AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.
Recherche personnalisée

La ville de Split en Croatie

[Sujet précédant] [Sujet ascendant] [Sujet suivant] [Page d’accueil] [Croatie] [Via Gallica]
Rubriques[Photos] [Présentation] [Situation] [Visites] [Culture] [Informations pratiques] [Autres sujets]Page éditée

PrésentationPrésentation

Présentation généralePrésentation générale
La ville de Split en Croatie. Split vue depuis le campanile de la cathédrale. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).Avec 180 000 habitants — nommés les Splićani — la ville de Split est, de très loin, la première ville de Dalmatie et la deuxième de Croatie. L’agglomération de Split compte 250 000 habitants, dont une grande proportion de population ouvrière.

Split est la capitale du Comté de Split-Dalmatie (Splitsko-dalmatinska županija) qui couvre la Dalmatie centrale, et elle est considérée comme la ville capitale de la Dalmatie dans son entier, même si elle n’a pas officiellement ce statut. Elle est aussi le siège de l’archevêché de Split-Makarska.

La ville trouve son origine dans le palais que s’était fait bâtir — au tournant des IIIe et IVe siècles après JC — un ex-empereur romain, Dioclétien, originaire de Salone dans ce qui est aujourd’hui la banlieue de Split. Les vestiges du Palais de Dioclétien couvrent encore la moitié (39 000 m²) de la vieille ville de Split. Cette vieille ville est aujourd’hui inscrite sur la liste du patrimoine mondial par l’UNESCO.

Mais Split est avant tout le grand port marchand de la côte dalmate et de son arrière-pays, et le grand port touristique qui sert de porte d’entrée vers les nombreuses îles dalmates.

ÉtymologieÉtymologie et toponymie
La ville de Split en Croatie. Fleur de Calycotome spinosa (auteur Hans Hillewaert). Cliquer pour agrandir l'image.Le toponyme de Split provient — par une filiation compliquée — du nom grec ancien d’une plante dont les fleurs colorent de jaune au printemps le maquis couvrant les coteaux qui entourent le site de Split : aspálathos (ασπάλαθος) désignait le calycotome épineux (Calycotome spinosa), (brnistra ou žuka en croate), un arbuste épineux d’Europe méditerranéenne semblable au genêt à balai. Les Grecs anciens donnèrent ce nom à la colonie qu’ils fondèrent au VIe siècle avant JC à l’endroit où se trouve Split.

La ville de Split en Croatie. Split, aquarelle peinte par Jakob Alt en 1841. Cliquer pour agrandir l'image.Lorsque les Romains prirent possession de la région, ils adaptèrent le nom en Spalatum, qui devint Spalatro en dalmate médiéval ; lorsque les slaves croates s’emparèrent de la Dalmatie, ils transformèrent le nom en Split. Pendant la domination vénitienne, le nom romain fut italianisé en Spalato. Au moment de la montée des nationalités, au début du XIXe siècle, le nom slave Spljet fut utilisé, puis redevint Split.

Une autre étymologie — avancée par l’empereur byzantin Constantin Porphyrogénète VII, mais aujourd’hui décatie — faisait dériver Split du mot latin palatium, en référence au Palais de Dioclétien.

SituationSituation

La ville de Split en Croatie. Split vue depuis un satellite. Cliquer pour agrandir l'image.Le noyau de la future ville de Split, le Palais de Dioclétien, fut construit sur la côte sud de la presqu’île qui ferme la baie de Kaštela (Kaštelanski zaljev) et qui est séparée de l’île de Brač par le canal de Split (Splitski kanal).

La ville de Split en Croatie. Plan de la ville de Split. Cliquer pour agrandir l'image.Une colline, Marjan (175 m), s’élève dans la partie occidentale de la presqu’île, tandis qu’au nord, la ville est protégée du vent du nord par le massif montagneux du Kozjak (780 m), distant de 15 km, et, au nord-est, par le massif du Mosor (1 330 m).

La ville de Split en Croatie. Split vue depuis la mer. Cliquer pour agrandir l'image.Split se trouve à 24 km à l’est de Trogir ; à 88 km au sud-est de Šibenik ; à 217 km de Dubrovnik et à 364 km de la capitale croate, Zagreb. Le port donne accès aux îles de Brač, à 18 km et une heure de navigation, Hvar à 49 km et 1 h 30 de mer ; Vis, à 58 km et 2 h de mer ; Korčula à 3 h ; Lastovo à 4 h 30.

