Le marronnier d’Inde (Æsculus hippocastanum)

Espèce[Photos] [Présentation] [Classification] [Noms] [Étymologie] [Identification] [Racines] [Tiges] [Feuilles] [Fleurs] [Fruits] [Cycle] [Habitats] [Origine] [Distribution] [Bois] [Utilisations] [Constituants] [Culture] [Statut] [Autres sujets]

[Page d'accueil] [Taxon ascendant] [Via Gallica]

Page éditée

PhotosPhotos

Marronnier d'Inde. Jeunes feuilles. Cliquer pour agrandir l'image.Marronnier d'Inde. Feuilles. Cliquer pour agrandir l'image.Marronnier d'Inde. Feuilles. Cliquer pour agrandir l'image.
Marronnier d'Inde. Feuille. Cliquer pour agrandir l'image.Marronnier d'Inde. Inflorescence. Cliquer pour agrandir l'image.Marronnier d'Inde. Fleur. Cliquer pour agrandir l'image.Marronnier d'Inde. Cliquer pour agrandir l'image.

ClassificationClassification

Règne : plantes (Plantae)Sous-règne : plantes vasculaires (Tracheobionta)
Division : plantes à graines (Spermatophyta)Sous-division :
Classe : plantes à fleurs (Angiospermae)Sous-classe : dicotylédones (Dicotyledonae)
Super-ordre : rosidés (Rosidae)Ordre : sapindales (Sapindales)
Famille : hippocastanacées (Hippocastanaceae)Sous-famille :
Genre : marronniers (Aesculus)Sous-genre :
Espèce : Æsculus hippocastanum [Linné], Hippocastanum vulgareVariété :
Nom commun : marronnier, faux-châtaignierNom populaire : marronnier d’Inde, marronnier blanc, marronnier commun, châtaignier de cheval, châtaignier de mer

Noms européensNoms européens

AlbanieAllemagnegemeine Roßkastanie, gewöhnliche Roßkastanie, Balkan-Rosskastanie, SaukestenAngleterrehorsechestnuts, conquerortreeArménie
Pays basqueindigaztainondo arruntBiélorussieBrezhonegBulgarieконски кестен
Catalognecastanyer bord, castanyer d’IndiaChyprioteCorsuCroatie
Danemarkhestekastanie, almindelig hestekastanieGaeidhligEspagnecastaño de indias, castaño loco, falso castañoEstonieharilik hobukastan
FøroysktFinlandeyleinen hevoskastanja, hevoskastanjaFrançaismarronnier d’IndeFrysk
Galicecastiñeiro das IndiasPays de GallesGéorgieGrèceιπποκαστανιά
HongrievadgesztenyeIrlandeIslandehrossakastaníaItaliecastagna amara, ippocastano
Lettonieparastā zirgkastaņaLithuanieLëtzebuergëschMacédoineдив костен
MalteMoldovenesteNorvègehestekastanjeOccitan
Pays-Baswitte paardekastanje, paardenkastanje, wilde kastanjePolognekasztanowiec biały, kasztanowiec zwyczajnyPortugalcastanheiro da IndiaRoumanie
Russieкаштан конскийSerbieSlovaquiepagaštan konskýSlovéniedivji kostanj
Suèdehästkastanj, vanlig hästkastanjTchéquiejírovec maďal, koňský kaštanUkraïneкаштан конскийEmpire romainÆsculus hippocastanum

ÉtymologieOrigine du nom

Étymologie latineÉtymologie latine
Le nom de genre, Æsculus vient du mot latin æsculus, nom d’arbre ; æsculus était chez les Anciens un chêne à glands comestibles.

Le nom d’espèce hippocastanum (qui signifie châtaigne-de-cheval) a été donné au fruit, parce que les Turcs, dit-on, se servaient de la farine de marron d’inde pour nourrir leurs chevaux.

hippocastanum vient du grec hippos, « cheval », et du latin castanum, « châtaignier ».

Étymologie françaiseÉtymologie française
Le nom français « marronnier » est tiré du mot ligure « mar », qui signifie « caillou » et fait allusion au fruit en forme de caillou.

Le marronnier d’Inde ne vient pas d’Inde, contrairement à ce que laisse entendre son nom, mais des Balkans. L’usage voulait qu’on attribua à l’Inde ce qui était nouveau ou importé par les navires de la Compagnie des Indes, comme le rosier du Bengale (ramené de Chine), l’œillet d’Inde (qui pousse au Mexique), ou le lilas des Indes (lui aussi originaire de Chine).

De même l’Aesculus indica ne vient pas non plus d’Inde, mais de l’Himalaya.

