AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.
Recherche personnalisée

Le site de Camiros, île de Rhodes

[Sujet précédant] [Sujet ascendant] [Sujet suivant] [Page d’accueil] [Grèce] [Via Gallica]
Rubriques[Photos] [Présentation] [Situation] [Visites] [Culture] [Informations pratiques] [Autres sujets]Page éditée

PhotosPhotos

Le site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Le site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Le site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.
Amphithéâtre du site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Le site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.

PrésentationPrésentation

Présentation généraleGénéralités
Plan du site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Le site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Les ruines du site archéologique de Camiros, Kamiros, ou Kámeiros, « la blanche Camire », sont dispersées en amphithéâtre sur les terrasses légèrement inclinées d’un coteau.

Vue d'ensemble du site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.La ville antique était bâtie sur un versant, dans une région fertile, entourée de vergers de figuiers et d’oliviers, avec une vue sur la mer. Le marbre blanc se mêle au vert tendre des pins et au bleu azur de la mer.

Avec plus d’un km et demi de diamètre, les ruines de Camiros sont beaucoup plus étendues que celles d’Ialyssos, peut-être parce que cette ville est restée un avant-poste important après que le nouveau Rhodes a été achevé en 408 avant JC. Les vestiges de Camiros appartiennent surtout à l’époque hellénistique (300 à 100 avant JC).

SituationSituation

Côte aux environs de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Les ruines de la vieille ville de Camiros (Κάμειρος) se trouvent à 34 km au sud-ouest de la ville de Rhodes.

Les environs du site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Camiros est située entre des collines verdoyantes, non loin de la côte ouest de l’île de Rhodes ; depuis la route littorale de l’ouest, sortir à Agios Minas (Αγίου Μηνά).

Coordonnées : latitude : 36.337262 (36° 20’ 14.1") N ; longitude : 27.920283 (27° 55’ 13.0") E

VisitesVisites

Le site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.La cité de Camiros est un exemple caractéristique d’urbanisme hellénistique, avec sa division entre zones de bâtiments publics et de bâtiments privés. Le site archéologique est très parlant : les ruines se répartissent en trois secteurs de superficies inégales :
  • Plan du site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.au niveau le plus bas, l’agora, à caractère religieux,
  • sur les pentes de la colline, le quartier résidentiel,
  • au sommet, l’acropole.
L’agora
Sur la terrasse inférieure, l’agora forme le lieu de rassemblement.
L'agora du site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Le site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Agora du site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.
Temple dorique
Temple dorique d'Apollon du site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Sur la droite de l’agora se dresse un temple dorique probablement consacré à Apollon (IIIe siècle ou début IIe siècle avant JC), avec son portique, dont il subsiste des bases de colonnes.

Temple dorique du site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.

Fontaine
Place de la Fontaine du site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.A gauche du temple se trouve la place dite « Place de la Fontaine », un espace rectangulaire avec de nombreuses bases portant des inscriptions votives. La fontaine était sur le côté sud de la place. Sa façade était constituée de six demi-colonnes doriques, aujourd’hui restaurées.

Place de la Fontaine du site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Juste derrière la fontaine se trouvait une citerne à ciel ouvert contenant de l’eau jaillissant par des bouches d’eau.

La fontaine fut bâtie à l’époque classique et modifiée au début du IIIe siècle avant JC, quand une seconde place plus petite fut créée sur l’emplacement, avec un puits en son centre.

Sanctuaire
Sanctuaire du site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Exèdre du site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Dans la partie est de l’agora se trouve un « héroon », sanctuaire dédié aux héros et aux dieux de Camiros, constitué d’une aire sacrificielle dotée de plusieurs autels (le grand autel d’Hélios et neuf plus petits). Il s’agit probablement du Hierothyteion de Camiros connu d’après des inscriptions.
Le quartier résidentiel
Au-delà de l’agora, se déploie, surtout sur la gauche, le quartier résidentiel.
Rue principale du site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Escalier conduisant de l'agora au quartier résidentiel du site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Quartiers d'habitation du site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.
Les ruines des habitations sont disposées sur les pentes de la colline, de part et d’autre de la rue principale reliant le bas de la cité à l’acropole, à droite les habitations de la période romaine et à gauche celles de la période hellénistique.
Quartier hellénistique du site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Maisons hellénistiques du site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Habitations d'époque romaine du site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.
Maison à péristyle du site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.En se promenant dans le réseau des rues de pierres, on découvre le plan des maisons, dont plusieurs à péristyle dont les colonnes ont été relevées, et les ateliers des artisans. Deux demeures remarquables s’élèvent à l’est de la rue principale, avec des cours à péristyle intérieur.

Les murs des maisons, les pavements des rues datent du IIIe siècle avant JC

Demeure à péristyle du site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.

Les habitants avaient parfaitement choisi leur site, perché au-dessus de l’eau. L’emplacement est en assez bon état de conservation pour imaginer quelle vie avait lieu dans cette ville dorique antique il y a plus de 2.000 ans.