VisitesVisites

VilleLa ville de Split
La ville de Split en Croatie. Carte touristique de Split (auteur Office Tourisme Split). Cliquer pour agrandir l'image.La visite de Split se limite assez souvent au centre historique — le Palais de Dioclétien attirant toutes les attentions — mais la vieille ville dans son ensemble mérite la visite avec son étonnant mélange de palais vénitiens et d’architecture autrichienne.

La ville de Split en Croatie. Split vue depuis le large. Cliquer pour agrandir l'image.Au-delà de ce centre historique, les faubourgs, qui paraissent un peu sinistres quand on aborde la ville par la mer, réservent des surprises intéressantes.

La ville de Split en Croatie. Le mont Marjan et la partie ouest de Split. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La ville de Split en Croatie. Le mont Marjan et Sustipan. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).Ces quartiers populaires, situés a proximité du noyau historique, se sont formés sur trois côtés, sans plan d’urbanisme, s’adaptant a la configuration du sol et aux particularités du terrain, respectant la réglementation foncière médiévale, disposés en bordure des chemins existant, s’implantant autour des églises et cetera.

On trouve ainsi aujourd’hui : à l’ouest Veli Varoš, au nord Dobri et Manuš et, à l’est, Lučac. Ces faubourgs se développèrent surtout à l’époque des premières incursions turques en Dalmatie au XVIe siècle quand des réfugiés provenant de l’arrière-pays s’y installèrent.

QuartierLe quartier de Lučac
La ville de Split en Croatie. Les gares ferroviaire et maritime de Split. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).Le quartier de Lučac est un faubourg ancien situé immédiatement à l’est du Palais de Dioclétien, près de la Porte d’Argent. C’était traditionnellement le quartier de l’évêché ; une large avenue, par dessus le pont du chemin de fer, conduit, depuis le Palais de Dioclétien, jusqu’au palais épiscopal, de style néo-Renaissance. Dans les jardins de l’évêché fut bâti le couvent dominicain.

La forteresse de Gripe, édifiée au XVIIe siècle, domine le quartier de Lučac ; au nord de l’Évêché, des ruelles étroites et escarpées et pittoresques, aux blocs de maisons de forme irrégulière, escaladent les pentes de la colline de Gripe.

Musée maritimeLe musée maritime croate (Pomorski Hrvatski Muzej)
Au sommet de la colline de Gripe se trouve le Musée de la Marine. Aller au Musée de la Marine.
CouventLe couvent dominicain Sainte-Catherine (Dominikanski Samostan Svete Katarine)
Le couvent dominicain Sainte-Catherine de Split fut fondé en 1245 dans les jardins de l’archevêché près des murs orientaux du Palais de Dioclétien, aujourd’hui rue Hrvoje ; il est dédié à sainte Catherine d’Alexandrie, vierge et martyre, qui vécut à la fin du IIIe siècle et au début du IVe siècle. Selon certains historiens, le monastère fut fondé par le bienheureux Grégoire de Split, qui avait rencontré en Italie le futur saint Dominique, Domingo de Guzmán.

Le monastère connut, au fil des siècles, de nombreuses transformations, les dernières suite à un bombardement aérien anglo-américain en 1944. De 2005 à 2009, le monastère a été restauré.

La bibliothèque du monastère est ancienne et riche, et comprend de très beaux livres liturgiques rassemblant des partitions grégoriennes ; Marko Marulić y fut instruit, et le « père de la littérature croate », célèbre humaniste, a légué au monastère certains de ses livres qui se trouvent encore ici.

ÉgliseL’église Saint-Dominique (Crkva Svetog Dominika)
L’église Saint-Dominique (Sveti Dominik) est l’église du couvent dominicain Sainte-Catherine ; elle fut édifiée — face à la Porte d’Argent du Palais de Dioclétien — à la fin du XVIIe siècle (1682) après la démolition d’un édifice médiéval antérieur datant probablement du XIIIe siècle. L’église fut agrandie au début du XIXe siècle et largement restaurée en 1932-1934 ; elle sert d’église paroissiale à la paroisse Saint-Dominique.

