AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.
Recherche personnalisée

Les chiroptères (Chiroptera)

Taxon précédent ] [ Taxon supérieur ] [ Taxon suivant ] [Animaux] [Via Gallica]
Espèce[Photos] [Présentation] [Classification] [Sous-classification] [Noms] [Étymologie] [Identification] [Voix] [Laissées] [Empreinte] [Vol] [Habitudes] [Cycle de vie] [Nourriture] [Habitats] [Répartition] [Migration] [Statut] [Vidéos]Page éditée

PhotosPhotos

PrésentationPrésentation

Présentation généraleGénéralités
L'ordre des chiroptères est divisé en deux sous-ordres:
  • les mégachiroptères ou roussettes (170 espèces, une seule famille).

  • les microchiroptères ou chauves-souris (800 espèces réparties en 15 familles).

Il existe donc près d'un millier d'espèces de chauves-souris. Il y en a bien plus que dans tous les autres ordres de mammifères, à l'exception des rongeurs.

En Europe, on compte 30 espèces dont la plus grande n'excède pas 10 centimètres de longueur pour un poids de 75 grammes.

ClassificationClassification

Règne : animaux (Animalia)Sous-règne : métazoaires (Metazoa)Division : triploblastiques (Bilateralia)Sous-division : deutérostomes (Deuterostomia)
Super-embranchement : chordés (Chordata)Embranchement : vertébrés (Vertebrata)Sous-embranchement : vertébrés à mâchoires (Gnathostomata)
Classe : mammifères (Mammalia)Sous-classe : euthériens (Eutheria)Ordre : chiroptères (Chiroptera [Blumenbach, 1779])

Sous-classificationSous-classification

Sous-taxonsSous-taxons
La barbastelle commune (Barbastella barbastellus)
Le minioptère de Schreibers (Miniopterus schreibersi)
Le murin de Brandt (Myotis brandtii)
Le grand murin (Myotis myotis)
Le petit murin (Myotis blythi)
La noctule commune (Nyctalus noctula)
La pipistrelle commune (Pipistrellus pipistrellus)
La pipistrelle pygmée (Vespertilio pygmaeus)
Les rhinolophidés (Rhinolophidae)
La sérotine commune (Eptesicus serotinus)
La pipistrelle de Savi ou vespère de Savi (Hypsugo savii)
Le vespertilion de Bechstein (Myotis bechsteinii)
Le vespertilion à oreilles échancrées (Myotis emarginatus)

Noms européensNoms européens

AlbanieAllemagneFledermausAngleterrebatsArménie
Pays basqueBiélorussieBrezhonegBulgarie
CatalogneChyprioteCorsuCroatie
DanemarkGaeidhligEspagneEstonie
FøroysktFinlandesiipijalkaisetFrançaischiroptèresFrysk
GalicePays de GallesGéorgieGrèce
HongrieIrlandeIslandeItaliechirotteri
LettonieLithuanieLëtzebuergëschMacédoine
MalteMoldovenesteNorvègeflaggermusOccitan
Pays-BasPolognePortugalRoumanie
RussieSerbieSlovaquieSlovénie
SuèdeTchéquieUkraïneEmpire romainChiroptera

ÉtymologieOrigine du nom

Étymologie latineÉtymologie latine
Étymologie françaiseÉtymologie française

IdentificationIdentification

Identification généraleGénéralités
MorphologieMorphologie
ImageComme tous les représentants de la classe des mammifères, les chauves-souris ont en partie leur corps couvert de poils. Les femelles mettent au monde leur petit vivant, puis les allaitent.

Les chauves-souris sont les seuls mammifères dotés de la capacité de vol. À ce titre, leur nom scientifique de chiroptère signifie « voler avec les mains ». Pour ce faire, une très fine membrane relie tous les doigts, démesurés, des pattes avants; elle relie également les pattes avants aux pattes arrières en passant par les flancs et relie enfin les pattes arrières entre elles.

