AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.
Recherche personnalisée

Le village et le moulin de Tiscamanita à Fuerteventura

[Sujet ascendant] [Sujet suivant] [Fuerteventura] [Grande Canarie] [La Gomera] [La Palma] [Lanzarote] [Ténériffe] [El Hierro] [Page d’accueil] [Canaries] [Via Gallica]
Rubriques[Photos] [Présentation] [Situation] [Visites] [Culture] [Informations pratiques] [Autres sujets]Page éditée

PrésentationPrésentation

Présentation généralePrésentation générale
Le village de Tiscamanita à Fuerteventura. Moulin. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).Tiscamanita est un petit village agricole, d’environ 500 habitants, du sud de l’île de Fuerteventura. Tiscamanita fait partie de la commune de Tuineje.

Le village de Tiscamanita à Fuerteventura. Une ferme en ruine (auteur Luca Guzzo). Cliquer pour agrandir l'image dans Flickr (nouvel onglet).Au début du XXe siècle le village pouvait rivaliser par sa population avec Tuineje ; mais aujourd’hui beaucoup de vieilles fermes du village sont abandonnées et tombent rapidement en ruine.

SituationSituation

Tiscamanita est situé à 4 km au nord-est de Tuineje, sur la route FV-20 qui relie Tuineje à Antigua (à 9 km au nord-est) ; Pájara se trouve à 11 km à l’ouest.

Le village de Tiscamanita à Fuerteventura. La Caldera de Gairía (auteur Mac ind Óg). Cliquer pour agrandir l'image dans Flickr (nouvel onglet).À l’est du village se trouve le volcan de la Caldera de Gairía, l’un des derniers édifices volcaniques de l’île de Fuerteventura ; c’est un volcan de type strombolien, d’une hauteur de 461 mètres. Ce volcanisme récent a créé une zone aride au milieu biologique très particulier.

Les cendres volcaniques du volcan ont longtemps été exploitées, notamment pour la technique agricole du  « cultivo enarenado » (« culture ensablée ») où les champs sont recouverts de pouzzolane afin de préserver les sols de l’évaporation de l’eau par les vents puissants de la région. Les carrières de pouzzolane ont laissé de profondes crevasses dans les flancs du volcan, mais la Caldera de Gairía est aujourd’hui protégée comme Monument naturel.

Malgré son dépeuplement, Tiscamanita demeure l’un des centres agricoles de l’île. Dans les fonds de vallée relativement humides des barrancos (ravins) sont cultivées les céréales, dans des champs irrigués par des éoliennes qui pompent les eaux souterraines depuis de grandes profondeurs.

VisitesVisites

ChapelleLa chapelle Saint-Marc Évangéliste (Ermita de San Marcos Evangelista)
Le village de Tiscamanita à Fuerteventura. La chapelle Saint-Marc (auteur Gmbgreg). Cliquer pour agrandir l'image dans Panoramio (nouvel onglet).La chapelle Saint-Marc se trouve à la limite sud du village de Tiscamanita, Calle San Marcos s/n.

L’Ermita de San Marcos fut fondée par les Franciscains à la fin  du XVIIe siècle ; une inscription — placée au-dessus de l’arc en plein cintre du portail — indique la date de 1699. L’influence franciscaine se traduit dans la sobriété non dénuée de grâce de l’édifice, et par l’enceinte crénelée qui entoure l’édifice. La façade simple a pris son aspect actuel vers 1750 ; elle est flanquée de deux clochers de tailles inégales. La chapelle est couverte d’un toit de tuiles rouges.

RéceptionLe Centre d’Interprétation des Moulins (Centro de Interpretación de los Molinos)
Le village de Tiscamanita à Fuerteventura. Moulin. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).Le Centre d’Interprétation des Moulins de Tiscamanita est installé dans un moulin à vent et ses bâtiments annexes (maison du meunier) datant du XIXe siècle, mais restaurés avec soin. Ce musée ethnographique présente l’histoire de la meunerie, les différents types de moulins, la construction des moulins, la culture céréalière et la fabrication du « gofio » à Fuerteventura, depuis l’époque préhispanique jusqu’à l’époque contemporaine.

Durant des siècles, le gofio fut la base de la nourriture des habitants de l’île, les Mahos aborigènes puis, après la conquête normande et espagnole, les Majoreros. Le gofio — comme les Mahos eux-mêmes — est d’origine berbère. Il s’agit d’une farine de céréales grillées, riche en protéines, en vitamines et en sels minéraux essentiels à l’alimentation humaine ; le gofio est mangé sous de nombreuses formes. L’importance vitale du gofio pour la survie humaine lors des famines en a fait — et en fait toujours — l’aliment emblématique des îles Canaries et de leur culture populaire.

