AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.
Recherche personnalisée

L'effraie des clochers (Tyto alba)

Taxon supérieur ] [ Taxon suivant ] [Animaux] [Via Gallica]
Espèce[Photos] [Présentation] [Classification] [Sous-classification] [Noms] [Étymologie] [Identification] [Chant] [Fientes] [Empreinte] [Vol] [Habitudes] [Cycle de vie] [Nourriture] [Habitats] [Répartition] [Migration] [Histoire] [Statut] [Vidéos]Page éditée

PhotosPhotos

Effraie des clochers. Cliquer pour agrandir l'image.Effraie des clochers. Cliquer pour agrandir l'image.Effraie des clochers. Face. Cliquer pour agrandir l'image.
Effraie des clochers. Vol. Cliquer pour agrandir l'image.Effraie des clochers. Chouette de grange. Cliquer pour agrandir l'image.Effraie des clochers
Effraie des clochers. Vol. Cliquer pour agrandir l'image.Effraie des clochers. Cliquer pour agrandir l'image.Effraie des clochers. Vol. Cliquer pour agrandir l'image.
Effraie des clochers. Cliquer pour agrandir l'image.Effraie des clochers. Cliquer pour agrandir l'image.Effraie des clochers. Cliquer pour agrandir l'image.

PrésentationPrésentation

Présentation généraleGénéralités

ClassificationClassification

Règne : animaux (Animalia)Sous-règne : métazoaires (Metazoa)Division : triploblastiques (Bilateralia)Sous-division : deutérostomes (Deuterostomia)
Super-embranchement : chordés (Chordata)Embranchement : vertébrés (Vertebrata)Sous-embranchement : vertébrés à mâchoires (Gnathostomata)
Classe : oiseaux (Aves)Sous-classe : néornithes (Neornithes)Super-ordre : néognathes (Neognathae)
Groupe : rapacesSous-groupe : rapaces nocturnesOrdre : strigiformes (Strigiformes)Sous-ordre :
Famille : tytonidés (Tytonidae)Sous-famille : tytoninés (Tytoninae)Genre : effraies (Tyto)Sous-genre :
Espèce : Tyto alba [Scopoli, 1769]Sous-espèce :Nom commun : effraie des clochersNom populaire : chouette effraie, chouette effraye, dame blanche, cahouant, cahouen, couein, cat-hoin

Noms européensNoms européens

AlbanieAllemagneSchleiereuleAngleterrebarn owlArménie
Pays basqueBiélorussieBrezhonegBulgarie
CatalogneòlibaChyprioteCorsuCroatiekukuvija drijemavica
DanemarkslørugleGaeidhligEspagnelechuza comùnEstonieloorkakk
FøroysktFinlandetornipöllöFrançaiseffraie des clochersFrysk
GalicePays de GallesGéorgieGrèceπεπλόγλαυκα
HongriegyöngybagolyIrlandeIslandeturnuglaItaliebarbagianni
LettonieplīvurpūceLithuanieLëtzebuergëschMacédoine
MalteMoldovenesteNorvègetårnugleOccitanbeutoli
Pays-BaskerkuilPolognepłomykówkaPortugalcoruja-das-torresRoumanie
Russieoбыкновенная сипухаSerbieSlovaquieplamienka driemaváSlovéniepegasta sova
SuèdetornugglaTchéquiesova pálenáUkraïneEmpire romainTyto alba

ÉtymologieOrigine du nom

Étymologie latineÉtymologie latine
Du grec tuto = chouette, et du latin alba = blanche.
Étymologie françaiseÉtymologie française
Effraie des clochers. Vol. Cliquer pour agrandir l'image.Son nom de chouette « effraie » lui vient de son cri strident et perçant.

L'aspect fantomatique de l'Effraie surprise dans un rayon de lumière, son apparition silencieuse et ses chuintements désordonnés peuvent inspirer la frayeur.

Le nom d'effraie des clochers est dû au fait qu'elle niche volontiers dans les combles des clochers, les tours, les greniers, les granges et diverses autres constructions humaines.

Son plumage pâle et sont vol fantomatique lui ont donné le surnom de « Dame blanche » dans nos campagnes.

