La ville de Dalyan en Anatolie

Rubriques[Photos] [Présentation] [Situation] [Visites] [Culture] [Informations pratiques] [Autres sujets]

[Page d'accueil] [Sujet ascendant] [Via Gallica]

Page éditée

PrésentationPrésentation

Présentation généralePrésentation générale
La ville de Dalyan en Anatolie. Verger de grenadiers à Çandir. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).Dalyan est une petite ville, presque côtière, du sud-ouest de l’Anatolie. La localité est traditionnellement agricole, arboricole et piscicole, tirant profit des terres alluviales fertiles déposées par le fleuve Dalyan Çayı, l’antique fleuve Calbis ; autrefois spécialisée dans la culture du coton, la région s’est tournée vers la culture des grenadiers et des citronniers, et vers les cultures maraîchères.

Depuis les années 1970 Dalyan bénéficie d’un flux touristique suscité par la proximité du site archéologique de Caunos, dont l’excavation a commencé en 1966, et aussi d’une magnifique plage sauvage, la plage d’İztuzu, lieu de ponte protégé de tortues caouannes. La localité est une station touristique calme et charmante qui peut servir de base pour la pratique de sports aquatiques.

Dalyan compte environ 5 000 habitants et fait partie de la province de Muğla, qui correspond en grande partie à l’antique Lycie.

ÉtymologieÉtymologie et toponymie
Le toponyme de la localité, dalyan, signifie en turc « écluse » : des barrages sont établis sur la rivière de Dalyan pour prendre au piège les poissons de mer qui redescendent le fleuve après avoir frayé dans le lac de Köyceğiz ; cette pêche permet de capturer des bars, des mulets et d’autres espèces de poissons de mer.

SituationSituation

La ville de Dalyan se trouve sur la rive droite d’un court fleuve côtier, le Dalyan Çayı ; ce fleuve, qui est l’antique Calbis, est un effluent du lac de Koycegiz (Köyceğiz Gölü). Le Köyceğiz Gölü, l’antique lac de Caunos, est l’un des plus vastes lacs côtiers de l’Anatolie, avec une superficie de plus de 5 200 hectares (50 km²). En ligne directe, Dalyan est à 3 km du lac et à 5,3 km de la mer Méditerranée, mais le fleuve fait de nombreux méandres dans la plaine alluviale que ses alluvions ont créée, et la distance en bateau est bien plus grande.

La ville de Dalyan en Anatolie. Dalyan vue depuis le site de Kaunos. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).Dalyan est distante de 184 km (3 h 15 de route) à l’est de la ville historique et touristique de Bodrum, et à 253 km (4 h 45) à l’ouest de la station touristique d’Antalya. Pour les touristes venant de ces stations – compte tenu de ces distances et de ces durées – Dalyan peut davantage faire l’objet d’une étape, plutôt que la destination d’une excursion. Par la route nationale D-400, il faut bifurquer à Ortaca et rouler 13 km pour atteindre Dalyan.

Les autres stations balnéaires de la région sont Marmaris, à 85 km (1 h 30), et Fetiye, 63 km (1 h 25), mais les touristes résidents dans ces localités viennent le plus souvent à Dalyan et Caunos par bateau.

L’aéroport international de Dalaman est situé à 21 km (30 min) au sud-est de Dalyan. Par les transports en commun, des bus relient Dalaman à Ortaca et on peut continuer vers Dalyan en minibus partagée (dolmuş).

Dalyan se trouve à 3 km du site antique de Caunos, sur l’autre rive du fleuve, auquel on accède le plus souvent par bateaux.