Identification du végétalIdentification

Identification généraleGénéralités
Le marronnier d’Inde est un grand arbre cultivé dans les jardins, les parcs, les promenades, les places publiques ; cet arbre n’est pas originaire de l’Inde comme son nom pourrait le faire croire, mais des montagnes du nord de la Grèce, où il existe à l’état sauvage.

Ses belles grappes de fleurs dressées fleurissent au mois de mai et ses fruits mûrissent à la fin de l’été.

Marronnier d'Inde. Dessin.Marronnier d'Inde. Planche d'identification Thomé. Cliquer pour agrandir l'image.Marronnier d'Inde. Planche d'identification Saint-hilaire. Cliquer pour agrandir l'image.
Catégorie de planteCatégorie de planteArbre à feuilles caduques
Marronnier d'Inde. Plante hiver. Cliquer pour agrandir l'image.Arbre à feuilles caduques.
PortPort de la plante
Le marronnier d’Inde est un arbre à houppier ovoïde pyramidal.

La tige se divise en nombreux rameaux opposés dont l’ensemble forme une cime pyramidale.

Marronnier d'Inde. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.Marronnier d'Inde. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.Marronnier d'Inde. Plante. Cliquer pour agrandir l'image.Marronnier d'Inde. Houppier. Cliquer pour agrandir l'image.
Marronnier d'Inde. Branches. Cliquer pour agrandir l'image.Ses fortes branches épaisses, arquées et ascendantes s’insèrent sur un tronc droit et court, pour former un houppier élevé dense et large.
HauteurHauteur de la plante
Le marronnier d’Inde est un arbre de très grande stature pouvant atteindre de 25 à 30 mètres de hauteur.
RemarquesRemarques
Il existe environ 25 espèces du genre aesculus, dont :
  • Aesculus pavia, qui est un petit arbre dont les fleurs presque tubulaires et rougeâtres sont groupées en panicules lâches et s’ouvrent en juin.
  • Aesculus parviflora, qui est un arbuste produisant des grandes panicules de fleurs blanches en juillet.
  • Aesculus carnea, qui est appelé encore marronnier rouge ; cet hybride produit en mai des panicules de fleurs rouge-clair ou rouge-sang suivant la variété.
  • Aesculus hippocastanum, dont la varié Baumanii produit des fleurs blanches doubles mais pas de fruits.
Espèces semblablesEspèces semblables
Marronnier d'inde, Marronnier d'Inde. 1a, 1b. Cliquer pour agrandir l'image.Par suite de leur ressemblance morphologique, on confond parfois le marron, fruit du marronnier avec la châtaigne, fruit du châtaignier :
  • le fruit du marronnier est une capsule déhiscente contenant des graines (marrons) non comestibles ;
  • le fruit du châtaignier est formé par une cupule provenant des bractées de l’inflorescence et contenant les châtaignes qui sont chacune un akène (fruit sec indéhiscent contenant une graine) ;
  • on note une grande ressemblance morphologique entre la cupule du châtaignier et la capsule du marronnier et entre l’akène du châtaignier et la graine du marronnier ;
  • dans la châtaigne, les fruits bruns et lisses ont chacun une graine, tandis que dans le marronnier d’Inde les masses brunes et lisses qui leur ressemblent sont les graines mêmes ;
  • pour ajouter à la confusion, les grosses châtaignes consommées sont appelées marrons (marrons glacés).

RacineRacines

Description de la racine
Le marronnier d’Inde est un bel arbre robuste à racine pivotante et ramifiée ; racines traçantes agressives.

ÉcorceTige / Écorce

Description de la tige
Marronnier d'Inde. Écorce. Cliquer pour agrandir l'image.Marronnier d'Inde. Bourgeon. Cliquer pour agrandir l'image.
Marronnier d'Inde. Écorce. Cliquer pour agrandir l'image.Le tronc du marronnier est robuste et droit.

Marronnier d'Inde. Écorce. Cliquer pour agrandir l'image.L’écorce reste longtemps lisse, puis se fissure grossièrement dans le sens de la longueur et s’écaille en plaquettes qui se détachent facilement.

Les jeunes rameaux sont gros et caractéristiques avec leur écorce brune et lisse, leurs lenticelles bien visibles avec de grosses cicatrices foliaires et, en fin d’hiver, leurs gros bourgeons collants.

Marronnier d'Inde. Bourgeons.Marronnier d'Inde. Bourgeon. Cliquer pour agrandir l'image.On reconnaît facilement le marronnier en hiver à ses gros bourgeons (de 1,5 à 2 cm de longueur), bruns, visqueux, luisants, recouverts de résine.
Couleur de l'écorceCouleur de la tige
Marronnier d'Inde. Écorce. Cliquer pour agrandir l'image.Écorce gris-brun à brun-rougeâtre.

