AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.
Recherche personnalisée

Les rats (Rattus)

Taxon précédent ] [ Taxon supérieur ] [ Taxon suivant ] [Animaux] [Via Gallica]
Espèce[Photos] [Présentation] [Classification] [Sous-classification] [Noms] [Étymologie] [Identification] [Voix] [Laissées] [Empreinte] [Voie] [Habitudes] [Cycle de vie] [Nourriture] [Habitats] [Répartition] [Migration] [Histoire] [Statut] [Vidéos]Page non éditée

PhotosPhotos

PrésentationPrésentation

Présentation généraleGénéralités
Le rat est un vertébré et en tant que tel il a une colonne vertébrale et un squelette. Il s'inscrit dans la classe des mammifères, ce qui signifie que la ratte allaite ses petits. Il appartient à l'ordre des rongeurs, avec 4 incisives bien tranchantes. Si on va plus loin, le rat est du sous-ordre des myomorphes. Les animaux de ce groupe se distinguent par l'anatomie de leur crâne. Sa famille est celle des muridés, c'est-à-dire des petits rongeurs à longue queue.

Il existe une multitude de rongeurs ayant la dénomination « rat » : rat d'eau, rat des moissons, rat musqué, rat épineux, rat kangourou, etc. Certains ne sont même pas des muridés et n'ont, pour les zoologues, qu'une parenté lointaine avec les rats du genre Rattus.

En Europe on ne connaît que deux espèces du genre Rattus, toutes deux indissociables des humains. Ce sont le rat noir (Rattus rattus) et le rat d'égout (Rattus norvegicus). Le rat d'égout est plus massif et plus lourd que le rat noir.

ClassificationClassification

Règne : animaux (Animalia)Sous-règne : métazoaires (Metazoa)Division : triploblastiques (Bilateralia)Sous-division : deutérostomes (Deuterostomia)
Super-embranchement : chordés (Chordata)Embranchement : vertébrés (Vertebrata)Sous-embranchement : vertébrés à mâchoires (Gnathostomata)
Classe : mammifères (Mammalia)Sous-classe : euthériens (Eutheria)Ordre : rongeurs (Rodentia)Sous-ordre : (Sciurognathi [Tullberg, 1899])
Super-famille : muroïdés (Muroidea [Illiger, 1815])Famille : muridés (Muridae)Sous-famille : murinés (Murinae [Illiger, 1815])
Genre : rats (Rattus [Fischer, 1803])

Sous-classificationSous-classification

Sous-taxonsSous-taxons
Le rat brun ou rat d'égout (Rattus norvegicus)
Le rat noir ou rat des champs (Rattus rattus)

Noms européensNoms européens

AlbanieAllemagneRattenAngleterreratsArménie
Pays basqueBiélorussieBrezhonegBulgarie
CatalogneChyprioteCorsuCroatie
DanemarkGaeidhligEspagneratasEstonie
FøroysktFinlandeFrançaisratsFrysk
GalicePays de GallesGéorgieGrèce
HongrieIrlandeIslandeItalie
LettonieLithuanieLëtzebuergëschMacédoine
MalteMoldovenesteNorvègeOccitan
Pays-BasPolognePortugalRoumanie
RussieSerbieSlovaquieSlovénie
SuèdeTchéquieUkraïneEmpire romainRattus

ÉtymologieOrigine du nom

Étymologie latineÉtymologie latine
Le rat n'apparaît sous son nom scientifique « Rattus » qu'au tout début du XXe siècle. Jusque-là, en effet, le nom générique de « Mus » désignait indifféremment les rats et les souris.
Étymologie françaiseÉtymologie française
Femelle : ratte

Jeunes : ratons

IdentificationIdentification

Identification généraleGénéralités
MorphologieMorphologie
MâleFemelleC'est un rongeur de dimensions variables, depuis le petit rat des rizières (11 cm) jusqu'au rat géant d'Afrique (90 cm, queue comprise). On lui fait une chasse intense à cause des dégâts qu'il cause aux produits alimentaires et des maladies graves qu'ils peuvent transmettre aux animaux et aux hommes.