IdentificationIdentification

Identification généraleGénéralités
Effraie des clochers. Dessin d'Audubon. Cliquer pour agrandir l'image.
C'est certainement le rapace nocturne le plus facilement identifiable.

Deux sous-espèces cohabitent et peuvent même s'hybrider :

Effraie des clochers. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.La forme blanche, Tyto alba alba, sous espèce appelée communément dame blanche, montre une répartition occidentale. Sa face, sa poitrine, son ventre et le dessous de ses ailes blancs permettent de la reconnaître au premier coup d'il lorsqu'elle vole. Le dessus gris bleu et ocre. Cette silhouette blanche sortant du clocher d'une église ou voletant au-dessus d'un cimetière lui a valu bien des problèmes de la part d'esprits crédules qui voyaient en elle ni plus ni moins qu'un fantôme.
Effraie des clochers. Dessin forme à poitrine sombre. Cliquer pour agrandir l'image.La forme rousse, Tyto alba guttata, est plus sombre et présente plutôt en Europe Centrale et de l'Est, et dans nos contrées les plus orientales. Ventre jaune orangé, roux. Seul le disque facial en forme de cœur reste blanc. Posée, son dos et ses ailes aux couleurs mordorées et grises sont des critères suffisants pour son identification.
MorphologieMorphologie
Effraie des clochers. Planche d'identification. Cliquer pour agrandir l'image.
Effraie des clochers. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.
Effraie des clochers. Aquarelle. Cliquer pour agrandir l'image.
Effraie des clochers. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.
Effraie des clochersL'Effraie des clochers est une chouette de taille moyenne.

MâleFemelleLa femelle est généralement un peu plus lourde que le mâle.

Les adultes et les jeunes sont semblables.

Le corps est élancé.

Effraie des clochers. Face. Cliquer pour agrandir l'image.Effraie des clochers. Caractéristiques. Cliquer pour agrandir l'image.La tête est assez large, sans aigrettes.

Les yeux sont noirs, soulignés d'une tache de plumes brun roux.

Les disques faciaux blancs sont toujours cernés de plumes plus foncées.

Le motif de la face présente la forme d'un cœur très caractéristique, avec des yeux perçants regardant de face.

Effraie des clochers. Face. Cliquer pour agrandir l'image.

Effraie des clochers. Cliquer pour agrandir l'image.Les parties supérieures sont beige orangé et gris, le dos jusqu'au haut de la tête étant délicatement parsemé de taches bleuâtres.

Effraie des clochers. Cliquer pour agrandir l'image.Le dessous du corps est parfois presque blanc souvent finement perlé de brun à la poitrine et sur les flancs.

Les ailes sont assez longues et étroites ; chez l'oiseau posé leur extrémité dépasse la queue d'environ 3 cm.

Effraie des clochers. Cliquer pour agrandir l'image.Le dessous des ailes est blanc.

La queue est courte.

Effraie des clochers. Dessin en vol. Cliquer pour agrandir l'image.

PlumageEffraie des clochers. Cliquer pour agrandir l'image.Effraie des clochers. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.MâleFemelleMâle et femelle ont la même coloration.

Le dessus est roux doré.

Le visage, la poitrine et le ventre blanc. En vol, la face inférieure paraît très claire.

Les deux disques faciaux très nets et en forme de cœur lui donnent une physionomie caractéristique et la distinguent de tous les autres rapaces nocturnes. Les plumes qui les constituent sont blanc grisâtre, d'aspect soyeux sauf autour des yeux perçants regardant de face, assez petits et noirs.

PlumageEffraie des clochers. Juvénile. Cliquer pour agrandir l'image.Effraie des clochers. Juvéniles. Cliquer pour agrandir l'image.Oisillons : Duvet blanc, assez clairsemé sur la face inférieure; tarses emplumés jusqu'aux doigts. Deuxième duvet blanc, teinté de gris brun dessus, jaunâtre dessous. Poids : 14-15g. Iris brun noir. Cire brun jaunâtre.