Chauve-souris. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.Au cours d'une lente évolution, la main de la chauve-souris s'est transformée en aile. Tous les doigts, excepté le pouce, se sont démesurément allongés, ils sont sous-tendus par une fine membrane de peau : le patagium. Ces deux « mains-ailées », permettent à l'animal de se déplacer dans les airs avec une extraordinaire aisance.

Les chauves-souris ne sont pas des rongeurs, contrairement aux représentants de cet ordre, comme les souris, elles se reproduisent très lentement et n'ont généralement qu'un seul petit par an.

Les premiers fossiles connus de chiroptères datent de l'Éocène et sont vieux de 55 millions d'années, ils possédaient déjà toutes les caractéristiques des chauves-souris actuelles.

LongueurQueue
EnvergurePoidsLes chauves-souris européennes pèsent de 3 à 75 g.
Clés de déterminationClés de détermination
Table de détermination des chauves-souris de l'Europe occidentale en vol :
EspèceVolTrajectoirePériode d'actionMilieu de chasseDivers
Grand Rhinolophemoyen, bas (<6m), planésort tardsuit les haiesuropatagium droit, grande taille
Petit Rhinolophemoyen, bas (<6m), planéen zigzagsort tarduropatagium droit, petite taille
Rhinolophe euryalemoyen, planépropatagium droit, taille intermédiaire, sud de la France

Rhinolophe Méhély

moyen, planéuropatagium droit, très localisé en Provence ou en Corse, très rare
Grand Murinlent, hautvol puissantsort tardvol bouche ouverte, grande taille, en groupe, oreilles longues
Table de détermination des chauves-souris de l'Europe occidentale :
1.
  • nez surmonté de membranes figurant de face un fer-à-cheval, une selle et une lancette triangulaire sur le front :

Genre Rhinolophus (Rhinolophes)

  • nez dépourvu de membranes

2.

  • queue dépassant la membrane de la queue de la moitié de sa longueur :

Genre Tadarida (Molosse de Cestoni)

  • queue incluse dans la membrane de la queue, le dernier segment étant parfois libre :

Famille des Vespertillionidés

3.

  • oreilles réunies à leur base sur le sommet de la tête

  • oreilles nettement séparées l'une de l'autre

4.

  • oreilles très grandes, presque aussi longue que l'avant-bras :

Genre Plecotus (Oreillards)

  • oreilles de la longueur de la tête environ :

Genre Barbastella (Barbastelles)

5.

  • deuxième phalange du troisième doigt (dernier segment) environ trois fois plus longue que la première phalange :

Genre Miniopterus (Minioptères)

  • deuxième phalange du troisième doigt, moins de trois fois plus longue que la première phalange

6.

  • cinquième doigt environ de la longueur (un peu plus long) du métacarpe (premier segment) du troisième doigt ou du quatrième doigt

Genre Nyctalus (Noctules)

  • cinquième doigt nettement plus long que le métacarpe du troisième ou du quatrième doigt

7.

  • longueur du troisième doigt divisée par la longueur du cinquième doigt = moins de 1.31. Museau long et conique. Tragus long et pointu

Genre Myotis (Murins)

  • longueur du troisième doigt divisée par la longueur du cinquième doigt = plus de 1.31. Museau gros et court. Tragus trapu à sommet arrondi

8.

  • avant-bras de plus de 36 mm.

Genre Verpertillio (Sérotine bicolore)

Genre Eptesicus (Sérotines)

  • avant-bras de moins de 36 mm.