Leurs formes sont élancées. Les membres antérieurs sont presque toujours munis de quatre doigts, les pattes postérieures, plus développée, en ont cinq.

La queue, plus ou moins longue, est recouverte de petits poils et d'écailles. Ils ont un museau pointu et velu, avec la lèvre supérieure fendue de manière à découvrir en partie les incisives. À l'extrémité de ce museau frémissent leurs longs poils tactiles appelés vibrisses.

Les rats n'ont pas de canine.

LongueurQueue
HauteurPoids
ColorisColoris
Capacités physiologiquesCapacités physiologiques
RemarquesRemarques
Le rat a des cousins de même sous-famille moins connus, et surtout rarement domestiques de façon courante : tous les mulots notamment en font partie. On notera ensuite la présence des hamsters dans la même famille mais dans une autre sous-famille : les Cricétinés, et des rats musqués et les lemmings dans la sous-famille de Microtinés.
Clés de déterminationClés de détermination
Rats. Noir et brun. Cliquer pour agrandir l'image.Rats. Noir et brun. Cliquer pour agrandir l'image.Rats. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.
NomRat brunRat noir
Alimentationomnivoreomnivore, mais plus végétarien
Corpulence
  • plutôt gros
  • museau court
  • petites oreilles
  • petit et svelte
  • museau pointu
  • grandes oreilles
Queuegrosse et plus courte que le corpsplus longue que le corps
Habitatsol, sous-sols, caves, égouts, etc.greniers, endroits élevés, etc.
Aptitudes
  • bon nageur
  • creuse des galeries
  • n'aime pas l'eau
  • habile grimpeur
DiversIl vit dans les régions tempérées, plus abondant dans l'hémisphère nord (Asie, Europe, Amérique du nord).Il y a trois sous-espèces :
  • Rat noir : dos gris noir, ventre gris noir.
  • Rat alexandrine : dos brun, ventre gris noir.
  • Rat frugivorus : dos brun, ventre blanc.

VoixVoix

Voix de mammifère

LaisséesLaissées

Description

EmpreinteEmpreinte

Description
Rats. Empreinte. Cliquer pour agrandir l'image.Patte avant plus petite que patte arrière : pouce très réduit à l'avant, 5 doigts à l'arrière.

VoieVoie

Description

HabitudesHabitudes

Description des habitudes
Mœurs matutinauxMœurs diurnesMœurs crépusculairesMœurs nocturnes
Plutôt nocturne, mais il a quelques phases d'activité réparties dans la journée.

Dérivant de formes arboricoles, le rat noir grimpe très bien et peut nicher dans les arbres ; il vit dans les lieux secs (d'où sa présence dans les toits de maison) alors que le surmulot préfère les lieux humides (égouts).

Les rats sont extraordinairement prudents et intelligents. Ils se méfient par principe de tous les changements intervenant dans leur environnement - ainsi par exemple des appâts que l'on a changés de place - et ce n'est parfois qu'au bout d'une phase d'accoutumance de plusieurs jours qu'ils se décident, avec réticence, à accepter ces nouveaux appâts. Ce comportement implique donc certaines conséquences majeures au niveau de la lutte.

Sociabilité

Cycle de vieCycle de vie

Maturité sexuelle
Territorialité
Parade nuptiale
ReproductionAccouplement
Leur capacité de reproduction est phénoménale. Théoriquement, un seul couple de rat pourrait donner naissance en deux ans à plus d'un million d'animaux.
Gestation
Mise bas
Portées
Nourrissage
Ouverture des yeux
Sevrage
Émancipation
Prédateurs
MaladiesMaladies
Véritable réservoir de germes, le rat a été dans le passé vecteur de dramatiques épidémies.

La transmission des maladies infectieuses graves à l'homme par le rat est aujourd'hui, dans nos régions, un risque dont il ne faut pourtant pas exagérer l'importance, d'autant que pour beaucoup d'entre elles, d'autres rongeurs peuvent être incriminées.

