AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.
Recherche personnalisée

Le crapaud alyte (Alytes obstetricans)

Taxon supérieur ] [ Taxon suivant ] [Animaux] [Via Gallica]
Espèce[Photos] [Présentation] [Classification] [Sous-classification] [Noms] [Étymologie] [Identification] [Voix] [Laissées] [Empreinte] [Voie] [Habitudes] [Cycle de vie] [Nourriture] [Habitats] [Répartition] [Déplacements] [Histoire] [Statut] [Vidéos]Page non éditée

PhotosPhotos

PrésentationPrésentation

Présentation généraleGénéralités

ClassificationClassification

Règne : animaux (Animalia)Sous-règne : métazoaires (Metazoa)Division : triploblastiques (Bilateralia)Sous-division : deutérostomes (Deuterostomia)
Super-embranchement : chordés (Chordata)Embranchement : vertébrés (Vertebrata)Sous-embranchement : vertébrés à mâchoires (Gnathostomata)
Classe : amphibiens (Amphibia)Sous-classe : (Lissamphibia [Haeckel, 1866])Ordre : anoures (Anura)Sous-ordre : (Discoglossoidei [Sokol, 1977])
Super-famille :Famille : discoglossidés (Discoglossidae [Günther, 1859 (1845)])Sous-famille : alytinés (Alytinae [Fitzinger, 1843])
Genre : alytes (Alytes [Wagler, 1829])Sous-genre :
Espèce : Alytes obstetricans [ (Laurenti, 1768)]Sous-espèce :Nom commun : crapaud alyteNom populaire : crapaud accoucheur

Noms européensNoms européens

AlbanieAllemagneAngleterreArménie
Pays basqueBiélorussieBrezhonegBulgarie
CatalogneChyprioteCorsuCroatie
DanemarkGaeidhligEspagneEstonie
FøroysktFinlandeFrançaiscrapaud alyteFrysk
GalicePays de GallesGéorgieGrèce
HongrieIrlandeIslandeItalie
LettonieLithuanieLëtzebuergëschMacédoine
MalteMoldovenesteNorvègeOccitan
Pays-BasPolognePortugalRoumanie
RussieSerbieSlovaquieSlovénie
SuèdeTchéquieUkraïneEmpire romainAlytes obstetricans

ÉtymologieOrigine du nom

Étymologie latineÉtymologie latine
Étymologie françaiseÉtymologie française

IdentificationIdentification

Identification généraleGénéralités
Crapaud alyte. Dessin mâle portant la ponte. Cliquer pour agrandir l'image.Crapaud alyte. Cliquer pour agrandir l'image.
MorphologieMorphologie
MâleFemelleCrapaud alyte. Cliquer pour agrandir l'image.Petit crapaud trapu à peau verruqueuse, avec la tête plus large que longue et le museau pointu.

Les yeux sont bien développés et la pupille verticale en forme de losange contraste sur l'iris doré.

L'Alyte possède pas de sacs vocaux, ni de pelotes copulatrices.

Le tympan est un peu plus petit que l'œil et surmonté d'un bourrelet saillant.

LongueurDe 4 à 6 cm, le mâle étant un peu plus petit que la femelle.Queue
HauteurPoidsDe 5 à 14 grammes, les mâles étant plus légers que les femelles.
Larve
Les têtards brun pâle, tachetés de sombre, ont le spiracle ventral (moitié avant du corps) et une large queue ; ils peuvent atteindre une taille considérable (de 8 à 9 cm) lorsqu'il s'agit d'individus issus de pontes estivales et qui ne se métamorphosent pas l'année même.
ColorisColoris
Son dos est grisâtre, brun-clair finement ponctué de vert sombre et leur centre est gris, blanc bleuté.
Capacités physiologiquesCapacités physiologiques
RemarquesRemarques
Espèces semblablesEspèces semblables
Son allure peut le faire confondre avec d'autres crapauds mais la pupille en fente verticale le distingue de tous. Le mâle est le seul à porter des œufs enroulés autour de ses pattes arrières.

