AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.
Recherche personnalisée

Le hérisson d'Europe (Erinaceus europaeus)

Taxon supérieur ] [Animaux] [Via Gallica]
Espèce[Photos] [Présentation] [Classification] [Sous-classification] [Noms] [Étymologie] [Identification] [Voix] [Laissées] [Empreinte] [Voie] [Habitudes] [Cycle de vie] [Nourriture] [Habitats] [Répartition] [Migration] [Histoire] [Statut] [VidéosPage éditée

PhotosPhotos

Hérisson d'Europe. Juvénile. Cliquer pour agrandir l'image.Hérisson d'Europe. Jeune. Cliquer pour agrandir l'image.Hérisson d'Europe. Cliquer pour agrandir l'image.
Hérisson d'Europe. Cliquer pour agrandir l'image.Hérisson d'Europe. Cliquer pour agrandir l'image.Hérisson d'Europe. Cliquer pour agrandir l'image.

PrésentationPrésentation

Présentation généraleGénéralités

ClassificationClassification

Règne : animaux (Animalia)Sous-règne : métazoaires (Metazoa)Division : triploblastiques (Bilateralia)Sous-division : deutérostomes (Deuterostomia)
Super-embranchement : chordés (Chordata)Embranchement : vertébrés (Vertebrata)Sous-embranchement : vertébrés à mâchoires (Gnathostomata)
Classe : mammifères (Mammalia)Sous-classe : euthériens (Eutheria)Ordre : insectivores (Insectivora)Sous-ordre : (Lipotyphla [Haeckel, 1866])
Super-famille : érinacéoïdes (Erinaceoidea)Famille : érinacéidés (Erinaceidae)Sous-famille : érinacéinés (Erinaceinae [Fischer von Waldheim, 1817])
Genre : hérissons (Erinaceus [Linné, 1758])Sous-genre :
Espèce : Erinaceus europaeus [Linné, 1758]Sous-espèce :Nom commun : hérisson d'EuropeNom populaire :

Noms européensNoms européens

AlbanieAllemagnewesteuropäischer IgelAngleterrehedgehogArménie
Pays basqueBiélorussieBrezhonegBulgarieтаралеж
CatalogneChyprioteCorsuricciuCroatie
DanemarkGaeidhligEspagneeriçóEstonieHarilik siil
FøroysktFinlandesiiliFrançaishérisson d'EuropeFrysk
GalicePays de GallesGéorgieGrèce
Hongrieeurópai sünIrlandegraineogIslandeItaliericcio europeo
LettonieLithuanieLëtzebuergëschMacédoine
MalteMoldovenesteNorvègepiggsvinOccitan
Pays-BasegelPolognejeż wschodniPortugalouriço-cacheiroRoumanie
Russieoбыкновенный ежSerbieSlovaquieSlovénierjavoprsi jež
SuèdeTchéquiejež hnedýUkraïneEmpire romainErinaceus europaeus

IdentificationIdentification

Identification généraleGénéralités
MorphologieMorphologie
Hérisson d'Europe. Dessin. Cliquer pour agrandir l'image.
Le hérisson est de grande taille pour un insectivore. Son corps est massif, sans cou ; la tête est néanmoins assez bien distincte du corps. Le museau est pointu. Les oreilles sont nettement visibles, courtes et arrondies. Les yeux sont assez petits.

Dos, flancs et dessus recouverts de piquants de 2 à 3 cm de long et de 2 mm de diamètre, rigides et résistants, flexibles à leur base, annelés de noir et blanc.

Ventre et pattes couverts de longs poils raides et brunâtres.

Les doigts sont munis de griffes.

La femelle a cinq paires de mamelles.

Les jeunes ont des piquants clairs implantés dans la peau rosée qui transparaît.

