AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.
Recherche personnalisée

La ville antique de Rhodes

[Sujet précédant] [Sujet ascendant] [Sujet suivant] [Page d’accueil] [Grèce] [Via Gallica]
Rubriques[Photos] [Présentation] [Situation] [Visites] [Culture] [Informations pratiques] [Autres sujets]Page éditée

PhotosPhotos

Temple d'Apollon à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Stade antique de Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Théâtre antique de Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.

PrésentationPrésentation

Présentation généraleGénéralités
La Colline Haghios Stephanos (Monte Smith)
Carte de la ville antique de Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.La colline de Saint Étienne (Agios Stephanos), nommée Monte San Stefano par les Italiens, qui donne sur la ville moderne et la ville médiévale, est le site de l’antique Rhodes hellénistique. L’acropole de la ville se trouvait sur le versant est de la colline.

Cette colline est aussi appelée aujourd’hui Monte Smith du nom de l’amiral anglais sir Sydney Smith, qui, sur ces hauteurs (111 m), avait construit en 1802 un poste d’observation pour surveiller les mouvements de la flotte de Napoléon durant la campagne d’Égypte, pendant que la flotte anglaise surveillait les abords de la mer de Marmara.

De la colline de Saint Étienne la falaise tombe à pic dans la mer, laissant juste une petite corniche pour le passage d’une route en contrebas.

La colline offre des vues superbes, surtout au coucher du soleil, sur le littoral, l’île de Symi et la mer jusqu’à la côte turque éloignée de 20 km environ.

VisitesVisites

La Cité Hellénistique
Coucher de soleil sur la ville antique de Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Selon des fouilles récentes, la ville antique de Rhodes possédait deux acropoles : une acropole sur la colline d’Agios Stephanos (stade, théâtre, temples de Zeus et d’Athéna Polias ainsi que d’Apollon Pythée ou Hélios) et une acropole là où se trouve aujourd’hui le Palais des Chevaliers ou Collachium (temple d’Aphrodite et temple de Dionyssos).

La ville antique a été construite en 408 avant JC selon les plans en damier d’Hippodamos de Milet : tracée au cordeau, elle s’étendait de la pointe nord de l’île au site de l’actuelle cité des Chevaliers, et jusqu’au monte Smith où se dressait l’acropole.

L’Acropole
Temple de Pithios Apollon à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.L’acropole (Akrópoli) dominait la partie occidentale et la plus élevée de la ville. Elle n’a été ni enrichie ni fortifiée comme l’ont été la plupart des acropoles antiques. Elle était composé d’une zone monumentale avec des sanctuaires, de grands temples, des bâtiments publics et des lieux de culte. Les bâtiments ont été construits sur des terrasses renforcées par de puissants murs de soutènement. L’architecture hellénistique a combiné la beauté naturelle avec les aménagements artificiels. Les différents bâtiments datent des périodes hellénistiques et hellénistiques tardif (IIIe et IIe siècle avant JC). De l’acropole, la ville antique s’étendait jusqu’à la pointe nord de l’île et vers l’est jusqu’à la future cité des Chevaliers.

Les fouilles ont été effectuées par l’école archéologique italienne sous la domination de l’île par les Italiens entre 1912 et 1945. Depuis 1946, c’est le service archéologique grec qui a repris le flambeau. La totalité du site n’a pas encore été fouillé. Toute construction contemporaine a été interdite sur une superficie de 12.500 m² afin de permettre la poursuite des fouilles et la découverte de vestiges de la splendide ville antique de Rhodes. C’est après 1946 que le service archéologique grec a mené à bien des travaux de restauration dans les environs du temple de Pythian Apollo ayant subi des dommages considérables lors du bombardement dans la 2ème guerre mondiale et par l’installation de l’artillerie à cet endroit. Pendant les années 60 et 70, c’est le côté occidental du temple qui subit des restaurations. En 1996, des travaux de rénovation ont été effectués sur le temple Nymphaia.

Dans une oliveraie à l’est se trouvent le temple restauré d’Apollon Pythien, le stade du IIIe siècle avant JC et le théâtre.

Le Temple d’Apollon
On accède au temple d’Apollon (Naos Apolonos) par un large escalier construit dans le style dorique ; le temple était consacré à Apollon Pythien, protecteur de la ville. Situé au nord de l’acropole, c’était un temple péristyle (un portique composé de colonnes sur chacun des quatre côtés). Les quatre colonnes au chapiteau surdimensionnés et l’architrave toujours visibles sur place sont une bonne indication de son caractère monumental. C’était là que les habitants de Rhodes conservaient les textes de leurs traités avec d’autres états. Le temple est relié à la stoa.

Le temple d’Apollon, détruit par un tremblement de terre, a été partiellement restauré.

