AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.
Recherche personnalisée

La cétoine dorée (Cetonia aurata)

Taxon précédent ] [ Taxon supérieur ] [ Taxon suivant ] [Animaux] [Via Gallica]
Espèce[Photos] [Présentation] [Classification] [Sous-classification] [Noms] [Étymologie] [Identification] [Chant] [Vol] [Habitudes] [Cycle de vie] [Nourriture] [Habitats] [Répartition] [Migration] [Histoire] [Statut] [Vidéos]Page éditée

PhotosPhotos

Cétoine doree. Cliquer pour agrandir l'image.Cétoine doree. Cliquer pour agrandir l'image.Cétoine doree. Cliquer pour agrandir l'image.
Cétoine doree. Cliquer pour agrandir l'image.Cétoine doree. Cliquer pour agrandir l'image.Cétoine doree. Cliquer pour agrandir l'image.
Cétoine dorée. Nymphe de cétoine dorée. Cliquer pour agrandir l'image.Cétoine doree. Devoree par des fourmis. Cliquer pour agrandir l'image.Cétoine doree. Cliquer pour agrandir l'image.

PrésentationPrésentation

Présentation généraleGénéralités

ClassificationClassification

Règne : animaux (Animalia)Sous-règne : métazoaires (Metazoa)Division : triploblastiques (Bilateralia)Sous-division : deutérostomes (Deuterostomia)
Super-embranchement : arthropodes (Arthropoda)Embranchement :
Super-classe : héxapodes (Hexapoda)Classe : insectes (Insecta)Sous-classe : insectes ailés (Pterygota)Infra-classe : endoptérygotes (Endopterygota)
Super-ordre : coléoptèroïdes (Coleopteroidea)Ordre : coléoptères (Coleoptera)Sous-ordre :Groupe :
Super-famille : scarabéidés (Scarabaeidae)Famille : cétonidés (Cetoniidae)Sous-famille : cétoninés (Cetoniinae)
Genre : cétoines (Cetonia)Sous-genre :
Espèce : Cetonia aurata [Linné]Sous-espèce :Nom commun : cétoine doréeNom populaire :

Noms européensNoms européens

AlbanieAllemagneGold-RosenkäferAngleterrerose chaferArménie
Pays basqueBiélorussieBrezhonegBulgarie
CatalogneChyprioteCorsuCroatie
DanemarkguldbasseGaeidhligEspagneEstonie
FøroysktFinlandeFrançaiscétoine doréeFrysk
GalicePays de GallesGéorgieGrèce
HongrieIrlandeIslandeItalie
LettonieLithuanieLëtzebuergëschMacédoine
MalteMoldovenesteNorvègeOccitan
Pays-BasPolognePortugalRoumanie
Russieзолотистая бронзовкаSerbieSlovaquieSlovénie
SuèdeTchéquieUkraïneEmpire romainCetonia aurata

ÉtymologieOrigine du nom

Étymologie latineÉtymologie latine
Étymologie françaiseÉtymologie française

Identification insecteIdentification

Identification généraleGénéralités
Cétoine dorée. Sur cardère sylvestre, Côtes de Clermont. Cliquer pour agrandir l'image.
Cétoine doree. Cliquer pour agrandir l'image.La cétoine dorée est un scarabée au corps trapu, corps, aux élytres un peu renfoncés, côtes plates.

Ailes postérieures déployées par les renforts latéraux des élytres qui restent appliqués.

Élytres échancrés latéralement.

Cétoine doree. Cliquer pour agrandir l'image.

MorphologieMorphologie
Cétoine dorée. Côtes de Clermont. Cliquer pour agrandir l'image.
MâleFemelleDe forme large et plutôt plate.
Mâle
Femelle
LongueurLa taille de l'insecte adulte oscille entre 15 et 20 mm.Envergure
HauteurPoids
ColorisColoris
Cétoine dorée. Sur cardère sylvestre, Côtes de Clermont. Cliquer pour agrandir l'image.
Cétoine doree. Cliquer pour agrandir l'image.Élytres généralement verts, pouvant être dorés, bronzés ou même noir bleuté avec toujours de petites macules blanchâtres, et transversales, sur les élytres ; le dessous est rouge doré, cuivré.

Cétoine doree. Cliquer pour agrandir l'image.De très nombreuses variations sont cependant observables mais elles sont le plus souvent cantonnées dans la moitié sud de la France, et la Corse elle-même a ses spécificités chromatiques.

Cétoine doree. Cliquer pour agrandir l'image.

