AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.
Recherche personnalisée

Le circaète Jean-le-Blanc (Circaetus gallicus)

Taxon précédent ] [ Taxon supérieur ] [ Taxon suivant ] [Animaux] [Via Gallica]
Espèce[Photos] [Présentation] [Classification] [Sous-classification] [Noms] [Étymologie] [Identification] [Chant] [Fientes] [Empreinte] [Vol] [Habitudes] [Cycle de vie] [Nourriture] [Habitats] [Répartition] [Migration] [Histoire] [Statut] [Vidéos]Page en cours d'édition

PhotosPhotos

PrésentationPrésentation

Présentation généraleGénéralités

ClassificationClassification

Règne : animaux (Animalia)Sous-règne : métazoaires (Metazoa)Division : triploblastiques (Bilateralia)Sous-division : deutérostomes (Deuterostomia)
Super-embranchement : chordés (Chordata)Embranchement : vertébrés (Vertebrata)Sous-embranchement : vertébrés à mâchoires (Gnathostomata)
Classe : oiseaux (Aves)Sous-classe : néornithes (Neornithes)Super-ordre : néognathes (Neognathae)
Groupe : rapacesSous-groupe : rapaces diurnesOrdre : accipitriformes (Accipitriformes)Sous-ordre :
Famille : accipitridés (Accipitridae)Sous-famille : circaètinés (Circaetinae)Genre : circaètes (Circaetus)Sous-genre :
Espèce : Circaetus gallicus [J. F. Gmelin, 1788], Circaetus feroxSous-espèce :Nom commun : circaète Jean-le-BlancNom populaire : aigle Jean-le-Blanc, aigle des serpents, blanche-queue, jean-le-blanc

Noms européensNoms européens

Albanieshqiponja gjarpërngrënëseAllemagneSchlangenadlerAngleterreshort-toed eagle, snake-eagleArménieԵվրոպական օձակեր
Pays basquearrano sugezaleBiélorussieарлан-вужаедBrezhonegBulgarieорелът змияр
Catalogneàguila marcenca, aigla blancaChyprioteCorsuCroatiezmijar, orao zmijar
DanemarkslangeørnGaeidhligEspagneàguila culebrera, culebrera europeaEstoniemadukotkas
FøroysktFinlandekäärmekotkaFrançaiscircaète Jean-le-BlancFrysk
Galiceaguia cobreiraPays de GallesGéorgieGrèceφιδαετός
HongriekígyászölyvIrlandeIslandesnákernaItaliebiancone
LettoniečūskērglisLithuaniegyvatėdisLëtzebuergëschMacédoineорел змијар
Malteajkla bajdaMoldovenesteNorvègeslangeørnOccitan
Pays-BasslangenarendPolognegadożerPortugalàguia-cobreira, guincho-brancoRoumanieşerpar
RussieзмееядSerbieорао змиjар, orao zmijarSlovaquiekačar, orel kačarSlovéniehadiar krátkoprstý
SuèdeormörnTchéquieorlík krátkoprstýUkraïneзмієїдEmpire romainCircaetus gallicus

ÉtymologieOrigine du nom

Étymologie latineÉtymologie latine
Circaetus : des mots grecs κιρκος, faucon et αετος, aigle.

gallicus : Gaulois.

Étymologie françaiseÉtymologie française

IdentificationIdentification

Identification généraleGénéralités
Circaète jean-le-blanc. Dessin d'identification. Cliquer pour agrandir l'image.
Circaète jean-le-blanc. Cliquer pour agrandir l'image.Le Circaète Jean-le-Blanc est le plus grand rapace de notre région, puisqu'il peut atteindre 1,80 m d'envergure. Rapace de forte taille, avec la partie inférieure du corps et des ailes presque blanches au vol. Il est reconnaissable à son vol lent et sa silhouette en vol en forme de M.

Circaète jean-le-blanc, En vol. Cliquer pour agrandir l'image.Sa grosse tête apparaît souvent plus sombre et ses ailes sont très larges, ce qui lui confère une silhouette massive en vol, reconnaissable même de très loin, surtout si l'oiseau effectue un vol sur place.

