La rue des Chevaliers à Rhodes

Rubriques[Photos] [Présentation] [Situation] [Visites] [Culture] [Informations pratiques] [Autres sujets]

[Sujet précédant] [Page d'accueil] [Sujet ascendant] [Sujet suivant] [Via Gallica]

Page éditée

PhotosPhotos

La rue des Chevaliers à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.La rue des Chevaliers à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.La rue des Chevaliers à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.La rue des Chevaliers à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.La rue des Chevaliers à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.

PrésentationPrésentation

Présentation généralePrésentation générale
La rue des Chevaliers (Odós Ípoton, de ιππος, cheval) demeure encore la principale artère de la cité médiévale ; c’est cette rue, nommée alors « Grand rue du Chasteau », qu’empruntaient les Chevaliers se rendant au Palais des Grands Maîtres, le même tracé que celui de la voie antique, dont on a retrouvé maints vestiges, qu’empruntaient autrefois les Grecs de la Grèce antique pour se rendre à l’Acropole.

SituationSituation

VisitesVisites

RueLa Rue des Chevaliers
C’est une rue de 200 m de long et de 6 m de large, droite, étroite et montant légèrement, la plus belle rue médiévale de Rhodes, pavée de galets en « langue de chat ».
La rue des Chevaliers à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.La rue des Chevaliers à Rhodes. Fontaine d'une maison ottomane. Cliquer pour agrandir l'image.La rue des Chevaliers à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.La rue des Chevaliers à Rhodes. Cliquer pour agrandir l'image.La rue des Chevaliers à Rhodes. Pavement. Cliquer pour agrandir l'image.
La rue des Chevaliers à Rhodes. Auberge de la Langue de Provence. Cliquer pour agrandir l'image.La rue des Chevaliers est bordée « d’auberges » (résidences-palais) des différentes nationalités de Chevaliers. Des Sept Nations ou Langues (Auvergne, Provence, France, Aragon, Allemagne, Angleterre, Italie) qui composaient l’Ordre des Chevaliers de Saint-Jean au XIIe siècle, il ne subsiste que quatre auberges, celles d’Italie, de France, de Provence et d’Espagne. L’auberge de la langue d’Auvergne est située à l’écart de la rue des Chevaliers. Chacune des auberges est ornée d’un écusson représentant sa nation.

Les chevaliers et leur suite résidaient dans cette partie de la cité fortifiée sur ses quatre côtés, la Citadelle, appelée Collachium : la muraille intérieure, aujourd’hui disparue, était parallèle à la rue Socrate.

En pleine Méditerranée orientale, les édifices de cette rue présentent une pure unité architecturale gothique des XIVe siècle, XVe et XVIe siècle, et appartiennent, pour la plupart à la seconde période architecturale des chevaliers, postérieure au siège des Turcs de 1480. Ils sont construits à l’aide de blocs de roche poreuse locale régulièrement agencés.

La rue des Chevaliers présente un aspect très différent de celui des voies de la Vieille Ville. Cela est dû à la rénovation effectuée par les Italiens en 1916 ; ceux-ci ont détruit tous les balcons ottomans en bois afin de redonner à la rue le style du XVe siècle, époque des Chevaliers.

La rue des Chevaliers débute par l’ancien hospice, la cathédrale catholique et l’auberge de la langue d’Auvergne.

La rue des Chevaliers à Rhodes. Façade, photographie de Lucien Roy vers 1911. Cliquer pour agrandir l'image.La rue des Chevaliers à Rhodes. Vers 1911. Cliquer pour agrandir l'image.La rue des Chevaliers à Rhodes. Maison photographiée par Lucien Roy vers 1911. Cliquer pour agrandir l'image.
AubergeL’Auberge de la Langue de France
Toujours à droite en montant, après un petit bâtiment aux fenêtres ogivales, se dresse l’Auberge de la Langue de France (Katalima Gallias).

L’Auberge de France est la plus grande et la plus belle de toutes les auberges : les Chevaliers français étant majoritaires, l’édifice fut plus richement décoré que les autres. L’Auberge fut restaurée vers 1492, après le siège de 1480 où elle avait été presque détruite.

La rue des Chevaliers à Rhodes. L'Auberge de la Langue de France. Cliquer pour agrandir l'image.La rue des Chevaliers à Rhodes. Auberge de France. Cliquer pour agrandir l'image.La rue des Chevaliers à Rhodes. Auberge de France. Cliquer pour agrandir l'image.La rue des Chevaliers à Rhodes. Auberge de france, consulat de France. Cliquer pour agrandir l'image.
La rue des Chevaliers à Rhodes. Auberge de France, dédicace à Émery d'Amboise. Cliquer pour agrandir l'image.Sa porte en tiers-point est surmontée d’une inscription datée de 1492 et dédiée à Émery d’Amboise, alors Grand Prieur de France et futur Grand Maître de l’Ordre de 1503 à 1512.