Genre Pipistrellus (Pipistrelles)

Les microchiroptères d'Europe

Espèce

Taille en mm

Poids en gr

Avant-bras en mm

Famille : Rhinolophidés

Genre : Rhinolophus

Nom scientifique

Nom vernaculaire

Rhinolophus hipposideros

Petit Rhinolophe

192-254

5.6-9

37-42.5

Rhinolophus ferrumequinum

Grand Rhinolophe

350-400

17-34

54-61

Rhinolophus euryale

Rhinolophe euryale

300-320

8-17.5

43.51

Rhinolophus blasii

rhinolophe de Blasius

280

12-15

45-48

Rhinolophus mehelyi

Rhinolophe de Méhely

330-340

10-18

50-55

 

 

Famille : Vespertilionidés

 

 

 

Genre : Eptesicus

 

 

 

Nom scientifique

Nom vernaculaire

 

 

 

Eptesicus serotinus

Sérotine commune

315-381

14.4-33.5

48-57

Eptesicus nilssoni

Sérotine de Nilsson / boréale

240-280

8-17.5

38.1-42.8

Genre : Nyctalus

 

 

 

Nyctalus noctula

Noctule commune

320-400

19-40

48-58

Nyctalus leisleri

Noctule de Leisler

260-320

13-20

39-46.4

Nyctalus asiopterus

Grande noctule

410-500

41-76

60.5-69

Genre : Myotis

 

 

 

Myotis daubentoni

Vespertilion de Daubenton

240-275

7-15

35-42

Myotis capaccini

Vespertilion de Capaccini

230-260

6-15

38-44

Myotis dasycneme

Vespertilion des marais

200-300

14-20

43-49.2

Myotis brandti

Vespertilion de Brandt

190-240

4.3-9.5

33-39.2

Myotis mystacinus

Vespertilion à moustaches

190-225

4-8

32-36

Myotis emarginatus

Vespertilion à oreilles échancrées

220-245

7-15

35-42

Myotis nattereri

Vespertilion de Natterer

245-280

5-12

36.5-43.3

Myotis bechsteini

Vespertilion de Bechstein

250-286

7-12

39-47

Myotis myotis

Grand Murin

350-430

28-40

54-67

Myotis blythi

Petit Murin

380-400

15-28

52.5-59

Genre : Vespertilio

 

 

 

Vespertilio mirinus

Sérotine bicolore

270-310

12-20.5

40-47

Genre : Plecotus

 

 

 

Plecotus auritus

Oreillard brun

240-285

4.6-11.3

37-42

Plecotus austriacus

Oreillard gris

255-292

5-13

37-44.5

Genre : Pipistrellus

 

 

 

Pipistrellus pipistrellus

Pipistrelle commune

180-240

3.5-8

28-34.6

Pipistrellus kuhli

Pipistrelle de Kuhl

210-220

5-1

31-36

Pipistrellus nathusii

Pipistrelle de Nathusius

230-250

6-15.5

32-37

Genre : Hyposugo

 

 

 

Hypsugo savii

Vespère de Savi

220-225

5-10

30-36.5

Genre : Barbastella

 

 

 

Barbastella barbastellus

Barbastelle

262-292

6-13.5

36.5-43.5

Genre : Miniopterus

 

 

 

Miniopterus schreibersi

Minioptère de Schreibers

305-342

9-16

45.5-48

Famille : Molossidés

 

 

 

Genre : Miniopterus

 

 

 

Nom scientifique

Nom vernaculaire

 

 

 

Tadarida teniotis

Molosse de Cestoni

410

25-50

57-64

VoixVoix

Voix de mammifère
Écho-locationÉcholocalisation

LaisséesLaissées

Description
Contrairement à ce que les gens pensent, des chauves-souris ne commettent pas de dégât dans une habitation. En aucun cas, elles ne s'attaquent à l'isolation, aux gaines électriques ou à la charpente. Le seul petit désagrément est la présence de guano. Le guano peut se trouver en plus ou moins grande quantité en fonction des espèces, de leur nombre ou des lieux de passage ou de stationnement dans le bâtiment concerné. Le désagrément est avant tout visuel, puisqu'il ne provoque aucun dégât, à la différence de celui des pigeons. En outre, c'est un excellent engrais de part sa composition (restes d'insectes).

