AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.
Recherche personnalisée

La flore et la faune de l'île de Fuerteventura

[Sujet précédant] [Sujet ascendant] [Sujet suivant] [Fuerteventura] [Grande Canarie] [La Gomera] [La Palma] [Lanzarote] [Ténériffe] [El Hierro] [Page d’accueil] [Canaries] [Via Gallica]
Rubriques[Photos] [Présentation] [Situation] [Visites] [Culture] [Informations pratiques] [Autres sujets]Page éditée

PrésentationPrésentation

Présentation généralePrésentation générale

Plantes herbacéesPlantes herbacées

La plus grande partie de l’île de Fuerteventura s’étend sur des collines sèches, uniformément arides, avec le palmier pour seul arbre.

La végétation indigène de Fuerteventura est rare, rase, subdésertique ou steppique. La végétation en général est limitée à trois milieux végétaux, de la côte aux sommets : la « taibaba dulce » constituée principalement de l’euphorbe balsamique (Euphorbia balsamifera), qui se développe dans les sols hyperarides ou arides ; le « cardonal » des coteaux constitué principalement de l’euphorbe des Canaries (Euphorbia canariensis), nommé « cardón » en espagnol, rencontré dans les sols semi-arides ; et le « acebuchal » des sommets, dans les sols semi-arides les plus élevés, qui comprend l’olivier cerise (Olea europaea subspecies cerasiformis) et le nerprun crénelé (Rhamnus crenulata), nommé « espino negro » en espagnol.

Une plante — ou plutôt un lichen — caractéristique de Fuerteventura est l’orseille (Roccella tinctoria), utilisée dès l’Antiquité pour produire un colorant pourpre souvent utilisé pour teindre les toges romaines, comme la pourpre d’origine animale extraite de la cochenille. Les Romains connaissaient d’ailleurs Fuerteventura et Lanzarote sous le nom d’« îles de Pourpre » ; cette richesse suscita sans doute l’intérêt de Jean de Béthencourt pour ces deux îles.

Les cactus, originaires d’Amérique, se sont parfaitement adaptés et sont omniprésents.

Aloès des Barbades (Aloe vera)Fabagelle de Desfontaines (Zygophyllum fontanesii) (Uva de mar, Uvilla)
C’est une plante côtière, halophile et xérophile, capable de résister à des conditions d’ensoleillement et de sécheresse intenses. Elle croît sur les substrats rocheux et sablonneux, surtout ceux de la côte nord dans le cas des Îles Canaries.
La flore et la faune de Fuerteventura. Champ d'aloès, Aloe vera, Fuerteventura. Cliquer pour agrandir l'image.La flore et la faune de Fuerteventura. Plante halophile dans les Salinas del Carmen. Cliquer pour agrandir l'image.La flore et la faune de Fuerteventura. Fabagelle de Desfontaines (Zygophyllum fontanesii) sur l'îlot de Lobos. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).
Coussin de Belle-mère (Echinocactus grusonii) (Asiento de suegra, Bola de oro, Barril dorado, Barril de oro)
La flore et la faune de Fuerteventura. Coussin de Belle-mère (Echinocactus grusonii) à Antigua. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).
Agave sisal (Agave sisalana)
L’agave sisal est une plante originaire du Mexique qui produit une fibre très résistante servant à la fabrication de ficelle et de tapis grossiers.
La flore et la faune de Fuerteventura. Agave sisal (Agave sisalana) à Antigua. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La flore et la faune de Fuerteventura. Agave sisal (Agave sisalana) à Lobos. Cliquer pour agrandir l'image.La flore et la faune de Fuerteventura. Agave sisal (Agave sisalana) à Lobos. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).
Statice tuberculée (Limonium tuberculatum)
La statice tuberculée est un buisson dense, aux feuilles effilées (les feuilles basales spatulées de la plante jeune disparaissent ensuite). Tiges articulées et stipulées à la base. Inflorescences terminales ou sub-terminales, pseudo-ombelliformes. Fleurs roses au calice persistant.