LarvesLarves
Cétoine doree. Larve. Cliquer pour agrandir l'image.
Cétoine doree. Larve. Cliquer pour agrandir l'image.Larve à tête petite et apte à ramper sur le sol.; larves saproxylophages.

Jusqu'à 5 cm.

La larve est de type melolonthoïde, celle du hanneton commun (Melolontha melolontha) faisant en l'occurrence référence.

Capacités physiologiquesCapacités physiologiques
RemarquesRemarques
Cétoine dorée. Vue latérale, Côtes de Clermont. Cliquer pour agrandir l'image.
Cétoine doree. Cliquer pour agrandir l'image.La cétoine dorée est la cétoine la plus connue et la plus répandue de notre faune. Elle est parfois appelée « hanneton des roses » eu égard au fait qu'elle affectionne ce type de fleurs, et même un peu trop aux dires des rosiéristes qui la considèrent souvent comme nuisible, car elle « mâchouille » plus qu'elle ne butine, ce que la délicatesse de la fleur n'apprécie guère.
Espèces semblablesEspèces semblables
Cétoine dorée. Larves de cétoine et de hanneton. Cliquer pour agrandir l'image.La larve de la cétoine dorée (à gauche) est assez semblable à celle du hanneton (à droite). La larve de la cétoine dorée se distingue du « ver blanc » du hanneton par la tête et les pattes petites.

Les larves de la cétoine dorée se mettent sur le dos pour tenter de ramper sur une surface lisse. Celles du hanneton avancent sur le côté et celles du hanneton de juin se mettent sur le ventre.

Chant ou criCri et chant

Chant d'insecteChant

Vol de l'insecteVol

Vole au soleil, en été.

La Cétoine dorée vole avec beaucoup d'aisance et les élytres restent fermés, un décrochement de leur bordure latérale permettant le passage de l'aile membraneuse.

HabitudesHabitudes

Mœurs diurnes
Cétoine dorée : larves âgées.Les adultes sont diurnes, ils recherchent les matières sucrées, le nectar des fleurs, les fruits mûrs et la sève qui suinte des arbres. Leurs larves se développent dans la matière végétale en décomposition et en particulier dans le terreau des arbres creux.

Les crottes sont souvent très nombreuses, et elles constituent un excellent indice pour la recherche des larves. Cela vaut pour la cétoine dorée, mais également pour les autres espèces ayant une biologie comparable. La taille de l'excrément varie évidemment avec celle de la larve, et de l'espèce considérée.

Cycle de vieCycle de vie

Système reproductif
Cétoine doree. Cliquer pour agrandir l'image.Les sexes sont globalement identiques, mais le mâle se reconnaît cependant aisément à une très nette (mais petite!) dépression longitudinale au milieu de la face ventrale de l'abdomen, cette zone étant parfaitement convexe chez la femelle.
Territorialité
Parade nuptiale
Cétoine doree. Cliquer pour agrandir l'image.
Site de ponte
La femelle pond ses œufs dans le sol.
NidNid
Ponte
Cétoine doree. Lieu de ponte. Cliquer pour agrandir l'image.Les pontes interviennent en mai-juin, et elles succèdent à des accouplements souvent répétitifs.
Œufs
Cétoine dorée : larves âgées.Les œufs sont sphériques, comme de minuscules billes blanchâtres, et la durée d'incubation est brève.

Les œufs sont pondus dans le bois pourrissant des vieilles souches. Les larves peuvent aussi se développer dans le compost.

Éclosion
Les larvules naissant à la fin du printemps ou durant les premiers jours de l'été.
LarveLarve
Cétoine dorée : larves âgées.
Cétoine doree. Larves. Cliquer pour agrandir l'image.Larve dans les bois pourris, surtout les vieux saules, dans les plantes pourries ou dans l'humus.

Elle est dite saproxylophage car elle se développe dans les bois très décomposés, les terreaux, les composts. Trois années semblent nécessaires à son développement complet.

Cétoine doree. Larve. Cliquer pour agrandir l'image.

Nymphe
Cétoine doree. Coque. Cliquer pour agrandir l'image.
Cétoine dorée : nymphe dans sa loge, nymphe isolée en vue ventrale.Le berceau de nymphose est aménagé à l'endroit où les larves se sont développées. La nymphose se fait dans des logettes empruntant aux matériaux environnants.

Cétoine dorée : exemples de coques nymphales avec intégration de crottes.Le plus souvent elles sont terreuses, ou à base de terreau, et elles intègrent fréquemment des crottes et des particules boiseuses.

L'entrée du berceau est obturée par des sécrétions.

Après 2 à 3 semaines, l'adulte apparaît. Il a encore besoin de quelques semaines pour consolider sa carapace et se parer de ses couleurs.

