AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.
Recherche personnalisée

La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe

[Sujet précédant] [Sujet ascendant] [Sujet suivant] [Fuerteventura] [Grande Canarie] [La Gomera] [La Palma] [Lanzarote] [Ténériffe] [El Hierro] [Page d’accueil] [Canaries] [Via Gallica]
Rubriques[Photos] [Présentation] [Situation] [Visites] [Culture] [Informations pratiques] [Autres sujets]Page éditée

PrésentationPrésentation

Présentation généralePrésentation générale
La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Écusson (auteur Jerbez). Cliquer pour agrandir l'image.San Cristóbal de La Laguna, aussi appelée communément La Laguna, est l’ancienne capitale et la deuxième ville de l’île de Ténériffe par sa population.

San Cristóbal, la plus ancienne ville de Ténériffe, fut fondée sur les rives du lac, appelé Aguere par les aborigènes, qui occupait la vallée à cette époque. En quelques années cette plaine devint une prairie fertile.

La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Vue du Mirador de Jardina. Cliquer pour agrandir l'image.La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Vue du Mirador Pico del Inglés. Cliquer pour agrandir l'image.La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Vu depuis le massif d'Anaga. Cliquer pour agrandir l'image.
La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Balcon. Cliquer pour agrandir l'image.La localité offre une foule de monuments de valeur historique. Les palais, églises, couvents et demeures seigneuriales font de San Cristóbal de la Laguna un lieu de visite obligatoire.

Son centre historique, l’un des exemples les plus caractéristiques du type de structure urbaine qui fut développé en Amérique latine pendant le processus de colonisation, maintient intact son tracé en forme de quadrillage. Ce fut à la fin du XVIe siècle et pendant le règne de Felipe II que l’ingénieur Torriani dressa le plan de La Laguna.

Son exemplaire tracé colonial abrite certains des monuments religieux les plus importants de l’île, parmi lesquels sa cathédrale, ainsi qu’une multitude de maisons seigneuriales des XVIIe et XVIIIe siècle, de style canarien typique, aux remarquables coloris, avec leur balcon en bois et de magnifiques patios arborés qui occupent le centre du bâtiment.

Le tracé de ses rues a servi de modèle à la construction de quelques grandes capitales d’Amérique Latine, et, pour cette raison, le centre historique de La Laguna a été classé en 1999 au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’Unesco.

SituationSituation

La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Situation de la commune (auteur Jerbez). Cliquer pour agrandir l'image.La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. La Laguna vue du clocher de l'église de l'Immaculée Conception. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).San Cristóbal de La Laguna est une commune située dans le nord de l’île de Ténériffe. Elle se trouve dans la belle vallée d’Anguere.

La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Panorama. Cliquer pour agrandir l'image.

VisitesVisites

CathédraleLa cathédrale Notre-Dame des Remèdes (Nuestra Señora de los Remedios)
La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Iglesia de los Remedios. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La cathédrale est construite à l’emplacement de l’ancienne église mudéjare de Nuestra Señora de los Remedios, dont la construction avait commencé en 1515. Elle trouve son origine dans un petit ermitage construit en 1511.

Au XVIIe siècle (en 1618 précisément), l’évêque Antonio Carrionero fait construire la tour de l’édifice et, au XVIIIe siècle, plusieurs chapelles sont aménagées à l’intérieur.

L’église de Los Remedios est devenue cathédrale en 1818, lors de la séparation de l’évêché des Canaries, avec la création de l’évêché de Ténériffe (Diocèse de Nivaria) après une bulle du pape Pie VII.

En 1897, l’église était en ruines et elle fut détruite. Le bâtiment actuel, de style néogothique, est érigé entre 1904 et 1915. Il compte trois nefs avec des voûtes en croisée d’ogives sur les plans de l’ingénieur Rodrigo de Vallabiga. On ne garda que son fronton de style néoclassique construit en 1820 sur le modèle de la cathédrale de Pampelune construite par l’architecte Ventura Rodríguez.

La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Iglesia de los Remedios. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).En 1916, on construit la tour droite. La façade est une reconstruction de 1825, de style néoclassique, inspirée des plans de la cathédrale de Pampelune, de Ventura Rodríguez.

La cathédrale possède un patrimoine intéressant. Dans le sanctuaire se trouve un tabernacle sculpté en 1795 par le sculpteur originaire de la Grande Canarie José Luján Pérez et qui est surmonté d’une statue anonyme (XVIe siècle) de Cristo Crucificado, le Cristo de Los Remedios.

À voir aussi le grand retable baroque de Los Remedios de la première moitié du XVIIIe siècle, qui présente un magnifique ensemble de sept tablettes qui auraient été peintes par Hendrick Van Balen, le maître de Van Dyck, selon le conservateur, spécialiste de la peinture flamande du Musée du Prado, Matías Díaz Padrón. Ces tablettes faisaient partie du retable de Mazuelos et elles avaient été commandées dans les Flandres par Pedro Afonso Mazuelos en 1597.