VoixVoix

Voix d'amphibien
Son chant caractéristique, émis de préférence par nuits calmes et chaudes, trahit le plus souvent sa présence. Il se constitue d'une suite de « pou…pou…pou… » aigus, explosifs et musicaux émis à intervalles d'une à trois secondes.

Son chant rappelle celui du Hibou petit-duc duquel il se différencie par sa fréquence plus rapide. Les chants débutent peu avant le coucher du soleil, culminent dans l'heure qui suit et s'éteignent en fin de nuit. En pleine saison de reproduction, on l'entend parfois de jour.

LaisséesLaissées

Description

EmpreinteEmpreinte

Description

VoieVoie

Description

Habitudes

Description
Mœurs crépusculairesMœurs nocturnes
Crapaud alyte. Cliquer pour agrandir l'image.Enfouis dans la terre ou sous une roche en journée, c'est plutôt en soirée ou de nuit qu'il est plus actif et facilement repérable.

L'observation de gros têtards, peu avant ou après l'hiver, peut également être un indice (pas une preuve) de présence car une partie des têtards d'Alyte passent l'hiver pour se métamorphoser au printemps suivant, ce qui est assez rare chez les autres anoures.

Crapaud alyte. Au bain. Cliquer pour agrandir l'image.La cardère (une plante « ressemblant » au chardon) à les feuilles de sa base qui forment des cuvettes retenant l'eau de pluie. De nombreux animaux profitent de ses mini mares. Ce crapaud accoucheur était venu s'y rafraîchir.Crapaud alyte. Au bain. Cliquer pour agrandir l'image.
Territoire

Cycle de vieCycle de vie

Système reproductif
Maturité sexuelle
2 ans.
Territorialité
L'Alyte vit en petites colonies ; le territoire des mâles est restreint.
Parade nuptiale
Il quitte sa retraite hivernale en mars et sa période d'activité s'étend jusque septembre-octobre. La période de chant et les accouplements (amplexus lombaire) ont principalement lieu durant les mois d'avril à juin, secondairement plus tard. Plusieurs périodes de chant plus intense alternent avec des accalmies qui correspondent au moment des pontes.
ReproductionAccouplement
Site de ponte
La ponte et la fécondation se font à terre (rarement à l'eau). Ce cas est unique chez les amphibiens européens.
Nid
Nombre de portées
Ponte
Une femelle pond plusieurs fois par an : généralement deux, parfois jusque quatre, à quelques semaines d'intervalle.

De manière simplifiée, deux périodes de pontes se succèdent : la principale en avril-mai donne des têtards métamorphosés en fin d'été, la seconde donne des têtards qui passent l'hiver à l'état larvaire et se métamorphosent entre mai et juillet de l'année suivante, après un environ an de vie larvaire.

Œufs
Chaque ponte compte de 40 à 70 œufs reliés en chapelet que le mâle enroule autour de ses pattes postérieures.
Incubation
Éclosion
Le mâle garde les œufs de 20 à 45 jours ; il passe les journées caché sous un abri et les humidifie de temps en temps dans une mare ou dans une flaque. C'est lors d'une de ses « baignades » que les têtards sont libérés de leur coque protectrice.
Larve
Émancipation
Métamorphose
Prédateurs
Poissons
Les mœurs cachées de l'espèce font que, à terre, il n'est pas la proie de nombreux prédateurs. Les têtards sont exposés aux prédateurs aquatiques (grands insectes, poissons, tritons, certains oiseaux et mammifères).
MaladiesMaladies
LongévitéLongévité
Jusqu'à 5 ans environ en captivité.

RégimeNourriture

Description
InsectesVersAraignéesHerbes
Il se nourrit d'insectes, de vers, d'arachnides et de mollusques. Les têtards sont herbivores et se nourrissent d'algues et de plantes aquatiques diverses.