Beaucoup de chauves-souris vivent dans les grottes, où elles forment des colonies très denses, et leurs excréments finissent par recouvrir le sol d'une épaisse couche de guano. Celui-ci sert d'aliment à des larves de Dermestidae (Coléoptères) qui libèrent de grandes quantités d'ammoniac, si bien que l'atmosphère de ces cavernes est insupportable et même dangereuse pour l'homme. Dans certaines grottes, la concentration d'ammoniac était si forte que la fourrure des chauves-souris se décolorait. On a observé au Mexique que cette teneur était parfois de 1'800 ppm, soit plus de trois fois la concentration qu'un homme peut supporter sans danger pendant une demi-heure. On sait que plusieurs espèces tolèrent bien de fortes concentrations d'ammoniac, et les chauves-souris cavernicoles sont probablement encore les plus résistantes. La consommation d'oxygène et le taux du métabolisme sont réduit chez les Chiroptères exposés aux vapeurs de ce gaz, mais on ignore comment ils échappent à l'intoxication.

EmpreinteEmpreinte

Description

VolVol

Description
Chauve-souris, Vol. Cliquer pour agrandir l'image.Parmi les vertébrés, seuls les chauves-souris et les oiseaux volent vraiment. Mais, contrairement aux oiseaux dont le vol est généralement rapide et direct les chauves-souris ont un vol plus lent, mais elles peuvent exécuter des manœuvres acrobatiques. Au sol, par contre ce sont des quadrupèdes maladroits.

Le vol est pratiqué grâce à un repli de peau, tendu entre les membres antérieurs et les chevilles, et soutenu par les os très allongés du membre antérieur et les doigts. Cette aile est attachée le long de la ligne médiane du tronc et des membres et, chez diverses espèces, elle s'étend des membres supérieurs à la queue. Seul le pouce est libre: chez la plupart des chauves-souris, c'est le seul doigt muni d'une griffe, comme les orteils.

Les chauves-souris pratiquent plusieurs vols : vol battu, plané, piqué, sur place.

Elles peuvent produire 20 battements d'ailes par seconde.

Vol de la pipistrelle communeTous les microchiroptères se dirigent en vol (la plupart des espèces insectivores ciblent également leur proie) par écholocation, c'est-à-dire par émission pulsée de sons de haute fréquence qui sont réfléchis sous forme d'échos (perçus par les oreilles de la chauve-souris) par les surfaces environnantes. Les échos renseignent l'animal sur la position, la distance relative et même la nature des objets de son environnement.

Ceci permet aux microchiroptères de voler dans l'obscurité totale. Les propriétés physiques des sons émis varient de façon caractéristique d'une espèce à l'autre. Les impulsions sonores sont générées au niveau du larynx et, selon les espèces, sont émises par la bouche ou par les narines. Les chauves-souris peuvent émettre des ultrasons jusqu'à une distance de trois ou quatre mètres et recevoir l'écho.

Par contre, les mégachiroptères se servent de la vue plutôt que de l'ouïe pour s'orienter. Un seul genre a évolué vers un mécanisme d'écholocalisation qui met en jeu l'émission de «!clics!» audibles et ne sert que quand les chauves-souris volent dans l'obscurité. Les yeux des mégachiroptères sont aussi relativement plus grands que ceux des microchiroptères. Cependant, aucune chauve-souris n'est totalement aveugle, et même les microchiroptères qui utilisent l'écholocalisation peuvent se servir de repères de grandes dimensions pour se diriger en vol.

HabitudesHabitudes

Description
Mœurs nocturnes
À quelques exceptions près, toutes les chauves-souris sont nocturnes.

Pendant la journée, les animaux se reposent dans divers lieux de perchage, tels que les grottes, les crevasses, les arbres creux, le feuillage, les abris ménagés sous les pierres, ou l'écorce, et dans des bâtiments. Ils peuvent même percher à des endroits exposés! ; certains grands mégachiroptères sont suspendus la tête en bas aux branches des arbres, en groupes importants.