Il existe un autre retable intéressant, celui d’El Señor de La Columna, de style classique (qui serait de Martin de Vos, le collaborateur du Tintoret (Il Tintoretto)).

La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Façade de la cathédrale. Cliquer pour agrandir l'image.L’église possède aussi une magnifique chaire en marbre de Carrare, réalisée par le sculpteur génois Pascuale Bocciardo en 1762, une grande peinture intitulée Las Animas del Purgatorio du peintre canarien Cristóbal Hernández de Quintana (1651-1725) et le tableau de La Santa Cena de Juan de Miranda.

Parmi les statues, il faut citer :

  • La Virgen de Los Remedios, en bois polychrome du début du XVIe siècle, qui serait la première œuvre d’art sacré réalisée à Tenerife.
  • El Cristo atado a la Columna (école génoise, XVIIIe siècle).
  • Nuestra Señora de Los Dolores du sculpteur espagnol Carmona (XVIIIe siècle).
  • Un statue du Christ du sculpteur originaire de Tenerife Fernando Estévez.
  • Une magnifique statue de Nuestra Señora de la Luz, la plus belle statue de toute la cathédrale, dont l’auteur serait le maître Juan Bautista Vázquez el Viejo, qui fut à l’origine de la création de l’école de Séville du XVIe siècle. Cette statue est conservée dans le musée de la cathédrale.

L’église se distingue aussi pour son chœur néoclassique (XIXe siècle) réalisé par Domingo Pérez ; son grand ostensoir sculpté en argent surdoré de style rococo ; ses ondes de procession de la Fête-Dieu en argent repoussé ; ses nombreux objets d’orfèvrerie de l’école de Cordoue, des Canaries et de l’école américaine et pour son importante collection d’ornements sacrés.

Visite :

Plaza Fray Albino, s/n 38201 San Cristóbal de la Laguna (Tenerife).

L’intérieur ne peut pas être visité à cause des travaux de restauration.

ÉgliseL’église de la Conception (Iglesia de la Concepción)
La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Iglesia de la Concepción. Cliquer pour agrandir l'image.L’église de l’Immaculée Conception est la toute première paroisse de Ténériffe et l’église mère de toutes celles qui ont été créées depuis le XVIe siècle. Le Gouverneur, le « adelantado », établit son emplacement après avoir célébré pour la première fois à Ténériffe la Fête-Dieu en 1496.

La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Iglesia de la Concepción. Cliquer pour agrandir l'image.L’église originelle connut agrandissements et modifications successifs au cours des siècles suivants. Les plus grandes transformations ont eu lieu au XVIIIe siècle sur les plans de l’architecte Diego Nicolás Eduardo. Elle a été classé en 1948 monument national historique et artistique. En 1948, elle fut déclarée monument national. Elle fut reconstruite en 1974 après l’effondrement de ses nefs dans les années 60.

La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Iglesia de la Concepción. Cliquer pour agrandir l'image.L’église de l’Immaculée Conception a la forme caractéristique des temples canariens, avec ses trois nefs, ses arcs en plein cintre et son plafond à caissons en pin canarien de style mudéjar.

La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Iglesia de la Concepción. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).L’église de l’Immaculée Conception possède un patrimoine artistique très riche :
  • Sa chaire est une pièce baroque anonyme sculptée dans du bois noble à la fin du XVIIIe siècle, considérée comme un joyau unique dans son genre.
  • Les fonts baptismaux en céramique de Séville du XVe siècle ont une grande valeur historique puisque la légende veut qu’ils furent apportés par le premier gouverneur et qu’ils servirent à baptiser les premiers Guanches de Tenerife.

La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Iglesia de la Concepción. Cliquer pour agrandir l'image.Parmi ses sculptures, il faut citer :

  • La Predilecta (La Dolorosa) de José Julán Pérez dans la chapelle du Santísimo Cristo
  • El Cristo del Rescate du gothique tardif espagnol (XVIe siècle)
  • San Pedro et La Inmaculada Concepción, la dernière statue (autour de 1849) du sculpteur originaire de Ténériffe Fernando Estévez (1781-1854)
  • Le groupe de La Piedad de Lázaro González (XVIIe siècle)
  • Une statue de San José (école génoise du XVIIe siècle)

Parmi ses tableaux, on trouve :

  • Le célèbre San Juan Evangelista de Cristóbal Ramírez sur lequel on aurait, semble-t-il, observé des exsudations de sang en 1648
  • Une grande toile de Cristóbal Hernández de Quintana (1651-1725) intitulée Cuadro de las Animas.

L’église possède aussi une grande collection d’objets d’orfèvrerie, comme le Grand Ostensoir du Marquis de Bajamar et celui de la Fête-Dieu, divers retables et un joli chœur sculpté au début du XVIIIe siècle par Rodriguez Bermejo.

