Menu de ce site

Le village et la grotte de Milatos en Crète

Rubriques[Photos] [Présentation] [Situation] [Visites] [Culture] [Informations pratiques] [Autres sujets]

[Grèce] [Sujet ascendant] [Sujet suivant] [Via Gallica]

Page éditée

PrésentationPrésentation

Présentation généralePrésentation générale

SituationSituation

Le canton de Vrachassi est un petit canton situé au coin nord-ouest de la commune d’Agios Nikolaos et du département du Lassithi, à la limite avec le département d’Héraklion ; sa superficie n’est que de 63 km².

Le canton de Vrachassi compte quatre localités : Sainte-Barbe (Αγία Βαρβάρα / Agía Varvára), Milatos (Μίλατος), Sissi (Σίσι) et Vrachassi (Βραχάσι).

Le village de Milatos en Crète. Situation du canton de Vrachasi (auteur Pitichinaccio). Cliquer pour agrandir l'image.Le canton comprend également un îlot qui se trouve à environ 31 km au large de la plage de Milatos, l’îlot d’Avgo (νησίδα Αυγό) (l’« Œuf »). À noter que cet îlot est revendiqué par la Turquie au motif qu’il n’est pas nommément cité par le traité de Lausanne de 1923 comme étant attribué à la Grèce.

VisitesVisites

Village grecLe village de Milatos (Μίλατος / Mílatos)
Le village de Milatos en Crète. Le village vu depuis la grotte. Cliquer pour agrandir l'image.Le village de Milatos se trouve au sommet d’une petite colline, située au fond d’une vallée fertile irriguée par plusieurs ruisseaux qui descendent par des gorges encaissées du massif de Kalistos. Le vieux village se trouve à environ 1,5 km de la côte et vit traditionnellement de la culture de l’olivier. Le village se trouve à environ 6 km de la route nationale 90, par de petites routes sinueuses, et jouit donc d’une grande tranquillité ; le village est enclavé entre des collines et on ne peut guère que faire demi-tour après l’avoir visité. Milatos se trouve à 25 km à l’ouest d’Agios Nikolaos, via Néapolis, et à 48 km à l’est d’Héraklion, via Malia.

Le village de Milatos en Crète. Le village vu depuis la grotte. Cliquer pour agrandir l'image.Autour de la plage formée par l’embouchure de la rivière s’est créée une modeste station balnéaire simplement nommée « Plage de Milatos » (Παραλία Μιλάτου / Paralía Milátou), avec quelques tavernes et quelques hébergements touristiques, principalement en appartements de vacances. La plage est une plage de galets et de graviers gris, peu attrayante, de 150 m de longueur ; à l’ouest se trouve un petit port de pêche qui accueille aussi des bateaux de plaisance.

Le vieux village compte une population d’environ 180 habitants et le village côtier environ 160 habitants. Le village existait déjà au début de l’époque vénitienne et était alors nommé Milato ; ce toponyme proviendrait de celui de l’antique cité dorienne de Milatos. Sous l’occupation ottomane le village fut le théâtre de l’une des multiples atrocités turques, le massacre de la grotte de Milatos, située à 1 km du village.

Ruine antiqueLes ruines antiques de Milatos
Le village de Milatos devrait son nom à l’ancienne cité dorienne de Milatos (Μίλατος), ou Milétos (Μίλητος), qui était située dans les parages, mais l’emplacement de la ville antique n’est pas exactement connu.

Milatos aurait été fondée à l’époque archaïque. Selon Pausanias, Milatos était considérée comme le lieu de naissance mythique de Pandarée (Πανδάρεως). Dans le « Catalogue des Navires » de l’Iliade, Homère mentionne Milatos comme étant l’une des sept cités crétoises qui auraient participé à la guerre de Troie, sous le commandement d’Idoménée (Ιδομενέα). Des colons crétois de Milatos, conduits par Sarpédon (Σαρπηδών), le frère du roi Minos, auraient fondé la colonie de Milet dans la province d’Ionie en Anatolie,

Au VIe siècle avant JC la cité de Milatos était en conflit frontalier permanent avec une autre cité dorienne, la cité de Dréros (Δρήρος), située à quelques kilomètres au sud ; à cette époque Milatos est alliée avec la cité dorienne de Lyctos.

En 220 avant JC Milatos aurait été détruite par son ancienne alliée, Lyctos (Λύκτος), située à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest, qui annexa son territoire ; à l’époque de Strabon (Στράβων), au Ier siècle avant JC, la cité de Milatos n’existait plus.

Selon certains érudits locaux les ruines de l’antique Milatos se trouvent à l’est de la plage de la station balnéaire de Milatos, à 1,5 km au nord-est du village actuel ; on peut voir à cet endroit quelques ruines de maisons ; ce site n’a pas encore été fouillé. D’autres historiens pensent que l’ancienne Milatos était la cité de Malia, située à 7 km à l’ouest.

GrotteLa grotte de Milatos (Σπήλαιο Μιλάτου / Spílaio Milátou)
Le village de Milatos est surtout connu pour sa grotte et les événements tragiques qui s’y sont déroulés en 1823.

