AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.
Recherche personnalisée

Le genévrier commun (Juniperus communis)

Taxon ascendant ] [Page d'accueil] [Végétaux] [Via Gallica]
Espèce[Photos] [Présentation] [Classification] [Noms] [Étymologie] [Identification] [Racines] [Tiges] [Feuilles] [Fleurs] [Fruits] [Cycle] [Habitats] [Origine] [Distribution] [Bois] [Utilisations] [Constituants] [Histoire] [Statut]Page éditée

PhotosPhotos

Genévrier commun. Cliquer pour agrandir l'image.Genévrier commun. Feuillage. Cliquer pour agrandir l'image.Genévrier commun. Cliquer pour agrandir l'image.

PrésentationPrésentation

GénéralitésGénéralités
Genévrier commun. Dessin.Genévrier commun. Planche d'identification Saint-hilaire. Cliquer pour agrandir l'image.Genévrier commun. Dessin d'identification. Cliquer pour agrandir l'image.Le genévrier commun est un conifère non résineux de la famille des Cupressacées (Calocèdre, Cyprès, Genévrier, Libocèdre, Thuya).

Conifère épineux, vivace, persistant, plants mâles et femelles distincts.

ClassificationClassification

Règne : plantes (Plantae)Sous-règne : plantes vasculaires (Tracheobionta)Division : plantes à graines (Spermatophyta)Sous-division : gymnospermes (Gymnospermae)
Classe : pinatés (Pinatea)Sous-classe : pinidés (Pinidae)Ordre : pinales (Pinales)Sous-ordre :
Famille : cupressacées (Cupressaceae)Sous-famille :Genre : genévriers (Juniperus)Sous-genre :
Espèce : Juniperus communis [Linné, 1753] var. montanaVariété :Nom commun : genévrier communNom populaire : genièvre, ginébré, genibre, péket, pétrot, petiot, pétron

Noms européensNoms européens

Albaniedellinjë e rëndomtëAllemagneHeide-Wacholder, Wacholder, Machandel, KranawittAngleterrecommon juniperArménie
Pays basqueiñibre, ipuruBiélorussieBrezhonegBulgarieхвойна
CatalogneginebróChyprioteCorsuu bassuCroatieborovica
Danemarkenebær, juniperoGaeidhligaiteil, ailtinn, aitiolEspagnecedro, enebro, bayas de enebro, junípero, nebrinaEstonieharilik kadakas, kadakamarjad
FøroysktFinlandekotikataja, kataja, katajanmarjaFrançaisgenévrier communFrysk
Galiceenebro, xenebroPays de GallesGéorgieGrèceάρκευθος ο κοινός
Hongrieboróka, borókabogyóIrlandeIslandeeiniber, einirItalieginepro, coccola di ginepro
Lettoniepaegļi, zviedrijas kadiķisLithuaniepaprastasis kadagysLëtzebuergëschMacédoine
MalteMoldovenesteNorvègeeinerOccitangenèbre, janebre
Pays-Basjeneverboom, jeneverbesPolognejalowiec pospolityPortugaljuníperoRoumanieienupăr
Russieможжевельник (mozhzhevelnik)SerbieSlovaquieborievka obyčajnáSlovéniebrin, brinove jagode
Suèdevanlig en, en, EnbärTchéquiejalovec obecnýUkraïneялівэць звичайнийEmpire romainJuniperus communis

ÉtymologieOrigine du nom

Étymologie latineÉtymologie latine
Du latin juniperus, du celte gen, « buisson », et prus, « âcre ».

Communis = commun, répandu, vulgaire, ordinaire.

Identification du végétalIdentification

Identification généraleGénéralités
Genévrier commun. Planche d'identification. Cliquer pour agrandir l'image.Genévrier commun. Plante. Cliquer pour agrandir l'image.Le genévrier est un arbrisseau qui ne dépasse guère 7 mètres de hauteur et, sauf dans les montagnes, présente un aspect conique ; il fleurit en avril et mai ; ses fruits sont mûrs en août et octobre. Le genévrier a des pieds de deux sortes, les uns à fleurs qui donnent des fruits, les autres à fleurs n'ayant que des étamines (fleurs mâles) produisant le pollen qui arrive, porté par le vent, jusqu'aux fleurs des pieds femelles.

