La station balnéaire et le monastère de Paleokastrítsa à Corfou

Rubriques[Photos] [Présentation] [Situation] [Visites] [Culture] [Informations pratiques] [Autres sujets]

[Page d'accueil] [Sujet ascendant] [Sujet suivant] [Via Gallica]

Page éditée

PrésentationPrésentation

Présentation généralePrésentation générale
Paléocastritsa (Paleokastrítsa ou Palaiokastrítsa) est une station balnéaire très fréquentée de la côte nord-ouest de l’île de Corfou ; cependant la localité ne compte qu’un peu plus de 250 résidents permanents. Jusqu’à l’année 2011 Palaiokastrítsa était aussi le nom d’un dème (Dímos Palaiokastritón, Δήμος Παλαιοκαστριτών) dont le chef-lieu était le village de montagne de Lákones.
ÉtymologieÉtymologie et toponymie
Le toponyme de « παλαιοκαστρίτσα » signifie en grec « la vieille forteresse » en référence à la forteresse byzantine d’Angelokastro, située à environ 1 km au nord-ouest de Paleokastrítsa (Παλαιοκαστρίτσα).

Sous la domination vénitienne la localité de Paléocastritsa était nommée Paleocastrizza.

SituationSituation

Le village de Paleokastrítsa se trouve dans le nord-ouest de l’île de Corfou, au sud-est du massif montagneux qui occupe le nord de l’île et qui culmine au mont Pantokrator (906 m). Paleokastrítsa est adossé aux pentes de ce massif montagneux dont les escarpements – couverts de chênes yeuses, de cyprès et d’oliviers – surplombent la localité.

Le village de Paleokastrítsa à Corfou. La baie de Liapades vue depuis le cap Akrotiri. Cliquer pour agrandir l'image.Ces escarpements se prolongent dans la mer par des promontoires qui divisent la côte en plusieurs baies ou criques qui abritent des plages de sable ou de galets. La plus orientale de ces baies est la baie de Liapádes (Órmos Liapádes, Όρμος Λιαπάδες) ; plus à l’ouest, séparée de la baie de Liapádes par le cap Akrotíri (Ακρωτήρι) (« le cap … Cap »), se trouve la baie de la Sainte-Trinité (Agia Triáda, Αγία Τριάδα) ; la baie suivante, qui possède la plus grande plage, est la baie de Platakia (Πλατάκια) ; la baie d’Alípa, fermée par une digue, abrite le petit port de Paleokastrítsa (Limáni Alípa, Λιμάνι Αλίπα) ; séparée par une large presqu’île, on rencontre ensuite la baie de Saint-Spyridon (Ágios Spyrídon, Άγιος Σπυρίδων) qui possède également une belle plage. À l’ouest de la presqu’île rocheuse où se dresse le monastère de la Sanctissime Mère de Dieu, se trouvent encore deux baies : la baie de Saint-Pierre (Ágios Pétros, Άγιος Πέτρος) et la baie d’Ampeláki (Αμπελάκι). À 200 m au large du promontoire on aperçoit un îlot rocheux, l’îlot de Skialoúdi (Σκιαλούδι).

Le village de Paleokastrítsa à Corfou. Baie. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).À flanc de montagne, au-dessus de Paleokastrítsa, se trouve le village de Lákones, surnommé le « Balcon de la mer Ionienne », qui offre de très belles vues sur cette côte et cet ensemble de baies ; à la sortie ouest de Lákones, un peu avant le monastère Sainte-Parascève, se trouve le belvédère de Bella Vista d’où l’on peut admirer ce paysage pittoresque, dont les Corfiotes disent qu’il serait le plus beau paysage de Corfou. Au nord-ouest de Paleokastrítsa se trouve les ruines de la forteresse d’Angelókastro qui offre des vues tout aussi magnifiques.

Le village de Paleokastrítsa est à une distance de 23,4 km de la ville de Corfou, en empruntant la route 24 par Kontókali (Κοντόκαλι), Gouviá (Γουβιά), Tzábros (Τζάβρος) ; le trajet dure environ une demi-heure. La route traverse un paysage intéressant et varié avec une végétation luxuriante : d’abord une plaine fertile avec des champs de céréales, ensuite des forêts de sapins, de pins et d’oliviers. On trouve un assez vaste parc de stationnement à l’extrémité du village, mais la route côtière assez étroite dans le village cause assez souvent des encombrements pendant la haute saison.