La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Iglesia de la Concepción. Cliquer pour agrandir l'image.La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Iglesia de la Concepción. Cliquer pour agrandir l'image.La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Iglesia de la Concepción. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).
Le clocher, en pierres meulières, a été construit en 1697 et c’était le troisième de l’église. Ce clocher est aujourd’hui le symbole le plus représentatif de La Laguna.
La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Le clocher de la Iglesia de la Concepción. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Le clocher de la Iglesia de la Concepción. Cliquer pour agrandir l'image.La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Le clocher de la Iglesia de la Concepción. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).
La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Le clocher de la Iglesia de la Concepción. Cliquer pour agrandir l'image.La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Le clocher de la Iglesia de la Concepción. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Le clocher de la Iglesia de la Concepción. Cliquer pour agrandir l'image.
Information sur les visites :

Adresse : Plaza Doctor Olivera, s/n 38202 San Cristóbal de la Laguna (Tenerife)

Horaire : du lundi au vendredi, de 8 heures 30 à 13 heures 45 et de 17 heures 30 à 19 heures 30. Le samedi, de 8 heures 30 à 13 heures 45 et de 17 heures à 19 heures 30. Dimanche et jours fériés, de 7 heures 30 à 13 heures 45 et de 16 heures 30 à 20 heures 30.

Tarifs: entrée libre.

PlaceLa place de l’Avancé (Plaza del Adelantado)
La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Plaza del Adelantado. Cliquer pour agrandir l'image.Belle place ombragée entourée de nombreux édifices intéressants : l’hôtel de ville (Casa del Corregidor), le palais de Nava, l’ancien monastère Santa Catalina de Siena, le marché couvert.
ChapelleL’ermitage Saint-Michel (Ermita de San Miguel)
La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Ermita de San Miguel. Cliquer pour agrandir l'image.L’ermitage Saint-Michel est situé sur la Plaza del Adelantado ; il fut construit en 1506 par Alonso Fernandez de Lugo et placé sous l’invocation de l’archange saint Michel. La statue de saint Michel est conservée dans l’église de Santo Domingo où elle est vénérée tous les ans au cours de sa fête patronale, le 29 septembre.

Après de nombreux travaux de restauration effectués par le Conseil de l’île de Tenerife, le Cabildo, elle a été transformée en salle d’expositions.

Horaire des visites : lorsqu’il y a une exposition.

ManoirLa demeure Anchieta (Casa de Anchieta)
La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. La Casa Anchieta. Cliquer pour agrandir l'image.
Hôtel de villeL’hôtel de ville (Ayuntamiento)
La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. L'Hôtel de Ville. Cliquer pour agrandir l'image.L’hôtel de ville est abrité par un bâtiment de 1546, bâti par Juan Nepomuceno.

L’hôtel de ville a connu de nombreuse transformation depuis le XVIe siècle. La plus importante concerne sa façade principale qui a été refaite en pierres de taille en 1822 par Juan Nepomuceno Conejo. C’est certainement l’un des meilleurs exemples du néoclassique civil aux Canaries. La Salle des Fêtes a été restaurée en 1888 par Rafael de Oráa.

La partie de l’édifice qui donne sur la rue de La Carrera et Obispo Rey Redondo a conservé le portail de l’ancienne demeure du Corregidor (ancien magistrat nommé par le roi).

On trouve sur son frontispice les armoiries de Charles V et de chaque côté, le blason de Tenerife et les armes du gouverneur de l’île Jerónimo de Sotomayor.

La salle plénière présente un joli plafond à caissons de style mudéjar canarien.

On y conserve d’importantes reliques comme :

  • L’étendard qu’arborait le gouverneur, ou Adelantado, Alonso Fernández de Lugo lorsqu’il conquit Tenerife pour la Couronne de Castille.
  • Le décret royal de 1510 de la reine Jeanne la Folle qui concédait à La Laguna le titre de Ville.
  • Les armoiries qui sont aussi celles de l’île de Tenerife.
  • Les archives historiques qui figurent parmi les plus complètes de tout l’archipel.

Horaire des visites : du lundi au vendredi, de 9 heures à 14 heures.

MonastèreLe monastère Sainte-Catherine de Sienne (Convento de Santa Catalina de Siena)
La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Convento de Santa Catalina de Siena. Cliquer pour agrandir l'image.La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Convento de Santa Catalina. Cliquer pour agrandir l'image.Le monastère Sainte-Catherine de Sienne est situé sur la Plaza del Adelantado ; il fut bâti au XVIIe siècle, en 1611, à l’emplacement de la demeure de Los Adelantados.

On y trouve des retables baroques intéressants, comme celui du sanctuaire et celui de la Vierge d’El Tránsito, ainsi qu’un présentoir en argent repoussé.

À voir dans l’église du couvent, la sculpture qui représente Santa Rosa de Lima, sculptée par Rodríguez de la Oliva.