FeuilleFeuilles

Description des feuilles
Marronnier d'Inde. Dessin.Marronnier d'Inde. Bourgeon foliaire. Cliquer pour agrandir l'image.
Marronnier d'Inde. Bourgeons.Marronnier d'Inde. Feuillage. Cliquer pour agrandir l'image.Les feuilles du marronnier sont disposées de façon opposée.

Elles sont composées palmées de cinq ou sept folioles et munies d’un pétiole très long.

Les folioles sont sessiles, obovales, pointues au sommet.

Le bord des folioles porte une double dentelure.

Les feuilles, opposées, sont divisées en cinq ou sept folioles ovales pointues, dentées.

Les feuilles sont très typiques.

Marronnier d'Inde. Feuillage. Cliquer pour agrandir l'image.Marronnier d'Inde. Feuilles. Cliquer pour agrandir l'image.
Dimension des feuillesDimension des feuilles
Les feuilles du marronnier sont grandes : de 30 à 50 cm.

Les folioles sont d’une vingtaine de cm de longueur et leur plus grande largeur, jusqu’à 10 cm, se situe vers l’extrémité.

Le longueur du pétiole varie entre 10 et 20 (27) cm.

Marronnier d'Inde. Rameau. Cliquer pour agrandir l'image.Marronnier d'Inde. Cliquer pour agrandir l'image.Marronnier d'Inde. Feuille. Cliquer pour agrandir l'image.
Couleur des feuillesCouleurs des feuilles
L’avers de la feuille est vert foncé terne, le revers est plus clair et glabre.

À l’automne, elles prennent des couleurs cuivrées, jaunâtres ou roussâtres.

Marronnier d'Inde. Feuilles d'automne. Cliquer pour agrandir l'image.Marronnier d'Inde. Feuilles. Cliquer pour agrandir l'image.

Marronnier d'Inde. Feuille. Cliquer pour agrandir l'image.Marronnier d'Inde. Feuilles. Cliquer pour agrandir l'image.
VégétationVégétation
Feuillage caduc.

Marronnier d'Inde. Bourgeon. Cliquer pour agrandir l'image.

Marronnier d'Inde. Jeunes feuilles. Cliquer pour agrandir l'image.Marronnier d'Inde. Feuille morte. Cliquer pour agrandir l'image.Marronnier d'Inde. Jeunes feuilles. Cliquer pour agrandir l'image.
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Végétation

FleurFleurs

Description des fleurs
Marronnier d'Inde. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.Marronnier d'Inde. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.
Marronnier d'Inde. Fleur. Cliquer pour agrandir l'image.Les fleurs du marronnier sont en réalité des inflorescences pyramidales denses et dressées de grande taille. Ce sont des inflorescences de type panicule, appelées thyrses (une forme pyramidale avec un axe sur lequel naissent les pédoncules des fleurs).

Marronnier d'Inde. Fleurs. Cliquer pour agrandir l'image.Marronnier d'Inde. Fleurs. Cliquer pour agrandir l'image.

Marronnier d'Inde. Photo d'identification. Cliquer pour agrandir l'image.Ces inflorescences terminales comptent de nombreuses fleurs (jusqu’à 90) qui fleurissent de bas en haut.

Marronnier d'Inde. Fleur. Cliquer pour agrandir l'image.Les fleurs ont généralement :

  • un calice à cinq sépales inégaux,
  • une corolle chiffonnée à 4 pétales arrondis et inégaux,
  • sept longues étamines courbées vers le haut et bien visibles,
  • un pistil simple, saillant,
  • un ovaire à 3 loges.

Elles ont la forme d’un doigt ou d’une fleur de campanule, à symétrie bilatérale.

Les fleurs du marronnier d’Inde sont en général hermaphrodites.

Mâle
Femelle
Dimension des fleursDimension des fleurs
Marronnier d'Inde. Inflorescense.Marronnier d'Inde. Fleurs. Cliquer pour agrandir l'image.Les fleurs forment des panicules dressés de 20 à 30 cm de hauteur.
Couleurs des fleursCouleurs des fleursFleurs blanchesFleurs roses
Marronnier d'Inde. Fleur. Cliquer pour agrandir l'image.Les fleurs du marronnier sont blanches, tachées de rose.

Marronnier d'Inde. Fleur.Les fleurs changent de couleur, virant au rouge, pour signaler aux insectes quand elles sont pollinisées : les pétales sont ponctués au centre d’une tache variant du jaune au rouge. L’évolution de la coloration de cette tache sert de signal aux insectes pollinisateurs : la couleur jaune indiquant la présence de nectar, l’évolution vers le rouge signifiant l’arrêt de la production des nectaires.

