AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.
Recherche personnalisée

La ville de Split en Croatie - Le musée ethnographique

[Sujet précédant] [Sujet ascendant] [Sujet suivant] [Page d’accueil] [Croatie] [Via Gallica]
Rubriques[Photos] [Présentation] [Situation] [Visites] [Culture] [Informations pratiques] [Autres sujets]Page éditée

PrésentationPrésentation

Présentation généralePrésentation générale
Le Musée Ethnographique (Etnografski muzej) de Split présente un large éventail du patrimoine traditionnel de la Dalmatie : costumes, bijoux, armes et meubles anciens.

SituationSituation

Musée ethnographique et cathédrale de Split. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).Fondé en 1910, le Musée ethnographique a occupé divers lieux, dont l’avant-dernier était l’ancien Hôtel de Ville de Split, avant de déménager, en 2005, à l’intérieur des murs du Palais de Dioclétien.

Le Musée Ethnographique de Split est aujourd’hui situé dans la partie sud-est de ce qui était le Palais, là même où se trouvaient au IVe siècle la salle à manger (triclinium) des appartements privés de l’ex-empereur. L’ancien couvent Sainte-Claire (Santa Chiara), du XIVe siècle, se trouvait autrefois à cet emplacement ; il fut déplacé en dehors des murs en 1883.

Le Musée comprend aussi l’église Saint-André, construite par l’empereur Sévère le Grand à l’emplacement de l’une des six chambres à coucher du Palais (cubiculuma) située dans la partie occidentale des appartements impériaux. Le nom de la rue Severova, où se trouve le Musée, rappelle cet épisode.

Cette zone qui se trouve au-delà du vestibule du Palais de Dioclétien, fut l’un des quartiers les plus pauvres de Split, où des immeubles locatifs délabrés s’appuient sur les murs du palais, face à la mer. Elle conserve un air de désolation, à des lieues de la zone touristique du Péristyle — pourtant toute proche — où s’agglutinent les touristes. Cette zone fut le lieu de rencontre privilégié des prostituées et des toxicomanes de Split, et est toujours surnommée par les habitants le « kenjara » (« le trou à merde »).

VisitesVisites

Musée ethnographiqueLe musée ethnographique de Split
Carte de la Croatie par Mercator. Cliquer pour agrandir l'image.Le musée présente les objets traditionnels de différents corps de métiers de l’Adriatique et de la région dinarique : poterie, tricot, sculpture sur bois, vannerie, fabrication de chaussures. On peut aussi voir divers instruments, des bijoux en argent, des armes, et une collection de coffres qui étaient utilisés pour conserver les objets de valeur.
CostumeLa collection de costumes traditionnels dalmates
Costumes dalmates au musée ethnographique de Split. Cliquer pour agrandir l'image.Le Musée ethnographique de Split présente une intéressante collection des costumes les plus typiques de la Dalmatie.

Le costume féminin de l’Adriatique est composé d’une chemise de toile, blanche et courte, d’une jupe de laine avec des plis très denses ; la forme ancienne de la jupe est tenue par des bretelles, et les plus récentes par un gilet cousu : ce type de jupes à plis avec un petit gilet est un phénomène de la Renaissance du XVe siècle. La jupe à bretelles dans les costumes traditionnels de l’Adriatique, surtout des îles adriatiques du sud, était presque la règle. L’apparition de la décoration sur la poitrine et les manches de chemise par de la broderie blanche ou de la dentelle au lieu d’une bordure en soie, plus ancienne, est un phénomène général.

Certains costumes se distinguent par leur broderie : Ravni Kotari, Knin, Vrlika, Imotski, Poljica. Certains sont ornés d’une broderie blanche caractéristique : costume de Sinj, l’arrière-pays dalmate ; d’autres de dentelle : costumes de Primosten, de Novigrad ou de Pag.

L’habit est terminé par la ceinture de soie ou de laine nouée autour de la taille.

Costumes dalmates au musée ethnographique de Split. Cliquer pour agrandir l'image.Une certaine sorte de costumes féminins urbains se développa au XIXe siècle dans les plus grandes bourgades, non seulement de l’Adriatique, mais aussi de l’arrière-pays, la Zagora dalmate. Le manteau d’hiver devint le principal vêtement de dessus, et la chemise ne fut plus qu’un plastron décoratif de la poitrine. Ces costumes urbains étaient différents aussi par leurs tissus très précieux et par beaucoup d’accessoires : les passementeries, les petits chapeaux, les éventails et autres détails de mode. Les bijoux en argent cédèrent la place aux bijoux en or.

Le plus souvent, les femmes du littoral nouaient leurs cheveux en deux tresses, et les arrangeaient en couronne décorée de rubans entrelacés, ou bien elles les couvraient avec, le plus souvent, des foulards blancs, carrés ou sous forme de longs rectangles.

On trouve rarement les chaussettes en laine et les sabots qui avaient été, pendant longtemps, les chaussures de travail traditionnelles, mais qui cédèrent la place aux chaussettes de coton et aux chaussures à talons bas, faites de cuir mou et le plus souvent de cuir rouge.

