La ville de Funchal à Madère - Le musée d’art sacré (museu de arte sacra)

Rubriques[Photos] [Présentation] [Situation] [Visites] [Culture] [Informations pratiques] [Autres sujets]

[Sujet précédant] [Page d'accueil] [Sujet ascendant] [Sujet suivant] [Via Gallica]

Page éditée

PrésentationPrésentation

Présentation généralePrésentation générale
Le Musée diocésain d’Art Sacré (Museu Diocesano de Arte Sacra) est installé dans l’ancien palais de l’évêque. L’importance de l’évêque dans la société locale se traduit par l’élégance de son palais.

SituationSituation

Au sud de la Place de l’Hôtel de Ville se dresse l’une des façades de l’ancien palais épiscopal, mais c’est par la rua do Bispo voisine (à droite en descendant) que l’on gagne le musée d’Art sacré installé dans l’édifice.

VisitesVisites

MuséeLe musée d’Art Sacré (Museu de Arte Sacra)
Les visiteurs pénètrent dans une belle salle pavée de galets formant festons et guirlandes. L’escalier baroque en pierre, datant des années 1750, est flanquée de candélabres dorés.

Le Musée d’Art Sacré est indéniablement le plus beau musée de Madère. Sa collection comprend des objets issus des églises et monastères de l’île : de précieuses robes, des croix arborées lors de processions, des ustensiles liturgiques et des statues de saints. Cette collection d’orfèvrerie religieuse comprend beaucoup de pièces fondues à Funchal avec l’or et l’argent rapportés des Amériques. La croix de procession du XVIe siècle, offerte à Madère par Manuel Ier, constitue le clou de cette section.

Ses collections de primitifs portugais des XVe et XVIe siècle et surtout flamands méritent absolument une visite : elles sont considérées comme les plus précieuses du Portugal et pour certains des plus beaux chefs-d’œuvre flamands jamais peints.

En visitant la section des primitifs, au deuxième étage du musée, on est étonné par l’abondance d’œuvres flamandes signées des plus grands noms (Roger van der Weyden, Dirk Bouts, Gerard David et Hans Memling). Ces tableaux furent achetées par les riches marchands de sucre de Funchal qui, au XVIe siècle, commerçaient avec Anvers, Bruges et Malines et échangeaient leur « or blanc » contre les principaux trésors artistiques de l’époque. Les commerçants et les propriétaires de plantations cherchaient l’immortalité par le don de retables pour les églises locales ; ces tableaux les dépeignaient souvent eux-mêmes et leurs familles à genoux dans la prière. Ainsi, les tableaux magnifiquement colorés réunis dans ce musée d’art religieux servent aussi de portraits de quelques-uns des premiers colons de l’île. Les couleurs sont aussi vives que si elles venaient d’être peintes et, sur la plupart de ces toiles, les magnifiques détails qui entourent le sujet principal sont d’un intérêt presque égal au sujet lui-même.

On ne peut que s’étonner devant ces trésors de l’école flamande dont Madère est redevable au commerce du sucre. Les fruits de l’expansion des relations commerciales de l’Europe apparaissent aussi dans ces peintures, comme ce tableau, peint vers 1515, où les pieds de la Vierge Marie reposent sur un tapis d’Orient, et les lys symbolisant sa pureté sont dressés dans un vase de Delft.

Dans le triptyque « Saint Jacques le Mineur et saint Philippe » par Pieter Coecke van Aelst, les commanditaires de l’œuvre, représentés à genoux de chaque côté du panneau central, ont été identifiés comme étant Simão Gonçalves de Câmara, petit-fils de Zarco, et sa femme Isabel.

L’œuvre du XVIe siècle de l’école d’Anvers « Saint Joachim et sainte Anne », est réputée représenter le roi Ladislas III de Pologne et son épouse Senhorina Eanes. Connu comme Henri l’Allemand, le roi avait renoncé à sa couronne et était devenu agriculteur à Madère en 1454.

L’« Adoration des Rois Mages », du début du XVIe siècle (vers 1518), décorait jadis l’église de Machico ; riche en détails, cette peinture anonyme représente les commerçants et les propriétaires de Madère sous le couvert des trois Rois mages, avec leurs serviteurs. Suivant la tendance maniériste, le peintre anonyme a mis l’accent sur les caractéristiques faciales : un grand nez ou un double menton, afin de donner plus de caractère à ses sujets.

Certains panneaux présentent des peintures sur les deux faces, comme ce triptyque de la « Descente de Croix » attribué à Gerard David avec, au dos, une « Apparition du Christ à Marie ». Remarquer aussi une « Adoration des Bergers » provenant de l’église de Ribeira Brava, une « Sainte Marie-Madeleine » somptueusement vêtue, attribuée à Jan Provoost, un « Saint Sébastien », une « Dernière Cène », un « Saint Jacques le Majeur » attribué à Dieric Bouts, un triptyque de l’« Annonciation » attribué à Joos van Cleve.

Informations pratiquesInformations pratiques

Heures de visiteHeures de visite
Museu Diocesano de Arte Sacra

Adresse : Rua do Bispo 21

Horaires : du mardi au samedi, de 10 h à 12 h 30 et de 14 h 30 à 18 h ; de 10 h à 13 h, le dimanche ; fermé lundi et jours fériés.

Entrée payante : 3 €.

Téléphone : 00 351 291 228 900

Site sur la Toile : www.museuartesacrafunchal.org

RestaurantRestaurants
La loggia Renaissance donnant sur la Praça do Municipio a été convertie en un chic café, le Café do Museu.

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Archipel de Madère > Madère > Côte méridionale > Funchal > Quartier de la cathédrale
Sujets plus détaillés
Sujets proches
La ville de Funchal à Madère - La forteresse Saint-Laurent (Fortaleza de São Lourenço)
La ville de Funchal à Madère - Les chais Saint-François (Adegas de São Francisco)
La ville de Funchal à Madère - La cathédrale (Sé)
La ville de Funchal à Madère - Le musée d'art sacré (museu de arte sacra)
La ville de Funchal à Madère - L'ancien collège des Jésuites (Colégio)
Sujets plus larges
Page d'accueil
Carte interactive de la ville de Funchal à Madère
La ville de Funchal à Madère - Le quartier de la Sé
La ville de Funchal à Madère - Le quartier São Pedro
La ville de Funchal à Madère - Le quartier Santa Maria
La ville de Funchal à Madère - Le quartier Santa Luzia
La ville de Funchal à Madère - Le quartier Santa Catalina
La ville de Funchal à Madère - Le quartier du Lido
Le village de Monte à Madère
Le site de Terreiro da Luta à Madère
Le jardin botanique de Funchal à Madère
Le jardin des perroquets de Funchal à Madère
La quinta do Palheiro à Madère
Le village de Caniço à Madère
Le village de São Gonçalo à Madère
Le village de São Martinho à Madère
Le village de Santo António à Madère
[Sujet précédant] [Sujet ascendant] [Sujet suivant] [Page d’accueil] [Madère] [Via Gallica]
Chercher sur ce Site :
Chercher sur la Toile :
Recommander cette page :
Recommander ce site :
AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.