Genévrier commun. Dessin d'identification. Cliquer pour agrandir l'image.Tronc à écorce rugueuse, grise ; branches à faisceaux dressés, jeunes rameaux à section triangulaire ; aiguilles persistantes vert grisâtre, marquées d'un sillon blanc en dessous, pointues et acérées, insérées par trois ; petites fleurs jaunâtres (avril-mai), les mâles et les femelles sur des arbustes différents, peu visibles, groupées en petits chatons à l'aisselle des feuilles ; cônes ayant l'allure d'une baie, d'abord verte puis bleu-noir deux ans après la floraison, portant au sommet une fente étoilée, à 3 graines triangulaires.

Odeur résineuse, aromatique, forte ; saveur âcre-douce.

Catégorie de planteCatégorie de plante
Arbrisseau, arbuste ou petit arbre, toujours vert.
PortPort de la plante
Genévrier commun. Cliquer pour agrandir l'image.Le genévrier a un port dressé, colonnaire, sauf s'il subit des conditions déformantes.
HauteurHauteur de la plante
De 1 à 6 mètres, exceptionnellement arbre de 10 à 15 m.
Espèces semblablesEspèces semblables
Genévrier commun. Fruits du genévrier des Alpes. Cliquer pour agrandir l'image.Le genévrier des Alpes (Juniperus communis subsp. nana [Syme], Juniperus communis subsp. alpina [Suter]). En montagne, cette sous-espèce remplace l'espèce principale, Juniperus communis [Linné]. Les feuilles sont serrées les unes contre les autres, plus ou moins appliquées contre le rameau et à peine plus longues que les fruits. C'est un arbrisseau assez commun en altitude, dans les Alpes, les Pyrénées, le Massif-Central et la Corse. Il est plus rare dans le Massif-Central et les Cévennes. Il apprécie les lieux secs et ensoleillés. Il se distingue de l'espèce principale par son port couché et ses feuilles courtes, plus ou moins appliquées contre les rameaux et brusquement terminées en pointe.

Le genévrier oxycèdre (Juniperus oxycedrus [Linné]), arbuste méditerranéen qui lui ressemble, s'en distingue par ses fruits brun-rouge et par les deux lignes blanches qu'il porte sous les feuilles. Le Cade donne l'huile de cade.

ÉcorceTige / Écorce

Description de la tige
Écorce filandreuse ou écailleuse gris brunâtre se desquamant souvent en bandes fines. Les branches partent dès le pied du tronc.

FeuilleFeuilles

Description des feuilles
Genévrier commun. Dessin d'identification. Cliquer pour agrandir l'image.Genévrier commun. Feuillage. Cliquer pour agrandir l'image.Feuillage persistant, abondant, fortement piquant.

Genévrier commun. Feuille. Cliquer pour agrandir l'image.Feuilles en forme d'aiguilles, étalées, verticillées par trois et disposées sur 6 rangs, toutes linéaires en alène, atténuées en pointe fine et très piquante, articulées, non décurrentes, marquées d'un seul sillon blanchâtre sur la face supérieure.

Genévrier commun. Cliquer pour agrandir l'image.Froissé, le feuillage épineux dégage une odeur de pomme.

Dimension des feuillesDimension des feuilles
Feuilles de 5 à 15 mm de longueur.
Couleur des feuillesCouleurs des feuilles
Gris-vert dessous, plus ou moins glauques dessus.

À la face inférieure des feuilles âgées on peut remarquer une bande large vert pâle (la nervure centrale est très peu marquée).

VégétationVégétation
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Végétation

FleurFleurs

Description des fleurs
Le genévrier est une plante dioïque : les fleurs d'un même plant sont soit toutes mâles soit toutes femelles.
Dimension des fleursDimension des fleurs
Couleurs des fleursCouleurs des fleurs
Genévrier commun. Branche en fleur, Les Roches. Cliquer pour agrandir l'image.Fleurs mâles : jaunes et coniques.

Fleurs femelles : rondes et vertes.

Genévrier commun. Fleurs, Les Roches. Cliquer pour agrandir l'image.

Fleur odoranteParfum des fleurs
PollenPollen
FloraisonFloraison
De mai à juin.
MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Floraison

FruitFruits

Description des fruits
Genévrier commun. Dessin d'identification. Cliquer pour agrandir l'image.Genévrier commun. Baies. Cliquer pour agrandir l'image.Les cônes (fausses baies), formés de trois écailles soudées, sont sphériques (de 3 à 4 mm de diamètre), noir-bleuâtre à maturité (obtenue en 3 ans).

