AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.
Recherche personnalisée

La ville de Split en Croatie - Le palais de Dioclétien

[Sujet précédant] [Sujet ascendant] [Sujet suivant] [Page d’accueil] [Croatie] [Via Gallica]
Rubriques[Photos] [Présentation] [Situation] [Visites] [Culture] [Informations pratiques] [Autres sujets]Page éditée

PrésentationPrésentation

Présentation généralePrésentation générale
Le Palais de Dioclétien (Dioklecijanova palača) fut construit entre la fin du IIIe siècle et le début du IVe siècle après JC par l’empereur romain Dioclétien. La palais constitue le cœur historique de la ville de Split en Croatie.

Le Palais de Dioclétien représente le plus bel exemple d’architecture romaine de la côte orientale de l’Adriatique. En novembre 1979, il fut inscrit par l’UNESCO sur la liste du Patrimoine Mondial.

SituationSituation

La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. Le mur du nord du palais de Dioclétien à Split. Cliquer pour agrandir l'image.La Palais de Dioclétien fut construit sur une baie de la côte sud d’une péninsule située à 6 km de la capitale de la Dalmatie romaine, Salona.

Le palais occupe, de nos jours, la moitié orientale de la vieille ville de Split qui s’est développée autour de ses murs.

La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. Le Palais de Dioclétien vu du ciel (auteur Office Tourisme Split). Cliquer pour agrandir l'image.

VisitesVisites

PalaisLe palais de Dioclétien
Le palais que se fit construire l’empereur Dioclétien était une synthèse réussie entre une forteresse légionnaire romaine (castrum) et une luxueuse villa patricienne. Le palais est en effet une construction massive protégée par de solides remparts et organisée comme un camp romain découpé en quatre quadrants par les deux habituelles artères principales croisées à angle droit.

Le Palais de Dioclétien constituait une véritable petite ville fortifiée car, outre les appartement privés de l’empereur et la caserne de la garde impériale, il comportait des logements pour les serviteurs, des thermes, une bibliothèque et au moins un temple, consacré à Jupiter.

La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. Reconstitution du Palais de Dioclétien par Ernest Hébrard. Cliquer pour agrandir l'image.Le palais forme un immense trapèze, avec une longueur d’environ 215 m sur ses façades est et ouest, et une largeur de 175 m pour la façade nord et de 181 m pour la façade sud. Il est construit sur un terrain karstique typique de la région, descendant en pente douce vers la côte, et occupe une superficie de plus de 38 000 m².

La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. Le mur du nord du Palais de Dioclétien à Split. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).Les remparts mesuraient de 15 à 20 m de hauteur, avec une épaisseur moyenne de 2,10 m, s’atténuant à 1,15 m dans la partie supérieure. Ils étaient percés de quatre portes : la Porte d’Or au nord, la Porte d’Argent à l’est, la Porte de Fer à l’ouest et la Porte de Bronze au sud. Les murs et les portes étaient défendus par pas moins de seize tours : quatre tours carrées aux angles, deux autres tours carrées plus petites sur chacune des murailles terrestres et deux tours octogonales défendant les portes terrestres ; seule la façade maritime au sud ne possédait pas de tours de défense. Trois des tours d’angle sont encore visibles — au moins partiellement — aujourd’hui ; la quatrième, à l’angle sud-ouest, fut détruite vers 1550 après avoir été sapée par la mer.

Hormis les portes, la partie basse de l’enceinte ne comportait aucune ouverture, alors que sur la partie haute apparaissaient, sur le versant sud, un portique monumental visible de nos jours encore et, sur les trois autres côtés, ceux tournés vers la terre ferme, des couloirs aux grandes arcades.

L’intérieur du palais était organisé selon un plan en croix, desservi par deux voies perpendiculaires : le decumanus, une rue transversale reliant la porte de l’est à celle de l’ouest, et le cardo, reliant la porte du nord au péristyle. On retrouve une cour intérieure au milieu de chaque côté du palais, à laquelle on accède par les gigantesques portes. La cour la plus imposante est bien évidemment la cour sud, le superbe péristyle, situé au croisement du decumanus et du cardo et qui donne accès aux appartements de l’empereur.

La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. La partie nord du Palais de Dioclétien à Split. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La partie nord du palais comportait les logements des soldats et des serviteurs, ainsi que des entrepôts et des ateliers de vêtements où travaillèrent des condamnés chrétiens. La partie sud abritait les appartements impériaux et les thermes, et les lieux du cérémonial impérial et religieux : le péristyle et le temple.

La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. L'aqueduc alimentant le Palais de Dioclétien à Split. Cliquer pour agrandir l'image.Le style de construction du palais était celui des villas romaines de l’époque, un mélange de maçonnerie de pierre — en grande partie de l’excellente pierre de Brač ou celle de Trogir, de marbre d’Italie pour les revêtements, de colonnes de granit rapportées d’Égypte, de tuf calcaire des rivières proches (Jadro) et de brique produite à Salona, avec des toits de tuiles. Le palais et ses environs étaient habités par une population de 8 000 à 10 000 personnes.