L’intérieur recèle des œuvres d’art sacré de valeur : Le « Miracle à Suriano » (Miracolo a Suriano), peint vers 1640 par Matteo Ponzone (Matej Pončun, 1583-1663), un élève de Palma le Jeune (Jacopo Palma il Giovane), l’« Apparition dans le Temple » de l’école de Palma le Jeune, et une « Vierge et les Saints » d’Antonio Zanchi (vers 1690), ainsi qu’un crucifix gothique de bois.

MarchéLe marché aux fruits et légumes (Tržnica)
La ville de Split en Croatie. Le marché de Split (auteur Macic7). Cliquer pour agrandir l'image.La ville de Split en Croatie. Le marché de Split (auteur Samuli Lintula). Cliquer pour agrandir l'image.Au sud du couvent dominicain, près de la tour sud-est du Palais de Dioclétien, se tient le marché aux fruits et légumes (Tržnica) et le marché aux puces (Pazar). Ce marché coloré se tient chaque matin de 7 h à 13 h (le samedi de 7 h à 11 h) : marchands de légumes et de fruits des environs et d’ailleurs, de jambons ou de fromages traditionnels ; grands-mères proposant leur huile d’olive, leurs figues ou leur miel ; bazars ou étals de fripes.

Même si le marché aux puces reste souvent ouvert jusqu’à 22 heures ou plus tard pendant l’été, il est préférable de faire cette promenade pendant la journée, car elle peut être risquée le soir.

ÉgliseL’église Sainte-Claire (Crkva Svete Klare)
L’église Sainte-Claire (Sveta Klara) du monastère des Clarisses, située Rue Roi Zvonimir (Kralja Zvonimira Ulica), abrite des icônes vénitiennes et byzantines et un crucifix du XIIIe siècle.
QuartierLe quartier de Bačvice
Le quartier de Bačvice est en grande partie occupé par une sorte de centre intermodal de transport où se côtoient la gare ferroviaire, la gare routière et la gare maritime.

Bačvice est aussi célèbre pour sa plage publique récemment réaménagée, située à l’est du terminal des ferries, derrière le quai Duc Domagoj (Obala Kneza Domagoja). Au bout du port se dresse un puissant phare, avec un bas-relief d’André Krstulović.

PlageLa plage de Bačvice (Plaža Bačvice)
Les habitants de Split préfèrent généralement aller se baigner dans les îles ; cependant, la principale plage de la ville à Bačvice est propre et fonctionnelle, sinon très romantique.
MarinaLe front de mer (Riva)
La ville de Split en Croatie. La Riva de Split (auteur Office Tourisme Split). Cliquer pour agrandir l'image.Les splitois nomment le front de mer « Riva », même si son véritable nom est : Quai de la Renaissance Nationale Croate (Obala hrvatskoga narodnog preporoda) que presque personne n’utilise, autrefois le Quai Tito … (Titova obala).

La ville de Split en Croatie. Le port de Split (auteur Office Tourisme Split). Cliquer pour agrandir l'image.La Riva est une grande voie piétonnière qui s’étend entre le bord de mer et la vieille ville de Split, depuis la Rue Marmont jusqu’à la Rue Hrvoje. En allant de l’ouest à l’est on remarque, près de la Tour Hrvoje, une petite porte percée dans l’ancienne muraille vénitienne de la vieille ville, qui permettait d’accéder au port ; après avoir dépassé la Place des Frères Radić, le quai longe la façade sud du Palais de Dioclétien. Entre les numéros 22 et 23 se trouve l’entrée dans les sous-sols du palais. La Riva se termine près du Marché aux Fruits et Légumes.