Genévrier commun. Fruits. Cliquer pour agrandir l'image.Au bout de 3 ans, les fleurs produisent de fausses baies (en réalité des cônes) bleu-noir, à pruine blanche qui mûrissent à l'automne de l'année suivant la pollinisation. Ainsi sur le même rameau femelle on peut trouver des fruits de trois générations (3 stades de développement).

Genévrier commun. Baies.Les fruits globuleux (« galbules »), qui ont la grosseur d'un pois (de 5 à 7 mm), sont formés de trois écailles charnues leur donnant l'aspect de baies.

Dimension des fruitsDimension des fruits
Couleurs des fruitsCouleurs des fruits
Les cônes sont glauques la première année, d'un bleu-violacé sombre et glauques à maturité.
GrainesGraines
Genévrier commun. Graines.73 500 graines / kg.
FructificationFructification
Les baies de genévrier se récoltent de septembre à novembre.

Sécher à moins de 35 °C.

MoisIIIIIIIVVVIVIIVIIIIXXXIXII
Fructification

Cycle de vieCycle de vie

PérennitéPérennité
Plante vivace.
PlantationPlantation
Début automne ou printemps.
MultiplicationMultiplication
Semis (très long), bouture à talon en été.
CroissanceCroissance
Moyenne.
RécolteRécolte
Ennemis de la planteEnnemisInsectesChampignons
Rouille grillagée (Gymnosporangium sabinae)
Genévrier commun. Rouille grillagee. Cliquer pour agrandir l'image.Au printemps, de petits cônes bruns se développent sur les aiguilles et les rameaux et, par temps humide, ces cônes se gonflent et forment une masse gélatineuse d'une longueur allant jusqu'à 2 cm. Des excroissances fusiformes apparaissent dans les zones infectées des rameaux. Ce symptôme est visible durant toute l'année.
LongévitéLongévité
200 ans.

HabitatHabitats

MilieuxMilieuxBois de conifèresBois de feuillusPrés
Genévrier commun. Plante. Cliquer pour agrandir l'image.Genévrier commun. Rameau.Genévrier commun. Plantes. Cliquer pour agrandir l'image.Espèce héliophile, admet les sols pauvres, éventuellement calcaires, sablonneux et secs.

Caractérise les milieux secs, les landes à Callune.

On le rencontre dans les clairières et les landes des lieux accidentés.

SolsSols
Le genévrier apprécie les terrains secs et pierreux, les landes à Callune.

Sol drainé, acide ou neutre ou alcalin ou calcaire, frais ou sec, pauvre ou fertile.

ClimatsClimatsClimat ensoleilléClimat ombré
Emplacement : soleil, mi-ombre.
AltitudesAltitudes
Jusqu'à 2500 m.

C'est un des arbres d'Europe qui peut se rencontrer à de hautes altitudes, jusqu'à 2500 mètres, mais dans ces régions glacées, il ne survit que rabougri, tourmenté et tassé sur le sol. Sous des climats plus doux, il prend plus d'envergure.

Origine géographiqueOrigine

C'est la seule espèce originaire des deux rives de l'Atlantique.

RépartitionDistribution géographique

Distribution globale
Peut-être l'arbre le plus largement répandu au monde.

Cette plante, indigène dans tout l'hémisphère nord, était appréciée par les Grecs et les Romains.

France : présent dans toutes les régions. C'est un arbrisseau ou un arbuste qui est disséminé dans la plupart des régions françaises.

BoisBois

Description du bois
Propriétés du boisPropriétés du bois
Durable et assez dur.
BoisAspect du bois
Aubier blanc aromatique, cœur brun.
Coupe longitudinaleCoupe tangentielleCoupe radiale
Genévrier commun. Bois coupe tangentielle. Cliquer pour agrandir l'image.
Densité du boisDensité du bois
Travail du boisTravail du bois
UtilisationsUtilisation du bois en menuiserieUtilisation du bois pour les jouetsUtilisation du bois pour le chauffage
Le bois, très résistant, sert pour la sculpture, la marqueterie, le tournage.

De petites quantités servent à la production de crayons et de petits articles.

Le bois est traditionnellement utilisé en Écosse pour le fumage des poissons.

