L’hellébore fétide (Helleborus foetidus)

Espèce[Photos] [Présentation] [Classification] [Noms] [Étymologie] [Identification] [Racines] [Tiges] [Feuilles] [Fleurs] [Fruits] [Cycle] [Habitats] [Origine] [Distribution] [Bois] [Utilisations] [Constituants] [Histoire] [Statut]

[Page d'accueil] [Taxon ascendant] [Via Gallica]

Page éditée

PhotosPhotos

Hellébore fétide. Cliquer pour agrandir l'image.Hellébore fétide. Cliquer pour agrandir l'image.Hellébore fétide. Cliquer pour agrandir l'image.
Hellébore fétide. Cliquer pour agrandir l'image.Hellébore fétide. Cliquer pour agrandir l'image.Hellébore fétide. Cliquer pour agrandir l'image.
Hellébore fétide. Cliquer pour agrandir l'image.Hellébore fétide. Fruits. Cliquer pour agrandir l'image.Hellébore fétide. Fruits. Cliquer pour agrandir l'image.

ClassificationClassification

Règne : plantes (Plantae)Sous-règne : plantes vasculaires (Tracheobionta)
Division : plantes à graines (Spermatophyta)Sous-division :
Classe : plantes à fleurs (Angiospermae)Sous-classe : dicotylédones (Dicotyledonae)
Super-ordre : magnolidés (Magnoliidae)Ordre : ranunculales (Ranunculales)
Famille : renonculacées (Renonculaceae)Sous-famille :
Genre : hellébores (Helleborus)Sous-genre :
Espèce : Helleborus foetidus [Linné], Helleboraster foetidus [(Linné) Moench], Helleborus beugesiacus [Jordan & Fourreau], Helleborus deflexifolius [Jordan & Fourreau]Variété :
Nom commun : hellébore fétide, ellébore fétideNom populaire : ellébore, herbe aux bœufs, herbe printanière, mords-cheval, patte d’ours, pain de couleuvre, pied de griffon, rose de serpent

Noms européensNoms européens

AlbanieAllemagnestinkende Nieswurz, palmblättrige NieswurzAngleterrestinking hellebore, bearsfoot hellebore, gold bullionArménie
Pays basqueostaba arraBiélorussieBrezhonegBulgarie
Catalognepeloni borda, marxívolChyprioteCorsuCroatie
Danemarkstinkende nyserodGaeidhligmeacan sleibheEspagneheléboro, hierba de los ballesteros, pie de grifo, eléboro, eléboro fétido, eléboro apestoso, hierba del alobado, hierba llaveraEstonievinav lumeroos
FøroysktFinlandeFrançaishellébore fétideFrysk
GalicePays de GallesGéorgieGrèce
HongrieIrlandeIslandeItalieelleboro fetido, elleboro puzzolente
LettonieLithuanieLëtzebuergëschMacédoine
MalteMoldovenesteNorvègeOccitan
Pays-Basstinkend nieskruidPolognePortugalRoumanie
RussieхеллеборусSerbieSlovaquieSlovénie
SuèdeklockjulrosTchéquiečemeřice smrdutáUkraïneEmpire romainHelleborus foetidus

ÉtymologieOrigine du nom

Étymologie latineÉtymologie latine
Helleborus vient des mots grecs aireo, je tue, et bora, nourriture ; c’est une nourriture qui tue, plante vénéneuse.

foetidus = fétide

Étymologie françaiseÉtymologie française
Le nom hellébore vient du sémitique hélibar (remède contre la folie) ; il est qualifié de fétide en raison de l’odeur repoussante de la plante quand on la touche.

Appartenant au genre masculin, en français, le mot s’écrit hellébore ou ellébore. La pratique, aujourd’hui, est de l’écrire hellébore et de l’accorder au féminin.

Identification du végétalIdentification

Identification généraleGénéralités
Hellébore fétide. Cliquer pour agrandir l'image.Plante glabre, de 50 cm à 1 m, à odeur fétide, qui reste verte l’hiver.

Hellébore fétide.

Catégorie de planteCatégorie de plante
L’Ellébore fétide est une plante herbacée vivace, glabre, glanduleuse dans le haut, à la tige robuste et feuillée ; elle dégage une odeur désagréable.
PortPort de la plante
Hellébore fétide. Cliquer pour agrandir l'image.Hellébore fétide. Cliquer pour agrandir l'image.Touffe et hampe florale, dressée au début de la floraison, puis se couchant progressivement.
HauteurHauteur de la plante
Hellébore fétide. Cliquer pour agrandir l'image.Peut atteindre une cinquantaine de centimètres de hauteur (50-100 cm).

Hellébore fétide. Cliquer pour agrandir l'image.Étalement : 40 cm.

Espèces semblablesEspèces semblables
Ne pas confondre avec (Helleborus viridis).

RacineRacines

Description de la racine
Hellébore fétide. Racine. Cliquer pour agrandir l'image.