La ville de Split en Croatie. Le front de mer de Split (auteur Hedwig Storch). Cliquer pour agrandir l'image.La ville de Split en Croatie. La Riva de Split (auteur Alistair Young). Cliquer pour agrandir l'image.Au XVIe siècle, sous la domination vénitienne, un lazaret pour les victimes de la peste fut construit sur l’actuelle Riva ; plus tard, ce bâtiment servit d’entrepôt pour les marchandises que les caravanes apportaient des Balkans pour être expédiées par mer vers Venise ; ce commerce contribua au développement du port de Split : le quai était alors nommé le « Quai vénitien » (Mletačka obala). Le bâtiment du lazaret fut entièrement détruit par des bombardements anglo-américains pendant la Seconde Guerre mondiale.
La ville de Split en Croatie. Le front de mer de Split (auteur Twiga Swala). Cliquer pour agrandir l'image dans Flickr (nouvel onglet).La ville de Split en Croatie. La Riva de Split la nuit (auteur Michael Angelkovitch). Cliquer pour agrandir l'image.L’aspect actuel de la Riva remonte au début du XIXe siècle, quand les gouverneurs-généraux du Ier Empire français — dont le maréchal de Marmont — firent démolir les remparts vénitiens et construire le large remblai qui est devenu la Riva.

C’est à la fin du XIXe siècle, sous l’Empire austro-hongrois, que furent construits les bâtiments qui abritent aujourd’hui des logements, des commerces et les cafés animés de la Riva ; le quai fut aussi planté de palmiers. La Riva possédait encore, au début du XXe siècle, une magnifique fontaine en pierre inaugurée à l’occasion de la reconstruction de l’aqueduc de Dioclétien dans la ville.

PortLe port de Split (Gradska Luka Split)
La ville de Split en Croatie. La capitainerie du port de Split (auteur Marcin Szala). Cliquer pour agrandir l'image.La ville de Split en Croatie. La capitainerie du port de Split. Cliquer pour agrandir l'image.La ville de Split en Croatie. Le port de ferries de Split. Cliquer pour agrandir l'image.
La ville de Split en Croatie. La gare maritime de Split. Cliquer pour agrandir l'image.La ville de Split en Croatie. Une régate dans le port de Split (auteur Office Tourisme Split). Cliquer pour agrandir l'image.La ville de Split en Croatie. Le port de Split (auteur Office Tourisme Split). Cliquer pour agrandir l'image.
QuartierLe quartier de Veli Varoš
La ville de Split en Croatie. Le quartier de Veli Varoš à Split (auteur Beyond Silence). Cliquer pour agrandir l'image.Le quartier de Veli Varoš (ce qui veut dire à peu près « le grand quartier »), se trouve à l’ouest de la ville close vénitienne de Split ; la construction des remparts vénitiens — au XVIIe siècle — causa d’ailleurs la destruction d’une partie de Veli Varoš. Vers l’ouest, au-delà de la rue Šperun, le quartier monte à l’assaut du versant oriental de la colline de Marjan. Veli Varoš est aussi connu sous le nom de quartier Sainte-Croix, du nom de la paroisse avec laquelle il se confond.

La ville de Split en Croatie. Un escalier dans le quartier de Veli Varos à Split (auteur Kaiser87). Cliquer pour agrandir l'image.Le faubourg de Veli Varoš est l’un des plus anciens de Split : son peuplement remonte au Moyen Âge, à partir du XIIe siècle. Après la construction des remparts, ce faubourg continua d’abriter les plus pauvres, notamment les paysans, les ouvriers et les pêcheurs, qui n’avaient pas les moyens de se loger à l’intérieur des murs. C’est aussi le faubourg le plus intéressant, qui présente de beaux exemples d’architecture populaire, très bien conservés et dans leur environnement populaire d’origine. Veli Varoš est un labyrinthe de ruelles pavées, tortueuses et escarpées, et de maisonnettes dalmates traditionnelles de pierre entassées les unes sur les autres ; beaucoup de ces maisons datent du XVIIe siècle. Il n’est pas rare d’y rencontrer de modestes maisons de paysan comprenant, au rez-de-chaussée, la cour fermée, l’étable et la cave à vin et un escalier extérieur montant aux pièces d’habitation au premier étage. C’est dans l’une de ces maisonnettes que naquit, la veille de Noël 1870, le compositeur Emanuel Vidović.

La ville de Split en Croatie. Le quartier de Veli Varoš à Split (auteur Zrno). Cliquer pour agrandir l'image.Si l’on ne voit pas à Veli Varoš les riches demeures Renaissance de la ville close, le quartier comprend néanmoins d’importants monuments, en particulier, religieux. Veli Varoš s’est développé autour de la minuscule église romane Saint-Nicolas (sveti Mikula, dans le dialecte local). Plus tard, au XIIIe siècle, s’est établi dans le quartier, près de la côte, un couvent franciscain et son église Saint-François. Le XVe siècle vit la construction de l’église de la Sainte-Croix. Veli Varoš compte encore plusieurs autres petites églises : Sainte-Madeleine, Saint-Luc, Notre-Dame de Soca.