MorphologieMorphologie
Circaète jean-le-blanc. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.
MâleFemelleCorps brun cendré en dessus, blanc en dessous avec des taches oblongues brunes ; rémiges noirâtres ; iris jaune.
PlumageCircaète jean-le-blanc, Dessin de l'adulte. Cliquer pour agrandir l'image.Son plumage est brun foncé uniforme par dessus, avec des rémiges noirâtres (contraste typique sur les ailes) alors que ses parties inférieures sont blanches, finement mouchetées de taches brunes en lignes parallèles. Il possède des ailes barrées de brun à l'extrême. L'absence de tache noire au poignet est un signe caractéristique. Les tarses font 0,75 à 0,80 m de longueur.

Circaète jean-le-blanc, Dessin du dessous des ailes. Cliquer pour agrandir l'image.Certains individus sont plus clairs que d'autres.

Sa gorge et le haut de la poitrine sont sombres.

Queue blanchâtre en dessous, assez longue, avec 3 ou 4 barres sombres indistinctes.

Juvénile plus brun et plus tacheté dessous.

Forme de becCircaète jean-le-blanc, Tête en gros plan. Cliquer pour agrandir l'image.C'est un rapace aux yeux énormes et jaunes, à la face large comme une chouette. Posé, sa grosse tête de chouette et ses iris jaunes sont typiques.

Son bec est court et recourbé depuis la base, gris noirâtre.

PatteCire, tarses et doigts jaunes.
LongueurDe 62 à 67 cm.EnvergureDe 170 à 185 cm.
HauteurPoidsDe 1100 à 2000 g.
ColorisColoris
Capacités physiologiquesCapacités physiologiques
RemarquesRemarques
Espèces semblablesEspèces semblables
Le circaète Jean-le-blanc ressemble à une buse variable, mais il est plus grand (de 63 à 67 cm) et sa tête est plus proéminente, ou une bondrée apivore de grande taille, tant par son plumage que par sa silhouette, et la confusion est fréquente chez les débutants. Avec une envergure de 1,80 m, il est plutôt apparenté aux aigles.

Chant ou criCri et chant

Cri d'oiseauCri
Le circaète Jean-le-blanc n'est guère silencieux durant la parade nuptiale et ses sifflements mélodieux sont agréables à l'oreille.
Cri d'oiseauCri
Assez bruyant : « dji » rauque, plaintif; « ok, ok, ok » plutôt faible.
En dehors de cette période, le circaète est plutôt avare de ses cris sauf quand un congénère s'approche trop près de son aire.

FienteFientes

Description

EmpreinteEmpreinte

Description

VolVol

Description
Circaète jean-le-blanc, Silhouette. Cliquer pour agrandir l'image.
Circaète jean-le-blanc, Silhouette. Cliquer pour agrandir l'image.
Circaete_jean-le-blanc, Femelle de circaète Jean-le-blanc en vol.. Cliquer pour agrandir l'image.Vol majestueux, planant avec les ailes en ligne droite (non en V comme la buse).

Pratique fréquemment le vol stationnaire, pattes pendantes ; ailes souvent coudées.

Circaète jean-le-blanc, En vol. Cliquer pour agrandir l'image.

ComportementHabitudes

Description
Mœurs matutinauxMœurs diurnes
Circaète jean-le-blanc, Capturant un serpent. Cliquer pour agrandir l'image.Circaète jean-le-blanc, En vol. Cliquer pour agrandir l'image.Observer le circaète Jean-le-blanc, c'est se transporter au cœur la garrigue, partagée entre le parfum du thym et le chant des cigales. À flanc de coteau, un circaète effectue le vol du Saint-Esprit, la tête penchée vers l'avant pour mieux repérer la couleuvre verte et jaune qui se dort au soleil. Arrêtant un instant le mouvement de ses ailes, il se laisse descendre d'un palier pour reprendre son vol sur place. Mais ce mouvement a dû alerter sa proie qui s'est mise à couvert car notre oiseau abandonne sa position stationnaire et plane le long de la colline à la recherche d'un nouveau reptile. Le vol sur place type crécerelle est relativement assez rare, le circaète préférant se positionner contre le vent et rester immobile, jouant seulement avec l'inclinaison de ses ailes et de sa queue. Le serpent attrapé est immédiatement avalé et transporté directement au jeune, la queue dépassant encore de son bec.