HabitatHabitats

MilieuxMilieux
PrésChampsPrairiesRivesRivièresPelouses alpinesVillagesVillesJardinsVergers
Grégaire et crépusculaire, l'Alyte colonise des milieux rocheux ensoleillés ou des pentes bien exposées à proximité immédiate d'un point d'eau. La chaleur, l'humidité et des abris diurnes lui sont nécessaires. Les milieux pierreux sont particulièrement recherchés car ils fournissent de bons abris susceptible de se réchauffer rapidement (micro-climat chaud).

Des pentes terreuses bien ensoleillées l'attirent aussi. Anciennes carrières (surtout de pierres, mais aussi d'autres types : argile, kaolin, marne, craie), gravières, éboulis, vieux murs et bâtiments, cimetières mais toujours à condition qu'il y ait à proximité immédiate un point d'eau, même de dimensions minimes.

Il fréquente parfois des bassins d'agréments, même situés en ville (introductions fréquentes dans ces cas).

Gîte
AltitudesAltitudes

MigrationRépartition

Répartition globale
Crapaud alyte. Répartition. Cliquer pour agrandir l'image.L'aire de répartition se limite à huit pays du sud-ouest de l'Europe : Portugal, Espagne, France, Belgique, Pays-Bas (le sud uniquement), Luxembourg, Allemagne (partie ouest) et Suisse.
Présent en auvergneAuvergne

MigrationDéplacements / Hibernation

Hibernation
Les déplacements sont généralement minimes car ils s'effectuent entre le site d'hivernage et de reproduction qui sont toujours proches l'un de l'autre (souvent dans un rayon ne dépassant pas 100-150m). Les juvéniles partagent les mêmes abris que les adultes. Un erratisme plus important peut parfois concerner des colonies entières lorsqu'un biotope est dégradé ou détruit. Il ne semble toutefois pas y avoir de colonisations de sites distants de plus de 500 à 2.000m s'il n'existe pas de biotopes-relais intermédiaires.

Histoire et traditionsHistoire, traditions, légendes, mythes, symboles …

StatutStatut

Rareté
CirculationMenaces
L'Alyte a souvent un domaine vital réduit, ses lieux de reproduction et de séjour étant très proches. Il est donc particulièrement exposé aux menaces surs ses habitats, même s'il montre une certaine capacité à coloniser de nouveaux sites. Sa dépendance vis-à-vis des sites artificiels accroît cette vulnérabilité. Les comblements et autres altérations des fonds de carrières et des gravières lui sont dommageables, de même que l'évolution naturelle de tels sites vers le boisement ou des reprises de l'activité extractive.

Les risques d'assèchement temporaire estival de mares et d'étangs sont un problème supplémentaire (risques d'échecs de reproduction).

La fréquentation de certains sites par des motos et des 4x4 peut être destructrice, tant des milieux terrestres que des mares et ornières de reproduction.

Dans les sites proches ou faisant partie de lieux habités, la restauration de murs et bâtiments réduit l'offre de cavités. Des mesures compensatoires sont à proposer.

Malgré son caractère casanier si son site n'est pas menacé, l'Alyte a besoin d'un milieu terrestre qui lui permette de coloniser de nouveaux endroits. En ce sens, le concept de réseau écologique est à développer, en particulier en prenant en compte la diversité des carrières abandonnées de Wallonie (plusieurs milliers).

La densité élevée de prédateurs « domestiques » (chats, chiens) ou anthropophiles dans les sites proches des habitations peut poser problème.

Comme pour d'autres amphibiens, des densités trop élevées de poissons prédateurs sont nocives.

Dégâts et nuisances
ProtectionProtection

VidéoVidéos

Autres sujetsAutres sujets

Sujets proches
Le crapaud alyte (Alytes obstetricans)
Le crapaud calamite (Bufo calamita)
Le crapaud commun (Bufo bufo)
Le crapaud sonneur à ventre jaune (Bombina variegata)
La rainette verte (Hyla arborea)
Sujets plus larges
Racine
Les anoures (Anura)
Les urodèles
Taxon supérieur ] [ Taxon suivant ]
Recommander cette page :
Recommander ce site :
Recherche personnalisée
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.