Les insectes, abeilles et bourdons, ne percevant pas le rouge, ne visiteront donc que les fleurs ponctuées de jaune.

Fleur odoranteParfum des fleurs
Les fleurs sont légèrement parfumées.
PollenPollen
Les fleurs du marronnier sont abondamment visitées par les insectes qui assurent ainsi la dispersion du pollen. Ceci explique pourquoi on ne retrouve que peu de pollen de marronnier dans l’air. L’allergie occasionnelle au pollen de marronnier est connue. Elle touche essentiellement les personnes qui vivent soit dans des avenues bordées de marronniers, soit à proximité immédiate d’arbres isolés.
FloraisonFloraison
Le marronnier fleurit au printemps, en avril - mai - juin.

La floraison est tout à fait remarquable par le nombre et la taille des fleurs.

La floraison a rarement lieu avant la quinzième année.

Les boutons floraux de marronnier ont la particularité d’être enduits d’une résine cireuse, la propolis, utilisée par les abeilles pour réparer leurs ruches.

Marronnier d'Inde. Dessin fleurs. Cliquer pour agrandir l'image.Marronnier d'Inde. Fleurs en bouton. Cliquer pour agrandir l'image.
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Floraison

FruitFruits

Description des fruits
Marronnier d'Inde. Planche d'identification Thomé. Cliquer pour agrandir l'image.Marronnier d'Inde. Fruits. Cliquer pour agrandir l'image.Marronnier d'Inde. Dessin du fruit.
Marronnier d'Inde. Fruits. Cliquer pour agrandir l'image.Marronnier d'Inde. Fruit sec.Le fruit du marronnier d’Inde est une capsule arrondie à coque épaisse, charnue, coriace, hérissée d’épines molles.

Il contient en général une seule grosse graine avec avortement des 2 ou 3 autres : le marron d’ Inde, non comestible.

C’est un fruit sec déhiscent qui s’ouvre par trois valves.

Développement du fruit du marronnier
Marronnier d'Inde. Développement du fruit. Cliquer pour agrandir l'image.À l’origine l’ovaire est composé de trois carpelles soudés (A). Il existe six ovules à placentation axile. Un seul se développera en graine (B). À la fin du développement, la graine développée (marron) prend toute la place dans sa loge (C). Les deux autres loges carpellaires avortées sont aplaties sur les côtés.
Déhiscence de la capsule du marronnier
Marronnier d'Inde. Capsule. Cliquer pour agrandir l'image.Bien qu’une seule loge se soit développée, la déhiscence se fait par trois fentes situées au milieu des loges. Les parois des loges non développées constituent des membranes qui entourent partiellement le marron.

La graine (le marron) est séparée du péricarpe par plusieurs membranes qui représentent les cloisons des trois carpelles.

La cavité du fruit est formée de plusieurs loges (carpelles) dont une seule contient une graine. La partie blanche de la graine correspond au hile.

On observe dans l’une des valves les trois loges carpellaires dans lesquelles se trouvent des ovules non fécondés.

Dimension des fruitsDimension des fruits
Gros fruits globuleux de 5 à 7 cm de diamètre
Couleurs du fruitCouleurs des fruits
Bogue verte, graine de couleur acajou.
GrainesGraines
Marronnier d'Inde. Graine. Cliquer pour agrandir l'image.Marronnier d'Inde. Fruit.La graine du marronnier d’Inde est une graine volumineuse et déformée parce que comprimée dans la boque.

Sa surface est lisse et luisante, brun-rougeâtre et présentant une zone cicatricielle claire, un hile blanchâtre qui est le point d’insertion de l’ovule.

Le marron est une graine riche en amidon et en saponine (qui donne une consistance pâteuse au fruit écrasé) et amère du fait de la présence d’un glucoside, l’argirescine. Le marron n’est pas comestible (légèrement toxique).

Marronnier d'Inde. Graines.90 graines par kg.

FructificationFructification
Marronnier d'Inde. Feuillage. Cliquer pour agrandir l'image.Marronnier d'Inde. Cliquer pour agrandir l'image.
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Fructification

Cycle de vieCycle de vie

PérennitéPérennitéPlante pérenne
PlantationPlantation
MultiplicationMultiplicationPollinisation
Marronnier d'Inde. Graine germée. Cliquer pour agrandir l'image.Multiplication par semis : les graines doivent être semées aussitôt après la récolte ou mises en stratification jusqu’en avril. On repique en pépinière à la fin de l’année de semis.

Après 5 ou 6 années les sujets peuvent être mis en place.

