Le houx commun (Ilex aquifolium)

Houx commun[Photos] [Présentation] [Classification] [Noms] [Étymologie] [Identification] [Racines] [Tiges] [Feuilles] [Fleurs] [Fruits] [Cycle] [Habitats] [Origine] [Distribution] [Bois] [Utilisations] [Constituants] [Histoire] [Statut]

[Page d'accueil] [Taxon ascendant] [Via Gallica]

Page éditée

PhotosPhotos

Houx commun. Fleurs. Cliquer pour agrandir l'image.Houx commun. Fleurs. Cliquer pour agrandir l'image.Houx commun. Fleurs. Cliquer pour agrandir l'image.
Houx commun. Rameau. Cliquer pour agrandir l'image.Houx commun. Feuillage. Cliquer pour agrandir l'image.Houx commun. Feuillage. Cliquer pour agrandir l'image.

ClassificationClassification

Règne : plantes (Plantae)Sous-règne : plantes vasculaires (Tracheobionta)
Division : plantes à graines (Spermatophyta)Sous-division :
Classe : plantes à fleurs (Angiospermae)Sous-classe : dicotylédones (Dicotyledonae)
Super-ordre : rosidés (Rosidae)Ordre : célastrales (Celastrales)
Famille : aquifoliacées (Aquifoliaceae), acanthacées, ilicacéesSous-famille :
Genre : houx (Ilex [Linné])Sous-genre :
Espèce : Ilex aquifolium [Linné, 1753]Variété :
Nom commun : houx communNom populaire : houx à aiguillons

Noms européensNoms européens

AlbanieAllemagneStechpalme, Stechhülse, Christdorn, gemeine Stechpalme, HülseAngleterrecommon holly, Christ’s thorn, holly, holm, holytreeArménie
Pays basquegorostia, garratz, gorostiBiélorussieBrezhonegquelenBulgarie
Catalogneagrifol, arbre de visc, boix grèvol, grèvolChyprioteCorsucaracutuCroatiebožika, božikovina
Danemarkalmindelig kristtorn, kristtornGaeidhligcuileannEspagneacebo comun, acebo, agrifolio, cardónEstonieteravalehine iileks
FøroysktFinlandeFrançaishoux communFrysk
Galiceaquifolio, pica folhaPays de GallesGéorgieGrèce
Hongriemagyal fajták, közönséges magyalIrlandecuillenIslandekristþyrnirItalieaquifolio comune, agrifoglio, alboro spinoso
LettonieLithuanieLëtzebuergëschMacédoine
MalteMoldovenesteNorvègekristtorn, beinvedOccitan
Pays-BashulstPologneostrokrzew kolczastyPortugalRoumanie
RussieSerbieSlovaquiecezmína ostrolistáSlovéniebodika
SuèdejärnekTchéquiecesmína ostrolistáUkraïneEmpire romainIlex aquifolium

ÉtymologieOrigine du nom

Étymologie latineÉtymologie latine
Houx commun. Feuilles. Cliquer pour agrandir l'image.Ilex aquifolium signifie « à feuilles à dents aiguës ».

Le nom d’Ilex fut donné à cette plante par confusion avec le Chêne Yeuse (Quercus ilex) de la région méditerranéenne possédant des feuilles aux bords épineux. Le nom Ilex en latin signifie chêne vert, attribué par le botaniste français Joseph Pitton de Tournefort (1656-1708) qui leur trouvait une similitude dans la forme des feuilles.

L’ancien nom latin du houx était Aquifolium, mais Linné n’appréciant pas ce nom de genre comportant deux mots, lui attribua le nom d’Ilex, mot celtique signifiant « pointe ».

Aquifolium vient des mots latins Acus (aiguille) et de folium (feuille).

Étymologie françaiseÉtymologie française
Du francique « hûliz » ; en breton « quelen ».

Le terme français de Houx dérive de l’allemand Hulst.

Étymologie anglaiseÉtymologie anglaise
En anglais, le Houx est nommé Holly ; Hollywood signifie « bois de houx ».

Identification du végétalIdentification

Identification généraleGénéralités
Houx commun. Planche d'identification Flora danica. Cliquer pour agrandir l'image.Houx commun. Planche d'identification Saint-hilaire. Cliquer pour agrandir l'image.Houx commun. Plante. Cliquer pour agrandir l'image.Le houx commun est un arbre glabre, vert.

Arbre dioïque.

