Menu de ce site

Le village et les ruines du palais de Malia (Mália) en Crète

Rubriques[Photos] [Présentation] [Situation] [Visites] [Culture] [Informations pratiques] [Autres sujets]

[Grèce] [Sujet ascendant] [Via Gallica]

Page éditée

PrésentationPrésentation

Présentation généralePrésentation générale
Malia est un village et un canton de la côte nord de l’île de Crète ; Malia est une station balnéaire tapageuse située dans la région de la Crète la plus fréquentée par le tourisme de masse ; elle possède l’une des plus belles plages de sable de l’île. Cependant Malia est surtout connue pour être le site d’une ancienne ville minoenne et des ruines de l’un des plus fameux palais minoens, le palais de Malia.

Malia est le chef-lieu de l’un des cantons de la commune d’Hersonissos ; l’arrière-pays du canton comprend quelques villages beaucoup plus tranquilles que la côte ; le canton compte une population d’un peu plus de 6 000 habitants, dont à peu près la moitié pour Malia.

ÉtymologieÉtymologie et toponymie
Malia (Μάλια) était nommée Maglia à l’époque vénitienne ; le nom du village et du palais est parfois écrit Mallia (Μάλλια), ce qui signifie « cheveux ». C’est le village qui a donné son nom au palais minoen et non l’inverse ; on ignore comment se nommaient le palais et la ville antique à l’époque minoenne.

SituationSituation

Malia se trouve dans une plaine côtière situé au pied du versant nord du massif du mont Dicté et du mont Séléna bordant le plateau du Lassithi ; la région est irriguée par quelques cours d’eau descendant du massif, tel le petit fleuve côtier Potamos (« rivière ») qui a donné son nom à la plus célèbre plage de la station balnéaire ; le lit du Potamos, souvent à sec, sépare la plage du site archéologique de Malia, situé à environ 3 km à l’est du village.

Le village de Malia en Crète. Situation du canton de Malia (auteur Pitichinaccio). Cliquer pour agrandir l'image.À l’ouest de Malia se trouve Stalida une autre station balnéaire, un peu plus calme que Malia. À l’arrière de la côte, les villages de Mochos et de Krassi sont des bourgs agricoles, beaucoup plus authentiques, vivant de la culture de l’olivier.

Malia se trouve à l’extrême nord-est de la commune d’Hersonissos et du département d’Héraklion, à une dizaine de kilomètres à l’est de Chersonissos et à environ 36 km à l’est d’Héraklion. La station balnéaire est desservie par des bus fréquents à partir de la gare routière B d’Héraklion, située près du port ; deux bus par jour continuent jusqu’aux ruines du palais de Malia.

VisitesVisites

Village grecLe village de Malia (Μάλια / Mália)
Le vieux village de Malia se trouve à environ 1 km de la côte ; depuis le centre du village la rue de la République rejoint la plage centrale de la station balnéaire (Παραλία Μάλια), une plage souvent bondée ; à l’extrémité orientale de la plage se trouve un petit port de plaisance. Cette rue de la République est bordée de bars, de tavernes, de boutiques de souvenirs, de salles de jeux et de discothèques, et attire une clientèle turbulente et bruyante de jeunes venus de l’Europe du Nord. Les nombreux hôtels en formule « tout compris » se sont multipliés de part et d’autre de cette rue et tout le long de la baie de Malia (Κόλπος Μαλίων). Seul le centre du vieux village, autour de l’église Saint-Nectaire (Άγιος Νεκτάριος / Ágios Nektários), conserve encore un semblant de charme, avec un labyrinthe de rues étroites et de murs blanchis à la chaux.
Plage équipéeLa plage de Potamos (Παραλία Ποταμός / Paralía Potamós)
Le village de Malia en Crète. Carte ancienne de la baie de Malia par Francesco Basilicata en 1618. Cliquer pour agrandir l'image.À l’est du port de plaisance se trouve une autre plage, beaucoup plus agréable que la plage de Malia, la plage de Potamos, formée par les alluvions du petit fleuve côtier du même nom qui descend des montagnes entourant le plateau du Lassithi ; au-delà du lit de la rivière se trouve le site archéologique de Malia.

À l’arrière de la plage se trouve une zone humide (Υγροβιότοπος Μαλίων) ; on peut visiter cette zone marécageuse riche en végétation, notamment en roseaux, qui abrite plusieurs espèces d’oiseaux aquatiques.