EntretienEntretienTaille
Ne pas tailler le marronnier, même sil la supporte.
CroissanceCroissance
RécolteRécolte
Ennemis de la planteEnnemisVersInsectesChampignons
Marronnier d'Inde. Feuille malade. Cliquer pour agrandir l'image.Marronnier d'Inde. Feuille malade. Cliquer pour agrandir l'image.
Anthracnose du marronnier (Guignardia aesculi)
Marronnier d'Inde. Anthracnose. Cliquer pour agrandir l'image.En juillet/août, des taches brunes se développent sur les feuilles qui s’enroulent vers le haut et flétrissent en cas de forte attaque.

Marronnier d'Inde. Feuille parasitée par anthracnose. Cliquer pour agrandir l'image.Le champignon infecte les jeunes feuilles au printemps. Le tissu atteint brunit et les symptômes typiques de l’anthracnose apparaissent. De minuscules points noirs se forment sur les taches. Ce sont des fructifications du champignon contenant les spores. Une forte attaque entraîne le flétrissement et la chute prématurée de tout le feuillage. Le champignon hiverne sous sa forme sexuée dans les feuilles au sol. C’est dans ces feuilles aussi que les spores se forment au printemps. Elles sont ensuite disséminées par le vent et = l’eau, puis elles infectent de nouvelles feuilles de marronniers.

Marronnier d'Inde. Anthracnose. Cliquer pour agrandir l'image.Les taches foliaires sont souvent ourlées de jaune et limitées par les nervures de la feuille.

Marronnier d'Inde. Feuille parasitée par anthracnose. Cliquer pour agrandir l'image.

Marronnier d'Inde. Anthracnose. Cliquer pour agrandir l'image.Les minuscules fructifications du champignon (pycnides), semblables à des points noirs, se remarquent à l’œil nu sur les taches. Elles sont incrustées dans les tissus foliaires et ne peuvent donc être éliminées à l’aide d’une brosse ou d’un jet d’eau, contrairement aux déjections d’insectes, par exemple.

Marronnier d'Inde. Anthracnose. Cliquer pour agrandir l'image.Marronnier d'Inde. Feuille parasitée par anthracnose. Cliquer pour agrandir l'image.

Oïdium du marronnier (Erysiphe flexuosa)
L’oïdium du marronnier est causé par le champignon Erysiphe flexuosa.

Marronnier d'Inde. Oïdium. Cliquer pour agrandir l'image.Vers fin juin/début juillet, un lacis mycélien se forme sur la face supérieure des feuilles qui prennent ainsi une couleur grise et un aspect mat. Au stade ultérieur de la maladie, des taches brunes, aux formes irrégulières, apparaissent sur les feuilles. Lorsqu’elles sont gravement atteintes, elles s’enroulent et tombent.

Au printemps, les ascospores qui ont hiverné au sol se déposent sur les feuilles. C’est ici qu’elles germent en formant un lacis mycélien (mycélium superficiel) et pénètrent dans les cellules externes de la feuille à l’aide de leurs suçoirs (haustories) pour y prélever des éléments nutritifs. Par un fort rayonnement solaire et une faible l’humidité de l’air, en juillet et en août, les hyphes forment des spores d’été (conidies). Celles-ci sont disséminées par le vent et peuvent alors infecter d’autres marronniers. À la fin de l’été, de petites fructifications brunes (cleistothécies) de 0,1 mm apparaissent, notamment sur la face inférieure des feuilles. Les ascospores se forment dans ces fructifications. Ces dernières présentent aussi des appendices transparents, dont l’aspect caractéristique les distinguent des autres variétés d’oïdium. Les cleistothécies tombent avec les feuilles en automne dans lequel elles peuvent subsister durant l’hiver. Lorsque l’hiver est doux, le champignon peut aussi subsister sous sa forme mycélienne dans les bourgeons. Il est ainsi à même d’infecter les jeunes feuilles dès le débourrement.

Mineuse du marronnier (Cameraria ohridalla)
C’est au moment où la végétation est affaiblie par la canicule qu’apparaît la « mineuse du marronnier » (Cameraria ohridalla) ravageur nouveau en France. La chenille de ce papillon provoque une chute prématurée des feuilles et fragilise les arbres.

L’hôte préféré de la mineuse est le marronnier d’Inde, mais d’autres espèces de marronniers et même l’érable sycomore et l’érable plane peuvent présenter de faibles attaques.

Cependant le taux d’attaque est variable selon les hybrides de marronniers. Aesculus hippocastanum, à fleurs blanches est le plus touché alors que l’Aesculus carnea à fleurs rouges, l’Aesculus glabra et l’Aesculus indica résistent mieux.