Quartier hellénistique du site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Camiros représente une cité hellénique homogène dont les habitants étaient de simples paysans et artisans, souvent des potiers qui ont fait la réputation de Camiros, une réputation qui dépassa les frontières de l’île. La ville était aussi connue pour les figues, l’huile d’olive et le vin.

La cité vue depuis l'acropole du site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.

Vestiges des bains du site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Derrière le sanctuaire aux autels se trouve les vestiges des bains romains qui étaient probablement des bâtiments publics.
Réservoirs
Au-dessus du quartier résidentiel, les ruines d’un réseau d’aqueducs et d’un réservoir couvert (VIe siècle avant JC) ayant une capacité de 600 mètres cubes de l’eau, permettaient d’approvisionner tout au long de l’année jusqu’à 400 familles doriennes. On en voit encore les traces dans le quartier résidentiel. Les parois de la citerne étaient enduites d’un produit résistant à l’eau. Deux escaliers descendaient au fond où deux trous d’évacuation servaient à la nettoyer. Ils étaient fermés par des bouchons coniques en pierre.
L’Acropole
Sur les hauteurs de l’acropole s’égaillent les vestiges d’un modeste temple périptère d’époque hellénistique (Ve siècle avant JC) consacré à Athéna Kameiria. Le temple dorique d’Athéna a été bâti sur les ruines du temple archaïque.
Stoa dorique du site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Plus tard, un « stoa » hellénistique a été construit en contrebas de l’acropole ; le « stoa » était composé de deux rangées de colonnes doriques avec des salles pour des magasins ou des logements à l’arrière. Ce long portique (206 m) du IIIe siècle avant JC aligne encore six belles colonnes avec entablement qui ont été redressées.
Vue depuis l'acropole du site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Vue depuis l'acropole du site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Depuis le temple, une vue panoramique sur la mer et sur la prospère campagne environnante s’offrait au visiteur.
A côté du temple se trouve le monastère de la Panagia, et, un peu plus loin, une catacombe paléochrétienne.

Histoire et traditionsHistoire, géographie, arts, traditions, flore …

HistoireHistoire
Les fouilles archéologiques entreprises en 1859 ont révélé une occupation minoenne. La légende prétend que Althéménée, petit-fils du roi Minos de Crète, en fut le fondateur, et qu’un fils d’Hercule, Tlipolèmos, y vécut.
La ville dont nous voyons les ruines a été fondée par les Doriens au VIIIe siècle avant JC

À la fin du VIe siècle avant JC et au début du Ve siècle, Camiros est sous dépendance perse. La cité regagne son autonomie à la fin des guerres médiques, avant de rejoindre la Ligue de Délos.

En 411 avant JC, les Spartiates, partis de Cnide, débarquent à Camiros avec 94 navires. Ils s’emparent rapidement de la ville, qui n’est pas fortifiée (Thucydide, VIII, 44, 2) et, convoquant son assemblée, décident les citoyens à changer de camp.

En 407 avant JC, les trois cités de Camiros, Lindos et Ialyssos fondent conjointement, tout en conservant leur autonomie, la cité de Rhodes, capitale de l’île. Camiros était la plus petite de ces trois cités rhodiennes de l’Antiquité qui furent florissantes aux VIe et Ve siècle avant JC

Au IVe siècle avant JC et pendant l’époque hellénistique, Camiros profite de l’expansion commerciale et culturelle de Rhodes.

En 305, la cité repousse les attaques de Démétrios Poliorcète.

Sous la domination romaine, Camiros et le reste de l’île sont ravagés par Cassius.

Camiros fut détruite une première fois par le gigantesque séisme de 226 avant JC. L’unité architecturale de la ville est due à sa reconstruction complète consécutive à ce premier séisme. Reconstruite sur les plans d’une cité hellénistique, Camiros fut à nouveau détruite par le tremblement de terre de 142 avant JC

Camiros est souvent comparé à Pompéi, bien qu’elle n’ait pas été ensevelie par une éruption volcanique, mais tout simplement abandonnée par la population et oubliée après ce second séisme au IIe siècle après JC

Camiros n’a été redécouverte qu’au XIXe siècle lors d’une première campagne archéologique menée par A. Salzmann et A. Biliotti de 1852 à 1864.

En 1928, l’école archéologique italienne a commencé l’excavation systématique du secteur ainsi que le travail de restauration qui a continué jusqu’à la fin de la 2ème guerre mondiale.

PersonnagesPersonnages
Le natif le plus célèbre de Camiros est probablement Pisandre de Camire, l’auteur de l’Héracléide et d’autres poèmes.
JoailleriesArts
Éléments de collier trouvés au site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Pichet à vin trouvé au site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Camiros était une cité laborieuse, réputée pour ses artisans. Selon Homère, les bijoux d’or et les poteries qui y étaient fabriqués étaient très appréciés à l’extérieur de l’île. Les céramiques de Camiros ont été exportées pratiquement dans tous les pays que la Grèce connaissait à l’époque.