ÉcorceTige / Écorce

Description de la tige
Hellébore fétide. Tige.Tige de 20 à 80 cm, robuste, persistante en hiver, nue à la base, très feuillée sous les rameaux munis de bractées ovales et d’un vert pâle.
Couleur de l'écorceCouleur de la tige
Tige gris vert.

FeuilleFeuilles

Description des feuilles
Hellébore fétide. Cliquer pour agrandir l'image.Hellébore fétide. Feuilles.Les feuilles inférieures et moyennes sont vert foncé, coriaces, pétiolées, alternes, palmées à 7-9 folioles, avec des segments étroitement lancéolés à marge entière ou peu dentée, dont le nombre varie généralement entre cinq et douze. Les feuilles inférieures, toutes caulinaires, sont persistantes en hiver.

Large pétiole foliacé à nervures parallèles.

Hellébore fétide. Cliquer pour agrandir l'image.Les feuilles supérieures sont plus petites, sessiles, simples ou à 3 divisions, et non lobées.

Feuilles toutes caulinaires pétiolées, palmées à 7-12 segments étroitement lancéolés et dentés.

Feuilles à odeur désagréable quand on les froisse.

En milieu sec, la plante réduit ses feuilles et les rassemble en boule pour limiter l’évaporation.

Couleur des feuillesCouleurs des feuilles
VégétationVégétation
Vert foncé brillant pour les feuilles inférieures.

Les feuilles supérieures, vert clair, se confondent avec les fleurs.

MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Végétation

FleurFleurs

Description des fleurs
Hellébore fétide. Fleurs, Villars. Cliquer pour agrandir l'image.Hellébore fétide. Bractées. Cliquer pour agrandir l'image.L’inflorescence est une cyme avec des bractées ovales. Les fleurs, assez nombreuses, naissent à l’extrémité de pédoncules portant également les feuilles supérieures de couleur vert clair.

Hellébore fétide. Cliquer pour agrandir l'image.Fleurs vert clair, bordées d’un liséré rouge, peu ouvertes (de 10 à 30 mm de diamètre), groupées en inflorescence, en forme de clochettes penchées pendant au sommet d’une hampe (larges bractées vert-jaunâtre).

Hellébore fétide. Sepales. Cliquer pour agrandir l'image.Calice à 5 sépales pétaloïdes dressés, finement nervurés, connivents, concaves, égalant les étamines, d’un vert jaunâtre semblable à celui des bractées, et dont la bordure inférieure est soulignée d’une fine bordure pourpre.
Hellébore fétide. Cliquer pour agrandir l'image.Pas de corolle.

Hellébore fétide. Fleur. Cliquer pour agrandir l'image.Pétales de moitié moins longs que les étamines, réduits à de petites feuilles nectarifères (nectaires).

L’inflorescence n’apparaît qu’après plusieurs années (environ 5 ans), et la plante meurt après avoir fleuri.

Couleurs des fleursCouleurs des fleurs
Hellébore fétide. Cliquer pour agrandir l'image.Vert pâle souligné de brun-rouge sur le bord des sépales.
Fleur odoranteParfum des fleurs
Elle sent particulièrement mauvais !

Son odeur désagréable, plus marquée lorsqu’on froisse les feuilles, attire les insectes qui assurent la pollinisation.

PollenPollen
FloraisonFloraison
Floraison à la fin de l’hiver, de janvier à mars.

Elles s’épanouissent généralement du mois de janvier au mois d’avril, et il n’est pas rare d’en voir recouvertes de neige ou de glace.

MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Floraison

FruitFruits

Description des fruits
Hellébore fétide. Follicules. Cliquer pour agrandir l'image.Hellébore fétide. Cliquer pour agrandir l'image.Les fruits ressemblent à des gousses de pois soudées.

Fruit en follicules allongés verts, généralement au nombre de trois, contenant des graines nombreuses.

Hellébore fétide. Graines. Cliquer pour agrandir l'image.Les follicules s’ouvrent à maturité pour libérer les graines.

L’appendice charnu et huileux des graines attire les fourmis, qui contribuent ainsi à la dispersion de la plante.

Couleurs des fruitsCouleurs des fruits
GrainesGraines
FructificationFructification
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Fructification

Cycle de vieCycle de vie

PérennitéPérennité
Plante vivace par un rhizome.

Vivace de vie courte : 3 ou 4 ans.

PlantationPlantation
MultiplicationMultiplication
Les semis spontanés abondent : les graines sont mûres en juin juillet mais les jeunes plantent ne fleurissent qu’après 2 ou 3 ans.

On peut aussi les diviser en août ou en mars.

CroissanceCroissance
Rapide.
RécolteRécolte
Ennemis de la planteEnnemisInsectes
Peu sensible aux maladies ou ravageurs.
LongévitéLongévité

HabitatHabitats

MilieuxMilieuxPrésCoteaux
Hellébore fétide. Cliquer pour agrandir l'image.Plante très commune dans les haies, les friches, les broussailles et les rocailles. Bois thermophiles de feuillus. Coteaux pierreux ou dans les clairières des bois.