Marronnier d'Inde. Parasité par mineuse. Cliquer pour agrandir l'image.Marronnier d'Inde. Feuille parasitée par mineuse. Cliquer pour agrandir l'image.
Marronnier d'Inde. Mineuse du marronnier adulte. Cliquer pour agrandir l'image.L’adulte de la mineuse est un petit papillon de 3 à 5 mm de couleur brun ocre à motifs alaires brillants sous forme de bandes plus claires et ailes postérieures étroites et longuement frangées.

Marronnier d'Inde. Mineuse du marronnier larve. Cliquer pour agrandir l'image.La larve est aplatie de 0,5 à 5 mm de couleur à segments abdominaux mamelonnés et tête triangulaire

Au printemps, les adultes sont facilement observables sur les troncs où ils se retrouvent pour l’accouplement après émergence des feuilles restées au sol. Les femelles attirent les mâles en émettant une phéromone, et peu de temps après la fécondation, elles pondent plusieurs dizaines d’œufs minuscules à la surface supérieure des feuilles. Les œufs éclosent après un délai variant de 1 à 3 semaines et les jeunes chenilles s’enfoncent dès l’éclosion à l’intérieur de la feuille dont elles dévorent le parenchyme supérieur.

Marronnier d'Inde. Mineuse du marronnier cocon. Cliquer pour agrandir l'image.À la fin du développement larvaire, la nymphose se produit le plus souvent dans un petit cocon blanc à l’intérieur de la mine. La chrysalide perce ensuite la paroi du cocon et l’épiderme de la feuille, permettant ainsi la libération du papillon. À chaque génération un nombre croissant de chrysalides entrent en diapause. L’insecte passe l’hiver à l’état de chrysalide dans les feuilles tombées au sol et émerge au printemps suivant.

La mineuse a généralement 3 générations par an en France.

Les facteurs de mortalité les plus importants sont la compétition pour se nourrir dans les feuilles au cours de la saison et la mortalité hivernale. Les mortalités liées au parasitisme sont faibles car les parasites de Cameraria ohridella sont généralistes et n’exercent qu’une faible pression de sélection sur les populations.

LongévitéLongévité
200 ans.

HabitatHabitats

MilieuxMilieux
Le marronnier est un arbre rustique et peu exigent.

Marronnier d'Inde. Fleurs. Cliquer pour agrandir l'image.En dehors des parcs et jardins où il est planté, le Marronnier se rencontre, rarement, à l’état subspontané dans les érablières et les tillaies.

Il souffre de la pollution urbaine et de la sécheresse.

Marronnier d'Inde. Plante. Cliquer pour agrandir l'image.Marronnier d'Inde. Plante. Cliquer pour agrandir l'image.
SolsSolsSols drainés
Le marronnier d’Inde vient dans tous les sols, mais il préfère un sol profond, substantiel et frais ou arrosable l’été.

Sols riches en bases et en azote, à pH basique à neutre.

ExpositionsPlante de lumièrePlante d'ombre
Espèce héliophile, le marronnier aime le soleil, mais supporte la mi-ombre ou l’ombre.
ClimatsClimatsClimat ensoleilléClimat ombréClimat pluvieuxClimat froid
Le marronnier est sensible au vent. Il résiste à des température jusqu’à -20 °C.
AltitudesAltitudesÉtage de plaineÉtage collinéen (de 0 à 800 m)Étage montagnard (de 800 à 1 700 m)
Altitude : de 0 à 1 000 m.
Espèce associéeEspèce associée

Origine géographiqueOrigine

Origine de la plante
Contrairement à ce que laisse penser son nom, le marronnier d’Inde est originaire des forêts de montagne des Balkans : l’aire d’origine des marronniers n’est qu’une petite zone qui s’étend au sud-est de l’Europe, de la région montagneuse des Balkans, sur le territoire de l’Epire et sur le massif montagneux du Pinde, à l’Est en Thessalie et dans la partie voisine de la Macédoine. Son aire de distribution d’origine englobe aussi le Sud de l’Albanie avec un petit territoire situé en Yougoslavie. Une petite partie, séparée de sa zone d’origine, se trouve encore dans le Nord de la Bulgarie.

RépartitionDistribution géographique

Distribution globale
Le marronnier d’Inde pousse à l’état sauvage dans le sud des Balkans, en Grèce, Turquie, Bulgarie, Albanie, dans les forêts mixtes de hêtres, chênes et sapins. Partout ailleurs, le Marronnier commun représente une essence ligneuse d’introduction naturalisée.

Il a été introduit dans les régions tempérées d’Europe pour ses qualités ornementales.

Régions méditerranéennes, y compris l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient, Inde, Pakistan, Sri Lanka, ou Amérique du Nord à Mexique et Amérique Centrale.