Cycle de vieCycle de vie

Système reproductif
TerritorialitéTerritorialité
Première nidificationPremière nidification
Période de nidificationPériode de nidification
Le retour vers l'Europe est relativement précoce car les premiers oiseaux sont notés début mars sur le pourtour méditerranéen, les autres régions avant la fin de ce mois, alors que serpents et lézards sortent tout juste de leur torpeur hivernale.
Le Circaète établit son nid dès son retour en mars.
ReproductionParade nuptiale
ReproductionAccouplement
Site de nidificationSite de nidification
Niche au sommet des arbres placés dans les coteaux et les plaines, aux abords des zones dégagées où il chasse. L'aire est toujours construite sur un arbre, bien dégagé, pour permettre un accès facile.
NidNid
Circaète jean-le-blanc, Au nid. Cliquer pour agrandir l'image.Son nid est une imposante aire construite au sommet d'un arbre, un pin sylvestre de préférence.
NichoirNichoir
Nombre de couvéesNombre de couvées
PontePonte
La ponte de l'œuf unique a lieu dans la première quinzaine d'avril.
ŒufsŒufs
La femelle pond un œuf unique, aussi gros et lourd que celui d'un aigle (150 g, 74x58 mm). Il est de couleur verdâtre et de matière rugueuse.
IncubationIncubation
L'incubation dure de 45 à 47 jours (effectuée par les deux parents).
ÉclosionÉclosion
Circaète jean-le-blanc, Au nid avec un jeune. Cliquer pour agrandir l'image.Fin mai. Surveillance assidue de la mère les premières semaines.
NourrissageNourrissage
Circaète jean-le-blanc, Nourrissage. Cliquer pour agrandir l'image.La croissance de l'oisillon est longue et pénible, le développement du poussin très lent (11 semaines).

Ses parents le nourrissent de reptiles qu'ils coupent en morceaux. Comme ils ne peuvent porter dans leur bec la proie entière, ils apportent le reptile au nid après en avoir absorbé les 3/4, le dernier pendant hors du bec.

EnvolEnvol
Circaète jean-le-blanc, Jeune au nid. Cliquer pour agrandir l'image.L'envol du jeune a lieu après un séjour de 70 à 80 jours au nid.
SevrageSevrage
ÉmancipationÉmancipation
Circaète jean-le-blanc, Au nid avec un jeune. Cliquer pour agrandir l'image.La famille reste soudée quelque temps jusqu'à la migration qui a lieu entre la mi-août et la mi-octobre.
Plumage juvénilePlumage juvénile
Circaète jean-le-blanc, Juvénile. Cliquer pour agrandir l'image.
Période de muePériode de mue
Prédateurs
MaladiesMaladies
Survie des adultes
LongévitéLongévité
17 ans.

RégimeNourriture

Description
SerpentsLézards
Circaète jean-le-blanc, Avalant un serpent. Cliquer pour agrandir l'image.Circaète jean-le-blanc, Avalant un serpent. Cliquer pour agrandir l'image.Les serpents sont partie l'essentiel de son régime alimentaire.

Le circaète Jean-le-blanc est un de nos rapaces dont le régime alimentaire est le plus spécialisé. En effet, il se nourrit essentiellement de reptiles et de serpents en particulier, qu'il engloutit tête la première. Les grandes couleuvres (couleuvres à collier, verte-et-jaune, de Montpellier, d'Esculape) sont ses proies préférées.

Il ne dédaigne pas les grands lézards et les orvets qu'il capture plus occasionnellement, ainsi que des rongeurs jusqu'à la taille d'un lapin et des insectes ; rarement des oiseaux

À la chasse, le circaète repère ses proies par un affût aérien, vol lent, sur place, fond en oblique sur sa proie, la saisit d'une patte par le milieu du corps et par le cou de l'autre patte. Il lui brise le crâne à coup de bec et l'avale en commençant par la tête.