Une fois par an, le 15 février, le couvent ouvre ses portes pour montrer aux fidèles le corps intact de la servante de dieu, sœur María de Jesús de León Delgado (1643-1731).

Horaire des visites : du lundi au samedi de 7 heures à 11 heures 45, le dimanche de 18 heures 30 à 20 heures (visite possible de la cour intérieure).

PalaisLe palais Nava y Grimón (Palacio de Nava y Grimón)
La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Casa Nava y Grimón. Cliquer pour agrandir l'image.Le Palais de Nava est situé sur la Plaza del Adelantado. Il fut bâti en 1776 par Tomás de Nava Grimón y Porlier, Ve marquis de Villanueva del Prado, « Regidor » de Tenerife (l’équivalent d’un échevin) en 1585, et créateur du Jardin Botanique de la Vallée de La Orotava.

C’est pour beaucoup un exemple insolite de l’architecture canarienne de par la présence sur sa façade d’un style hybride, fruit d’un croisement entre maniérisme, baroque et néoclassicisme. De sa construction jusqu’aux derniers travaux en date, en 1776, par Tomás de Nava y Grimón y Porlier, cinquième marquis Villanueva del Prado, ce palais a en effet accusé l’évolution et les transformations de la sensibilité artistique au cours des deux siècles de travaux et d’agrandissements.

Le corps de logis central en pierre, similaire à celui du palais Salazar (aujourd’hui le palais épiscopal), a été construit en 1681 par les mêmes tailleurs de pierre.

À l’époque du cinquième marquis de Villanueva del Prado, c’est dans cette demeure que se réunissait la célèbre Tertulia de Nava, un groupe d’intellectuels qui eut une grande influence à l’époque de l’Illustration.

Au centre du frontispice, on peut admirer les armoiries en pierre des marquis de Villanueva del Prado.

Adresse : Calle de Nava y Grimón.

ManoirLa demeure du Correcteur (Casa del Corregidor)
La Demeure du Correcteur est le bâtiment plus ancien de la ville ; elle date du XVIe siècle et a été le siège du Cabildo de l’île (gouvernement).

La construction de cette demeure a commencé au début du XVIe siècle et elle s’est achevée en 1545. Sa façade présente un très joli portail en pierres de taille rouges, l’un des exemples les plus représentatifs du style plateresque aux Canaries.

Le nom de cette demeure vient du fait que c’est là que logeaient les « Corregidores » de l’île lorsqu’ils gouvernaient (les anciens magistrats nommés par le roi). C’est là qu’habita ensuite l’évêque Joaquín Lluch y Garriga. Elle abrite aujourd’hui les bureaux de la mairie.

Horaire des visites : du lundi au vendredi, de 9 heures à 14 heures.

La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Casa del Corregidor. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Casa del Corregidor. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Casa de los corregidores. Cliquer pour agrandir l'image.
La halle au blé (Casa de la Alhóndiga)
La halle au blé.
La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Casa de la Alhóndiga. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Le portail de la Casa de la Alhóndiga. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).
La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Casa de la Alhóndiga. Cliquer pour agrandir l'image.La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Le portail de la Casa de la Alhóndiga. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).
ManoirLa demeure Alvarado-Bracomonte (Casa de Alvarado-Bracamonte) ou Maison des Capitaines Généraux (Casa de los Capitanes Generales)
Le capitaine général Diego de Alvarado-Bracamonte ordonna la construction de cette demeure dans le première moitié du XVIIe siècle. Elle appartint plus tard aux marquis de La Breña et aux marquis de Mejorada. Plusieurs capitaines généraux y vécurent également au cours du XVIIIe siècle.

Cette demeure qui donne sur la rue Viana et la rue Obispo Rey Redondo, a été restaurée il y a peu. Elle possède un portail et des ouvertures taillés en tufeau rouge du pays et une jolie cour intérieure. Il s’agit d’une demeure au style typiquement canarien.

La Casa de los Capitanes abrite l’Office du Tourisme, le Musée de la ville de La Laguna, ainsi que le Centre international pour la Conservation du Patrimoine.

Horaire des visites : du mardi au samedi de 11 heures à 13 heures et de 17 heures à 20 heures. Le lundi de 17 heures à 20 heures et le dimanche de 11 heures à 13 heures (uniquement lorsqu’il y a des expositions)

La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Casa de Alvarado-Bracamonte. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Le portail de la Casa de Alvarado-Bracamonte. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Patio, casa de Alvarado-Bracamonte. Cliquer pour agrandir l'image.
La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Patio, casa de Alvarado-Bracamonte. Cliquer pour agrandir l'image.La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Patio, casa de Alvarado-Bracamonte. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Patio, casa de Alvarado-Bracamonte. Cliquer pour agrandir l'image.
ManoirLa demeure Mesa (Casa Mesa)ManoirLa demeure Riquel (Casa Riquel)
La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Casa Mesa. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Casa Riquel. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).
ManoirLa demeure Ossuna (Casa de Ossuna)
Cette demeure a été construite par le capitaine Manuel Delgado au milieu du XVIIe siècle et elle devint par la suite propriété de la famille d’Ossuna.