La façade portait autrefois l’inscription datée de 1495 :

« Montjoie, Saint-Denis »
La rue des Chevaliers à Rhodes. Auberge de France, crocodile. Cliquer pour agrandir l'image.La rue des Chevaliers à Rhodes. L'auberge de France photographiée par Lucien Roy vers 1911. Cliquer pour agrandir l'image.L’histoire raconte que le Grand Maître Dieudonné de Gozon tua un crocodile échappé d’un bateau (probablement égyptien) ayant accosté à Rhodes, et qui terrifiait les habitants de l’île. Des gargouilles en toiture représentant cet animal ornent les bords du toit pour rappeler cet événement.
Là encore, abondent les armoiries des différents grands maîtres ou dignitaires. Après Chateaubriand, on remarque
« les lys de France, aussi frais que s’ils sortaient de la main du sculpteur ».
Lamartine, quant à lui, considérait que cette rue était
« le monument héraldique de toute la noblesse d’Europe, étalé en pierre sur ce cloître de la chevalerie »…
Flaubert sera plus sobre :
« Les plus belles maisons sont sur la droite, en montant : écussons nombreux, fenêtres carrées, séparées en quatre, porte ogivale (…) Le ton général de la rue est gris, c’est plus triste que beau ».
La rue des Chevaliers à Rhodes. Auberge de France, écusson de Pierre d'Aubusson. Cliquer pour agrandir l'image.La rue des Chevaliers à Rhodes. Auberge de France, écussons. Cliquer pour agrandir l'image.
Philippe Villiers de l’Isle Adam, le héros du siège de 1522, a largement doté l’auberge de France, comme en témoignent trois plaques avec ses armoiries, assorties de trois dédicaces différentes : « Pour la Maison », « Pour l’Oratoire », « Pour Philerme ».
La rue des Chevaliers à Rhodes. Auberge de France, écusson de Philippe Villiers de l'Isle-Adam. Cliquer pour agrandir l'image.La rue des Chevaliers à Rhodes. Auberge de France, écusson. Cliquer pour agrandir l'image.La rue des Chevaliers à Rhodes. Auberge de France, pour Philerme. Cliquer pour agrandir l'image.
La rue des Chevaliers à Rhodes. Maison photographiée par Lucien Roy vers 1911. Cliquer pour agrandir l'image.La rue des Chevaliers à Rhodes. Restauration, auberge de France. Cliquer pour agrandir l'image.L’ancienne auberge de France a été rachetée en 1911 par l’ambassadeur de France en Turquie, Maurice Bompard, qui l’a fait restaurer à ses frais et offerte à l’État. Elle abrite aujourd’hui le consulat de France.

La visite des jardins et d’expositions au 1er étage est possible de 8 h à midi.

La rue des Chevaliers à Rhodes. Auberge de France. Cliquer pour agrandir l'image.La rue des Chevaliers à Rhodes. Auberge de France. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La rue des Chevaliers à Rhodes. Intérieur de l'auberge de France. Cliquer pour agrandir l'image.La rue des Chevaliers à Rhodes. Escalier de l'Auberge de France. Cliquer pour agrandir l'image.La rue des Chevaliers à Rhodes. Jardin de l'Auberge de France. Cliquer pour agrandir l'image.
ChapelleLa chapelle de la Langue de France
La rue des Chevaliers à Rhodes. La chapelle de la Langue de France. Cliquer pour agrandir l'image.A côté de l’Auberge de France se trouve la chapelle de France, église de la Sainte Trinité (Agia Triada).

Parmi les écussons décorant la façade, notons ceux du pape, d’Angleterre et du Grand Maître Raymond Bérenger (1365 -1374).

La rue des Chevaliers à Rhodes. Chapelle de France. Cliquer pour agrandir l'image.L’église de la Sainte-Trinité est un petit édifice gothique des XIVe et XVe siècles. L’église était probablement voûté à l’époque médiévale, mais elle présente aujourd’hui une coupole, souvenir de sa transformation en chapelle musulmane (Khan Zade Mejid) sous l’occupation ottomane.

Il reste dans l’abside quelques morceaux de fresques de la fin du XVe - début du XVIe siècle. L’église a un sol en faïence posé par les Italiens en 1930.

Visites du mardi au dimanche de 8 h 30 à 15 h. Entrée libre.

La rue des Chevaliers à Rhodes. Église Agia Triada, chapelle de la langue de France. Cliquer pour agrandir l'image.La rue des Chevaliers à Rhodes. La chapelle de France photographiée par Lucien Roy vers 1911. Cliquer pour agrandir l'image.La rue des Chevaliers à Rhodes. La chapelle de la langue de France vers 1911. Cliquer pour agrandir l'image.La rue des Chevaliers à Rhodes. Chapelle de la langue de France. Cliquer pour agrandir l'image.
MaisonLa maison du Chapelain de la Langue de France
La rue des Chevaliers à Rhodes. Peut-être la maison du chapelain de France. Cliquer pour agrandir l'image.Vient ensuite la maison du Chapelain de la Langue de France, restaurée en 1918 et qui abrite aujourd’hui le conservatoire de musique de la ville.