HabitatHabitats

MilieuxMilieux
PrésForêt de montagne
Circaète jean-le-blanc, Perché. Cliquer pour agrandir l'image.Le circaète est le rapace des zones semi-désertiques, des causses, des immensités de garrigue et de maquis, des calanques, de la moyenne montagne voire dans des milieux prairiaux très ouverts comme en Charente-Maritime.

Il est inféodé aux régions chaudes et ensoleillées où les reptiles sont abondants.

GîteGîte
AltitudesAltitudes
Étage de plaineÉtage collinéen (de 0 à 800 m)Étage montagnard (de 800 à 1700 m)

RépartitionRépartition

Répartition globale
Circaète jean-le-blanc, Distribution. Cliquer pour agrandir l'image.
Légende de la carte de répartition
S'étend de l'Europe méridionale jusqu'au Moyen-Orient. Appelé aussi Aigle de Sologne, il habite de préférence les forêts de grands arbres.

Le circaète Jean-le-blanc est présent en France au sud de la Loire uniquement, là où les populations de serpents sont abondantes. Il n'est cependant « commun » qu'au sud d'une ligne La Rochelle ­ Grenoble et ses effectifs les plus importants se retrouvent dans l'arrière pays du pourtour méditerranéen, dans les parties sud et ouest du Massif Central et dans le Périgord. La Corse est par contre inoccupée car, malgré un climat idéal, les gros reptiles sont rares et seules la couleuvre verte et jaune sur l'ensemble du territoire et la couleuvre à collier sur la frange littorale sont présentes. Ni vipère, ni gros lézard. Ce qui revient, en ce qui concerne les ressources alimentaires disponibles, à la même pauvreté que la moitié nord de la France et ne peut en aucun cas suffire à nourrir convenablement un poussin.

Circaète jean-le-blanc, Distribution. Cliquer pour agrandir l'image.Environ 1000 couples nichent en France alors que cette espèce est absente de Belgique et du Luxembourg.

Présent en auvergneAuvergne
Gorges de la Monne.

Gorges de la Sioule.

MigrationMigration

Migrateur.

Le circaète Jean-le-blanc se nourrissant quasi exclusivement de reptiles, il lui est totalement impossible de survivre dans nos régions en plein hiver car ses proies sont toutes en hibernation. C'est pourquoi il est obligé de se rendre en Afrique au-delà du Sahara, dans la zone Sahélienne, pour y passer la mauvaise saison.

Il quitte nos latitudes de fin août à fin septembre pour revenir fin mars début avril.

StatutStatut

Dégâts et nuisances
Menaces
Rareté
Dans les dernières années, le Circaète Jean-le-blanc a connu une diminution importante à la fois de ses effectifs et de son aire de répartition; considéré comme une espèce rare.

Vivant dans des zones retirées toujours assez loin de l'homme, le circaète Jean-le-blanc n'a pas trop eu à subir de destructions de sa part, d'autant plus que son régime alimentaire à base de serpents était plutôt vu d'un bon œil par ceux qui attribuaient aux animaux le qualificatif d'utile ou de nuisible.

Aujourd'hui la population française de circaète Jean-le-blanc est stable et aucune menace sérieuse ne se profile à l'horizon.

C'est probablement à cause d'un changement de climat que le circaète s'est retiré des sites les plus nordiques comme la Lorraine et la Champagne qu'il fréquentait encore au début de ce siècle. L'abandon de l'élevage des mouton sur les pelouses calcaires et les fameux savards champenois a entraîné le retour de la friche, rendant ces zones inhospitalières aux reptiles et, par voie de conséquence, au circaète.

Chasse interditeProtection
Espèce protégée.

VidéosVidéos

Autres sujetsAutres sujets

Sujets proches
Les aigles (Aquila)
La bondrée apivore (Pernis apivorus)
Les busards (Circus)
Les buses (Buteo)
Le circaète Jean-le-Blanc (Circaetus gallicus)
Les éperviers (Accipiter)
Les milans (Milvus)
Sujets plus larges
Racine
Les accipitridés (Accipitridae)
Les pandionidés (Pandionidae)
Taxon précédent ] [ Taxon supérieur ] [ Taxon suivant ]
Recommander cette page :
Recommander ce site :
Recherche personnalisée
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.