Elle abrite aujourd’hui des archives et c’est aussi le siège de l’Instituto de Estudios Canarios. Ses archives contiennent de nombreux documents intéressants, relatifs surtout à la famille Anchieta dont l’un des membres les plus célèbres fut le jésuite José de Anchieta, né à La Laguna en 1534 et évangélisateur du Brésil qui fonda la ville de São Paulo.

ÉcoleL’ancien collège des Dominicaines (Antiguo Colegio de Las Dominicas)
La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Antiguo colegio de las Dominicas. Cliquer pour agrandir l'image.
RueLa rue Saint-Augustin (Calle San Agustín)
La rue Saint-Augustin héberge plusieurs demeures d’intérêt culturel dont on peut d’ailleurs visiter plusieurs, richement arborées et fleuries.
ManoirLa demeure Montañes (Casa de Montañés)
La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Casa de Montañes, patio. Cliquer pour agrandir l'image.Cette demeure est l’un des meilleurs exemples d’architecture civile de la ville de La Laguna. Elle a été construite en 1746 par le sergent major Francisco Montañes. Elle a été restaurée il y a peu par l’architecte Sebastián Matías. Elle présente un magnifique ouvrage d’ébénisterie sur ses portes et ses fenêtres. C’est là que se trouve aujourd’hui le siège du Conseil consultatif des Canaries.

Cette demeure peut être visitée du lundi au vendredi de 8 heures à 13 heures.

Adresse : Calle de San Agustín.

PalaisLe palais Lercaro (Palacio de Lercaro)
Le Palacio de Lercaro est une demeure du XVIe siècle sur la Calle San Augustín.

Le lieutenant général de Ténériffe, Francisco Lercano de León ordonna la construction de cette demeure en 1593 qui représente un très bel exemple de l’architecture civile des îles. Sa cour intérieure principale est singulière par rapport aux modèles d’architecture que l’on trouve aux Canaries du fait des statues en bois du premier étage.

La façade de la demeure présente un corps de logis central en pierres de taille et on peut y admirer les armoiries de son premier propriétaire. La finition de ses murs qui imite les briques et les motifs de la Renaissance, est, elle aussi, singulière.

La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Palacio de Lercaro. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Palacio de Lercaro. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Palacio de Lercaro. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).
La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Palacio de Lercaro. Cliquer pour agrandir l'image.À l’intérieur on trouve des panneaux en bois sculptés de dessins stylisés de plantes qui mettent en valeur le garde-fou du couloir.

La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Palacio de Lercaro. Cliquer pour agrandir l'image.Les différentes pièces ont toutes un très beau plafond à caissons ; l’escalier principal, construit avec les mêmes pierres que celles du portique de l’entrée et des pilastres de la cour intérieure, a comme support une voûte et un arc en plein cintre.

La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Casa Lercaro, museo de historia de Ténériffe. Cliquer pour agrandir l'image.Le Musée de l’Histoire de Ténériffe (Museo de Historia de Tenerife) et les Archives insulaires de Ténériffe ont été aménagés dans le Palacio de Lercaro qui appartient aujourd’hui au Conseil de l’île, le Cabildo. Il présente l’histoire de l’île du XVe siècle à nos jours.

Ses onze salles d’exposition présentent différents panneaux explicatifs qui donnent un aperçu de l’histoire de l’île.

La grande collection de cartes des Canaries, dont certaines remontent au XVIe siècle, descriptions et d’objets divers, présentée à l’intérieur du bâtiment est très intéressante.

La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Art moderne. Cliquer pour agrandir l'image.Adresse : Calle de San Agustín, 22.

Horaire des visites : du mardi au dimanche de 9 heures à 19 heures - Fermé le lundi.

Tarif d’entrée : de 1,80 € à 3 €, selon l’âge.

MaisonLa maison des Jésuites (Casa de Los Jesuitas)
La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Casa de los Jesuitas. Cliquer pour agrandir l'image.Les pères jésuites commencèrent la construction de cette demeure en 1733. Ils s’y installèrent en 1737 et durent l’abandonner en 1767 au moment de leur expulsion de l’île.

Cet édifice a été utilisé à plusieurs reprises dans un but éducatif. C’est là que naquit l’Université de San Fernando avec ses classes de droit, véritable embryon de l’Université.

C’est là que se trouve aujourd’hui le siège de la Real Sociedad Económica de Amigos del País, qui possède une très belle bibliothèque surtout de l’époque de l’Illustration, ainsi que des archives d’une grande valeur avec des fonds des demeures de Nava y Grimón, Tabares de Nava et l’héritage du chroniqueur Rodríguez Moure.