Veli Varoš est un pittoresque quartier populaire où il est encore agréable de se promener et de se perdre, loin de la foule du Péristyle. Peut-être plus pour très longtemps car le quartier devient à la mode et beaucoup de maisons traditionnelles sont transformées en chambres d’hôtes et prennent de la valeur. Veli Varoš compte aussi de nombreux petits restaurants qui proposent une cuisine dalmate authentique.

ÉgliseL’église Saint-Nicolas (Crkva Svetog Nikole)
La ville de Split en Croatie. L'église Saint-Nicolas à Split. Cliquer pour agrandir l'image.L’église Saint-Nicolas (Sveti Nikola) se trouve à mi-pente de la colline de Marjan : en montant au Belvédère de Marjan par la rue Senjka, prendre à droite la rue Šperun ; au bout de Šperun, remonter la rue Jerina, un peu vers la droite, jusqu’à l’église Saint-Nicolas qui se trouve sur une placette dans le quartier de Stagnja. L’église a pour nom complet Saint-Nicolas de Stagnja (Sveti Mikula od Stagnje) pour la distinguer de la chapelle Saint-Nicolas qui se trouve sur la presqu’île de Marjan. Dans ce quartier de pêcheurs qu’est Veli Varoš, l’église est, elle aussi, dédiée au saint patron des marins et des voyageurs, saint Nicolas.

L’église Saint-Nicolas est la plus ancienne église de Veli Varoš, et date du XIe ou du XIIe siècle ; c’est une minuscule, mais ravissante, chapelle médiévale préromane. Sur la façade ouest, se trouve un portail avec deux figures de lionnes qui supportent un petit porche au linteau ouvragé. On peut lire une inscription latine qui dit : « Avec l’aide du Christ, ce temple fut construit par Ivan et sa femme Tiha, qu’il épousa après sa première épouse ». À l’intérieur, elle adopte un plan cruciforme avec une abside rectangulaire : quatre colonnes monolithiques avec des chapiteaux préromans supportent deux voûtes en berceau qui se croisent. La probable coupole d’origine a été remplacée au XVIIe siècle par un clocher assez massif. L’église Sveti Mikula est, malheureusement, très rarement ouverte à la visite.

ÉgliseL’église de la Sainte Croix (Crkva Svetog Križa)
L’église paroissiale (Sveti Križ) se trouve au nord-est de l’église Saint-Nicolas, rue Križeva ; elle fut édifiée à l’époque baroque (1681) pour remplacer un église antérieure du XVe siècle. Sveti Križ fut profondément transformée et agrandie au milieu du XIXe siècle ; le clocher avec sa coupole en bulbe, facilement repérable, est le seul élément de l’architecture baroque d’origine qui a été préservé.

L’église de la Sainte Croix recèle une croix peinte gothique, une sculpture gothique de la Vierge à l’Enfant, ainsi que plusieurs peintures baroques.

ÉgliseL’église Saint-François (Crkva Svetog Frane)
La ville de Split en Croatie. L'église Saint-François de Split (auteur Pufacz). Cliquer pour agrandir l'image.Le couvent franciscain (Franjevački samostan) et son église Saint-François (Sveti Franjo) sont situés à l’ouest de la Place François Tudjman (Trg Franje Tuđmana), à l’extrémité ouest de la Riva, dans la partie sud de Veli Varoš, presque en bord de mer.

À cet emplacement il y eut, dès le Ve ou le VIe siècle, une église primitive dédiée à saint Félix (Sveti Felicijo), un martyr de Salone de l’époque de Dioclétien, au IVe siècle. Cette église Saint-Félix (Crkva svetog Felicije) fut reconstruite au XIe siècle par l’archevêque de Split.