Les hérissons âgés d'un an pèsent généralement entre 450 et 680 gr ; les hérissons plus lourds sont généralement plus âgés, car les vieux hérissons ont tendance à grandir et à grossir. Le poids d'un hérisson subit d'importantes variations selon les saisons, et ces fluctuations de poids sont fonction, en grande partie, de l'abondance ou de la pénurie de nourriture. En été il peut doubler de poids, car il va emmagasiner des réserves de graisse pour son hibernation. À la fin de l'hibernation, ses réserves de graisse ont fondu. S'il y a peu de nourriture dans la nature, certains adultes ne pèseront plus que 350 gr. S'ils trouvent assez de nourriture, les hérissons sauvages peuvent peser jusqu'à 2,2 kg.

Hérisson d'Europe. Ossature en boule. Cliquer pour agrandir l'image.
LongueurLongueur totale : de 18 à 35 cm dont 2 à 3 cm de queue. Le mâle est légèrement plus grand que la femelle.QueueDe 2,5 à 3 cm
HauteurPoidsTrès variable selon l'âge, la santé de l'animal, la saison, la quantité de nourriture disponible: 300 à 2200 grammes.
Formule dentaire
3/2 Inc. + 1 /1 Can. + 3/2 Prémol. + 1/1 Mol.

Un hérisson adulte a 36 dents. Comme les humains, les bébés hérissons ont des dents de lait, qu'ils perdent à 3 ou 4 mois, mais leur dentition d'adulte est formée avant l'âge d'un an. À force de manger de la nourriture granuleuse comme les vers, les dents du hérisson s'émoussent et s'usent. On trouve toutefois rarement un hérisson avec des dents manquantes ou complètement usées. Il est probable qu'à ce stade ils ne puissent plus se nourrir normalement et qu'ils meurent.

Hérisson d'Europe. Crâne. Cliquer pour agrandir l'image.
Hérisson d'Europe. Mâchoire supérieure du hérisson d'Europe. Cliquer pour agrandir l'image.Hérisson d'Europe. Molaires supérieures du hérisson d'Europe. Cliquer pour agrandir l'image.
Hérisson d'Europe. Mâchoire inférieure du hérisson d'Europe. Cliquer pour agrandir l'image.Hérisson d'Europe. Molaires inférieures du hérisson d'Europe. Cliquer pour agrandir l'image.
ColorisColoris
Hérisson d'Europe. Aquarelle. Cliquer pour agrandir l'image.
Hérisson d'Europe. Cliquer pour agrandir l'image.Le dessus du corps est recouvert de piquants (au moins 5000 chez l'adulte), jaunâtres à la base et à l'extrémité, brun foncé au milieu. Les poils de la tête et du ventre sont de couleur brunâtre ou jaunâtre. Le pelage ventral est clairsemé. Les sujets du Sud de l'Europe ont une coloration générale claire.
Capacités physiologiquesCapacités physiologiques
Il court vite, grimpe avec agilité et nage bien. Vitesse moyenne : 3 m / minute, parfois accélérations sur 30-40 mètres.

Bon grimpeur, il escalade sans problèmes les murets, se laissant tomber lorsqu'il veut redescendre, mais il préfère quand même demeurer au sol.

Son organe sensoriel le plus développé est l'odorat, mais il possède également une ouïe très fine.

En présence d'un danger, il s'immobilise et se roule en boule, c'est pourquoi il est si souvent écrasé sur les routes.

RemarquesRemarques
Hérisson d'Europe. Piquants. Cliquer pour agrandir l'image.
Les piquants :

Il est impossible à confondre avec un autre animal, car il est le seul animal en France à porter des piquants sur son dos. En moyenne 5000 piquants érectiles (2000 chez le juvénile), jaunâtres, brun foncé à l'extrémité sont plantés sur son corps. Un très gros animal peut avoir 7500 piquants, rarement plus. Les piquants sont tout simplement des poils modifiés de 2 à 3 cm de longueur et de 2 mm de diamètre. Leur extrémité supérieure est très effilée et pointue. Chaque piquant a son propre rythme de croissance, ils poussent et tombent en permanence, individuellement ou par deux. Il n'y a donc pas de mue saisonnière. Les piquants sont donc remplacés irrégulièrement et sont portés environ pendant 18 mois. Les deux sexes sont semblables. Sur le dessus et la tête, il a un pelage grossier jaunâtre ou brunâtre, plus ou moins clairsemé.