BoisBois

Description du bois
Bois du marronnier est de peu de qualité.
Propriétés du boisPropriétés du bois
Le bois du Marronnier est tendre.
BoisAspect du bois
Bois de cœur jaune à blanc ou gris, sans veines.

Couleur de l’aubier identique au bois de cœur.

Limites de cernes distinctes.

Odeur absente.

Coupe longitudinale
Marronnier d'Inde. Bois en coupe longitudinale. Cliquer pour agrandir l'image.
Coupe tangentielle
Coupe radiale
Densité du boisDensité du bois
Bois très léger.

Densité basale : de 0,4 à 0,55 kg/dm3.

Travail du boisTravail du bois
Le bois du marronnier est tendre et homogène ; il se travaille facilement.
Utilisation du boisUtilisationUtilisation du bois en caisserieUtilisation du bois pour le chauffage
Son bois n’a pas de valeur commerciale.

On en fait des planches pour les caisses d’emballage ; il est utilisé pour la peinture sur bois et la pyrogravure.

Bon combustible.

Utilisation médicinaleUtilisations

Utilisations médicinalesToxiqueUtilisations médicinales
Marronnier d'Inde. Inflorescence. Cliquer pour agrandir l'image.Le marronnier d’Inde est une plante médicinale qui permet de renforcer les parois veineuses, il soigne donc les insuffisances veineuses, la fragilité des vaisseaux capillaires ou les hémorroïdes. On en extrait un vasoconstricteur qui augmente la résistance des vaisseaux capillaires et tonifie les parois veineuses en empêchant la formation de varice ou d’hémorroïdes.

Marronnier d'Inde. Cliquer pour agrandir l'image.L’écorce contient des substances astringente et fébrifuge. Elle est utilisée en poudre comme tonique (1 à 4 grammes par jour) ou contre la fièvre (de 15 à 50 grammes par jour).

En décoction : une poignée de morceaux d’écorce pour 1 litre d’eau à bouillir 15 min. Boire en 2 jours.

En infusion : 30 grammes de la plante fleurie, récoltée quand les fleurs commencent à s’ouvrir et séchée à l’ombre, pour 1 litre d’eau ; faire tremper à froid pendant 10 minutes ; chauffer et retirer du feu avant ébullition ; laisser infuser 15 minutes. Prendre 4 ou 5 verres par jour.

En usage externe, on l’utilise en crème ou en onguent : il traite la peau avec une action anti-œdémateuse, anti-inflammatoire et légèrement anesthésique.

Utilisations culinairesUtilisations culinaires
Les marrons contiennent beaucoup d’amidon, mais ne peuvent être utilisés dans l’alimentation humaine du fait de leur saveur désagréablement amère.
Utilisations économiquesRecherchée par les abeilles
Marronnier d'Inde. Fleur. Cliquer pour agrandir l'image.Les fleurs du marronnier sont recherchées avidement par les abeilles au printemps, et fournissent un assez bon miel.

Bien que le marron soit une graine toxique, il existe des traitements pour neutraliser cette toxicité, la farine de marronnier d’Inde peut alors servir d’aliment pour le bétail. On a essayé sans grand succès d’extraire la fécule du marron d’Inde pour la donner aux bestiaux.

L’écorce contient de l’esculine, glucoside fluorescent, qui absorbe les rayons ultra-violets, et entre dans la composition des crèmes solaires.

On extrayait du marron une huile douce employée pour solidifier partiellement les pétroles rendant ainsi le transport plus facile.

Utilisations ornementalesUtilisations ornementales
Marronnier d'Inde. Allée. Cliquer pour agrandir l'image.Marronnier d'Inde. Dessin d'identification. Cliquer pour agrandir l'image.
Le marronnier est fréquemment cultivé dans les parcs, jardins ou aligné le long des rues ou routes.

Marronnier d'Inde. Allée. Cliquer pour agrandir l'image.On le plante isolément ou en groupes et surtout pour border les allées car on apprécie son feuillage précoce, sa belle floraison printanière et son ombrage. Il est traditionnellement un arbre d’alignement de rue, de « cours », de « mail », lesquels ont été mis à la mode par Maris de Médicis, à Paris, au XVIIe siècle.

Marronnier d'Inde. Fleur. Cliquer pour agrandir l'image.Aujourd’hui, on se lasse de cet arbre au feuillage très dense. Un dicton en fait l’ennemi des jardiniers :
Ombre de marronnier,
Chagrin des jardiniers,
Le jardin est décimé,
Inutile de semer.
Marronnier d'Inde. Graines. Cliquer pour agrandir l'image.L’aspect arrondi, brillant et lisse du marron est apprécié des enfants pour leurs jeux : le marron, libéré de sa bogue armée de piquants, finit invariablement au fond des poches.