Au VIe siècle avant JC, Rhodes développe un style de céramique particulier, dit « de Fikellura » (du nom d’un cimetière situé non loin de Camiros), visiblement dérivé du Géométrique par ses bandes de motifs répétitifs (carrés, points, volutes, écailles, croissants, zigzags, lignes brisées, verticales ou obliques, cordes,…) mais également inspiré par l’art animalier oriental (lions, panthères ou chèvres sauvages dans la position dite du « galop volant », oiseaux).

L’École archéologique italienne reprend les fouilles en 1928 : une nécropole est mise au jour, qui révèle de nombreux vases d’un style décoratif particulier de l’époque archaïque, que l’on surnomme le « style des chèvres sauvages ». Il se caractérise par un décor organisé en registres superposés dans lesquels des animaux stylisés, notamment des chèvres sauvages (ce qui a donné son nom au style) se suivent en frises. La nécropole révèle également des vases du style de Fikellura.

Même si une grande partie des trésors de Camiros est conservée au British Museum, de multiples objets de céramique, bijoux et stèles funéraires sont aujourd’hui exposés au Musée archéologique de Rhodes.

Pendentif trouvé au site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Ce pendentif, provenant de Camiros, illustre la virtuosité technique des orfèvres de la Grèce de l’Est à l’époque orientalisante au confluent des sphères égyptienne, levantine et anatolienne. Sur un plateau bordé de filigrane, un lion et un aigle, décorés de granulations, sont entourés de rosaces et de protomés de griffons. Ces motifs sont typiquement orientalisants. L’électrum utilisé, alliage naturel d’or et d’argent qui servit à la même époque aux premiers monnayages lydiens et grecs, montre la richesse des régions orientales du monde hellénique à cette époque.

Statère de Camiros à feuille de figuier, vers 500-480 avant JC. Cliquer pour agrandir l'image.On a retrouvé des pièces ornées d’une feuille de figuier, frappées à Camiros au VIe siècle avant JC.

LittératureLittérature
Camiros, avec Lindos et Ialysos, est mentionnée par Homère dans le Catalogue des vaisseaux (Iliade, II, 653–656) : « ceux de Lindos, d’Iélyse et de la blanche Camire ».

Selon Hérodote (I, 44), ces trois cités forment avec Cos, Cnide et Halicarnasse l’Hexapole dorienne.

InformationsInformations pratiques

Information généraleInformation générale
Site de Kameiros

Téléphone : 00 30 22410 40 037

GR - 851 06 Kalavárda (Nissí Ródos)

Végétation brûlée au site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.L’écrin de verdure qui entourait le site de Camiros est parti en fumée lors d’un incendie en 2008.
Végétation brûlée au site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Végétation brûlée au site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.Dégâts de l'incendie de 2008 sur le site de Camiros à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.
Heures de visiteHeures de visite
Périodes d’ouverture été : le site est ouvert du mardi au dimanche de 8 h à 19 h 30 - fermé lundi ; hiver : de 8 h 30 à 14 h 30.

Tarifs 4 €.

Service régulier d’autobus depuis Rhodes.

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Sujets plus détaillés
Sujets proches
Le village d'Ixia, île de Rhodes
Le village de Trianta, île de Rhodes
Le site d'Ialyssos, île de Rhodes
Le mont Filérimos, île de Rhodes
Le village de Krémasti, île de Rhodes
Le village de Paradissi, île de Rhodes
Le village de Maritsa, île de Rhodes
Le village de Théologos, île de Rhodes
Le village de Soroni, île de Rhodes
Le village de Kalopétra, île de Rhodes
Le vallon des Papillons, île de Rhodes
Le site de Camiros, île de Rhodes
Le mont Profitis Ilias, île de Rhodes
Le village de Salakos, île de Rhodes
Le monastère Saint-Nectaire, île de Rhodes
Le village d'Eléoussa, île de Rhodes
Le monastère Saint-Nicolas Fountoukli, île de Rhodes
Le village de Profitis Ilias, île de Rhodes
Le village de Platania, île de Rhodes
Le village d'Apollona, île de Rhodes
Le village de Kamirou Skala, île de Rhodes
L'île de Chalki, île de Rhodes
Le village de Kritinia, île de Rhodes
Le village d'Emponas, île de Rhodes
Le monastère Saint-Nicolas, île de Rhodes
Le mont Atavyros, île de Rhodes
Le village d'Agios Isidoros, île de Rhodes
Le village de Siana, île de Rhodes
Le mont Akramitis, île de Rhodes
Le village de Glyfada, île de Rhodes
Le village de Monolithos, île de Rhodes
Sujets plus larges
Page d'accueil
Carte interactive de l'île de Rhodes
Informations touristiques sur Rhodes
La géographie de Rhodes
L'histoire de Rhodes
La ville de Rhodes
La côte occidentale de Rhodes
La côte orientale de Rhodes
La côte méridionale de Rhodes
La flore et la faune de Rhodes
Sujet précédant ] [ Sujet ascendant ] [ Sujet suivant ]
Recommander cette page :
Recommander ce site :
Recherche personnalisée
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.