La ville de Split en Croatie. Le cloître du couvent franciscain de Split. Cliquer pour agrandir l'image.À leur arrivée, au début du XIIIe siècle (1213 ou 1237), les Franciscains construisirent une grande église dans le style roman tardif à la place de l’église Saint-Félix ; sur la gauche de l’église se trouve le cloître romano-gothique — assez simple — aux chapiteaux décorés. Au cours de la guerre de Candie (guerre de Crète), de 1645 à 1669, le monastère fut partiellement démoli à la demande des autorités vénitiennes de la ville, pour utiliser les pierres à la construction des fortifications de défense contre les Turcs. Le monastère et l’église furent profondément rénovés à la fin du XIXe siècle.

L’église Saint-François est à une seule nef ; sous le maître-autel, un sarcophage conserve le corps de saint Félix. Il y a aussi quatre autels latéraux ornés de retables célèbres. Les œuvres d’art sacré les plus précieuses de l’église sont un crucifix gothique peint par Blaise Georges de Trogir (Blaž Juraj Trogiranin) du XVe siècle, et une statue gothique de bois de sainte Lucie (sveta Lucija), datant aussi du XVe siècle.

L’église Sveti Franjo est considérée comme le « petit panthéon dalmate » car elle abrite les tombes de nombreuses personnalités éminentes de Dalmatie : l’historien de Split, auteur de l’« Histoire Salonitaine », l’archidiacre Thomas (Toma Arhiđakon, 1200-1268), l’écrivain et poète, « père de la littérature croate », Marko Marulić (1450-1524), le moine franciscain et compositeur Ivan Lukačić (1575 ?-1648), le poète Jerolim Kavanjin (1641-1714), et l’homme politique Ante Trumbić (1864-1938) dont le sarcophage fut réalisé par le célèbre sculpteur croate Ivan Meštrović et dont le quai devant l’église porte le nom.

Presqu'îleLa colline de Marjan
Aller à la presqu’île de Marjan.
MuséeLe musée archéologique (Arheološki muzej)
Le Musée archéologique de Split se trouve un peu au nord du Palais de Dioclétien, à 10 min de marche, dans le faubourg de Spinut. Le Musée est le plus ancien musée archéologique de Croatie, et l’un des plus important du pays, en particulier pour les matériaux romains : il fut fondé en 1820 et se trouve à son emplacement actuel depuis 1922.

Adresse : Zrinsko - Frankopanska 25, HR-21000 Split

Téléphone : 00 385 (0) 21 329 340

Site sur la Toile : www.mdc.hr/split-arheoloski (vous excuse moi pas parler français).

Horaires d’été (de juin à septembre) : du lundi au samedi, de 9 h à 14 h et de 16 h à 20 h.

Tarif d’entrée : 20 kunas.

ChapelleLa chapelle de la Sainte-Trinité (Crkva Svete Trojice)
La ville de Split en Croatie. La chapelle Sainte-Trinité à Split (auteur Kpmst7). Cliquer pour agrandir l'image dans Flickr (nouvel onglet).La minuscule chapelle de la Sainte-Trinité (Sveta Trojica) se trouve dans le quartier de Poljud, dans le milieu de la partie nord de la péninsule de Split. Cette édifice paléochrétien fut construit à la fin du VIIIe siècle ; il présente une petite nef hexagonale entourée de six absidioles semi-circulaires.
CouventLe couvent franciscain de Poljud (Franjevački Samostan na Poljudu)
La ville de Split en Croatie. Le couvent franciscain de Split (auteur Kpmst7). Cliquer pour agrandir l'image dans Flickr (nouvel onglet).Le couvent franciscain de Poljud  est situé sur le côté nord de la presqu’île de Split, sur la baie de Kaštela, dans une ancienne zone marécageuse (poljud veut dire « marais », du latin « palus, paludis »).

Le monastère fut établi au XVe siècle et fortifié contre la menace turque au XVIe siècle ; le cloître, avec ses piliers soutenant un porche Renaissance, a été conservé jusqu’à ce jour.

L’église Saint-Antoine (Crkva svetog Ante) du monastère contient un beau polyptyque vénitien du XVIe siècle, la « Vierge et les Saints » de Girolamo da Santacroce (1549), figurant saint Domnius tenant la ville dans sa main, ainsi que le beau portrait, par le célèbre peintre de la Renaissance vénitienne Lorenzo Lotto (1527), de l’évêque de Split et humaniste Toma Nigris, un des défenseurs de la Croatie contre les Turcs et auteur d’une Histoire de la Croatie. L’église conserve aussi une croix baroque de Fulgencije Bakotić, un sculpteur sur bois de Kaštela, du XVIIIe siècle.