Son aire de répartition couvre l’Afrique de l’Ouest (Maroc, Sahara) et les îles Canaries. Sa seule population aux Canaries se trouve dans l’îlot de Lobos ; la plante a été réintroduite à Maspalomas à Grande Canarie.

Le Limonium tuberculatum pousse dans les sols sablonneux près de la mer, croissant entre les rochers côtiers ou formant des touffes denses près des lagunes.

La flore et la faune de Fuerteventura. Statice tuberculée (Limonium tuberculatum). Cliquer pour agrandir l'image.La flore et la faune de Fuerteventura. Statice tuberculée (Limonium tuberculatum). Cliquer pour agrandir l'image.La flore et la faune de Fuerteventura. Statice tuberculée (Limonium tuberculatum). Cliquer pour agrandir l'image.

ArbresArbres

Euphorbe balsamifère (Euphorbia balsamifera)
L’euphorbe balsamifère est un arbuste des zones arides et semi-arides, dont la répartition s’étend de l’Arabie jusqu’aux Îles Canaries, en passant par le Sahara. Sa sève, non toxique, était utilisée par les aborigènes comme gomme à mâcher pour se nettoyer les dents ; de là vient l’épithète de balsamifère. En espagnol cette euphorbe est d’ailleurs nommée tabaiba dulce.
La flore et la faune de Fuerteventura. Euphorbe balsamifère (Euphorbia balsamifera) à Lobos. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La flore et la faune de Fuerteventura. Euphorbe balsamifère (Euphorbia balsamifera) à Lobos. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).
Traganum de Moquin (Traganum moquinii) (balancón)
Le traganum de Moquin est un arbuste ramifié des zones arides et semi-arides ; son aire de répartition couvre la Péninsule arabique, l’Afrique du Nord et les îles Canaries ; il pousse dans les zones côtières sablonneuses et peut atteindre un mètre de hauteur. Les feuilles, d’un cm de longueur, sont entières, velues, cylindriques et charnues ; les tiges sont striées et ne sont pas articulées. Les fleurs, jaunâtres, sont solitaires et axillaires et sont protégées par deux bractées. Cette espèce est dédiée au botaniste français Alfred Moquin-Tandon (1804 - 1863).
La flore et la faune de Fuerteventura. Traganum de Moquin (Traganum moquinii). Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La flore et la faune de Fuerteventura. Traganum de Moquin (Traganum moquinii). Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).

InsectesInsectes et arachnides

Andrène hémorrhée (Andrena haemorrhoa) ?
La flore et la faune de Fuerteventura. Andrena haemorrhoa sur Euphorbia balsamifera, Jardin de cactus d'Antigua. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La flore et la faune de Fuerteventura. Andrena haemorrhoa sur Euphorbia balsamifera, Jardin de cactus d'Antigua. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La flore et la faune de Fuerteventura. Andrena haemorrhoa sur Euphorbia balsamifera, Jardin de cactus d'Antigua. Cliquer pour agrandir l'image.
Insecte à identifier
La flore et la faune de Fuerteventura. Insecte juvénile à identifier à Corralejo. Cliquer pour agrandir l'image.