Se complait uniquement sur sols calcaires, en forêt, friches boisées, fourrés.

SolsSols
En sol sec non acide.

Préfère le calcaire, même caillouteux et bien drainé.

ClimatsClimatsClimat ombré
Ombre à mi-ombre.
AltitudesAltitudesÉtage de plaineÉtage collinéen (de 0 à 800 m)Étage montagnard (de 800 à 1700 m)
De 500 à 1 500 m.

Origine géographiqueOrigine

Cette plante toxique est originaire de l’Europe du Sud Ouest.

RépartitionDistribution géographique

Distribution globale
Commune dans toute la France (sauf la Bretagne et le littoral méditerranéen).
Présent en auvergneAuvergne
Hellébore fétide. Villars. Cliquer pour agrandir l'image.Hellébore fétide. Plante, Villars. Cliquer pour agrandir l'image.

Utilisation médicinaleUtilisations

Utilisations médicinalesMortelToxiqueUtilisations médicinales
Hellébore fétide. Fleurs. Cliquer pour agrandir l'image.Hellébore fétide. Planche d'identification. Cliquer pour agrandir l'image.Possède des propriétés cardiotoniques et narcotiques. Désensibilise.

Toxicité : Tous les hellébores sont vénéneux. Les anciens les utilisaient en médecine, en particulier dans les troubles du cerveau. Mais cet usage est à proscrire en raison du danger d’intoxication. Leurs feuilles et leurs fleurs contiennent deux alcaloïdes qui sont de violents poisons. La racine fraîche fait rougir la peau. Son ingestion est très dangereuse et provoque des vertiges, des vomissements et des crampes. Elle entraîne aussi la mort.

La racine était employée autrefois comme vermifuge, dans la médecine vétérinaire. On a renoncé à son emploi en médecine comme trop dangereux.

Recherchée par les abeillesUtilisations économiques
Hellébore fétide. Cliquer pour agrandir l'image.On peut voir dans la fleur de curieux petits godets, au nombre de 5 à 10, et qui sont en partie remplis d’un liquide sucré que recherchent avidement les abeilles dans leurs premières sorties, à la fin de l’ hiver.

On l’utilisait en bouquet séché, dans les bergeries pour empêcher que les serpents et les crapauds ne viennent téter les chèvres.

On l’utilisait quand un animal était malade et qu’on n’en trouvait pas la cause. En dernier ressort on pratiquait une incision sous la peau de la queue (du fanon ou des côtes) et on y glissait un morceau de tige entouré d’un fil de laine qu’on laissait dépasser. La plaie suppurait et agissait comme un abcès de fixation, stimulant les défenses de l’organisme. Le «  séton » (du latin seta : soie) est une pratique très populaire. Au début du printemps, quand les bêtes retrouvaient la liberté et abusaient des jeunes pousses de luzerne et de l’herbe tendre, au risque de « devenir gonfles », on leur confectionnait un « bridel » : un mors de tige d’hellébore (ou de genêt) maintenu par une cordelette nouée sous le museau ou derrière les oreilles. L’animal parvenait par contraction vomitive à chasser les gaz intestinaux. Une des significations avancées pour son nom a le mérite d’être claire : « je tue celui qui me mange ».

Propriétés raticides.

Utilisations ornementalesUtilisations ornementales
Hellébore fétide. Cultivée. Cliquer pour agrandir l'image.On cultive dans les jardins l’Hellébore noir (Rose-de-Noël), à grandes fleurs blanches.

Hellébore fétide. Cultivée. Cliquer pour agrandir l'image.

Constituants chimiquesConstituants chimiques

Saponosides et hétérosides stéroïdiques cardiotoxiques.

Elle contient de l’helléborine qui paralyse le système nerveux et de l’helléboréine qui agit sur le cœur.

Histoire et traditionsHistoire, littérature, traditions, légendes, religions, magie, mythes, symboles …

LittératureLittérature
Dans l’antiquité, on attribuait à l’Hellébore des propriétés merveilleuses et, entre autres, celle de guérir de la folie. C’est pourquoi dans la fable de La Fontaine : « le Lièvre et la Tortue », le Lièvre conseille à la Tortue de se purger avec « quatre grains d’Hellébore », pour lui indiquer ainsi qu’il la considère comme folle.

StatutStatut

Rareté
Commun mais nul en régions siliceuses.

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Sujets plus détaillés
Sujets proches
Sujets plus larges
Page d'accueil
Les aconits (Aconitum)
L'ancolie cornette (Aquilegia vulgaris)
Les anémones (Anemone)
La clématite des haies (Clematis vitalba)
Les hellébores (Helleborus)
L'isopyre faux-pigamon (Isopyrum thalictroides)
Le populage des marais (Caltha palustris)
Les pulsatilles (Pulsatilla)
Les renoncules (Ranunculus)
Taxon ascendant ] [Page d’accueil] [Végétaux] [Via Gallica]
Chercher sur ce Site :
Chercher sur la Toile :
Recommander cette page :
Recommander ce site :
AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.