Ses feuilles sont alternes, persistantes, très coriaces, luisantes, ondulées et dentées-épineuses, à une seule épine terminale sur les vieux sujets.

Ses fleurs sont blanches ou un peu rosées ; 4-5 pétales ovales, soudés à la base, à l’aisselle des feuilles.

Ses fruits sont charnus, d’un rouge vif, 4-5 graines triangulaires.

Catégorie de planteCatégorie de planteArbuste
Arbuste ou petit arbre à feuilles persistantes.

Le houx est le seul arbuste nordique à feuillage persistant qui ne soit pas un conifère.

PortPort de la plante
Houx commun. Silhouette.Houx commun. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.Houx commun. Plante. Cliquer pour agrandir l'image.Le houx a un port élancé, conique ou pyramidal selon la variété.

Il a une forme pyramidale dense et régulière avec des branches quasiment horizontales ou retombantes.

HauteurHauteur de la plante
Le houx a une taille adulte habituelle d’environ 5 m, mais pouvant dépasser 10 m occasionnellement, et parfois 20 m.
RemarquesRemarques
Houx commun. Dessin.Houx commun. Le houx du Paraguay (maté). Cliquer pour agrandir l'image.Le genre Houx (Ilex) forme sa propre famille (les Aquifoliacées). Ce genre comprend environ 400 espèces d’arbres et arbustes persistants ou caducs, originaires des zones tempérées et tropicales.

Une espèce sud-américaine (Ilex paraguariensis [Saint-Hilaire]) donne une boisson stimulante et diurétique, le maté, thé du Paraguay ou thé des Jésuites.

Espèces semblablesEspèces semblables
Houx commun. Planche d'identification Hoffmann. Cliquer pour agrandir l'image.

RacineRacines

Description de la racine
Le système radiculaire du houx est très dense ; ses racines charnues et blanches dégagent une odeur caractéristique comme le bois fraîchement coupé de ses branches.

ÉcorceTige / Écorce

Description de la tige
L’écorce du houx est très lisse.
Couleur de l'écorceCouleur de la tige
Écorce de couleur verte plus ou moins foncée, qui vire au gris clair en vieillissant.

L’écorce des jeunes rameaux est verte.

FeuilleFeuilles

Description des feuilles
Houx commun. Variete dessin d'identification. Cliquer pour agrandir l'image.Houx commun. Feuilles. Cliquer pour agrandir l'image.
Houx commun. Feuillage. Cliquer pour agrandir l'image.Le feuillage du houx est persistant : il est un repoussoir puissant pour de nombreuses créatures qui, sinon, pourraient voler les œufs dans les nids.

Les feuilles sont alternes, simple, à court pétiole, sans stipules.

Houx commun. Fruits. Cliquer pour agrandir l'image.Feuilles ovales ou elliptiques, aiguës au sommet, gondolées.

Nervure centrale marquée.

Limbe coriace et glabre, à marge cartilagineuse, ondulée à dents terminées en épine.

Houx commun. Feuilles. Cliquer pour agrandir l'image.Les feuilles sont normalement très épineuses, mais il arrive qu’elles ne le soient pas.

Les feuilles des feuilles du bas ou des tiges stériles sont munies d’épines acérées.

Houx commun. Feuillage. Cliquer pour agrandir l'image.Houx commun. Fleurs. Cliquer pour agrandir l'image.Les feuilles des rameaux élevés, ou celles près des branches fleuries ou sur les houx très âgés, portent de moins en moins de piquants, jusqu’à souvent devenir entières et inermes dans le sommet, avec une seule épine terminale.

Cette hétérophyllie correspond probablement à une adaptation de défense contre les herbivores.

Dimension des feuillesDimension des feuilles
Feuilles de 5 à 8 cm.
Couleur des feuillesCouleurs des feuilles
Houx commun. Rameau. Cliquer pour agrandir l'image.Houx commun. Fleurs. Cliquer pour agrandir l'image.Le feuillage du houx est de couleur vert clair à vert foncé luisant sur le dessus, plus pâle et mat sur le dessous.

Les feuilles peuvent être marginées.

VégétationVégétation
Feuillage persistant (les feuilles vivent 3 ans).

Les feuilles anciennes tombent vers le milieu de l’été.

MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Végétation

FleurFleurs

Description des fleurs
Houx commun. Planche d'identification Thomé. Cliquer pour agrandir l'image.Houx commun. Fleurs. Cliquer pour agrandir l'image.Houx commun. Fleurs. Cliquer pour agrandir l'image.Espèce dioïque : le houx est une espèce unisexuée, les fleurs mâles et les fleurs femelles sont portées par des individus différents.

Cependant, il y a quelques fruits sur les plantes mâles. On constate généralement l’avortement des étamines ou du pistil dans toutes les fleurs d’un même pied, ce qui conduit à la dioïcité.

Si on désire une production de baies, il faut donc s’assurer de la présence des deux sexes. Les plantes femelles ont besoin d’au moins une plante mâle dans les environs pour fructifier ; un plant mâle est nécessaire pour une quinzaine de plants femelles.

Houx commun. Fleurs. Cliquer pour agrandir l'image.Les fleurs du houx sont groupées en petits bouquets sur de courts pédoncules à l’aisselle des feuilles en partie terminales.

Houx commun. Fleurs. Cliquer pour agrandir l'image.Fleurs régulières (en forme de cercle) tétramères, à symétrie radiaire : chacun des cycles (sépales, pétales et étamines, 4 carpelles soudés en un ovaire supère) compte 4 pièces.

Houx commun. Fleurs. Cliquer pour agrandir l'image.Calice vert à 4 divisions.

Corolle formée de 4 à 5 pétales ovales soudés à la base.

Houx commun. Fleurs. Cliquer pour agrandir l'image.4 étamines.

Houx commun. Fleurs. Cliquer pour agrandir l'image.

Dimension des fleursDimension des fleurs
Les fleurs sont petites : 6 mm.
Couleurs des fleursCouleurs des fleursFleurs blanchesFleurs roses
Les fleurs du houx sont de couleur blanchâtre à légèrement rosée par endroits.
Fleur odoranteParfum des fleurs
Les fleurs du houx dégagent un agréable parfum et sont mellifères.
PollenPollen
FloraisonFloraison
Floraison en mai-juin.
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Floraison

FruitFruits

Description des fruits
Les fruits du houx apparaissent sur les pieds femelles.

Seuls certains individus donnent des fruits ; chez les autres, les ovaires avortent.

Ce sont des baies charnues, persistantes.

Les drupes sont vénéneuses.

Houx commun. Planche d'identification Sturm. Cliquer pour agrandir l'image.Houx commun. Fruits. Cliquer pour agrandir l'image.Houx commun. Fruits. Cliquer pour agrandir l'image.
Dimension des fruitsDimension des fruits
Baies de la grosseur d’un pois, de 8 à 10 mm.
Couleurs du fruitCouleurs des fruits
Baies rouge vif à maturité, rouge corail, rarement jaunes.
Houx commun, Fruits mûrs. Cliquer pour agrandir l'image.Houx commun. Houx à Pulvérières. Cliquer pour agrandir l'image.Houx commun. Fruits. Cliquer pour agrandir l'image.
GrainesGraines
Houx commun. Fruits. Cliquer pour agrandir l'image.Baie à 4-5 graines triangulaires.

Les oiseaux, notamment les merles et les grives, les consomment et dispersent les graines (il semblerait que les drupes jaunes les attirent moins). Dans le courant du mois de janvier, les branches du houx vont ployer sous le poids des bandes de merles et grives qui finiront par gober toutes les baies.

FructificationFructification
Dès septembre, les fruits du houx commencent à prendre une coloration rouge ; ils sont mûrs en octobre.

Ils sont resplendissants en hiver (vers Noël).

Ils persistent sur l’arbre jusqu’au début du printemps (mars).

MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Fructification
Houx commun. Fruits verts. Cliquer pour agrandir l'image.Houx commun. Baies en hiver. Cliquer pour agrandir l'image.Houx commun. Baies en hiver. Cliquer pour agrandir l'image.

Cycle de vieCycle de vie

PérennitéPérennitéPlante pérenne
PlantationPlantation
Plantation au printemps ou en automne.

Bien choisir son emplacement car sa transplantation est assez délicate.

MultiplicationMultiplication
Bouture semi - ligneuse en fin d’été, semis en automne ou greffage.

Si l’on veut multiplier un houx qui fructifie bien, il suffit de prélever les drageons qui poussent nombreux à son pied.

EntretienEntretienTaille
On peut rabattre au printemps même sévèrement, mais la taille s’effectue de préférence à la fin de l’été. Le houx repart de la souche.
CroissanceCroissance
Assez lente.
RécolteRécolte
Ennemis de la planteEnnemisVersInsectesChampignonsMicrobes
LongévitéLongévité
300 ans.