La bibliothèque peut être visitée du lundi au vendredi de 16 heures à 18 heures.

Adresse : Calle de San Agustín.

PalaisLe palais épiscopal (Obispado) ou Demeure Salazar (Casa Salazar)
La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Façade de la Casa Salazar, antigua sede del obispo. Cliquer pour agrandir l'image.Palais épiscopal et patio du XVIIe siècle.

La Casa Salazar était le lieu de résidence des comtes del Valle de Salazar qui en ordonnèrent la construction en 1664. La façade est l’œuvre de Juan González de Castro Illada et elle fut construite en 1681 par les tailleurs de pierres Juan Lizcano et Andrés Rodríguez Bello.

Pour beaucoup, les lignes sobres et équilibrées de cette façade à la tendance baroque, font d’elle l’une des pus belles de l’architecture civile des Canaries.

Avant d’être rachetée au XIXe siècle pour devenir le siège de l’évêché de La Laguna et accueillir les bureaux de la curie, ce palais abritait le Casino El Porvenir et c’est sur le piano de ce club que Teobaldo Power composa une grande partie de ses célèbres Cantos Canarios.

La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. La Casa Salazar avant l'incendie. Cliquer pour agrandir l'image.L’intérieur s’articule autour d’une cour intérieure dont les colonnes supportent des galeries. On y trouvait d’importantes œuvres d’art comme des peintures de Francisco Bonnin, de José Aguiar, de Mariano de Cossio, de Manuel López Ruiz et de Martín González, ainsi que des sculptures parmi lesquelles les bustes des évêques Rey Redondo et Fray Albino de Mariano Benlliure.

Le 23 janvier 2006 le palais épiscopal fut détruit par un incendie réduisant à l’état de cendres son patrimoine d’une richesse incalculable ; il devrait être reconstruit dans les prochaines années.

Adresse : Calle de San Agustín.

ÉgliseL’église et l’hôpital Notre-Dame des Douleurs (Iglesia y Hospital de Nuestra Señora de Los Dolores)
Une grande partie de l’église actuelle remonte au début du XVIIIe siècle, bien que son portail date du XVIIe siècle. Ce temple est composé d’une seule nef.

Il renferme entre autres:

  • Une toile de Cristóbal Hernández de Quintana intitulée El Sueño de San José
  • Un demi-relief de la naissance du Christ du XVIIe siècle
  • Une peinture intéressante, le Ecce Homo de l’école canarienne et deux sculptures d’Antonio Maragliano.

Parmi les autres peintures à voir, il faut citer la grande peinture sur bois qui représente le Crucifié avec la Vierge et San Sebastián de chaque côté, de très belle facture et l’une des plus anciennes apportées à Tenerife.

Adresse : Calle de San Agustín.

MonastèreL’église et l’ancien monastère Saint-Augustin (Iglesia y Antiguo Convento de San Agustin)
C’était, jusqu’à l’épisode de la « Desamortización » au XIXe siècle, un monastère des frères augustins placé sous le Saint-Esprit. Cet ordre religieux s’était installé à La Laguna en 1504 et il obtint en 1701 la licence nécessaire pour faire cours. Ce couvent, qui avait une grande influence en matière d’éducation, permit la création de l’Université de La Laguna.

Sa construction s’acheva vers 1560 et il reste aujourd’hui différents éléments architecturaux d’origine comme le cloître en pierres de taille rouges ; la cour intérieure, l’une des plus belles des Canaries. Miguel de Unamuno y séjourna.

Il abrite aujourd’hui l’Institut des Canaries qui a été pendant très longtemps le seul centre d’enseignement secondaire des Canaries. Au cours du XIXe siècle et une bonne partie du XXe siècle, des îliens qui allaient devenir par la suite célèbres y firent leurs études, comme Benito Pérez Galdós, Bals Cabrera Felipe ou Tomás Morales.

L’Instituto de Canarias, l’héritier de la première université, conserve aussi d’importantes collections scientifiques et des œuvres d’art parmi lesquelles il faut citer les peintures du Musée Romántico de Madrid.

Adresse : Calle de San Agustín.

La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Ancien couvent Saint-Augustin. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Ancien couvent Saint-Augustin. Cliquer pour agrandir l'image.La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Ancien couvent Saint-Augustin. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).
La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Ancien couvent Saint-Augustin. Cliquer pour agrandir l'image.La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Ancien couvent Saint-Augustin. Cliquer pour agrandir l'image.La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Antiguo convento de San Agustín. Cliquer pour agrandir l'image.
MonastèreL’église Saint-Jean Baptiste (Iglesia de San Juan Bautista) et le monastère Sainte-Claire d’Assise (Convento Santa Clara de Asis)
La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Convento Santa Clara. Cliquer pour agrandir l'image.Le couvent Sainte-Claire d’Assise (de l’ordre franciscain, le premier monastère à être créé aux Canaries) date de 1575.