VisitesVisites

VillageLe village de Palaiokastrítsa (Παλιοκαστρίτσα)
Le village de Paleokastrítsa à Corfou. Plan de la station balnéaire. Cliquer pour agrandir l'image.Paleokastrítsa est resté un village de pêcheurs pendant des siècles avant que, pendant le protectorat britannique sur la « République des îles Ioniennes », de 1814 à 1854, le haut-commissaire britannique Sir Frederick Adam popularisât le village auprès des premiers touristes britanniques. Plus tard, l’empereur d’Allemagne Guillaume II vanta aussi la beauté de la région.

Le village de Paleokastrítsa à Corfou. Les baies d'Agia Triada et de Liapades. Cliquer pour agrandir l'image.La transformation du village en station balnéaire débuta dans les années 1950 : des hôtels de toutes catégories et de toutes tailles furent construits, de façon disséminée et un peu anarchique, sur les flancs de la montagne et des promontoires, altérant quelque peu la beauté du site.

Le village ne dispose pas d’un centre-ville mais s’étire sur environ 3 km le long de la route côtière, à l’arrière des criques, où alternent bars, tavernes, restaurants, hôtels, boîtes de nuit et villas, jusqu’au pied du promontoire où se trouve le monastère. Au bout de la route côtière se trouve un vaste parc de stationnement. Sur les pentes de la montagne se multiplient les appartements de vacances. À l’entrée du village se trouve un camping.

Le village de Paleokastrítsa à Corfou. La baie de Liapades vue depuis le belvédère. Cliquer pour agrandir l'image.Le village de Paleokastrítsa à Corfou. Baies d'Agia Triada et de Liapades. Cliquer pour agrandir l'image.Le village de Paleokastrítsa à Corfou. La côte vue depuis la forteresse d'Angelokastro. Cliquer pour agrandir l'image.Le village de Paleokastrítsa à Corfou. La baie de Liapades. Cliquer pour agrandir l'image.
Monastère orthodoxeLe monastère de Paléocastritsa (Moní Paleokastrítsas / Μονή Παλαιοκαστρίτσας)
Le village de Paleokastrítsa à Corfou. Le clocher du monastère. Cliquer pour agrandir l'image.Le monastère de la Très Sainte Mère de Dieu de Paléocastritsa (Moní Yperagía Theotókou Paleokastrítsas, Μονή Υπεραγίας Θεοτόκου Παλαιοκαστρίτσας) est le monastère emblématique du nord-ouest de l’île de Corfou.

Le village de Paleokastrítsa à Corfou. Le monastère vu depuis la baie de Saint-Spyridon. Cliquer pour agrandir l'image.Le monastère de Paleokastrítsa se trouve sur un des sommets d’une presqu’île rocheuse, située à l’ouest du village, entre les baies de Saint-Pierre et de Saint-Spyridon ; le monastère se trouve au milieu d’une végétation luxuriante, au bord de hautes falaises de 30 m de hauteur. Depuis le haut des falaises la vue sur les eaux cristallines de la baie est magnifique.

Le monastère de la Sainte Mère de Dieu (Panagía Theotókou) a été fondé par un moine au début du XIIIe siècle, vers 1225 ; cependant les bâtiments du monastère actuel ont été construits sur les ruines de cet ancien monastère, aux XVIIIe et XIXe siècles. Quelques moines font encore vivre le monastère.

Outre son église avec son clocher, l’ensemble monastique comprend un grand nombre de bâtiments, d’entrepôts, de belles cours dallées, d’escaliers, de passages voûtés ombragés, de pergolas fleuries et de jardins ornementaux ou potagers ; le monastère possède aussi un ancien moulin à huile et un petit musée.