L’approvisionnement en eau du Palais — en particulier des Thermes — était assuré par un aqueduc, en grande partie souterrain, amenant l’eau de la source de la rivière Jadro, distante d’une dizaine de km, près de Salona ; on estime que le débit de l’aqueduc était de 13 m³/s. On peut voir les vestiges de cet aqueduc — restauré au XIXe siècle — le long de la route de Split à Salona.

PalaisLa reconstitution du palais
La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. Plan du Palais de Dioclétien par Ernest Hébrard (orientation nord-sud). Cliquer pour agrandir l'image.Il est difficile d’imaginer à quoi a pu ressembler le Palais de Dioclétien à l’époque de son apogée, à cause des siècles d’ajouts et de transformations qu’il a subis ; les habitants du Palais ont remanié selon leurs besoins l’aspect primitif des édifices impériaux, des murs d’enceinte et des tours de défense : on évalue à 900 le nombre de logements aménagés à l’intérieur des murs du palais depuis le Moyen Âge, ces immeubles médiévaux, ces magasins et ces bureaux ayant été construits en grande partie avec des pierres et des colonnes récupérées des bâtiments originels du Palais de Dioclétien. Seuls certains monuments, tels la cathédrale, qui était à l’origine le mausolée de Dioclétien, et le baptistère, qui était autrefois le temple de Jupiter, ont été à peu près conservés dans leur forme d’origine.

La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. Illustration de l'ouvrage de Robert Adam. Cliquer pour agrandir l'image.Même la structure romaine du palais est difficilement reconnaissable. Il reste peu de choses des appartements impériaux dans la partie sud du Palais, mais on peut se faire une idée du plan de ces appartements en visitant les salles souterraines du palais, dont le tracé est le miroir de celui des étages supérieurs ; ces salles ont été déblayées en partie des détritus qui y avaient été accumulés durant des siècles. De même, après la Deuxième Guerre mondiale, les vétustes constructions qui cachaient les murailles nord et est du Palais furent démolies pour révéler leur aspect d’origine.

Les premières tentatives de connaissance du Palais de Dioclétien furent celles de l’architecte écossais Robert Adam (1728-1792) et de l’architecte français Charles-Louis Clérisseau (1721–1820) au XVIIIe siècle ; ils séjournèrent à Split pendant cinq semaines en 1757 pour étudier le palais. Robert Adam publia les résultats de leurs recherches dans son ouvrage « Ruins of the palace of the Emperor Diocletian at Spalato in Dalmatia ».

Ces connaissances furent approfondies plus tard par les travaux de l’Autrichien Georg Niemann et du Français Ernest Hébrard, effectués au début du XXe siècle. Ernest Hébrard publia ses travaux dans son ouvrage de 1912 « Spalato, le Palais de Dioclétien ». Depuis les années 1950, des fouilles plus systématiques et des travaux plus importants ont été entrepris en vue d’étudier dans son ensemble ce complexe architectural unique en son genre.

Porte de villeLa porte du nord ou Porte d’Or (Zlatna vrata)
La Porte d’Or (Porta Aurea) située sur le mur du nord du Palais de Dioclétien était la plus importante des quatre portes du Palais car c’était celle que découvraient en premier les visiteurs de l’ex-empereur venant de la capitale de la province romaine de Dalmatia, Salona. Aujourd’hui encore, c’est la porte la plus impressionnante car on peut prendre du recul pour l’admirer ; les constructions anarchiques qui occultaient le mur nord furent démolies après la Deuxième Guerre mondiale.
La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. La Porte d'Or du Palais de Dioclétien à Split. Cliquer pour agrandir l'image.La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. Le mur du nord du Palais de Dioclétien à Split. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. Le mur du nord du Palais de Dioclétien à Split. Cliquer pour agrandir l'image.
La Porte d’Or avait été conçue comme une porte très richement décorée, notamment de statues des tétrarques romains, à commencer par Dioclétien lui-même et celle de son « coempereur » Maximien ; les niches de l’étage inférieur abritaient les statues de leurs deux successeurs : les césars, Galère et Constance-Chlore. En haut du mur, on voit la base de quatre socles où devaient se dresser les statues des tétrarques. La richesse de son décor sculpté, consoles, chapiteaux, niches, en fait la plus remarquable des quatre portes.
La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. La Porte d'Or du Palais de Dioclétien à Split. Cliquer pour agrandir l'image.La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. La Porte d'Or du Palais de Dioclétien à Split. Cliquer pour agrandir l'image.La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. La Porte d'Or du Palais de Dioclétien à Split. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).
La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. La Porte d'Or du Palais de Dioclétien à Split. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La Porte d’Or (Zlatna Vrata) était aussi une porte d’importance stratégique pour défendre le palais contre des ennemis venant des terres. C’était une porte rectangulaire défendue par deux tours octogonales ; ces tours ont aujourd’hui disparu, mais on en devine encore l’emplacement ; on aperçoit aussi nettement le tracé de fenêtres aujourd’hui murées. La Porta Aurea fut murée au XIVe siècle par crainte des attaques turques ; du côté intérieur, la Porte d’Or est doublée d’une sorte de sas, une petite cour fortifiée qui améliorait la défense du palais ; elle aussi fut condamnée au Moyen Âge. La Porte d’Or ne fut redécouverte qu’au XIXe siècle.
La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. Dessin de la Porte d'Or du Palais de Dioclétien par Ernest Hébrard. Cliquer pour agrandir l'image.La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. Reconstitution de la Porte d'Or du Palais de Dioclétien par Ernest Hébrard. Cliquer pour agrandir l'image.La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. La Porte d'Or reconstituée du Palais de Dioclétien (auteur Kaiser87). Cliquer pour agrandir l'image.
Au VIe siècle, une chapelle fut construite au-dessus de la Porte d’Or — au niveau du chemin de ronde — la chapelle Saint-Martin ; saint Martin était le protecteur des soldats et vénéré dans le monde ancien à l’époque de l’empereur Justinien (527 - 565) ; après la christianisation, la Porte d’Or lui fut dédiée. Cette minuscule chapelle à la voûte en berceau fut à plusieurs reprises remaniée ; elle a été restaurée et contient une Vierge noire et un superbe chancel préroman du XIe siècle en pierre, orné de motifs géométriques et d’entrelacs (pleter) ; cette balustrade d’autel porte une inscription dédiée à saint Martin et la Bienheureuse Vierge Marie. On peut également voir un linteau de porte avec une inscription du prêtre Dominique.
RueLe Cardo et le Decumanus
Dans toute cité romaine, ou camp militaire romain, on trouvait une voie appelée le cardo (le « pivot ») orientée dans la direction des points cardinaux sud et nord. Le Palais de Dioclétien n’échappe pas à cette règle : le cardo était l’artère qui reliait le Péristyle du Palais à la Porte d’Or, au nord ; elle est occupée de nos jours par la Rue Dioclétien (Ulica Dioklecijanova).

