AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.
Recherche personnalisée

Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote

[Sujet ascendant] [Sujet suivant] [Fuerteventura] [Grande Canarie] [La Gomera] [La Palma] [Lanzarote] [Ténériffe] [El Hierro] [Page d’accueil] [Canaries] [Via Gallica]
Rubriques[Photos] [Présentation] [Situation] [Visites] [Culture] [Informations pratiques] [Autres sujets]Page éditée

PrésentationPrésentation

Présentation généralePrésentation généraleÉtymologieÉtymologie et toponymie
Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Cliquer pour agrandir l'image.Le Musée ethnographique Tanit (Museo Etnográfico Tanit) est un musée privé des arts et traditions populaires le l’île de Lanzarote situé à San Bartolomé et inauguré en février 2000. Ce musée est installé dans un ancien chai (bodega), la Casa Perdomo, datant du XVIIIe siècle, l’un des premiers bâtiments construits sur le site actuel de Saint-Barthélemy.

Les héritiers de la famille, José Ferrer Perdomo et son épouse Remedios de Quintana Reyes, dite « Remi », ont transformé la bodega en musée qui expose des objets et des documents appartenant à la famille, ou collectés dans toute l’île, qui illustrent les traditions populaires canariennes, depuis l’époque des « Majos » (les premiers occupants de Lanzarote) jusqu’à la première moitié du XXe siècle, mais principalement depuis 200 ans.

Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Le signe de Tanit. Cliquer pour agrandir l'image.Le musée a été nommé Musée ethnographique Tanit en référence au nom de la déesse Tanit, parfois orthographié Tinit. Dans les années 1970, le symbole de Tanit (« le signe de Tanit »), ainsi que des gravures podiformes, furent découverts, près du Pozo de la Cruz à San Marcial del Rubicón, par Eduardo Aznar Allejo, professeur d’histoire médiévale à l’Université de La Laguna à Ténériffe.

La déesse Tanit était la déesse de la fécondité chez les peuples berbères et son culte s’étendit aux peuples puniques de Carthage. Cette découverte confirme l’origine berbère des aborigènes de Lanzarote.

VisitesVisites

Musée ethnographiqueLe musée ethnographique Tanit (Museo Etnográfico Tanit)
Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Plan de visite du musée. Cliquer pour agrandir l'image.Le musée Tanit occupe le bâtiment principal de l’ancienne bodega, ainsi que les bâtiments annexes. Dans le bâtiment principal une mezzanine — où est reconstitué un intérieur canarien typique d’une famille aisée — permet d’observer les collections depuis le haut. À l’extérieur on découvrira une chapelle, une aire de battage, de belles mosaïques faites par la propriétaire, un pressoir canarien et un jardin présentant quelques végétaux intéressants.

Le musée peut donner l’impression d’un amoncellement hétéroclite d’un grand nombre d’objets variés, sans la rigueur ni la sélectivité scientifique d’une musée ethnographique « officiel », avec des objets un peu « kitsch », comme un arrosoir fait d’une vielle boîte d’huile d’olive percée, un service à café du XIXe siècle avec un faux croissant en plastique, ou un costume original de la troupe de carnaval « Los Diabletes » de Teguise. Cependant les collections présentent un véritable intérêt historique et sont rassemblées par thème : viticulture, meunerie, dentellerie, tissage, vannerie. L’ensemble reflète en tous cas la passion d’amateurs, amoureux de leur l’île, pour préserver le patrimoine de Lanzarote, et la mémoire de sa vie rurale, sociale et religieuse.

Le coin de musique (Rincón musical)Les pierres de meule (Piedras de molino)La galerie d’art (Galería de arte)
Le coin musical, à gauche de l’entrée (numéro 1 sur le plan), présente des instruments de musique, notamment un « timple » canarien (nommé camellito à Lanzarote), des tambourins, des hochets (sonajeros), racleurs en os, et des documents sur la musique et les danses folkloriques de Lanzarote.

José Maria Gil, amateur et connaisseur de la musique populaire, a sauvegardé le folklore de Lanzarote qui sombrait dans l’oubli. En 1945 il fonda à San Bartolomé le groupe folklorique « Ajei », composé de musiciens, de chanteurs et de danseurs.