Plumage juvénile : absolument semblable à celui de l'adulte dont on ne peut le distinguer. Dessus jaune orangé et gris avec de petites taches blanches et noires; dessous blanc ou jaune roussâtre, pointillé de brun foncé. Quelques duvets blancs restent parfois accrochés aux plumes.

Forme de bec
PatteLes longues pattes sont peu emplumées à la base et les doigts sont couverts de quelques plumes ayant l'aspect de poils.
LongueurDe 33 à 39 cm.EnvergureEnvergureDe 85 à 93 cm.
Hauteur34 cm.PoidsFemelle : de 300 à 370 g.

Mâle : de 290 à 340 g.

ColorisColoris
Effraie des clochers. Plume. Cliquer pour agrandir l'image.
Capacités physiologiquesCapacités physiologiques
Effraie des clochers. Cliquer pour agrandir l'image.
Oiseau rapace, l'effraie des clochers a une vision hors du commun et une acuité auditive particulière qui lui permettent de chasser les campagnols et les musaraignes de jour comme de nuit.

Effraie des clochers. Morphologie. Cliquer pour agrandir l'image.L'ouïe de l'effraie est très développée et elle parvient à localiser ses proies à leurs bruissements. Une bonne part de son cerveau est dévolue au traitement des sons qu'elle perçoit.

Les oreilles sont placées asymétriquement sur le crâne.

L'une est située à hauteur de front et l'autre à celles des narines. Les oreilles sont si sensibles qu'elles sont entourées de faisceaux de courtes plumes qui peuvent en protéger le délicat mécanisme en cas de bruit trop fort. Le calme régnant, ses pavillons sont écartées afin de capter les bruits infimes de ses plus petites proies.

Rien qu'avec ses oreilles l'effraie peut déterminer la position du rongeur. Elle est en effet capable d'évaluer la fraction de temps écoulé à l'arrivée du même son à chaque oreille, comme l'homme mais avec une précision bien supérieure.

La plupart des effraies dorment le jour et sort la nuit pour se nourrir. Malgré l'obscurité, elles se faufilent à travers les arbres. Leurs grands yeux sont plus sensibles à la lumière que les nôtres et elle voient parfaitement durant la nuit.

Patiente, l'effraie des clochers est aussi capable d'immobilité sur une longue période.

RemarquesRemarques
La chouette effraie est le seul représentant de la famille des tytonidés.
Espèces semblablesEspèces semblables

Chant ou criCri et chant

Ses émissions vocales en vol ou à proximité du nid sont peu harmonieuses.

Ses cris étranges (chuintements, ronflements, grincements) ont contribué à sa mauvaise réputation.

Pour qui ne connaît pas la chouette effraie, entendre ses chuintements en pleine nuit noire à proximité d'une église ou d'un cimetière a de quoi glacer le sang du plus téméraire d'entre nous. Ces cris, dont il existe quelques variations et dont le chant est composé, ne ressemblent absolument pas aux ululements des autres rapaces nocturnes. Postez-vous devant votre clocher préféré et attendez la tombée de la nuit pour avoir droit à cet étrange concert, surtout lorsqu'un adulte amène une proie à ses jeunes affamés.

Cri d'oiseauCri
Long cri aigu.
Cri d'oiseauCri
Ronflements étranges « rrfrée ».
Cri d'oiseauCri
Chuintements sinistres « chruuu… uurrri… urrrr » ou longue plainte aigre roucoulante.
Appel d'oiseauAppel
Appel d'un couple.
Cri d'oiseauCri
Chuintement du jeune.
Cri d'oiseauCri
Juvénile mendiant.
Cri d'oiseauCri
Bavardages.
Cri d'oiseauCri
Le cri territorial du mâle, perceptible dès février, est un long ululement rauque.

FienteFientes

Description

EmpreinteEmpreinte

Description
Effraie des clochers. Empreinte. Cliquer pour agrandir l'image.Les empreintes de la chouette Effraie et de la Hulotte se ressemblent mais sont rares. Celles de la Hulotte ont des dimensions légèrement supérieures à celles de l'Effraie.