Acropole de la ville antique de Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Temple d'Apollon à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Temple d'Apollon à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.
Les Temples de Zeus et d’Athéna
Sur l’acropole on peut voir aussi quelques vestiges des temples d’Athéna Polias et de Zeus Polieus.
La Stoa et le Temple Nymphaia
Aujourd’hui seule la base de la « stoa » est préservée. Elle devait posséder une imposante façade visible de la ville et des parties inférieures.

Le temple Nymphaia, en partie creusé dans la roche, est situé au sud-est du mur de la stoa. Il se composait de quatre parties reliées entre elles. Le toit de la partie centrale possédait une grande ouverture. Des statuettes étaient logées dans les cavités des murs intérieurs et nous y trouvons des niches à offrandes. Le site était en communication avec les aqueducs souterrains.

Le Théâtre Antique
Théâtre antique de Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Odéon de Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Au nord-ouest du stade se trouvait un petit Odeion (théâtre) du IIe siècle avant JC, en marbre permettant d’accueillir environ 800 spectateurs. De plan rectangulaire, sa forme est originale. On suppose qu’il fut employé pour des événements musicaux ou pour assister à des leçons rhétoriques donnée par de célèbres orateurs locaux.
Théâtre antique de Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).Si l’on en croit Diodore de Sicile, ce n’était en fait que le petit théâtre, un autre, beaucoup plus vaste, se trouvait près du port, place de Symi.

Presqu’entièrement reconstruit par les Italiens avant la dernière guerre, seul le gradin du bas est authentique.

De nos jours, comme dans l’Antiquité, s’y déroulent des concerts et des représentations musicales et théâtrales.

Le Stade Antique
Le stade antique (Arheo Stadio), du IIe siècle avant JC, est situé au sud-est de la colline et orienté nord-sud ; il mesurait 190 mètres de long sur 35 de large.

Des fouilles et une reconstruction ont été réalisées par les Italiens. Sa longueur est de 600 pieds (ou 210 mètres). Les pièces originales authentiques sont le sphendone (extrémité arrondie avec le poteau de rotation), les proédries (sièges des fonctionnaires), certains des sièges inférieurs du gradin et le système pour les départs des athlètes.

Le stade de la Rhodes antique. Cliquer pour agrandir l'image.Stade antique de Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Stade de la ville antique de Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.
Stade de la ville antique de Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Un gymnase était situé à l’est du stade. Une partie du côté occidental avait été découverte dans le passé, et récemment c’est l’angle nord-est qui a été mis au jour sous un pavillon plus récent. C’était un grand bâtiment de forme carrée et mesurant environ 200 m de côté. Il renfermait de nombreuses œuvres d’art.
Le Cimetière Antique
Le cimetière antique d’Agios Ioannes est situé à proximité de la ville antique.
Le Parc Rodini
Au sud de la ville, à 3 km, le parc Rodini (parko Rodiniou), joli jardin botanique frais et verdoyant, permet de se détendre et de se rafraîchir à l’ombre de ses nombreux cyprès et platanes.

Une fête des vins y a lieu en été, de juillet à septembre.

Dans l’antiquité, l’école de rhétorique siégeait dans le parc Rodini.

Une nécropole dorienne se trouve à quelques mètres.

InformationsInformations pratiques

Information généraleInformation générale
L’acropole est accessible à pied, en 30 min, depuis la vieille ville ou le port. On peut sortir de la ville en longeant les remparts côté ouest, par les rues Fridérikis et Agios loannou, puis on tourne à droite dans la rue Diagoridon : après quelques centaines de mètres, un chemin sur la gauche conduit aux ruines sur la colline d’Agios Stefanos.

On peut aussi prendre le bus n° 5 au port de Mandraki, qui permet aussi de poursuivre jusqu’au parc de Rhodini.

Heures de visiteHeures de visite
Accès libre.

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Sujets plus détaillés
Sujets proches
Carte interactive de la ville de Rhodes
La ville antique de Rhodes
Le port de Mandraki à Rhodes
Le port de commerce de Rhodes
Le port d'Acandia à Rhodes
La ville médiévale de Rhodes
Le quartier hébreu de Rhodes
Le quartier turc de Rhodes
La ville moderne de Rhodes
Sujets plus larges
Page d'accueil
Carte interactive de l'île de Rhodes
Informations touristiques sur Rhodes
La géographie de Rhodes
L'histoire de Rhodes
La ville de Rhodes
La côte occidentale de Rhodes
La côte orientale de Rhodes
La côte méridionale de Rhodes
La flore et la faune de Rhodes
Sujet précédant ] [ Sujet ascendant ] [ Sujet suivant ]
Recommander cette page :
Recommander ce site :
Recherche personnalisée
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.