Espèces semblablesEspèces semblables
Hérissons d'Europe Orientale et d'Algérie (Erinaceus algirus [Lereboullet, 1842]).

VoixVoix

Voix de mammifèreDescription de la voix
Cliquer pour écouter
Le hérisson émet des ronflements, des bruits de baiser, des cris aigus, des stridulations.

LaisséesLaissées

Hérisson d'Europe. Laissées. Cliquer pour agrandir l'image.
Hérisson d'Europe. Laissées. Cliquer pour agrandir l'image.Noirâtres, d'aspect brillant dû à la présence de débris de coléoptères à leur surface. Forme cylindrique, effilée à l'une des extrémités. Dimensions très variable mais en moyenne: 8 à 10 mm de diamètre et 3 à 4 cm de longueur. Dispersés sur les pelouses, les prairies, les chemins forestiers au cours des pérégrinations nocturnes de l'animal.

EmpreinteEmpreinte

Hérisson d'Europe. Empreinte. Cliquer pour agrandir l'image.
Hérisson d'Europe. Empreintes. Cliquer pour agrandir l'image.Plantigrade. Cinq doigts sont munis de griffes assez longues, surtout aux pattes postérieures. Doigts et griffes bien marqués, abstraction faite du doigt interne (pouce) qui, même sur une bonne empreinte, ne laisse souvent qu'une impression très faible. L'ensemble ressemble à une petite main… Les griffes sont fortes…

Le pied du hérisson est composé de 5 doigts (antérieurs et postérieurs). Bien souvent, on ne distingue que 3 doigts (doigts 2, 3 et 4).

Hérisson d'Europe. Empreintes. Cliquer pour agrandir l'image.Ceux des pattes antérieures sont larges et fortement écartés, ceux des pattes postérieures un peu plus grêles et plus serrés. Forme et dimensions des pattes antérieures et postérieures différentes: patte antérieure: 2,5 cm; patte postérieure: 3 cm, plus étroite.

Les pelotes plantaires, palmaires et digitales laissent généralement des marques très nettes.

VoieVoie

Hérisson d'Europe. Traces. Cliquer pour agrandir l'image.
Hérisson d'Europe. Voie

Le hérisson se déplace presque toujours en marchant, mais quand il se presse son allure tend à ressembler au trot. L'empreinte de la patte postérieure se trouve ordinairement derrière celle de la patte antérieure, mais à vive allure, l'empreinte de la postérieure recouvre plus ou moins celle de l'antérieure et parfois même la précède quelque peu. La largeur de la voie approche de 6 cm.

Longueur du pas
La longueur du pas est faible (environ 20-25 cm).

HabitudesHabitudes

Mœurs crépusculairesMœurs nocturnes
Mœurs crépusculaires et nocturnes, mais il peut être vu de jour, notamment à l'automne à la suite d'averses qui rendent actives certaines de ses proies. Il passe la journée dans un gîte qu'il aménage avec des feuilles, ou sous un buisson, et n'effectue que de rares sorties diurnes, mais dès le crépuscule, il part à la chasse.

D'une allure hésitante, il s'arrête souvent pour humer l'air.

Il est peu sociable. Dans la nature, c'est un animal solitaire, qui n'a pas de territoire. La sécrétion de la glande temporale permettrait aux hérissons de s'éviter mutuellement. On a donc rarement observé en nature de comportement agressif entre les hérissons. Il arrive rarement qu'un mâle et une femelle occupent temporairement un même nid. En captivité, ils forment des groupes hiérarchisés avec des mâles agressifs.

Hérisson d'Europe. En boule. Cliquer pour agrandir l'image.
Inquiété, il lance des cris de cochon, menacé, il se roule en boule. Lorsqu'il se nourrit, le hérisson souffle et grogne et mastique bruyamment. Il gratte nerveusement le sol en envoyant de la terre à plusieurs mètres. En fouillant parmi les feuilles, il renifle bruyamment. On l'entend aussi parfois caqueter lors des moments de grande excitation. Les jeunes hérissons à la recherche de leur mère émettent un sifflement.