Le village de Milatos en Crète. Le village vu depuis la grotte. Cliquer pour agrandir l'image.La grotte de Milatos est située à 1 km, à vol d’oiseau, à l’est du village, à environ 140 m d’altitude ; la grotte se trouve sur le flanc ouest de la colline de Kadistos (Καδηστός), le mont Kadiston (Κάδιστον) des Anciens, surplombant des gorges.

Le village de Milatos en Crète. Accès à la grotte. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Depuis le village une route balisée, la route de Kounali (Κουνάλι), conduit en 3 km jusqu’à l’entrée d’un sentier qui monte jusqu’à la grotte ; un peu après se trouve une aire de stationnement. Le sentier, grossièrement pavé et sécurisé par un garde-corps, conduit en 300 m jusqu’à l’entrée de la grotte ; la promenade facile dure à peu près 10 min et offre de belles vues sur la vallée de Milatos jusqu’à la côte où l’on aperçoit la plage de Milatos.

Aller à la grotte de Milatos avec Google Maps (35.310158, 25.576293).

Le village de Milatos en Crète. Plan de la grotte. Cliquer pour agrandir l'image.La grotte de Milatos est constituée d’un réseau de salles d’origine karstique qui pénètre assez profondément dans la montagne ; ces salles comportent des formations géologiques telles que des colonnes et des stalagmites. La grotte a une superficie de 2 100 m², une profondeur maximale de 73 mètres et une largeur de 63 m ; la hauteur du plafond varie de 0,5 à 3 m.

Le village de Milatos en Crète. Entrée de la grotte. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Le village de Milatos en Crète. Entrée de la grotte. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Le village de Milatos en Crète. Entrée de la grotte. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).
En 1821 la guerre d’indépendance grecque avait débuté et la Crète était entrée à son tour en rébellion contre l’occupant ottoman ; le sultan Mahmoud III très occupé par la lutte contre les indépendantistes grecs, notamment en Morée, avait demandé au vice-roi d’Égypte Méhémet Ali (Μεχμέτ Αλή) d’intervenir en Crète pour réprimer la rébellion ; en mai 1822 des troupes égyptiennes, commandées par le pacha Hassan (Χασάν Πασάς), un beau-fils de Méhémet Ali, débarquèrent en Crète.

En février 1823, entre 2 000 et 3 500 femmes et enfants de Milatos, de Néapolis et d’autres villages environnants, ainsi que 150 hommes armés, se réfugièrent dans la grotte de Milatos afin d’échapper à l’armée du pacha Hassan qui dévastait la région. Cependant, un Turc de la région eut connaissance de cette situation et en informa le pacha Hassan ; Hassan envoya le bey Hussein avec 5 000 soldats pour capturer vivants les Crétois. Depuis la grotte les hommes armés commencèrent une guérilla et, bien qu’ils eussent peu de munitions, ils causèrent de grandes pertes aux troupes turco-égyptiennes.

Les Turcs jugèrent que le siège de la grotte durait trop longtemps ; le 3 février ils firent boucler la vallée et amenèrent des canons pour pilonner la bouche de la grotte depuis le coteau situé en face de la grotte ; les Crétois protégèrent l’entrée de la grotte avec des sacs de laine pour amortir la force des boulets de canon. Les Turcs sommèrent les Crétois de se rendre, leur promettant la vie sauve, mais les Chrétiens refusèrent, ne croyant pas ces promesses. Les capitaines des régions de Mirabello et de Lassithi, vinrent au secours des assiégés avec 2 500 hommes, mais le pacha Hassan avait une armée nombreuse de 16 000 hommes, des canons, beaucoup de munitions et de vivres.

Les Crétois furent à court de nourriture et d’eau ; la puanteur des cadavres s’ajoutait à la faim et la soif des assiégés ; le 15 février, les assiégés, ne pouvant plus soutenir le siège, décidèrent de faire une sortie héroïque. Le siège avait duré 22 jours.

Le bey Hussein oublia ses promesses ; les 30 hommes intrépides qui sortirent les premiers furent massacrés sous les yeux des femmes et des enfants. Les filles et les femmes furent attachées avec leurs tresses. Le pacha donna l’ordre que les femmes âgées fussent séparées et emmenées à un endroit où sa cavalerie les piétina toutes à mort ; Hussein fit couper leurs têtes et en fit faire une pyramide sur une aire de battage. Les bébés furent tués, et les jeunes femmes et les enfants furent vendus comme esclaves en Égypte. Tous les hommes, sauf 30 combattants et 18 prêtres, furent aussitôt mis à mort ; les prêtres furent ensuite brûlés vifs, et les combattants furent faits prisonniers à Spinalonga, où ils furent ensuite mis à mort. C’est ainsi que s’acheva la tragédie de la grotte de Milatos.

Quelques jours plus tard le pacha Hassan expia pour les crimes qu’il avait commis : après avoir quitté Milatos, il campa à Kastelli Pediadas dans le but de passer vers la plaine de Messara ; mais quand il alla faire un tour dans la plaine de Kastelli, son cheval s’emballa et le jeta à terre ; sa chute fut si brutale qu’il mourut sans pouvoir dire un mot.