La plage de Potamos est considérée comme une des plus belles plages de Crète, avec du sable fin, des eaux cristallines et des équipements très complets.

Village grecLe village de Stalida (Σταλίδα / Stalída)
Stalida, ou Stalis (Στάλης), est une autre petite station balnéaire, située à 3 km à l’ouest de Malia, entre Malia et le port de Chersonissos (Λιμένας Χερσονήσου) ; Stalis compte un millier d’habitants. Stalida est une station plus familiale que Malia avec une plage très étendue et aux eaux peu profondes, mais très bien équipée. Pour les amateurs de promenade un chemin de randonnée, construit par des prisonniers bulgares pendant la Première Guerre mondiale, le « Chemin bulgare » (βουλγάρικο μονοπάτι), relie Stalida au village de Mochos ; ce chemin offre de très belles vues, sur la mer et sur les montagnes, et passe par un petit monastère de fondation très récente (Μονή Παναγίας Θεογεννήτορος / Moní Panagías Theogennítoros).
Village grecLe village de Mochos (Μοχός / Mochós)
Le village de Malia en Crète. Le village de Mochos. Cliquer pour agrandir l'image.Mochos est un bourg agricole de moyenne montagne, niché dans une vallée à 400 m d’altitude et à 3 km au sud de Stalida ; après Mochos, la route monte en lacets jusqu’au plateau du Lassithi, à une douzaine de kilomètres, en passant près de Krassi et par le monastère de la Panagia Kardiotissa à Kéra.

Mochos trouve son origine dans la seconde époque byzantine de la Crète et conserve des maisons et des rues datant de l’époque vénitienne, principalement du XVIe siècle. Mochos compte de nos jours un peu moins de 1 000 habitants.

L’ambiance du village est radicalement différente de celle de Malia et offre des moments de pure authenticité crétoise. Sur la grande place du village se dresse l’église Notre-Dame dont l’iconostase date de 1820, avec de vieilles icônes byzantines du XVe siècle. Chaque 15 août a lieu, sur la place, la célébration de la Vierge Marie, avec des danses et de la musique traditionnelles.

Le village de Malia en Crète. L'église Notre-Dame à Mochos. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Le village de Malia en Crète. L'église Notre-Dame à Mochos. Cliquer pour agrandir l'image.Le village de Malia en Crète. L'église Notre-Dame à Mochos. Cliquer pour agrandir l'image.Le village de Malia en Crète. La région de Mochos. Cliquer pour agrandir l'image.Le village de Malia en Crète. La basse vallée d'Avdou vue depuis Mochos. Cliquer pour agrandir l'image.
Village grecLe village de Krassi (Κράσι / Krási)
Le village de Malia en Crète. La Grande Fontaine de Krassi (auteur C. Messier). Cliquer pour agrandir l'image.Le village de Krassi se trouve à environ 6 km au sud de Malia, à une altitude de 600 m. Malgré son nom, qui signifie « le vin », ce village agricole vit surtout de la culture de l’olivier, mais il y aussi des vignobles et une production de fromage. Les curiosités locales sont trois vieux platanes d’Orient (Platanus orientalis) (Αρχαίος Πλάτανος), qui ombragent d’agréables tavernes, et, en face, des fontaines, dont la Grande Fontaine - Aqueduc (Μεγάλη Βρύση - Υδραγωγείο / Megáli Vrýsi - Ydragogeío) qui alimente en eau toute la contrée et qui servait aussi de lavoir.
Ruine antiqueLes ruines minoennes de Malia
Le village de Malia en Crète. Les ruines du palais vues de l'ouest. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).La cité minoenne antique de Malia se trouvait à environ 3 km à l’est du village actuel ; Malia était construite dans une petite plaine côtière, sur une plateforme rocheuse mais plate, très proche de la mer, et non sur une hauteur comme Cnossos ou Phaistos ; Malia était distante d’une trentaine de kilomètres de Cnossos.

Outre le palais, situé au centre, la cité comprenait une agora, des quartiers d’habitations, dont certains quartiers d’artisans, et des nécropoles dont la principale était la nécropole de Chryssolakkos ; la cité était pourvue d’un réseau de rues, dont certaines étaient dallées et comportaient un système de drainage des eaux. Aux époques minoennes anciennes la cité était entourée de murs. Malia disposait au moins d’un port, situé à l’ouest près du fleuve, dont on peut voir le canal d’accès creusé dans la roche. À environ 900 m au sud de la localité se trouvait un sanctuaire perché au sommet d’une colline, où se trouve de nos jours la chapelle nommée Prophète Élie. L’ensemble de la ville avec le palais, les quartiers d’habitations et les nécropoles devait couvrir une superficie d’une centaine d’hectares.