Le village de Paleokastrítsa à Corfou. Le clocher du monastère. Cliquer pour agrandir l'image.Le village de Paleokastrítsa à Corfou. Le monastère. Cliquer pour agrandir l'image.Le village de Paleokastrítsa à Corfou. Le clocher du monastère. Cliquer pour agrandir l'image.Le village de Paleokastrítsa à Corfou. Le clocher du monastère. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Le village de Paleokastrítsa à Corfou. Le clocher du monastère. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Le village de Paleokastrítsa à Corfou. Le clocher du monastère. Cliquer pour agrandir l'image.Le village de Paleokastrítsa à Corfou. Le clocher du monastère. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).
L’église – aux murs de la même couleur ocre que les roches du promontoire – ne comprend qu’une seule nef ; au plafond de la nef on peut admirer une vaste peinture représentant le Père, le Fils et, sous la forme d’une colombe blanche, le Saint-Esprit. L’église recèle également un tableau de « Saint-Georges et le Dragon », peint au XVIIe siècle par Théodore Poulakis (Θεόδωρος Πουλάκης), un « Jugement Dernier » et d’autres précieuses icônes.

D’autres icônes, datant du XVIIe au XXe siècle, sont visibles dans le petit musée d’art sacré du monastères, notamment une belle « Dormition de la Vierge Marie ». On peut aussi y voir des bibles incrustées de joyaux et avec des reliures en argent ; des habits sacerdotaux et d’autres accessoires des rituels de l’église orthodoxe. Un peu incongru dans ce musée d’art sacré, une vitrine présente des ossements – de grosses vertèbres, de grandes côtes et des défenses – d’un prétendu « monstre marin » que des pêcheurs vantards auraient tué au XIXe siècle ; il semble qu’il s’agisse en réalité d’une partie d’un squelette de mammouth.

Le village de Paleokastrítsa à Corfou. L'église du monastère. Cliquer pour agrandir l'image.Le village de Paleokastrítsa à Corfou. L'église du monastère. Cliquer pour agrandir l'image.Le village de Paleokastrítsa à Corfou. L'église du monastère. Cliquer pour agrandir l'image.Le village de Paleokastrítsa à Corfou. L'église du monastère. Cliquer pour agrandir l'image.Le village de Paleokastrítsa à Corfou. L'église du monastère. Cliquer pour agrandir l'image.Le village de Paleokastrítsa à Corfou. L'église du monastère. Cliquer pour agrandir l'image.Le village de Paleokastrítsa à Corfou. L'église du monastère. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).
Le village de Paleokastrítsa à Corfou. L'église du monastère. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Le village de Paleokastrítsa à Corfou. L'église du monastère. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Le village de Paleokastrítsa à Corfou. L'église du monastère. Cliquer pour agrandir l'image.
Le village de Paleokastrítsa à Corfou. L'entrée du monastère. Cliquer pour agrandir l'image.Visite du monastère de Paleokastrítsa :

L’accès au monastère se fait par une petite route qui prolonge la route côtière ; cette route étroite permet difficilement le croisement des automobiles, et surtout des autocars d’excursion, et des feux de circulation ont dû être installés à l’entrée de la route. Par ailleurs les places de stationnement près du monastère sont peu nombreuses et monopolisées par les autocars à partir du milieu de la matinée. Il vaut mieux venir tôt le matin ou tard l’après-midi si l’on veut pouvoir se garer au sommet du promontoire. L’autre option est de se garer au parc de stationnement tout proche et de monter au monastère à pied : il ne s’agit que d’une promenade de 10 min avec une trentaine de mètres de dénivelée.

Horaires : d’avril à octobre, tous les jours, de 7 h à 13 h et de 15 h à 20 h. Le musée ouvre à 9 h.

Le village de Paleokastrítsa à Corfou. Vigne du monastère. Cliquer pour agrandir l'image.Le monastère est une des attractions de l’île les plus fréquentées ; comme pour le stationnement, il vaut mieux venir en début ou en fin de journée, avant 9 h ou après 17 h.

Prix d’entrée : gratuit, mais les dons sont les bienvenus, par exemple sous la forme d’achat de cierges à l’église.

Comme dans tous les monastères orthodoxes, les visiteurs doivent être habillés convenablement ; des jupes longues peuvent être empruntées par les femmes.

Au musée se trouve une petite boutique où l’on peut acheter du vin du vignoble du monastère, de l’huile d’olive produite par les moines, de la liqueur de kumquat …

À côté du monastère se trouve le restaurant Skeloudi, un médiocre restaurant mais avec une belle terrasse ombragée avec vue sur le monastère et sur la mer.

