La côte septentrionale de Grande Canarie

Rubriques[Photos] [Présentation] [Situation] [Visites] [Culture] [Informations pratiques] [Autres sujets]

[Sujet précédant] [Page d’accueil] [Sujet ascendant] [Sujet suivant] [Via Gallica]

Page non éditée

PrésentationPrésentation

Présentation généralePrésentation générale

SituationSituation

La côte septentrionale de l’île de Grande Canarie fait face aux vents alizés soufflant du nord ; au fil des millénaires, les flots de l’océan, poussés avec force par ces vents, ont sculpté – dans les roches volcaniques de cette côte nord – des falaises spectaculaires, espacées par de rares petites criques au fond desquelles se cachent quelques petites plages au charme particulier, très différent de celui des immenses plages de la côte sud de l’île.

Les vents alizés, chargés de l’humidité de l’océan, expliquent aussi le caractère luxuriant de la partie septentrionale de la Grande Canarie, qui est la contrée la plus fertile, et donc la plus peuplée, depuis l’époque des aborigènes guanches ; dans les vallées, arrosées par les pluies apportées par les alizés, les cultures tropicales de bananiers et de cannes à sucre s’étalent à perte de vue. La culture d’arbres fruitiers et l’élevage – notamment des chèvres – complètent l’économie, essentiellement agricole, de cette contrée aux villages traditionnels.

La côte nord de Grande Canarie s’étend sur les communes de Gáldar, de Santa María de Guía, de Moya, de Firgas et d’Arucas.

VisitesVisites

GPS autoItinéraires de visite du nord de l’île de Grande Canarie
Selon que l’on est hébergé dans le sud le l’île ou dans la capitale Las Palmas, on pourra visiter la côte nord d’ouest en est, de Gáldar à Arucas, ou d’est en ouest, d’Arucas à Gáldar ; si l’on dispose de deux journées, on peut visiter la contrée en longeant la côte puis par l’intérieur.

En venant du sud par la côte ouest, en empruntant la route GC-200 passant par Mogán, La Aldea de San Nicolás et traversant le parc naturel de Tamadaba, on arrive à Agaete après 85 km (compter 1 h 45 de conduite) ; après avoir franchi le Barranco de Agaete, on rejoint la route puis autoroute GC-2, connue comme la « Carretera del Norte ».

Dix kilomètres après Agaete tourner à gauche vers San Isidro pour se diriger, par la route GC-202, vers le pittoresque petit port de pêche de Puerto de Sardina et le phare de la Punta de Sardina, situé sur le cap nord-ouest de l’île de Grande Canarie. Avant de continuer vers Gáldar faire un détour vers la nécropole guanche, qui se trouve à côté de la petite plage de Playa del Agujero ; un peu plus loin la plage d’El Frontón est très apprécié des surfeurs pour sa célèbre « vague ». À Gáldar – l’ancienne capitale des aborigènes guanches – on ne manquera pas de visiter le parc archéologique de la Cueva Pintada qui montre – entre autres choses – des peintures rupestres vieilles de plus de 2 000 ans, puis, dans le centre historique de Gáldar, l’église Saint-Jacques des Chevaliers et la demeure du capitaine Quesada. Dans la cour des Casas Consistoriales – qui abritent l’Office de tourisme – on pourra voir le plus vieux dragonnier de l’île.

On quitte Gáldar pour retourner vers l’autoroute GC-2 et la traverser en direction de Santa María de Guía ; l’église du village, Notre-Dame de Guía, mérite une visite pour ses huit sculptures signées José Luján Pérez ; de même la demeure des Quintana, à l’architecture canarienne typique. On ne repartira pas de Santa María sans emporter un de ses fameux « fromages de fleur » (queso de flor), et peut-être même un couteau canarien (cuchillo canario). À quelques kilomètres à l’est de Santa María on peut voir un ancien grenier collectif, nommé « Cenobio de Valerón », où les Guanches entreposaient leur céréales dans des cavités creusées dans la roche. Un peu plus loin, un viaduc, le Puente de Silva, franchit le Barranco de Silva à 125 m de hauteur.

L’étape suivante est le village de Moya, que l’on peut rejoindre par la route GC-75 ; la commune de Moya est surtout riche d’un patrimoine naturel, notamment la réserve naturelle de Los Tilos, mais aussi architectural, comme le bâtiment de la Heredad de Aguas, et archéologique, comme le site guanche de la Montañeta.

Une vallée plus loin vers l’est se trouve la commune de Firgas qui est connue pour son eau minérale, pour ses rues décorées de faïences et pour son moulin de gofio.

La dernière commune de la côte nord de Grande Canarie est Arucas ; depuis Firgas on peut l’atteindre par la route GC-20 si l’on ne veut pas revenir sur l’autoroute littorale GC-2. Arucas est une ville prospère qui s’est enrichie notamment par la culture de la canne à sucre et la production de rhum associée ; on peut d’ailleurs y visiter une distillerie et un musée du rhum. Cependant le monument emblématique d’Arucas est son église Saint-Jean Baptiste, aux allures de cathédrale, construite en pierre basaltique noire. Arucas possède aussi de belles demeures historiques souvent entourées de magnifiques jardins luxuriants, telles que la demeure de la Marquise ou la demeure Gourié.

Si l’on réside dans la capitale, on peut rentrer à Las Palmas par l’autoroute GC-2, les tunnels de Julio Luengo et rejoindre la route GC-1 à la hauteur de la plage de Las Alcaravaneras. Si l’on réside dans le sud on peut rentrer par la côte est en 50 minutes (environ 62 km), en empruntant la route GC-3 puis l’autoroute côtière GC-1.

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Canaries > Grande Canarie > Côte septentrionale
Sujets plus détaillés
La ville de Gáldar à Grande Canarie
La ville de Santa María de Guía à Grande Canarie
La ville de Moya à Grande Canarie
La ville de Firgas à Grande Canarie
La ville d’Arucas à Grande Canarie
Sujets proches
Carte interactive de l'île de Grande Canarie
La côte septentrionale de Grande Canarie
La côte orientale de Grande Canarie
La côte méridionale de Grande Canarie
La côte occidentale de Grande Canarie
L’intérieur de Grande Canarie
La flore et la faune de l'île de Grande Canarie
L'île de Grande Canarie - Brochure OTC (PDF)
Sujets plus larges
Page d’accueil
Informations touristiques sur les Canaries
La géographie des îles Canaries
L’histoire des îles Canaries
L'île d'El Hierro aux Canaries
L'île de La Palma aux Canaries
L'île de La Gomera aux Canaries
L'île de Ténériffe aux Canaries
L'île de Grande Canarie aux Canaries
L'île de Fuerteventura aux Canaries
L'île de Lanzarote aux Canaries
La flore et la faune des îles Canaries
L’archipel des îles Canaries - Brochure OTC (PDF)
[Sujet précédant] [Sujet ascendant] [Sujet suivant] [Fuerteventura] [Grande Canarie] [La Gomera] [La Palma] [Lanzarote] [Ténériffe] [El Hierro] [Page d’accueil] [Canaries] [Via Gallica]
Chercher sur ce Site :
Chercher sur la Toile :
Recommander cette page :
Recommander ce site :
AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.