)
Les oléacées (Oleaceae)
Les plantaginacées (Plantaginaceae)
Les rubiacées (Rubiaceae)
Les scrofulariacées (Scrophulariaceae)
Les solanacées (Solanaceae)
Les valérianacées (Valerianaceae)
Les verbénacées (Verbenaceae)
Taxon précédant ] [ Taxon ascendant ] [ Taxon suivant ] [Page d’accueil] [Végétaux] [Via Gallica]
Chercher sur ce Site :
Chercher sur la Toile :
Recommander cette page :
Recommander ce site :
AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.