VisitesVisites

VilleLa ville de Dalyan
La ville de Dalyan en Anatolie. Le quai (auteur Andrzej Wolinski). Cliquer pour agrandir l'image.La localité de Dalyan vit autour du fleuve qui lui assure depuis longtemps des ressources en poissons. Aux poissons se sont ajoutés les touristes : de nos jours, les barques de pêcheurs transportent le plus souvent des touristes vers les bains de boue de Sultaniye, le site de Caunos ou la plage d’İztuzu. Ces barques, dits dolmuş fluviaux, sont amarrés le long des quais devant la mosquée de Dalyan. Des restaurants, des cafés, des hôtels et des pansiyonlar bordent la berge ; à l’arrière se trouvent le bureau de poste, les banques et les centres commerciaux.
LacLe lac de Köyceğiz (Köyceğiz Gölü)
La ville de Dalyan en Anatolie. Le lac de Koycegiz. Cliquer pour agrandir l'image.La ville de Dalyan en Anatolie. Le lac de Koycegiz. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La ville de Dalyan en Anatolie. Le lac de Koycegiz. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La ville de Dalyan en Anatolie. Le lac de Koycegiz. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La ville de Dalyan en Anatolie. Le lac de Koycegiz. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La ville de Dalyan en Anatolie. Le lac de Koycegiz. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).
Source thermaleLes sources thermales de Sultaniye (Sultaniye Kaplıcaları)
La ville de Dalyan en Anatolie. Les bains de boue de Sultaniye (auteur Nicolaï Maximovitch). Cliquer pour agrandir l'image.Le hameau dispersé de Sultaniye est situé au sud-ouest du lac de Koycegiz (Köyceğiz Golü), près du rivage du lac, au pied du mont Ölemez. Les sources thermales de Sultaniye s’échappent de fissures du sol créées par une ligne de faille tellurique.

L’eau thermale jaillit à la température de 41 °C et est légèrement radioactive car elle est riche en gaz radon ; elle contient également du soufre, du fer, du calcium, du potassium. L’odeur caractéristique d’œuf pourri du sulfure d’hydrogène se répand autour des sources thermales. Cette eau aurait des vertus curatives pour les maladies de peau et les rhumatismes.

Sultaniye dispose d’un petit établissement thermal en forme de dôme, actuellement dénommé « Aqua Mia », dans un mélange de latin et d’italien.

En contrebas, sur la plage du lac, se trouvent des bains de boue à ciel ouvert, où l’on peut se couvrir de cette boue soufrée puis la laisser sécher en attendant que les principes actifs fassent leur effet ; des douches extérieures permettent de se rincer … Il y a aussi une piscine extérieure d’eau thermale.

Des ruines romaines ont été découvertes à proximité des thermes actuels, laissant penser que ces thermes furent utilisés à l’époque romaine, peut-être même à la fin de l’époque hellénistique, au IIe siècle avant JC.

Sultaniye est à 8 km au nord-ouest de Dalyan ; on peut y venir par bateau-dolmuş depuis Dalyan ou depuis la ville de Köyceğiz. On peut aussi y venir par la route depuis Köyceğiz en empruntant la route d’Ekincik. Les bus reliant Köyceğiz à Ekincik s’arrêtent à Sultaniye.

Coordonnées géographiques : 36°52’47,17” N ; 28°34’55,26” E.

Le prix d’entrée aux thermes de Sultaniye (Sultaniye Kaplıcaları) comprend l’accès à la plage et au bain de boue. Il y a un petit café-restaurant, pas vraiment bon marché, sur place.

La ville de Dalyan en Anatolie. Le lac de Koycegiz près de Sultaniye. Cliquer pour agrandir l'image.La ville de Dalyan en Anatolie. Le lac de Koycegiz près de Sultaniye. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La ville de Dalyan en Anatolie. Le lac de Koycegiz près de Sultaniye. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).
RivièreLe canal de Dalyan (Dalyan Boğazi)
La ville de Dalyan en Anatolie. Quai à Çandir sur le canal de Dalyan. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).Le fleuve Dalyan Çayı est souvent nommé Dalyan Boğazi (« le chenal de Dalyan »), car il serpente au milieu des marais entre deux murs de grands roseaux. Peu après le village de Çandır, on peut voir, sur le fleuve, des constructions en bois qui sont des écluses de pêche (dalyanlar).