Visite sur rendez-vous :

Adresse : Poljudsko Šetalište 2

Téléphone : 00 385 (0) 21 381 377

Site sur la Toile : www.samostan-poljud.com

Informations pratiquesInformations pratiques

Office de tourismeOffice de Tourisme
Un bureau de l’Office de Tourisme de Split est hébergé dans l’ancienne chapelle Saint-Roch près du Péristyle du Palais de Dioclétien. Un autre se trouve sur la Riva, au numéro 7.

Téléphone : 00 385 (0) 21 339 899

Site sur la Toile : www.visitsplit.com

MétéorologieMétéo et prévisions
Les transports
La ville de Split en Croatie. Les gares ferroviaire et maritime de Split. Cliquer pour agrandir l'image.La ville de Split en Croatie. Horaires des ferries depuis Split. Cliquer pour agrandir l'image.Un centre de transport intermodal se trouve derrière le port de Split, très près du centre historique de la ville.

Depuis 2005, l’autoroute reliant Zagreb à Split permet de faire le trajet en 4 heures.

Split est le terminus de la ligne de chemin de fer de Zagreb qui, au-delà, relie la ville à l’Europe centrale.

L’aéroport de Split se trouve à 26 km au nord du centre-ville entre Kaštela et Trogir. Une navette relie l’aéroport à la gare routière de Split pour 30 kunas.

Le port de ferries de Split se trouve directement en face de la Riva ; il permet de rejoindre les îles de Brač, Hvar, Vis, Korčula, Lastovo et Šolta. Le port accueille également des catamarans rapides vers ces destinations.

La ville de Split en Croatie. Horaires des ferries depuis Split. Cliquer pour agrandir l'image.La ville de Split en Croatie. Horaires des ferries depuis Split. Cliquer pour agrandir l'image.
La ville de Split en Croatie. Lignes de la Jadrolinija à Split. Cliquer pour agrandir l'image.Il y a aussi des lignes nationales régulières vers Dubrovnik et Rijeka. Des liaisons internationales relient Split à Ancône et à Pescara, en Italie. La compagnie maritime la plus importante sur ces liaisons est la Jadrolinija.
La ville de Split en Croatie. Le ferry de Supetar à Split. Cliquer pour agrandir l'image.La ville de Split en Croatie. Le catamaran de Split à Bol et Jelsa. Cliquer pour agrandir l'image.La ville de Split en Croatie. Le ferry de Split à Supetar. Cliquer pour agrandir l'image.

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Croatie > Partie méridionale > Dalmatie > Comté de Split-Dalmatie > Split
Sujets plus détaillés
Carte interactive de la ville de Split en Croatie
La ville de Split en Croatie - Le palais de Dioclétien
La ville de Split en Croatie - La cathédrale Saint-Domnius
La ville de Split en Croatie - La vieille ville
La ville de Split en Croatie - La presqu'île de Marjan
La ville de Split en Croatie - Le musée ethnographique
Carte interactive de la vieille ville de Split en Croatie
La ville de Split en Croatie - Le musée de la Marine
La ville de Split en Croatie - Brochure Services (PDF)
La ville de Split en Croatie - Brochure Carte Passe-partout (PDF)
Sujets proches
Le comté de Split-Dalmatie en Croatie - Brochure La Dalmatie centrale (PDF)
Le comté de Split-Dalmatie en Croatie - Brochure La Zagora dalmate (PDF)
Le comté de Split-Dalmatie en Croatie - Brochure Îles (PDF)
La ville de Split en Croatie
La rivière Cetina en Croatie
La ville d'Omiš en Croatie
La riviera de Makarska en Croatie
Le parc naturel du Biokovo en Croatie
L'île de Brač en Croatie
L'île de Hvar en Croatie
Sujets plus larges
Page d'accueil
Le comté de Šibenik-Knin en Croatie
Le comté de Split-Dalmatie en Croatie
Le comté de Dubrovnik-Neretva en Croatie
[Sujet précédant] [Sujet ascendant] [Sujet suivant]
Recommander cette page :
Recommander ce site :
Recherche personnalisée
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.