De même, la voie transversale de la cité romaine, le decumanus, orientée de l’est vers l’ouest, reliait la Porte d’Argent et la Porte de Fer, et divisait le Palais entre les luxueux quartiers impériaux au sud et les quartiers de service au nord ; elle est aujourd’hui occupée par la Rue Krešimir (Ulica Krešimirova). Le cardo et le decumanus étaient à l’origine bordés d’arcades.

Porte de villeLa porte de l’est ou Porte d’Argent (Srebrna vrata)
La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. La Porte d'Argent du Palais de Dioclétien (auteur Samuli Lintula). Cliquer pour agrandir l'image.La Porte d’Argent (Porta Argentea) est ouverte au milieu du rempart est du Palais de Dioclétien ; elle conduit au Péristyle en traversant la « plaine du roi Tomislav » (Poljana Kralja Tomislava) située devant le Mausolée.

La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. Le rempart de l'est du Palais de Dioclétien à Split (auteur Kpmst7). Cliquer pour agrandir l'image dans Flickr (nouvel onglet).On peut encore voir ce rempart de l’est sur toute sa longueur (215 m) en remontant la rue Hrvoje (Hrvojeva Ulica) qui longe l’actuel Marché aux Fruits. En revanche, les deux énormes tours octogonales qui encadraient la Porte d’Argent ont disparu au XVIIIe siècle. À l’époque chrétienne, la porte de l’est fut dédiée à saint Apollinaire.

La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. La tour nord-est du Palais de Dioclétien à Split (auteur Kpmst7). Cliquer pour agrandir l'image dans Flickr (nouvel onglet).La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. La tour sud-est du Palais de Dioclétien à Split (auteur Kpmst7). Cliquer pour agrandir l'image dans Flickr (nouvel onglet).Ce rempart de l’est conserve encore ses deux tours d’angle carrées :
  • La tour carrée du nord-est fut transformée en habitations au XVIIIe siècle ; elle ne conserve que le premier étage d’origine ; elle fait face au Bastion Contarini.
  • La tour à l’angle sud-est est conservée dans son entier, y compris ses fenêtres, même si celles des étages ont été murées, mais restent clairement visibles. La tour comportait quatre niveaux, soit un de plus que la tour du nord-est. Au Moyen Âge, les archevêques de Split avait incorporé cette tour à leur palais épiscopal.
La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. La Porte d'Argent du Palais de Dioclétien (auteur Hedwig Storch). Cliquer pour agrandir l'image.La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. La Porte d'Argent du Palais de Dioclétien (auteur Office Tourisme Split). Cliquer pour agrandir l'image.Lors de la période médiévale troublée, quand on craignait les attaques turques, la Porte d’Argent (Srebrna Vrata) fut murée ; une petite porte, un peu au nord de la Porte d’Argent, fut ouverte dans le rempart au XVIIIe siècle, après la disparition de la menace turque. La Porte d’Argent elle-même ne fut rouverte et reconstruite qu’entre 1932 et 1934.
Porte de villeLa porte de l’ouest ou Porte de Fer (Željezna vrata)
La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. La tour nord-ouest du Palais de Dioclétien à Split (auteur Kpmst7). Cliquer pour agrandir l'image dans Flickr (nouvel onglet).La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. La Porte de Fer du Palais de Dioclétien à Split (auteur Ikrokar). Cliquer pour agrandir l'image dans Flickr (nouvel onglet).La Porte de Fer (Porta Ferrea) sur la façade ouest du Palais devint, à partir du XVIe siècle, la plus importante des quatre portes d’origine lorsque le faubourg vénitien se développa à l’ouest du Palais. Cette porte constituait alors le point de passage entre l’ancienne ville située à l’intérieur des murs du palais et les nouvelles habitations extérieures ; aujourd’hui la Porte de Fer débouche sur la Place Nationale.

