Le quartier civique d’Éphèse en Anatolie

Rubriques[Photos] [Présentation] [Situation] [Visites] [Culture] [Informations pratiques] [Autres sujets]

[Sujet précédant] [Page d'accueil] [Sujet ascendant] [Sujet suivant] [Via Gallica]

Page éditée

PrésentationPrésentation

Présentation généralePrésentation générale

SituationSituation

Le quartier civique d’Éphèse en Anatolie. Symbole d'Esculape près du monument à Memmius. Cliquer pour agrandir l'image.Le quartier civique d’Éphèse en Anatolie. Bâton d'Esculape près du monument à Memmius. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).Après avoir franchi la porte d’Héraclès, on atteint le haut de la Voie des Courètes, on quitte le quartier résidentiel et on entre dans le quartier civique de la cité d’Éphèse. La Voie des Courètes, ou Embolos, débouche sur une petite place, la place dite Domitien (Domitianus Meydanı). Sur les côtés de l’avenue des Courètes on remarque des stèles ornées du bâton d’Esculape (Asclépios), le dieu de la médecine. En arrivant sur la place Domitien, on peut voir sur la gauche un bas-relief représentant la déesse de la Victoire, une Niké ailée, provenant de la porte d’Héraclès.

VisitesVisites

Bâtiment antiqueLe monument de Caius Memmius
Le premier monument que l’on découvre est le monument de Memmius (52), situé du côté nord de la place Domitien, en haut de la Voie des Courètes. Le monument à Caius, ou Gaius, Memmius (Μνημείο του Γάιου Μέμμιου) est un monument honorifique, bâti au cours du 3e ou du 4e quart du Ier siècle avant JC (entre 50 et 30 avant JC), en hommage à Gaius Memmius, consul suffect en l’an 34 avant JC, puis proconsul d’Asie en l’an 30. Caius Memmius était le fils de Caius Memmius et, par sa mère, le petit-fils du dictateur Sulla.

Le quartier civique d’Éphèse en Anatolie. Reconstitution du monument à Memmius. Cliquer pour agrandir l'image.Le monument devait honorer non seulement Caius Memmius mais aussi son grand-père Sulla qui avait joué un rôle important dans le destin de la cité d’Éphèse. En 88 avant JC le roi du Pont-Euxin (royaume situé sur la côte sud de la mer Noire actuelle), Mithridate VI, avait organisé une révolte dans la cité d’Éphèse, affirmant que les impôts sous la domination romaine étaient trop élevés et que l’Asie devait appartenir aux Asiatiques ; les armées pontiques avaient tué 80 000 Romains. Vers l’an 84, après trois ans d’occupation pontique, l’armée romaine, sous le commandement du général Sulla, avait vaincu Mithridate et avait rétabli l’ordre romain. Plus tard, vers 82, Sulla (Lucius Cornelius Sulla, né en 138 avant JC - mort en 78 avant JC) – plus souvent écrit Sylla en français, avec un « y » grec – fut nommé dictateur par le Sénat de la République romaine. Le monument de Memmius commémorait cette victoire de Sulla.

Le quartier civique d’Éphèse en Anatolie. Plan du monument à Memmius. Cliquer pour agrandir l'image.Le monument de Memmius était un bâtiment de plan carré, d’environ 8 m de côté, en forme de haut baldaquin à la décoration raffinée. La façade sud faisait face à la place Domitien ; la façade ouest faisait face à la Voie des Courètes, mais fut masquée quelques siècles plus tard par la construction d’une fontaine, l’Hydréion. Sur chacune des façades – à l’étage inférieur – se trouvaient des niches semi-circulaires liées les unes aux autres par des arcs décorés de hauts-reliefs en forme de caryatides, représentant vraisemblablement les membres de la famille de Memmius. À l’étage supérieur, entre les colonnes, des bas-reliefs figuraient les vertus de la personnalité honorée ; un toit en forme de cône surmontait le monument.

Le monument de Memmius (Memmius Anıtı) a fait l’objet d’une tentative de reconstruction partielle – assez hideuse – à grand renfort de béton, dans un style moderne cubiste.