Porteurs de germes pathogènes (bactéries, virus, parasites) et d'ectoparasites (puce), le rat transmet des maladies à l'homme et aux animaux. Ces maladies se distinguent par leur mode de transmission :

1°) les puces :

Le rat est parasité par des puces dont la Xenopsylla cheopsis responsable de la peste .

La peste humaine peut se présenter sous trois formes :

  • La peste bubonique, la plus fréquente et la moins grave : après 3 à 6 jours d'incubation, fièvre brutale à 40°c ; quelques heures plus tard, gonflement d'un ganglion lymphatique situé à l'aine, aux aisselles et au cou : c'est le bubon qui, non traité, se fistulera vers le 10 ème jour, d'où une lente amélioration de l'état général.
  • La peste pulmonaire : se manifeste immédiatement par une fièvre intense, brutale accompagnée de troubles respiratoires. Non traitée, elle est mortelle en 2 à 4 jours.
  • La peste septicémique : associe des signes d'infections graves, des troubles neurologiques et un syndrome hémorragique. Elle est toujours mortelle en 2 à 3 jours.

2°) les déjections :

Elles sont responsables de certaines maladies dont :

  • Le typhus murin qui est une maladie à rickettsies , relativement bénigne sous nos latitudes.
  • La leptospirose ictéro-hémorragique appelée aussi maladie des égoutiers.
  • Les toxi-infections à salmonelles surtout transmissibles par la viande de cheval souillée.

3°) la morsure :

Très redoutable, elle peut entraîner une septicémie ou la rage qui peut être véhiculée par les rongeurs. Enfin, un rat adulte mange en moyenne 40 grammes de nourriture par jour, ce qui correspond à 40 tonnes par jour, soit 14600 tonnes par an pour une population d'un million de rats. Hélas, le rat ne se contente pas de se nourrir, car, condamné à user ses incisives, il s'attaque à toutes sortes de matériaux : papier, cuir, poutres et planches de bois, tuyauteries de plomb, isolants de câbles électriques.

LongévitéLongévité
Un couple de rats peut théoriquement avoir en trois ans 350 millions de descendants. On estime à 3,5 millions le nombre de rats qui naissent quotidiennement.

RégimeNourriture

Description
GrainsÉpisMaïsGlandsNoixPommes de terreCônesBourgeonsHerbesRacinesChampignonsJeunes poussesFraisesCerisesPommesPrunesBaiesVersLarvesEscargotsLombricsOisillonsŒufsDéchets
Capable de s'adapter aux situations les plus diverses, les rats sont herbivores ou omnivores.

Les rats consomment quotidiennement une quantité de nourriture correspondant à 7% de leur poids, c'est-à-dire qu'un rat de 250 g dévore quotidiennement environ 25 g. soit 6,5 kg de céréales par an.

HabitatHabitats

MilieuxMilieux
Bois de feuillusBois de conifèresPrésChampsPrairiesHaiesRivesRivièresLacsÉtangsMaraisPelouses alpinesVillagesVillesJardinsVergersParcs
Nocturnes, ils vivent dans les habitations humaines, les forets, les déserts et dans les milieux aquatiques.
Territoire
Gîte
AltitudesAltitudes
Étage de plaineÉtage collinéen (de 0 à 800 m)Étage montagnard (de 800 à 1700 m)Étage subalpin (de 1700 à 2200 m)Étage alpin (de 2200 à 3000 m)
Espèces associéesEspèces associées

MigrationRépartition

Répartition globale
Présent en auvergneAuvergne

MigrationMigration / Hibernation

Hibernation

Histoire et traditionsHistoire, littérature, traditions, légendes, religions, mythes, symboles …

HistoireHistoire
En ce qui concerne l'entrée du rat en Europe deux théories s'affrontent :
  • selon Sambon (1924), le rat noir aurait peuplé l'Europe très tôt, car on trouverait des représentations de ce rongeur dans des peintures étrusques, grecques et romaines.
  • La 2e théorie (la plus répandue) affirme que le Rattus rattus, natif de l'Asie du sud-est, n'est entré en Europe qu'au temps des croisades (XIe-XIIIe siècle) ; en France il est supplanté par le Rattus norvegicus (surmulot) à partir du XVIIIe siècle lorsque celui-ci arrive vers 1730 par des navires anglais en escale.