Costumes dalmates au musée ethnographique de Split. Cliquer pour agrandir l'image.Le costume masculin de l’Adriatique garde deux types d’habillement jusqu’à la fin du XIXe siècle. Le premier type est apparenté au costume traditionnel de l’arrière-pays immédiat (costume dit de type dinarique), et le deuxième est le costume méditerranéen habituel ; les différences évidentes entre les deux types sont la sorte de pantalons et le bonnet :

  • dans le type méditerranéen — ou type levantin — le pantalon est très large, mais court, et dénude le mollet ; le bonnet est bleu et tricoté sous forme de tube.
  • dans le type dinarique, les jambes du pantalon sont longues et étroitement serrées ; le bonnet est de couleur très rouge et rond, souvent réduit à l’état de symbole ; il est fait de tissu acheté (coha).

Les costumes sont enrichis de broderies et d’ornements, depuis les boucles de ceinture en métal travaillé jusqu’aux canifs au manche ouvragé, pendus par une chaîne à la taille. Les plus opulents correspondent souvent aux villages de l’arrière-pays dalmate.

ArmeLa collection d’armes traditionnelles dalmates
Armes dalmates au musée ethnographique de Split. Cliquer pour agrandir l'image.Les armes anciennes des territoires dinariques dans la deuxième moitié du XIXe et au début du XXe siècle étaient encore d’origine turque, les Ottomans ayant occupé ces régions dans des temps plus anciens. Les armes étaient, pour la plupart, manufacturées par des corporations établies dans des centres d’armes dont les plus connus étaient à Travnnik, Foča, Sarajevo, Herceg-Novi, Kotor, Risno, Užice, Prizren et Skoplje.

Armes dalmates au musée ethnographique de Split. Cliquer pour agrandir l'image.Les armes blanches (hladno) les plus souvent utilisées étaient les yatagans (jatagani), qui sont des couteaux à lame longue, droite ou courbe, et à la poignée ayant les quillons de la garde en forme d’ailes de papillon. Le tranchant de la lame est du côté intérieur. Selon la forme de la lame du yatagan on distingue ceux à lame courbe (krivci) et ceux à lame droite (pravci). Le yatagan devint l’arme nationale, surtout dans les territoires dinariques et en Bosnie-Herzégovine où l’armée ottomane l’avait utilisé abondamment aux XVIIe et XVIIIe siècles. On l’attachait à la ceinture avec une paire de pistolets et un petit couteau.

Hormis les yatagans, la majeure partie des armes blanches étaient les couteaux (noževi) — ayant une lame à un seul tranchant — et les poignards (bodeži) — ayant une lame à deux tranchants.

Les yatagans, les couteaux et les poignards avaient des fourreaux faits de matériaux dépendant de la qualité de l’arme : bois, fer-blanc argenté ou cuivre.

Armes dalmates au musée ethnographique de Split. Cliquer pour agrandir l'image.Le deuxième groupe d’armes très important est celui des armes à feu (vatreno), qui comprend :

  • Les pistolets (pištolji), nommés populairement kubure ; on les divisait généralement en pistolets à silex et en pistolets à capsule ; les pistolets à silex étaient les plus nombreux. Une particularité fréquente est que la gâchette était plus ancienne que le pistolet lui-même, ce qui montre que les gâchettes étaient très appréciées et étaient transférées de plus anciens pistolets vers de plus récents. Il y avait plusieurs sortes de pistolets : ledenice, cellne, merdžanke, lisanke, pećenke et d’autres sortes encore ; les centres de fabrication étaient les Bouches de Kotor (Boka Kotorska), l’Albanie, le Kosovo et la Macédoine. Les pistolets étaient habituels dans ces régions et faisaient, avec les yatagans et les couteaux, partie de l’équipement normal des guerriers.
  • Les fusils (puške) tirent leur origine le plus souvent du XIXe siècle ; il en existe plusieurs sortes : roga, šišana, karabin, džeferdar, karanfilka et lombardska. Il y a comme pour les pistolets, les fusils à silex et ceux à capsule. Tous les fusils avaient des canons très longs, excepté les carabines qui étaient des fusils à canon court, mais évasé en forme de tromblon ; elles étalent utilisés dans les combats rapprochés, parce qu’elles n’avaient pas une longue portée.

Les accessoires indispensables des armes à feu étaient la tige pour le bourrage de la poudre, la poire à poudre, la cartouchière et le pot à graisse ; il existait aussi des étuis (uložnice), faits de cuir, pour le port des pistolets (kuburluci).

Armes dalmates au musée ethnographique de Split. Cliquer pour agrandir l'image.La décoration des armes était très variée : ou bien, aux endroits prévus pour la décoration, les métaux étaient corrodés à l’acide ou bien, on clouait un fil d’or, d’argent ou de cuivre dans des saignées préparées. Les ornements étaient en forme de lignes ondulées, de boucles ou de motifs végétaux. On savait émailler, argenter, dorer ou incruster de petits éclats de pierres précieuses et semi-précieuses. Les parties de bois étaient décorées de marqueterie, de fil d’or, d’argent ou de cuivre, ou de petites plaques en cuivre serties.