FontaineL’hydréion
Le quartier civique d’Éphèse en Anatolie. Fragment de l'hydréion près du monument à Memmius. Cliquer pour agrandir l'image.Contre la façade ouest du monument à Memmius une fontaine publique monumentale fut construite vers la fin du IIIe siècle avant JC ou le début du IVe siècle, environ trois siècles après l’érection du monument de Memmius ; cette fontaine était nommée l’Hydréion (du grec ancien ύδρίον, « citerne, réservoir »).

L’Hydréion était de plan rectangulaire, avec un long bassin étroit. Quatre statues étaient placées devant le bassin ; elles représentaient les quatre empereurs de la première tétrarchie (de 293 à 305 après JC) : Dioclétien, Maximien, Constance Chlore (Constantius Chlorus), et Galère (Galerius). Des statues de ces mêmes tétrarques se trouvaient devant le temple d’Hadrien.

Les quatre colonnes d’angle – de style corinthien – de l’Hydréion ont été redressées.

Temple antiqueLe temple de Domitien ou temple des Sébastes
Le quartier civique d’Éphèse en Anatolie. Reconstitution du temple de Domitien. Cliquer pour agrandir l'image.Le temple de Domitien se trouvait sur le côté sud de la place Domitien (53) ; le temple se dressait sur une terrasse de 5 000 m² – d’environ 108 m par 54 m – située au pied du mont Préon (Bülbül Dağı) ; du côté de la place Domitien, de puissants contreforts voûtés – sur deux étages ou plus – soutenaient la terrasse. Le temple de Domitien dominait ainsi toute la cité, le quartier civique et, notamment, l’agora d’État de la cité.

Le temple fut édifié au Ier siècle après JC, sous le règne de l’empereur Domitien (Titus Flavius Domitianus), qui régna de 81 à 96. C’était le premier temple d’Éphèse autorisé à porter le nom d’un empereur, ce qui conféra à la cité le titre de « neokoros » (νεώκoρος), ce qui signifiait que la cité était la gardienne d’un temple impérial. Après la construction du temple d’Hadrien, Éphèse sera doublement « neokoros ».

Le quartier civique d’Éphèse en Anatolie. Plan du temple de Domitien. Cliquer pour agrandir l'image.Le temple servit au culte impérial de Domitien, qui se faisait appeler « Souverain et Dieu » et se comparait à Jupiter… Ce culte dura jusqu’à l’assassinat du despote en 96 après JC. Le Sénat romain, dont le pouvoir avait été sévèrement diminué par Domitien, condamna sa mémoire à l’oubli (damnatio memoriae), fit fondre les monnaies frappées à son effigie et fit effacer son nom de tous les documents et monuments publics. La dédicace du temple fut alors faite à la dynastie des sébastes flaviens – de la gens Flavia – et, en premier lieu à l’empereur Vespasien, le père de Domitien, et à l’empereur Titus, son frère. Le temple est ainsi nommé « temple des Sébastes » ; le titre honorifique de sébaste (σεβαστός, sébastos ; pluriel σεβαστοί, sébastoi, « vénérable ») était utilisé en Grèce pour traduire le titre impérial romain d’Auguste (Augustus).

Le quartier civique d’Éphèse en Anatolie. Le temple de Domitien (auteur Bernard Gagnon). Cliquer pour agrandir l'image.Depuis la place Domitien on accédait à la terrasse et au temple par un double escalier construit dans la façade de la terrasse. Le temple lui-même était bâti sur un stylobate à six marches, d’environ 24 m par 34 m ; le périptère du temple comportait 8 colonnes à l’avant et à l’arrière, et 13 colonnes sur chacun des côtés ; 4 colonnes bordaient le pronaos. La cella du temple était relativement petite, de 9 m par 13 m, et abritait un autel et une statue colossale de l’empereur Domitien, de 5 m à 8 m de hauteur.