Le hérisson dispose d'une technique de défense unique chez les mammifères. Lorsqu'il se sent en danger le hérisson se roule en boule. Mais il ne le fait qu'en cas de réel danger, car il n'adopte cette position défensive extrême qu'en cas d'attaque, ou si on le ramasse. Sa première réaction face au danger est d'abord de rentrer les épaules, de baisser la tête et de ramener ses piquants sur le front pour se protéger la tête. En général, il ne s'enroule pas et préfère se sauver à toutes jambes !

Ce phénomène est commandé par la contraction des muscles peauciers. Ainsi protégé, il est à l'abri des prédateurs. En se contractant, ces muscles permettent de rentrer et de protéger les pattes, la tête et la queue à l'intérieur de la boule. Il ne reste plus qu'une boule de piquants tout à fait compacte : la tête est collée contre la peau, et il ne subsiste aucune ouverture. Le hérisson peut rester dans cette position des heures, sans ressentir aucune fatigue. Les jeunes apprennent à se mettre en boule à 11 jours.
Territoire
De 8 à 10 ha.

L'importance de son domaine vital est très variable selon l'individu (sexe, âge), la période considérée, le milieu. Les femelles paraissent davantage cantonnées que les mâles plus mobiles. Les subadultes n'utiliseraient un secteur donné que de façon temporaire. Les surfaces occupées sont, en général, plus étendues en milieu rural (de 8 à 10 ha) qu'en milieu suburbain (de 3 à 5 ha). Seuls les femelles reproductrices semblent défendre un territoire individuel relativement stable. des « lieux de rencontre », sorte d'arènes de parade, ont également été décrits. L'odorat joue un rôle capital dans les relations sociales et la recherche de la nourriture. Mère et jeunes maintiennent le contact entre eux à l'aide de vocalisations.

La nuit, il se déplace sur 0,5-25 ha (mâle), 0,5-10 ha (femelle). Les domaines de différents individus se chevauchent mais les risques de rencontre sont peut-être réduits car les hérissons s'évitent.

Cycle de vieCycle de vie

Maturité sexuelle
Maturité sexuelle à 1 an. Ils peuvent souvent se reproduire l'année de leur naissance.
ReproductionAccouplement
Rut d'avril à septembre, surtout en mai et juin.

Pendant la reproduction, les hérissons poussent des reniflements rythmiques lorsqu'ils se « courtisent ». Dans votre jardin, ils peuvent même vous réveiller en pleine nuit, tant ils sont bruyants ! Lorsqu'un mâle rencontre une femelle, ils ont alors un contact naso-nasal, qui est suivi en général par la défécation ou l'urinage des deux partenaires. Ensuite le mâle essaye de contourner la femelle. Lors de la parade nuptiale après le contact naso-nasal, le mâle donne des coups de museau et des coups de pattes à sa partenaire. Cette dernière halète bruyamment par les narines en faisant des soubresauts, puis il s'en suit une sorte de ronde où généralement la femelle piétine sur place en pivotant, tandis que le mâle décrit des arcs de cercle d'environ 1 mètre de diamètre. Ce comportement peut durer plusieurs heures. Cette danse peut se terminer ou non par la copulation. C'est pourquoi il faut l'interpréter comme une parade de refus de la femelle non consentante, la femelle placée au centre de la ronde cherchant à s'opposer à la volonté de son don Juan. Les fréquents échanges de coups de pattes, de coups de museau et de morsures témoignent bien de l'agressivité et de la volonté d'opposition des adversaires.

Gestation
La gestation dure de 35 à 40 jours. La période de gestation s'étend de mai à octobre, mais la plupart des bébés hérissons naissent surtout entre juin et juillet (un peu plus tard dans le nord).
Mise bas
Fin mai. À la naissance, il pèse de 22 à 25 g.