Dans la zone numéro 2 on peut voir la grande meule qui faisait partie du moulin (tahona) de la maison ; elle fut utilisée jusqu’à la construction du premier moulin de la ville.

Le grand mortier en pierre fut découvert dans le ravin d’Uga, dans la région de La Geria, sous la couche de lapillis volcaniques des éruptions des Montañas del Fuego, de 1730 à 1736.

Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. La citerne du musée. Cliquer pour agrandir l'image.La pièce numéro 3 était la pièce où le vin était mis en bouteilles. Au fond on peut voir un petit bassin surmonté d’un arc de pierre. Cet espace est aujourd’hui utilisé come « galerie d’art ».
Le cellier (Bodega)
Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Le chai du musée. Cliquer pour agrandir l'image.Des habitants des villages détruits par les éruptions volcaniques de 1730 à 1736, vinrent fonder le village d’Ajei (futur San Bartolomé) et apprirent la culture de la vigne sur les sols recouverts par lapillis volcaniques des Montañas del Fuego. La bodega fut créée en 1780, et le cellier (numéro 4 sur le plan) fut le cœur du bâtiment, là où s’effectue la vinification.

Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Le chai du musée. Cliquer pour agrandir l'image.Les murs sont bâtis en pierres volcaniques et de briques jointoyées par un mortier de chaux et de sable. Le plafond — qui est d’origine — est constitué de poutres en cœur de pin des Canaries (Pinus canariensis) ; le duramen (« tea ») du pin des Canaries est un bois très dur et dense (1141 kg / m³), de couleur brune, et riche en résines (polyphénols) qui le rendent très résistant aux ravageurs du bois (capricornes, vrillettes et cetera). Les planches du plafond sont en aubier (« riga ») de pin des Canaries.

Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. La tonnelerie. Cliquer pour agrandir l'image.Le chai contient un certain nombre de tonneaux centenaires en chêne américain, dont certains contiennent encore du vin, ceux qui portent des marques (Vino de Remi 1961, Vino de María Jesús 1992, Vino de María del Mar 1963).

En face du chai se trouve un atelier de tonnellerie où sont exposés un certain nombre d’ustensiles liés à la vinification : cruches, gobelets, entonnoirs, taste-vins, crible, alambique, dames-jeannes, outils de tonnellerie et de menuiserie, etc.

Un bric-à-brac
Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Cliquer pour agrandir l'image.Le secteur numéro 5 présente entre beaucoup d’autres objets un bât de dromadaire (séron) constitué de deux pièces de bois réunies à la partie supérieure. Cet équipement servait au transport des sables volcaniques, ou « rofe », pour couvrir les terres afin de pratiquer la culture sur sable (enarenado). Au bas des hottes se trouve une trappe pour déverser les lapillis.

On remarque aussi un « trillo », une planche à dépiquer, une sorte de traîneau de forme trapézoïdale dont la face inférieure est incrustée de pierres, de silex ou de petites lames (cuchillitas). Le trillo était une batteuse destinée à séparer le grain de la paille ; il était tracté par des animaux sur l’aire de battage où était étalée la moisson ; les gerbes étaient découpées par les lames et piétinées par les animaux. Le trillo n’est pas très différent du « tribulum » des Romains. On trouve plusieurs autres trillos à différents endroits du musée.

Dans ce bric-à-brac on trouve aussi une machine à écrire particulière, avec seulement deux touches et un rouleau encreur. Dans les vitrines on peut voir divers outils de maçonnerie, d’objets relatifs à la mer et d’ustensiles domestiques.

Un autre bric-à-brac
Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Salle d'exposition. Cliquer pour agrandir l'image.La salle numéro 6 est l’ancien entrepôt où était stockée la soude (Almacén de la barilla). Cette plante, la soude commune (Salsola soda), est une plante grasse rampante, aux tiges rougeâtres. De ses cendres est extrait du carbonate de soude utilisé pour fabriquer du savon ; cette plante fut cultivée dans la région pour produire du savon, principalement exporté vers l’Angleterre ; la barilla fut une importante source de revenus. Le carbonate de soude était stocké dans cet entrepôt, soit sous forme de poudre, soit sous forme de pains compactés. La soude commune peut également être consommée, cuisinée comme des haricots verts.

Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Harnachement. Cliquer pour agrandir l'image.Lorsque l’industrie de la soude périclita — à la fin du XIXe siècle — l’entrepôt fut transformé comme une extension de la bodega ; des magasins en maçonnerie furent construits contre le mur extérieur : ils ont aujourd’hui été transformés en vitrines d’exposition.

Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Costumes traditionnels. Cliquer pour agrandir l'image.L’ancien entrepôt de soude présente une grande diversité d’objets : des produits de vannerie de feuilles de palmiers ou de paille ; des harnachements pour chevaux (étriers, selles, harnais …) ; des équipements pour dromadaires (muselières, nacelles …) ; des tissus confectionnés sur métier à tisser ; des tissus teints avec l’orchilla, un colorant extrait d’un lichen, l’orseille (Roccella canariensis), récolté dans le massif de Famara ; des broderies ; des mesures à grains, des moulins manuels en pierre ; des outils agricoles ; des instruments aratoires ; des ustensiles domestiques ; des moules à fromage ; des jouets ; des costumes traditionnels canariens authentiques ; des peintures d’artistes inconnus, et cetera, et cetera.

Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Vannerie. Cliquer pour agrandir l'image.Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Équipement de dromadaires. Cliquer pour agrandir l'image.Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Pierres de meule. Cliquer pour agrandir l'image.
La salle de pressage (Lacar)
Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. les pressoirs. Cliquer pour agrandir l'image.Située en face de la bodega, la salle de pressage (numéro 7 sur le plan) était l’espace réservé au foulage et au pressage des raisins pour obtenir le moût (« mosto »), lequel se transformait en vin après avoir fermenté dans les cuves. Le pressage fut mécanisé à la bodega Perdomo en 1959.

On peut aussi voir dans cet espace un dispositif — suspendu au plafond —, constitué de deux filets, qui permettait le transport des grappes de raisins à dos de dromadaires. Une peinture murale représente les vendanges à Lanzarote.

La mezzanine
Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Un intérieur canarien aisé. Cliquer pour agrandir l'image.La mezzanine (numéro 8 sur la plan) présente principalement des souvenirs familiaux moyennement intéressants. Elle permet aussi l’observation d’en haut d’une partie du musée.

Au bas de l’escalier de descente de la mezzanine se trouve deux statues de l’Enfant Jésus (numéro 9).

L’exposition de céramiques
La zone numéro 10 présente des céramiques aborigènes, des gravures rupestres et des fossiles. Dans la zone numéro 11 se trouve une citerne de faible diamètre mais très profonde et de grande capacité qui permettait de recueillir les rares eaux de pluie. En raison de sa forme la citerne est improprement nommée « puits » (pozo).
Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Une peau de chèvre. Cliquer pour agrandir l'image.Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Des ustensiles guanches. Cliquer pour agrandir l'image.Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Des céramiques guanches. Cliquer pour agrandir l'image.
Les dépendances
Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Oiseaux en cage. Cliquer pour agrandir l'image.Dans les quartiers des domestiques (numéro 12 du plan) sont présentées des collections consacrées aux enfants de Lanzarote, « los chinijos » (les « petiots » dans la langue locale).

Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Collection de poupées. Cliquer pour agrandir l'image.L’autre dépendance présente un salon et une chambre à coucher typiquement canariens.

Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Azulejo avec oiseaux. Cliquer pour agrandir l'image.Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Chambre à coucher. Cliquer pour agrandir l'image.Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Salon. Cliquer pour agrandir l'image.
L’aire de battage (Era)
Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Hélice aux couleurs d'arc-en-ciel. Cliquer pour agrandir l'image.L’aire de battage (numéro 13 du plan) était un espace en terre battue, constitué de lapillis et de chaux, où les blés était battus pour séparer la paille et le grain. Cette surface a été restaurée pour en faire une piste de danse où ont lieu des danses traditionnelles.
La chapelle (Ermita)
Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. L'ancienne aire de battage. Cliquer pour agrandir l'image.La chapelle de la Vierge du Pin (Ermita de la Virgen del Pino) (numéro 14 sur le plan) a été édifiée à l’emplacement où se trouvait l’étable des dromadaires (gañanía), puis le hangar d’un générateur électrique, à l’époque il n’y avait pas encore l’électricité dans le village de San Bartolomé. La plupart des objets et d’ornements que contient la chapelle de Nuestra Señora de Pino se trouvaient dans l’ancien oratoire de la maison.
Le pressoir canarien (Lagar canario)
Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Le pressoir canarien. Cliquer pour agrandir l'image.Le pressoir canarien (numéro 15) se remarque à droite de la chapelle, avec son énorme poutre en bois qui servait de levier pour presser les raisins. La poutre est articulée à l’arrière du bâtiment et fixée à l’avant à une vis en bois, lestée d’une énorme pierre.

Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Pressoir canarien. Cliquer pour agrandir l'image.La vis en bois de mûrier était tournée, au moyen d’un solide cordage de marine, pour abaisser la poutre et presser les grappes. Le mûrier (Morus nigra) pousse aux Canaries, notamment sur l’île de Hierro.

La boutique (Tienda)
Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Azulejo de l'île de Lanzarote. Cliquer pour agrandir l'image.La boutique du musée Tanit (numéro 17 sur la plan) se trouve en face de l’entrée du musée, de l’autre côté de la cour. En plus des habituels souvenirs de Lanzarote on y trouve des objets réalisés par la maîtresse de maison, Remi Quintana, par exemple des peintures ou de l’artisanat.

Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Azulejo représentant la Montaña de Timanfaya. Cliquer pour agrandir l'image.Côté kitsch, on peut se faire photographier en véritable costume traditionnel de Lanzarote, en passant son visage dans la tête d’un mannequin de bois.

Le jardin (Jardín)
Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Jardin. Cliquer pour agrandir l'image.Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Jardin. Cliquer pour agrandir l'image.Le jardin (numéro 18 du plan) a été recouvert de lapilli volcanique de façon à retenir l’humidité de la rosée nocturne et les eaux de pluie ou d’arrosage. C’est un lieu reposant, décoré d’une fontaine, et qui présente quelques espèces végétales exotiques.
EuphorbeFaux-poivrier (Schinus molle)
Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Euphorbe. Cliquer pour agrandir l'image.Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Faux-poivrier (Schinus molle). Cliquer pour agrandir l'image.Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Faux-poivrier (Schinus molle). Cliquer pour agrandir l'image.
Goyavier (Psidium guajava)Flamboyant (Delonix regia)
Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Goyavier (Psidium guajava). Cliquer pour agrandir l'image.Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Flamboyant (Delonix regia). Cliquer pour agrandir l'image.Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Flamboyant (Delonix regia). Cliquer pour agrandir l'image.
Mandarinier (Citrus reticulata)Citronnier (Citrus x limon)Ficoïde touffu (Malephora crassa)
Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Mandarinier. Cliquer pour agrandir l'image.Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Citronnier. Cliquer pour agrandir l'image.Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Malephora crassa. Cliquer pour agrandir l'image.

Informations pratiquesInformations pratiques

Heures de visiteHeures de visite
Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Le jardin. Cliquer pour agrandir l'image.Le Musée ethnographique Tanit (Museo Etnográfico Tanit) se trouve à 150 m au sud-est de l’église Saint-Barthélemy.

Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote. Cour du musée. Cliquer pour agrandir l'image.Adresse : Calle de la Constitución, 1 - San Bartolomé

Téléphone : 00 34 928 802 549 / 00 34 928 520 655

Horaire : du lundi au samedi, de 10 heures à 14 heures. Fermé le dimanche.

Tarif : adulte 6 € ; enfant 3 €.

Site sur la Toile : www.museotanit.com

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Canaries > Lanzarote > Côte orientale > San Bartolomé > Musée ethnographique Tanit
Sujets plus détaillés
Sujets proches
Le Musée ethnographique Tanit à San Bartolomé à Lanzarote
Le Monument au Paysan (Monumento al Campesino) à Lanzarote
Sujets plus larges
Page d'accueil
La ville d'Arrecife à Lanzarote
La ville de Teguise à Lanzarote
La ville de San Bartolomé à Lanzarote

[Sujet ascendant] [Sujet suivant]
Recommander cette page :
Recommander ce site :
Recherche personnalisée
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.