Le village de Malia en Crète. Plan topographique du site. Cliquer pour agrandir l'image.La construction d’un premier palais à Malia date du début du IIe millénaire avant JC, vers 1900 avant JC, époque dite protopalatiale. Ce premier palais fut détruit environ 200 ans plus tard, vraisemblablement par un séisme, en même temps que les autres palais minoens. Un nouveau palais fut reconstruit sur les ruines de l’ancien dans les décennies qui suivirent, vers 1650 avant JC, début de l’époque dite néopalatiale. L’époque minoenne néopalatiale se termina avec la destruction des nouveaux palais vers 1450 avant JC, vraisemblablement causée par un tremblement de terre et un raz-de-marée provoqués par l’éruption volcanique qui détruisit l’île de Santorin.

Les ruines de Malia furent découvertes en 1915 par un médecin crétois amateur d’archéologie, Joseph Hadzidakis (Ιωσήφ Χατζηδάκης / Iosíf Chatzidákis), puis systématiquement mise au jour par l’École française d’archéologie d’Athènes à partir de 1921, sous la direction de Charles Picard puis de Pierre Roussel, jusqu’en 1929 pour ce qui concerne le palais ; les fouilles des quartiers de la ville et des nécropoles continuent jusqu’à nos jours. La cité n’ayant pas fait l’objet d’une reconstruction significative après le cataclysme de 1450 avant JC et ayant complètement cessé d’être habitée à la fin du IIe millénaire avant JC, les vestiges que l’on peut visiter de nos jours correspondent au palais et à la cité minoens tels qu’ils étaient à la fin de l’époque néopalatiale.

Les murs, arasés au niveau des fondations, dessinent sur le sol le plan du palais et de la cité en traits de pierre de couleur ocre-rouge. Les ruines de Malia sont beaucoup moins fréquentées que celles de Cnossos et que celles de Phaistos et on peut déambuler tranquillement autour des ruines, dont les principales parties sont identifiées ; pour s’y retrouver plus facilement on peut visiter l’exposition pédagogique, située dans un pavillon situé à l’entrée du site, qui présente des plans et des maquettes. Les fouilles en cours sont abritées par des toits provisoires, par exemple l’aile orientale du palais, l’agora ou le quartier dénommé « Quartier Mu » ; des passerelles en bois permettent d’observer les fouilles : elles permettent de se rendre compte du travail minutieux et laborieux qu’exigent les fouilles. Contrairement à ce qui a été fait à Cnossos, les archéologues n’ont pas tenté de reconstruction hasardeuse du palais de Malia.

Palais antiqueLe palais minoen de Malia (Μινωικόν Ανάκτορον Μαλίων / Minoikón Anáktoron Malíon)
Le palais de Malia était le troisième plus grand palais minoen après Cnossos et Phaistos ; il avait une superficie au sol d’environ 10 000 m², avec une longueur d’environ 115 m et une largeur d’environ 85 m, et une orientation nord-nord-est. Cependant, comme les autres palais minoens, le palais de Malia était loin d’avoir un plan rectangulaire parfait, la construction de nouvelles parties s’ajoutant sans doute au fil des besoins.

Le village de Malia en Crète. Plan fonctionnel du palais. Cliquer pour agrandir l'image.La conception générale du palais est similaire à celles de Cnossos et de Zakros, avec une cour centrale bordée de bâtiments de plusieurs étages sur chaque côté. Dans chacune des ailes s’ouvrait une porte ; la porte principale était vraisemblablement celle du nord, à laquelle on accédait par une voie orientée est-ouest, dite « Voie minoenne » ; une porte supplémentaire, au nord-est, donnait accès à la cour du nord-est. D’après les caractéristiques architecturales et les découvertes archéologiques, il semble que l’aile du nord était dédiée aux fonctions régaliennes, avec des appartements dits royaux et des salles d’apparat ; l’aile de l’ouest était dédiée aux fonctions religieuses, avec un sanctuaire et un autel sacrificiel ; l’aile de l’est aux fonctions résidentielles. Dans chacune des ailes se trouvaient des entrepôts ; il y avait également quelques ateliers dans la partie orientale de l’aile nord. À l’ouest du palais il y avait, comme à Cnossos, une vaste esplanade.