La ville de Dalyan en Anatolie. Le lac des sangsues. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).Dans un des méandres se trouve le petit lac rond nommé Sülüklü Gölü (« lac des sangsues »), qui était le vestige de l’un des deux ports de la cité antique de Caunos.

À l’embouchure du delta du fleuve s’est créée une barre de sable qui sépare les marais de la mer ouverte ; derrière cette dune de sable se trouve un lac nommé Sülüngür Gölü.

Le canal de Dalyan est le cadre d’un intense trafic fluvial, les bateaux-dolmuş transportant les touristes jusqu’aux ruines de Caunos et à la plage d’İztuzu.

VillageLe village de Çandır
La ville de Dalyan en Anatolie. Quai à Çandir sur le canal de Dalyan. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La ville de Dalyan en Anatolie. Laurier rose à Çandir. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La ville de Dalyan en Anatolie. Bougainvillée à Çandir. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La ville de Dalyan en Anatolie. Verger de citronniers à Çandir. Cliquer pour agrandir l'image dans Fotolia (nouvel onglet).La ville de Dalyan en Anatolie. Tortue grecque (Testudo graeca) à Çandir. Cliquer pour agrandir l'image.
Site archéologiqueLe site archéologique de Kaunos
Aller au site archéologique de Kaunos.
PlageLa plage d’İztuzu (İztuzu plajı)
La ville de Dalyan en Anatolie. L'estuaire du fleuve Calbis (auteur Maria Jonker). Cliquer pour agrandir l'image.L’estuaire de la rivière de Dalyan (Dalyan Çayı) est barré par une dune de sable d’une longueur de 4 km ; devant cette dune s’étend une magnifique plage de sable blanc qui peut atteindre 180 m de largeur. Le fleuve s’écoule dans la Méditerranée par un étroit canal situé à l’extrémité occidentale de la plage.

La plage d’İztuzu (İztuzu plajı) est une plage presque sauvage, non équipée, avec seulement quelques buvettes. La plage descend en pente douce dans la mer et convient pour les enfants, même si l’eau turquoise peut être agitée et trouble à cause du vent ; il est déconseillé de se baigner dans l’embouchure de la rivière. La plage d’İztuzu dispose d’assez peu d’ombre sauf la petite portion de plage qui est située de l’autre côté de l’embouchure de la rivière, qui est ombragée par des pins.

La plage d’İztuzu est divisée en deux parties : à l’ouest, une plage privée qui reçoit le flot des touristes amenés par les bateaux d’excursion ; à l’est, une plage publique, proche de l’accès par la route, moins fréquentée, gérée par la municipalité de Dalyan.

La ville de Dalyan en Anatolie. La plage d'Iztuzu (auteur Elelicht). Cliquer pour agrandir l'image.La plage d’İztuzu est aussi célèbre pour être un des rares sites de reproduction de deux espèces de tortues marines : la célèbre tortue caouanne (Caretta caretta) et la tortue verte (Chelonia mydas) ; pour cette raison la plage d’İztuzu est surnommée la « plage des tortues » (Kaplumbağa plajı). La tortue caouanne, ou tortue carette, est une espèce en voie d’extinction, après 45 millions d’années de présence sur terre ; c’est une tortue qui mesure en moyenne 90 cm de longueur et pèse en moyenne 135 kg, mais certains individus peuvent atteindre plus de 400 kg. Avec un peu de chance on peut apercevoir une de ces tortues dans les marais, parfois nourries par les autochtones.

La plage immaculée d’İztuzu a, évidemment, suscité la convoitise de promoteurs immobiliers : en 1986 un promoteur local a voulu construire un hôtel de luxe sur la plage, ce qui a suscité de violentes protestations internationales ; le promoteur n’a pas pu construire son hôtel, mais l’incident a attiré l’attention du public sur Dalyan et sa plage.