La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. Reconstitution de la Porte de Fer du Palais de Dioclétien par Ernest Hébrard. Cliquer pour agrandir l'image.À partir de cette époque, la Porte de Fer (Željezna vrata) fut ensevelie sous des maisons gothiques et de la Renaissance, ainsi que le portique de la muraille de l’ouest qui devint presque méconnaissable ; la porte conserva cependant son sas de sécurité à double entrée. Les gardes logeaient au-dessus de la porte extérieure. La Porte de Fer était dédiée à saint Théodore (sveti Teodor), le protecteur de l’armée byzantine ; à l’intérieur du corps de garde de la porte se trouve l’église Saint-Théodore (Notre-Dame-du-Beffroi) datant du Xe siècle.

Au Moyen Âge, la Porte de l’ouest fut la seule, avec la Porte de Bronze située sur le port, à ne pas être murée.

La tour carrée du nord-ouest subsiste encore, alors que celle du sud-ouest a été démolie après avoir été sapée par la mer.

ColonneLe péristyle (Peristil)
La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. Le péristyle du Palais de Dioclétien à Split. Cliquer pour agrandir l'image.Le Péristyle est la cour centrale qui se trouve au cœur du Palais de Dioclétien. Le péristyle se trouve à l’extrémité du cardo venant de la Porte d’Or, immédiatement après son carrefour avec le decumanus. C’est sur cette cour que convergeait toute la circulation en provenance des quatre portes du Palais que l’on pouvait voir depuis le péristyle ; les deux voies étaient alors presque aussi larges que le péristyle lui-même.

La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. Le péristyle du Palais de Dioclétien (auteur Hedwig Storch). Cliquer pour agrandir l'image.Le péristyle est une cour rectangulaire de 27 m de long et 13,5 m de large qui est bordée de colonnades à arcades sur trois de ses côtés (péristyle vient des mots grecs περι ́ « autour » et στύλος « colonne »). Ces colonnes, de style corinthien et hautes de 5,25 m, sont en granit rouge d’Égypte pour douze d’entre elles, et en marbre pour les autres.

Le péristyle (Peristil) est bordé par les façades de trois monuments : le porche du vestibule monumental des appartements de l’empereur au sud, le porche du Mausolée à l’est, et le temple de Jupiter à l’ouest.

La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. Le vestibule du Palais de Dioclétien (aquarelle de Rudolf von Alt, 1841). Cliquer pour agrandir l'image.Du côté sud le péristyle donne accès par quelques marches au vestibule des appartements impériaux. Le péristyle prend la forme d’un porche (prothyron) monumental précédant le vestibule du palais ; ce porche d’entrée est constitué de quatre colonnes de granite rouge surmontées de chapiteaux corinthiens qui soutiennent un fronton et une architrave, dont on pense qu’elle supportait un quadrige. Le porche était décoré de trois statues dont l’une représentait l’empereur Dioclétien, une autre le dieu Jupiter, tandis que la troisième reste inconnue.

La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. Le Péristyle du Palais de Dioclétien (auteur Office Tourisme Split). Cliquer pour agrandir l'image.L’accès au porche depuis la cour se faisait par deux volées de marches menant aux ouvertures latérales, tandis que l’espace entre les colonnes centrales était barré par une balustrade, donnant au porche l’aspect d’une tribune d’où l’empereur Dioclétien s’adressait au peuple lors des célébrations. On peut imaginer Dioclétien, sans doute flanqué d’un garde et vêtu d’une toge de soie richement décorée, et ses sujets se prosternant devant le descendant autoproclamé de Jupiter.

Sous le porche un escalier descendait vers une porte voûtée donnant accès au sous-sol du vestibule, et au-delà à la Porte de Bronze ouvrant sur la baie.

À la Renaissance (XVIe siècle), deux petites chapelles furent ajoutées dans les entrecolonnements latéraux du porche d’entrée. L’une (Notre-Dame-de-la-Ceinture (Gospa od Pojasa), 1544) abrite aujourd’hui une petite galerie d’art et l’autre (Notre-Dame-de-la-Conception (Gospa od Začeća), 1650) un service de guides de tourisme.

La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. Le péristyle du Palais de Dioclétien (aquarelle de Rudolf von Alt, 1841). Cliquer pour agrandir l'image.La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. Le péristyle du Palais de Dioclétien à Split. Cliquer pour agrandir l'image.La colonnade ouest du péristyle sépare l’esplanade du mausolée de Dioclétien (qui est aujourd’hui la cathédrale).

La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. Un sphinx du Palais de Dioclétien (auteur Adam Jones). Cliquer pour agrandir l'image.La colonnade abrite un magnifique sphinx en basalte noir rapporté par Dioclétien de sa campagne victorieuse d’Égypte, en 297-298 après JC, tout comme de nombreux éléments architecturaux intégrés aux différentes parties du palais. Ce sphinx date du règne de Thoutmosis III (1505 -1450 avant JC) ; il tient entre ses pattes un vase sacrificiel.