Dans l’angle nord-ouest subsistait un secteur faisant partie du premier palais, datant du XXe siècle avant JC, alors que dans les autres secteurs les restes du premier palais n’apparaissent, çà et là, qu’au niveau des fondations du nouveau palais, construit au XVIIe siècle avant JC.

Le palais de Malia présente les mêmes éléments architecturaux typiquement minoens que Cnossos et Phaistos, tels des puits de lumière, des bassins lustraux et de nombreuses cages d’escalier. Cependant la décoration y était moins luxueuse, les murs étant nu, sans parement de gypse, ni fresques figuratives. Les murs étaient faits de pierres d’un calcaire nommé sidéropétra (σιδερόπετρα), « pierre de fer », en raison de sa couleur gris-bleu, de pierres de grès, de briques d’argile de couleur orange-ocre et de bois.

Le village de Malia en Crète. Plan du palais minoen. Cliquer pour agrandir l'image.Légende du plan du palais :

1 : Entrée du nord. 2 : Magasins et ateliers. 3 : Cour du nord-est. 3b : Cour du nord ou cour du donjon. 4 : Bâtiment oblique. 5 : Secteur nord-ouest - Ancien palais. 6 : Appartements royaux - Polythyron (Πολύθυρο). 7 : Bassin lustral. 8 : Salle hypostyle. 8b : Vestibule de la salle hypostyle. 9 : La salle du trône ou loggia royale. 10 : Escalier du sanctuaire. 11 : Crypte à piliers. 12 : Cour centrale. 13 : Magasins de l’est. 14 : Magasins de l’ouest. 15 : Grand escalier. 16 : Kernos. 17 : Entrée du sud. 18 : Petit sanctuaire. 19 : Silos à grains. 20 : Aile du sud. 21 : Salle du Trésor. 22 : Entrée de l’est. 23 : Cour extérieure. 24 : Entrée de l’ouest.

CourLa cour extérieure (Εξωτερική αυλή / Exoterikí avlí)
Le village de Malia en Crète. Jarre géante (pithos) de la cour extérieure du palais. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).La cour extérieure était une vaste esplanade dallée longeant la façade ouest du palais (n° 23 sur le plan) ; cette cour était traversée par une grande allée dallée, un peu surélevée, dite « Voie des Processions », qui se dirigeait vers le nord, en direction de la mer, passait devant les entrepôts de l’ouest, puis les appartements royaux, et rejoignait la « Voie minoenne » conduisant vers l’entrée principale du palais.

Le village de Malia en Crète. La cour extérieure du palais. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).On passe près d’un pithos, une jarre géante en terre cuite, de 1,75 m de hauteur, pouvant contenir plus de mille litres de vin ou d’huile.

Par analogie avec la cour de l’ouest de Cnossos (Δυτική αυλή / Dytikí avlí), on suppose que cette cour extérieure était un lieu de rencontre entre les visiteurs et pèlerins venant au palais-sanctuaire et les dignitaires résidents au palais.

Porte d’entréeL’entrée du nord (Βόρεια είσοδος / Vóreia eísodos)
Le village de Malia en Crète. Jarre géante (pithos) à l'entrée nord du palais. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).L’entrée du nord était sans doute l’entrée principale du palais (n° 1 sur le plan) par où entraient les visiteurs arrivant du port ; on entrait dans le palais par un vestibule.

Le village de Malia en Crète. L'entrée du nord du palais. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).L’entrée est marquée par deux grands pithoïs à plusieurs anses, décorés de motifs en relief de spirales et de cordes.

EntrepôtLes entrepôts-ateliers (Αποθήκες - Εργαστήρια / Apothíkes - Ergastíria)
À gauche de l’entrée du nord se trouvaient des entrepôts-ateliers (n° 2 sur le plan) où on peut voir un autre pithos. L’activité artisanale dans le palais de Malia semble avoir été moins importante qu’à Cnossos ; on a découvert une seule pièce servant d’atelier où on a trouvé des moules pour la fabrication d’objets en bronze, ainsi que des blocs d’obsidienne.
CourLa cour du nord-est (Βορειοανατολική αυλή / Voreioanatolikí avlí)
Le village de Malia en Crète. La cour nord du palais (auteur Olaf Tausch). Cliquer pour agrandir l'image.Depuis le vestibule de l’entrée on se dirige vers la cour centrale en traversant la cour du nord-est (n° 3 sur le plan), en suivant un portique à quatre colonnes dont subsiste les bases ; derrière le portique se trouvaient d’autres entrepôts. Il y a aussi un escalier, du côté sud de la cour, qui devait monter à des entrepôts situés à l’étage.