HabitatHabitats

MilieuxMilieuxFôrets de feuillusHaies
Le houx se rencontre dans les bois, haies, broussailles, sous-bois des forêts de hêtres, de hêtres et sapins, de chênes et de charmes.
SolsSols
Le houx aime les sols humides, argileux, riches, humifères, drainés.

Il tolère les sols calcaires, mais est plus fréquent sur substrat acide.

ExpositionsPlante d'ombre
Soleil, mi-ombre lumineuse à l’abri des vents froids.

Le manque de lumière ne le gêne pas dans sa croissance est assez lente.

ClimatsClimatsClimat ombré
Surtout dans les régions à climat océanique. Essence d’ombre, qui préfère les atmosphères humides (où il côtoie les hêtres).
AltitudesAltitudesÉtage collinéen (de 0 à 800 m)Étage montagnard (de 800 à 1700 m)Étage subalpin (de 1700 à 2200 m)
Aux étages collinéen et montagnard inférieur, jusqu’à une altitude d’environ 1000- 1 200 m.
Espèce associéeEspèce associée
C’est souvent le compagnon du hêtre.

Origine géographiqueOrigine

Europe occidentale (Scandinavie, Grande Bretagne jusqu’au Caucase), Europe méridionale, Asie Mineure (jusqu’en Perse), Afrique du Nord et Asie septentrionale.

RépartitionDistribution géographique

Distribution globale
La zone d’origine du houx commun s’étend à l’Ouest et à l’Est de l’Europe (dans les pays de climat océanique, il pénètre jusqu’à la limite boréale de la zone tempérée), à l’Afrique du Nord, au massif du Caucase, au Nord de l’Iran et dans certains endroits en Chine.

Il est vraisemblablement arrivé aux États-Unis avec les premiers colons anglais.

Un peu partout en France et en Europe, rarement en région méditerranéenne.

Présent en auvergneAuvergne
Houx commun. Houx à Pulvérières. Cliquer pour agrandir l'image.

BoisBois

Description du bois
Le bois de houx était particulièrement recherché pour fabriquer des pièces robustes et souples à la fois.


Propriétés du boisPropriétés du bois
Bois dur, très dense et très homogène qui peut être travaillé, tourné, etc.
BoisAspect du bois
Houx commun. Bois maillé de houx commun. Cliquer pour agrandir l'image.Houx commun. Bois en coupe longitudinale. Cliquer pour agrandir l'image.Bois très blanc.
Coupe longitudinaleCoupe tangentielleCoupe radiale
Houx commun. Bois en coupe longitudinale. Cliquer pour agrandir l'image.Houx commun. Bois en coupe tangentielle. Cliquer pour agrandir l'image.Houx commun. Bois en coupe radiale. Cliquer pour agrandir l'image.
Densité du boisDensité du bois
De 0,55 à 0,70 kg/dm³.
Travail du boisTravail du boisVernissage
Il prend très bien différentes teintures et sa maillure lui donne donc une profondeur très appréciée dans les marqueteries de fleurs, ainsi que dans la confection des filets.
Utilisation du boisUtilisations du boisUtilisation du bois en lutherieUtilisation du bois en menuiserieUtilisation du bois en menuiserieUtilisation du bois en marqueterieUtilisation du bois en ébénisterieUtilisation du bois en manchisterieUtilisation du bois en meunerieUtilisation du bois pour le chauffage
Utilisé en lutherie.

Le bois de houx est aussi très estimé des ébénistes. On l’utilise en marqueterie où on le rencontre très souvent teinté en noir, en lieu et place de l’ébène. Il fut très utilisé en marqueterie dès le XVIIe siècle. Placage.

Son bois blanchâtre, très dur est utilisé en sculpture, instruments de dessin, gravure.

Confection de manches d’outils agricoles car il est très résistant et a la faculté d’atténuer les vibrations.

Les jeunes rameaux et les branches les plus souples étaient utilisées pour confectionner des manches d’outils, de fouets, de cannes, des cravaches (houssines), d’aiguillons, pièces de charrues, verges de fléaux et des manches d’ustensiles de cuisine. C’était le bois des aiguillons de bouvier.

Comme tous les bois denses, il est un excellent combustible.