Ce sphinx est l’un des deux seuls rescapés des onze sphinx rapportés d’Egypte par Dioclétien ; le second — qui lui faisait face de l’autre côté de l’entrée du Mausolée — a été transféré devant le temple de Jupiter. Tous les autres ont été décapités par les chrétiens venus se réfugier dans le palais au moment de la destruction de Salona.

La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. Le café Luxor inséré dans le péristyle du Palais de Dioclétien (auteur Beyond Silence). Cliquer pour agrandir l'image.Sur le côté ouest le péristyle bordait la zone sacrée des temples de Jupiter, de Vénus et de Cybèle.

À la Renaissance, le palais des Grisogono-Cipci, attribué à Nicolas le Florentin (Nikola Firentinac / Niccolò di Giovanni Fiorentino, 1418-1506), fut harmonieusement intégré à l’arcade ouest du péristyle. Aujourd’hui le rez-de-chaussée est occupé par un café historique nommé le Luxor — restauré en 2006 ; sa façade Renaissance date de la fin du XVe siècle, mais, à l’intérieur, on identifie bien les fondations circulaires du petit autel de Vénus découvertes lors d’une rénovation du café.

MausoléeLe mausolée (Mauzolej)
La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. Reconstitution du mausolée du Palais de Dioclétien par Ernest Hébrard. Cliquer pour agrandir l'image.La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. La cathédrale Saint-Domnius de Split. Cliquer pour agrandir l'image.Le mausolée de Dioclétien se trouve à l’est du péristyle dont l’arcade est forme la façade du mausolée. Le mausolée présente à l’extérieur une forme octogonale de 7,60 m de côté ; il est entouré d’un portique de 24 colonnes portant des chapiteaux corinthiens, et il est couvert par une toiture de tuiles. Presque tout le porche d’entrée d’origine a disparu, par suite de la construction du campanile de la cathédrale entre le XIIIe siècle et le XVIIe siècle.

La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. Reconstitution du mausolée du Palais de Dioclétien par Ernest Hébrard. Cliquer pour agrandir l'image.Les murs de près de 3 m d’épaisseur abrite une chambre circulaire de 13 m de diamètre et d’une hauteur de 21 m en son centre ; elle est coiffée d’une coupole hémisphérique autrefois revêtue de mosaïques. Une frise borde la base de la coupole ; elle est ornée de médaillons intacts représentant les bustes de Dioclétien et de l’impératrice Prisca, portés par des amours, ainsi que des scènes de chasse.

Le sol de la chambre était pavé à l’origine de marbre noir et blanc. Sous le mausolée se trouve une crypte voûtée.

Le mausolée est le monument le mieux préservé du palais de Dioclétien, en grande partie grâce à sa transformation ultérieure en église cathédrale de Split et à sa restauration entre 1880 et 1885.

Temple antiqueLe temple de Jupiter (Jupiterov Hram)
La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. Reconstitution du mausolée du Palais de Dioclétien par Ernest Hébrard. Cliquer pour agrandir l'image.Une cour (téménos) d’environ 44 m de long située à l’ouest du péristyle, entre le decumanus et les appartements privés de l’empereur, était réservé aux édifices religieux ; elle faisait face au Mausolée, de l’autre côté du péristyle. Dioclétien, qui se prétendait le descendant de Jupiter, y fit construire un petit temple classique dédié au Père des Dieux des anciens Romains.

La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. L'entrée du Temple de Jupiter à Split (auteur ISAWNYU). Cliquer pour agrandir l'image dans Flickr (nouvel onglet).Le temple de Jupiter était un édifice rectangulaire bâti sur un podium, avec quatre colonnes de style corinthien formant un porche ; il ne reste rien du porche et de ses colonnes, mais la partie fermée du temple (cella) est bien conservée. Son entrée est tournée vers le Péristyle à l’est ; la porte d’entrée est richement sculptée : au milieu d’un feuillage des enfants cueillent des raisins tandis que des oiseaux volettent autour d’eux. Deux consoles à volutes supportent une corniche corinthienne ornée de mascarons représentant deux tritons, Hélios, Hercule (Héraclès), Apollon, une tête humaine non identifiée, deux Victoires (Niké) ailées et un aigle.

La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. Le Temple de Jupiter du Palais de Dioclétien (auteur Ratomir Wilkowski). Cliquer pour agrandir l'image.La chambre du temple est couverte par une voûte en berceau coffrée très élaborée, faite de trois rangées de dalles soigneusement ajustées, et sculptées pour former un plafond à caissons : le décor est sculpté de têtes humaines et de rosettes.

À l’entrée du temple, l’un des sphinx rapportés d’Égypte par Dioclétien monte la garde. Ce sphinx — malheureusement endommagé — est le jumeau de celui qui se dresse à l’entrée du Mausolée ; il lui faisait face autrefois, avant d’être transporté devant le Temple de Jupiter.