VolVol

Description
Image
Effraie des clochers. Peinture. Cliquer pour agrandir l'image.
Effraie des clochers. En vol. Cliquer pour agrandir l'image.Effraie des clochers. En vol. Cliquer pour agrandir l'image.Le vol flottant, ondoyant et silencieux de l'effraie des clochers au-dessus de terres cultivées est au crépuscule un spectacle mémorable mais de plus en plus rare.
Effraie des clochers. Chassant aquarelle. Cliquer pour agrandir l'image.Elle est portée en vol par de grandes ailes arrondies, tendues en « V » quand elle descend au sol à la recherche de nourriture.

Elle pratique également le vol sur place à la manière du Faucon crécerelle.

Effraie des clochers. Vol. Cliquer pour agrandir l'image.Comme pour tous les rapaces nocturnes, le vol de l'effraie est totalement silencieux et lui permet d'attraper des micromammifères sans que ceux-ci ne l'entendent venir.

ComportementHabitudes

Description
Mœurs nocturnes
Effraie des clochers. Perchée. Cliquer pour agrandir l'image.
Soudain un cri strident et inquiétant déchire la nuit. Un fantôme tout blanc (ou presque) passe lentement à quelques mètres de hauteur et disparaît dans la nuit. C'est … la Chouette effraie. Si on peut la voir à la lumière d'un phare, on pourra la distinguer des Hiboux par l'absence de tache sombre au poignet.

Effraie des clochers. Aquarelle. Cliquer pour agrandir l'image.Quoique strictement nocturne, l'effraie des clochers est probablement le rapace nocturne que l'on a le plus de chances d'observer la nuit dans les phares de sa voiture. Fréquemment posée à l'affût sur les piquets en bord de route, elle survole également les espaces dégagés pour y repérer un campagnol ou une musaraigne. La chouette effraie chasse souvent ses proies favorites, campagnols, souris et musaraignes et de petits oiseaux, le long des routes secondaires en volant à basse altitude, ce qui, malheureusement, lui fait souvent heurter des véhicules.

Effraie des clochers. Aquarelle. Cliquer pour agrandir l'image.La chouette effraie ne commence généralement à chasser qu'en pleine obscurité, bien qu'elle puisse chasser dès le crépuscule ou juste avant le lever du jour. Elle à deux périodes d'activité : le soir, entre le début et le milieu de la nuit, et à l'aube pendant environ deux heures avant le lever du jour. Son activité est cependant fortement réduite en cas de mauvais temps la nuit car le vent et la pluie gênent considérablement la perception acoustique des proies. Elle est capable d'attraper sa proie dans une totale obscurité.

Effraie des clochers. Cliquer pour agrandir l'image.En plein jour, il faut impérativement limiter ses visites dans les lieux où elle niche car l'effraie des clochers, comme tous les rapaces nocturnes, profite de la journée pour se reposer. Tout dérangement peut avoir des conséquences néfastes, surtout si elle abandonne sa couvée pendant toute une journée. Mieux vous attendre la nuit tombée et se poster de façon à voir l'orifice d'où elle sortira après avoir annoncé sa présence par de longs chuintements.

Cycle de vieCycle de vie

Système reproductif
Effraie des clochers. Couple. Cliquer pour agrandir l'image.La plupart des couples sont permanents.

La reproduction dépend étroitement de la quantité de nourriture disponible. La grosseur de la couvée (en général de 5 à 8 œufs blancs), le nombre de couvées par couple dans une année et d'autres facteurs de reproduction sont liés à la disponibilité de la nourriture, en particulier à la disponibilité de petits mammifères.

TerritorialitéTerritorialité
Les chouettes effraie établissent habituellement leurs nids loin les uns des autres, mais, lorsque les conditions liées aux sites des nids ou à la nourriture sont propices, ils peuvent nicher en colonies.
Première nidificationPremière nidification
Mâles et femelles peuvent se reproduire avant la fin de leur première année de vie.

La plupart des Effraies des clochers s'accouplent pour la première fois au cours de leur deuxième année, bien qu'elles peuvent commencer à s'accoupler vers la fin de leur première année.