L’entrée principale est à arche gothique. Au-dessus de cette entrée, les armes de la papauté sont gravées dans un bloc de marbre, flanqué de chaque côté des armes royales d’Angleterre (des lys sur la gauche, des lions sur la droite). Sur les deux côtés de la porte se trouvent deux niches à des niveaux différents ; une des niches abrite une statue de Vierge à l’Enfant (cette statue est du XXe siècle).

Une seconde porte, rectangulaire, conduit à un étroit passage d’aération sur le côté ouest de la chapelle. Son linteau de marbre est décoré de dix écussons (Angleterre, Hélion de Villeneuve, Ordre de Saint-Jean, Dieudonné de Gozon, Angleterre, Pierre de Corneillan, Raymond Bérenger, Roger de Pins et un écusson non identifié à lion rampant. L’héraldique portée par le bâtiment indique que sa construction peut être datée des années 1365 à 1374. Apparemment la propriété de la Langue d’Angleterre à l’origine, la chapelle fut probablement transférée à la Langue de France au XVe siècle.

AubergeL’Auberge d’Italie
La rue des Chevaliers à Rhodes. Ambassade d'Italie. Cliquer pour agrandir l'image.La rue des Chevaliers à Rhodes. Arche. Cliquer pour agrandir l'image.On remarque ensuite, à droite en montant, l’Auberge de la Langue d’Italie, construite en 1519 par le Grand Maître italien Fabrizio del Carretto dont on peut voir l’écusson au centre de la façade, et qui fut restaurée par les Italiens en 1915.
AubergeL’Auberge d’Espagne
La rue des Chevaliers à Rhodes. L'Auberge de la Langue d'Espagne. Cliquer pour agrandir l'image.Sur la gauche en montant, l’auberge d’Espagne (Aragon et Castille) est l’une des plus grandes auberges. Elle possède une salle de réunion de 150 m².

En 1462, la langue d’Espagne se divisa en langue de Castille et langue d’Aragon.

AubergeL’Auberge de Provence
Sur le côté droit en montant, s’élève ensuite l’Auberge de la Langue de Provence, reliée par un pont en arc à l’Auberge de la Langue d’Espagne, de l’autre côté de la rue.
La rue des Chevaliers à Rhodes. Arcade entre auberges d'Espagne et de Provence. Cliquer pour agrandir l'image.La rue des Chevaliers à Rhodes. Vers 1911. Cliquer pour agrandir l'image.La rue des Chevaliers à Rhodes. Auberge de la langue de Provence. Cliquer pour agrandir l'image.La rue des Chevaliers à Rhodes. Porte de l'auberge de Provence. Cliquer pour agrandir l'image.
ÉgliseL’église Agios Dimitrios
Au fond d’une petite ruelle se trouve l’église gothique d’Agios Dimitrios construite sur les fondations d’un temple dédié à Dionysos.
LoggiaLa loge Saint-Jean
La rue des Chevaliers se termine par la loge Saint-Jean qui servait d’entrée au Palais des Grands Maîtres. Elle est située à gauche de la petite place Cléobule (ou place du Palais). C’est un portique voûté d’ogives à deux ailes, dont le long côté, situé dans le prolongement de la rue, servait en quelque sorte d’entrée monumentale au palais des Grands Maîtres.

Cette loge, détruite en majeure partie dans l’explosion de novembre 1856 et reconstruite par les fascistes italiens, devait supporter un étage, si l’on en juge d’après les dessins de Rottiers et de Flandin ; elle servait de lieu de rencontre.

La rue des Chevaliers à Rhodes. La Loge Saint-Jean. Cliquer pour agrandir l'image.La rue des Chevaliers à Rhodes. Loge Saint-Jean. Cliquer pour agrandir l'image.La rue des Chevaliers à Rhodes. La loge Saint-Jean. Cliquer pour agrandir l'image.
ÉgliseL’église Saint-Jean
L’église Saint-Jean, aujourd’hui disparue, s’élevait à droite de la place du Palais.

L’église Saint-Jean était la chapelle de l’Ordre où étaient enterrés les Grands Maîtres et où l’on vénérait la main de Saint-Jean Baptiste donnée à Pierre d’Aubusson par le sultan Bajazet.

L’église fut détruite en 1856 dans l’explosion d’une poudrière qui endommagea le Palais des Grands Maîtres.

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Grèce > Mer Égée > Dodécanèse > Île de Rhodes > Rhodes > Ville médiévale > Collachium > Rue des Chevaliers
Sujets plus détaillés
Sujets proches
Le palais des Grands Maîtres à Rhodes
La rue des Chevaliers à Rhodes
L'hôpital des Chevaliers à Rhodes
Sujets plus larges
Page d'accueil
Carte interactive de la ville médiévale de Rhodes
Image satellitaire de la ville médiévale de Rhodes
Le Collachium à Rhodes
Les fortifications de Rhodes
[Sujet précédant] [Sujet ascendant] [Sujet suivant] [Page d’accueil] [Grèce] [Via Gallica]
Chercher sur ce Site :
Chercher sur la Toile :
Recommander cette page :
Recommander ce site :
AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.