Leurs mœurs nocturnes procurent aux chauves-souris beaucoup d'avantages : la concurrence est réduite pour la recherche de nourriture, le risque d'attaque par des prédateurs est diminué, la lutte contre la chaleur et la déshydratation (importante chez les chauves-souris) du fait de leur surface cutanée énorme par rapport à leur taille est facilitée.

Quelques espèces vivent en solitaires, mais la plupart sont grégaires (petits groupes composés d'un seul mâle et d'une dizaine de femelles assemblées comptant plusieurs milliers ou même plusieurs millions d'individus).

Les associations fortuites de plusieurs espèces sont habituelles parmi les chauves-souris qui utilisent des abris protégés tels que les grottes.

Cycle de vieCycle de vie

Système reproductif
Maturité sexuelle
ReproductionAccouplement
L'accouplement a lieu avant l'hibernation, et les femelles conservent le sperme tout au long de la période d'hibernation: la fécondation ne se produit que lorsque l'ovule est libéré par l'ovaire après le réveil printanier des chauves-souris. Ce phénomène est appelé fécondation différée. Une variante de ce schéma est observée chez un genre européen, pour lequel l'accouplement, l'ovulation et le développement précoce de l'embryon ont lieu en séquence normale juste avant l'hibernation, mais le développement de l'embryon s'arrête avant qu'il ne s'implante dans l'utérus.

L'embryon reste libre et non développé jusqu'à ce que la mère reprenne son activité au printemps.

Gestation
Les périodes de gestation des chauves-souris sont assez longues et varient d'environ quarante-quatre jours à huit mois chez les différentes espèces.
Mise bas
Portées
Peu d'entre elles ont plus d'un petit par an et les jeunes ont tendance à se développer assez lentement.
Nourrissage
Ouverture des yeux
Le petit de la chauve-souris naît aveugle et nu et reste quelques semaines accroché au ventre de sa mère qui continue à voler et à chasser normalement.
Sevrage
Émancipation
À deux mois, il se sépare de sa mère, à deux ans il est adulte. Une chauve-souris peut vivre de 5 à 10 ans.
Prédateurs
LongévitéLongévité
L'abondance des chauves-souris, en dépit de leurs faibles capacités reproductrices, n'est pas seulement liée à leur comportement en termes de survie, mais également à leur remarquable longévité.
Certaines grandes roussettes (mégachiroptères) et des vampires ont survécu dans des zoos pendant vingt ans.
En milieu naturel, le record appartient à un spécimen retrouvé trente et un ans après qu'il eut été initialement marqué et relâché en Nouvelle-Angleterre, aux États-Unis.

RégimeNourriture

Description
HannetonsDoryphoresColéoptèresTipulesMouchesAraignéesPapillonsPapillons de nuitMoustiquesSauterellesChenilleAbeilles
  • Insectivores : hannetons, doryphores, criquets, sauterelles, papillons, mouches, moustiques, chenilles …
    La plupart des chauves-souris sont insectivores et peuvent attraper leurs proies en vol ou chercher les insectes stationnaires sur les feuilles ou d'autres surfaces. Les chiroptères sont utiles en raison de l'importante destruction d'insectes.

  • Frugivores : fruits, pollens, nectar.
    La plupart des mégachiroptères et beaucoup d'espèces de chauves-souris à nez en feuille d'Amérique tropicale (ainsi nommées à cause des replis de peau très visibles qui se projettent vers le haut en partant du nez) sont frugivores.
    D'autres espèces des deux sous-ordres mangent des fleurs ou en extraient le nectar grâce à leur langue très allongée (ce qui favorise la pollinisation croisée des plantes).
    Les espèces frugivores peuvent devenir de véritables fléaux des cultures fruitières.
    En Thaïlande les cultivateurs dorment le jour et passent la nuit à effrayer les roussettes en faisant éclater des pétards ou en enfumant les vergers.