Période de nidificationPériode de nidification
Mars à juillet.
ReproductionParade nuptiale
Les parades nuptiales (nocturnes) commencent généralement en mars; les oiseaux crient beaucoup et volent autour du bâtiment où se trouve l'emplacement choisi pour nicher et près duquel le couple se repose dans la journée.

Les chuintements des deux protagonistes du couple se font de plus en plus pressants jusqu'à la ponte qui a lieu dans un recoin obscure du clocher du village ou d'une grange tranquille.

ReproductionAccouplement
Site de nidificationSite de nidification
La chouette effraie construit son nid aussi dans les ruines sur une avancée, les trous des arbres et les crevasses des rochers, les granges et les fermes ou un bâtiment tranquille, parfois dans un trou d'arbre. Le nid est placé dans les lieux sombres.

Les effraies ayant survécu aux rigueurs de l'hiver réoccupent leurs sites de nidification dès le mois de mars.

NidNid
Le plus souvent les œufs sont pondus à l'intérieur d'un bâtiment, dans un endroit tranquille et si possible sombre et spacieux.

La chouette effraie ne construit pas de nids à proprement parler, et n'utilise pas de matériau de construction, mais puisqu'elle utilise le même site de nidification d'année en année, les débris finissent par s'accumuler. Les œufs sont souvent pondus au milieu des pelotes de réjection.

NichoirNichoir
Ces dernières années, la nidification a été favorisée par la création de nichoirs artificiels.

Accueillir un couple d'effraies dans sa propriété nécessite l'existence d'un endroit calme, grange ou grenier, où ce nocturne pourra tranquillement installer son « nid ». Ce site ne doit pas recevoir votre visite régulière et doit être hors de portée des fouines et des chats domestiques. Le mieux est d'y installer un nichoir que vous placerez sur une poutre maîtresse du bâtiment. Vous prendrez également soin de lui laisser un accès permanent vers l'extérieur.

Nombre de couvéesNombre de couvées
Quand les rongeurs sont abondants, l'Effraie fait souvent deux pontes normales au cours d'une même année et un couple peut alors élever jusqu'à 17 jeunes. À l'opposé, si les campagnols sont rares, de nombreux couples ne nichent pas.
PontePonte
La ponte commence en avril ou plus tard jusqu'au mois de mai pour la première nichée.

Les secondes pontes ou les pontes tardives sont déposées dans la seconde quinzaine de juillet et jusqu'en septembre.

Il y a de 4 à 7 œufs (exceptionnellement jusqu'à 15).

ŒufsŒufs
Effraie des clochers. OeufsŒufs blancs et arrondis.
IncubationIncubation
4 et 5 semaines (femelle).
ÉclosionÉclosion
Effraie des clochers. EclosionÀ l'éclosion, les jeunes pèsent environ 14g; ils commencent à ouvrir les yeux à 8 jours.
NourrissageNourrissage
Effraie des clochers. OisillonsSeule la femelle couve les œufs, mais les deux parents nourrissent les oisillons.

La femelle réchauffe les jeunes jusqu'à ce que les plus âgés aient 15-20 jours. Par la suite, les plus jeunes sont tenus au chaud par les aînés qui se serrent contre eux. On a également observé que ceux-ci nourrissaient les derniers éclos.

EnvolEnvol
Elles s'envolent à 9 semaines en moyenne (de 7 à 12).
SevrageSevrage
À trois semaines, les jeunes Effraies mangent toutes seules.
ÉmancipationÉmancipation
Les jeunes restent de 63 à 84 jours au nid, et enfin quittent le territoire de leurs parents à l'âge de trois mois, en juin-juillet.

Commence alors l'erratisme juvénile qui mènera les jeunes oiseaux à plusieurs dizaines, exceptionnellement plusieurs centaines de kilomètres de leur lieu de naissance. Ces déplacements sont nettement plus importants que chez d'autres strigidés sédentaires comme la hulotte ou la chevêche.

Plumage juvénilePlumage juvénile
Effraie des clochers. PoussinEffraie des clochers. Nouveau neContrairement aux autres jeunes rapaces nocturnes, ils portent successivement deux plumages de duvet ; le premier blanchâtre, le second, qui apparaît entre les Xe et XVIIIe jours, est gris blanchâtre dessus et blanc jaunâtre dessous.