Sur la droite, on distingue la cour du nord, dite « Cour du donjon », (n° 3b sur le plan) par laquelle on accédait aux appartements royaux.

À partir de la cour du nord-est on rejoignait la cour centrale par une salle à pilier central, dont la base est visible, et par un corridor ; ce passage a été tardivement obstrué par un bâtiment construit de guingois.

Bâtiment antiqueLe bâtiment oblique (Λοζό οικοδόμημα / Lozó oikodómima)
Le village de Malia en Crète. Le bâtiment oblique du palais. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Le bâtiment dit oblique est une construction de l’époque post-palatiale, datant de l’occupation mycénienne, qui a été bâti en travers du corridor conduisant à la cour centrale (n° 4 sur le plan) ; il est incliné par rapport au plan général du palais.
Salle hypostyleLa salle hypostyle (Υπόστυλη αίθουσα / Ypóstyli aíthousa)
Le village de Malia en Crète. La salle hypostyle du palais (auteur Olaf Tausch). Cliquer pour agrandir l'image.Dans l’aile nord du palais, à côté du corridor d’accès à la cour centrale depuis l’entrée du nord, se trouvait une vaste salle comportant deux rangées de trois piliers rectangulaires (n° 8 sur le plan). La salle était située à l’arrière du portique qui bordait le côté nord de la cour centrale.

Les archéologues pensent que ces six piliers soutenaient une salle de banquets située à l’étage supérieure ; sur la droite de cette salle hypostyle se trouvait un escalier ; sur la gauche il y avait un vestibule (n° 8b sur le plan).

CourLa cour centrale (Κεντρική αυλή / Kentrikí avlí)
Le village de Malia en Crète. La cour centrale du palais. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Comme les autres palais minoens, Cnossos et Phaistos, le palais de Malia était structuré autour d’une cour centrale (n° 12 sur le plan), à laquelle on accédait depuis chaque point cardinal par des couloirs plus ou moins étroits et tortueux.

La cour centrale de Malia avait une forme rectangulaire, de 48 m de longueur nord-sud et de 23 m de largeur ouest-est, soit un peu moins grande que celle de Cnossos.

Sur les côtés nord et est, la cour centrale était bordée de portiques à colonnes et piliers. Du côté ouest se trouvaient les bâtiments d’apparat et les bâtiments cultuels ; du côté de l’est, des entrepôts.

Au milieu de la cour centrale se trouvait un autel (βωμός / vomós), placé dans une fosse carrée de faible profondeur, avec des piliers de briques aux quatre angles (βόθρος / bóthros). Dans cette fosse ont été retrouvées des cendres d’animaux ce qui fait supposer que cet autel était destiné à des holocaustes (όλόκαυστος / ólókafstos) ; les piliers devaient soutenir une grille sur laquelle était placée l’animal sacrifié. Malia est le seul palais où un tel autel a été découvert dans la cour centrale.

Palais antiqueL’ancien palais (Παλαιό ανάκτορο / Palaió anáktoro)
La majorité des ruines visibles aujourd’hui appartiennent au complexe néopalatial ; cependant, dans l’angle nord-ouest, une partie du premier palais est visible (n° 5 sur le plan).
SalleLes appartements royaux (Βασιλικά διαμερίσματα / Vasiliká diamerísmata)
Le village de Malia en Crète. Le polythyron du palais (auteur Olaf Tausch). Cliquer pour agrandir l'image.Dans le nord-ouest du palais se trouvait une grande salle aux murs percés de multiples portes, ce que l’on nomme un polythyron (Πολύθυρο / Polýthyro), qui est interprété comme le mégaron du roi ou bien comme une salle d’audience publique (n° 6 sur le plan).

Le village de Malia en Crète. Le nord-ouest du palais. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Ce secteur comprenait aussi d’autres salles dont le mégaron de la reine et un bassin lustral (Δεξαμενή καθαρμών / Dexamení katharmón) (n° 7 sur le plan).

Porte d’entréeL’entrée de l’ouest (Δυτική είσοδος / Dytikí eísodos)
Le village de Malia en Crète. L'aile ouest du palais. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).L’entrée de l’ouest pénétrait dans le palais entre les appartements royaux et les magasins de l’ouest (n° 24 sur le plan) ; cette entrée conduisait aux espaces à caractère officiel et religieux du palais tels la « Loggia royale » et la « Crypte à piliers » ; l’aile ouest du palais était l’aile la plus importante par ses dimensions.