Le village de Tiscamanita à Fuerteventura. Moulin. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).Les aborigènes récoltaient des grains de céréales sauvages comme l’orge et le froment, qu’ils grillaient, puis concassaient dans des mortiers de pierre creusés en forme de navire, et broyaient dans des moulins à main constitués de deux pierres tournant l’une sur l’autre. Les colons espagnols reprirent l’utilisation des moulins à main des Mahos, sans beaucoup les améliorer, et utilisèrent — en plus de l’orge et du froment — le seigle et le maïs, quand cette céréale originaire d’Amérique du Sud fut introduite en Europe. L’un de ces moulins à main peut être vu dans la cuisine du Centre d’interprétation ; le visiteur peut lui-même faire l’essai de moudre une poignée de grains comme le faisaient les aborigènes.

Plus tard, on utilisa la « tahona », une meule dressée verticalement et tractée circulairement par des chevaux, des bœufs ou même un groupe d’hommes ; la « tahona » était généralement située dans le logement même du paysan. La mouture des grains et la fabrication du gofio constituaient souvent un évènement social.

Le village de Tiscamanita à Fuerteventura. Moulin. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).À la fin du XVIIIe siècle les moulins à vent firent leur apparition dans le paysage de Fuerteventura, profitant des vents alizés soufflant presque continuellement sur l’île. Les premiers moulins à vent furent introduits depuis la Castille, sur le modèle des géants contre lesquels se battait Don Quichotte. Ces moulins dits « mâles » (molinos) étaient de solides bâtiments de maçonnerie de pierre et d’argile, blanchis à la chaux, avec une forme conique circulaire, couronnée par une vis en bois, qui était tournée par une barre pour orienter les pales au vent. Le « molino » comporte deux ou trois niveaux : à l’étage inférieur sont rangés les ustensiles employés par le meunier ; à l’étage du milieu, la farine ou le gofio est recueilli, tandis que le dernier étage abrite le mécanisme de broyage, une machinerie de bois et de fer.

Le village de Tiscamanita à Fuerteventura. Moulin. Cliquer pour agrandir l'image.À partir de la seconde moitié du XIXe siècle, ces moulins « mâles » partagèrent le paysage insulaire avec des moulins « femelles », les « molinas », plus frêles et surtout plus pratiques d’utilisation, inventés par Isídoro Ortega Sánchez (1843 - 1923), originaire de Santa Cruz de La Palma. La « molina » a l’avantage sur le « molino » que toutes les manipulations des céréales et les procédés de broyage sont effectués sur un seul étage, éliminant ainsi le besoin de monter et de descendre les échelles de meunier, chargé avec de lourds sacs de grains. Dans le centre d’interprétation une maquette permet de comprendre la différence entre les deux types de moulins, qui sont largement répandus sur l’île. On peut voir un spécimen de « molina » à Tefía, entre autres.

Au XXe siècle, les moulins cohabitèrent aussi avec les éoliennes d’extraction d’eau, nommées localement « chicagos » en raison de leur popularité aux États-Unis, malgré leur origine européenne. Les moulins à vent remplacèrent peu à peu les moulins à main et les tahonas ; les paysans préféraient porter leur blé, leur millet et leur orge au meunier, qui percevait sa part du grain ou d’autres produits agricoles jusqu’au XXe siècle, quand fut généralisé le paiement en argent.

Les ailes des moulins à vent tournèrent dans le ciel de Fuerteventura jusqu’à ce que les changements économiques ne les poussent à la retraite, dans la seconde moitié du XXe siècle, quand le métier de meunier disparut presque complètement de l’île.

Le village de Tiscamanita à Fuerteventura. Moulin. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).À coté du musée, un magnifique exemplaire de moulin « mâle » attend l’arrivée des visiteurs. On peut le découvrir de l’intérieur et — si le vent est favorable — le voir fonctionner. Si on a la chance de parler avec le meunier il expliquera la meunerie et les beaux termes qu’elle emploie : le grain passe de la trémie à l’auget, et de là, espacés par la secousse rythmique qu’imprime le mouvement du babillard, tombe entre les meules et perd sa consistance sous la morsure des cannelures ; le gofio ou la farine tombe de l’auge dans le sac qui l’attend à l’étage inférieur, enveloppant le bâtiment d’un arôme intense.