  • Quelques-unes des plus grandes chauves-souris à nez en feuille, ainsi que les membres d'une famille d'Eurasie sont carnivores ou omnivores! Elles s'attaquent à de petits amphibiens, des lézards, des oiseaux, des souris et même à d'autres chauves-souris, et consomment en outre des insectes et des fruits.
    Au moins trois espèces de chauves-souris complètent leur régime par de petits poissons, capturés en vol, à la surface de l'eau.

  • Vampire : bétail, petits mammifères, oiseaux.
    Les vampires sud-américains sont de dangereux ennemis du bétail. Ils se nourrissent uniquement de sang aspiré à partir des petites blessures qu'ils infligent essentiellement aux animaux à sang chaud comme les volailles, les bovins, les chevaux, les cochons et occasionnellement les humains.

Toutes les espèces Européennes sont strictement insectivores. La taille des proies varie du moustique au hanneton. Cette spécialisation de leur régime alimentaire en fait de bons indicateurs de la qualité de l'environnement et sont particulièrement utiles.

HabitatHabitats

MilieuxMilieux
Bois de feuillusBois de conifèresChampPrairiesJardinsVergersVilllageVilles
Les chauves-souris se sont adaptées à tous les milieux, des latitudes nordiques jusqu'à l'équateur. Seules quelques îles éloignées des continents, les très hautes montagnes et les calottes polaires leur sont hostiles.
GrotteGîte
Grottes, creux d'arbres, tours, greniers, bâtiments abandonnés. Le jour, elles fuient la lumière et la chaleur du soleil qui risque de les dessécher vue la grande surface de leur peau. La nuit, elles chassent.
AltitudesAltitudes
Étage de plaineÉtage collinéen (de 0 à 800 m)Étage montagnard (de 800 à 1700 m)Étage subalpin (de 1700 à 2200 m)Étage alpin (de 2200 à 3000 m)

MigrationRépartition

Répartition globale
On trouve des chauves-souris dans le monde entier, exception faite de la zone arctique et de certaines îles océaniques éloignées.

Les mégachiroptères vivent en Afrique, en Asie et en Océanie.

On pense que les chauves-souris sont apparues sous un climat chaud, probablement au début de l'Éocène (le plus ancien fossile connu de chauve-souris remonte à environ soixante millions d'années).

Seuls les membres de quatre familles, tous des microchiroptères, vivent dans des régions tempérées, et le nombre d'espèces diminue quand on se rapproche des pôles.

AuvergneAuvergne
Sur le bord de la Chaîne des Puys, dans la vallée de la Sioule, le gîte à chiroptères de Blot-l'Eglise est situé en forêt très escarpée dans les gorges de la Sioule. C'est une galerie minière correspondant à un gîte d'hivernage. Possibilité de présence d'autres gîtes aux alentours dans les alentours.

La superficie totale de ce gîte (territoires de chasse et/ou de transit compris) représente 155,00 Ha. La superficie du gîte en elle-même reste à préciser.

MigrationMigration / Hibernation

Certaines espèces de chauves-souris des zones tempérées sont migratrices, et l'on a enregistré des déplacements de près de 1600 km entre leurs quartiers d'été et d'hiver.
D'autres peuvent parcourir de quelques kilomètres jusqu'à 40 km ou plus par jour entre les lieux de perchage et de nourriture, mais la majorité chasse dans un rayon d'action plus réduit.

Chauve-souris, Hibernation dessin. Cliquer pour agrandir l'image.Mais parce qu'elles ne migrent pas, certaines espèces de chauves-souris sont obligées d'hiberner pendant la saison froide (d'octobre à avril). Pendant plusieurs mois, elles vont ralentir leur métabolisme afin de consommer un minimum d'énergie (on considère qu'une chauve-souris en léthargie consomme en 3 mois l'équivalent d'une heure d'activité).

Pour pouvoir effectuer cette léthargie dans de bonnes conditions, les chauves-souris recherchent des sites présentant les caractéristiques suivantes :

Température constante: les températures froides de l'extérieur et notamment les brusques écarts ne doivent pas être ressentis à l'intérieur des sites d'hibernation.

Forte humidité: l'humidité permet d'éviter la déshydratation des animaux.