Cétoine dorée : loge nymphale avec imago en cours de maturation.La mue imaginale, c'est-à-dire le passage de la nymphe à l'adulte se fait au durant l'été, mais à de rares exceptions près l'insecte ne quittera son abri qu'au printemps suivant.

Développement en un an.

Période de vol
Suivant les régions l'insecte adulte apparaît d'avril à juin, et il peut se rencontrer jusqu'en septembre-octobre. Dans ce dernier cas il s'agit d'exemplaires isolés, et de sorties très certainement anticipées et quelque peu intempestives.
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Imago
Phase d'hibernation
Prédateurs
Oiseaux insectivoresAraignées
LongévitéLongévité

RégimeNourriture

Fleurs
Cétoine dorée. Sur troene, Chamalières. Cliquer pour agrandir l'image.
Cétoine doree. Cliquer pour agrandir l'image.On la trouve sur les fleurs les plus diverses : rosiers, sureaux, ombellifères, prunelliers, troènes, chardons, spirées etc.

Cétoine doree. Cliquer pour agrandir l'image.Elle s'alimente d'étamines et de pollens de fleurs.

Cétoine doree. Cliquer pour agrandir l'image.Elle est également attirée par la sève qui s'échappe des arbres blessés et s'y retrouve en compagnie d'autres Coléoptères.

Cétoine doree. Avec dorcus parallelepipedus. Cliquer pour agrandir l'image.

HabitatHabitats

MilieuxMilieux
Bois de feuillusBois de conifèresPrés
Cétoine dorée. Sur cardère sylvestre, Côtes de Clermont. Cliquer pour agrandir l'image.
Cétoine dorée. Sur une fourmilière. Cliquer pour agrandir l'image.Dans les haies, à la lisière des bois, des jardins.

On la trouve aussi dans les fourmilières.

Cétoine dorée. Sur centaurée scabieuse. Cliquer pour agrandir l'image.L'insecte aime le soleil et il n'est pas rare de le rencontrer dans les jardins où il se complaît à fourrager dans les roses, mais également dans les grappes fleuries des lilas, des troènes, ou encore du pyracantha.

Hors de nos parcs et jardins la cétoine dorée se rencontre le plus fréquemment sur les chardons et les inflorescences d'ombellifères, mais aussi sur les fleurs du Sureau, de l'Aubépine, et bien sûr de l'Églantier, c'est-à-dire du rosier sauvage.

Gîte
AltitudesAltitudes
Étage de plaineÉtage collinéen (de 0 à 800 m)Étage montagnard (de 800 à 1700 m)Étage subalpin (de 1700 à 2200 m)

RépartitionRépartition

Répartition globale
La cétoine dorée existe dans une grande partie de l'Eurasie, elle manque seulement dans le Grand Nord.
Présent en auvergneAuvergne
Cétoine doree. A Bagatelle. Cliquer pour agrandir l'image.
Cétoine dorée. Sur troene, Chamalières. Cliquer pour agrandir l'image.Cétoine dorée. Sur troene, Chamalières. Cliquer pour agrandir l'image.

MigrationMigration

StatutStatut

Rareté
Autrefois l'espèce était commune partout, y compris en milieu urbain, mais de nos jours elle tend globalement à se raréfier, notamment sous l'effet des multiples biocides répandus dans notre environnement.
Dégâts et nuisances
La Cétoine dorée n'est pas véritablement nuisible, avec toutefois un léger un bémol concernant les cultures florales, et surtout celles des roses.
MenacesMenaces
Protection

VidéoVidéos

Autres sujetsAutres sujets

Sujets proches
Les cantharidés (Cantharidae)
Les carabidés (Carabidae)
Les cérambycidés (Cerambycidae)
La cétoine dorée (Cetonia aurata)
Les coccinellidés (Coccinellidae)
Les chrysomélidés (Chrysomelidae)
Les élatéridés (Elateridae)
Le méloé violacé (Meloe violaceus)
L'oedemera nobilis (Oedemera nobilis)
Le pyrochroa serraticornis (Pyrochroa serraticornis)
Les scarabéoïdés (Scarabaeoidea)
Les silphidés (Silphidae)
Sujets plus larges
Racine
Les coléoptères (Coleoptera)
Les diptères (Diptera)
Les hyménoptères (Hymenoptera)
Les lépidoptères (Lepidoptera)
Les mécoptères (Mecoptera)
Taxon précédent ] [ Taxon supérieur ] [ Taxon suivant ]
Recommander cette page :
Recommander ce site :
Recherche personnalisée
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.