Deux autres temples ronds de moindre taille, ou simples autels, les temples de Vénus et de Cybèle, furent découverts lors de fouilles dans les années 1960 ; il n’en reste que les fondations.

Le temple de Jupiter fut transformé en baptistère de la cathédrale au début du Moyen Âge (fin du IXe siècle).

Face au mausolée de Dioclétien, on trouve une étroite ruelle obscure, l’impasse Saint-Jean (Kraj Svetog Ivana), ouverte dans l’arcade ouest du péristyle, qui descend vers le temple de Jupiter.

Les horaires de visite varient ; il vaut mieux se renseigner à la cathédrale ; en principe de 8 h 30 à 20 h ; tarif : 5 kunas.

ThermesLes thermes
Des Thermes se situaient de part et d’autre du Vestibule, les uns entre le Temple de Jupiter et l’ouest des appartements privés de l’empereur où se trouvaient les chambres à coucher, et les autres entre la zone du Mausolée et l’est des appartements impériaux où se trouvait la salle à manger.
VestibuleLe vestibule
La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. Le vestibule du Palais de Dioclétien à Split (auteir Isa Valor). Cliquer pour agrandir l'image dans Flickr (nouvel onglet).Le Vestibule était l’antichambre des appartements impériaux où les visiteurs attendaient d’être mis en présence de l’ex-empereur. C’était un bâtiment de forme carrée situé immédiatement derrière le porche d’entrée au sud du Péristyle. À l’intérieur, le vestibule se présentait comme une grande rotonde, de 12 m de diamètre et de 17 m de hauteur, qui était initialement couverte d’une coupole, aujourd’hui disparue, et entièrement décorée de mosaïques et de marbres.

La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. Le vestibule du Palais de Dioclétien (auteur Roberta F.). Cliquer pour agrandir l'image.La maçonnerie des murs est typiquement romaine, avec une alternance de pierre et de brique. Quatre niches semi-circulaires ouvrent de part et d’autre des entrées nord et sud de la pièce, qui était éclairée à l’origine par de petites fenêtres hautes. Dans les angles, à l’intérieur des murs épais, des escaliers en spirale menaient aux niveaux supérieur et inférieur. Le niveau en sous-sol du vestibule était pourvu d’accès sur ses quatre côtés, vers les thermes est et ouest, le péristyle et les sous-sols des appartements. Dans l’axe du péristyle, une porte conduit du vestibule à ce qui était une salle centrale desservant les appartements impériaux.

SalleLes appartements impériaux
La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. Reconstitution de la façade sud du Palais de Dioclétien à Split par Ernest Hébrard. Cliquer pour agrandir l'image.Les appartements impériaux se trouvaient dans la partie sud du Palais, sur 40 m de largeur en arrière de la façade maritime qui mesurait 181 m de longueur.

Depuis le Péristyle, on pénétrait dans les appartements par le porche ; après avoir traversé le vestibule, on atteignait le hall principal du Palais. Ce hall principal se trouvait dans le prolongement de la porte sud du vestibule ; c’était une grande pièce rectangulaire dans la continuité architecturale du péristyle. Cette pièce, éclairée par des fenêtres hautes, reliait le vestibule au nord à la longue galerie de la façade sud, le seul accès aux appartements privés.

À la gauche du hall central, dans la moitié est des appartements, se trouvait une immense pièce octogonale pourvue de niches : la salle à manger principale, le triclinium, d’un mot latin dont les Romains désignaient le canapé qu’ils utilisaient pour manger dans une position semi-allongée. La salle à manger comportait aussi trois autres salles plus petites. Cette aile des appartements de Dioclétien abrite désormais le Musée ethnographique.

À la droite du hall se trouvait la plus grande salle du Palais, la salle de réception, ou salle d’audience. La salle de réception était de forme rectangulaire ; ses voûtes en croisée reposaient sur six piliers massifs. On y accédait par trois portes donnant sur la galerie. Après la salle de réception se trouvaient les appartements proprement privés de l’ex-empereur, situés dans l’angle sud-ouest du Palais ; c’était un ensemble de quatorze petites pièces de formes diverses, dont six chambres à coucher (cubiculuma).

Il ne reste pratiquement rien des appartements impériaux, tant les constructions ultérieures les ont altérés, mais leur superficie et leur disposition correspondaient à celles des salles souterraines.

CaveLes caves du palais de Dioclétien (Podrumi Dioklecijanove Palače)
La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. Les caves du Palais de Dioclétien (auteur Alecconnell). Cliquer pour agrandir l'image.Les appartements de Dioclétien reposaient sur un entresol qui compensait la déclivité du terrain sur lequel était bâti le Palais ; il n’existait que sous la partie sud du palais où se trouvaient les appartements impériaux. Cet entresol était à l’époque au niveau de la mer ; il était constitué d’un ensemble de caves (podrumi) voûtées d’une hauteur pouvant atteindre 8 m.

Ces caves sont particulièrement intéressantes car elles n’ont pas changé depuis la création du palais : leur disposition permet d’imaginer la configuration intérieure des appartements impériaux qui se trouvaient juste au-dessus, car les deux plans au sol en étaient similaires.