Si la mère est dérangée pendant les premières heures après la naissance, elle risque d'abandonner sa progéniture, ou même de manger ses petits. S'ils sont plus grands, elle peut réagir en les emmenant dans un autre nid.

Portées
Les femelles des hérissons ont normalement une mise bas par an, mais elles peuvent aussi en avoir parfois deux, lorsqu'elles perdent une portée. Les bébés de la deuxième portée ne naîtront toutefois pas avant septembre, parfois même fin octobre. Toutefois les jeunes de ces portées tardives ont peu de chance de survie, car ils disposent de peu de temps pour avoir un poids suffisant et survivre ainsi à l'hibernation.

Une, parfois 2, nichées par an de 2 à 8 petits généralement 4 à 5.

En fait le nombre moyen de jeunes varie d'un pays à l'autre. En Grande-Bretagne, il est de 3 à 7, en Suède de 5,2. Il semble en effet que les portées soient plus importantes dans le nord et en montagne. Toutefois, on estime qu'une mère réussit seulement à élever 2 ou 3 petits par saison, car tous ne survivent pas.

Nourrissage
La mère nourrit ses petits en les allaitant. Pour cela elle dispose de cinq paires de tétines, qui ne lui permettent pas pour autant d'allaiter un nombre équivalent de petits, car le lait fait souvent défaut et une mère n'est normalement capable d'allaiter que 4 ou 5 petits. Il est même probable qu'un des cinq bébés meure avant même de quitter le nid. Seule la femelle s'occupe de la portée, mais il semble qu'elle les laisse la nuit. Chaque petit est nourri exclusivement du lait de sa mère. Celle-ci doit donc avoir suffisamment de lait pour nourrir plus d'un kilo de hérissons, soit plus que son propre poids et sans compter elle-même. Pour la femelle cette tâche est terriblement éprouvante, et il n'est pas étonnant qu'environ 20 % des jeunes ne réussissent pas à survivre.
Ouverture des yeux
Hérisson d'Europe. Juvéniles. Cliquer pour agrandir l'image.À la naissance, les jeunes sont aveugles et leurs piquants sont recouverts de peau rose pâle et sont cachés sous des pustules. Peu de temps après, des piquants blancs et mous apparaissent, puis des piquants foncés poussent par vague au milieu des blancs. Lorsque ceux-ci sont complètement recouverts, ils tombent. Ils ne sont déjà presque plus visibles lorsque le bébé hérisson a 15 jours, leur corps étant déjà couverts d'une quantité impressionnante de piquants bruns.

À cet âge, ils ouvrent les yeux et ont des dents de lait. Dès la troisième semaine, celles-ci commencent à être remplacées et la dernière dent de lait tombe aux environs du quatrième mois.

Sevrage
Allaitement pendant 2 mois environ. À 3 ou 4 semaines, les petits hérissons sont déjà capables de quitter le nid pour suivre leur mère en promenade. Environ 10 jours plus tard, les jeunes sont capables de sortir seuls, et la famille se disperse. À ce stade, ils pèsent environ 250 g, soit dix fois leur poids à la naissance. Deux mois se sont écoulés entre la naissance et le sevrage.
Émancipation
Hérisson d'Europe. Femelle et jeune. Cliquer pour agrandir l'image.Vers 8 semaines.

Une fois la famille dispersée, chacun va vivre en solitaire en explorant au hasard le monde qui l'entoure.

Prédateurs
Parmi les animaux sauvages, seuls les renards et les blaireaux peuvent être de sérieux prédateurs des hérissons. Cependant les populations de ces deux carnassiers ont considérablement diminué depuis l'apparition de la rage, et ces prédateurs ne représentent plus par conséquent un facteur de mortalité important. En général, le hérisson manque là où il y a des blaireaux. La martre, l'aigle royal et le hibou grand-duc peuvent être aussi des prédateurs, mais les restes de hérisson retrouvés dans l'estomac ou les pelotes de réjection de ces animaux correspondent sans doute pour partie à des hérissons morts mangés sur les routes. En zone urbaine, certains chiens tuent facilement les hérissons ; les chats et les fouines peuvent également détruire une nichée.