En 1988 la plage d’İztuzu et son arrière-pays ont été déclarés « Zone de protection environnementale spéciale de Köyceğiz-Dalyan ». Une règlementation très stricte a été adoptée pour protéger la reproduction des tortues : de mai à octobre, la plage est fermée de 20 h à 8 h, heures où les tortues viennent pondre leurs œufs sur la plage ; on alors voir au matin les éraflures sur le sable faites par les tortues. Les tortues pondent de mai à juin et les œufs sont incubés jusqu’en octobre, date à laquelle les tortues nouvelles-nées rejoignent la mer. Des piquets de bois sont plantés autour des nids pour indiquer aux visiteurs de ne pas déranger la tranquillité des nids.

Il existe aussi, à l’extrémité orientale de la plage, une clinique pour tortues où les tortues blessées – par un filet de pêche ou une hélice de bateau – sont soignées dans de grands bassins.

La plupart des visiteurs se rendre à la plage d’İztuzu (İztuzu Kumsali) en bateaux-dolmuş d’excursion qui les amènent à l’extrémité occidentale de la plage. On peut aussi venir par la route, en voiture privée (parc de stationnement payant) ou en dolmuş, en 20 minutes, depuis Cumhuriyet Meydanı, dans le centre de Dalyan ; la route permet d’admirer le lac Sülüngür et aboutit à l’extrémité orientale de la plage.

Informations pratiquesInformations pratiques

MétéorologieMétéo et prévisions
Office de tourismeOffice de tourisme
L’office de tourisme se trouve dans le centre-ville, sur Maraş Caddesi, la grande rue qui longe le fleuve et aboutit à la place de la mosquée de Dalyan.

Téléphone : 00 90 252 284 42 35

Horaires : de 8 h 30 à 12 h et de 13 h à 18 h.

AutocarAutocars
Il n’y a pas de gare routière à Dalyan, mais des minibus partagés, des dolmuş (dolmuş veut dire « rempli » : les minibus partent lorsqu’ils sont pleins) stationnent souvent sur Cumhuriyet Meydanı, la place de la mosquée. On peut prendre un minibus jusqu’à la gare routière d’Ortaca (otogar), puis un autocar d’une des nombreuses compagnies vers la destination souhaitée.
Excursion en merExcursion en bateau
Des excursions d’une journée en bateau sont organisées par la coopérative des bateliers de Dalyan (Dalyan Tekne Kooperatifı), qui regroupe 150 bateaux de 8 à 12 personnes ; s’agissant d’une coopérative, les prix sont fixes.

La ville de Dalyan en Anatolie. Excursion en bateau sur la rivière (auteur Tanya Dedyukhina). Cliquer pour agrandir l'image.L’excursion typique comprend une visite d’une heure aux bains de boue de Sultaniye en remontant le fleuve jusqu’au lac Köyceğiz Gölü, la visite du site archéologique de Caunos, puis la plage d’İztuzu après avoir traversé les marais à travers le labyrinthe de roseaux. Les départs se font en général vers 10 h ou 10 h 30 depuis le quai qui se trouve devant le siège de la coopérative, à côté de la place de la mosquée (Cumhuriyet Meydanı) ; le prix comprend un déjeuner à bord du bateau, boissons en sus ; retour en fin d’après-midi. Les prix d’entrée des sites sont à acquitter sur place. Prix : 50 TRY.

Téléphone : 00 90 252 284 20 94

Site sur la Toile : dalyanteknekoop.com

L’aller-retour à la plage d’İztuzu coûte 15 TRY. L’aller-retour aux bains de boue, 25 TRY.

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Via Gallica > Anatolie > Lycie > Dalyan
Sujets plus détaillés
Le site archéologique de Caunos (Kaunos) en Anatolie
Sujets proches
Sujets plus larges
Page d'accueil
L'Ionie en Anatolie
La Carie en Anatolie
La Lycie en Anatolie
[Sujet ascendant] [Ionie] [Carie] [Lycie] [Page d’accueil] [Anatolie] [Via Gallica]
Chercher sur ce Site :
Chercher sur la Toile :
Recommander cette page :
Recommander ce site :
AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.