Entre la loggia royale et le sanctuaire, le grand escalier du sanctuaire montait depuis la cour centrale jusqu’au premier étage de l’aile ouest, comme le « piano nobile » de Cnossos (n° 10 sur le plan).

EntrepôtLes magasins de l’ouest (Δυτικές αποθήκες / Dytikés apothíkes)
Le village de Malia en Crète. Les entrepôts de l'ouest du palais. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).En arrière du sanctuaire de l’aile ouest se trouvait un ensemble d’entrepôts desservis intérieurement par un grand corridor (n° 14 sur le plan).
Salle du trôneLa salle du trône (Αίθουσα του θρόνου / Aíthousa tou thrónou)
Le village de Malia en Crète. La loggia du palais (auteur Olaf Tausch). Cliquer pour agrandir l'image.À droite du grand escalier du sanctuaire se trouvait une grande salle, ouverte sur la cour, à laquelle on accédait par quelques marches et qui dominait la cour centrale (n° 9 sur le plan). Du fait des nombreuses découvertes faites à l’intérieur et de la position par rapport à la cour, les archéologues ont supposé que c’était l’endroit le plus important, où des sacrifices et autres rites religieux étaient faits qui pouvaient être suivis par les personnes rassemblées dans la cour.

Cette salle a été nommée « Salle du trône » ou « Loggia royale » (Βασιλική λότζια / Vasilikí lótzia), où devait apparaître le roi ; on a en effet excavé, dans une salle située à l’arrière de la loge, la tête d’un sceptre en forme de panthère, un poignard et une épée au pommeau richement décoré de cristal et d’améthyste, des attributs qui ne pouvaient appartenir qu’à une personnalité de hauteur rang.

De nos jours la loggia est facilement repérable par un gros boulet de pierre byzantin, à demi enterré, posé devant l’entrée de la loggia.

CrypteLa crypte à piliers (Κρύπτη των πεσσών / Krýpti ton pessón)
À gauche du grand escalier du sanctuaire se trouvait une salle cultuelle typique des palais minoens : une crypte à piliers quadrangulaires (n° 11 sur le plan), une antichambre dans laquelle se tenaient de petites cérémonies religieuses. Dans cette salle les archéologues ont découvert deux piliers portant des symboles de la labrys (λάβρυς / lábrys), la double hache minoenne.
Le village de Malia en Crète. La crypte à piliers du palais. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Le village de Malia en Crète. La crypte à piliers du palais. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Le village de Malia en Crète. La crypte à piliers du palais. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).
EscalierLe grand escalier (Μεγάλο κλιμακοστάσιο / Megálo klimakostásio)
Au sud du sanctuaire, près de l’entrée sud du palais, se trouvait un escalier monumental, à quatre marches d’environ 8 m de largeur, dit le Grand escalier, (n° 15 sur le plan). Cet escalier peut avoir été aussi utilisé comme gradins d’un espace théâtral.
Autel antiqueLe kernos (Κέρνος / Kérnos)
Le village de Malia en Crète. La table à cupules du palais. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Dans l’angle sud-ouest de la cour centrale, à gauche du Grand escalier, se trouve une pierre inhabituellement ouvragée qui a été laissée à l’endroit même où elle a été découverte (n° 16 sur le plan).

Cette pierre circulaire en forme de meule, de 90 cm de diamètre, comporte un creux de forme conique en son centre et trente-quatre petites cavités peu profondes, en forme de coupes, disposées en couronne à la périphérie. Cette pierre a été dénommé « kernos » (κέρνος / kérnos), du nom des vases rituels grecs à plusieurs récipients et un seul pied, ou bien « table à cupules » (Τράπεζα με κοιλότητες / Trápeza me koilótites).