Constituants chimiquesConstituants chimiques

Constituants : saponines, coumarines, flavonoïdes, aescine, esculine …
Marronnier d'Inde. Molécule. Cliquer pour agrandir l'image.Marronnier d'Inde. Formule esculine. Cliquer pour agrandir l'image.

CultureHistoire, géographie, arts, traditions, flore …

HistoireHistoire
Marronnier d'Inde. Dessin d'identification. Cliquer pour agrandir l'image.Le marronnier a survécu à la glaciation dans les forêts humides des Balkans (Bulgarie, Albanie, Nord de la Grèce).

Dioscoride à son époque mentionnait déjà les propriétés du marronnier d’Inde.

Les vertus médicinales ont été décrites en 1565 dans la traduction du « De materia medica » de Dioscoride par Pier Andrea Mattioli.

Marronnier d'Inde. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.L’histoire dit qu’un plant de Marronnier a été introduit à Constantinople en 1557. Il fut cultivé au cours de la deuxième moitié du XVIe siècle à Constantinople qui constitua, jusqu’à sa chute, une porte d’entrée pour l’introduction de nombreuses plantes.

Le marronnier fut introduit à Vienne, en Autriche, au XVIe siècle et de là dans de nombreux pays de l’Empire austro-hongrois. Comme il est de bon ton de faire des cadeaux exotiques, l’ambassadeur du Saint-Empire auprès de la Porte Ottomane offre un marron prêt à germer à Charles de l’Écluse, ambassadeur à Vienne, en 1576.

Le Marronnier n’a été introduit en France qu’au début du XVIIe siècle, en 1615, et il revient au botaniste Bachelier, qui le rapporta de Constantinople, de le planter dans la cour de l’hôtel de Soubise (d’autres historiographes indiquent le domaine des Templiers). Des découvertes récents ont révélé des pollens plus anciens en France.

Ce n’est qu’au cours du XVIIIe siècle qu’il s’est répandu partout, bordant les avenues et les parcs des châteaux européens, les allées et les restaurants de plein air.

De nos jours, certains marronniers français ont plus de 250 ans.

LittératureLittérature
Marronnier d'Inde. Sculpture. Cliquer pour agrandir l'image.Marronnier d'Inde. Fer forge. Cliquer pour agrandir l'image.
Parmi les marronniers, …
Parmi les marronniers, parmi les
Lilas blancs, les lilas violets,
La villa de houblon s’enguirlande,
De houblon et de lierre rampant.
La glycine, des vases bleus pend ;
Des glaïeuls, des tilleuls de Hollande.

Chère main aux longs doigts délicats,
Nous versant l’or du sang des muscats,
Dans la bonne fraîcheur des tonnelles,
Dans la bonne senteur des moissons,
Dans le soir, où languissent les sons
Des violons et des ritournelles.

Aux plaintifs tintements des bassins
Sur les nattes et sur les coussins,
Les paresses en les flots des tresses.
Dans la bonne senteur des lilas
Les soucis adoucis, les cœurs las
Dans la lente langueur des caresses.

                    Les Syrtes.  Jean Moréas

TraditionsTraditions
On dit que le premier marron tombé et ramassé protège contre les rhumatismes et les maux de reins a condition de le porter en permanence dans sa poche.

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Sujets plus détaillés
Sujets proches
Sujets plus larges
Page d'accueil
Les acéracées (Aceraceae)
Les apiacées (Apiaceae)
Les aquifoliacées (Aquifoliaceae)
Les araliacées (Araliaceae)
Les balsaminacées (Balsaminaceae)
Les buxacées (Buxaceae)
Les celastracées (Celastraceae)
Les cornacées (Cornaceae)
Les crassulacées (Crassulaceae)
Les euphorbiacées (Euphorbiaceae)
Les géraniacées (Geraniaceae)
Les grossulariacées (Grossulariaceae)
Les hippocastanacées (Hippocastanaceae)
Les juglandacées (Juglandaceae)
Les loranthacées (Loranthaceae)
Les onagracées (Onagraceae)
Les oxalidacées (Oxalidaceae)
Les papilionacées (Papilionaceae)
Les rhamnacées (Rhamnaceae)
Les rosacées (Rosaceae)
Les saxifragales (Saxifragales)
Les thyméléacées (Thymelaeaceae)
Les vitacées (Vitaceae)
Taxon ascendant ] [Page d’accueil] [Végétaux] [Via Gallica]
Chercher sur ce Site :
Chercher sur la Toile :
Recommander cette page :
Recommander ce site :
AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.