Une fois qu'ils ont toutes leurs plumes , les jeunes ressemblent aux adultes.

Période de muePériode de mue
Prédateurs
Renards rouxBelettes
MaladiesMaladies
Survie des adultes
La mortalité est très élevée chez les oiseaux de l'année ainsi que chez les adultes qui restent fidèles à leur territoire quelque soit le temps. Les effraies périssent régulièrement de faim lors d'hiver à enneigément supérieur à une semaine.
LongévitéLongévité
18 ans en moyenne.

Record : 34 ans.

RégimeNourriture

Description
PassereauxCampagnolsSourisGrenouillesHannetons
Effraie des clochers. Proie. Cliquer pour agrandir l'image.
Effraie des clochers. En vol. Cliquer pour agrandir l'image.
Effraie des clochers. Avec proie. Cliquer pour agrandir l'image.L'Effraie se nourrit principalement de petits rongeurs (mulots, souris, campagnols) et d'insectivores (musaraignes : 1/3 de ses proies) attrapés en volant très bas.

L'effraie s'est spécialisée sur les Musaraignes, que dédaignent la plupart des autres prédateurs, à poil ou à plume, qu'elle repère aisément grâce à leurs cris aigus et pépiements fréquents.

Effraie des clochers. Proie. Cliquer pour agrandir l'image.Plus que d'autres rapaces nocturnes, l'Effraie dépend des petits mammifères pour se nourrir. Ses effectifs fluctuent en fonction de ceux de ses proies.

Les oiseaux sont également consommés mais en plus petit nombre, de même que les chauves-souris et les gros insectes comme les hannetons.

À l'occasion des grenouilles.

Effraie des clochers. Cliquer pour agrandir l'image.La chasse et le vol sont assez analogues à ceux du moyen duc. Pour se nourrir, il lui faut des terrains dégagés. Outre ses yeux, elle se sert de son ouïe pour chasser ; la disposition asymétrique de ses oreilles lui permet d'entendre avec une oreille les bruits une fraction de seconde plus tôt qu'avec l'autre ; de cette façon, elle arrive à localiser une proie avec précision.

L'effraie chasse en terrain ouvert, cultures, pâturages ou champs.

Effraie des clochers. Cliquer pour agrandir l'image.La structure de son plumage rend son vol silencieux ; elle surprend sa proie qu'elle tue instantanément de ses fortes serres.

Pelotes de réjection
Effraie des clochers. Pelote de réjection. Cliquer pour agrandir l'image.
Effraie des clochers. Pelote de réjection. Cliquer pour agrandir l'image.
Effraie des clochers. Pelote de réjection. Cliquer pour agrandir l'image.Ce sont principalement par les amoncellements de pelotes de rejection en dessous de ses reposoirs favoris que l'on se rend compte qu'elle visite régulièrement le grenier, le clocher de l'église ou la grange du voisin. On peut décortiquer ces pelotes et identifier à l'aide d'un ouvrage de référence les crânes qu'elles contiennent. On connaîtra ainsi non seulement son régime alimentaire, mais aussi quelles sont les espèces de micromammifères présents autour de chez soi.

Effraie des clochers. Pelote de réjection. Cliquer pour agrandir l'image.Exemple de restes que l'on trouve dans les pelotes de réjections de chouette effraie. On voit ici un crâne de musaraigne, un crâne de mulot, un crâne d'oiseau, ainsi que les mâchoires inférieures, une côte, une ceinture pelvienne, et une plume.

Effraie des clochers. Pelotes. Cliquer pour agrandir l'image.Vieilles pelotes de réjection de chouette effraie dans les combles d'une église.
MangeoireMangeoires
Comme l'effraie se nourrit quasi exclusivement de petits mammifères, les hivers très rigoureux sont fatals à un grand nombre d'individus. Il est particulièrement important dans ces cas-là de laisser des accès dans les granges, les remises et d'autres bâtiments abandonnés, où elles peuvent trouver de petits rongeurs. On peut aussi attirer ces proies potentielles avec des déchets de moisson.