Charbon de bois.

Dans les pays méditerranéens où l'arbre peut dépasser les dix mètres de haut, son bois « qui dure plus d'un siècle sans se corrompre » est utilisé pour les constructions.

Le bois était aussi utilisé par les alchimistes pour créer la pierre philosophale…

Utilisation médicinaleUtilisations

Utilisations médicinalesUtilisations médicinales
Originaire du bassin méditerranéen, le genévrier a toujours fait partie des condiments et médecines utilisés.
Déjà en Égypte ancienne, il était utilisé comme digestif et contre les parasites intestinaux. Plus tard, les médecins grecs l'ont aussi utilisé en particulier pour lutter contre la peste (Hippocrate), purger le foie et les humeurs (Pline et Galien).

Les feuilles sont diurétiques et antirhumatismales, les baies sont encore balsamiques, expectorantes, sudorifiques, antiseptiques des voies urinaires et respiratoires, stimulantes de toutes les sécrétions ainsi qu'hypoglycémisantes et emménagogues.

Les fruits augmentent l'appétit et renforcent les battements du cœur ; ils sont diurétiques : infusion (20 grammes par litre d'eau) ; on les emploie aussi en fumigations pour traiter l'asthme.

Pris en infusion, les baies de genièvre ont des effets stomachiques, diurétiques et digestif.

Le genièvre est a éviter en cas de grossesse ou de maladies rénales.

Utilisations culinairesUtilisations culinaires
Genévrier commun. Fruits. Cliquer pour agrandir l'image.Les baies de genièvre sont employées pour leurs vertus diurétiques et apéritives, et comme condiment dans les marinades de viandes ou gibier, daubes, choucroute, terrines, bouillons de viande, œufs brouillés, potées…

Les baies sont l'épice favorite des chasseurs. Les tanins qu'elles contiennent facilitent la digestion des gibiers, viandes grasses, choucroute et relève très bien les fumets de poissons.

Le jambon fumé aux baies de genièvre est sans égal.

Genévrier commun. Feuilles. Cliquer pour agrandir l'image.Les baies entrent également dans la composition de divers alcools des pays du Nord, tels le gin (Grande-Bretagne), le péquet (Belgique), le schiedam (Pays-Bas) ou l'aquavit (Danemark), du martini et de certaines bières ou du genièvre, en vertu de quoi, dit-on, les habitants de ces contrées humides sont préservées des rhumatismes et de la goutte.

Le genièvre est l'alcool typique du nord de la France et des pays limitrophes, le genièvre est fait de plusieurs céréales : le blé, le malt, et l'avoine, aromatisés avec des baies de genièvre (moins de 1 pour 1000). Il atteint un degré de 49% avec une fabrication proche du whisky. Il a un goût acidulé, sucré et terpénique (de résine). Sa consommation était forte au XVIe siècle, et toujours en croissance jusqu'au XXe siècle, car c'était l'alcool des mineurs de fond. Mais elle chuta de plus de 90% ces derniers 40 ans. La majorité des distilleries furent forcées de fermer leurs portes.

Mais ses baies noires bien sèches, produit courant et de peu de valeur servaient aussi de moins nobles desseins, comme tromper les acheteurs d' épices en coupant le poivre, denrée rare et exorbitante…

Les rameaux sont employés pour fumer certaines charcuterie.

Liqueur de genièvre

Gastronomie

60 gr de genièvre,

16 gr de cannelle,

1 gr de clous de girofle,

1 gr d'anis vert,

1 gr de coriandre.

Cueillir les baies de genièvre après les gelées.

Laisser infuser les plantes dans 2 litres d'eau de vie à 20° pendant 6 semaines.

Ensuite, ajouter 500 gr de sucre fondu dans un peu d'eau et filtrer.

Vin de genièvre

Gastronomie

Mettre une poignée de baies broyées dans une bouteille de vin ou d'eau de vie.

Laisser macérer une semaine.

Chauffer ensuite 10 minutes à petites flammes et remettre à macérer pendant une semaine.

Filtrer et mettre en bouteilles.

Utilisations économiquesRecherchée par les abeilles
Du genévrier cade, on extrait également de l'huile de cade, qui est un antiseptique puissant. De son bois, on fait des crayons.

