AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.
Recherche personnalisée

Le château de Sarcenat

Sujet précédent ] [ Sujet parent ] [ Sujet suivant ] [Auvergne] [Via Gallica]
Espèce[Photos] [Présentation] [Classification] [Sous-classification] [Étymologie] [Identification] [Architecture] [Jardin] [Histoire]Page non éditée

PhotosPhotos

PrésentationPrésentation

GénéralitésGénéralités

ÉtymologieOrigine du nom

Étymologie françaiseÉtymologie française

IdentificationIdentification

Identification généraleGénéralités

ArchitectureArchitecture

Généralités
RempartsRemparts
DonjonDonjon
ToursTours
Intérieur

JardinJardin

Généralités

HistoireHistoire

Généralités
ArmoiriesArmoiries
Personnages

Pierre Teilhard de Chardin

Prêtre jésuite français, homme de science et philosophe (Sarcenat, 1881 - New York, 1955)

ImageNé le 1er mai 1881 en Auvergne, au château de Sarcenat, Pierre Teilhard de Chardin est le quatrième enfant d'une famille nombreuse catholique. Entré chez les jésuites au collège, il entame son parcours religieux en 1899 en intégrant le noviciat d'Aix en Provence. Il sera ordonné prêtre douze ans plus tard, en 1911. Entre temps, Teilhard poursuit des études de lettres, se retrouve trois années en Égypte, où il enseigne la physique et la chimie, puis à Hastings (Grande-Bretagne) pour y suivre des cours de théologie. En 1912, il rejoint le laboratoire de paléontologie du Muséum national d'histoire naturelle de Paris, alors sous la direction du professeur Marcellin Boule, et y fait ses premiers pas de chercheur en paléontologie humaine. Mais c'est bientôt la guerre et Teilhard est mobilisé comme brancardier. De retour à Paris, il reprend ses études à la Sorbonne et obtient trois licences de sciences naturelles : en géologie, botanique et zoologie. Devenu maître de conférence à l'Institut catholique de Paris, il passe son doctorat en 1922. Sa thèse, intitulée « Mammifères de l'Eocène inférieur français et leurs gisements », présente une analyse très fine de la denture des animaux.

Dix-neuf cent vingt-trois marque un tournant dans la vie de Teilhard. C'est le premier contact avec la Chine, où il résidera vingt ans entre 1926 et 1946, et le premier d'une longue série de voyages qui le mènera en Éthiopie, en Inde, en Birmanie et à Java. En 1931, il sera même invité à participer à la fameuse Croisière jaune Haardt-Citroën. Les années « chinoises » de cet infatigable globe-trotter sont particulièrement riches du point de vue de ses recherches en paléontologie. Il étudie l'histoire des mammifères en Chine du Nord, collabore aux fouilles de Choukoutien et y découvre les preuves que l'Homme de Pékin, le sinanthrope – un pithécanthropien – est faber, c'est-à-dire qu'il pratiquait la taille des pierres et connaissait l'usage du feu.

Teilhard de chardin. spirit of fire. Cliquer pour agrandir l'image.En 1946, Teilhard revient en France. Reconnu par ses pairs scientifiques qui l'élisent à l'Académie des sciences en 1950, il entretient avec les autorités religieuses des relations plus conflictuelles. Sa pensée philosophique, alliant science et foi et reposant sur une conception globale de la place de l'Homme dans l'univers, dérange. D'ailleurs, aucun des livres qu'il écrira tout au long de sa vie, en dehors de ses publications purement scientifiques, ne sera publié avant sa mort. Parmi eux, on peut citer « Le phénomène humain » (achevé en 1940, paru en 1955), « Le milieu divin » (rédigé en 1927, paru en 1957) et aussi « L'Energie humaine » (1957), « La place de l'Homme dans la Nature » (1965) et « L'Avenir de l'homme » (1958).

À partir de 1951, Teilhard s'installe à New York ; il se rend plusieurs fois en Afrique du Sud pour participer aux fouilles de gisements australopithèques. Constatant que l'Afrique est le seul continent à présenter une « collection » complète des différents niveaux d'industrie lithique, il émet alors l'hypothèse d'une origine africaine de l'homme avec l'Homo Sapiens. Après avoir consacré sa vie à sa double vocation sacerdotale et scientifique, Teilhard de Chardin s'éteindra à l'âge de soixante-quatorze ans, suite à une crise cardiaque, le jour de Pâques 1955.

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Auvergne > Chaîne des Puys > Châteaux > Château de Sarcenat
Sujets plus détaillés
Sujets proches
Le château d'Allagnat
Le château de Montlosier
Le château des Roches
Le château de Sarcenat
Le château de Tournoël
Le manoir de Veygoux
Sujets plus larges
Page d'accueil
Carte de la Chaîne des Puys
La chaîne des Puys en Auvergne (Site Natura 2000)
La géologie de la Chaîne des Puys
La flore de la Chaîne des Puys
Les châteaux
L'histoire
La Chaîne des Puys dans la littérature
Les promenades
Sujet précédent ] [ Sujet parent ] [ Sujet suivant ]
Recommander cette page :
Recommander ce site :
Recherche personnalisée
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.