Du temple de Domitien (Domitian Tapınağı) il ne reste presque rien sur le terrain, seulement des bases de colonnes : le temple a vraisemblablement été détruit après la victoire du christianisme ; deux colonnes ont été redressées. Au Musée d’Éphèse à Selçuk on peut voir l’autel reconstruit du temple de Domitien, richement décoré avec des bas-reliefs montrant différentes armes, ainsi que des fragments de la statue de Domitien retrouvés dans le soubassement du temple : la tête et un bras. Cependant de nombreux chercheurs soutiennent que cette statue représente plutôt son frère Titus…

Musée archéologiqueLe musée des Inscriptions
Le musée des Inscriptions se trouve dans le sous-sol du temple de Domitien – sur le côté ouest de la place Domitien. Dans les couloirs voûtés sont actuellement conservées plus de 3 000 inscriptions complètes ou partielles que les archéologues ont rassemblées ; la plupart sont des plaques de marbre gravées découvertes durant les fouilles. Une exposition sélectionnée contient environ 60 exemples d’inscriptions exceptionnellement instructives, dont une condamnation à mort de personnes sacrilèges (seconde moitié du IVe siècle avant JC), des droits de citoyenneté hellénistiques, des lettres impériales, des inscriptions honorifiques pour des membres de l’aristocratie impériale et civique et des inscriptions funéraires.

Ce musée est fermé la plupart du temps.

NymphéeLe nymphée de Pollio
Le site archéologique d'Éphèse en Anatolie. Le nymphée de Pollio (auteur Sailko). Cliquer pour agrandir l'image.
NymphéeL’hydrekdochéion de Gaius Bassus Laecanius
Temple antiqueLe temple d’Isis
StoaLe portique basilique
Le site archéologique d'Éphèse en Anatolie. Colonne du portique basilique. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).Le site archéologique d'Éphèse en Anatolie. Chapiteau à tête de taureau du portique basilique. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).
Temple antiqueLe temple d’Hestia Boulaea
Hôtel de villeLe prytanée
Le site archéologique d'Éphèse en Anatolie. Le prytanée. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).Le site archéologique d'Éphèse en Anatolie. Le prytanée. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).Le site archéologique d'Éphèse en Anatolie. Le prytanée. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).
Théâtre antiqueL’odéon
Le site archéologique d'Éphèse en Anatolie. L'odéon-bouleutérion. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).Le site archéologique d'Éphèse en Anatolie. L'odéon-bouleutérion. Cliquer pour agrandir l'image.Le site archéologique d'Éphèse en Anatolie. L'odéon-bouleutérion. Cliquer pour agrandir l'image.Le site archéologique d'Éphèse en Anatolie. Parodos de l'odéon. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).
AgoraL’agora supérieure
Le site archéologique d'Éphèse en Anatolie. Plan de l'agora civique. Cliquer pour agrandir l'image.Le site archéologique d'Éphèse en Anatolie. Reconstitution de l'agora d'État. Cliquer pour agrandir l'image.
ThermesLes thermes de l’agora civique
GymnaseLe gymnase de l’est
Porte antiqueLa porte de Magnésie

Informations pratiquesInformations pratiques

Heures de visiteHeures de visite
Voir la page d’information sur les conditions de visite du site archéologique d’Éphèse.

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Anatolie > Ionie > Selçuk > Site d’Éphèse > Quartier civique
Sujets plus détaillés
Sujets proches
Le quartier du port d'Éphèse en Anatolie
Le quartier du théâtre d'Éphèse en Anatolie
Le quartier résidentiel d'Éphèse en Anatolie
Le quartier civique d'Éphèse en Anatolie
Le quartier hors les murs d'Éphèse en Anatolie
Sujets plus larges
Page d'accueil
Le site archéologique d'Éphèse en Anatolie
[Sujet précédant] [Sujet ascendant] [Sujet suivant] [Ionie] [Carie] [Lycie] [Page d’accueil] [Anatolie] [Via Gallica]
Chercher sur ce Site :
Chercher sur la Toile :
Recommander cette page :
Recommander ce site :
AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.