Les jeunes brindilles et les baies mûres sont également utilisées en teinturerie. On en tire une couleur aux tons « noisette » et « cannelle », très solides au lavage et à la lumière.

Constituants chimiquesConstituants chimiques

  • 33% sucres
  • 10% résines
  • 0,2 à 2% d'huile essentielle
    • monoterpenes : 80% d' alpha-pinène et de beta pinène , thujène, sabinène , 5% terpinene4-ol , alpha terpineol , borneol , isobornéol , geraniol
    • sesquiterpenes : alpha et beta cadinène , caryophyllene
    • junipérine, camphre de genièvre
  • vitamine C
  • minéraux : S, Cu, Co, traces Fe, Al
  • flavanoïdes
  • tanins

Histoire et traditionsHistoire, littérature, traditions, légendes, religions, magie, mythes, symboles …

HistoireHistoire
Genévrier commun. Cliquer pour agrandir l'image.Le genévrier était consacré à Jupiter à cause de son bois imputrescible.

Consacré à Jupiter, Dieu des dieux, le Genièvre est renommé pour son bois imputrescible qui pourrait « durer mille ans sans se corrompre ». Est-ce pour cela qu'Hannibal ordonna que les poutres du temple de Diane à Ephèse soient en bois de Genévrier ? Les Romains l'incorporaient dans un vin diurétique. On dit qu'elle réchauffe et revitalise, et donne de l'assurance aux personnes peureuses, timides ou frileuses.

Chez les Romains, l'huile de cade, extraite en chauffant le bois, servait à laver les morts.

Ses branches, accrochées à la porte des maisons, passaient pour éloigner les serpents par leur odeur et on en faisait brûler sur les places publique, dans les rues et les habitations pour combattre les épidémies de peste et de choléra. Hippocrate protégea ainsi Athènes d'un de ces fléaux et on fit de même dans les hôpitaux de Paris pendant l'épidémie de variole de 1870.

Les Gaulois utilisaient les baies vertes comme source de teinture en jaune et en brun.

Les alchimistes, ces gens qui cherchaient la pierre philosophale, et qui rêvaient de transformer en or le plomb, l'employaient pour chauffer leurs athanors et leurs cornues, affirmant qu'un charbon, allumé et recouvert de cendres de genévrier « garde son feu un an entier ».

Il fut longtemps brûlé comme l'Encens pour éloigner les mauvais esprits et servir de désinfectant en temps d'épidémie.

Le surnom de « Thériaque des paysans » donné à l'arbuste indique que ce conifère odorant est une sorte d'arbre à tout faire, un « remède universel » et une providence pour les humains. La saveur des baies de genièvre a donné à la plante son nom savant, à partir du mot celtique juniperus, signifiant « âcre ». Ces baies ont connu au Moyen Âge une vogue extraordinaire ; elles produisaient, dit-on, des guérisons miraculeuses. Au XVIe siècle, elles étaient considérées comme une panacée, un antidote universel.

TraditionsTraditions
Depuis toujours, le genévrier a pour réputation d'être celui qui protège les personnes qui souffrent : la Vierge Marie cacha l'enfant Jésus dans un genévrier pour qu'il échappe aux soldats romains. Il est depuis consacré à la Vierge et on lui prête des vertus bénéfiques comme capable d'éloigner les sorcières.
MagieMagie
Au Moyen Âge, on accrochait des branches aux portes pour se protéger des sorcières, on le brûlait pour éloigner les serpents, les écossais enduisaient les blessures (et surtout, les brûlures) faites au combat.

En 1870, en France, dans les hôpitaux, on brûlait du genévrier pendant les épidémies de variole.

Encore de nos jours, dans certaines régions françaises, le genévrier porte chance si on en brûle dans la maison au Nouvel An ou si l'on en porte un brin sur soi.

Quant aux pèlerins tibétains, ils brûlent rituellement les feuilles de Genièvre pour combattre les maladies.

StatutStatut

Rareté
Le genévrier est commun dans les clairières et les landes des lieux accidentés.

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Sujets plus détaillés
Sujets proches
Sujets plus larges
Page d'accueil
Clé de détermination des résineux
Les cupressacées (Cupressaceae)
Les pinacées (Pinaceae)
Les taxacées (Taxaceae)
L'arbre aux quarante écus (Ginkgo biloba)
Taxon ascendant ]
Recommander cette page :
Recommander ce site :
Recherche personnalisée
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.