Pour la plupart des archéologues, ce fameux kernos devait être un autel rituel où les pèlerins plaçaient des graines et des petits fruits dans les cupules et du liquide dans la cavité centrale, afin obtenir des dieux des récoltes abondantes ; pour d’autres archéologues ce serait une table de jeu …

Porte d’entréeL’entrée du sud (Νότια είσοδος / Nótia eísodos)
Le village de Malia en Crète. L'entrée du sud du palais. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).L’entrée du sud était une entrée monumentale pavée pour laquelle entraient les visiteurs venant de l’intérieur de l’île (n° 17 sur le plan) ; le bâtiment de l’aile sud (Νότια πτέρυγα / Nótia ptéryga) était un bâtiment à deux planchers qui comportait des quartiers pour les visiteurs (n° 20 sur le plan) et un petit sanctuaire.
CellaLe sanctuaire (Ιερό / Ieró)
Sur la gauche de l’entrée sud se trouvait un autre petit sanctuaire (n° 18 sur le plan), où des objets de culte ont été découverts.
GrenierLes silos à grains (Σιτοβολώνες / Sitovolónes)
Le village de Malia en Crète. Silos à grains du palais. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).À l’angle sud-ouest du palais, au sud des entrepôts de l’ouest, on peut voir deux rangées de quatre puits cylindriques (n° 19 sur le plan) ; ces huit puits, tous de mêmes dimensions, étaient à l’origine couverts.

Les archéologues pensent qu’il s’agissait de silos à grains, des greniers destinés à conserver la réserve de céréales du palais. Cependant, des constructions similaires découvertes à Cnossos et nommées koulourès (Κουλούρες / Kouloúres) sont plutôt considérées comme des puits à offrandes ; ce nom de koulourès, qui signifie « anneaux » ou « bobines », a été donné par les ouvriers des fouilles par analogie avec des beignets, sucrés ou salés, que l’on peut acheter dans les rues de Grèce et qui présentent cette forme.

Porte d’entréeL’entrée de l’est (Ανατολική είσοδος / Anatolikí eísodos)
L’aile orientale du palais (ανατολική πτέρυγα / anatolikí ptéryga) était presqu’entièrement occupée par des entrepôts (n° 22 sur le plan).
TrésorLa salle du trésor (Θησαυρός / Thisavrós)
Le plan du site archéologique indique la présence d’une salle du trésor dans l’angle sud-est du palais, à côté de l’entrée de l’est et des quartiers des visiteurs, ce qui paraît être un endroit improbable pour garder un trésor (n° 21 sur le plan).
EntrepôtLes magasins de l’est (Ανατολικές αποθήκες / Anatolikés apothíkes)
Le village de Malia en Crète. Les entrepôts de l'est du palais. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Les entrepôts de l’est étaient consacrés aux provisions alimentaires liquides du palais : vin, huile d’olive et cetera (n° 13 sur le plan).

Le village de Malia en Crète. Les entrepôts de l'est du palais. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Dans les six magasins parallèles, les jarres géantes (pithoïs) étaient rangées sur des plates-formes basses disposées de part et d’autre d’une rigole ; ces rigoles aboutissaient à un orifice où les liquides se déversaient. Ces pithoïs en terre cuite pouvaient atteindre 2 m de hauteur.

Les magasins de l’est ont été mis au jour dans un très bon état.

AgoraL’agora (Αγορά / Agorá)
À environ 30 m au nord-ouest du palais se trouve une vaste esplanade, d’environ 29 m par 40 m, entourée d’un mur et accessible par trois portes monumentales ; cette construction d’époque protopalatiale a été nommée « Agora » par les archéologues, par analogie avec les places publiques des cités grecques ultérieures.

À un angle de l’agora se trouve une salle rectangulaire en sous-sol, comprenant des piliers, qui a été nommée crypte hypostyle, mais rien n’indique que cette salle avait des fonctions religieuses. Cette crypte hypostyle est également d’époque protopalatiale. Cette salle, protégée par un toit provisoire, est actuellement fouillée.

Quartier grecLes quartiers d’habitations
Le village de Malia en Crète. Plan fonctionnel du quartier Mu. Cliquer pour agrandir l'image.Le palais de Malia était au centre de la cité, entouré de divers quartiers qui sont mis au jour progressivement et auxquelles les archéologues ont donné des noms de lettres grecques : les quartiers A, Γ, Κ et Λ se trouvaient au nord du palais, les quartiers Ε et Β au sud et les quartiers Δ, Μ, Ν à l’ouest. À l’est, quelque peu séparé de la ville, de nouveaux quartiers, les quartier Ζα et Ζβ, et des maisons ont été construits à l’époque néopalatiale.