L’église, vouée à saint Jean-Baptiste, possède un joli plafond à caissons mudéjar et un patrimoine intéressant comme les statues de La Dolorosa, San Juan et La Magdalena, apportés d’Amérique au XVIIIe siècle. L’église renferme également deux toiles de Juan de Miranda et un ensemble de sculptures composé de la statue d’El Señor del Huerto, du sculpteur de la Grande Canarie Luján Pérez, et de celle de Los Apóstoles Dormidos de Rodríguez de la Oliva.

Adresse : Calle de Nava y Grimón.

Horaire des visites : de 8 heures à 15 heures et de 17 heures 15 à 19 heures 15 (prévenir à l’avance).

ÉgliseL’église Saint-Dominique de Guzmán (Iglesia de Santo Domingo de Guzmán)
La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Antiguo convento Santo Domingo. Cliquer pour agrandir l'image.L’église Saint-Dominique de Guzmán date du XVIIe siècle, bien qu’elle possède une porte de style plateresque du XVIe siècle.

Elle se distingue pour ses grands plafonds à caissons mudéjars, ses toiles du peintre canarien Cristóbal Hernández de Quintana et ses peintures à la fresque de Mariano de Cossio (1790-1860).

Le campanile est adossé aux murs du couvent de Las Dominicas, aujourd’hui presque disparu.

Le temple conserve aussi des statues et des objets d’orfèvrerie importants :

  • Le Señor Difunto (XVIe siècle).
  • Le Señor de la Humilidad y Paciencia (XVIIe siècle).
  • La statue de La Inmaculada d’Antonio Mario Maragliano, en bois polychrome datant de la première moitié du XVIIIe siècle.
  • La statue de San Miguel, de 1577, qui appartenait à l’ermitage du même nom et qui est vénéré le 29 septembre comme patrimoine de l’île.

Les objets d’orfèvrerie proviennent essentiellement des ateliers qui existaient à La Laguna au XVIIIe siècle. Il convient de citer :

  • Le grand ostensoir dessiné par le sculpteur José Rodríguez de la Oliva et taillée par l’orfèvre originaire de Tenerife Ildefonso de Sosa, qui est considéré comme la pièce la plus précieuse de toute l’orfèvrerie des Canaries.
  • Le trône du Jeudi saint.
  • Les brancards en argent de la Virgen del Rosario.
  • Les fonts baptismaux sont également intéressants à voir. Ils proviennent de l’ancienne église de Los Remedios. C’est dans ces fonts que fut baptisé le Bienheureux José de Anchieta, le fondateur de la ville de São Paulo, dont l’acte de baptême est toujours conservé dans l’église.

Information sur les visites :

Adresse : Calle de Santo Domingo, s/n 38201 San Cristóbal de la Laguna (Tenerife)

Tarifs : Entrée libre.

Horaire des visites : du mardi au samedi de 18 heures à 19 heures 30. Le dimanche et les jours fériés de 10 heures à 12 heures et de 18 heures à 19 heures 30.

ChapelleL’ermitage Saint-Christophe de La Laguna (Ermita de San Cristóbal de La Laguna)
Cet ermitage a été fondé au début du XVIe siècle mais il a été transformé à de nombreuses reprises au cours des siècle.

Il mérite une place à part car c’est là qu’est conservé le patron de la ville (San Cristóbal de La Laguna). La tradition raconte que c’est là que se trouve la sépulture de Fernando de Guanarteme, un aborigène converti de l’île de la Grande Canarie qui faisait partie des troupe de Fernández de Lugo lors de la conquête de Tenerife.

Adresse : Avenida de Calvo Sotelo.

Horaire des visites : généralement fermé au public.

ChapelleL’ermitage Saint-Benoît Abbé (Ermita de San Benito Abad)
La construction de cet ermitage s’acheva en 1554, mais il fut reconstruit en 1636.

Situé dans le quartier de San Benito, tout près de l’église de La Concepción, il a été récemment restauré. Il est composé d’une seule nef, avec un arc en pierres rouges qui encadre la porte principale et un plafond à caissons typiquement mudéjar et représentatif de nombreux temples canariens.

Il faut ici souligner l’importance de la fête patronale de San Benito, célébrée tous les ans en honneur au patron des bergers et des récoltes, l’une des plus importantes des Canaries, qui a lieu le premier dimanche de juillet.

Adresse : Calle del Marqués de Celada.

Horaire des visites : aux heures de culte.

MonastèreLe sanctuaire royal du Sanctissime Christ de La Laguna (Real Santuario del Santísimo Cristo de La Laguna)
La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Real santuario del santisimo Cristo de la Laguna. Cliquer pour agrandir l'image.Les Franciscains qui arrivèrent sur l’île au moment de la conquête, construisirent l’ancien couvent de San Miguel de las Victorias en 1506. Celui-ci fut détruit en 1810 par un incendie ; on ne sauva que la statue du Christ.