La prédation ne représente que 9% des causes de mortalité.

LongévitéLongévité
De 7 à 8 ans, mais il vit en moyenne 3 ans.

Les quatre premières semaines de la vie d'un hérisson sont hélas bien souvent les dernières. En effet vingt pour cent des jeunes environ disparaissent avant d'avoir quitté le nid. Après un an, il ne subsiste que 30 % de la portée. S'ils passent ce cap, les jeunes ont de bonnes chances de survie jusqu'à 4 ou 5 ans. Cette survie dépend de la quantité de nourriture qu'ils vont pouvoir trouver. Environ quatre individus sur mille atteignent l'âge de 10 ans, mais il est rarissime qu'un hérisson vive plus longtemps.

RégimeNourriture

Description
Hérisson d'Europe. Hérisson sur une souche à la recherche de limaces dans des champignons. Cliquer pour agrandir l'image.
Le hérisson est opportuniste et omnivore. Surtout divers invertébrés de la surface ou de la couche supérieure du sol : arthropodes en tout genre (coléoptères, perce-oreille, mille-pattes, chenilles), mollusques (limaces, escargots), vers de terre. Parfois grenouilles, lézards, serpents et petits mammifères, souris, oisillons, charognes. Il apprécie aussi les baies, les fruits sucrés et aussi les champignons. Il pille quelquefois les nids en mangeant des œufs (oeufs d'oiseaux nichant au sol : faisans, perdrix), mais cette prédation reste très limitée.

Peu de reptiles car ils n'ont pas la même période d'activité. Mais il est capable de tuer une vipère ; celle-ci peut difficilement le mordre à travers ses piquants qui le protègent mais même si elle peut atteindre le museau ou une autre partie non protégée, son venin est sans effet sur le hérisson.

Les hérissons fouillent méticuleusement le sol à la recherche d'invertébrés terrestres, en enfonçant leur museau dans l'herbe. Les herbages humides sont probablement l'un de leurs meilleurs terrains de chasse et ils n'hésitent pas à parcourir de grandes distances pour trouver un endroit idéal. Durant sa chasse nocturne, chaque hérisson tue au moins une centaine de ces invertébrés, dont beaucoup sont nuisibles : des coléoptères, tels que des hannetons, des charançons et des bousiers, des perce-oreilles, des chenilles et des limaces, ainsi que des mille-pattes et des carabes. Il élimine bon nombre d'animaux déprédateurs, ce qui en fait un bon auxiliaire des jardiniers et cultivateurs. Ils mangent également des araignées, des vers de terre et des sauterelles. La consommation de mollusques a été fréquemment observée. Il s'agissait généralement de petites limaces et de petits escargots pouvant être avalés d'une bouchée.

HabitatHabitats

MilieuxMilieux
Bois de feuillus
Hérisson d'Europe. Cliquer pour agrandir l'image.
On trouve le hérisson dans les forêts sèches, riches en sous-bois (surtout celles de feuillus), les buissons, les lisières, les haies, les bocages, les jardins, les parcs, les prairies, milieux ouverts avec végétation basse, comme les prairies buissonneuses ou les lisières forestières. Le hérisson est plus rare dans les forêts de résineux, les champs de céréales, les landes, les marais.

Aujourd'hui, adapté aux milieux semi-naturels ou même urbains (champs, vergers, terrains vagues, bords de route, jardins, parcs), mais plutôt près des villages et des petites villes. Partout où il trouve nourriture et refuge (haies, bosquets, talus).

Dans nos jardins, on le dénichera plutôt sur le tas de compost où il trouve les insectes nécessaires à son alimentation.

Gîte
Hérisson d'Europe. Cliquer pour agrandir l'image.
Hérisson d'Europe. Cliquer pour agrandir l'image.Le hérisson hiberne dans un nid de feuilles, d'herbes et de mousse sèche, caché sous un tronc, dans les broussailles ou au pied d'une haie. Les matériaux (mousse, herbes, feuilles, fougères) sont transportés dans la gueule.