Utilisation médicinaleUtilisations

Utilisations médicinalesToxiqueUtilisations médicinales
Houx commun. Toxicite. Cliquer pour agrandir l'image.Houx commun. Rameaux. Cliquer pour agrandir l'image.Les feuilles peuvent être employées comme diurétique, expectorant, fébrifuge et antispasmodique, cependant un emploi abusif peut provoquer des malaises.

Le feuillage frais ou séché, était employé dans les pharmacopées traditionnelles pour ses propriétés diurétiques et fébrifuges, pour calmer les toux, les crises de goutte et l’arthrite.

Les racines sont émollientes et résolutives.

Les feuilles de houx ne sont pas considérées comme toxiques, mais il arrive que leur emploi abusif provoque des malaises.

Houx commun. Baies. Cliquer pour agrandir l'image.Les baies sont toxiques : leur saveur n’est guère agréable mais elles se montrent bien tentantes pour les enfants ; leur ingestion peut entraîner des troubles nerveux. Chez les enfants en bas âge, l’ingestion de plus de 2 baies suffit à provoquer vomissements et diarrhée ; ces symptômes s’aggravent après consommation de 20 à 30 baies.

Symptômes d’intoxication :

En cas d’empoisonnement, on constate des troubles digestifs : vomissements, salivation importante, somnolence, diarrhées, douleurs abdominales avec dans les cas graves déshydratation et parfois convulsions.

Utilisations culinairesUtilisations culinaires
Traditionnellement on distille encore en Alsace une eau de vie de baies de houx.
Utilisations économiquesRecherchée par les abeilles
Les fleurs du houx recherchées par les abeilles. Le houx produit une quantité non négligeable de nectar et de pollen. En raison de son abondance dans certains lieux, il peut contribuer à des apports substantiels de miel.

La seconde écorce sert à préparer la glue des oiseleurs. Autrefois, l’écorce interne servait à confectionner une glu utilisée pour attraper les oiseaux. C’est avec l’écorce du Houx que se font les meilleures glus.

Le feuillage regroupé en fagots était utilisé pour ramoner les conduits de cheminée.

Ses branches font des balais (pour « houspiller »).

Utilisations ornementalesUtilisations ornementalesUtilisation en art topiairePlantes de jardin
Houx commun. Feuillage. Cliquer pour agrandir l'image.En horticulture ornementale, le houx, grâce à ses nombreuses espèces et ses très nombreux cultivars, a de multiples usages.

On cultive le Houx comme arbrisseau d’ornement dans les parcs et les jardins, où de nombreuses variétés horticoles sont plantées.

Il s’utilise en sujet isolé ou dans des haies défensives (les houx épineux ont un effet particulièrement dissuasif contre les intrus) ou libres.

Houx commun. Haie. Cliquer pour agrandir l'image.Le Houx se taille facilement en haie et en art topiaire (certains houx supportent très bien les tailles franches).

Les rameaux couverts de baies qui persistent tout l’hiver sont recherchées au moment des fêtes de Noël, et son feuillage persistant lui vaut d’être considéré comme une des plantes du nouvel an avec le buis, le laurier, l’if, le lierre, le genévrier et l’ajonc.

Les belles feuilles sombres, vernissées et aux bords ondulés hérissés de dents épineuses, sont bien connues pour la décoration de vitrines ainsi que pour les bouquets.

Chaque année, en France, 200 tonnes de petit houx sont prélevés des forêts, pour une valeur marchande de 370 000 euros.

Constituants chimiquesConstituants chimiques

Le feuillage, l’écorce et les drupes contiennent un alcaloïde, la théobromine (substance proche de la caféine) qui selon le dosage peut être toxique pour les chevaux et les animaux domestiques, agissant sur le système nerveux, et aussi un glucoside amer, l’ilicine, et de l’acide caféique. On retrouve cet alcaloïde dans les graines de cacao.

Histoire et traditionsHistoire, littérature, traditions, légendes, religions, magie, mythes, symboles …

HistoireHistoire
Houx commun. Feuilles fossiles.Les aquifoliacées ont surtout une répartition tropicale et on considère le houx, seule espèce européenne, comme une relique, avec adaptation, d’une flore plus chaude présente en Europe au Tertiaire : d’où ses feuilles coriaces, piquantes, toujours vertes, mais cessant d’être épineuses sur les tiges âgées.