Tranquillité: les animaux en hibernation nécessitent une tranquillité absolue. Le dérangement provoque le réveil, qui induit une dépense d'énergie, parfois fatale.

Chauve-souris. Cliquer pour agrandir l'image.Ainsi, les sites recherchés sont généralement des cavités souterraines (grottes, carrières, ouvrages militaires, etc.). Pour la mise bas, les chauves-souris recherchent des endroits surchauffés, compensant ainsi les pertes thermiques dues à la non réalisation d'un nid. En fonction des espèces, celles-ci ont besoin de plus ou moins d'espace. Ainsi, par exemple, la Pipistrelle commune se rencontre également dans les habitations récentes car des volumes de quelques décimètres cubes lui suffisent.

Histoire et traditionsHistoire, littérature, traditions, légendes, religions, magie, mythes, symboles …

HistoireHistoire
LittératureLittérature
Au cinéma et dans les bandes dessinées, le comte Dracula nous a fait croire, à tort, que toutes les chauves-souris se nourrissaient du sang qu'elles prélevaient sur de jeunes femmes. En fait, seules trois espèces de Vampires d'Amérique du Sud sont hématophages.
LégendesLégendes

Chauve-sourisDans le monde occidental, même si l'homme se considère souvent comme à la pointe en matière de technologies diverses, les chauves-souris sont encore perçues comme des animaux maléfiques qui suscitent une très grande peur, et une forte répulsion. Simplement par méconnaissance!

Animaux nocturnes, elles se sont forgé, comme beaucoup d'autres, une réputation particulière, et ont enflammé l'imagination des hommes. Leurs mœurs nocturnes et leur capacité de voler, pouvoir réservé aux anges et aux oiseaux, les faciès étranges de certaines espèces ont largement contribué à répandre légendes et superstitions. Depuis l'Antiquité, on a attribué aux chauves-souris un rôle important dans la médecine populaire : leurs cœurs mélangés à une boisson quelconque devaient réveiller un amour aveugle. Déjà, dans la Rome antique, on les décrivait comme des animaux apparentés par nature au Diable. Beaucoup plus tard, elles symbolisaient même l'Antéchrist, c'est à dire le Démon. Si les Anges étaient représentés avec des ailes d'oiseaux, le Diable au contraire était paré d'ailes de chauves-souris. Elles symbolisaient aussi sa capacité à se battre contre les Anges, ce qui illustrait bien le rôle des chauves-souris dans l'imaginaire. On les clouait même sur les portes des granges jusqu'au milieu du XXe siècle (dans le Berry par exemple).

Chauve-souris, Dessin de Buffon. Cliquer pour agrandir l'image.On leur a aussi attribué des vertus maléfiques. Ce sont des animaux nocturnes capables de voir la nuit, on disait ainsi que ces animaux avaient la capacité de rendre la vue aux aveugles, si leurs yeux étaient appliqués sur la tête des malades. Elles faisaient aussi partie de la pharmacopée des sorcières au Moyen Âge. Le célèbre naturaliste Gessner n'hésitait pas à donner, en 1581, cette recette pour de nombreux maux : prendre une chauve-souris, lui couper la tête, la sécher et la réduire en poudre que l'on peut prendre entre trois doigts, la mélanger à du sirop et à du vinaigre. Aujourd'hui encore, au Maroc, la poussière de Pipistrelle séchée est recommandée pour combattre la méningite.

Considérées comme des oiseaux impurs, c'est pourtant Léonard de Vinci qui les regarda différemment pour la première fois en Europe. En effet, il construisit ses premiers modèles de machines volantes à partir d'ailes de chauves-souris. Il s'était fondé sur leur morphologie, afin de permettre à ses machines d'avoir un vol manuel généré par l'énergie humaine.