On entrait dans le podrum par la Porte de Bronze ; un large couloir conduisait vers le nord jusqu’à un imposant escalier menant au péristyle, en passant sous le porche du Palais. C’était depuis le péristyle que pénétrait la lumière du jour. En parcourant de nos jours cette allée centrale, on peut y observer en détail les modes de construction, le travail de maçonnerie, l’harmonie des voûtes et l’incroyable épaisseur des murs.

La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. Couloir du sous-sol du Palais de Dioclétien à Split. Cliquer pour agrandir l'image.Un autre couloir, perpendiculaire au couloir central s’étendait d’est en ouest, de part et d’autre de la Porte de Bronze, le long de la façade sud ; ce couloir, nommé cryptoportique (cryptoporticus) correspondait au portique des appartements impériaux, situé au-dessus, où on imagine Dioclétien se promenant pour respirer la brise de mer. La grande salle voûtée, à l’extrémité occidentale de ce couloir, se trouvait sous la salle d’audience de Dioclétien ; tandis qu’à l’extrémité orientale du couloir le groupe cruciforme de salles se trouvait sous la salle à manger ou triclinium.

Le podrum était le centre logistique du palais, où le personnel de service cuisait les repas pour Dioclétien et ses invités et entretenait au jour le jour l’équipement du palais ; on suppose que ces salles souterraines abritaient aussi les logements de ces esclaves.

Selon l’empereur byzantin Constantin Porphyrogénète VII (905-959), Dioclétien utilisa aussi ces caves comme prison où « il détenait cruellement les saints qu’il tourmentait ».

La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. Les sous-sols du Palais de Dioclétien à Split (auteur LenDog64). Cliquer pour agrandir l'image dans Flickr (nouvel onglet).Au Moyen Âge, après la chute de l’Empire romain, le Palais de Dioclétien fut transformé en habitations ; on procéda à d’importantes démolitions et on utilisa les sous-sols comme décharge publique pour y jeter les gravats. Le plafond fut percé d’orifices par lesquels les habitants du palais jetaient leurs ordures et immondices. Le sous-sol fut ainsi peu à peu comblé de déchets jusqu’à la hauteur des voûtes.

Le premier à s’intéresser au sous-sol du Palais fut l’architecte écossais Robert Adam, au XVIIIe siècle. Malgré l’intérêt que plusieurs archéologues prêtèrent plus tard au sous-sol, le déblaiement et les fouilles ne commencèrent qu’en 1956. Les archéologues durent dégager des tonnes de débris accumulés pendant plus d’un millénaire pour révéler l’harmonie des voûtes et l’étonnante épaisseur des murs.

De nos jours, le sous-sol est devenu en partie un musée informe où sont accumulées des sculptures et des colonnes de l’ancien palais. Dans la partie est, qui correspond à la salle à manger de l’étage supérieur, on peut voir une ancienne table romaine de marbre, en forme de demi-ellipse. La partie centrale est devenue un centre d’artisanat rempli de marchands et artisans vendant des bijoux, des cartes, et autres souvenirs de Split.

Porte de villeLa porte du sud ou Porte de Bronze (Mjedena vrata)
La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. Le mur du sud du Palais de Dioclétien à Split. Cliquer pour agrandir l'image.La Porte de Bronze (Porta Aenea) s’ouvrait dans la façade sud du Palais directement sur le débarcadère de Spalatum : c’était par cette porte que les navires marchands qui accostaient dans le port ravitaillaient en marchandises diverses le palais de Dioclétien. La porte ne permettait pas d’accéder au Palais, mais seulement dans le sous-sol : les marchandises étaient entreposées dans les caves sous les appartements impériaux. La Porte de Bronze (Mjedena Vrata) était une porte fonctionnelle, beaucoup plus petite que les autres, et sans décoration.

Seule la somptueuse façade sud, celle des appartements impériaux, n’était pas défendue par des tours mais occupée par une longue galerie élégante de 42 arcades délimitées par 44 colonnes ; la monotonie de cette galerie, située à 9 m du sol, était rompue par trois loggias — deux aux extrémités et une au milieu — dont on peut encore voir les colonnes. Deux autres arcades intermédiaires se distinguent par une plus grande largeur : elles correspondent aux ouvertures des deux grandes salles principales du niveau supérieur des appartements impériaux, la salle d’audience à l’ouest et la salle à manger à l’est.

La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. La Porte du sud du Palais de Dioclétien à Split (auteur Kpmst7). Cliquer pour agrandir l'image dans Flickr (nouvel onglet).Au Moyen Âge, lors de la transformation progressive du Palais en habitations, les vides furent murés et de petites fenêtres insérées à la place. Au XIXe siècle, des boutiques — toujours présentes — furent construites au pied du mur par l’architecte allemand Keller, à la place des constructions médiévales.

La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. Le mur du sud du Palais de Dioclétien (auteur J. P. Néri). Cliquer pour agrandir l'image.À l’époque chrétienne, la Porte de Bronze fut dédiée à saint Julien.

Si l’on veut commencer la visite du Palais par la porte du sud, il faut la découvrir entre les numéros 22 et 23 de la Riva ; des marches descendent vers le sous-sol du palais, alors que l’on pense qu’à l’origine la porte était au niveau de la mer qui léchait sans doute la muraille sud du Palais. Des fenêtres dans le mur du palais, le long de la rue Severova, offre un point de vue idéal pour observer l’animation de la Riva.