L’église ne comporte qu’une seul nef, haute et étroite, d’environ 46 m de long et 7 m de large. On y entre par une porte située sous le haut-chœur. L’autel arbore un parement en argent repoussé avec les armoiries des marquis de Villanueva del Prado. Le mur du fond est occupé par un important dais en argent avec une niche centrale.

La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Real santuario del santisimo Cristo de la Laguna. Cliquer pour agrandir l'image.Sur le fond en bois taillé et doré de cette niche repose la croix du Saint-Christ ; au-dessus et en guise de couronnement se trouve une petite sculpture ancienne, polychromée, de San Miguel de las Victorias.

La croix, recouverte de plaqué argent grossièrement taillé, est un cadeau de Francisco Bautista Pereira de Lugo, seigneur des îles de La Gomera et El Hierro, en 1630. L’ancienne croix, que l’on substitua par celle-ci, est gardée dans le chœur sous le couvent des Clarisses.

La statue est portée en procession deux fois par an : lors de la fête de la ville (le 14 septembre) où elle est transportée sur une croix en argent, et lors de la procession aux aurores de vendredi saint sur une croix en bois toute simple.

L’église renferme également une image de La Douloureuse du sculpteur canarien Rodríguez de la Oliva et une autre de saint François d’Assise, ainsi qu’un important legs en orfèvrerie, en majorité provenant des meilleurs ateliers de La Laguna.

À l’heure actuelle, l’église a le rang de Sanctuaire Royal, au culte intense, et elle fut rendue à la communauté des franciscains du Couvent annexe de San Miguel de las Victorias.

Adresse : Plaza de San Francisco (Plaza del Cristo).

Horaire des visites : lundi, mercredi, jeudi et vendredi de 7 heures à 13 heures et de 16 heures à 21 heures. Le mardi de 10 heures 30 à 13 heures et de 16 heures à 21 heures. Le samedi et le dimanche de 7 heures à 21 heures.

UniversitéL’université Saint-Fernand (Universidad de San Fernando)
L’Université San Fernando est le cœur culturel de la ville.

ConnaissancesHistoire, géographie, arts, traditions, flore …

HistoireHistoire
La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe. Expédition de Dumont d'Urville, 1842. Cliquer pour agrandir l'image.La ville fut fondée en 1496 par le conquistador Alfonso Fernández de Lugo qui fit construire des maisons autour de l’église de La Concepción, ce qui donna la Ciudad Alta (« la ville haute »). Dans la Villa de Abajo (« la ville basse ») du début du XVIe siècle, ce sont les classes dirigeantes qui s’installent ainsi que les communautés monastiques qui construisent force églises et hospices. San Cristóbal connaît son époque de splendeur aux XVIIe et XVIIIe siècle jusqu’à ce que la capitale soit transférée à Santa Cruz. La Laguna fut la capitale de Ténériffe jusqu’en 1823.

À partir de 1510 la ville devenait le centre politique et intellectuel de l’île et de toute la région. C’est également ici que fut fondée la première université des îles Canaries en 1701 à la demande du pape Clément XI. Et malgré le fait que la ville a dû abandonner son statut de capitale au profit de Santa Cruz de Tenerife, elle est restée jusqu’à aujourd’hui le centre religieux et culturel de l’île.

En 1818 la ville est devenue un évêché.

En 1975 l’Institut d’Astrophysique des Canaries (IAC) y fut créé.

En 1999 elle a été déclarée « patrimoine mondial » par l’UNESCO.

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Canaries > Ténériffe > Côte orientale > San Cristóbal de La Laguna
Sujets plus détaillés
Carte interactive de la ville de San Cristóbal de La Laguna à Ténériffe
La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe - Carte des lignes de bus (PDF)
Le village de Valle de Guerra à Ténériffe
Le village de Bajamar à Ténériffe
Sujets proches
Le parc rural d'Anaga à Ténériffe
La ville de Santa Cruz à Ténériffe
La ville d'El Rosario à Ténériffe
La ville de Candelaria à Ténériffe
La ville de San Cristóbal de la Laguna à Ténériffe
La ville d'Arafo à Ténériffe
La ville de Güímar à Ténériffe
La ville de Fasnia à Ténériffe
La ville d'Arico à Ténériffe
Sujets plus larges
Page d'accueil
Carte interactive de l'île de Ténériffe
L'île de Ténériffe - Carte des lignes de bus (PDF)
La côte septentrionale de Ténériffe
La côte orientale de Ténériffe
La côte méridionale de Ténériffe
La côte occidentale de Ténériffe
L'intérieur de Ténériffe
La flore et la faune de l'île de Ténériffe
L'île de Ténériffe - Brochure OTC (PDF)

[Sujet précédant] [Sujet ascendant] [Sujet suivant]
Recommander cette page :
Recommander ce site :
Recherche personnalisée
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.