La peur du rat vient en grande partie de son rôle dans les épidémies de peste qui ont ravagées les populations humaines au cours des siècles, et qui s'est bien ancré dans la mémoire collective ; le rat noir, très sensible à l'infection, a effectivement été la source principale des épidémies humaines (l'hôte intermédiaire étant la puce).

Le jour des Rats

Dans la Rome du Bas-Empire, le premier de l'an était célébré par les Romains comme le jour des rats et des mites. Ils laissaient du pain en évidence sur une table, sans le protéger par une assiette, et plaçaient des étoffes hors des coffres. Si les rats ne touchaient pas au pain et si les mites ne perforaient pas les tissus, c'était un signe d'abondance.

Cette coutume, jugée comme un acte païen, est décriée par l'évêque Martin de Braga (vers 550 apr. J.-C.) et interdite.

Les rats d'Autun

En 1522, les villageois du diocèse d'Autun intentèrent un procès contre les rats qui avaient dévoré la récolte. La cour nomma un avocat pour représenter les animaux… et il gagna !

Déjà présent à l'ère tertiaire dans les lointaines contrées d'Asie et d'Afrique, le rat est devenu l'un des hôtes privilégiés de nos contrées aux alentours de l'an mil et n'a cessé d'y proliférer. Au point de conquérir de nouveaux territoires au rythme de grande migrations et autres mouvements d'invasion, avec le succès que l'on sait. Ainsi donc, bien avant que « Mus decamanus » ne devienne « Rattus norvegicus » et que « Mus rattus » ne s'appelle « Rattus rattus », le rat faisait partie du quotidien de l'homme.

Près de deux mille ans avant Jésus-Christ, on le trouve ainsi présent sur une grande partie du globe. Objet de culte en Asie Mineure par exemple, animale d'agrément, simple aliment (en Chine notamment), les rats entrent dans l'histoire presqu'en même temps que l'homme.

LittératureLittérature
Expressions à propos du rat :
  • Les petits rats de l'opéra
  • Être fait comme un rat
  • Un rat de bibliothèque
  • À bon chat, bon rat
  • Une face de rat
  • « To smell a rat » : sentir une embrouille
LégendesLégendes
Un certain joueur de flûte…

Cette légende populaire, transmise de bouche à oreille, trouve ses origines en Allemagne au Moyen Âge.

En l'an 1284, les gens de Hameln (ou Hamelin) sont tourmentés par une multitude innombrable de rats qui viennent en troupes si compactes que la terre en est toute noire. Tout est dévoré dans les greniers.

Un étranger arrive à Hameln. Il dit qu'il est chasseur de rats. Il promet au bourgmestre de délivrer la ville du fléau, moyennant cent ducats. L'accord est conclu.

Il se met à jouer de la flûte ; toutes les souris et tous les rats sortent des maisons pour le suivre. Il les mène vers la rivière, dans laquelle il s'engage. Les rongeurs le suivent et se noient.

Quand l'étranger se présente à l'hôtel de ville pour toucher la récompense promise, le bourgmestre et les bourgeois, puisqu'ils n'ont plus rien à craindre des rats, refusent de le payer. Fâché, le chasseur de rats s'en va.

Il revient quelque jours plus tard et se met à flûter, mais cette fois tous les enfants à partir de quatre ans le suivent. Il les guide vers la grotte d'une montagne (montagne de Koppenberg), où ils disparaissent tous : le joueur de flûte et tous les enfants avec lui. On entend quelques temps le son de la flûte. Il diminue peu à peu, puis plus rien.