Les vêtements masculins comportaient les parties appropriées aux port des armes. La pièce indispensable était le ceinturon (pripašnjača), une large ceinture de cuir décorée du côté antérieur par de petits grains de plomb (pulica) Le ceinturon protégeait le bas ventre des blessures et possédait de nombreuses poches et cloisons, où l’on pouvait mettre les pistolets, les couteaux et les yatagans. On le portait par dessus une chemise, mais il se trouvait au-dessous des vêtements du dessus. Certains exemplaires étaient richement ornés. Une autre pièce obligatoire des vêtements du guerrier était le gilet de drap, couvert du côté antérieur par des plaques d’argent (toke), destinées à protéger la poitrine. Les maîtres orfèvres (kujundžije) fabriquaient les plaques d’argent, et tous les autres accessoires des armes à feu ; les maîtres corroyeurs (sarači) confectionnaient les pièces de cuir.

Les reconstitutions d’habitats dalmates
Machine à écrire AEG Mignon Modell 4. Cliquer pour agrandir l'image.Le Musée ethnographique présente également la reconstitution d’intérieurs du XIXe siècle et du début du XXe siècle : un bureau et une chambre, avec exposition de sièges, de tabourets et de coffres en bois sculpté qui illustrent parfaitement le degré de raffinement de l’artisanat traditionnel dalmate.

La chambre à coucher populaire (kamara) était garnie de meubles qui appartenaient déjà aux intérieurs bourgeois ; ils montraient l’état de fortune de la maison. De telles chambres à coucher constituaient une partie de la dot (dota) de presque toute jeune fille à marier.

La chambre à coucher reconstituée se compose d’un lit conjugal, d’une armoire et d’une commode à cinq tiroirs. Ces meubles proviennent d’une maison du quartier ancien de Dobri, situé au nord de la vieille ville de Split. On y a ajouté d’autres pièces de meubles de l’époque : une table de chevet (kantunal), une coiffeuse (komo) à miroir (ogledalo), un bahut (baul) ; les accessoires de chambre les plus typiques sont la cuvette (kain) et la cruche (broka) de toilette. On trouvait habituellement sur le mur une croix, des images saintes et des photos de famille. Les lanternes de cuivre (lukijerne), qui servirent au début pour l’éclairage, restèrent longtemps comme décoration d’intérieur.

Chambre à coucher populaire au musée ethnographique de Split. Cliquer pour agrandir l'image.Chambre à coucher populaire au musée ethnographique de Split. Cliquer pour agrandir l'image.Chambre à coucher populaire au musée ethnographique de Split. Cliquer pour agrandir l'image.

Informations pratiquesInformations pratiques

Heures de visiteHeures de visite
Musée ethnographique et cathédrale de Split. Cliquer pour agrandir l'image.Musée ethnographique (Etnografski Muzej)

Horaires d’ouverture :

  • en juin : du mardi au vendredi, de 9 h à 18 h ; le samedi, de 9 h à 13 h.
  • de juillet à mi-septembre : du lundi au vendredi, de 9 h à 19 h ; le samedi, de 9 h à 13 h.
  • de mi-septembre à mai : du lundi au vendredi, de 9 h à 16 h ; le samedi de 9 h à 13 h.
  • fermé le dimanche et les jours fériés.

Adresse : Severova 1, HR-21000 Split

Téléphone : 00 385 (0) 21 344 164 / 343 108

Site sur la Toile : www.etnografski-muzej-split.hr

Tarif d’entrée : 10 kunas.

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Croatie > Partie méridionale > Dalmatie > Comté de Split-Dalmatie > Split > Musée ethnographique
Sujets plus détaillés
Sujets proches
Carte interactive de la ville de Split en Croatie
La ville de Split en Croatie - Le palais de Dioclétien
La ville de Split en Croatie - La cathédrale Saint-Domnius
La ville de Split en Croatie - La vieille ville
La ville de Split en Croatie - La presqu'île de Marjan
La ville de Split en Croatie - Le musée ethnographique
Carte interactive de la vieille ville de Split en Croatie
La ville de Split en Croatie - Le musée de la Marine
La ville de Split en Croatie - Brochure Services (PDF)
La ville de Split en Croatie - Brochure Carte Passe-partout (PDF)
Sujets plus larges
Page d'accueil
Le comté de Split-Dalmatie en Croatie - Brochure La Dalmatie centrale (PDF)
Le comté de Split-Dalmatie en Croatie - Brochure La Zagora dalmate (PDF)
Le comté de Split-Dalmatie en Croatie - Brochure Îles (PDF)
La ville de Split en Croatie
La rivière Cetina en Croatie
La ville d'Omiš en Croatie
La riviera de Makarska en Croatie
Le parc naturel du Biokovo en Croatie
L'île de Brač en Croatie
L'île de Hvar en Croatie
[Sujet précédant] [Sujet ascendant] [Sujet suivant]
Recommander cette page :
Recommander ce site :
Recherche personnalisée
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.