MollusquesMollusques

PoissonsPoissons

ReptilesReptiles

OiseauxOiseaux

Le climat aride de Fuerteventura explique la présence sur l’île de plusieurs espèces d’oiseaux habituellement subdésertiques. On pourra les observer dans des étendues planes couvertes d’une végétation steppique, aussi bien au sud qu’au nord de l’île. Toutes ces espèces sont caractérisées par un plumage de couleur claire, jaune beige, plus ou moins tacheté de noir, imitant ainsi la couleur du sol rocheux ou sablonneux et de la végétation sèche. Les oiseaux ont pleine confiance en leur camouflage. Ils volent rarement, mais courent très rapidement. Dérangés, ils se mettent à courir, cherchant à éloigner l’éventuel prédateur de leur nid caché a même le sol. Ils ne s’envolent que lorsqu’on se rapproche visiblement d’eux, et toujours sur une faible distance, réduisant leur effort au minimum, et économisant ainsi leurs rares réserves en eau. Comme la plupart des espèces désertiques, leur activité est principalement nocturne, et l’on ne peut guère les observer qu’aux heures fraîches du lever et du coucher du soleil. Le plus rare et le plus important en taille de ces oiseaux est l’outarde houbara (Chlamydotis undulata) (hubara canaria), reconnaissable à ses pattes, et son cou assez long, son plumage beige fortement tacheté de noir, en particulier aux Canaries ; l’outarde houbara est en danger d’extinction. Moins rare est le traquet des Canaries (Saxicola dacotiae) (tarabilla canaria), un petit oiseau chanteur habitué des pentes rocheuses, qui compte une population d’environ 750 couples ; de même que l’alouette pispolette (Alaudala rufescens) (terrera marismeña). Assez commun est le roselin githagine (Bucanetes githagineus) (camachuelo trompetero). Occasionnellement, on peut observer quelques-uns des vingt couples de vautours percnoptères (Neophron percnopterus) (guirre) qui restent dans l’île, le peu qui reste d’un charognard qui, il y a seulement un siècle, envahissait les différentes îles Canaries.

Trois autres espèces, plus communes, habitent également la péninsule de Jandía, ainsi que le petit désert d’El Jable au nord. L’œdicnème criard (Burhinus oedicnemus), appelé alcaraván en espagnol se reconnaît à son plumage beige tacheté, ses ailes rayées de noir bien visibles en vol, son bec jaune à bout noir, et le cri plaintif qu’il pousse le soir. Les Canaries en possèdent une sous-espèce endémique, Burrhinus oedicnemus distinctus, présente sur toutes les îles, mais que l’on aura plus de chances de voir à Fuerteventura. En revanche, le courvite isabelle (Cursorius cursor), corredor en espagnol, n’est pas d’un genre endémique : il s’agit de la même espèce qu’au Sahara, reconnaissable à son plumage beige à l’exception du dessous des ailes et d’un sourcil noirs, à son bec courbe, et surtout à ses longues pattes jaunes qui lui permettent les étonnantes enjambées auxquelles elle doit son nom dans toutes les langues le courvite isabelle est assez abondant. On aura peut-être aussi la chance d’observer le ganga unibande (Pterocles orientalis), ortega en espagnol : c’est un oiseau assez rond, aux pattes courtes, au plumage jaune dessus et noir dessous, qui vit habituellement en Afrique du Nord et sur les plateaux arides de l’Espagne continentale.

Moineau espagnol (Passer hispaniolensis)
La flore et la faune de Fuerteventura. Moineau espagnol (Passer hispaniolensis) à Betancuria. Cliquer pour agrandir l'image.La flore et la faune de Fuerteventura. Moineau espagnol (Passer hispaniolensis) à Betancuria. Cliquer pour agrandir l'image.
Pipit de Berthelot (Anthus berthelotii)
La flore et la faune de Fuerteventura. Pipit de Berthelot (Anthus berthelotii) au phare de Lobos. Cliquer pour agrandir l'image.La flore et la faune de Fuerteventura. Pipit de Berthelot (Anthus berthelotii) au phare de Lobos. Cliquer pour agrandir l'image.
Pie-grièche grise (Lanius excubitor)
La flore et la faune de Fuerteventura. Pie-grièche grise (Lanius excubitor) à El Cotillo. Cliquer pour agrandir l'image.La flore et la faune de Fuerteventura. Pie-grièche grise (Lanius excubitor) à El Cotillo. Cliquer pour agrandir l'image.
Grand corbeau (Corvus corax)Tournepierre à collier (Arenaria interpres)
La flore et la faune de Fuerteventura. Grand corbeau (Corvus corax) à Betancuria. Cliquer pour agrandir l'image.La flore et la faune de Fuerteventura. Grand corbeau (Corvus corax) à Betancuria. Cliquer pour agrandir l'image.La flore et la faune de Fuerteventura. Tournepierre à collier (Arenaria interpres) à Corralejo. Cliquer pour agrandir l'image.
Aigrette garzette (Egretta garzetta)
La flore et la faune de Fuerteventura. Aigrette garzette (Egretta garzetta) à Corralejo. Cliquer pour agrandir l'image.La flore et la faune de Fuerteventura. Aigrette garzette (Egretta garzetta) à Corralejo. Cliquer pour agrandir l'image.La flore et la faune de Fuerteventura. Aigrette garzette (Egretta garzetta) à Corralejo. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).