Depuis lors plus personne n'a jamais plus eu de nouvelles des enfants.

StatutStatut

Rareté
CirculationMenaces
Chasseur de rats

Ce métier ne change guère à travers les siècles. Il est même très courant.

Vers 1600 le chasseur de rats est important dans la lutte contre la peste, ce fléau de l'Europe du Moyen Âge. La peste se propage par les puces des rats. Il s'agit essentiellement du rat noir. Ce rongeur vit parmi la population, pénètre dans les maisons et se cache dans la paille où dorment les pauvres. La présence des rats étant un phénomène très commun, personne ne se doute tout d'abord que la peste est liée à ces bêtes.

Certains médecins sont en faveur des puces, pensant que leurs piqûres est un remède contre un excès de sang chez l'homme. Malgré cela, on utilise des chasseurs pour éliminer les rats. Ce n'est que beaucoup plus tard que la chasse aux rats se généralise, après la constatation que ces rongeurs seraient susceptibles de causer des maladies.

Dégâts et nuisances
Les trois maladies que l'on retrouve le plus souvent au Moyen Âge sont la peste, la lèpre et le choléra. Les causes sont le manque d'hygiène, il y a beaucoup de rats et on ne ramasse pas les ordures… dont ces rongeurs se nourrissent.

La peste, terrifiante maladie infectieuse fut, depuis l'antiquité, la hantise de l'humanité. Punition divine, fléau majeur, ce mal répand la terreur en poussées épidémiques et parcourt la planète.

Trois pandémies succèdent à celles de l'Antiquité, chacune d'elles durant plusieurs décennies, voire des siècles.

On sait depuis la plus haute Antiquité qu'à la peste humaine est associée, au moins au début de l'épidémie, une mortalité anormale des rats. Au Moyen Âge, plus aucun rapprochement n'est fait entre les puces et la peste. Les gens sont couverts de vermines (puces, de poux), les riches comme les pauvres.

Après six siècles d'oubli, la peste revient en Occident en 1347. En cinq années, elle fauche quelque trente millions d' hommes et ne s'éteint qu'au XVIIIe siècle. La fatalité, l'air, sont tenus responsables.

C'est un certain Paul Louis Simon qui affirme la dangerosité de la puce du rat, (il étudie la peste à Bombay en 1898). Il approfondit les remarques formulées par un médecin lyonnais au XVIIIe siècle qui avait fait un parallèle entre la mort des rats et la mort des hommes.

La passation de la maladie se fait douze heures après la mort du rongeur ; lorsque le rat meurt, les puces cherchent un nouvel hôte, de préférence un rat du port ou du village où elles sont arrivées. En trois à sept semaines, tous les rats locaux meurent, mais lorsqu'elles n'ont plus de rats, les puces, vont chercher de nouveaux hôtes : les hommes.

Colonisant depuis des millénaires les habitations, le rat a été responsable de tant de dégâts économiques qu'il est devenu un animal maudit à très mauvaise réputation. Grâce aux moyens que nous ont fournis les progrès de la médecine, l'image de : « commis voyageur en germes de mort pour l'humanité » (dixit A. Calmette) s'est aujourd'hui estompée.

Néanmoins, le rat constitue un danger permanent pour l'hygiène de vie de notre société.

ProtectionProtection

VidéoVidéos

Autres sujetsAutres sujets

Sujets proches
Les arvicolinés (Arvicolinae)
Le mulot à collier (Apodemus flavicollis)
Le mulot sylvestre (Apodemus sylvaticus)
Le rat des moissons (Micromys minutus)
Les rats (Rattus)
La souris grise (Mus musculus)
Sujets plus larges
Racine
Les gliridés (Gliridae)
Les muridés (Muridae)
Les sciuridés (Sciuridae)
Taxon précédent ] [ Taxon supérieur ] [ Taxon suivant ]
Recommander cette page :
Recommander ce site :
Recherche personnalisée
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.