Le Centre d’interprétation des moulins a été ouvert à la fin de 1997 ; il fait partie du Réseau des musées de Fuerteventura, dépendant du département du Patrimoine Historique du Chapitre Insulaire (Patrimonio Histórico del Cabildo Insular). Il forme un ensemble ethnographique et historique avec le Centre d’Artisanat du Moulin d’Antigua (Centro de Artesanía Molino de Antigua), le Musée du Grain de La Oliva (Museo del Grano) et l’Eco-musée de La Alcogida (Ecomuseo de La Alcogida) de Tefía. Ces moulins sont reliés par la  « Route des Moulins » (« Ruta de los Molinos »).

Visite du Centro de Interpretación de los Molinos de Tiscamanita :

Si on arrive de Tuineje par la route FV-20, tourner à gauche, puis à droite, derrière le bar de Tío Pepe.

Horaire : ouvert du mardi au samedi, de 10 heures à 18 heures.

Téléphone : 00 34 928 164 275

Tarif : 2 €.

Le Centre présente de nombreux objets et panneaux d’information sur l’histoire de la meunerie ; un guide gratuit est disponible en différentes langues.

Après la visite, le personnel du Centre offre aux visiteurs un sucrerie à base de gofio — moulu dans le moulin du Centre — d’huile et de sucre. Il est également possible d’acheter du gofio.

FabriqueLa fabrique de produits CanaryAloe
Quand on quitte Tiscamanita par la route FV-20 en direction de Tuineje, on aperçoit, après 800 mètres, le grand hall de la fabrique Avisa, entouré de champs d’aloès. L’entreprise, fondée en 1989, est le plus ancien fabricant d’Europe de produits cosmétiques à base d’aloès vraie (Aloe vera) ; ses produits (shampooings, gels, crèmes …) sont vendus sous la marque CanaryAloe.

Le village de Tiscamanita à Fuerteventura. Un champ d'aloès vraies (Aloe vera) (auteur Nikodem Nijaki). Cliquer pour agrandir l'image.À Fuerteventura, les champs d’aloès se trouvent autour du village de Tiscamanita qui est une importante zone de culture. À Lanzarote on trouve de plus grandes plantations, près de Teguise et d’Arrieta. L’industrie est en plein essor et l’aloe vera est en bonne voie de devenir une industrie importante. Afin d’obtenir un produit aussi pur que possible quelques plantations à Fuerteventura produisent de façon biologique, et évitent volontairement l’emploi des pesticides et des engrais chimiques.

Après trois à quatre ans, les feuilles extérieures de la plante peuvent être récoltées. Elles sont ensuite épluchées manuellement ; la chair gélatineuse de la plante n’a alors plus qu’à être filtrée ; puis, sous forme de gel, elle sert de base pour des médicaments ou des cosmétiques. En médecine populaire, l’aloe vera est utilisée depuis longtemps comme remède : la plante est utilisée en usage externe contre les brûlures, les irritations et les petites coupures.

Adresse : Carretera General de Sur, Km 30, Tiscamanita

Horaire : du lundi au vendredi, de 8 heures à 18 heures.

Téléphone : 00 34 928 164 240

Site sur la Toile : www.aloetiscamanita.com

Commande de produits : ventas@aloetiscamanita.com

Il est possible d’acheter des produits directement sur la cour devant la fabrique.

Informations pratiquesInformations pratiques

MétéorologieMétéo et prévisions

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Canaries > Fuerteventura > Tuineje > Tiscamanita
Sujets plus détaillés
Sujets proches
Le village et le moulin de Tiscamanita à Fuerteventura
Le village de Las Playitas et le phare de La Entallada à Fuerteventura
Le village de Gran Tarajal à Fuerteventura
Le village de Tarajalejo à Fuerteventura
Sujets plus larges
Page d'accueil
Carte interactive de l'île de Fuerteventura
La ville de La Oliva à Fuerteventura
La ville de Puerto del Rosario à Fuerteventura
La ville d'Antigua à Fuerteventura
La ville de Tuineje à Fuerteventura
La ville de Pájara à Fuerteventura
La ville de Betancuria à Fuerteventura
La flore et la faune de l'île de Fuerteventura
L'île de Fuerteventura - Brochure OTC (PDF)

[Sujet ascendant] [Sujet suivant]
Recommander cette page :
Recommander ce site :
Recherche personnalisée
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.