Le village de Paleokastrítsa à Corfou. Vigne du monastère. Cliquer pour agrandir l'image.Le village de Paleokastrítsa à Corfou. Le monastère vu depuis la baie de Saint-Pierre. Cliquer pour agrandir l'image.
Plage équipéeLes plages
Paleokastrítsa dispose de cinq plages qui ne sont pas les plus belles de l’île de Corfou ; par ailleurs l’eau y est légèrement plus froide qu’à d’autres endroits de l’île, en raison de courants marins ; aucune de ces plages ne convient bien pour les jeunes enfants, parce que l’eau devient rapidement assez profonde.

La plage la plus à l’ouest est la plage d’Ampeláki ; elle est accessible par une petite route qui contourne le grand parking ; c’est certainement la plus agréable des plages de Paleokastrítsa ; on y trouve le centre de plongée KorfuDiving.

Le village de Paleokastrítsa à Corfou. La plage d'Agios Petros et la baie d'Agios Spyridon (auteur Liilia Moroz). Cliquer pour agrandir l'image.À l’ouest de la presqu’île du monastère, de l’autre côté de l’isthme qui rattache la presqu’île, se trouve la petite plage d’Ágios Pétros.

De l’autre côté de l’isthme se trouve la plage la plus fréquentée de Paleokastrítsa, la plage de Saint-Spyridon ; c’est une plage de sable d’environ 200 m de longueur ; à l’extrémité ouest se trouve un restaurant de bonne qualité, le restaurant Vrachos.

La plage d’Alípa est située un peu plus à l’est, dans la baie où se trouve le petit port du village ; c’est une plage de galets.

La plage de Platákia se trouve à l’est d’Alípa, à environ 500 m du parking ; elle est assez facilement accessible à pied par les escaliers qui conduisent au restaurant Dolphin ; c’est une plage de galets assez étroite.

Le village de Paleokastrítsa à Corfou. Coucher de soleil sur la côte. Cliquer pour agrandir l'image.La plage d’Agia Triáda est située plus à l’est, au pied de l’hôtel Akrotíri Beach ; c’est une plage de galets, protégée par le cap Akrotíri, avec un restaurant à l’arrière de la plage.

De l’autre côté du cap, on peut aussi se baigner au pied du bar « La Grotta », mais il n’y a pas de plage.

La plage la plus orientale est la plage de Liapádes ; elle est accessible en bateau depuis Paleokastrítsa, ou, en voiture automobile, par une petite route ; c’est une plage de galets de 150 m de longueur.

De nombreuses petites criques, à l’abri des regards, sont accessibles en louant un bateau ou en s’y faisant conduire en bateau-taxi.

CultureHistoire, géographie, arts, traditions, flore …

MytheMythes
Le village de Paleokastrítsa à Corfou. Le navire de pierre (auteur Lombie de Zombie). Cliquer pour agrandir l'image.Paleokastrítsa revendique d’être l’antique cité de Schérie (Σχερία), la capitale des Phéaciens, où Ulysse, de retour de la guerre de Troie, fut recueilli après son naufrage. Homère raconte qu’Ulysse, rejeté nu sur le rivage, à l’embouchure d’une rivière, fut découvert par Nausicaa (Ναυσικάα) « aux bras blancs » et ses servantes ; le père de Nausicaa, le roi Alcinoos (Άλκίνοος), donna l’hospitalité à Ulysse et le fit reconduire à Ithaque, l’île dont il était le roi avant son départ à la guerre.

Un certain nombre d’autres lieux, à Corfou ou ailleurs, affirment être le lieu du naufrage d’Ulysse, par exemple la crique d’Ermones au milieu de la côte ouest de Corfou, au sud-est de Paleokastrítsa.

Au large de la baie de Paleokastrítsa on peut voir un rocher, surnommé le « navire de pierre » (Petrokáravo, Πετροκάραβο), en forme de voile marine ; ce rocher serait le navire phéacien qui aurait remmené Ulysse à Ithaque, et qui aurait été pétrifié par Poséidon à son retour à Schérie.

En l’honneur d’Ulysse, la station balnéaire organise une représentation théâtrale de « Varkarola » durant le premier week-end du mois d’août (varkarola.com).