Son nid est assez grand, plat et installé dans une dépression du sol, dans un terrier.

AltitudesAltitudes
Étage de plaineÉtage collinéen (de 0 à 800 m)Étage montagnard (de 800 à 1700 m)Étage subalpin (de 1700 à 2200 m)
Jusqu'à 1 500 m.

RépartitionRépartition

Répartition globale
Hérisson d'Europe. Répartition. Cliquer pour agrandir l'image.
Son territoire s'étend sur l'Europe occidentale et centrale jusqu'à l'Ouest de la Pologne. On en voit ici et là en Europe du Nord : le climat (surtout la longueur de l'hiver) y limite sa présence et celle de ses proies, on le trouve jusqu'à une latitude d'environ 60° nord, ce qui représente approximativement, entre la Scandinavie et la Finlande, la limite des régions où poussent des arbres à feuilles caduques.

Dans l'Est, son aire de répartition chevauche celle du hérisson d'Europe orientale (Erinaceus concolor).

Dans les régions méditerranéennes, le hérisson fréquente volontiers les zones humides et monte en altitude, alors qu'en Europe centrale et septentrionale, il recherche plus volontiers les terrains secs de basse altitude.

C'est sur les côtes bretonnes et anglaises que les hérissons sont les plus nombreux, les régions tempérées au climat atlantique (hiver doux et humide) semblent lui convenir particulièrement.

En France, on le trouve partout y compris en Corse. Il manque sur les îles d'Ouessant et d'Yeu.

Présent en auvergneAuvergne
Hérisson d'Europe. Mourant dans notre jardin. Cliquer pour agrandir l'image.

MigrationMigration / Hibernation

Hérisson d'Europe. Dessin de Buffon. Cliquer pour agrandir l'image.
À la mauvaise saison, la nourriture du hérisson se raréfie, et devient rapidement insuffisante pour assurer ses sources d'énergie. Il passe l'hiver en brûlant les réserves de graisses qu'il a emmagasinées dès la fin du printemps. L'une des activités qui brûle le plus d'énergie est la conservation de la chaleur corporelle. Le hérisson qui est naturellement mal protégé contre le froid, renonce donc à toute tentative de lutte contre le froid pour ne pas gaspiller son énergie. Ainsi à partir d'octobre ou de novembre, il adopte une stratégie d'hibernation pour restreindre cette déperdition calorique, dans l'attente des beaux jours et d'une nourriture plus abondante.

Ses sites d'hibernation favoris se situent généralement sous un tas de bois, un tas de feuille, sous un arbuste ou tout autre endroit à l'abri du froid et du vent. Une fois le site idéal trouvé il s'aménage un petit nid capitonné de d'herbe, de mousse et de feuilles. Ce nid est semblable à celui qu'il construit pour la reproduction en été.

Dès que la température chute en dessous de 10° C, il entre en léthargie. Les mâles adultes entrent en hibernation les premiers. Le refroidissement du corps fait économiser beaucoup d'énergie, mais cela implique que les manifestations organiques vitales, telles que la circulation, la digestion, la croissance et la respiration soient ralenties à la limite de l'immobilisation totale. Sa respiration s'arrête presque complètement et il peut s'écouler plusieurs minutes entre deux respirations. En été, il respire 40-50 fois/minute, en hibernation seulement 9 fois ; l'activité de son cœur ralentit, elle passe en été de 190 battements/minute à 20/minute en hibernation ; sa température baisse de 35° en été à 10° C ou même moins en hiver, mais reste variable selon la température extérieure. Par temps très froid, ses combustions internes sont doucement augmentées pour éviter que sa température corporelle ne tombe en dessous de 1°, car dans ce cas nous retrouverions notre hérisson gelé, voire même congelé !