MammifèresMammifères

Les mammifères ont, pour la plupart, été introduits par les humains, certains très récemment, comme le hérisson d’Algérie (Atelerix algirus) (erizo moruno), qui arriva en 1892, ou l’écureuil de Barbarie (Atlantoxerus getulus) (ardilla moruna) en 1965, tous deux originaires du continent africain. Un autre envahisseur est le lapin, autre espèce importée.

Les espèces indigènes ne sont que deux, la pipistrelle de Kuhl (Pipistrellus kuhlii) (murciélago de borde claro), une chauve-souris rare et localisée, et la musaraigne des Canaries (Crocidura canariensis) (musaraña de Canarias), un petit mammifère insectivore.

Écureuil de Barbarie (Atlantoxerus getulus)
L’écureuil de Barbarie (Atlantoxerus getulus) (ardilla moruna), importé de l’Atlas marocain, est devenu un envahisseur que l’on rencontre presque partout sur l’île de Fuerteventura, dont il affectionne les innombrables murets de pierre où il se perche pour observer les alentours. L’écureuil de Berbérie est un écureuil terrestre au pelage beige à rayures longitudinales brunes, et à la longue queue touffue dont la fourrure présente des anneaux alternativement clairs et sombres.
La flore et la faune de Fuerteventura. Écureuil de Berbérie aux Salines del Carmen. Cliquer pour agrandir l'image.La flore et la faune de Fuerteventura. Écureuil de Berbérie aux Salines del Carmen. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La flore et la faune de Fuerteventura. Écureuil de Barbarie (Atlantoxerus getulus) à Betancuria. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).
La flore et la faune de Fuerteventura. Écureuil de Barbarie (Atlantoxerus getulus) à Betancuria. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La flore et la faune de Fuerteventura. Écureuil de Barbarie (Atlantoxerus getulus) à Betancuria. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La flore et la faune de Fuerteventura. Écureuil de Barbarie (Atlantoxerus getulus) à Betancuria. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).
Chèvre (Capra aegagrus)
La flore et la faune de Fuerteventura. Chèvre sur la presqu'île de Jandía. Cliquer pour agrandir l'image.

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Canaries > Fuerteventura > Flore et faune
Sujets plus détaillés
Sujets proches
Carte interactive de l'île de Fuerteventura
La ville de La Oliva à Fuerteventura
La ville de Puerto del Rosario à Fuerteventura
La ville d'Antigua à Fuerteventura
La ville de Tuineje à Fuerteventura
La ville de Pájara à Fuerteventura
La ville de Betancuria à Fuerteventura
La flore et la faune de l'île de Fuerteventura
L'île de Fuerteventura - Brochure OTC (PDF)
Sujets plus larges
Page d'accueil
Informations touristiques sur les Canaries
La géographie des îles Canaries
L'histoire des îles Canaries
L'île d'El Hierro aux Canaries
L'île de La Palma aux Canaries
L'île de La Gomera aux Canaries
L'île de Ténériffe aux Canaries
L'île de Grande Canarie aux Canaries
L'île de Fuerteventura aux Canaries
L'île de Lanzarote aux Canaries
La flore et la faune des îles Canaries
L'archipel des îles Canaries - Brochure OTC (PDF)

[Sujet précédant] [Sujet ascendant] [Sujet suivant]
Recommander cette page :
Recommander ce site :
Recherche personnalisée
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.