Informations pratiquesInformations pratiques

MétéorologieMétéo et prévisions
AutocarAutocar
La ligne A9 de la compagnie d’autocars Green Buses assure la liaison entre la ville de Corfou et la station de Paleokastrítsa plusieurs fois par jour ; durée du trajet : environ 60 min ; prix : environ 2,50 €.

Site sur la Toile : greenbuses.gr.

PlongéePlongée
Sur la plage d’Ampeláki le centre de plongée KorfuDiving assure des cours de plongée pour débutants et pour plongeurs confirmés. Le centre propose aussi des plongées sur près de 20 sites, entres autres vers des récifs, des arches et des canyons sous-marins, ainsi que des plongées nocturnes.

Téléphone : 00 30 693 272 90 11

Site sur la Toile : www.korfudiving.com.

Excursion en merExcursion en mer
Depuis les jetées de plusieurs baies (Ampeláki, Alípa et surtout Ágios Spyrídon) des bateaux-taxis proposent des excursions vers les grottes de la côte : la Grotte Bleue, « The Eye » et cetera ; prix : environ 10 € ; durée 30 min. Les bateaux-taxis peuvent aussi emmener les vacanciers vers des criques isolées et les récupérer plus tard. Certains bateaux-taxis assurent des liaisons horaires avec les principales plages.

On peut aussi louer des barques à moteur jusqu’à 30 CV sans permis de conduire un bateau.

La compagnie Yellow Submarine propose des sorties en mer sur des bateaux à fond vitré, notamment des sorties nocturnes (www.yellowsubmarine.gr).

Le village de Paleokastrítsa à Corfou. Le cap Akrotiri. Cliquer pour agrandir l'image.Le village de Paleokastrítsa à Corfou. La baie de Liapades. Cliquer pour agrandir l'image.Le village de Paleokastrítsa à Corfou. Visite d'une grotte marine. Cliquer pour agrandir l'image.
HôtelHôtels
L’hôtel Akrotíri Beach
Le village de Paleokastrítsa à Corfou. La baie d'Agia Triada depuis l'hôtel Akrotiri Beach. Cliquer pour agrandir l'image.Ouvert en 1970, l’hôtel Akrotíri Beach est un hôtel 4 étoiles de 126 chambres, situé sur le promontoire de l’Akrotíri ; sa situation offre de très belles vues sur la baie d’Agia Triáda. Un escalier permet d’accéder à la plage d’Agia Triáda.

Téléphone : 00 30 26630 41237

Site sur la Toile : www.akrotiri-beach.com.

BarsBars
Le bar La Grotta
Un peu avant l’accès à la presqu’île d’Akrotíri et à l’hôtel Akrotíri Beach un escalier conduit, depuis la route côtière, jusqu’à l’un des bars les plus célèbres de la région, le bar La Grotta, qui est installé à l’intérieur d’une grotte volcanique. Devant la grotte de belles terrasses en plein air permettent de savourer un cocktail tout en admirant le paysage rocailleux. Après quelques cocktails, un plongeoir permet de se rafraîchir les idées en se jetant dans les eaux cristallines.

Site sur la Toile : www.lagrottabar.com.

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Via Gallica > Grèce > Mer Ionienne > Île de Corfou > Lákones > Paleokastrítsa
Sujets plus détaillés
Sujets proches
La station balnéaire et le monastère de Paleokastrítsa à Corfou
Le château Saint-Ange (Angelókastro) à Corfou
Sujets plus larges
Page d'accueil
Carte interactive de l'île de Corfou
La ville de Nymfes à Corfou
La ville de Kassiópi à Corfou
La ville d’Ypsos à Corfou
La ville de Gouviá à Corfou
La ville de Kondokali à Corfou
La ville de Corfou à Corfou
La ville de Gastoúri à Corfou
La ville de Moraitika à Corfou
La ville d’Argyrades à Corfou
La ville de Lefkími à Corfou
La ville de Kokkini à Corfou
La ville de Lákones à Corfou
La ville d’Agros à Corfou
La ville de Sidári à Corfou
[Sujet ascendant] [Sujet suivant] [Page d’accueil] [Grèce] [Via Gallica]
Chercher sur ce Site
Chercher sur la Toile 
Recommander cette page 
Recommander ce site 
AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.