AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.
Recherche personnalisée

Le Château Dauphin

Sujet précédent ] [Auvergne] [Via Gallica]
Espèce[Photos] [Présentation] [Classification] [Sous-classification] [Étymologie] [Identification] [Architecture] [Jardin] [Histoire]Page non éditée

PhotosPhotos

Vu d'avion. Cliquer pour agrandir l'image.

PrésentationPrésentation

GénéralitésGénéralités
Le château de Pontgibaud ou Château Dauphin est un exemple très bien conservé d'architecture militaire médiévale, malgré les déprédations révolutionnaires (destruction des courtines). C'est une impressionnante forteresse en pierre de lave grise de grand appareil dont le corps de bâtiment principal dominé par un donjon circulaire de 33 mètres (XIIe siècle) occupe le centre d'une basse cour flanquée de six des sept tours à mâchicoulis d'origine (XVe siècle).

ÉtymologieOrigine du nom

Étymologie françaiseÉtymologie française
Le château et le village de Pontgibaud doivent leur nom au premier pont construit sur la Sioule par le comte mérovingien Sygisvald au VIe siècle. Le pont, d'abord appelé « pont Sygisvaldie », devint pont Gibaud.

Le nom de château Dauphin marque le souvenir du comte qui édifia le premier élément de forteresse au XIIe siècle pour défendre ce pont à péage, appelé le comte Dauphin en raison de cet emblème qu'il avait choisi pour ses armoiries.

IdentificationIdentification

Identification généraleGénéralités

ArchitectureArchitecture

Généralités
Vue du château. Cliquer pour agrandir l'image.
RempartsRemparts
DonjonDonjon
Le donjon est un des vestiges de l'enceinte reconstruite au XVe siècle par Gilbert de La Fayette.
ToursTours
Vue de la tour du linge. Cliquer pour agrandir l'image.
Intérieur
Vue de la cour intérieure. Cliquer pour agrandir l'image.L'intérieur du donjon a été harmonieusement restauré à la fin du XIXe siècle par le Comte César III qui en fit une demeure agréable à vivre ; il abrite de nombreux souvenirs historiques et familiaux (tableaux, faïences, miniatures du XVIIIe siècle, intéressante collection d'armes … ) ainsi qu'un mobilier des XVIe et XVIIIe siècles.

Image

JardinJardin

Généralités
Le potager. Cliquer pour agrandir l'image.Le jardin potager à « la française », dessiné au XVIe siècle, reçut en 1580 la visite de Michel de Montaigne venu saluer en passant Madame de Lafayette. On peut l'admirer du sommet de La Tour du Chevalier.

Les communs du château abritent un petit musée qui retrace l'histoire de l'exploitation des mines de plomb argentifère de la région, du IIIe siècle au XXe siècle..

HistoireHistoire

Généralités

PONTGIBAUD et ses environs

par Ambroise Tardieu

Domaine du dauphin d'Auvergne, Pontgibaud fut érigé en comté au XVIe siècle par le roi de France Henri III. La petite ville, que ses habitants surnommèrent « l'Athènes de la montagne », connut un riche passé historique que nous relate Ambroise Tardieu, historien du XIXe siècle de grand talent.

D'origine fort ancienne, Pontgibaud entre dans l'histoire au VIe siècle, date à laquelle le comte d'Auvergne, Sigivald, bâtit un pont sur la Sioule, d'où viendrait l'étymologie de Pontgibaud.

L'auteur nous rappelle les luttes intestines entre le comte d'Auvergne et l'évêque de Clermont au XIIe siècle, et les invasions anglaises du XIVe siècle, qui décidèrent le seigneur des lieux, Charles de la Fayette, à fortifier le château puis la ville. L'auteur évoque aussi les guerres de religion et leur cortège de misères : elles n'épargnèrent point Pontgibaud qui fut pris par le capitaine huguenot Merle, en 1566.

L'auteur ressuscite le passé des monuments : le couvent des bénédictins, fondé en 1650 ; il décrit avec soin le château Dauphin et nous livre une passionnante biographie des seigneurs de Pontgibaud. M. Tardieu nous signale encore l'étonnante fontaine de glace et les mines de plomb, exploitées dès l'époque romaine.

L'auteur nous livre enfin de passionnants détails sur les environs de Pontgibaud : le château de Saint-Jacques-d'Ambur, pris par les Routiers anglais, la terrible maladie épidémique qui frappa Chapdes-Beaufort en 1758, la visite de l'archevêque de Bourges au prieuré de Montfermy, en 1287.

Fort bien documenté, riche de précieux détails, cet ouvrage fera le bonheur de tous les amateurs d'histoire locale.

Quand la guerre de Cent ans fut terminée, quand le calme et la paix reparurent, les habitants de Pontgibaud songèrent à s'enfermer dans un bon mur d'enceinte. En ce temps vivait un fameux homme de guerre, Gilbert III de La Fayette, seigneur de Pontgibaud. Promu maréchal de France, il devient l'un des compagnons d'armes de Jeanne d'Arc. Ses remarquables services lui permettent d'obtenir en 1438, de la part de Charles VII, la permission de fortifier le château Dauphin, ainsi que, six ans plus tard, d'entourer la ville de remparts et de portes. De cette muraille élevée en 1444, il ne reste aujourd'hui que celle située en face du château. Ce précieux spécimen de l'architecture militaire du XVe siècle est une construction très rare en Auvergne.

Vers 1900 carte postale. Cliquer pour agrandir l'image.La forteresse de Château Dauphin fut édifiée vers 1190 par le troubadour Robert 1er, comte d'Auvergne pour défendre le village de Pontgibaud et son pont sur la Sioule.

À l'époque l'Auvergne dépendait de l'Aquitaine et était donc rattachée au roi d'Angleterre. La forteresse fut prise par Philippe Auguste, roi de France, en 1213.

Elle fut complétée au XVe siècle par le maréchal de France Gilbert III de Lafayette, Maréchal de France, qui combattît les Anglais aux côtés de Jeanne d'Arc pour le roi Charles VII. Il obtint du roi Charles VII l'autorisation de renforcer les défenses de la forteresse. Il reconstruisit une défense plus puissante et agrandit le donjon carré.

En 1756, un mousquetaire du roi Louis XV, César de Moré, comte de Chaliers, acquit le château. Il devint César Ier de Moré, comte de Pontgibaud.

Elle est la propriété de la famille de Moré de Pontgibaud depuis cette date de 1756, mise à part la période révolutionnaire.

Les propriétaires actuels sont Monsieur et Madame le comte Gabriel de Germiny.

ArmoiriesArmoiries
Personnages

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Auvergne > Combrailles > Château Dauphin
Sujets plus détaillés
Sujets proches
Les gorges de la Sioule en Auvergne (Site Natura 2000)
Le Château Dauphin
Sujets plus larges
Page d'accueil
Carte atlas d'Auvergne
Le volcanisme de l'Auvergne
La géologie de l'Auvergne
L'hydrologie de l'Auvergne
La Chaîne des Puys en Auvergne
Sujet précédent ]
Recommander cette page :
Recommander ce site :
Recherche personnalisée
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.