La fougère-aigle (Pteridium aquilinum)

Espèce[Photos] [Présentation] [Classification] [Noms] [Étymologie] [Identification] [Racines] [Tiges] [Feuilles] [Fleurs] [Fruits] [Cycle] [Habitats] [Origine] [Distribution] [Bois] [Utilisations] [Constituants] [Culture] [Statut] [Autres sujets]

[Taxon précédant] [Page d'accueil] [Taxon ascendant] [Taxon suivant] [Via Gallica]

Page non éditée

PhotosPhotos

Fougère-aigle, Plantes. Cliquer pour agrandir l'image.Fougère-aigle, Plantes. Cliquer pour agrandir l'image.Fougère-aigle, Plantes. Cliquer pour agrandir l'image.

PrésentationPrésentation

Présentation généraleGénéralités
Fougère-aigle. Planche d'identification. Cliquer pour agrandir l'image.

ClassificationClassification

Règne : plantes (Plantae)Sous-règne : plantes vasculaires (Tracheobionta)
Division : plantes sans graines (Pteridophyta)Sous-division :
Classe : fougères vraies (Polypodiophyta)Sous-classe : fougères (Pteropsida)
Super-ordre :Ordre : polypodiales (Polypodiales)
Famille : dennstaedtiacées (Dennstaedtiaceae), hypolépidacées (Hypolepidaceae)Sous-famille :
Genre : ptéris (Pteridium)Sous-genre :
Espèce : Pteridium aquilinum [(Linné) Kuhn, 1879], Pteris aquilina [Linné, 1753]Variété :
Nom commun : ptéris aigle, fougère-aigleNom populaire : grande fougère, grand aigle, fougère impériale, aigle-impériale, fougère commune

Noms européensNoms européens

AlbanieAllemagneAdlerfarnAngleterrebrackenArménie
Pays basqueBiélorussieBrezhonegBulgarie
CatalogneChyprioteCorsuCroatie
DanemarkørnebregneGaeidhligEspagnefalgueraEstoniekilpjalg, sõnajalg
FøroysktFinlandesananjalkaFrançaisfougère-aigleFrysk
GalicePays de GallesGéorgieGrèceπτερίδιο το αέτειο
HongriesaspáfrányIrlandeIslandeItaliefelce aquilina
LettonieLithuanieLëtzebuergëschMacédoine
MalteMoldovenesteNorvègeeinstapeOccitan
Pays-Basadelaarsvaren, adelaarsvarensoortPologneorlica pospolitaPortugalsamambaiaRoumanie
Russieорляк обыкновенныйSerbieSlovaquieSlovénie
SuèdeörnbräkenTchéquieUkraïneEmpire romainPteridium aquilinum

ÉtymologieOrigine du nom

Étymologie latineÉtymologie latine
Pteridium, du grec pteris (pteris), « fougère ».

aquilinum, du latin, « comme un aigle ».

Étymologie françaiseÉtymologie française
Fougère-aigle, Section. Cliquer pour agrandir l'image.Le nom de fougère-aigle provient de la ressemblance de la section de la tige avec un aigle à deux têtes.

Identification du végétalIdentification

Identification généraleGénéralités
La fougère-aigle est cette grande Fougère, de 60 centimètres à 2 mètres de hauteur, qu’on aperçoit en abondance dans les bois, dans les forêts ou sur les coteaux sablonneux. Elle se développe vers le mois de mai, et l’on voit alors sortir de terre une feuille enroulée à son sommet en forme de crosse ; la tige reste souterraine et se trouve à une assez grande profondeur.

La fougère aigle forme souvent des couverts uniformes et de grande hauteur.

À partir d’un important réseau souterrain de rhizomes et racines, les frondes se développent chaque année en mai. Fructification estivale mais reste souvent stérile, feuilles disparaissant après les premières gelées.

Fougère-aigle. Dessin d'identification. Cliquer pour agrandir l'image.Fougère-aigle, Plante. Cliquer pour agrandir l'image.
Catégorie de planteCatégorie de plantePlante herbacée
Plante vivace à rhizome rampant.
PortPort de la plante
HauteurHauteur de la plante
La plus grande des fougères françaises : feuilles jusqu’à 2 m sur un rhizome rampant.
RemarquesRemarques
Si l’on arrache la grande feuille développée, qui forme à elle seule ce qu’on appelle ordinairement une fougère, et qu’on coupe la base brune et noirâtre de cette feuille, on remarque, sur la section, l’apparence d’un aigle à deux têtes ; d’où le nom de fougère-aigle.
Espèces semblablesEspèces semblables

RacineRacines

Description de la racine
Rhizome long, plutôt fin, brun-roux.

FeuilleFeuilles

Description des feuilles
Fronde de forme générale triangulaire, recourbée, plus ou moins parallèle au sol, de 40 à 250 cm de longueur, 3 ou 4 fois pennatiséquée ; bien séparées, mais pouvant couvrir des grandes surfaces.

Les frondes sont ramifiées, contrairement à celles de la plupart des autres fougères et peuvent atteindre une hauteur de 3 m au début du mois d’août.

Segments sessiles, arrondis.

Pétiole vert-jaune, épais, poilus, très long.