Elles ne font pas l'objet des mêmes considérations sur tous les continents. C'est le cas en Amérique centrale, où, sur les représentations religieuses, certaines divinités ont une tête et des ailes de chauves-souris. L'art Maya n'est pas le seul dans ce cas. En Chine, elles sont plutôt symboles de fidélité. Certains religieux portent d'ailleurs sur leur robe une figure représentant un arbre avec des racines et ses branches, symboles de la vie, qui sont entourées de 5 chauves-souris aux ailes déployées. Celui qui porte cette figure est censé jouir d'une longue vie, être riche, en bonne santé, heureux, et ne pas mourir dans la souffrance. Si depuis 50 ans, les réflexions relatives à ces animaux sont en train d'évoluer, on se rend compte finalement dans l'expérience populaire, qu'elles ne s'accrochent pas aux cheveux, qu'elles ne sucent pas le sang, (sauf 3 espèces de vampires en Amérique de Sud).

MagieMagie
Au Moyen Âge, on plongeait des chauves-souris vivantes dans les cuves de plomb liquide pour rendre les balles plus précises lors des tirs. On les accusait aussi de voler le jambon séchant à la poutre de la cuisine et de porter malheur ; mais on les croyait capables de chasser les mauvais esprits une fois clouées à la porte d'une grange.

Depuis, ces pratiques sont abandonnées ; pourtant subsiste encore au fond des mémoires, le poids des légendes et des préjugés : la chauve-souris y est d'ailleurs souvent associée à la sorcellerie.

StatutStatut

Rareté
CirculationMenaces
La faune européenne comprend 30 espèces de chauves-souris (29 espèces en France), ce qui fait des chiroptères l'ordre le plus important des mammifères, puisqu'il représente un tiers de la mammalofaune d'Europe.

Malheureusement, c'est également l'ordre le plus menacé en Europe. Ces mammifères volants n'ont quasiment pas de prédateurs. Les causes de disparition sont principalement dues à l'homme, dont les activités portent atteinte directement ou indirectement aux chauves-souris. Beaucoup de chauves-souris sont très sensibles à certains insecticides, tels que le DDT, qu'elles consomment avec leurs proies.

Les principales causes sont bien connues :

  • disparition des proies par l'emploi excessif des produits biocides,
  • empoisonnement après ingestion de proies contaminées par les produits chimiques,
  • utilisation de produits chimiques dans le traitement des charpentes,
  • disparition des milieux naturels servant de zones de chasse aux chauves-souris,
  • destruction des gîtes d'hiver et d'été,
  • dérangements en hibernation ou en reproduction
Dégâts et nuisances
Les chauves-souris insectivores sont en général considérées comme utiles à l'Homme et beaucoup d'espèces herbivores ou frugivores jouent un rôle important dans la pollinisation des plantes et la dispersion des graines.

À cause de leur taille et de leurs effectifs, les grandes chauves-souris d'Eurasie peuvent avoir une incidence économique lorsqu'elles envahissent les vergers, mais la plus grande nuisance des chauves-souris reste peut-être la transmission de maladies, en particulier la rage, aux animaux domestiques. C'est un problème particulièrement aigu en Amérique tropicale, où la rage provoquée par la morsure de vampires infectés, a décimé des troupeaux entiers de bovins. Malgré tout, ces problèmes demeurent sporadiques.

ProtectionProtection

VidéoVidéos

Autres sujetsAutres sujets

Sujets proches
Les artiodactyles (Artiodactyla)
L'Auvergnat (Homo sapiens gallicus arvernensis)
Les lagomorphes (Lagomorpha)
Les carnivores (Carnivora)
Les chiroptères (Chiroptera)
Les insectivores (Insectivora)
Les rongeurs (Rodentia)
Les périssodactyles (Perissodactyla)
Le dahu (Duhutus montanus)
Sujets plus larges
Racine
Les amphibiens
Les mammifères (Mammalia)
Les oiseaux (Aves)
Les reptiles (Reptilia)
Taxon précédent ] [ Taxon supérieur ] [ Taxon suivant ]
Recommander cette page :
Recommander ce site :
Recherche personnalisée
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.