HabitatHabitats

MilieuxMilieux
PrésVergersJardinsLisièresÉtangsRivièresMaraisVillages
Effraie des clochers. Habitat. Cliquer pour agrandir l'image.
Effraie des clochers. Cliquer pour agrandir l'image.
Effraie des clochers. Habitat de l'effraie des clochers. Cliquer pour agrandir l'image.À l'origine cavernicole, elle est devenue, avec la chevêche, la chouette la plus anthropophile. De tous nos rapaces nocturnes, elle est celle qui s'associe le plus étroitement à l'homme en nichant presque uniquement dans les bâtiments.

Effraie des clochers. Timbre hongroisL'effraie des clochers a depuis longtemps déserté les falaises où elle nichait autrefois pour s'installer dans les constructions humaines comme les églises, les granges et les greniers. On la retrouve néanmoins dans certains secteurs rocheux où elle niche dans une petite caverne loin de tout village. Il lui arrive même d'installer son nid dans une cavité d'un arbre creux, notamment dans l'Ouest de la France.

Effraie des clochers. Aquarelle. Cliquer pour agrandir l'image.Effraie des clochers. Cliquer pour agrandir l'image.La chouette effraie aime les espaces cultivés ouverts (prairies permanentes et étendues de terre cultivée, vergers, jardins, vignobles, marais, lisières de forêt, etc.), surtout en plaine et en bordure des villages et des petites agglomérations, avec vieille bâtisses, granges, étables, ruines, clochers, carrières. C'est la chouette type des milieux cultivés où les petits rongeurs sont abondants.
Effraie des clochers. Cliquer pour agrandir l'image.Elle évite les milieux fermés comme les bois touffus, les forêts et les massifs forestiers.
Territoire
GîteGîte
Effraie des clochers. Cliquer pour agrandir l'image.
Effraie des clochers. Cliquer pour agrandir l'image.Greniers, vieux bâtiments agricoles, colombiers, clochers ou maisons abandonnées (milieu urbain et suburbain) représentent ses refuges diurnes et ses sites de reproduction dès qu'ils sont entourés de champs.

Effraie des clochers. Habitat. Cliquer pour agrandir l'image.Cette proximité avec les humains lui a souvent coûté très cher. Son aspect et ses mœurs nocturnes lui ont valu d'être longtemps persécutée. Elle est mieux acceptée actuellement, mais l'espèce reste menacée, notamment par le trafic automobile nocturne.

AltitudesAltitudes
Étage de plaineÉtage collinéen (de 0 à 800 m)Étage montagnard (de 800 à 1700 m)
Rare en altitude : elle hésite à s'élever à plus de 1000 mètres d'altitude.

RépartitionRépartition

Répartition globale
Effraie des clochers. Répartition. Cliquer pour agrandir l'image.
Effraie des clochers. Timbre ouganda. Cliquer pour agrandir l'image.L'Effraie est l'un des quelques oiseaux cosmopolites.

Le territoire de l'effraie des clochers s'étend sur les cinq continents, plus particulièrement dans les régions tempérées et tropicales. En Amérique, on observe l'espèce depuis le sud du Canada jusqu'en Terre de Feu, où elle niche dans les cavités de falaises, d'arbres et d'édifices.

Effraie des clochers. Répartition. Cliquer pour agrandir l'image.

Légende de la carte de répartitionEffraie des clochers. RepartitionL'Effraie se reproduit dans toute l'Europe de l'Ouest où elle évite les zones montagneuses.

Largement répandue dans toute la France. L'effraie est présente sur tout le territoire français, Corse comprise, avec plus de régularité dans le Nord-Est et l'Ouest, à l'exception notable des zones de haute montagne des Alpes, des Pyrénées et du Massif Central.

La Belgique, la Suisse et le Luxembourg sont également uniformément habités.

Présent en auvergneAuvergne

MigrationMigration

L'Effraie est essentiellement sédentaire.

Histoire et traditionsHistoire, littérature, traditions, légendes, religions, mythes, symboles …

HistoireHistoire
TraditionsTraditions
Effraie des clochers. Clouee. Cliquer pour agrandir l'image.Pour les superstitieux, voilà un oiseau de malheur tout trouvé.