ConnaissancesHistoire, géographie, arts, traditions, flore …

PersonnagePersonnages
L’empereur Dioclétien
La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. Buste de Dioclétien (auteur Jebulon). Cliquer pour agrandir l'image.Dioclétien naquit vers 244 après JC dans une famille modeste habitant près de Salona, la capitale de la province romaine de Dalmatia. Il s’engagea dans l’armée romaine et gravit peu à peu les échelons ; il devint commandant de la cavalerie de l’empereur Carus. Après la mort de Carus et de son fils Numérien durant une campagne en Perse, en 284, Dioclétien fut proclamé empereur.

La ville de Split en Croatie. Le palais de Dioclétien. Monnaie de bronze à l'effigie de Dioclétien. Cliquer pour agrandir l'image.Après son accession au pouvoir, Dioclétien mit fin, en 286, à la crise politique du troisième siècle en nommant coempereur un autre officier — qui était son subalterne — Maximien Hercule ; il partagea davantage encore son pouvoir en nommant, en 293, deux césars, Galère et Constance-Chlore. Chaque coempereur de cette Tétrarchie, régna sur un quart de l’Empire.

À partir de 294, Dioclétien commanda, aux architectes Filotas et Zotikos — dont les noms sont gravés en grec sur les murs du palais — la construction d’un immense palais sur sa côte natale. En 305, à Nicomédie (aujourd’hui İzmit, en Turquie), il tint sa promesse de quitter le pouvoir après 21 années de règne et se retira dans son magnifique palais presque achevé (déjà la retraite à 60 ans …).

Quelques années plus tard, un groupe de sénateurs romains vint au palais de Dioclétien, et ils demandèrent à l’ancien empereur de revenir à Rome pour les aider à résoudre les problèmes politiques croissants de l’Empire ; Dioclétien refusa et, leur montrant son jardin, leur dit qu’il ne pouvait pas abandonner son beau jardin qu’il avait créé de ses propres mains.

Dioclétien mourut le 3 décembre 311 ; son épouse Prisca le suivit dans la tombe (le Mausolée de Dioclétien) en 315. Le corps de Dioclétien aurait reposé dans le Mausolée pendant 170 ans avant que son sarcophage soit transporté dans l’une des tours du palais ; on en perdit la trace au XIe siècle.

HistoireHistoire
Après la mort de Dioclétien, au cours des décennies qui suivirent, plusieurs dirigeants romains utilisèrent le palais comme retraite, et l’avant-dernier empereur romain d’Occident, Julius Nepos, y vécut après avoir été renversé en 475 ; le palais servit aussi de bâtiment pour l’administration de l’Empire. Toutefois, vers la fin du VIe siècle, il était tombé dans l’abandon.

Au début du VIIe siècle, en 615, il servit de refuge pour les habitants de Salona, lorsque les Avars et les Slaves attaquèrent et détruisirent la capitale de la Dalmatie.

Les souverains successifs, empereurs byzantins, rois croates, rois hungaro-croates, et, plus tard, les Vénitiens construisirent des bâtiments à l’intérieur et à l’extérieur du palais, en le modifiant tellement qu’il perdit son caractère romain.

En 1926, date à laquelle l’habitat médiéval ou moderne construit dans le palais existait encore, la population intra muros était de 3 200 habitants. À cette époque, la zone du palais n’était pas la partie de la ville la plus enviable pour y vivre : elle était surnommée le « get » (le ghetto) et abandonnée aux pauvres ; elle devint synonyme de mauvaises mœurs et d’affaires louches.

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Croatie > Partie méridionale > Dalmatie > Comté de Split-Dalmatie > Split > Palais de Dioclétien
Sujets plus détaillés
Sujets proches
Carte interactive de la ville de Split en Croatie
La ville de Split en Croatie - Le palais de Dioclétien
La ville de Split en Croatie - La cathédrale Saint-Domnius
La ville de Split en Croatie - La vieille ville
La ville de Split en Croatie - La presqu'île de Marjan
La ville de Split en Croatie - Le musée ethnographique
Carte interactive de la vieille ville de Split en Croatie
La ville de Split en Croatie - Le musée de la Marine
La ville de Split en Croatie - Brochure Services (PDF)
La ville de Split en Croatie - Brochure Carte Passe-partout (PDF)
Sujets plus larges
Page d'accueil
Le comté de Split-Dalmatie en Croatie - Brochure La Dalmatie centrale (PDF)
Le comté de Split-Dalmatie en Croatie - Brochure La Zagora dalmate (PDF)
Le comté de Split-Dalmatie en Croatie - Brochure Îles (PDF)
La ville de Split en Croatie
La rivière Cetina en Croatie
La ville d'Omiš en Croatie
La riviera de Makarska en Croatie
Le parc naturel du Biokovo en Croatie
L'île de Brač en Croatie
L'île de Hvar en Croatie
[Sujet précédant] [Sujet ascendant] [Sujet suivant]
Recommander cette page :
Recommander ce site :
Recherche personnalisée
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.