Le village de Milatos en Crète. Salle de la grotte. Cliquer pour agrandir l'image.Le village de Milatos en Crète. Salle de la grotte. Cliquer pour agrandir l'image.Le village de Milatos en Crète. Salle de la grotte. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).
Pour commémorer ces atrocités turques la grotte de Milatos est devenue un lieu de culte : en 1937, une chapelle, dédié à saint-Thomas, a été édifiée dans une des salles qui a été agrandie, située à 20 m de l’entrée de la grotte ; on y accède par un escalier d’une trentaine de marches ; l’ouverture de cette salle donne à pic sur les gorges. Sur la droite de la chapelle se trouve un ossuaire en verre, recouvert d’un drapeau grec, renfermant les restes de quelques-unes des victimes du massacre de 1823. Une inscription gravée a été placée au-dessus de l’entrée de la grotte rappelant les événements de 1823.

L’accès à la grotte de Milatos est gratuit. Il vaut mieux se munir d’une lampe-torche si on veut accéder à la chapelle Saint-Thomas ou explorer toutes les salles de la grotte. La visite peut se faire en une trentaine de minutes.

Le village de Milatos en Crète. La chapelle Saint-Thomas de la grotte de Milatos. Cliquer pour agrandir l'image.Le village de Milatos en Crète. La chapelle Saint-Thomas de la grotte de Milatos. Cliquer pour agrandir l'image.
Village grecLe village de Vrachassi (Βραχάσι / Vrachási)
Le village de Vrachassi se trouve en contrebas de la route nationale 90 reliant Héraklion à Saint-Nicolas, à une dizaine de kilomètres après Malia ; depuis la route nationale on descend vers le village par une route impressionnante qui est l’ancienne route nationale. Les autocars publics ont un arrêt au-dessus du village, un peu avant le tunnel routier. Le toponyme du village semble dériver du mot « rocher » (βράχος). La localité compte environ 300 habitants.

Le village de Milatos en Crète. Le monastère Saint-Georges de Selinari. Cliquer pour agrandir l'image.À 2 km au nord-ouest du village de Vrachassi, au bord de la nouvelle route nationale 90, se trouve le monastère Saint-Georges de Sélinari (Μονή Αγίου Γεωργίου Σεληνάρι) ; le monastère surplombe les gorges de la rivière Sélinari (Φαράγγι Σεληνάρι). Il y a un arrêt des autocars publics en face du monastère ; on dit que l’autocar, qui assure la ligne régulière, s’y arrête souvent, le temps pour tous ses passagers d’allumer un cierge à saint Georges à qui l’église est dédiée

Le monastère Saint-Georges est un monastère orthodoxe d’hommes qui aurait été fondé au XVIe siècle, vers 1522 ; le monastère a été abandonné au XIXe siècle pendant l’occupation ottomane. Le monastère que l’on voit de nos jours a été restauré en 1961 ; la petite chapelle Saint-Georges, située sur la droite en entrant, était le catholicon de l’ancien monastère ; deux autres églises ont été construites, l’église de la Résurrection en l’an 1992 et l’église de l’Épiphanie en l’an 2000, ainsi qu’un impressionnant clocher.

Le monastère comprend également une maison de retraite pour personnes âgées.

Village grecLe village de Sissi (Σίσι / Sísi)
Sissi est un village de pêcheurs qui se trouve à environ 5 km à l’ouest de Milatos et à 25 km à l’ouest d’Agios Nikolaos, à 7 km à l’est de Malia et à 42 km à l’est d’Héraklion ; la localité est à la frontière des départements d’Héraklion et du Lassithi. Sissi est à 2 km à l’écart de la route nationale 90 qui relie Héraklion à Saint-Nicolas et bénéficie, de ce fait, d’une certaine tranquillité.

Le village comprend un vieux bourg, Sissi d’En haut (Επάνω Σίσι), et un village côtier ; l’ensemble des deux villages compte environ 1 000 habitants. Depuis quelques décennies, le village côtier connaît un développement important comme station balnéaire grâce à un petit port en eau profonde, une palmeraie à l’arrière du port, quelques petites plages, quelques bonnes tavernes et une ambiance beaucoup plus paisible que celle de la station voisine Malia.

Informations pratiquesInformations pratiques

MétéorologieMétéo et prévisions

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Via Gallica > Grèce > Mer Égée > Île de Crète > Département du Lassíthi > Ágios Nikólaos > Mílatos
Sujets plus détaillés
Sujets proches
Le village et la grotte de Milatos en Crète
Le village de Néapolis en Crète
Le village d’Élounda en Crète
Le village de Kritsa en Crète
Sujets plus larges
Grèce
La ville d’Agios Nikolaos en Crète
La ville d’Iérapétra en Crète
La ville de Sitia en Crète
Le plateau du Lassithi en Crète
[Sujet ascendant] [Sujet suivant] [Page d’accueil] [Grèce] [Via Gallica]
Chercher sur ce Site
Chercher sur la Toile 
Recommander cette page 
Recommander ce site 
AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.