Son chant chuinté si particulier lui a probablement valu, pendant longtemps, sa mauvaise réputation d'avertir du passage de la mort.

Vers le milieu du XXe siècle, on la clouait encore vivante sur les portes des granges pour conjurer le mauvais sort.

LégendesLégendes
Plus connue sous le nom de « Dame blanche », la chouette effraie (ou « Effraie des clochers ») est sans doute le rapace nocturne qui a le plus marqué l'imaginaire comme en témoignent les nombreuses légendes et superstitions qui l'entourent.

StatutStatut

Dégâts et nuisances
Menaces
Effraie des clochers. Cliquer pour agrandir l'image.Son nouveau qualificatif risque bientôt de ne plus lui convenir car, à cause de l'engrillagement systématique des clochers pour empêcher l'accès aux pigeons, les effraies ne trouvent plus guère de clochers à leur disposition. Pourtant, jusqu'aux années 1980, il n'existait guère de commune qui n'hébergeait un couple de ce nocturne dans son église. Aujourd'hui, afin de favoriser leur réimplantation dans ces endroits calmes, la Ligue pour la Protection des Oiseaux et d'autres associations de protection de la nature proposent l'installation de nichoirs dans les clochers avec un tunnel d'accès donnant directement sur l'extérieur, que seules les chouettes fréquentent.

Hormis ce manque de logement et malgré leur statut d'espèce intégralement protégée par la loi, les effraies subissent encore d'autres destructions. Si le temps où elles étaient clouées sur les portes de grange pour conjurer le mauvais sort semble enfin révolu, elles paient aujourd'hui un lourd tribut aux collisions avec les véhicules. Seules une vitesse réduite de la part des automobilistes et la plantation de haies dans les zones les plus meurtrières, obligeant les effraies à prendre de l'altitude lorsqu'elles traversent une route, peuvent freiner ce massacre.

Enfin l'empoisonnement des rongeurs, aussi bien dans les prairies lors de pullulation ou dans les jardins à l'aide de produits anticoagulants, entraîne également de fortes mortalités chez les effraies qui consomment à leur tour ces rongeurs empoisonnés, affaiblis et moribonds.
Reste que, de nos jours, la cause de mortalité la plus importante, est heureusement naturelle et a lieu lors d'hivers rigoureux lorsqu'une couche de neige persiste au sol pendant plus d'une semaine et dissimule ses proies à l'effraie.

Effraie des clochers. Ecrasee. Cliquer pour agrandir l'image.À la nuit tombée, elle quitte son repaire et elle est bien souvent victime de la circulation automobile.

Rareté
Effectifs en régression.
Chasse interditeProtection
Espèce protégée en France (liste orange)

Le statut de l'espèce semble évoluer vers un déclin lent et régulier dû, semble-t-il, à la raréfaction des sites de nidification (obstruction des ouvertures des clochers et remplacement des bâtiments agricoles) et à l'arasement des haies. La durée de vie d'une Effraie est faible : 5 ans en moyenne. Les hivers rigoureux, avec un enneigément prolongé, entraînent des pertes considérables; mais les populations se reconstituent en peu d'années. Elle est aussi très sensible aux fluctuations des populations de campagnols. Son mode de chasse rasant l'expose encore plus que le moyen-duc au trafic routier.

La Chouette effraie occupe volontiers les nichoirs artificiels qu'on peut lui proposer, car le déclin des méthodes agricoles traditionnelles a réduit le nombre de sites naturels disponibles. De nombreux agriculteurs ont essayé de remédier à ce problème en leur installant des nichoirs artificiels.

Habile prédateur, la Chouette effraie fait la joie des agriculteurs en éliminant des fermes et des champs les rongeurs indésirables.

VidéosVidéos

Autres sujetsAutres sujets

Sujets proches
L'effraie des clochers (Tyto alba)
Les strigidés (Strigidae)
Sujets plus larges
Racine
Les strigiformes (Strigiformes)
Taxon supérieur ] [ Taxon suivant ]
Recommander cette page :
Recommander ce site :
Recherche personnalisée
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.