Il est difficile de distinguer, dans les textes anciens, ce qui se rapporte au Houx (Ilex aquifolium L.) de ce qui se rapporte à l’Yeuse ou Chêne vert (Quercus ilex L.). Le terme latin Ilex utilisé pour les deux est responsable de ces confusions mais également les végétaux eux-mêmes qui peuvent par bien des points s’assimiler (notamment par la forme et la persistance des feuilles et par les caractéristiques du bois). Ceci explique sans doute cette étrange parenté qui semble perdurer entre le Houx et le Chêne.

TraditionsTraditions
Il était d’usage courant, en Belgique et quelques régions de France, que les charretiers placent toujours une pièce en bois de Houx dans leur nouveau chariot pour le préserver des accidents. Ce pouvait être un rayon de roue, un échelon de la ridelle ou une simple goupille d’assemblage.
ReligionsReligions
Houx commun. Baies en hiver. Cliquer pour agrandir l'image.Houx commun. Baies. Cliquer pour agrandir l'image.Les légendes celtes veulent due les elfes et les fées cachés dans les branches du houx protègent les maisons contre les lutins domestiques. C’est pourquoi on suspend des couronnes à l’entrée de la maison, au moment du nouvel an.

Du temps des Gaulois, les druides portaient des brins de houx dans les cheveux quand ils partaient en forêt pour couper le gui sacré, le sixième jour de l’année celte.

Pour les chrétiens, le houx est spécifiquement associé à Noël et à la naissance de l’enfant Jésus. Le roi Hérode cherchant à massacrer tous les nouveau-nés juifs pour éliminer celui que l’on annonçait comme le roi des juifs, Marie, Joseph et leur enfant s’enfuirent vers l’Égypte. À l’approche d’une troupe de soldats, ils se cachèrent dans un buisson de houx, qui, dans un élan miraculeux, étendit ses branches pour dissimuler la Sainte famille derrière son épais feuillage épineux. Sauvés, Marie bénit le buisson de houx et souhaita qu’il restât toujours vert en souvenir de sa protection et en symbole de l’immortalité.

Le houx est utilisé pour faire la couronne de l’avent et la décoration de Noël.

MagieMagie
Comme beaucoup de plantes piquantes le houx protège des maléfices. Son usage à cette fin était déjà pratiqué par les Romains où il était l’arbre des Saturnales. Ces traditions ont perduré en Allemagne, en Suisse et en France où il était d’usage d’en accrocher des rameaux sur les portes des étables et au seuil des maisons la veille de Noël.

En Europe, on a longtemps cru que le houx avait le pouvoir mystérieux de faire fuir la foudre, les enchantements et les démons. Les femmes non mariées, suspendaient même une branche de houx à leur lit pour éviter d’être transformées en sorcières.

MythesMythes
Dans la mythologie grecque, le houx est un arbre de la Vie, parce qu’il mûrit en hiver, mais ses baies sont très toxiques (à cause de la théobromine).
SymbolesSymboles
Le houx symbolise la persistance de la vie végétale (par ses feuilles et par ses fruits présents sur l’arbuste au cœur de l’hiver).

Dans le langage des fleurs et des plantes, le houx est le symbole de l’insensibilité.

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Sujets plus détaillés
Sujets proches
Sujets plus larges
Page d'accueil
Les acéracées (Aceraceae)
Les apiacées (Apiaceae)
Les aquifoliacées (Aquifoliaceae)
Les araliacées (Araliaceae)
Les balsaminacées (Balsaminaceae)
Les buxacées (Buxaceae)
Les celastracées (Celastraceae)
Les cornacées (Cornaceae)
Les crassulacées (Crassulaceae)
Les euphorbiacées (Euphorbiaceae)
Les géraniacées (Geraniaceae)
Les grossulariacées (Grossulariaceae)
Les hippocastanacées (Hippocastanaceae)
Les juglandacées (Juglandaceae)
Les loranthacées (Loranthaceae)
Les onagracées (Onagraceae)
Les oxalidacées (Oxalidaceae)
Les papilionacées (Papilionaceae)
Les rhamnacées (Rhamnaceae)
Les rosacées (Rosaceae)
Les saxifragales (Saxifragales)
Les thyméléacées (Thymelaeaceae)
Les vitacées (Vitaceae)
Taxon ascendant ] [Page d’accueil] [Végétaux] [Via Gallica]
Chercher sur ce Site :
Chercher sur la Toile :
Recommander cette page :
Recommander ce site :
AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.