Un hérisson en hibernation se trouve dans un état de torpeur et est donc incapable de se nourrir. Pendant l'hibernation, il puise sa source d'énergie dans des masses graisseuses stockées sous la peau, à l'intérieur du corps. Cette réserve est progressivement brûlée au long de l'hiver. À la fin de l'hibernation, les hérissons ont perdu alors 30 % de leur poids.

Pendant l'hibernation, les hérissons se réveillent brièvement de temps à autre lorsque la température devient trop basse. À chaque réveil, ils puisent dans leurs réserves énergétiques, ce qui peut leur être fatal pour passer le reste de l'hiver. Les jeunes des portées tardives ne passent pas l'hiver s'ils pèsent moins de 400 g. En fait, les réveils sont à la fois normaux et fréquents. En moyenne, le hérisson se réveille une fois par semaine. Cependant, certains peuvent rester en hibernation pendant 3 ou 4 mois d'affilée. Lorsqu'ils se réveillent, leur température corporelle passe de 5° à 30° C ou plus, en 3 ou 4 heures. Le hérisson passe ainsi un jour ou deux dans un état plutôt normal, avant de sombrer à nouveau. Pendant ces périodes d'éveil, il peut quitter son nid pour faire une petite promenade, mais c'est assez rare. En général, il reste à l'intérieur de son nid. Ces réveils périodiques sont très spontanés, mais peuvent bien sûr survenir à la suite d'une perturbation, d'une inondation ou même d'une percée de chaleur hors saison.

Le réveil définitif se fait au printemps, vers les mois de mars ou d'avril, quelles que soient les conditions climatiques. Il se met à parcourir des kilomètres à la recherche d'une zone d'estivage. Débute alors la saison des amours …

StatutStatut

Destructions volontaires
Hérisson d'Europe. Timbre. Cliquer pour agrandir l'image.
À notre époque, le hérisson jouit généralement d'une bonne image de marque dans le monde rural. Mais parce qu'il lui arrive de piller les nids de perdrix ou de faisans, il est peu apprécié des garde-chasse qui continuent à le piéger ou même à l'empoisonner.

Il est protégé par la loi.

Trafic routier
Hérisson d'Europe. Cliquer pour agrandir l'image.
Les hérissons périssent par centaines sur les routes, surtout au printemps. En effet, c'est en cette saison que les animaux se déplacent vers les lieux d'estivage, parfois très éloignés, que les subadultes se dispersent et que les mâles se mettent à la recherche des femelles. Parfois aussi, les hérissons s'aventurent sur les routes pour y manger les cadavres d'animaux écrasés, ou en été, pour y chercher les insectes et les vers de terre attirés par l'asphalte chaud et humide. En outre, certaines zones d'activités préférentielles comme les réseaux des haies, les talus et les cours d'eau boisés, les lisières forestières constituent des pièges mortels lorsqu'elles débouchent sur une route à grand trafic.
Pesticides
En Suisse, une enquête a révélé qu'un quart de la mortalité des hérissons était due à des intoxications chimiques. Certaines substances pesticides sont susceptibles de s'accumuler dans les réserves graisseuses que l'animal constitue à l'automne. Au cours de l'hibernation, les graisses sont mobilisées et les pesticides libérés dans l'organisme, entraînant des troubles physiologiques graves, voire la mort. L'emploi d'herbicides ou d'insecticides contribue également à diminuer la quantité de proies disponibles (insectes, mollusques, vers de terre). Les conséquences de l'usage de granulés anti-limaces sont insuffisamment connues mais le métaldéhyde est toxique pour le hérisson.
Modifications de l'habitat
Les méthodes agriculturales modernes, en éliminant les haies, bosquets, talus boisés et chemins creux, ont abouti à une banalisation du milieu rural. Les lieux qui fournissent abris et nourriture au hérisson ont donc tendance à disparaître.

VidéoVidéos

Autres sujetsAutres sujets

Sujets proches
Sujets plus larges
Racine
Les érinacéidés (Erinaceidae)
Les soricidés (Soricidae)
Les talpidés (Talpidae)
Taxon supérieur ]
Recommander cette page :
Recommander ce site :
Recherche personnalisée
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.