Le village de Malia en Crète. Fouilles du quartier K du site minoen. Cliquer pour agrandir l'image dans Adobe Stock (nouvel onglet).Le quartier le mieux connu est le quartier « Mu » (Γειτονιά μ / Geitoniá m) qui était un quartier d’artisans d’époque protopalatiale, d’une superficie de près de 3 000 m² ; on a pu identifier les activités artisanales grâce aux objets découverts sur place, telles de la poterie, du tissage ou de la métallurgie. Le quartier « Nu » (Ν), situé au nord du quartier Mu, était davantage un quartier résidentiel et plus récent.

NécropoleLa nécropole de Chryssolakkos (Χρυσόλακκος / Chrysólakkos)
Le village de Malia en Crète. Vue aérienne de la nécropole de Chryssolakkos. Cliquer pour agrandir l'image.La nécropole de Chryssolakos est plus un tombeau monumental qu’une véritable nécropole ; le site se trouve à environ 500 m au nord du palais de Malia, à une centaine de mètres de la côte. Le nom de Chryssolakkos (Χρυσόλακκος / Chrysólakkos) signifie « fosse d’or » ; ce nom était déjà connu avant la mise au jour du site, sans doute par les pilleurs de tombes qui avaient fouillé le site bien avant les archéologues.

Ce tombeau monumental était un bâtiment rectangulaire d’environ 1 200 m² de superficie, de 40 m de longueur nord-sud par 30 m de largeur ouest-est ; sur les côtés nord et ouest, ce bâtiment avait des murs de 2 m d’épaisseur faits de gros blocs de pierre taillée, et, sur les côtés est et sud, des murs faits de dalles posées verticalement, des orthostates. Les abords du bâtiment étaient revêtus d’un pavement, mal conservé de nos jours. Du côté oriental le bâtiment était bordé par un portique dont il reste les sept bases carrées des piliers.

À l’intérieur, le tombeau était divisé en au moins quarante chambres funéraires de forme rectangulaire. De précieuses découvertes ont été faites dans ces chambres funéraires, notamment le célèbre pendentif aux abeilles d’or qui a été retrouvé dans l’une d’entre elles ; ce pendentif aux « Abeilles d’or de Malia » est exposé au Musée archéologique d’Héraklion.

En raison de son architecture et des trésors qui y ont été découverts, la nécropole de Chryssolakkos est considérée comme une nécropole royale, étroitement liée au premier palais datant des XIXe et XVIIIe siècles avant JC.

Informations pratiquesInformations pratiques

MétéorologieMétéo et prévisions
Conditions de visiteConditions de visite
Le village de Malia en Crète. Plan du site. Cliquer pour agrandir l'image.Site archéologique du palais de Malia

Adresse : 3 km après la sortie du village de Malia en direction d’Agios Nikolaos, tourner à gauche dans un chemin revêtu. Les bus de la ligne Héraklion-Agios Nikolaos s’arrêtent sur la route principale au bout du chemin d’accès.

Horaires d’été (de juin à septembre) : du mercredi au lundi, de 9 h à 17 h.

Horaires d’hiver (d’octobre à mai) : du mercredi au lundi, de 9 h à 15 h.

Prix d’entrée : 6 €.

Téléphone : 00 30 2897 031 597

Autres sujetsAutres sujets

Filiation du sujet
Via Gallica > Grèce > Mer Égée > Île de Crète > Département d’Héraklion > Hersónissos > Mália
Sujets plus détaillés
Sujets proches
Sujets plus larges
Grèce
Carte interactive de l'île de Crète
La ville d’Héraklion (Irákleio) en Crète
La ville d’Hersonissos (Chersónisos) en Crète
La ville d’Archanès (Archánes) en Crète
La ville d’Agios Nikolaos (Ágios Nikólaos) en Crète
La ville d’Iérapétra (Ierápetra) en Crète
La ville de Tzermiado et le dème du plateau de Lassithi (Oropédio Lasithíou) en Crète
[Sujet ascendant] [Page d’accueil] [Grèce] [Via Gallica]
Chercher sur ce Site
Chercher sur la Toile 
Recommander cette page 
Recommander ce site 
AlbanieAllemagneAngleterreArméniePays basqueBiélorussieBulgarieCatalogneCroatieDanemarkEspagneEstonieFinlandeFranceGalicePays de GallesGéorgieGrèceHongrieIrlandeIslandeItalieEmpire romainLettonieLithuanieMacédoineMalteNorvègePays-BasPolognePortugalRoumanieRussieSerbieSlovaquieSlovénieSuèdeTchéquieUkraïne
Si vous avez atteint ce cadre directement, cliquez sur ce lien pour faire apparaître les menus.