Fougère-aigle, Dessin d'une fronde. Cliquer pour agrandir l'image.Fougère-aigle, Fronde. Cliquer pour agrandir l'image.
Fougère-aigle, Jeune pousse. Cliquer pour agrandir l'image.Les jeunes frondes sont enroulées et ressemblent à l’extrémité d’un violon, d’où l’appellation fautive « tête-de-violon » qu’on attribue aux jeunes pousses non développées de toutes les fougères. Les crosses de fougères sont d’abord couvertes d’écailles brunes, puis émergent roulées serrées et courbées comme une houlette de berger.
Dimension des feuillesDimension des feuilles
Pétiole très long de 2 cm d’épaisseur, portant un dessin d’aigle sur la coupe transversale.
Couleur des feuillesCouleurs des feuilles
VégétationVégétation
Feuillage caduc ou semi-persistant.

D’avril à novembre.

MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Végétation

FruitFruits

Description des fruits
Souvent stérile.

Spores très allongés, situés sous le bord replié des segments.

Couleurs des fruitsCouleurs des fruits
GrainesGraines
FructificationFructification
Sporulation de juillet à octobre.
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Fructification

Cycle de vieCycle de vie

PérennitéPérennitéPlante pérenne
Fougère-aigle, Plantes en automne. Cliquer pour agrandir l'image.Plante vivace géophyte.

Fougère-aigle, Jeune plante. Cliquer pour agrandir l'image.

PlantationPlantation
MultiplicationMultiplicationPollinisation
La reproduction est surtout végétative : les rhizomes peuvent persister 35 à 100 ans et produire une pousse souterraine annuelle de plus de 18 cm ; ce qui donne une idée du pouvoir de propagation de ce végétal. La reproduction sexuée par spores existe cependant. Ces spores sont produites aux faces inférieures des feuilles en juillet-août.
EntretienEntretienTaille
CroissanceCroissance
RécolteRécolte
Ennemis de la planteEnnemis
LongévitéLongévité

HabitatHabitats

MilieuxMilieuxBois de conifèresBois de feuillusLisièresPrésLandes
Fougère-aigle, Habitat. Cliquer pour agrandir l'image.Landes et forêts clairs.

La fougère aigle a des exigences précises : sol léger, sableux, acide, substrat sec, intensité lumineuse élevée. En fait, dans nos régions, on la rencontre uniquement sous des futaies claires de chênes, de pins ou dans les trouées. Elle capte beaucoup de lumière et forme des couverts très denses (50-60 frondes au m²), ce qui empêche le développement de toute autre végétation herbacée et l’élimine de la station.

SolsSols
Sur sol acide, sec.
ClimatsClimatsClimat ensoleilléClimat ombré
AltitudesAltitudesÉtage de plaineÉtage collinéen (de 0 à 800 m)Étage montagnard (de 800 à 1 700 m)
La fougère-aigle est très commune jusqu’à 1 700 m.

Utilisation médicinaleUtilisations

Utilisations médicinalesToxiqueUtilisations médicinales
Utilisée autrefois comme astringent.

La fougère-aigle peut abriter de nombreuses tiques.

Utilisations économiques
Industrielle : la plante est employée pour faire des matelas grossiers et de la litière.

Constituants chimiquesConstituants chimiques

Deux substances cancérogènes dont l’une imite les effets de l’empoisonnement par radiation. Les plantes individuelles peuvent aussi produire des composés cyanurés.

Symptômes :

Il est peu probable que la consommation de ces fougères provoquent un empoisonnement aigu. Leur effet est cumulatif et produit à la longue une variété de cancers internes. Une consommation répétée augmente de façon considérable le risque de développer la maladie. Au Japon, où les crosses de la fougère-aigle constituent un mets traditionnel, les scientifiques attribuent le taux élevé de cas de cancer de l’estomac à la popularité du dangereux légume.

StatutStatut

MenacesMenaces
En foresterie, l’extension de cette fougère doit être limitée car elle présente bien des inconvénients. Elle envahit complètement les jeunes plantations : il est nécessaire d’effectuer le dégagement fréquent des jeunes plants. Elle rend la circulation très difficile dans les peuplements en été, ce qui gêne la gestion sylvicole.

Le gibier (lapin, lièvre, chevreuil) ne s’en nourrit pas et se rabat sur les jeunes plants ; les couverts sont monotones et peu d’oiseaux en tirent parti. Il n’y a guère que la faune du sol (Arthropodes, Micromammifères) qui puisse abonder dans ces conditions.

Son caractère exclusif empêche l’apparition de buissons que bien des animaux (oiseaux, chevreuils) pourraient mettre à profit comme abri et comme source de nourriture.

Une étude est actuellement en cours pour proposer différents moyens de limiter l’extension de la fougère et de lui substituer d’autres plantes ligneuses au grand bénéfice de la faune et de la sylviculture.

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Sujets plus détaillés
Sujets proches
La capillaire (Asplenium trichomanes)
La fougère-aigle (Pteridium aquilinum)
Le polypode vulgaire (Polypodium vulgare)
La fougère-mâle (Polystichum filixmas)
Sujets plus larges
Page d'accueil
Les fougères (Pterophyta)
Le lycopode officinal (Lycopodium clavatum)
La prêle des champs (Equisetum arvense)
La prêle élevée (Equisetum maximum)
Taxon précédant ] [ Taxon ascendant ] [ Taxon suivant ] [Page d’accueil] [Végétaux] [Via Gallica]
Chercher sur ce Site :
Chercher sur la Toile :
Recommander cette page :
Recommander ce site :
AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.